Revue Médicale Suisse

publicité
Revue Médicale Suisse
La radiothérapie systémique des
métastases osseuses
Auteur : A. Boubaker A. Bischof Delaloye
Numéro : 2461
Sujet: Urologie
Lorsque les douleurs liées aux métastases osseuses multiples deviennent
hormono- et/ou chimio-résistantes et qu’elles ne sont plus contrôlées par les
antalgiques conventionnels, la radiothérapie métabolique systémique à visée
antalgique doit être envisagée, avant l’introduction de dérivés morphiniques.
Ce traitement permet de diminuer les douleurs dans 60-80% des cas, voire de
les supprimer dans 25-40%, et peut être répété dans un délai de trois à quatre
mois. Les effets secondaires se limitent à une augmentation passagère des
douleurs dans environ 20% des cas et à une myélotoxicité modérée. Les
critères de sélection des patients sont la présence de douleurs osseuses
multiples dues à des métastases osseuses ostéoblastiques, l’absence de
chimio- et/ou radiothérapie extensive dans les quatre à six semaines
précédentes, une espérance de vie supérieure à deux mois et un taux de
thrombocytes > 100 g/l et de leucocytes > 4 g/l. Les radiopharmaceutiques
enregistrés en Suisse sont le strontium-89, le samarium-153 et le rhénium186. Une combinaison à la radiothérapie externe est possible en cas de menace
de fracture pathologique, par exemple. La seule contre-indication absolue est
le risque de compression médullaire.
Introduction
La prévalence des métastases osseuses dans le cancer avancé de la prostate varie de
55% à 100%.1-4 Les conséquences les plus fréquentes des métastases osseuses sont le
risque de fracture pathologique, la symptomatologie douloureuse et la diminution de
mobilité associée.1 La morbidité consécutive et le coût, tant en durée d'hospitalisation
qu'en qualité de vie, sont extrêmement élevés.5 Le premier symptôme des métastases
osseuses est la douleur.1 Les mécanismes responsables sont d'une part la libération de
cytokines et de neuropeptides produits ou agissant sur les rameaux nerveux endostéaux
et l'augmentation de pression sur le périoste générée par la croissance tumorale. Les
métastases osseuses des adénocarcinomes prostatiques induisent essentiellement une
réaction ostéoblastique intense. Celle-ci est responsable de la symptomatologie
douloureuse et des autres complications telles que compression médullaire et fractures
pathologiques. Alors que la radiothérapie externe est le traitement de choix pour une
maladie métastatique localisée, la radiothérapie métabolique systémique est indiquée
pour le traitement antalgique d'une maladie métastatique diffuse (fig. 1). Lorsque les
douleurs deviennent réfractaires à l'hormonothérapie et aux antalgiques conventionnels
(AINS, paracétamol), la qualité de vie de ces patients est compromise. Les premières
applications de strontium-89 pour le traitement antalgique des métastases osseuses du
cancer prostatique remontent aux années 60 avec de bons résultats palliatifs. 6 Depuis,
de nombreuses études ont démontré que la radiothérapie métabolique systémique à
visée antalgique permettait de contrôler la symptomatologie douloureuse chez un grand
nombre de patients, de façon partielle chez 50-55% et complète chez 25-40%
indépendamment du radiopharmaceutique utilisé. 5-7 Il est à relever que l'évaluation de
la réponse à ce traitement dans la littérature varie d'une série à l'autre, que les groupes
de patients sont parfois restreints et que les critères utilisés pour évaluer la réponse en
terme de douleur ne sont pas standardisés.1 Néanmoins, l'impact de la radiothérapie
métabolique systémique à visée antalgique sur la qualité de vie des patients souffrant
de métastases osseuses d'un adénocarcinome de la prostate n'est certainement plus à
démontrer, et mérite d'être proposée à tout patient échappant aux traitements
conventionnels avant que la douleur ne devienne trop invalidante et ne nécessite
l'introduction de dérivés morphiniques.7,8 Les cas de réponse objective, c'est-à-dire une
diminution ou une stabilisation des métastases à la scintigraphie osseuse et/ou une
diminution du PSA restent anecdotiques. Parmi les avantages de la radiothérapie
métabolique systémique par rapport aux autres traitements tels que la radiothérapie ou
chimiothérapie, il faut mentionner qu'il s'agit d'une procédure extrêmement simple
consistant en une seule injection intraveineuse dont les effets secondaires se limitent à
la possibilité d'une augmentation passagère des douleurs (« flare response ») dans
environ 20% des cas d'une durée de deux à cinq jours et une myélotoxicité en général
modérée (toxicité grade 3 à 4 dans moins de 10% des cas). Il n'y a aucun effet
secondaire digestif et aucune prémédication n'est nécessaire.
Les radiopharmaceutiques
Les radiopharmaceutiques utilisés pour le traitement palliatif des métastases osseuses
ont comme caractéristiques communes d'émettre des particules b-, c'est-à-dire des
électrons, qui ont un parcours tissulaire relativement court après lequel ils auront
déposés toute leur énergie et d'être incorporés dans les sites à haut degré d'activité
ostéoblastique de par leur propriété intrinsèque ou le ligand sur lequel ils sont chélatés,
permettant d'obtenir une concentration optimale dans les métastases osseuses du
cancer prostatique par rapport à l'os sain.2 Le mécanisme d'action des
radiopharmaceutiques métaboliques systémiques à visée antalgique n'est pas encore
élucidé, mais semble être le résultat d'effets direct et indirect des radiations ionisantes. 9
Le fait que certains patients soient soulagés déjà 48 heures après l'administration ne
peut être expliqué par l'effet direct des radiations ionisantes. Il a pu être démontré in
vitro que le Sr-89 se fixait préférentiellement durant la phase de minéralisation de la
matrice de collagène et de façon probablement définitive: ceci explique que sa fixation
soit plus grande dans les sites ostéoblastiques. L'effet antalgique résulte de l'effet
radiotoxique direct sur les cellules tumorales et les ostéoblastes et de la libération
accrue de prostaglandine E2 et d'interleukine 6 qui influencent le métabolisme
ostéoblastique. Plusieurs radiopharmaceutiques sont disponibles et le choix du produit le
plus adéquat se fait de façon individuelle en prenant en compte, entre autres,
l'extension de la maladie métastatique osseuse, son caractère ostéoblastique, la réserve
médullaire, et l'intensité des douleurs présentées par le patient. Le premier
radiopharmaceutique utilisé a été le P-32 déjà en 1950, avec un bon résultat antalgique
chez dix de douze patientes souffrant de métastases osseuses, de cancer du sein, mais
au prix d'une toxicité hématologique (leuco- et thrombopénies) relativement marquée,
puisqu'il est non seulement incorporé dans les sites métastatiques, mais également
dans les cellules souches de la moelle osseuse hématopoïétique. 10 Pour cette raison et
puisque d'autres radiopharmaceutiques sont actuellement à disposition, il n'est plus
recommandé pour le traitement palliatif antalgique des métastases osseuses. Tous ces
produits sont éliminés sous forme inchangée par voie rénale, avec une clairance initiale
rapide et environ 90% de l'activité non adsorbée sont éliminés dans les urines 48
heures après injection. Le tableau 1 résume les principales caractéristiques et
différences des trois produits actuellement enregistrés en Suisse et remboursés par les
assurances maladie.
Le Sr-89Cl2 (Metastron®,
Amersham Health)
Le chlorure de Sr-89 est le radioisotope qui a la plus longue demi-vie physique (50,5
jours) et le parcours tissulaire maximal le plus long en rapport avec l'énergie bmaximale. Il se distingue des deux autres radiopharmaceutiques par l'absence
d'émission g : cette caractéristique d'émetteur b pur permet de traiter les patients sur
un mode ambulatoire, puisqu'en terme de radioprotection aucun rayonnement
significatif n'est mesurable à la surface du patient. Par contre, l'absence d'émission g ne
permet pas de réaliser une imagerie par détection externe de qualité et de contrôler les
sites de fixation. Sa longue demi-vie et ses propriétés énergétiques expliquent le fait
que le délai de réponse entre l'injection et l'effet antalgique est relativement long et que
la durée de l'effet est également plus long en comparaison avec les autres produits. La
dose administrée est standard, mais peut être ajustée au besoin (réserve médullaire,
insuffisance rénale). Le nadir thrombocytaire survient entre six à huit semaines avec
une diminution de l'ordre de 20-40% par rapport au taux préthérapeutique. La
récupération est la plupart du temps complète. Tenant compte de ces caractéristiques, il
sera choisi pour traiter des patients présentant des douleurs encore «maîtrisables» par
les antalgiques conventionnels et une bonne réserve médullaire. 11,12
Sm-153-lexidronam (Quadramet®, Schering)
Le Sm-153 est chélaté sur le lexidronam, qui est un tétraphosphonate
(éthylènediaminetétraméthylènephosphonate : EDTMP), ce qui lui confère la propriété
de se concentrer dans les sites ostéoblastiques préférentiellement à l'os sain qui a un
turnover moins important. C'est l'isotope qui a la moins longue demi-vie et le plus court
parcours tissulaire des particules b-. Il a par contre une émission g dont l'énergie
permet de réaliser une imagerie par détection externe et de vérifier les sites de fixation
en comparaison avec la scintigraphie osseuse au Tc-99m-diphosphonates (fig. 2). Cette
émission g mesurable à la surface du patient ne permet pas d'administrer ce
radiopharmaceutique sur un mode ambulatoire : une surveillance en zone contrôlée de
six à huit heures avec hydratation intraveineuse et orale et récolte urinaire est
nécessaire. Selon la loi sur la radioprotection en vigueur, le patient ne peut quitter le
service de médecine nucléaire (zone contrôlée) que lorsque la radioactivité mesurable à
un mètre de distance a atteint la limite de la dose autorisée en ambulatoire (5 mSv/h).
Le délai de réponse est plus court que pour le Sr-89 et la durée de l'effet est de l'ordre
de quatre mois. La dose administrée est calculée en fonction du poids du patient (37
MBq/kg). Ses propriétés en font le radiopharmaceutique de choix en cas de douleurs
intenses qui demandent à être soulagées rapidement, non contrôlées et nécessitant
l'introduction de dérivés morphiniques. Il sera également le premier choix en cas de
formule sanguine limite inférieure et/ou en cas de réserve médullaire modeste. Le nadir
survient quatre à cinq semaines après l'injection, avec récupération des taux
préthérapeutiques à huit semaines, en fonction de la réserve médullaire. 13,14
Re-186-étidronate (Re-Bone®, Mallinckrodt)
Le dernier radiopharmaceutique disponible sur le marché en Suisse a des
caractéristiques intermédiaires entre le Sr-89 et le Sm-153 (demi-vie, énergie et
parcours tissulaire). Le Re-186 est chélaté par l'étidronate
(hydroxyéthylidènediphosphonate : HEDP) ce qui lui donne les mêmes propriétés que
pour les diphosphonates technétiés. Sa courte demi-vie permet d'administrer une plus
haute activité que le Sr-89 (dose standard de 1295 MBq) et permet également de
répéter le traitement déjà après six à huit semaines.15,17 En raison d'une émission g, le
traitement se fera selon les mêmes modalités que pour le Sm-153, c'est-à-dire en zone
contrôlée durant six à huit heures, avec récolte urinaire et mesure du débit de dose
avant que le patient ne quitte le service de médecine nucléaire.
Critères de sélection des patients et procédures
Tout patient souffrant de douleurs osseuses diffuses qui résistent aux antalgiques
conventionnels et/ou aux traitements anti-tumoraux (chimiothérapie ou
hormonothérapie) peut bénéficier d'une radiothérapie métabolique systémique (tableau
2). La procédure thérapeutique est extrêmement simple puisqu'il s'agit d'une injection
intraveineuse unique du radiopharmaceutique. Ce traitement devrait être réalisé avant
que les douleurs ne nécessitent l'introduction de dérivés morphiniques. L'espérance de
vie des patients doit être supérieure à deux mois au minimum. Le premier critère de
sélection à prendre en compte est le caractère ostéoblastique des métastases osseuses
et l'extension de la maladie métastatique. Ceci sera documenté par une scintigraphie
osseuse au Tc-99m-diphosphonates. Il est important de souligner que même si la
scintigraphie osseuse permet d'apprécier le degré de fixation du radiopharmaceutique
thérapeutique en raison de leurs propriétés similaires, cette dernière ne permet pas de
prédire la réponse à ce traitement. La discordance entre une bonne fixation du
radiopharmaceutique et l'absence de réponse n'est pas encore élucidée. Néanmoins,
l'extension massive et le délai entre l'apparition des douleurs et l'administration du
traitement semblent jouer un rôle important: c'est pour cette raison qu'il est essentiel
de proposer ce type de traitement avant que l'extension métastatique ne soit trop
importante et/ou que le patient ne soit en trop mauvaise condition générale. 7,8
Le principal effet secondaire de la radiothérapie métabolique systémique est une
myélotoxicité temporaire portant essentiellement sur les thombocytes et, dans une
moindre mesure, sur les leucocytes. Le degré de cette myélotoxicité et la récupération
après le traitement dépendent de l'extension de la maladie métastatique et de la
réserve médullaire. Dans la semaine qui précède l'administration du
radiopharmaceutique thérapeutique, le taux de thrombocytes devra être >= à 100 g/l,
le taux de leucocytes >= 4 g/l. En cas de numération thrombocytaire et leucocytaire
limite, et en présence d'une infiltration tumorale importante, la réserve médullaire peut
être évaluée par une scintigraphie médullaire aux anticorps anti-granulocytes (fig. 3). La
corrélation de la scintigraphie osseuse au Tc-99m-diphosphonates et de la scintigraphie
médullaire permettra de décider si le patient peut subir une radiothérapie métabolique
systémique sans encourir le risque d'une myélosuppression sévère : les sites de
métastases les plus intenses sur la scintigraphie osseuse seront ceux qui recevront la
plus grande dose d'irradiation. Si la scintigraphie médullaire montre que les réserves
sont déplacées vers les extrémités et/ou que les sites les plus touchés par l'extension
tumorale ne contiennent plus de moelle osseuse hématopoïétique, le risque d'une
myélosuppression sévère peut raisonnablement être écarté. Pour des raisons analogues,
le patient ne devra pas avoir reçu de radiothérapie ou chimiothérapie extensive dans les
quatre à six semaines précédant la radiothérapie métabolique, dans les douze semaines
en cas d'irradiation d'un hémicorps. Une radiothérapie limitée antérieure n'aura pas
d'effet significatif sur l'ampleur de la myélotoxicité, puisque l'irradiation externe induit
une fibrose et que, par conséquent, des sites préalablement traités par radiothérapie
externe ne contiennent plus de moelle osseuse hématopoïétique.
Dans l'évaluation préliminaire, on veillera à exclure un risque de compression médullaire
et/ou un risque de fracture pathologique. Dans de telles situations, une combinaison
entre une radiothérapie externe à visée de consolidation et la radiothérapie systémique
peut être envisagée, en tenant compte des paramètres biologiques sus-mentionnés. Les
patients ne doivent pas avoir reçu de traitement à base de diphosphonates ou de
calcium dans la semaine précédente (minimum 48 heures) afin d'éviter tout mécanisme
de compétition qui diminuerait le taux de fixation du radiopharmaceutique et, par
conséquent, la dose d'irradiation délivrée et l'efficacité du traitement. Par contre,
l'hormonothérapie peut être poursuivie sans risque d'interaction. La fraction du
radiopharmaceutique thérapeutique qui n'est pas adsorbée par l'os est éliminée par
filtration glomérulaire, de 80-90% durant les 48 heures qui suivent l'injection. Pour
diminuer la rétention de cette fraction non utile du radiopharmaceutique, les patients
sont hydratés soit par voie intraveineuse, soit par voie orale dans les six à huit heures
qui suivent l'injection. L'incontinence ou la rétention urinaire ne sont néanmoins pas des
contre-indications absolues : dans de telles situations, une sonde urinaire devra être
mise en place et laissée jusqu'à 3-4 jours après l'administration du traitement selon les
recommandations de l'European Association of Nuclear Medicine. 8 Pour la même raison,
les patients souffrant d'insuffisance cardiaque et/ou d'insuffisance rénale doivent être
préparés au préalable : en cas d'insuffisance sévère une diminution de la dose
thérapeutique pourra être envisagée, sans compromettre l'efficacité du traitement.
Il est indispensable d'informer les patients oralement et par écrit qu'il s'agit d'un
traitement uniquement palliatif à visée antalgique et que la maladie métastatique ne
peut être guérie par cette radiothérapie métabolique systémique. Le patient recevra une
feuille d'information et devra certifier qu'il a reçu toutes les informations nécessaires
avant l'injection et donner son accord. Ceci sera attesté par la signature du patient et du
médecin responsable du service de médecine nucléaire. Il doit également être mis au
courant des deux effets secondaires liés à ce type de traitement, à savoir la possibilité
d'une augmentation passagère des douleurs dans les jours qui suivent l'injection («flare
response») qui peut nécessiter une augmentation transitoire de la dose des antalgiques,
et de l'effet myélotoxique qui sera documenté par des contrôles hebdomadaires de la
formule sanguine jusqu'à récupération. Quel que soit le radiopharmaceutique utilisé, le
taux de réponse est de 60 à 80%, le plus souvent partiel, c'est-à-dire que les patients
pourront diminuer les doses d'antalgiques et améliorer leur qualité de vie et leur
mobilité. Le taux de réponse complète avec disparition des douleurs et possibilité
d'arrêter les antalgiques, ne survient que chez 25-40% des patients. Les patients
doivent également être informés qu'il est possible de répéter ce traitement, déjà après
six à huit semaines avec le Re-186, après douze semaines avec le Sr-89 et le Sm-153,
en fonction de la réserve médullaire. La réponse à chaque traitement consécutif en
terme de contrôle des douleurs n'est pas prédit par la réponse au traitement précédent :
un patient ne peut avoir que peu ou pas bénéficié d'une première injection et répondre à
un second traitement. Le risque de myélotoxicité sévère, voire d'une mylodépression
permanente augmente avec le nombre de traitements.
Autres radiopharmaceutiques et études cliniques en cours
Il ressort d'études sur la dosimétrie, que le rapport entre la dose délivrée aux sites
ostéoblastiques douloureux (bénéfice) et celle à la moelle osseuse hématopoïétique
(coût) est proportionnelle à l'énergie des particules b : plus l'énergie est basse, plus le
parcours tissulaire est petit, ce qui permet de délivrer l'essentiel de la dose aux sites
ostéoblastiques et de diminuer la myélotoxicité.18 D'autres isotopes à courte demi-vie et
basse énergie, tels que le Re-188 et le Sn-177m sont actuellement en phase
d'évaluation dans des études cliniques avec un effet antalgique atteint chez 60 à 80%
des patients et une myélotoxicité acceptable, mais comparable à celle observée avec le
Sm-153 et le Re-186.18-20
Dans une étude récente, l'association de cisplatine à faible dose (50 mg/m2) et de Sr-89
(148 MBq) semble avoir des résultats prometteurs, tant sur le contrôle des douleurs
(91% de réponse chez les patients ayant bénéficié de l'association contre 63% chez les
patients ayant reçu Sr-89 et placebo), que sur la progression des métastases osseuses
(27% des patients ayant reçu la combinaison contre 64% chez les patients traités par
Sr-89 et placebo).21
Conclusions
Lorsque les douleurs consécutives aux métastases osseuses multiples du cancer de la
prostate deviennent hormono-résistantes et que les antalgiques conventionnels ne sont
plus efficaces, la radiothérapie métabolique systémique doit être envisagée, même
avant l'introduction des dérivés morphiniques. C'est une procédure simple et bien
tolérée par la majorité des patients avec une amélioration de la symptomatologie
douloureuse et de la qualité de vie dans 60 à 80% des cas. La réponse à ce type de
traitement reste partielle dans environ deux tiers des cas et semble corréler avec
l'extension des métastases osseuses. Ceci nous pousse à insister sur le fait qu'une
maladie peu étendue est plus favorable en terme de contrôle de la douleur et de
l'amélioration de la qualité de vie, qu'une maladie métastatique disséminée à l'ensemble
du squelette. Bien qu'il n'y ait actuellement pas d'évidence que ces traitements soient
efficaces en terme de prévention des douleurs liées aux métastases osseuses, il semble
qu'un traitement plus précoce soit préférable.
Bibliographie : 1 Mertens WC, Filipczak LA, Ben-Josef E, et al. Systemic bone-seeking radionuclides for palliation of painful
osseous metastases : Current concepts. Ca Cancer J Clin 1998; 48: 361-74. 2 Janjan NA. Radiation for bone metastases.
Conventional techniques and the role of systemic radiopharmaceuticals. Cancer 1997; 80: 1628-45. 3 Oyen WJG, Witjes JA, Corstens
FHM. Nuclear medicine techniques for the diagnosis and therapy of prostate carcinoma. Eur Urol 2001; 40: 294-9. 4 Atkins HL.
Overview of nuclides for bone pain palliation. Appl Radiat Isot 1998; 49: 277-83. 5 Malmberg I, Persson U, Ask A, et al. Painful bone
metastases in hormone-refractory prostate cancer : Economic costs of Strontium-89 and/or external radiotherapy. Urology 1997; 50:
747-53. 6 Delaloye B. De l’utilité du 85-89Sr pour le traitement palliatif des métastases osseuses multiples et douloureuses. Dans :
Radioisotope in der Lokalisationsdiagnostik, Schattauer-Verlag, Stuttgart, FK, 1966; 503-6. 7 Dafermou A, Colamussi P, Giganti M, et
al. A multicentre observational study of radionuclide therapy in patients with painful bone metastases of prostate cancer. Eur J Nucl
Med 2001; 28: 788-98. 8 EANM procedure guidelines for treatment of refractory metastatic bone pain. Eur J Nucl Med 2003; 30: BP711. 9 Davis J, Pither RH. Biochemical responses in cultured cells following exposure to 89SrCl2 : Potential relevance to the mechanism
of action in pain palliation. Eur J Cancer 2001; 37: 2464-9. 10 Friedell HL, Storaasli JP. The use of radioactive phosphorus in the
treatment of carcinoma of the breast with widespread metastases to the bone. Am J Radiol 1950; 64: 559-75. 11 Pons F, Herranz R,
Garcia A, et al. Strontium-89 for palliation of pain from bone metastases in patients with prostate and breast cancer. Eur J Nucl Med
1997; 24: 1210-4. 12 Kasalicky J, Krajska V. The effect of repeated striontium-89 chloride therapy on bone pain palliation in patients
with skeletal cancer metastases. Eur J Nucl Med 1998; 25: 1362-7. 13 Tian JE, Zhang JM, Hou QT, et al. Multicentre trial on the
efficacy and toxicity of single-dose samarium-153-ethylene diamine tetramethylene phosphonate as a palliative treatment for skeletal
metastases in China. Eur J Nucl Med 1999 ; 26 : 2-7. 14 Serafini AN. Samarium Sm-153 lexidronam for the palliation of bone pain
associated with metastases. Cancer 2000 ; 88 : 2934-9. 15 Graham MC, Scher HI, Liu GB, et al. Rhenium-186-labeled
hydroxyethylidene diphosphonate dosimetry and dosing guidelines for the palliation of skeletal metastases from androgen-independent
prostate cancer. Clin Cancer Res 1999 ; 5 : 1307-18. 16 Han SH, de Klerk JMH, Tan S, et al. The Plachoren study : A double-blind,
placebo-controlled, randomized radionuclide study with 186Re-etidronate in hormone-resistant prostate cancer patients with painful
bone metastases. J Nucl Med 2002; 43: 1150-6. 17 Holle LH, Humke U, Trampert L, et al. Palliative Schmerztherapie beim ossär
metastasierten Prostata-Karzinom mit dem osteotropen b-Strahler 186Rhenium-hydroxyethylidendiphosphonat (HEDP). Urologe 1997;
36: 540-7. 18 Bouvhet LG, Bolch WE, Murty Goddu S, et al. Considerations in the selection of radiopharmaceuticals for palliation of
bone pain from metastatic osseous lesions. J Nucl Med 2000; 41: 682-7. 19 Palmedo H, Guhlke S, Bender H, et al. Dose escalation
study with rhenium-188 hydroxyethylidene diphosphonates in prostate cancer patients with osseous metastases. Eur J Nucl Med 2000;
27: 123-30. 20 Li S, Liu J, Zhang H, et al. Rhenium-188 HEDP to treat painful bone metastases. Clin Nucl Med 2001; 26: 919-22. 21
Sciuto R, Festa A, Rea S, et al. Effects of low-dose cisplatin on 89Sr therapy for painful bone metastases from prostate cancer : A
randomized clinical trial. J Nucl Med 2002; 43: 79-86.
Cet article vient de la Revue Médicale Suisse
www.medhyg.ch
L'adresse de cet article est :
www.medhyg.ch/formation/article.php3?sid=23403
Téléchargement
Explore flashcards