bulletin de sante du vegetal edition lorraine - ARVALIS

publicité
Bulletin de Santé du Végétal
Grandes Cultures édition - LORRAINE
BULLETIN N°22 – EDITION DU 20 AVRIL 2017
A retenir cette semaine
Colza
Apparition du stade G1 dans 20% des parcelles marquant le début de la période de risque vis-àvis du sclerotinia. Charançons de siliques : risque faible à ce jour. A surveiller au retour de
conditions favorables.
Céréales
Sur orge, la rhynchosporiose profite du climat actuel pour se développer. Sur blé, un fond de cuve
septoriose contenu sur les feuilles basses.
Pois de printemps
Stade 3-4 feuilles. Ravageurs : présence de sitones dans les parcelles ; à surveiller.
Tournesol
Dégâts à la levée : peu de signalement. Maintenir la vigilance en début de cycle.
*
*
*
Colza
Le réseau colza compte 59 parcelles observées cette
semaine.
Stade de la culture
La floraison est en cours sur la quasi intégralité du réseau
d’épidémiosurveillance lorrain.
Les stades sont compris entre E = BBCH 57 (boutons séparés)
et G1 – BBCH 65 (chute des premiers pétales, les 10
premières siliques ont une longueur inférieure à 2 cm).
G1 est le stade à considérer vis-à-vis du risque sclérotinia.
[Tapez un texte]
BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL EDITION LORRAINE – GRANDES CULTURES
BULLETIN N°22 – EDITION DU 20 AVRIL 2017
Rappel : il faut cumuler 100 degrés jours en base 0 pour passer de F1 à G1, soit environ 13 jours
au vu des températures en baisse depuis ce week-end
Dans ces situations et durant toute la période de
floraison il est important de respecter la
« réglementation abeilles » (voir encadré ci-après). En
effet, les pollinisateurs, abeilles domestiques et
d’autres (voir photo ci-contre) sont à l’œuvre dans les
colzas actuellement en fleurs.
Bourdon en cours de pollinisation (avril 2017)
G. Charpentier - FREDON Lorraine
Maladie - Sclérotinia (Sclerotinia sclerotium)
La floraison est en cours sur la quasi intégralité du réseau d’épidémiosurveillance. Le stade G1,
chute des premiers pétales, est atteint ou imminent. Ce stade correspond au début de la période
de sensibilité aux contaminations par le sclérotinia.
Il n’existe pas de seuil de nuisibilité pour le sclérotinia étant donné que la protection est
uniquement préventive. Cependant le niveau de risque peut être évalué en tenant compte de
certains éléments :
- Le nombre de cultures sensibles au sclérotinia dans la rotation (colza, tournesol, soja,
pois…) ;
- L’historique d’attaque sur la parcelle (2016 favorable à la maladie) ;
- L’utilisation d’une lutte biologique préventive ;
- Les conditions climatiques humides favorables à la germination des sclérotes et au
maintien des pétales sur les feuilles ;
- Les indicateurs de contamination des pétales par les spores du champignon
(malheureusement cet indicateur n’est pas disponible cette année suite à un problème de
fabrication des kits pétales).
En situation à risque, la protection contre le sclerotinia doit se faire en amont des contaminations
idéalement au stade G1. Le positionnement est essentiel pour assurer une protection efficace au
cours de la floraison. Cette année est particulièrement marquée par des hétérogénéités
intraparcellaires. Il est important d’en tenir compte dans le raisonnement.
Sur les parcelles où la cylindrosporiose a été repérée au printemps, veillez à choisir une protection
efficace contre les maladies visées.
BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL EDITION LORRAINE – GRANDES CULTURES
BULLETIN N°22 – EDITION DU 20 AVRIL 2017
Pour limiter les risques d’apparition de résistance aux fongicides, veillez à alterner les modes
d’actions. La note commune sur la gestion durable des fongicides anti-sclérotinia publiée par
l’ANSES, l’INRA et Terres Inovia est disponible sur :
http://www.terresinovia.fr/fileadmin/cetiom/Cultures/Colza/maladies/note_sclerotinia_2017.pdf
Insectes - Charançon des siliques (Ceutorhyncus assimilis) et cécidomyies
des siliques (Dasneura brassicae)
Le charançon des siliques adulte, de 2,5 à 3 mm couleur gris
ardoise à l’extrémité des pattes noir, colonise les parcelles de
manière progressive depuis les bordures. Afin de pondre ou
de se nourrir, ce charançon perfore les jeunes siliques ce qui
permet par la suite aux cécidomyies de pondre dans les
siliques. Il est à observer directement sur plante.
État des lieux :
Les conditions climatiques de ces derniers jours n’étaient pas
Charançon des siliques
favorables à l’observation de charançons des siliques sur
Laurent Jung - Terres Inovia
plantes et ni à leur activité.
Sa présence est détectée sur végétation dans seulement 20% des 15 parcelles suivies
spécifiquement avec en moyenne 0,1 charançon par plante.
Pour le modèle Expert (ex proPlant Expert), le vol des charançons des siliques est réalisé
entre 88% et 100% en Lorraine. Le modèle annonce également une réalisation du vol des
cécidomyies entre 7 et 12%.
Analyse de risque :
Le seuil est de 1 charançon pour 2 plantes au sein de la parcelle (= 0,5 charançon par
plante). La période de risque s’étend du stade G1 - BBCH 65 (chute des premiers pétales,
les 10 premières siliques ont une longueur inférieure à 2 cm) à G4 - BBCH 73 (les 10
premières siliques sont bosselées) (quand il n’y a plus de jeunes siliques faciles à piquer).
À ce jour, le risque est donc faible. Maintenir la surveillance des adultes sur plantes à
différents endroits depuis le bord vers l’intérieur de la parcelle, afin de constater un
éventuel gradient de population, dès le retour des conditions favorables à son activité.
En début d’infestation avérée, la gestion du risque peut être localisée en bordure de parcelle
uniquement.
Rappelons que durant toute la période de floraison, il est important de respecter la
« réglementation abeilles » (voir encadré ci-après).
BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL EDITION LORRAINE – GRANDES CULTURES
BULLETIN N°22 – EDITION DU 20 AVRIL 2017
Les abeilles butinent, protégeons les !
L’arrêté ≪ Abeilles ≫ de 2003 qui règlemente les conditions d’application des insecticides
et acaricides est susceptible d’être modifié. Tenez-vous informés de l’évolution de la
règlementation avant d’effectuer vos traitements.
1. Dans les situations proches de la floraison, sur colza, en pleine floraison ou en période de
production d’exsudats, utiliser un insecticide ou acaricide portant la mention « abeille »,
autorisé « pendant la floraison mais toujours en dehors de la présence d’abeilles » et
intervenir le soir par température <13°C (et jamais le matin) lorsque les ouvrières sont dans la
ruche ou lorsque les conditions climatiques ne sont pas favorables à l'activité des abeilles, ceci
afin de les préserver ainsi que les autres auxiliaires des cultures potentiellement exposés.
2. Attention, la mention « abeille » sur un insecticide ou acaricidene signifie pas que le
produit est inoffensif pour les abeilles. Cette mention « abeille » rappelle que, appliqué dans
certaines conditions, le produit a une toxicité moindre pour les abeilles mais reste
potentiellement dangereux.
3. Il est formellement interdit de mélanger pyréthrinoïdes et triazoles ou imidazoles. Si elles
sont utilisées, ces familles de matières actives doivent être appliquées à 24 heures d’intervalle
en appliquant l’insecticide pyréthrinoïde en premier.
4. N’intervenir sur les cultures que si nécessaire et veiller à respecter scrupuleusement les
conditions d’emploi associées à l’usage du produit, qui sont mentionnées sur la brochure
technique (ou l’étiquette) livrée avec l’emballage du produit.
5. Afin d’assurer la pollinisation, de nombreuses ruches sont en place dans les parcelles de
multiplication de semences. Les traitements fongicides et insecticides qui sont appliqués sur
ces parcelles, mais aussi dans les parcelles voisines, peuvent avoir un effet toxique pour les
abeilles. Limiter la dérive lors des traitements. Veiller à informer le voisinage de la présence
de ruches.
Pour en savoir plus : téléchargez la plaquette « Les abeilles butinent » et la note nationale BSV
« Les abeilles, des alliées pour nos cultures : protégeons-les ! » sur les sites Internet partenaires
du réseau d'épidémiosurveillance des cultures ou sur www.itsap.asso.fr
Cet encadré a été rédigé en 2012 par un groupe de travail DGAL, APCA, ITSAP-Institut de
l’abeille, et soumise à la relecture du CNE.
BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL EDITION LORRAINE – GRANDES CULTURES
BULLETIN N°22 – EDITION DU 20 AVRIL 2017
Céréales
Stade de la culture
Les blés sont majoritairement au stade 1er nœud alors que la dernière feuille sur orge ne va pas
tarder à pointer. Le manque d’eau peut actuellement conduire à une accélération de la sortie des
feuilles. Les implantations de printemps prennent globalement une feuille supplémentaire cette
semaine.
A noter des stades parfois très hétérogènes au sein d’une même parcelle, notamment en orge
d’hiver.
Rythme d’apparition des feuilles pour le suivi des maladies foliaires
Durant la montaison, les feuilles apparaissent progressivement. Les 3 dernières feuilles présentes
actuellement (= feuilles du moment) ne sont pas encore les dernières feuilles définitives.
BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL EDITION LORRAINE – GRANDES CULTURES
BULLETIN N°22 – EDITION DU 20 AVRIL 2017
Pour le suivi des maladies foliaires : les notations sont réalisées sur les trois dernières feuilles
développées numérotées en partant du haut de la plante sur 20 plantes. Les feuilles pointantes ne
sont pas comptabilisées.
Maladies blé
Septoriose : le stade 2 nœuds marque le début de la surveillance
La succession des cycles de multiplication de la septoriose est sous l’influence des températures
pour l’incubation (effective à partir de 7°C) et de la pluie pour les contaminations. Malgré un fond
de cuve visuellement présent sur feuille basse, la maladie ne peut pas progresser sur les
nouvelles feuilles.
Bilan foliaire au stade 2 nœuds :
Feuille pointante (F2 définitive)
pas comptée car non encore
déployée
F1
F3
F2 du moment
= F4 définitive
F4
F5
Feuilles du moment à observer
Au stade clé du 2ème nœud, l’apparition de la maladie sur la F2 déployée du moment qui restera
comme la F4 définitive une fois toutes feuilles sorties (et servira de tremplin à la contamination des
3 dernières feuilles) permet une évaluation préventive du risque. Il est très important de
vérifier que le stade est bien atteint avant que de réaliser une estimation du risque septoriose
sous peine de se tromper d’une feuille (et de surestimer la pression maladie potentielle).
BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL EDITION LORRAINE – GRANDES CULTURES
BULLETIN N°22 – EDITION DU 20 AVRIL 2017
Seuils de nuisibilité pour la septoriose au stade 2 nœuds :
Variétés moyennes à sensibles (PAKITO, TRAPEZ, APACHE, BERMUDE, GRANAMAX,
SHERLOCK) : quand 20% (fréquence de 2/10) des F4 définitives = F2 du moment présentent des
symptômes (4 feuilles sur 20 avec présence de septoriose, quelle que soit l’intensité des
symptômes).
Variétés tolérantes (RUBISKO, FRUCTIDOR, CELLULE, NEMO, SOKAL) : le seuil remonte à 50%
des F2 du moment atteintes.
Etat sanitaire vis à vis de la septoriose des blés d’hiver tous stades confondus au 19/04/17 : note
de présence sur feuille en % et en nombre de parcelles (38 observations).
Feuille pour décider = F4 définitive = F2 du moment au stade 2 nœuds
Note :
0 : aucune feuille atteinte
5 : 50% des feuilles atteintes
10 : 100% des feuilles atteintes
BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL EDITION LORRAINE – GRANDES CULTURES
BULLETIN N°22 – EDITION DU 20 AVRIL 2017
Le modèle de simulation d’évolution de la septoriose SeptoLis® développé par ARVALIS Institut
du végétal permet pour différentes stations météo de déterminer un niveau de risque actuel. Ces
simulations sont effectuées pour deux sensibilités variétales (FRUCTIDOR résistante et PAKITO
sensible). Elles confirment l’absence de développement visuel aux champs.
PAKITO
Station Météo
Département 54
semis du
20/09/2016
semis du
05/10/2016
RUBISKO
semis du
20/10/2016
semis du
20/09/2016
semis du
05/10/2016
semis du
20/10/2016
NANCY -ESSEYTOMBLAINE
LONGUYON aerodrome
VILLETTE
MOUZAY - LANEUVILLE
Département 55
ERNEVILLE-AUX-BOISLOXEVILLE
ST HILAIRE
Département 57
Département 88
RODALBE
GOIN
ROLLAINVILLE
DOGNEVILLE
Risque faible
Risque modéré
Risque fort
Autres maladies : situation globalement saine
Etat sanitaire vis à vis des autres maladies des blés d’hiver tous stades confondus au 19/04/17 :
note de présence sur feuille en % et en nombre de parcelles (41 observations)
BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL EDITION LORRAINE – GRANDES CULTURES
BULLETIN N°22 – EDITION DU 20 AVRIL 2017
Vigilance Symptômes physiologiques
De forts écarts rapides de températures sont
toujours susceptibles de provoquer une
réaction de stress des plantes se traduisant
par l’apparition de taches en tous genres sur
les feuilles qui ne sont pas des maladies
fongiques. A noter 10 signalements de
symptômes physiologiques cette semaine.
BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL EDITION LORRAINE – GRANDES CULTURES
BULLETIN N°22 – EDITION DU 20 AVRIL 2017
Photo source : H.Nicolay-SODIPA : blé variété DESCARTES (Boulay-57)
Maladies orges : rhynchosporiose explosive
Comme on pouvait s’y attendre, la rhynchosporiose continue à profiter du climat actuel. Les
températures fraîches et les fortes hygrométries du matin sont deux facteurs favorables à son
développement.
Etat sanitaire vis à vis de la rhynchosporiose des orges d’hiver tous stades confondus au
19/04/17 : note de présence sur feuille en % et en nombre de parcelles (34 observations)
On retiendra cette semaine l’émergence possible de nouveaux symptômes sur feuilles en lien avec
la fin des incubations en cours (la durée de l’incubation peut atteindre 45 jours) couplée à de
nouvelles contaminations. Une fréquence à mettre en lien avec une pluviométrie très inégale
entre secteurs.
BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL EDITION LORRAINE – GRANDES CULTURES
BULLETIN N°22 – EDITION DU 20 AVRIL 2017
Autres maladies : en retrait
Etat sanitaire vis à vis des autres maladies des orges d’hiver tous stades confondus au 19/04/17 :
note de présence sur feuille en % et en nombre de parcelles (24 observations)
BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL EDITION LORRAINE – GRANDES CULTURES
BULLETIN N°22 – EDITION DU 20 AVRIL 2017
Rappel des seuils de risque sur orge :
Période de
contrôle
Variétés sensibles
Z30 à
Z49
Plus de 20 %
de feuilles atteintes.
Variétés
moyennement
et peu sensibles
Plus de 50 %
de feuilles atteintes.
Rhynchosporiose
Z31 à
Z49
Plus de 10 % de
feuilles
atteintes et plus de
5 jours avec pluies
> 1 mm depuis Z31.
Plus de 10 %
de feuilles atteintes
et plus de 7 jours
avec pluies > 1 mm
depuis Z31.
Helminthosporiose
Z31 à
Z51
Plus de 10 %
de feuilles atteintes.
Plus de 25 %
de feuilles atteintes.
Maladies
Oïdium
Pois de printemps
Réseau d’observation
Cette semaine, les observations sont basées sur 14 parcelles de pois de printemps.
Stade de la culture
Les stades sont très hétérogènes entre les parcelles, ils s’échelonnent de non levée à 7 feuilles,
avec une majorité de parcelles à 3-4 feuilles.
Ravageurs
Thrips
Source : ARVALIS
Insecte noirâtre, de forme allongée (1 mm). Actif dès 7-8°C.
Pour observer les thrips, le plus simple est de prélever 10 pieds de pois
espacés d’au moins un mètre les uns des autres sur la parcelle, de les
mettre dans un sac plastique transparent avec le minimum de terre. Il suffit
de laisser quelques temps le sac au soleil, les thrips se retrouvent alors sur
les parois du sac et peuvent-être dénombrés. Pour une meilleure
représentativité, faire plusieurs comptages par parcelle.
Stade d’observation
Dès 80-90% des plantes levées (ligne de semis visible) jusqu’à 6 feuilles.
BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL EDITION LORRAINE – GRANDES CULTURES
BULLETIN N°22 – EDITION DU 20 AVRIL 2017
Seuil de nuisibilité
1 thrips par plante (sur un comptage de 10 plantes par parcelle) entre le stade 80-90% des plantes
levées et le stade 6 feuilles.
Etat général
Sur les 8 parcelles observées, aucune ne signale la présence de thrips.
Analyse de risque
A l’heure actuelle le risque est faible.
Sitones
Source : Terres Inovia
Petit coléoptère de la famille des charançons de 3.5 à 5 mm de long,
de couleur gris verdâtre à brun rougeâtre. Le sitone est actif par temps
ensoleillé et dès que la température dépasse 12°C.
Les morsures faites par les adultes sont sans grande incidence sur le
rendement. C’est la destruction potentielle des nodosités par les larves
qui peut être nuisible.
Stade d’observation
100% des plantes levées jusqu’à 6 feuilles.
Seuil de nuisibilité
5 à 10 morsures (note 2) entre le stade levée et le stade 6 feuilles.
Etat général
Sur les 12 parcelles observées :
5 parcelles avec présence de 1 à 5 morsures (note 1).
3 parcelles avec présence de 5 à 10 morsures (note 2).
4 parcelles avec présence de plus de 10 morsures (note 3).
Analyse de risque
Les conditions climatiques de la semaine dernière ont été favorables à l’activité de l’insecte,
comme le montre le graphique. Néanmoins, les conditions climatiques de cette semaine
(températures froides) devraient limiter le risque. Les parcelles sont à surveiller.
BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL EDITION LORRAINE – GRANDES CULTURES
BULLETIN N°22 – EDITION DU 20 AVRIL 2017
Tournesol
Cette semaine, 8 parcelles de tournesol ont fait l’objet
d’observations spécifiques sur les 9 que compte le
réseau régional.
Stade de la culture
Répartition géographique des parcelles de
tournesol suivies dans le cadre du BSV au
19/04/2017
Les stades des tournesols suivis dans le réseau sont compris
entre semis-germination (A0 - BBCH 01) et apparition des
cotylédons (A2).
BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL EDITION LORRAINE – GRANDES CULTURES
BULLETIN N°22 – EDITION DU 20 AVRIL 2017
Dégâts à la levée
État des lieux :
Des dégâts d’oiseaux sont signalés dans 2 parcelles du réseau. Les
dégâts sont d’intensité faible pour le moment.
Notez que les agriculteurs peuvent déclarer en ligne les dégâts d’oiseaux
et
de
gibiers
sur
leurs
parcelles
d’oléoprotéagineux
(http://www.terresinovia.fr/tournesol/cultiver-du-tournesol/ravageurs/
oiseaux/declaration-degats-doiseaux/). Cette déclaration vise à informer
les Directions Départementales des Territoires. Elle permettra d’obtenir des
informations en vue d’un éventuel classement nuisible des espèces.
Aucun signalement de limaces à ce jour. Les conditions climatiques sèches
de ces dernières semaines ne leur sont pas favorables. Le tournesol étant
une culture appétente pour les limaces, restez vigilant à l’égard de ce
ravageur.
Dégâts d’oiseaux
(avril 2017)
G. Charpentier
FREDON Lorraine
Analyse de risque :
Le risque vis-à-vis des dégâts à la levée, notamment dus aux oiseaux et/ou aux limaces est
à ce jour faible. Il convient de maintenir une surveillance régulière de la levée de la culture
car les températures fraîches ralentissent le développement des cultures qui sont donc
exposées plus longtemps aux bioagresseurs de début de cycle.
Affinez vos connaissances sur les principales adventices des Grandes Cultures et les méthodes de lutte
préventive en consultant le site INFLOWEB : http://www.infloweb.fr.
Ce bulletin est disponible sur le site internet de la CRA Grand Est http://www.grandest.chambre-agriculture.fr/
et le site de la DRAAF Grand Est http://draaf.grand-est.agriculture.gouv.fr/.
Action pilotée par le ministère en charge de l’agriculture, avec l’appui financier de l’Agence Française pour la Biodiversité,
par les crédits issus de la redevance pour pollutions diffuses attribués au financement du plan Ecophyto 2018.
Bulletin rédigé par Arvalis, Terres Inovia et la Fredon et édité sous la responsabilité de la Chambre d’Agriculture Grand
Est, avec la participation de Arvalis Institut du végétal, Avenir Agro, l’Alpa, Alter Agro, Terres Inovia, la Chambre
d’Agriculture de Meurthe-et-Moselle, la Chambre d’Agriculture de la Meuse, la Chambre d’Agriculture de Moselle, la
Chambre d’Agriculture des Vosges, la Coopérative Agricole Lorraine, Emc2, EstAgri, la Fredon Lorraine, Gpb DieuzeMorhange, Hexagrain, Lorca, Sodipa Agri, Soufflet Agriculture, le SRAL Grand Est (DRAAF), Vivescia.
Ce bulletin est produit à partir d’observations ponctuelles d’un réseau de parcelles suivies par ces partenaires : il donne
une tendance de la situation sanitaire dans la région, mais celle-ci ne peut être transposée telle quelle à la parcelle. La
Chambre Régionale d’Agriculture du Grand Est dégage donc toute responsabilité quant aux décisions prises par les
agriculteurs pour la protection de leurs cultures.
Pour tous renseignements, contacter : François-Xavier SCHOTT – Animateur Inter-Filières - 03.83.96.85.02
Chambre Régionale d’Agriculture Grand Est – bâtiment i – 9, rue de la vologne – 54520 LAXOU
Téléchargement
Explore flashcards