Par Mariepièr Glaude et Sonia Couture

publicité
L’homéostasie
Par Mariepièr Glaude et Sonia Couture
Travail présenté à Monsieur Dominic Décoeur
Dans le cadre du cours SBI 4U
École secondaire catholique Le Relais
Le vendredi 4 mai 2012
Table des matières
Revue Littéraire ............................................................................................................................... 3
But ................................................................................................................................................... 6
Questions de recherche .................................................................................................................. 6
Hypothèse ....................................................................................................................................... 6
Méthodologie .................................................................................................................................. 8
Résultats ........................................................................................................................................ 10
Discussion ...................................................................................................................................... 16
Conclusion ..................................................................................................................................... 23
Bibliographie.................................................................................................................................. 25
Annexe ........................................................................................................................................... 26
2
Revue Littéraire
L’activité physique est un ensemble de mouvements que tous les gens
accomplissent quotidiennement, parfois sans même le savoir et sans même le vouloir.
Un simple geste tel que se rendre de la porte d’entrée de la maison à votre voiture est
une forme d’activité bien fréquente et simple, mais tant utilisée que les gens n’en sont
conscient. En faisant tout type d’activité physique, il pourrait également s’agir d’une
performance physique. Toutefois, les gens ne font pas tous l’exercice nécessaire pour
mener une vie saine. Il y a les personnes actives et celles sédentaires. Nous étudierons
les 2 sortes.
Les personnes dites sédentaires (passives) sont les gens qui ne font pas
suffisamment d’exercice physique, ou bien ne le font pas régulièrement. « En fait,
seulement 15,4 % des Canadiens atteignent les recommandations d’activité physique en
endurance (150 minutes d’activité physique d’intensité modérée par semaine) »1. Au
sens contraire, si vous êtes une personne physiquement active, vous êtes une personne
qui performe assez pour améliorer ou stabiliser votre santé ou même encore, votre bien
être personnel.
Pour obtenir un meilleur rendement physique, les gens disent souvent qu’un bon
échauffement est nécessaire. « L'échauffement, en sport, est la période de début
d’entraînement (ou de compétition), de durée plus ou moins longue et d’intensité plus
ou moins importante »2. Il s’agit de l’étape où nous réchauffons légèrement nos muscles
1
http://phdobesite.blogspot.ca/2011/05/la-fois-actif-sedentaire-tout-un.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89chauffement_(sport)#Quel_.C3.A9chauffement_.3F_quelle_dur.C3.
A9e_.3F
2
3
de notre corps avant de commencer l’exercice. Il en existe 2 types : l’échauffement
dynamique et l’échauffement statique.
Lorsque nous parlons d’échauffement statique, nous faisons référence aux
étirements où « nous étirons le muscle lentement jusqu’à une position qui provoque un
léger inconfort, sans plus »3. Celle-ci se concentre à étirer les fibres musculaires afin
d’atteindre une plus grande flexibilité. En poursuivant l’opposition avec l’échauffement
dynamique : « Il s’agit ici d’un mouvement ample à vitesse variable »4. En d’autres mots,
il s’agit d’échauffement où il y a présence de mouvement, de rotation. Il s’agit
d’exercices aérobies, qui a comme intention de croître la température du corps et des
muscles pour dégager les vaisseaux sanguins dans les muscles utilisés ainsi qu’élever le
taux d’oxygène (exemples : Jogging léger, marche rapide etc).
Mais les gens sous-estimes l’importance de « l’activité physique ». Ils ne sont pas
au courant que la flexibilité a un lien direct sur la performance physique. Plus celle-ci est
grande, plus nous diminuons les risques de blessures étant donné que les muscle
deviennent plus souples. Lorsque nous parlons de flexibilité, nous nous concentrations
sur les articulations de notre corps. Nous faisons plus spécifiquement référence à la
capacité de faire bouger une articulation dans toute son amplitude. Il ne faut cependant
atteindre aucune raideur ou douleur.
Un autre élément à ne pas oublier lors de performance physique est la fréquence
cardiaque. Celle-ci définit le nombre de battements du cœur par minute. Par contre, il
ne faut pas oublier qu’il y a certains facteurs qui peuvent influencer le pouls au repos : la
3
4
Chevalier, Richard. « À vos marques,prêts,santé. » 5e édition, 2010, P.352
Ibid, P.352
4
température de l’environnement, une médication prise avant le test, une
consommation de caféine et l’âge du sujet. Lors de performance physique, plus il y a
d’effort, plus la fréquence cardiaque augmente. Dans ce laboratoire, nous évaluerons si
l’échauffement a un effet sur celle-ci.
La pertinence de ce laboratoire porte tout simplement sur la question du temps.
En trouvant la réponse à si l’échauffement a bel et bien un effet positif sur la
performance physique, nous pourrons savoir si l’échauffement est nécessaire avant
l’exercice ou bien s’il s’agit seulement d’une perte de temps.
5
But
Évaluer l’effet d’un échauffement sur la performance physique.
Questions de recherche
1-Est-ce que le fait que l’individu soit passif ou actif influence sa fréquence cardiaque?
2-Est-ce que la fréquence cardiaque initiale du participant influence l’écart de la
fréquence cardiaque finale?
3-Est-ce que l’échauffement influence la flexibilité?
4-Est-ce que le type d’échauffement influence la flexibilité?
Hypothèse
Nous pouvons déduire que la performance physique varie selon l’état du sujet.
Premièrement, nous allons effectuer un test pour déterminer les conditionnements
physiques des individus sélectionnés pour cette expérience. Une personne ayant une vie
saine, où elle pratique des exercices aérobies fréquemment, a habituellement, au repos,
une fréquence cardiaque inférieur à 60 battements par minute (bpm). Si nous étudions
plutôt une personne qui est dite passive, c’est-à-dire ne fait pas l’exercice nécessaire
pour mener une vie saine, la fréquence cardiaque au repos sera plus élevée. Suite à sa
performance physique cette personne possèdera un plus grand écart étant donné
qu’elle n’est pas aussi en forme que le personne active. Donc, l’état de l’individu
influence bien la fréquence cardiaque.
Pour les sujets classifiés en tant qu’actifs, il y a un plus grand échange gazeux à
travers le sang qui mène à un meilleur contrôle sur la fréquence cardiaque. Cela nous
indique que lors d’une activité physique d’une personne dite active leur fréquence est
plus contrôlée comparativement aux sujets passifs. Ils sont en mesure de l’augmenter
tout en la contrôlant. Ils auront alors un moins grand écart de la vitesse du pouls suite à
l’activité physique.
6
En ce qui concerne l’état initiale de la fréquence cardiaque, des études
démontrent que si la fréquence cardiaque initiale est basse, il y « réduction de la
dépense d’énergie du muscle cardiaque et sa consommation d’O2 »5.
Lorsque
quelqu’un a une fréquence cardiaque initiale basse, il s’agit surement d’une personne
de haut conditionnement physique qui fait que cette personne est habituée à l’exercice.
Sa fréquence cardiaque devrait donc rester basse.
Pour ce qui attrait à la flexibilité, l’échauffement améliore la flexibilité lors d’une
performance physique. La persistance et l’accentuation des échauffements ont un
impact sur la fréquence cardiaque sous l’influence de l’augmentation de la température
corporelle et la fluidité sanguine dans les muscles. Nous pouvons ainsi soumettre
qu’avec des fibres musculaire réchauffé suivi d’un étirement qui vise à les allonger, nous
améliorons effectivement la flexibilité.
Nous allons également nous concentrer sur le type d’échauffement, voir s’il y a
une différence sur lequel améliore le plus notre flexibilité. Des études démontrent que
l’échauffement dynamique « [a]méliore l’amplitude du mouvement, et donc la
flexibilité »6 étant donné qu’il s’agit d’un échauffement qui sert à réchauffer nos
muscles. Lorsque nous faisons référence à l’échauffement statique, pour voir une
différence au niveau de la flexibilité, il faut tenir plus longtemps l’étirement et le répéter
plus souvent. L’échauffement dynamique démontrera donc une plus grande
amélioration de la flexibilité.
5
6
http://home.nordnet.fr/scharlet/effetsE.htm
CHEVALIER, Richard. « À vos marques,prêts,santé. » 5e édition, 2010, P.352
7
Méthodologie
Variable dépendante
-Fréquence cardiaque
-Flexibilité
Variable indépendante
-Échauffement
Instruments
-Tapis roulant HORIZON CT7.1
-Boite flexion
Fiche participant
Participant 1
Sexe : M
Âge : 17
Participant 2
Sexe : M
Âge : 16
Poids : 200
Grandeur : 5’9’’
Poids : 166
Grandeur : 5’10’’
Fréquence cardiaque initiale : 79
Actif ou passif
Participant 3
Sexe : F
Âge : 18
Fréquence cardiaque initiale : 58
Actif ou passif
Participant 4
Sexe : F
Âge : 17
Poids : 150
Poids : 130
Grandeur : 5’3’’
Grandeur : 5’1’’
Fréquence cardiaque initiale : 72
Actif ou passif
Participant 5
Sexe : F
Âge : 17
Fréquence cardiaque initiale : 69
Actif ou passif
Participant 6
Sexe : M
Âge : 18
Poids : 125
Poids : 160
Grandeur : 5’4’’
Grandeur : 5’11’’
Fréquence cardiaque initiale : 92
Actif ou passif
Participant 7
Sexe : M
Âge : 17
Fréquence cardiaque initiale : 68
Actif ou passif
Participant 8
Sexe : M
Âge : 19
Poids : 160
Poids : 190
Grandeur : 5’11’’
Fréquence cardiaque initiale : 68
Actif ou passif
Grandeur : 6’’
Fréquence cardiaque initiale : 80
Actif ou passif
8
Participant 9
Sexe : F
Poids : 127
Âge : 17
Participant 10
Sexe : F
Âge : 18
Grandeur : 5’5’’
Poids : 168
Grandeur : 5’5’’
Fréquence cardiaque initiale : 112
Fréquence cardiaque initiale : 72
Actif ou passif
Participant 11
Sexe : M
Âge : 17
Actif ou passif
Participant 12
Sexe : F
Âge : 17
Poids : 146
Poids : 140
Grandeur : 6’
Fréquence cardiaque initiale : 88
Grandeur : 5’4’’
Fréquence cardiaque initiale : 72
Actif ou passif
Actif ou passif
Marche à suivre
Jour 1
-Faire passer test passif/actif
-Prendre fréquence cardiaque au repos
-Faire échauffement général
-Faire tapis roulant
- 30 secs niveau 3
-1 :30 niveau 7
-Prendre fréquence cardiaque
-Noter les résultats
Jour 2
-Prendre fréquence cardiaque au repos
-Faire tapis roulant
- 30 secs niveau 3
-1 :30 niveau 7
-Prendre fréquence cardiaque
-Noter les résultats
Jour 3
-Faire test flexibilité sans échauffement
-Noter les résultats
Jour 4
-Faire test flexibilité sans échauffement
-Faire échauffement 1
-Faire test flexibilité
-Noter les résultats
Jour 5
-Faire test flexibilité sans échauffement
-Faire échauffement 2
-Faire test flexibilité
-Noter les résultats
9
Résultats
Tableau 1
Treadmill avec échauffement
Participants
Fréquence cardiaque
au repos
Fréquence cardiaque
finale
Écart
1
79
130
51
2
58
128
70
3
68
140
72
4
69
168
99
5
92
152
60
6
92
156
64
7
88
156
68
8
76
124
48
9
96
148
52
10
100
144
44
11
96
178
82
12
88
176
88
10
Tableau 2
Treadmill sans échauffement
Participants
Fréquence cardiaque
au repos
Fréquence cardiaque
finale
Écart
1
79
131
52
2
58
91
33
3
72
154
82
4
69
121
52
5
92
180
88
6
68
148
80
7
68
180
112
8
80
132
52
9
112
156
44
10
72
112
40
11
88
144
56
12
72
130
58
11
Tableau 3
Flexibilité
Participants
Flexibilité sans
échauffement
Flexibilité avec
échauffement
statique
Flexibilité avec
échauffement
dynamique
1
32
32
29
2
26
30
26
3
22
26
26
4
31
33
33
5
13
14
14
6
26
29
26
7
23
26
26
8
1
2
2
9
32
35
31
10
30
33
28
11
27
30
30
12
21
24
24
12
Écart des fréquences cardiaques
des participants passifs
Écart
150
100
Avec échauffement
50
Pas d'échauffement
0
0
2
4
9
10
11
Participants
Écart des fréquences cardiaques
des participants actifs
120
100
60
Avec échauffement
40
Pas d'échauffement
20
0
0
1
3
5
7
8
Participants
100
80
Moyenne
Écart
80
Moyenne des écarts des
fréquences cardiaques
Participants
actifs
60
40
Participants
passifs
20
0
Avec échauffement
Pas d'échauffement
Type de performance physique
13
Fréquence cardiaque
Fc plus basse vs Fc plus haute
90
80
70
60
50
40
30
20
10
0
Participant avec fc la plus
basse au repos
Participants avec fc la plus
haute au repos
Avec échauffement sans échauffement
Type de performance physique
Résultats en cm
Test de flexibilité
40
35
30
25
20
15
10
5
0
Sans
échauffement
Échauffement
statique
Échauffement
dynamique
1
2
3
4
5
6
7
8
9 10 11 12
Participant
Flexibilité sans échauffement vs avec
échauffement
Résultats en cm
26
25.5
25
24.5
24
Moyenne
23.5
23
22.5
Sans échauffement
Avec échauffement
Type de performance physique
14
Moyenne
Échauffement statique vs
échauffement dynamique
26.5
26
25.5
25
24.5
24
23.5
23
22.5
22
Sans échauffement
Avec échauffement
Échauffement statique
Échauffement
dynamique
Type d'échauffement
15
Discussion
Les 12 participants utilisés pour ce laboratoire étaient tous âgés entre 16 et 19
ans. Leur grandeur variait mais la plupart se situait à environ 5’5-5’6 à l’exception du
participant 4 qui mesure 5’1 et le participant 8 qui se mesure à 6’. Il s’agissait de 6 gars
et 6 filles dont le poids variait entre les extrêmes de 125 lb et 200 lb. Nous avons classé
ces participants en 2 catégories : s’ils étaient actifs ou bien passifs. Les participants 1, 3,
5, 6, 7, 8 et 12 sont classifiés comme étant actifs tandis que les participants 2, 4, 9, 10 et
11 ont été classés passifs. Au début de l’expérience, nous avons pris leur fréquence
cardiaque au repos sur laquelle nous avons basé nos évaluations. Le participants 1 avait
une fréquence cardiaque de 79, participant 2 avait 58 tandis que les participants 3, 10 et
12 ont obtenus un résultat de 72. Celle des participants 4 et 5 étaient de 69 et 92. Les
participants 6 et 7 avaient la même fréquence cardiaque au repos de 68 tandis que
celles des participants 8, 9 et 11 étaient plus hautes, obtenant des résultats de 80, 112
et 87.
Le premier tableau notent les résultats de la différence de fréquence cardiaque
au début de l’exercice et à la fin avec échauffement débutant la course au tapis roulant.
L’exercice effectué par nos participants constituait à faire l’échauffement général
(combinaison de l’échauffement statique avec échauffement dynamique)(voir annexe 1
et 2) puis de courir 30 secondes à la vitesse 3 puis 1 minutes 30 secondes à la vitesse 7
en notant leur fréquence cardiaque initiale puis finale. L’écart des participants 1, 8, 9 et
10 se situe entre 44 et 52. Il s’agit de nos plus petits écarts. Les participants 5, 6 et7 ont
obtenus un écart entre 60 et 68 comparativement aux participants 2 et 3 qui ont une
16
moyenne d’écart de 71. La moyenne des participants 11 et 12 est de 85 tandis que le
participant 4 a obtenus l’écart le plus élevé de 99. (Voir tableau 1 pour résultats exactes)
Dans le tableau numéro 2, nous avons fait la même chose mais sans
échauffement débutant l’exercice. Dans ce cas-ci, les participants 1, 4, 8, 11 et 12 ont
une moyenne d’écart de 54 tandis que la moyenne des participants 9 et 1 est de 42. Les
participants 3, 5 et 6 se situent à un écart entre 80 et 88. Les extremums des écarts sont
les participants 2 et 7 qui ont obtenus des résultats 33 et 112. (Voir tableau 2 pour
résultats exactes)
Le deuxième aspect qui fut évalué lors de ce laboratoire est la flexibilité. Avec
nos essaies de test de flexibilité et nos 12 participants, nous avons notamment analysé
si l’échauffement corporelle est efficace. En fait d’échauffement statique, nous avons
compté 20 secondes constante d’étirements de bras et de jambes ainsi que 20 secondes
d’échauffement de rotation circulaire des bras
(rotation des deux côtés) comme
échauffement dynamique. Le deuxième élément de cet échauffement consistait à se
tenir debout avec les pieds positionnés parallèlement en effectuant des battements de
touché de la main aux pieds (chaque côté). À la suite de chaque échauffement, il passait
le test de flexibilité afin de comparer les résultats. Les participants 1, 4, 9 et 10 ont
obtenus un résultat initial dans la vingtaine tandis que les participants 2, 3, 6, 7, 11 et 12
ont obtenus dans la basse trentaine. Les participants 5 et 8 ne sont pas dans ces
moyennes obtenant des résultats de 13 et 1 cm. Suite à l’échauffement statique, les
résultats ont tous augmenté, certains de seulement 1 cm mais pour la plupart il
17
s’agissait d’une augmentation de 3 cm. En comparant ceux-ci avec les résultats obtenus
suite à l’échauffement dynamique, les résultats sont soient restés pareils ou bien ont
diminué. (Voir tableau 3 pour résultats exactes)
Le premier graphique compare les écarts de la performance physique avec
échauffement à la performance physique sans échauffement des participants passifs 2,
4, 9, 10 et 11. En observant ce graphique, nous pouvons voir que les écarts de la
fréquence cardiaque avec échauffement sont plus élevés que les écarts de la fréquence
cardiaque sans échauffement. La raison pour ceci est bien simple. Étant passifs, ces
participants ne font pas l’exercice suggérer pour mener une vie saine qui veut dire qu’ils
ne sont pas en très grande forme. En faisant l’échauffement avant le tapis roulant, il y a
une plus grande exigence physique que s’il s’agit seulement de courir sur le tapis
roulant. Ils ne sont probablement pas habituer à cette dépense d’énergie qui fait que
l’écart de leur fréquence cardiaque est plus grand.
Le deuxième graphique représente les mêmes résultats que le premier mais pour
les participants 1, 3, 5, 7 et 8 qui sont classés comme étant actifs d’après le
« Questionnaire : passif ou actif ?» (voir annexe 3). Les résultats pour celui-ci sont le
contraire des résultats des participants passifs : les écarts de la performance sans
échauffement sont plus élevés que les écarts de la fréquence cardiaque avec
échauffement. Il est de même puisque avec échauffement, les participants actifs ont eu
le temps de stabiliser leur fréquence cardiaque. Ce à quoi nous faisons référence est
qu’ils ont eu le temps de la monter puis de la garder à ce niveau tandis que sans
18
échauffement les écarts sont plus hauts étant donné que le choc est arrivé plus vite. Ce
choc fait que la fréquence cardiaque augmente rapidement qui explique le plus grand
écart.
Le troisième graphique porte sur le même sujet à l’exception qu’il s’agit de la
moyenne de leurs écarts. La moyenne des participants passifs utilisés dans le premier
graphique est de 69,4 avec échauffement et de 45 sans échauffement. Pour les
participants actifs, la moyenne avec échauffement est de 59,8 et de 77,2 sans
échauffement. En observant ce graphique, nous voyons bien que le fait que la personne
soit passive fait que l’écart avec échauffement est plus haut que sans échauffement et
qu’il s’agit du contraire pour une personne dite active.
Le quatrième graphique a pour but de démontrer les différentes moyennes
suites aux performances physiques avec échauffement et sans échauffement. Nous
l’avons fait pour les 3 fréquences cardiaques initiales les plus basses. La moyenne des
écarts des participants 2, 3 et 4 (3 fc plus basse avec échauffement) est de 80,3 tandis
que celle des participants 2, 6 et 7 (3 fc plus basse sans échauffement) est de 75. Étant
donné que leur fréquence cardiaque est déjà basse, moins l’exigence est grande, moins
l’écart sera grand qui explique pourquoi avec échauffement la moyenne est plus grande
étant donné qu’il y a une plus grande dépense d’énergie.
Dans ce même graphique, nous avons évalué les mêmes aspects mais pour les 3
fréquences cardiaques initiales les plus hautes. La moyenne des écarts des participants
9, 10 et 11 (3 fc plus haute avec échauffement) est de 59,3 comparativement à la
19
moyenne des participants 5,9 et 11 (3 fc plus haute sans échauffement) est de 62,6. Le
fait que leur fréquence cardiaque soit déjà élevé pour commencer fait qu’ils ont une
plus grande capacité à la maintenir élevé qui démontre la moyenne moins élevé avec
échauffement. La moyenne sans échauffement est plus élevée, ce qui revient au
principe de l’effet du choc sur le corps. Le choc arrive plus rapidement qui fait
augmenter la fréquence cardiaque plus que s’il y a un échauffement précédant la
performance physique. Ce graphique montre que plus la fréquence cardiaque initiale est
basse, plus l’écart sera grand suite à la performance physique avec échauffement et le
contraire lorsque la fréquence cardiaque initiale est élevée.
Le cinquième graphique démontre les résultats des 12 participants suite aux 3
exercices de flexibilité. En observant ce graphique nous voyons bien que peu importe le
type d’échauffement, il y a une amélioration ou l’équivalent. Le sixième graphique
démontre vraiment la différence entre les 2. Nos 12 participants ayant procédé le test
de flexibilité sans échauffement ont obtenu comme résultat une moyenne de 23,67 cm
tandis que le test de flexibilité avec échauffement générale nous donne une moyenne
de 25,5 cm. Il y a donc une amélioration de 1,83 cm. Nous remarquons très bien que la
flexibilité sans échauffement précédent l’exercice physique, comparativement au
contraire, nous donnes des résultats équivalents ou une diminution. Il en est le cas
puisque la combinaison des deux types de mouvements augmente la température du
corps et diminue la raideur des fibres musculaires qui fait que le participant n’a pas les
muscles aussi raide que sans échauffement. Ceci permet l’obtention de meilleurs
résultats.
20
Le septième graphique compare les 2 types d’échauffement afin de voir si l’un
est plus efficace que l’autre. Selon nos résultats, en comparant le test de flexibilité sans
échauffement et l’échauffement statique, il y a une amélioration de 2,75 cm. La
moyenne du test avec échauffement statique est de 26,42 cm. Pour ce qui est de
l’échauffement dynamique, qui aide à augmenter le rythme cardiaque et la température
corporelle, il y a une amélioration de 0,91 cm. Nous y avons calculé une moyenne de
24,58 cm. Nous voyons bien que nos participants obtiennent de meilleurs résultats suite
à l’échauffement statique qui sert à allonger et préparer les fibres musculaires au test
de flexibilité.
Selon notre hypothèse, nous avons estimé que l’échauffement dynamique aura
un plus grand impact sur l’amélioration de la flexibilité comparativement aux
échauffements statiques (différence de 1,84 cm). Toutefois, pour bien allongé et
préparer les fibres musculaires, il semblerait que nos choix d’échauffements de 20
secondes chacun n’était pas suffisant en ce qui concerne le réchauffement de nos
muscles. Étant donné que le test de flexibilité ne demande pas autant de performance
aérobie qui serait amélioré par l’échauffement dynamique, l’échauffement statique est
plus efficace en ce qui concerne l’augmentation des résultats de flexibilité7.
Il faut comprendre que nos résultats ne sont pas à suivre à la note puisque
certains aspects ont fait que nous avons dû nous limiter à ceci. Le fait que nous avions
seulement environ un mois et demi pour effectuer cette expérience fait que nous avons
dû nous limiter sur le nombre de participants. Nos résultats seraient plus réalistes si
7
http://www.savoir-sport.org/savoir_sport/index_f.aspx?ArticleID=620
21
nous avions pu évaluer plus de participants. Plus le nombre de participants est grand,
plus les résultats sont significatifs. Il y avait aussi le côté argent. Étant seulement des
élèves du secondaire gagnant le salaire minimum, nous n’étions pas en mesure de nous
procurer les instruments de plus haute gamme qui vient à parler des sources d’erreurs.
Comme nous n’avions pas les meilleurs instruments, nos participants ont dû
prendre leur fréquence cardiaque par tâtonnement (se mettre les doigts appuyé contre
le cou pour trouver la fréquence cardiaque). Il se pourrait donc que quelques-uns
d’entre eux ont eu plus de difficulté à faire ainsi qui ferait que leurs écarts ne sont pas
exacts. Il y a aussi le fait que nous n’avons pas fait d’antécédent sur leurs activités
physiques précédent l’obtention de leur fréquence cardiaque initiale qui veut dire que la
fréquence cardiaque d’un participant pourrait être suite à sa classe d’éducation
physique donc pas vraiment au repos. Une autre chose qui a peut être affecté nos
résultats est que nous n’étions pas en mesure de vérifier si le participant faisait
l’échauffement d’une manière efficace. En d’autres mots, nous ne pouvions pas vérifier
si le participant y mettait à fait dans l’échauffement pour bien cibler les muscles en
questions.
De plus, nous recommandons pour tous participants classifiés en tant que passifs
(débutants) de pratiquer ce type d’exercice pendant une durée entre 10 à 20 minutes,
ce qui n’était pas notre cas (2 minutes). Nous pourrions donc vraiment voir jusqu’à quel
point le participant passif pousse sa fréquence cardiaque avant de la maintenir. Avec
22
notre exercice de 2 minutes, il se pourrait que le participant soit dans la montée de sa
fréquence cardiaque mais pas au sommet.
Pour ceux classifié en tant qu’actif (athlète), nous recommandons une plus
grande durée d’échauffements (30 à 60 minutes), puisque le corps est déjà habitué aux
comportements8. De cette façon, il y a de plus grande chance que l’échauffement ait fait
un plus grand effet qui indiquerait une plus grande variation des résultats.
Conclusion
Bref, nous avons été en mesure d’établir que les échauffements sois dynamique
ou statique influence effectivement la performance physique. Nos résultats justifient
que la fréquence cardiaque est bel et bien influencée par l’état du participant. Selon nos
données, nous avons observé que les participants actifs ont une meilleure capacité de
soutenir et contrôler leurs pouls suite aux réchauffements du corps contrairement au
participant passifs où nous avons observé que l’échauffement précédent demande une
plus grande dépense d’énergie donc leur fréquence cardiaque est plus élevé. Nos
résultats sont en accords avec ce que nous avions prédit dans l’hypothèse.
Relativement à cette activité, nous avons noté une moyenne des participants
avec les fréquences initiales les plus bases au repos contre les plus haut. Selon cette
évaluation, les participants ayant un pouls bas au repos ont eu un plus grand écart avec
la performance où a lieu le processus précédés par des échauffements. Pour ceux ayant
une fréquence cardiaque plus élevé au repos, nous avons remarqué qu’ils obtiennent un
8
http://ksperformance.wordpress.com/2011/04/12/dynamic-warm-up/
23
plus grand écart avec une performance sans échauffements. Notre hypothèse est donc
confirmée.
Pour le coté flexibilité, nous avons prouvé que la flexibilité est influencée par
l’échauffement. Nous avons comparé les deux types d’échauffements corporels qui
influencent le test de flexibilité et nous avons conclu que l’échauffement statique
apporte une plus grande amélioration. Par contre, les deux types ont démontrés une
progression. Nos résultats sont donc le contraire de notre hypothèse.
24
Bibliographie
À la fois actif & sédentaire : Tout un paradoxe,
http://phdobesite.blogspot.ca/2011/05/la-fois-actif-sedentaire-tout-un.html, 2011
BENOIT Martin, Échauffement dynamique,
http://ksperformance.wordpress.com/2011/04/12/dynamic-warm-up/,
(31/04/2012)
CHEVALIER, Richard, À vos marques, prêt, santé 5 édition, 2012, p.352
CROSS Sarah, Fiches scientifiques, http://www.savoirsport.org/savoir_sport/index_f.aspx?ArticleID=620, (31/04/2012)
Échauffement (sport)
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89chauffement_(sport)#Quel_.C3.A9chauffem
ent_.3F_quelle_dur.C3.A9e_.3F (18/04/2012)
Rythme cardiaque anormalement lent : un des troubles les plus graves qui soit,
http://expression.rmc.fr/556045/Rythme-cardiaque-anormalement-lent-un-destroubles-les-plus-graves-qui-soit/
25
Annexe
Annexe 1
1. Premier échauffement statique : muscles intérieur des cuisses.
2. Deuxième échauffement statique : muscles inférieur et extérieur des bras.
Annexe 2
1. Premier échauffement dynamique : rotation
circulaire des bras.
2. Deuxième échauffement dynamique : le
participant se tient debout avec les pieds
positionnés parallèlement en effectuant des
battements de touché de la main au pied opposé
avec alternation (40 secondes en tout).
26
Annexe 3
Questionnaire : passif ou actif?
Les 15 situations décrites ci-après vous aideront à répondre à cette question. Pour
chacune des 5 habitudes de vie, vous avez à choisir, parmi 3 comportements, celui qui vous
décrit le mieux actuellement. Accordez-vous 5 points pour les situations 1,4,7,10 et 13; 0
point pour les situations 2,5,8,11 et 14; et 2 points pour les situations 3,6,9,12 et 15. Ce bilan
éclair devrait déjà vous sensibiliser à la relation qui existe entre votre mode de vie et votre
santé.
Activité physique : sédentaire ou actif?
1-Je fais, tous les jours ou presque, au moins 30 minute d’activité physique
d’intensité légère à modérée OU je pratique au moins 3 fois par semaine,
pendant 30 à 60 minutes, une activité physique d’intensité modérée ou parfois
élevée.
2-Je fais moins de 10 minutes d’activité physique modérée chaque jour.
3-Je me situe plutôt entre 1 et 2.
Alimentation : malbouffe ou bonne bouffe?
4-Je prends, chaque jour ou presque, 3 repas équilibrés. Je mange régulièrement
des fruits et des légumes frais ainsi que des aliments riches en fibres (céréales,
pain, riz, pâtes, légumineuses). J’essaie le plus possible d’éviter les aliments
riches en gras saturés et en huiles hydrogénées.
5-Je croque rarement des fruits et des légumes frais et je ne raffole pas des
aliments riches en fibres. De plus, je mange régulièrement (plus de 3 fois par
semaine) des repas préparés ou des repas-minutes (fast-food) sans me soucier
de leur valeur. Il m’arrive aussi de sauter des repas et de manger à des heures
irrégulières.
6- Je me situe plutôt entre 4 et 5.
Cigarettes : fumeur ou non-fumeur?
7-Je ne fume pas et j’évite autant que possible la fumée secondaire.
8-Je fume plus de 20 cigarettes par jour.
9-Je fume moins de 10 cigarettes par jour.
Stress : tendu ou détendu?
10-Je suis plutôt calme, je dors bien la plupart du temps et je ne panique pas
facilement quand un problème surgit. Quand c’est nécessaire, je fais ce qu’il faut
pour contrôler mon niveau de stress.
11-Je me sens souvent tendu et il m’arrive fréquemment de ressentir des
raideurs dans la nuque et entre les omoplates. Je ne dors pas bien et il me
semble que je m’en fais pour tout et pour rien.
12-Je me situe plutôt entre 10 et 11.
Alcool : gros buveur ou buveur modéré ou sobre?
13-Je prends au maximum 2 consommations d’alcool par semaine ou pas du
tout.
14-Je prends régulièrement plus de 4 consommations d’alcool par semaine et
parfois plus.
15-Je me situe plutôt entre 13 et 14.
Faites le total des points obtenus.__________
27
Téléchargement
Explore flashcards