BIO 231 juin 2014

publicité
1.
2.
3.
4.
5.
6.
Examen BIO 231 : Une seule réponse par question (pas de point retiré si réponse incorrecte). N’oubliez pas de noter le numéro d’anonymat sur la grille et de glisser uniquement la grille dans la copie (sans le sujet). Dans les cellules eucaryotes, la chromatine: (une réponse fausse) a. Est formée d’ADN et d’histones b. Est formée de nucléosomes c. Est organisée en boucles d. Est plus ou moins compacte (plus ou moins resserrée sur elle même) e. Est une protéine essentielle à la division mitotique Dans les cellules eucaryotes, le noyau : (une réponse fausse) a. Est tapissé de lamine sur sa face externe b. Contient des pores qui permettent le passage des protéines et de l’ARN c. Disparaît transitoirement en mitose d. Est bordé de bicouches lipidiques e. Contient de l’ADN, des protéines et de l’ARN Les protéines histones possèdent les propriétés suivantes : (une réponse fausse) a. Sont des protéines très abondantes b. Elles sont riches en acides aminés acides (chargés négativement à pH7) c. Peuvent s’associer sous la forme d’un octamère d’histones d. Possèdent des motifs en alpha hélice et d’une queue N terminale accessible qui émerge à l’extérieur du nucléosome e. Permettent la compaction de l’ADN La réplication de l’ADN (une réponse fausse) a. Se produit à partir d’origines de réplication b. Permet une synthèse de brins d’ADN néosynthétisés dans le sens 5’ -­‐>3’ c. Ne démarre pas au même moment de la phase S pour les régions d’hétérochromatine et d’euchromatine d. Nécessite une primase qui synthétise une amorce ADN e. Nécessite l’intervention de topoisomérases La réplication de l’ADN nécessite: (une réponse fausse) a. L’incorporation d’iodure de propidium b. Une enzyme à activité ARN polymérase pour initier la réplication c. De l’ ADN polymérase d. De la topoisomérase I e. De la topoisomérase II Au cours de la réplication de l’ADN au moment de la phase S, on obtient des brins à réplication précoce et tardive : (une réponse fausse) a. Parce que l’ADN polymérase possède une activité polymérase 5’-­‐>3’ et 3’ -­‐> 5’ b. Parce que l’ADN polymérase possède uniquement une activité polymérase 5’-­‐>3’ c. Parce que le brin qui servira de matrice à la réplication tardive est accessible au fur et à mesure de la synthèse du brin précoce d. Parce que la réplication de l’ADN ne peut pas se faire selon un mode continu sur le brin tardif e. Les brins précoces et tardifs sont formés de part et d’autre de l’origine de réplication 1
7. La télomérase : (une réponse fausse) a. Est constituée d’une molécule ARN qui permet à la télomérase de se fixer aux télomères b. Est constituée d’une partie protéique qui contient une activité reverse transcriptase c. Empêche le raccourcissement des chromosomes au moment de la mitose d. Possède une activité ADN polymérase e. Est essentielle à la réplication des télomères 8. Les cyclines: (une réponse fausse) a. S’accumulent dans la cellule à des phases particulières du cycle cellulaire b. S’associent à des protéines appelées cycline-­‐dépendantes kinases (CDK) c. Sont indispensables à la bonne progression du cycle cellulaire d. S’associent dans un premier temps à des cycline dépendantes kinases présentes sous forme inactives e. Possèdent une activité kinase (capable de phosphoryler un substrat) 9. Lors de la transcription de ce fragment d'ADN (sens de la transcription indiqué par la flèche) la séquence de l'ARN obtenu sera (une réponse juste) a.
b.
c.
d.
e.
5'-­‐UCCGCGCAUC-­‐3' 5'-­‐TGGCGCGTAG-­‐3' 5'-­‐AGGCGCGUAG-­‐3' 3'-­‐AGGCGCGUAG-­‐5' 5'-­‐UCCGCGCAUC-­‐3' 10. Un de ces acteurs n’intervient pas dans le processus de transciption (transcription elle même ou contrôle de la transcription). Lequel ? a. Negative Elongation factor (NEF) b. Positive transcription elongation factor (PTEFb) c. La topoisomérase II d. La TATA box associated protein (TBP) e. Le domaine C terminal de l’ARN polymérase 11. Un enhancer (amplificateur) est une séquence d’ADN capable de fixer un facteur de transcription (et ainsi d’activer la transcription si elle est positionnée (une réponse fausse) a) A distance du complexe de pré-­‐initiation b) En aval ou en amont du complexe de préinitiation c) Même si elle est présente en orientation inversée d) Lorsqu’elle est présente sur la même molécule d’ADN que le gène à activer e) Toutes ces propositions sont inexactes 2
12. Les séquences régulatrices des gènes (une réponse fausse) a. Ne sont pas forcément identiques pour tous les gènes b. Se lient à des facteurs qui sont tous présents dans toutes les cellules c. Permettent de lier ou non les facteurs de transcription en fonction de l’état de compaction de la chromatine d. Sont nécessaires pour assurer un contrôle transcriptionnel efficace des gènes e. Se caractérisent par des séquences nucléotidiques spécifiques 13. Le G cap : (une réponse fausse) a. Protège les extrémités 3’et 5’ contre l’hydrolyse par les ARNases b. Le nucléotide G est lié au premier nucléotide de l’ARN par une liaison 5’-­‐5’ triphosphate c. Permet le recrutement d’un facteur d’initiation de la traduction d. L’addition du G cap est un processus post transcriptionnel e. Les ARNm procaryotes n’ont pas de G cap 14. Les ARNs ribosomiques chez les eucaryotes: (une réponse fausse) a. Sont formés à partir d’un ARN précurseur de grande taille b. Sont associés à des protéines ribosomiques c. Sont transcrits à partir de 5 chromosomes différents d. Forment les nucléosomes e. Sont exportés dans le cytoplasme, une fois associés aux protéines ribosomiques 15. L’épissage alternatif (une réponse fausse): a. Permet de produire plusieurs protéines à partir d’un même ARN b. Se produit grâce à l’action de facteurs d’épissages c. Permet de ne conserver que certains exons d. Se déroule dans le cytoplasme e. Est une source majeure de la diversité des protéines présentes dans les cellules 16. Le codon initiateur de la traduction (une réponse fausse) a. Est toujours le codon AUG chez les procaryotes et chez les eucaryotes b. Permet toujours le recrutement d’un ARNt dont l’anticodon porte la séquence CAU (5’=>3’) c. Est localisé à proximité de la séquence de Kozak chez les eucaryotes d. Il peut exister plusieurs codons initiateurs chez les ARNm monocistroniques e. Il peut exister plusieurs codons AUG dans la partie 5’UTR des ARNm 17. Lors de la traduction, au temps zéro du processus d’élongation : (une réponse fausse) a. Seule, la grande sous unité du ribosome est liée à l’ARNm b. Le site A du ribosome est vide c. Le site E du ribosome est vide d. Le site P du ribosome est occupé par un Aminoacyl-­‐ARNt lié au codon initiateur AUG de l’ARNm e. Le site A du ribosome est positionné face au codon N°2 de l’ARNm 3
18. Le peptide signal des protéines transloquées dans le réticulum endoplasmique: (une réponse fausse) a. Est localisé à l’extrémité N terminale des protéines en cours de synthèse b. Se lie au récepteur de la SRP «récepteur de la particule de reconnaissance du signal » c. Est soluble dans les membranes du réticulum endoplasmique d. Est clivé dans le réticulum endoplasmique par une enzyme appelée la peptidase du signal e. Est constitué d’une vingtaine d’acides aminés hydrophobes 19. Les protéines à plusieurs domaines transmembranaires : (une réponse fausse) a. Peuvent porter à leur extrémité N terminale un peptide signal qui sera délété dans le réticulum endoplasmique b. Peuvent porter des séquences signal interne, non délétées qui lient la SRP « particule de reconnaissance du signal » c. Peuvent porter à leur extrémité N terminale une séquence d’arrêt de transfert d. Peuvent porter plusieurs séquences d’arrêt de transfert internes e. Les séquences signal internes seront toutes insérées dans les membranes du REG 20. La SRP forme un complexe avec le ribosome qui bloque la traduction pour (une réponse fausse)-­‐ 4 propositions uniquement-­‐ a. Empêcher que la protéine en cours de synthèse ne soit relarguée dans le cytoplasme b. Attendre que la SRP trouve un récepteur localisé sur la membrane du REG c. Empêcher une erreur de destination de la protéine neosynthétisée d. Attendre le recrutement d’un autre ribosome sur l’ARNm 21. Les protéines chaperonnes (une réponse fausse) a. Ne sont jamais localisées dans le REG b. Peuvent être localisées dans le cytoplasme c. Empêchent que les protéines en cours de synthèse ne se replient prématurément d. Peuvent se lier aux protéines en cours de synthèse dès le début de la traduction e. Maintiennent les protéines en cours de synthèse dans une forme non repliée jusqu'à la fin de la traduction 22. L’une de ces étapes de la maturation des protéines ne se produit pas dans l’appareil de Golgi laquelle : a. La N glycosylation b. La O glycosylation c. La formation des ponts disulfures d. La phosphorylation e. Le clivage protéolytique 23. Les lysosomes peuvent intervenir dans les mécanismes suivants (une réponse fausse) a. L’élimination des protéines mal repliées associées à des protéines chaperonnes b. Le recyclage des endosomes précoces c. La digestion des protéines qui possèdent une séquence consensus KFERQ en cas de jeûne d. Le processus d’autophagie e. Le processus d’hétérophagie 4
24. L’Ubiquitination des protéines (une réponse fausse) a. Se déroule en trois étapes qui nécessitent trois enzymes différentes appelées E1, E2 et E3 b. L’activation de l’ubiquitine est une étape qui consomme de l’ATP c. L’ubiquitine activée se lie à l’enzyme E2 par une liaison covalente d. L’ubiquitine activée se lie à l’enzyme E3 (enzyme de ligation ) par une liaison covalente e. Lors de l’ubiquitination des protéines cibles, l’enzyme E2 forme un complexe avec l’enzyme E3 25. Le protéasome (une réponse fausse) a. Est un complexe multi-­‐protéique qui hydrolyse les protéines ubiquitinées exclusivement b. Est un complexe de haut poids moléculaire c. Est constitué en partie d’enzymes protéolytiques (trypsine et chymotrypsine) qui coupent la protéine et génèrent des peptides d. Hydrolyse l’ubiquitine en même temps que la protéine cible e. Peut être localisé dans le cytoplasme et dans le noyau 26. L’hydrolyse des protéines cellulaires est nécessaire pour (une réponse fausse) a. Réguler le taux des protéines cellulaires b. Assurer le transfert des protéines nucléaires par l’importine c. Eliminer les protéines non fonctionnelles d. Fournir de l’énergie à l’organisme (en cas de jeûne) e. Renouveler les protéines cellulaires 27. Les vésicules de sécrétion constitutive et de sécrétion contrôlée ont des caractéristiques communes (une réponse fausse) a. Se forment à partir l’appareil de Golgi b. Fusionnent toutes deux avec la membrane plasmique c. Peuvent toutes deux transporter des protéines qui seront sécrétées d. Peuvent toutes deux transporter des protéines de la matrice extra cellulaire e. Ne fusionnent jamais avec les lysosomes 28. Les vésicules d’endocytose (une réponse fausse) a. L’endocytose permet de renouveler les protéines membranaires et les protéines de la matrice extracellulaire b. Les endosomes précoces peuvent contenir des protéines extracellulaires c. Les endosomes précoces peuvent contenir des récepteurs membranaires associés à leur ligand d. Les endosomes précoces peuvent fusionner avec les lysosomes e. Les endosomes précoces peuvent former des vésicules de tri et de recyclage 29. A propos des mécanismes moléculaires associés à la formation des vésicules (une réponse fausse) a. Les protéines GEF (guanine nucléotide exchange factor) sont des protéines transmembranaires b. Les protéines GEF ont pour fonction d’échanger le GTP de certaines protéines contre du GDP c. Les protéines SAR et ARF peuvent exister sous forme soluble dans le cytoplasme d. La protéine SAR et ARF ne peuvent se lier aux membranes qu’après leur activation par la protéine GEF e. Les protéines SAR et ARF se lient aux membranes grâce à une structure hydrophobe qui permet leur ancrage dans les membranes 5
30. Le rôle des protéines adaptatrices (AP, GGA) est (une réponse fausse) a. De sélectionner des protéines du manteau b. De sélectionner des protéines transmembranaires à transporter c. De sélectionner directement des protéines luminales à transporter d. De sélectionner des récepteurs transmembranaires capables de sélectionner les protéines luminales e. De se lier aux séquences d’adressage des protéines à transporter 31. Les protéines impliquées dans la sélection des protéines à transporter par les vésicules sont (une réponse fausse) a. Les protéines adaptatrices b. Les protéines SAR et ARF c. Les protéines du manteau COP I d. Les protéines du manteau COP II e. Des récepteurs transmembranaires que l’on trouve au niveau des vésicules de transport 32. La machinerie de fusion des vésicules (une réponse fausse) a. La machinerie de fusion des vésicules est constituée de protéines transmembranaires et de protéines cytoplasmiques b. Permet de diriger les vésicules vers les organites cibles c. Les protéines vSNARE sont exclusivement retrouvées au niveau de la membrane des vésicules d. Les protéines tSNARE sont exclusivement retrouvées au niveau des membranes cibles e. Les protéines vSNARE peuvent former un complexe avec les protéines tSNARE 33. Les systèmes biologiques sont caractérisés par : (une réponse juste) a. Une entropie élevée b. Des réactions exergoniques c. Leur dépendance vis-­‐à-­‐vis de la chaleur d. Des réactions chimiques spontanées e. Aucune réponse n'est exacte 34. Chez les cellules animales, la production d'énergie est réalisée par : (une réponse juste) a. Des réactions de transamination b. Des réactions d'oxydation c. Des réactions de condensation d. Des phosphorylation e. L'utilisation de la lumière 35. Chez les animaux les réactions de synthèse sont globalement : (une réponse juste) a. Des réactions endergoniques b. Des réactions d'oxydation c. Des réactions endothermiques d. Des réactions exergoniques e. Produisant de l'ATP 6
36. Chez les animaux, lors d’un repas l'excès d’énergie produite par l’oydation des aliments sera stockée sous forme : (une réponse juste) a. D'ATP b. De glycogène c. D'amidon d. D’un gradient de proton transmembranaire e. Aucune réponse n'est exacte 37. Dans l’oxydation du glucose en CO2 et H2O lors de la glycolyse et du cycle de Krebs : (une réponse juste) a. L'oxydant est l'oxygène de l'air b. La plus grande partie de l’énergie est dissipée sous forme de chaleur c. L'oxygène du CO2 provient du glucose d. L’ensemble des réactions a lieu dans la matrice mitochondriale e. Aucune réponse n'est exacte 38. Chez les animaux, la production d'ATP se fait en absence d'oxygène : (une réponse juste) a. Lors de la glycolyse b. Lors de la décarboxylation oxydative du pyruvate c. Lors du cycle de Krebs d. Lors de la réoxydation du NADH et du FADH2 e. Aucune réponse n'est exacte 39. Dans une mitochondrie, la membrane externe : (une réponse fausse) a. Contient du cholestérol b. Est de type bactérien c. Contient un canal faisant passer les petites molécules d. Est perméable aux ions e. N'est pas chargée 40. L'ATP synthase mitochondriale : (une réponse fausse) a. Est un moteur moléculaire b. A un domaine membranaire composé de deux demi-­‐canaux à protons c. A une partie catalytique constituée de 6 grosses sous-­‐unités d. Possède 3 sites catalytiques e. Possède une partie catalytique localisée dans la membrane 41. La chaîne mitochondriale des transporteurs d’électrons : (une réponse fausse) a. Expulse des protons hors de la matrice b. Fait rentrer des protons dans la matrice c. Utilise des ions Fe3+ d. Oxyde le NADH en NAD+ e. Est composées de transporteurs d’électrons organisés en complexes 42. Lorsque l’on rend la membrane mitochondriale interne perméable aux protons: (une réponse juste) a. On stocke l’énergie sous forme d’un gradient de pH b. On stocke l’énergie sous forme d’un potentiel électrique c. On permet à l'ATP formé d'aller dans le cytoplasme d. On convertit l'énergie d'oxydation en chaleur e. Aucune réponse n’est exacte 7
43. La cellulose : (une réponse juste) a. Contient des chaînes α1-­‐4 et α 1-­‐6 de αDglucopyranose b. Contient des chaînes α 1-­‐4 de αDglucopyranose c. Contient des chaînes β 1-­‐4 de βDNacétylglucosamine d. Est une succession d’éléments répétitifs à deux oses e. Aucune réponse n’est exacte 44. La paroi secondaire des végétaux : (une réponse juste) a. Se forme sur des tissus végétaux en cours de différenciation b. Se rigidifie par calcification c. Contient un polyphenol complexe qui lui confère ses propriétés mécaniques d. Ne contient plus de cellulose e. Permet la turgescence des cellules 45. Les fibres de collagène : (une réponse juste) a. Sont des polymères non covalents b. Contiennent un grand nombre de leucines c. Présentent des pontages latéraux covalents entre les triples hélices d. Nécessitent de la vitamine A pour se constituer e. Aucune réponse n'est exacte 46. Lorsque l'actine est polymérisée en microfilaments : (une réponse juste) a. Elle hydrolyse l'ATP b. Elle hydrolyse le GTP c. Elle échange l'ADP contre de l'ATP d. Elle utilise la variation de ΔG pour fabriquer de l'ATP e. Aucune réponse n'est exacte 47. Les microtubules sont : (une réponse fausse) a. Des structures très dynamiques b. Sont des structures formées de protofilaments c. Polymérisent et dépolymérisent par insertion latérale de nouvelles sous unités d. Ont une vitesse de dépolymérisation qui dépend des nucléotides présents e. Subissent des phases aléatoires de polymérisation/dépolymérisation 48. Les myosines sont des moteurs moléculaires : (une réponse juste) a. Qui sont associés à l’actine b. Qui interagissent de temps à autre avec les éléments du cytosquelette c. Qui interagissent fortement avec le cytosquelette en présence d'ATP d. Qui sont responsables du transport rapide d'organelles dans la cellule e. Qui interagissent fortement avec le cytosquelette en présence de GDP 49. Les Desmosomes : (une réponse fausse) a. Mettent en jeu des récepteurs de la famille de cadhérines b. Sont reliés aux filaments intermédiaires c. Sont reliés au cytosquelette via la beta caténine d. Permettent la cohésion tissulaire e. Sont des structures très stables 8
50. Les jonctions communiquantes : (une réponse juste) a. Sont reliées au cytosquelette d’actine b. Rattachent la cellule à la fibronectine c. Mettent en jeu des cadhérines non classiques d. Empêchent la diffusion de lipides entre le pôle basal et apical de l’épithelium intestinal e. Sont constituées d’un oligomère de conexine 51. Quelle structure bactérienne conditionne la réaction d'une cellule à la coloration de Gram? (une réponse juste) a. Les flagelles b. La capsule c. La paroi d. La membrane plasmique e. Les fibrilles 52. Le peptidoglycane : (une réponse juste) a. Est présent uniquement chez les bactéries à Gram positif b. Est constitué de chaînes polyosidiques reliées par des ponts peptidiques c. Est constitué de phospholipides d. Est constitué de lipides e. Contient des porines 53. La réplication chez les procaryotes est : (une réponse fausse) a. Initiée au niveau de l'origine de réplication b. Un mécanisme semi-­‐conservatif c. Initiée en différents points du chromosome bactérien d. Initiée plusieurs fois au cours du cycle de division cellulaire e. Bidirectionnelle 54. L’une des structures périphériques suivantes des bactéries est responsable de leur adhésion sur des surfaces. Laquelle ? a. La paroi b. Les flagelles c. Les mésosomes d. Les pili e. Le lipopolysaccharide 55. Le nucléoïde bactérien est : (une réponse juste) a. Constitué d'acides nucléiques linéaires associés à des protéines b. Un compartiment cellulaire qui renferme le chromosome bactérien c. Constitué d'une molécule d'ADN circulaire associée à des lipides d. Constitué d'une molécule d'ADN circulaire associée à des protéines e. Constitué d'ADN et de protéines qui sont regroupés à un pôle de la cellule procaryote. 9
56. Une des propositions suivantes concernant les mécanismes de transport est correcte, laquelle ? (une réponse) a. Le système PEP-­‐PTS est spécifique du transport du glucose chez Escherichia coli. b. Le système PEP-­‐PTS est un système de transport facilité peu coûteux en énergie. c. La diffusion simple transporte les nutriments d’un compartiment peu concentré vers un compartiment plus concentré. d. Les systèmes de transport ABC consomment de l’ATP. e. Les systèmes de symport/antiport consomment directement de l’ATP. 57. Les anticorps peuvent être utilisés: (une réponse fausse) a. Pour déterminer la taille d’une protéine sur un gel b. Pour localiser une protéine dans des cellules c. Pour purifier une protéine à partir d’une suspension cellulaire d. Pour identifier un partenaire d’une protéine d’intérêt e. Aucune réponse n’est correcte 58. Quelle méthode permet le mieux de déterminer la taille d’une protéine (une réponse juste) a) Le northern blot b) Le southern blot c) Le western blot d) La technique de Fluorescence Recovery After Photobleaching (FRAP) e) L’hybridation in situ 59. La méthode de FRAP (Fluorescence Recovery After Photobleaching) est utilisée pour (une réponse juste) a. Déterminer le temps de demi-­‐vie des protéines b. Déterminer la localisation des protéines cellulaires c. Etudier la mobilité des protéines cellulaires d. Déterminer la taille d’une protéine e. Déterminer le taux de transcription d`un ARN cellulaire 60. Quelle méthode permet le mieux de déterminer la ½ vie d’une protéine ? Un marquage
métabolique suivi: (une réponse juste)
a. D’un western blot
b. D’une période de chasse (ou chase) puis d’un western blot
c. D’une immunoprécipitation puis d’une électrophorèse puis d’une autoradiographie du
gel
d. D’une période de chasse (ou chase) puis d’une immunoprécipitation puis d’une
électrophorèse puis d’une autoradiographie du gel
e. D’une période de chasse (ou chase) puis d’une immunoprécipitation puis d’un western
blot
10
Téléchargement
Explore flashcards