Telechargé par p.meird

cours04

publicité
Généralités
sur
les Fonctions réelles à variable réelle
—
MPSI Prytanée National Militaire
Pascal DELAHAYE
25 octobre 2017
Dans ce chapitre, nous allons nous intéresser aux fonctions dont la variable est réelle mais dont les valeurs peuvent
être soit réelles soit complexes.
1
Définition, Graphe et Opérations
Définition 1 : Ensemble de définition
Soit f : x 7→ f (x) avec x ∈ R et f (x) ∈ R ou C.
L’ensemble de définition de la fonction f est Df = {x ∈ R | f (x) existe}.
On pourra cependant restreindre la fonction f à toute partie I ⊂ R telle que I ⊂ Df .
Cette restriction pourra être notée : f|I
Exemple 1. Donner l’ensemble de définition des fonctions définies par les expressions suivantes :
1. f (x) = ln(1 + 2 sin x)
2. g(x) =
√
1 − x + i ln(3−x)
1−x
3. h(x) = tan x1
Définition 2 : Représentation Graphique d’une fonction réelle
Soit f : I → R.
La représentation graphique de la fonction f est l’ensemble des points du plan défini par
Cf = {M (x, f (x)) | x ∈ I}
On ne définit pas la représentation graphique d’une fonction à valeurs complexes.
La fonction sin
La fonction x 7→ x2
1
La fonction ln
Cours MPSI-2017/2018
Fonctions réelles à variable réelle
http://pascal.delahaye1.free.fr/
Définition 3 : Equation cartésienne d’une courbe
→ −
−
→
On considère le plan muni d’un repère R(O, i , j ), C une courbe du plan et f : R2 → R.
On dira que ”f (x, y) = 0” est une équation cartésienne de la courbe C lorsque :
M (x, y) ∈ C
⇐⇒
f (x, y) = 0
Une équation cartésienne se détermine donc par équivalences successives...
Exemple 2. La représentation graphique d’une fonction f ∈ F (I, R) admet pour équation cartésienne :
y = f (x)
Exemple 3. (∗) Dans le plan muni d’un ron, déterminer des équations cartésiennes des ensembles suivants :
1. Le cercle de centre Ω(−1, 2) et de rayon R = 3
2. L’ensemble des points M vérifiant M H = 2OM où H est le projeté orthogonal de M sur D : x = 1.
1.1
Transformations usuelles
Connaissant le graphe de la fonction x 7→ f (x), les graphes des fonctions suivantes (où a ∈ R) s’obtiennent par des
transformations simples du plan ...
x 7→ f (x) + a :
−
Translation de vecteur →
u (0, a))
x 7→ f (x + a) :
−
Translation de vecteur →
u (−a, 0)
x 7→ f (−x) :
Symétrie ⊥ par rapport à Oy
x 7→ f (a − x)
Symétrie ⊥ par rapport à x =
x 7→ f (ax)
Affinité ⊥ d’axe 0y, de rapport
x 7→ af (x)
Affinité ⊥ d’axe 0x, de rapport a
a
2
1
a
Exemple 4. (∗) Tracer les représentations graphiques des fonctions définies par :
1. f (x) = 2 cos( 13 x)
2. g(x) = 3 ln(4 − x)
2
3. h(x) = e− 2 − 1
x
Cours MPSI-2017/2018
1.2
Fonctions réelles à variable réelle
http://pascal.delahaye1.free.fr/
Résolution graphique d’équations et d’inéquations
Remarque 1. Les équations ou inéquations de la forme suivante se résolvent facilement graphiquement (aux erreurs
d’approximation près)...
f (x) = λ
f (x) ≤ λ
f (x) ≤ g(x)
Exemple 5. (∗) Donner graphiquement les solutions approximatives des équations et inéquations suivantes :
√
2
1. x2 − x + 1 ≤ 0
2. ln(2x) = 3 sin x
3. 1−x
≥ 2+x
1.3
Opérations sur les applications
Définition 4 : Opérations sur les fonctions
Dans l’ensemble F (I, K) où K = R ou C, on définit les lois de composition internes (lci) et externe
(lce) et les opérateurs suivants :
Loi
Notation
Addition :
(f + g)
∀x ∈ I,
(f + g)(x) = f (x) + g(x)
λ.f
∀x ∈ I,
(λf )(x) = λ × f (x)
f ×g
∀x ∈ I,
(f × g)(x) = f (x) × g(x)
|f |
∀x ∈ I,
|f |(x) = |f (x)|
Multiplication par un réel :
Multiplication :
Définition
Valeur absolue (ou module) d’une fonction :
Remarque 2.
1. Les opérations × et + dans F (I, C) sont commutatives et associatives et × est distributive par rapport à +.
On dira que (F (I, C) , +, .) est un R-espace vectoriel et que (F (I, C) , +, ×) est un anneau.
2.
: f × g = 0 ne signifie pas que l’une des deux fonctions est nulle.
On dira que l’anneau (F (I, C) , +, ×) n’est pas intègre.
Définition 5 : Composition de deux fonctions
Soit f : I → R et g : J → R ou C.
Lorsque pour tout x ∈ I, on a f (x) ∈ J (cela s’écrit f (I) ⊂ J) alors on peut définir l’application x 7→ g(f (x)).
Cette application est notée g ◦ f :
g◦f :
I −→ R ou C
x 7→ g(f (x))
et donc
3
∀x ∈ I, g ◦ f (x) = g(f (x))
Cours MPSI-2017/2018
Fonctions réelles à variable réelle
http://pascal.delahaye1.free.fr/
Exemple 6. Reconnaı̂tre les fonctions qui composent les expressions suivantes :
1. a(x) =
1
sin(1−x)
2. b(x) = ln((tan2 (x)))
3. c(x) = 2 + (ex−1 + 1)2
Remarque 3. La loi de composition est associative mais pas commutative.
2
2.1
Parité et périodicité
Parité
Dans cette partie, les fonctions sont à valeurs dans R ou C.
Définition 6 : Fonctions paires, impaires
Soit f une fonction définie sur un intervalle I symétrique par rapport à 0.
On dit que :
f est paire
ssi ∀x ∈ I, f (−x) = f (x)
f est impaire ssi ∀x ∈ I, f (−x) = −f (x)
Remarque 4.
1. Nous avons les caractérisations graphiques suivantes :
(a) f est paire ⇐⇒ Cf symétrique par rapport à Oy
(b) f est impaire ⇐⇒ Cf symétrique par rapport à O
2. Si f et g sont paires (resp. impaires) alors, f + g, et λf le sont aussi.
On dira que l’ensemble des fonctions paires (resp. impaires) de F (I, R) forment un sous-espace vectoriel de
F (I, R). (Voir le cours sur les espaces vectoriels)
Fonction paire
Fonction paire
√
Exemple 7. (∗) Etudier la parité de la fonction f définie par f (x) = ln( 1 + x2 − x).
Exercice : 1
(∗) Démontrer que toute fonction de la variable réelle se décompose de façon unique comme somme d’une fonction
paire et d’une fonction impaire ?
Appliquer le résultat précédent à la fonction exponentielle.
2.2
Périodicité
Définition 7 : Fonctions périodiques
Une fonction f définie sur R est périodique ssi
∃T > 0,
Fonction périodique
4
∀x ∈ I,
f (x + T ) = f (x)
Cours MPSI-2017/2018
Fonctions réelles à variable réelle
http://pascal.delahaye1.free.fr/
Exemple 8. (∗) Vérifier que la fonction f définie par f (x) = x − ⌊x⌋ est une fonction périodique.
Proposition 1 : Les fonctions périodiques usuelles
Si a ∈ R+∗ et b ∈ R, on a :
x 7→ cos(ax + b)
2. x 7→ tan(ax + b) est T =
1.
sont T = 2π
a périodiques
x 7→ sin(ax + b)
Preuve 1 :
π
a
périodique
Simple vérification...
Remarque 5.
Si f et g sont périodiques de même période T, alors f + g, f.g, f /g et λf sont aussi périodiques de période T .
On dira que l’ensemble des fonctions périodiques de F (I, R) forme une sous-algèbre de F (I, R).
(Voir le cours sur les espaces vectoriels)
Exemple 9. (∗) Déterminer une période de la fonction définie sur I par :
3
f (x) =
cos(5x+3)
1+tan2 (x/3) .
Variations, Encadrements et Extrema
Dans cette partie, les fonctions sont uniquement à valeurs dans R.
3.1
Sens de variation
Définition 8 : Fonctions monotones
On
On
On
On
On
dit
dit
dit
dit
dit
que
que
que
que
que
f
f
f
f
f
est
est
est
est
est
croissante sur I
décroissante sur I
monotone
strictement croissante sur I
strictement décroissante sur I
ssi
ssi
ssi elle est
ssi
ssi
∀(x, y) ∈ I 2
∀(x, y) ∈ I 2
croissante
∀(x, y) ∈ I 2
∀(x, y) ∈ I 2
ou
x < y ⇒ f (x) ≤ f (y).
x < y ⇒ f (x) ≥ f (y).
décroissante.
x < y ⇒ f (x) < f (y).
x < y ⇒ f (x) > f (y).
Remarque 6. Une fonction constante est à la fois croissante et décroissante.
Exemple 10. (∗∗) Soit f : R 7→ R telle que f of est croissante tandis que f of of est strictement décroissante.
Montrer que f est strictement décroissante.
Exercice : 2
(∗) Soit f une fonction croissante et périodique de R dans R. Montrer que f est constante.
Exercice : 3
(∗∗) Soit f une fonction croissante de R dans R telle que f ◦ f = idR . Montrer que f = idR .
Proposition 2 : Règle des signes pour la composition
Soient f : I 7→ R et g : J 7→ R deux fonctions monotones.
Si f (I) ⊂ J, on peut définir g ◦ f : I 7→ R.
Dans ce cas, g ◦ f est monotone et l’on peut utiliser une règle équivalente à la règle des signes pour retrouver
la monotonie de g ◦ f :
f
ր
ր
ց
ց
Preuve 2 :
g
ր
ց
ր
ց
g◦f
ր
ց
ց
ր
Applications simples des définitions précédentes.
Exemple 11. (∗) Quel est le sens de variation de la fonction f définie par f (x) = tan2 x sur ] − π2 ,
5
π
2[?
Cours MPSI-2017/2018
3.2
Fonctions réelles à variable réelle
http://pascal.delahaye1.free.fr/
Majorant, minorant, maximum et minimum
Définition 9 : Majorants, minorants d’une fonction
Soit f une fonction définie sur I ⊂ R.
On dira que :
• f est majorée par un réel M ∈ R sur I lorsque : ∀x ∈ I, f (x) ≤ M .
Majorer f sur I signifie donc : ”Trouver un réel M tel que ∀x ∈ I, f (x) ≤ M ”.
• f est minorée par un réel m ∈ R sur I lorsque : ∀x ∈ I, m ≤ f (x).
Minorer f sur I signifie donc : ”Trouver un réel m tel que ∀x ∈ I, m ≤ f (x)”.
Remarquez que les valeurs M et m sont indépendantes de la variable x.
Majorants et Minorants d’une fonction f
Pour montrer qu’une fonction f est majorée sur I
Il s’agit de rechercher M ∈ R tel que ∀x ∈ I on a f (x) ≤ M ”.
Plusieurs méthodes sont alors possibles :
1. Par majorations successives en partant de x ∈ I
2. En effectuant l’étude de la fonction f sur I
3. En majorant f (x) en valeur absolue
(Cette méthode prouve également que f est bornée)
Remarque 7. Même principe pour montrer qu’une fonction est minorée sur I.
Définition 10 : fonction bornée sur I
On dit qu’une fonction f est bornée sur I ⊂ R si et seulement si A = {f (x) | x ∈ I} est bornée.
En d’autres termes :
f est bornée sur I ⊂ R
ssi
∃m, M ∈ R
Ou encore :
f est bornée sur I ⊂ R
ssi
∃M ∈ R+
Preuve 2 :
tels que
tel que
∀x ∈ I,
∀x ∈ I,
m ≤ f (x) ≤ M .
|f (x)| ≤ M .
On vérifie sans difficulté que les deux définitions sont équivalentes.
Remarque 8. Nous verrons aussi plus tard le théorème de Weierstrass qui dit que toute fonction réelle continue sur un
segment est bornée sur ce segment.
Fonction bornée sur I
Fonction non bornée sur I
6
Cours MPSI-2017/2018
Fonctions réelles à variable réelle
Exemple 12. (∗) Montrer que la fonction A définie par A(x) =
sin x−2 cos x
esin x
http://pascal.delahaye1.free.fr/
est bornée sur R.
Définition 11 : Maximum et minimum d’une fonction sur I
Soit f une fonction réelle définie sur I.
1. Lorsque {f (x) | x ∈ I} admet un maximum alors cette valeur est appelée le maximum de f sur I
2. Lorsque {f (x) | x ∈ I} admet un minimuml alors cette valeur est appelée le minimum de f sur I
Maximum et minimum d’une fonction sur I
Définition 12 : Maximum et minimum local d’une fonction sur I
Soit f une fonction réelle définie sur I et x0 ∈ I.
On dira que :
1. f (x0 ) est un maximum local de f lorsque c’est un maximum de f sur un intervalle ouvert contenant x0 .
2. f (x0 ) est un minimum local de f lorsque c’est un minimum de f sur un intervalle ouvert contenant x0 .
Remarque 9. Nous verrons plus loin que la dérivée permet de déterminer les extrema locaux d’une fonction dérivable.
4
Continuité
Définition 13 : Continuité
Soit f une fonction définie sur un intervalle I à valeur dans R.
On dira que f est continue en un point x0 ∈ I lorsque :
f (x) −−−−→ f (x0 )
x→x0
On dira que f est continue sur l’intervalle I lorsque f est continue en tout point de I.
Remarque 10. Intuitivement, la notion de continuité correspond au fait que l’on peut tracer le graphe de la fonction
sans avoir à lever le stylo.
Remarque 11. Les fonctions usuelles (cos, sin, tan, ln, exp, polynomiales, rationnelles) sont continues sur leur ensemble
de définition.
7
Cours MPSI-2017/2018
Fonctions réelles à variable réelle
http://pascal.delahaye1.free.fr/
Remarque 12.
On dira que f est continue à droite en un point x0 ∈ I lorsque : f (x) −−−−→
f (x0 ).
+
x→x0
On dira que f est continue à gauche en un point x0 ∈ I lorsque : f (x) −−−−→
f (x0 ).
−
x→x0
f est alors continue en x0 ssi elle est continue à droite et à gauche en x0 .
Méthodes pour étudier la continuité d’une fonction :
• Continuité en un point x0 :
(a) Méthode 1 : On vérifie que :
f (x) −−−−→ f (x0 ).
x→x0
(b) Méthode 2 : Si l’expression de f différe d’un côté et de l’autre de x0 .

f (x0 )
 f (x) −−−−→
x→x+
0
On montre que
.
 f (x) −−−−→ f (x0 )
x→x−
0
• Continuité sur un intervalle I : On utilise les théorèmes généraux sur la continuité :
La somme, le produit et les combinaisons linéaires de deux f◦ continues sur I sont continues sur I.
Le rapport de deux f◦ continues sur I est continue sur I si la fonction au dénominateur ne s’annule pas.
La composée g ◦ f , de f continue sur I et de g continue sur f (I) est continue sur I.
Exemple 13. (∗)
1. Etudier la continuité en 0 de la fonction f définie par
√
f (x) = x si x ≥ 0
.
f (x) = x3 si x < 0
2. Etudier la continuité sur R des fonctions f et g définies par f (x) = ln(ex + 1) et g(x) =
x+x2
1+|x| .
Définition 14 : Prolongement par continuité
Soient I un intervalle, x0 ∈ I et f : I\{x0 } → R.
Si la fonction f admet une limite finie l à droite en x0 , on pourra alors prolonger f en une fonction
f˜ : I ∪ {a} −→ (
x
7→
R
˜f (x) = f (x)
˜f (x0 ) = l
si x ∈ I\{x0 }
La fonction f˜ ainsi construite est continue à droite au point x0 .
On dit que f˜ est le prolongement par continuité de f au point x0 .
Prolongement par continuité
Remarque 13. Pour éviter de compliquer les notations, on confondra souvent f et f˜
Exemple 14. Prolongez par continuité en 0 (si c’est possible) les trois fonctions suivantes :
8
Cours MPSI-2017/2018
Fonctions réelles à variable réelle
1. f (x) = x. ln x
2. g(x) =
1−cos x
x2
http://pascal.delahaye1.free.fr/
3. h(x) =
√ x
x+1−1
Exercice : 4
Soit x ≥ 0.
Prouver que la fonction f définie sur ]0, π2 ] par f (t) = (sin t)x est prolongeable par continuité.
La notation xα pour α ∈ R\Q est définie par sur R+∗ par xα = eα ln x .
5
5.1
Eléments de calcul différentiel
Définition
Définition 15 : Dérivée d’une fonction
Soit une fonction f ∈ F (I, R), et un point x0 ∈ I.
On définit le taux d’accroissement de la fonction f au point x0 :
1. On dit que f est dérivable en x0 ∈ I lorsque :
′
lim ∆x0 (x)
x→x0
∆x0 : I \ {x0 } −→
x
7→
R
f (x)−f (x0 )
x−x0
existe et est finie.
On note f (x0 ) cette limite que l’on appelle nombre dérivée de f en x0 .
2. On dit que la fonction f est :
a) dérivable à droite en x0
lorsque
b) dérivable à gauche en x0
lorsque
lim ∆x0 (x)
existe et est finie
lim ∆x0 (x)
existe et est finie
x→x+
0
x→x−
0
On note alors fd′ (x0 ) (dérivée à droite en x0 ) et fg′ (x0 ) (dérivée à gauche en x0 ) ces deux limites.
Théorème 3 : Caractérisation de la dérivabilité en un point x0
f dérivable à droite en x0
f est dérivable en x0 ⇐⇒
f dérivable à gauche en x0
et fd′ (x0 ) = fg′ (x0 )
Exemple 15.
(∗) Prouver que les fonctions suivantes sont dérivables en tout x0 ∈ R et déterminer leur nombre dérivée en ce point.
2. f (x) = x2
1. f (x) = sin x
3. f (x) =
Exemple 16. (∗) Etudier la dérivabilité en 0 de la fonction f définie sur R par :
√
x
f (x) = x(1 +
Lorsqu’elle existe, la dérivée d’une fonction f en un point x0 ∈ R
est le coefficient directeur de la tangente au point M0 (x0 , f (x0 )).
Celle-ci a donc pour équation cartésienne :
y = f (x0 ) + f ′ (x0 )(x − x0 )
Remarque 14. Lorsque ∆x0 (x) −−−−→ ±∞, on dit que Cf admet une tangente verticale en x0 .
x→x0
9
pour x0 > 0
p
|x|).
Cours MPSI-2017/2018
Fonctions réelles à variable réelle
http://pascal.delahaye1.free.fr/
Définition 16 : Dérivabilité sur un intervalle
On dit qu’une fonction f est dérivable sur un intervalle I ouvert ssi elle est dérivable en tout point x0 ∈ I.
f′ :
On définit alors la fonction dérivée :
I
x
−→
R
7→ f ′ (x)
Remarque 15.
Abus de notation !
Le ”prime” de f ′ doit impérativement porter sur une fonction ! ! Ainsi, il est incorrect d’écrire (x2 )′ , (f (x))′ etc...
Cependant, pour faciliter la rédaction, on pourra parfois utiliser cette notation, à condition de préciser à côté qu’il
s’agit d’un ”abus de notation” !
Remarque 16. Une fonction dérivable sur un intervalle I est aussi continue sur I.
La réciproque est fausse...
Fonction continue mais non dérivable sur un intervalle I
Remarque 17. La fonction de Weierstrass définie par l’expression f (x) =
en aucun point de R.
+∞
X
cos(3x)
est continue sur R mais dérivable
2n
n=0
Méthodes pour étudier la dérivabilité d’une fonction :
• Dérivabilité en un point x0 :
(a) Méthode 1 : On vérifie que :
∆x0 (x) −−−−→ l ∈ R.
x→x0
(b) Méthode 2 : Si l’expression de f différe d’un côté et de l’autre de x0 .

l1 ∈ R
 ∆x0 (x) −−−−→
x→x+
0
On montre que
et que l1 = l2 .
l2 ∈ R
 ∆x0 (x) −−−−→
−
x→x0
• Dérivabilité sur un intervalle I : On utilise les théorèmes généraux sur la dérivabilité :
La somme, le produit et les combinaisons linéaires de deux f◦ dérivables sur I sont dérivables sur I.
Le rapport de deux f◦ dérivables sur I est dérivable sur I si la fonction au dénominateur ne s’annule pas.
La composée g ◦ f , de f dérivable sur I et de g dérivable sur f (I) est dérivable sur I.
Exercice : 5
(∗∗) Soit f une fonction dérivable sur [0, 1] telle que f (0) = f (1) et g définie par :
1. Vérifier que g est définie sur [0, 1]
2. Déterminer une CNS pour que g soit dérivable en
1
2
g(x) = f (2x) si x ∈ [0, 21 ]
.
g(x) = f (2x − 1) si x ∈ [ 12 , 1]
?
Exercice : 6
(∗∗) Déterminer les réels a et b pour que la fonction f définie par
R+∗ .
10
√
f (x) = x, 0 ≤ x ≤ 1
soit dérivable sur
f (x) = ax2 + bx + 1, x > 1
Cours MPSI-2017/2018
Fonctions réelles à variable réelle
http://pascal.delahaye1.free.fr/
Dérivées des fonctions usuelles
Expression de la fonction
xn
xn
xn
Ensemble de dérivabilité
sin(x)
cos(x)
tan(x)
ln(x)
ex
où n ∈ N
où n ∈ Z\N
où n ∈ Q
5.2
cos(x)
− sin(x)
1 + tan2 (x) ou
R
R
R\{ π2 [π]}
R+∗
R
R
R∗
R+∗
Remarque 18. En particulier, on retiendra que si f (x) =
Expression de la dérivée
1
x
x
1
cos2 (x)
e
nxn−1
nxn−1
nxn−1
√
x alors f ′ (x) =
1
√
.
2 x
Formules de dérivation
Proposition 4 : Régles de calcul de la fonction dérivée
Lorsque les fonctions f et g sont dérivables sur un intervalle I et λ ∈ R alors :
1.
(f + g)
est dérivable sur I et ∀x ∈ I :
(f + g)′ (x) = f ′ (x) + g ′ (x)
2.
(λ.f )
est dérivable sur I et ∀x ∈ I :
(λ.f )′ (x) = λ.f ′ (x)
3.
(f.g)
est dérivable sur I et ∀x ∈ I :
(f.g)′ (x) = f ′ (x).g(x) + f (x).g ′ (x)
4.
( fg )
est dérivable sur I et ∀x ∈ I :
( fg )′ (x) =
f ′ (x).g(x)−f (x).g′ (x)
g2 (x)
(si g(x) 6= 0)
Lorsque g est dérivable sur I et f dérivable sur g(I) alors :
5.
(f ◦ g)
est dérivable sur I et ∀x ∈ I :
(f ◦ g)′ (x) = f ′ (g(x)).g ′ (x)
Exemple 17. (∗) Calculez les dérivées des fonctions suivantes :
1. f (x) = tan x
3. h(x) = ln(sin x)
√
4. k(x) = x2
2. g(x) = x. cos(2x)
Exemple 18. (∗)
1. Sachant que sin(x) = cos( π2 − x) pour tout x ∈ R, en déduire que :
∀x ∈ R, cos(x) = sin( π2 − x)
2. Prouver que si une fonction dérivable sur R est paire alors sa fonction dérivée est impaire.
3. Prouver que si une fonction dérivable sur R est T périodique alors sa fonction dérivée l’est aussi.
4. Retrouver des formules trigonométriques en dérivant des formules connues.
Exercice : 7
(∗) Calculez la dérivée de la fonction f définie par : f (x) =
11
x2
.
ln(x.esin 2x )
Cours MPSI-2017/2018
5.3
Fonctions réelles à variable réelle
http://pascal.delahaye1.free.fr/
Dérivées partielles
Définition 17 : Dérivée partielle
Soit f une fonction de deux variables x et y.
1. En fixant y, lorsque f est dérivable par rapport à x, alors cette dérivée est notée
dérivée partielle par rapport à x. Il s’agit d’une fonction de x et y.
∂f
∂x
et est appelée
2. En fixant x, lorsque f est dérivable par rapport à y, alors cette dérivée est notée
dérivée partielle par rapport à y. Il s’agit d’une fonction de x et y.
∂f
∂y
et est appelée
Exemple 19. (∗) Les gaz parfaits vérifient la loi physique ”P V = nRT ” où :
1. P est la pression
3. n est le nombre de moles
2. V est le volume du gaz
4. T est la température
Calculer
∂P
∂V
,
∂P
∂T
,
∂n ∂n ∂T
∂P , ∂T , ∂P
et
∂T
∂n .
Exercice : 8
(∗) Montrer que la fonction définie par l’expression f (x, y) = y. ln(x2 − y 2 ) est solution de l’équation aux dérivées
partielles :
1 ∂f
1 ∂f
f (x, y)
+
=
x ∂x y ∂y
y2
Exceptionnellement, on ne précisera pas le domaine sur lequel varient x et y
5.4
Monotonie
Théorème 5 : Fonctions constantes, monotones
(
f est une fonction continue sur le segment [a, b]
On suppose que :
f est dérivable sur l’intervalle ouvert ]a, b[
On a alors les résultats suivants :
1)
2)
3)
Si ∀x ∈]a, b[, f ′ (x) ≥ 0
Si ∀x ∈]a, b[, f ′ (x) > 0
Si ∀x ∈]a, b[, f ′ (x) = 0
alors :
alors :
alors
f est croissante sur[a, b].
f est strictement croissante sur [a, b].
f est constante sur le segment [a, b].
Rem : Il suffit de connaı̂tre le signe de f ′ (x) sur ]a, b[ pour en déduire le sens de variation sur [a, b].
Remarque 19.
1. Ce théorème nous permet de construire le tableau de variation d’une fonction dérivable f
2.
3.
Il existe des fonctions monotones et non-dérivables en tout point.
Si la fonction est définie sur une réunion d’intervalles (par exemple R∗ ), ce n’est pas parce que la dérivée
s’annule que la fonction est constante. Considérer par exemple la fonction f définie par f (x) = signe(x).1
2
Tableau de variation de la fonction f définie par f (x) =
12
ex
x
Cours MPSI-2017/2018
Fonctions réelles à variable réelle
http://pascal.delahaye1.free.fr/
Exemple 20.
1. Prouver les inégalités suivantes en introduisant des fonctions bien choisies :
(a) ∀x ∈ R+ , sin x ≤ x
(b) ∀a, b ∈ R, (a + b)2 ≤ 2(a2 + b2 )
2. Soit n ∈ N∗ , comparer les expressions f (x) = (1 + x)n et g(x) = 1 + nx
Quand étudier la monotonie d’une fonction ?
1. Lorsque l’on souhaite tracer la représentation graphique d’une fonction
2. Lorsque l’on souhaite connaı̂tre le signe d’une fonction réelle
3. Lorsque l’on souhaite démontrer une inégalité pour tout x ∈ I
4. Lorsque l’on souhaite utiliser entre autres, l’un des théorèmes suivants :
• Le théorème de la bijection
• Le théorème de la limite monotone
• x ≤ y ⇐⇒ f (x) ≤ f (y)
5.5
Dérivées successives
Définition 18 : Dérivées successives
Lorsqu’elle existe, on définit la fonction f ′′ par la fonction dérivée de f ′ .
Plus géréralement on définit de façon récursive :
(
f (0) = f
∀k ∈ N,
f (k+1) = (f (k) )′
(= (f ′ )(k) )
On notera Dn (I) l’ensemble des fonctions n fois dérivables sur l’intervalle I.
Exemple 21. (∗) Déterminer l’expression des dérivées n-ème des fonctions suivantes :
1. g | g(x) = (x + 1)N (N ∈ N∗ )
2. h | h(x) = e2x
3. f | k(x) =
1
x+1
Proposition 6 : Pour n ∈ N, les dérivées nième des fonctions cos et sin sont données par les formules :
π
cos(n) (x) = cos(x + n )
2
Preuve 6 :
π
sin(n) (x) = sin(x + n )
2
Par récurrence...
Définition 19 : Fonctions de classe C k
Soit une fonction f : I 7→ R définie sur sur l’intervalle I.
elle est k-fois dérivable sur l’intervalle I
k
f est de classe C sur l’intervalle I ssi
La fonction f (k) est continue sur l’intervalle I
On note C k (I) l’ensemble des fonctions de classe C k sur l’intervalle I.
On note C ∞ (I) l’ensemble des fonctions indéfiniment dérivables sur l’intervalle I.
Exemple 22. Les résultats suivants pourront-être utilisés dans les exercices :
— La fonction exp, les fonctions polynomiales, les fonctions cos et sin sont C ∞ sur R.
— Les fonctions rationnelles, tan, ln sont C ∞ sur leur ensemble de définition.
13
Cours MPSI-2017/2018
Fonctions réelles à variable réelle
http://pascal.delahaye1.free.fr/
Proposition 7 : Théorème généraux
Lorsque les fonctions f et g sont C n sur un intervalle I et λ ∈ R alors :
1.
2.
3.
4.
5.
(f + g)
(λ.f )
(f.g)
( fg )
(f ◦ g)
est
est
est
est
est
Cn
Cn
Cn
Cn
Cn
sur
sur
sur
sur
sur
I et :
I et :
I
I (si g(x) 6= 0)
I lorsque g est C n sur I et f est C n sur g(I)
∀x ∈ I (f + g)(n) (x) = f (n) (x) + g (n) (x)
∀x ∈ I (λ.f )(n) (x) = λ.f (n) (x)
Exercice : 9
(∗∗) Prouver que la fonction f définie par f (x) = tan(x) est C ∞ sur ] − π2 ,
Montrer que pour tout n ∈ N, il existe un polynôme Pn ∈ R[X] tel que :
π
2 [.
f (n) (x) = Pn (tan x)
Quelles conjectures pouvez-vous faire quant aux propriétés du polynômes Pn ?
Théorème 8 : Formule de Leibniz
Soient f, g deux fonctions de classe C n sur l’intervalle I.
Alors la fonction (f g) est aussi de classe C n sur l’intervalle I et on a la formule de Leibniz qui exprime la dérivée
nième du produit :
n X
n (k) (n−k)
(n)
(f g) =
f g
k
k=0
Preuve 8 :
Par récurrence en posant :
n
n
(n)
(Pn ) : ”Si f et g sont C (I), alors f.g est C (I) et (f g)
=
n X
n
k=0
k
f (k) g (n−k) ”
Exemple 23. (∗) Déterminer la dérivée nème des fonctions f définies par :
1. f (x) = x2 (1 + x)n .
2. f (x) = (1 + x2 )ex .
Définition 20 : Points d’inflexion
On dit que la représentation graphique d’une fonction f sur un intervalle I admet un point d’inflexion x0 ∈ I
lorsque la courbe change de concavité en x0 .
Lorsque f est deux fois dérivable sur I, on a alors la caratérisation suivante :
f admet un point d’inflexion en x0
f ′′ s’annule et change de signe en x0
⇐⇒
Exemple 24. Montrer que la fonction f définie par f (x) =
ln x
x
admet un point d’inflexion sur R+∗ .
Définition 21 : Régularité d’une fonction
Etudier la régularité d’une fonction sur I consiste à se demander pour tout x0 ∈ I, qu’elle est la valeur
maximale de n ∈ N telle que f est C n en x0 .
On procède de la façon suivante :
1. On utilise les théorèmes généraux sur les intervalles où c’est possible.
2. On fait une étude de régularité spécifique au niveau des points non traités dans la première étape.
Exemple 25. (∗∗) Soit f la fonction définie sur R∗ par f (x) = x2 sin x1 .
1. Montrer que f est prolongeable par continuité en 0
2. Etudier la régularité de la fonction ainsi prolongée.
3. pouvez-vous conjecturer un résultat dans la cas où f (x) = xn sin x1 avec n ∈ N∗ ?
Exercice : 10
(∗) Etudier la régularité de f définie par f (x) = x|x|.
14
Cours MPSI-2017/2018
5.6
Fonctions réelles à variable réelle
http://pascal.delahaye1.free.fr/
Dérivation d’une fonction à valeurs dans C
Remarque préliminaire :
Soit f une fonction de R dans C.
Alors il existe deux fonctions f1 : R 7→ R et f2 : R 7→ R telle que f = f1 + i.f2 .
f1 est la partie réelle de f et f2 est la partie imaginaire de f .
Définition 22 : Dérivabilité d’une fonction complexe
Soit f une fonction de I (intervalle de R) dans C. Notons f1 et f2 sa partie réelle et sa partie imaginaire.
On dira que f est dérivable sur I si et seulement si f1 et f2 sont dérivables sur I.
Et dans ce cas :
f ′ = f1′ + i.f2′
1
t−α
Exemple 26. (∗) Déterminer la dérivée de la fonction complexe f définie par f (t) =
où α ∈ C\R.
Proposition 9 : Régles de calcul d’une dérivée complexe
Lorsque les fonctions f et g sont dérivables sur un intervalle I et λ ∈ C alors :
1.
(f + g)
est dérivable sur I et ∀x ∈ I :
(f + g)′ (x) = f ′ (x) + g ′ (x)
2.
(λ.f )
est dérivable sur I et ∀x ∈ I :
(λ.f )′ (x) = λ.f ′ (x)
3.
(f.g)
est dérivable sur I et ∀x ∈ I :
(f.g)′ (x) = f ′ (x).g(x) + f (x).g ′ (x)
4.
( fg )
est dérivable sur I et ∀x ∈ I :
( fg )′ (x) =
f ′ (x).g(x)−f (x).g′ (x)
g2 (x)
(si g(x) 6= 0)
Remarque 20. On rappelle que ea+ib = ea .eib = ea .(cos b + i sin b).
Théorème 10 : Dérivation de t 7→ eϕ(t)
1. Soit α = a + ib ∈ C et f (t) = eαt , alors f est dérivable sur R et ∀t ∈ R,
f ′ (t) = αeαt .
2. Soit ϕ : I 7→ C une fonction dérivable sur I ⊂ R, et g(t) = eϕ(t) ,
g ′ (t) = eϕ(t) ϕ′ (t) .
alors g est dérivable sur I et ∀t ∈ I,
Preuve 10 :
Il suffit d’appliquer la définition précédente.
Exemple 27. (∗) Calculer la dérivée nième de la fonction f définie par f (x) = cos xe
Exercice : 11
(∗) Soient (a, b) ∈ R2 .
√
3x
.
1. Calculer une primitive des fonctions x 7→ eax cos bx et x 7→ eax sin bx sur R en remarquant qu’il s’agit des parties
réelles et imaginaires de x 7→ e(a+ib)x sur R.
2. En déduire une primitive de x 7→ e2x cos x sur R.
15
Cours MPSI-2017/2018
6
Fonctions réelles à variable réelle
http://pascal.delahaye1.free.fr/
Bijections
Définition 23 : Bijection et bijection réciproque
On dit qu’une application f : I → R est bijective de I dans J lorsque :
”tout élément y de J admet par f un unique antécédent x dans I”
Formalisation :
f : I → J est bijective
⇐⇒
∀y ∈ J, ∃!x ∈ I tel que y = f (x)
Lorsqu’une application est bijective de I dans J, on peut définir son application réciproque f −1 : J → I qui à
tout y de J associe x, l’unique antécédent de y par f . On a alors :
∀x ∈ I, f −1 of (x) = x
∀x ∈ J, f of −1 (x) = x
Fonction bijective
Fonction non bijective
Exemple 28. (∗) Soit f la fonction définie par f (x) =
2x+1
1−x .
1. Prouver que f est une bijection de R\{1} dans un intervalle à déterminer.
2. Déterminer sa bijection réciproque.
Remarque 21. Si f est une bijection, les graphes de f et f −1 sont symétriques par rapport à la droite y = x.
Graphe de la bijection réciproque d’une fonction f : I → J
Proposition 11 : Conservation des équivalences
Soit f : I → J une bijection.
Si a, b ∈ I, alors :
a = b ⇐⇒
f (a) = f (b)
Equivalence très utile lors de la résolution d’équations ou la démonstration d’égalités par ”⇐⇒ successives”.
Preuve 11 :
Pas de difficulté.
Exemple 29. (∗) Résoudre l’équation 1 + ln x = ln(2x + 1).
16
Cours MPSI-2017/2018
Fonctions réelles à variable réelle
http://pascal.delahaye1.free.fr/
Proposition 12 : Théorème de la bijection
Soit I un intervalle de R.
continue
Si une fonction f : I → R est
sur I alors elle est bijective de I dans J = f (I).
strictement monotone
De plus :
• J est un intervalle dont les bornes sont les images (ou les limites) des bornes de I.
• f −1 est continue sur J
• f −1 possède le même sens de variation que f
Fonction continue et strictement monotomne
Exemple 30.
(∗) Prouver que la fonction f définie par f (x) = e2x − 2ex est une bijection de R+ dans un intervalle à déterminer.
Remarque 22. La continuité n’est pas nécessaire pour établir la bijectivité. Elle permet cependant d’affirmer que J est
un intervalle.
Exercice : 12
(∗) Soit f une fonction de I ⊂ R dans R.
Montrer que si f est une fonction strictement croissante sur I alors f est une bijection de I dans f (I)
Remarque 23. Une fonction bijective peut-être ni continue ni monotone...
Méthodes de résolution d’une équation / inéquation : f (x) = λ ou f (x) ≤ λ
1. Méthode 1 : Résolution analytique par équivalences successives ou analyse/synthèse.
2. Méthode 2 : Résolution qualitative.
Lorsque les méthodes précédentes n’aboutissent pas, on peut effectuer une résolution qualitative.
Celle-ci consiste à valider une résolution graphique en suivant les étapes suivantes :
• Déterminer le tableau de variation complet de la fonction f .
• Dessiner le graphe de f
• Conjecturer la forme de l’ensemble des solutions
• Prouver proprement (souvent à l’aide du théorème de la bijection) la conjecture précédente.
17
Cours MPSI-2017/2018
Fonctions réelles à variable réelle
http://pascal.delahaye1.free.fr/
Résolution qualitative d’une équation ou d’une inéquation
Exercice : 13
(∗∗) Résoudre ax ≥ x où a > 0.
Exercice : 14
(∗) Soit f la fonction définie par f (x) = x + ln x.
1. Montrer que f est une bijection de R+∗ dans R. On notera f −1 sa bijection réciproque.
2. Résoudre x + ln x = 1
3. Donner le sens de variation de f −1 , calculer f −1 (1).
4. Comparer f −1 (x) à x et à x − ln x pour x ≥ 1.
Théorème Fondamental 13 : Dérivation de la fonction réciproque
Soit une fonction f : I → R.


f : I 7→ R est bijective de I dans J = f (I) avec I et J des intervalles
On suppose que : f est dérivable sur l’intervalle I


∀x ∈ I, f ′ (x) 6= 0
Dans ce cas, la fonction f −1 : J → I existe et est dérivable sur l’intervalle J avec :
(f −1 )′ =
f′
1
◦ f −1
Remarque 24. Interprétation géométrique :
1. Une bijection réciproque f −1 est dérivable en y0 = f (x0 ) lorsque :
• f est dérivable en x0
• la tangente à Cf en M0 (x0 , y0 ) n’est pas horizontale.
2. (f −1 )′ (y0 ) est le coefficient directeur de la droite symétrique par rapport à ∆ : y = x de la tangente à Cf en x0 .
Interprétation géométrique de f −1 (y0 )
Exemple 31. (∗)
1. Justifiez que la fonction sinus est une bijection de [− π2 ,
π
2]
dans [−1, 1].
2. Prouvez que sa bijection réciproque est dérivable sur ] − 1, 1[ et donnez l’expression de sa dérivée.
3. Faites de même avec les fonctions cosinus et tangente.
Exercice : 15
√
(∗) Soit f : [0; π2 ] 7→ R définie par f (x) = sin x + x.
Justifier que f réalise une bijection vers un intervalle à préciser, puis que f −1 est dérivable sur cet intervalle.
Théorème 14 : Caractérisation des bijections
Soit f : I ⊂ R → J.
f est une bijection ⇐⇒ ∃g : J → I telle que
18
g ◦ f = idI
f ◦ g = idJ
Cours MPSI-2017/2018
Fonctions réelles à variable réelle
http://pascal.delahaye1.free.fr/
Preuve 14 :
1. ⇒ Immédiat car f −1 convient
2. ⇐ Si y ∈ J alors g(y) est un antécédent de y par f . On montre alors facilement que l’antécédent est
unique.
7
Etude d’une fonction à valeurs dans R
Plan d’étude d’une fonction
1. Trouver le domaine de définition si celui-ci n’est pas donné.
2. Etudier la parité et la périodicité éventuelles.
En déduire une réduction de l’intervalle d’étude.
3. Justifier la dérivabilité, calculer la dérivée, la factoriser, et étudier son signe.
4. Construire le tableau de variations. On précise les valeurs exactes remarquables, les limites et les prolongements éventuels (on étudie alors la dérivabilité de la fonction prolongée). On peut éventuellement
rajouter certaines valeurs utiles.
5. Identifier les asymptotes horizontales et verticales éventuelles.
6. Faire un tracé approximatif de la courbe y = f (x).
Pour cela, on commence par représenter les points particuliers, les asymptotes, les tangentes horizontales
et verticales.
Remarque 25.
La construction d’un tableau de valeurs numériques obtenues à l’aide de la calculatrice ne présente
en général aucun intérêt !
Exemple 32. Déterminer la représentation graphique des fonctions suivantes :
1. f définie par :
f (x) =
ex +e−x
2
2. g définie par :
Remarque 26. Les études de fonctions sont également utilisées pour :
1. la détermination de minimum et de maximum
2. la détermination du signe d’une expression
19
g(x) =
ex −e−x
2
Cours MPSI-2017/2018
Fonctions réelles à variable réelle
Symétrie par rapport à x = a.
f (a + t) = f (a − t)
ou
http://pascal.delahaye1.free.fr/
Symétrie par rapport à M (a, b)
f (a+t)+f (a−t)
2
f (2a − t) = f (t)
=b
Axes et centres de symétrie
Exemple 33.
(∗)
1. Déterminer l’axe de symétrie du graphe de la fonction f définie par f (x) = x2 − 3x + 2.
2. Déterminer le centre de symétrie du graphe de la fonction f définie par f (x) =
x−1
x+2 .
Exercice : 16
1. Etudier les fonctions définies par :
(a) f (x) = x
√
1−x2
1+x2
(b) g(x) = x
√
1+x2
1−x2
(c) h(x) =
2. Déduire de l’étude de g les solutions de l’inéquation :
x
√
1+x2
1−x2
√ x
1+x2
(d) l(x) =
q
2−x
3+x2
≥ 1.
3. Montrer que la fonction h est bijective de R dans ] − 1, 1] et déterminer l’expression de sa bijection réciproque.
4. Montrer que la fonction l est bijective de [−1, 1] dans [0, 1] et montrer que sa bijection réciproque est dérivable
sur [0, 1[. Que vaut l′−1 (0) ?
20
Cours MPSI-2017/2018
8
Fonctions réelles à variable réelle
http://pascal.delahaye1.free.fr/
Exercices
Codage :
1. Les exercices avec des coeurs ♥ sont à traiter en priorité.
2. Le nombre d’étoiles ∗ ou de coeurs ♥ correspond à la difficulté des exercices.
1) La dérivation
1. Les méthodes utilisées dans les exercices suivants ont été vues dans les chapitres précédents.
2. f ′ (x0 ) donne la pente de la tangente à Cf en M0 (x0 , f (x0 )).
3. La tangente à Cf en M0 (x0 , f (x0 )) admet pour équation cartésienne : y − f (x0 ) = f ′ (x0 )(x − x0 )
4. Se rappeler de la méthode pour démontrer une inégalité à l’aide de l’étude d’une fonction.
Exercice de TD : 1
(♥) Etudier l’ensemble de définition, de continuité et de dérivabilité des fonctions f définies par :
x
x sin x1 si x 6= 0
1. f (x) = |x|+1
2. g(x) = x|x|
3. h(x) =
0 sinon
Intéressez-vous éventuellement au caractère C 1 de ces fonctions.
Exercice de TD : 2
(∗) Etablir les inégalités suivantes :
1. ∀x ∈]1, +∞[,
x
1+x
2. ∀x ∈ R+ ,
≤ ln(1 + x) ≤ x
ex ≥ 1 + x +
x2
2 .
Exercice de TD : 3
(♥♥) En procédant par analyse\synthèse, déterminer toutes les applications f dérivables sur R telles que :
∀x, y ∈ R
f (x + y) = f (x) + f (y)
Exercice de TD : 4
(∗∗) En procédant par analyse\synthèse, déterminer toutes les fonctions f : R+∗ → R, dérivables telles que :
∀x ∈ R+∗ ,
on a
f (xy) = f (x) + f (y)
Exercice de TD : 5
(♥) Soit p ∈ N∗ .
1. Etablir que : ∀t ∈ R∗ , on a : (1 + t)p ≥ 1 + tp
2. En déduire que : ∀x, y ∈ R+∗ , on a : (x + y)p ≥ xp + y p
Exercice de TD : 6
(♥) Soit λ ∈ R. On définit la fonction f par f (x) = xx+λ
2 +1 .
1. Montrer que les tangentes en 0 aux courbes des fonctions f sont toutes parallèles.
2. Montrer que les tangentes en 1 aux courbes des fonctions f sont toutes concourantes.
2) Etudes de fonctions
Une fonction s’étudie en suivant la procédure suivante :
1. Détermination de l’ensemble de définition : ”f (x) existe ssi.... ”
2. Etude des symétries éventuelles (parité...)
3. Etude du sens de variation.
En général, on détermine l’ensemble de dérivabilité de la fonction (à l’aide des théorèmes généraux) puis
on calcule la dérivée de la fonction. Le signe de la dérivée donne alors le sens de variation.
4. Tableau de variation avec les valeurs et limites aux bornes.
5. Représentation graphique faisant apparaı̂tre les valeurs particulières, les tangentes en ces points et les
asymptotes éventuelles. Inutile d’ajouter d’autres points ! !
21
Cours MPSI-2017/2018
Fonctions réelles à variable réelle
http://pascal.delahaye1.free.fr/
Exercice de TD : 7
(♥) Etudier les fonctions définies par les expressions suivantes :
√
1. f (x) = x 1 − x2
2 ln x+3
x
x2 +x
= |x|+1
3. h(x) =
2. g(x) = x2 e−x
4. m(x)
5. u(x) = cos x +
√
6. v(x) = tan x
1
2
cos(2x)
3) Dérivées nièmes
On rencontre les deux types de questions suivantes :
1. Justification de l’existence d’une dérivée nième (en général à l’aide des théorèmes généraux)
2. Recherche de la dérivée nième :
(a) souvent par conjecture\validation
(b) parfois en utilisant la formule de Liebniz
Exercice de TD : 8
(♥♥) Soit n ∈ N∗ .
Déterminer la dérivée nième des fonctions fn définies par :
1
1. fn (x) = xn−1 e x .
2. fn (x) = xn−1 ln x.
Exercice de TD : 9
(♥♥) Soit n ∈ N∗ .
Déterminer de deux façons différentes les dérivées nième des fonctions définies par :
1. fn (x) =
1 n
n! x (1
+ xn ).
En déduire les expressions de
2. gn (x) = xn (1 − x)n .
n 2
X
n
k=0
k
et de
n
X
k=0
2
n
2
.
k
k
Exercice de TD : 10
(∗∗) Soit a, b ∈ R et n ∈ N∗ . On définit la fonction fa par fa (x) = xeax .
1. Pour k ∈ [[0, n]], déterminer l’expression de la dérivée kième de fa .
2. Exprimer l’expression de la dérivée nième de fa+b en fonction des dérivées nième de fa .
n
X
n k n−k
3. En déduire une formule donnant la valeur de
k
a b
.
k
k=0
Exercice de TD : 11
(♥♥) Calculer de deux façons différentes la dérivée nième de f définie par f (x) = x2n .
n 2
X
n
En déduire une expression de
.
k
k=0
Exercice de TD : 12
(∗∗) Soit f la fonction définie sur R par f (x) = arctan x.
Il s’agit de la bijection réciproque de la fonction tan restreinte à l’intervalle ] − π2 ,
Soit n ∈ N∗ .
1. Prouver que l’on a :
f (n) (x) = (n − 1)! cosn (f (x)) sin(nf (x) + n π2 ).
2. En déduire les racines de f (n) (x).
Exercice de TD : 13
1
(∗∗) Déterminer les racines de la dérivée nième de f définie par f (x) = 1+x
2.
Aide : on pourra effectuer une décomposition de f (x) en éléments simples dans C.
22
π
2 [.
Cours MPSI-2017/2018
Fonctions réelles à variable réelle
http://pascal.delahaye1.free.fr/
4) Bijections
1. Par définition f : A → B est une bijection lorsque pour tout élément y ∈ B il existe un unique x ∈ A tel
que f (x) = y
2. Pour prouver qu’une fonction réelle à valeur réelle est une bijection, on utilise souvent le théorème de la
bijection. Cependant, on préfèrera la définition lorsque la bijection réciproque est demandée.
3. Le théorème de la bijection est un cas particulier du TVI : il permet de justifier l’existence et l’unicité
d’une valeur x telle que f (x) = 0.
4. Lorsque qu’un suite est définie par les racines xn d’une équation En : fn (x) = 0 avec n ∈ N, on dit qu’il
s’agit d’une suite définie de façon implicite. Pour étudier une telle suite, on utilise des encadrements
obtenus grâce au sens de variation de la fonction fn .
5. Pour justifier la dérivabilité de la bijection réciproque f (−1) sur J et éventuellement calculer son expression, on applique le théorème de dérivabilité de la bijection réciproque.
Exercice de TD : 14
(∗) Soit f la fonction définie par f (x) = x2 + ln x.
1. Montrer que f est une bijection de R+∗ dans un intervalle à déterminer
2. Etudier la dérivabilité de f −1 et tracer son tableau de variation.
Exercice de TD : 15
(∗) Soit f la fonction définie par f (x) = xe−x .
1. Montrer que f est une bijection de [0, 1] dans un intervalle à déterminer
2. Etudier la dérivabilité de f −1 et tracer son tableau de variation.
Exercice de TD : 16
(∗) Soit a > 0 et f définie par f (x) = ea(x−1) .
1. Dans le cas où a = 1, prouver que f (x) = x admet une unique solution.
2. Dans la cas où a 6= 1 :
(a) Montrer que f (x) = x admet deux solutions distinctes x1 et x2 tels que x1 < x2 .
(b) Montrer que 0 < x1 < 1.
Exercice de TD : 17
(♥) Montrer que la fonction f définie par f (x) = x3 − 3x − 1 s’annule exactement en 3 points.
Exercice de TD : 18
(♥) Les fonctions homographiques.
c 6= 0
.
ad − bc 6= 0
Prouver que f est une bijection de R\{− dc } dans un ensemble que l’on déterminera et déterminer sa bijection réciproque.
Soit f la fonction définie par f (x) =
ax+b
cx+d
avec a, b, c et d des réels tels que
Exercice de TD : 19
(♥♥) Pour n ≥ 3, on considère l’équation ex = xn .
1. En utilisant la fonction logarithme, pouver que cette équation admet deux solutions distinctes xn et yn dans
R+ avec xn < yn .
2. Montrer que pour tout n, on a : 1 < xn < e < yn
Exercice de TD : 20
(∗∗) Pour n ≥ 1, on considère l’équation x − ln x = n.
1. Prouver que cette équation admet une unique solution xn supérieur à 1.
2. Montrer que la suite implicite (xn ) ainsi construite diverge vers +∞
3. En déduire que
xn
n
→ 1.
(on dit alors que xn est équivalent à n)
Exercice de TD : 21
(∗∗) Déterminer en fonction de p, q ∈ R, le nombre de solutions de l’équation x3 = px + q.
Exercice de TD : 22
(∗∗) Soit Pn la fonction polynomiale définie par : Pn (x) = −1 + x + x2 + · · · + xn .
23
Cours MPSI-2017/2018
Fonctions réelles à variable réelle
http://pascal.delahaye1.free.fr/
1. Montrer que pour n ≥ 1. Pn admet une unique racine positive que l’on note xn .
Vérifier que 0 < xn ≥ 1.
2. Etudier le sens de variation de (xn ) et en déduire sa convergence.
3. Montrer que (xn )n → 0 et en déduire que (xn ) → 12 .
24
Téléchargement
Explore flashcards