Épidémie d`IN

publicité
Régine CORA
Pharmacien hygiéniste
Clinique CJAO
La notion « d’épidémie »
sous‐entend que l’on connaisse
le niveau de “normalité”
= Augmentation anormale du nombre de cas d’un phénomène de santé avec des points communs en termes de :
‐ lieu
= suspicion de lien (même service, ‐ temps
même temporalité, ‐ personne
caractéristiques des patients +/‐ identiques, …)
Épidémie d’IN : exemples
 Épidémies de colonisations digestives à enterococcus faecium résistant à la vancomycine
au CHU de Nancy – 2005‐ 130 cas  Épidémies d
Épidémies d’infection à clostridium
infection à clostridium difficile(ICD) dans le Nord‐ Pas de Calais‐ fin 2006‐ 40 établissements‐ 400 cas
 Cas groupés d’infections cutanées graves à mycobactéries après traitement par mésothérapie – oct 2006 à janv.2007‐ 16 cas dont 12 certains.
Et dans votre service?
1
Quelle conduite face à une suspicion d’épidémie
1‐ Le préalable :un système d’alerte performant
Qui donne l’alerte? Tout personnel , paramédical , médical , laboratoire .
2‐ l’investigation de l’épidémie
Etapes de l’investigation
 Etape 1 : Description de l’épidémie (24 ‐ 48 h)
 Etape 2 : Formulation des hypothèses et premières mesures de prévention
d
 Etape 3 : Vérification des hypothèses et mesures de prévention plus spécifiques: Enquête épidémiologique analytique, enquête de pratiques et enquête microbiologique
 Etape 4 : Rédaction d’un rapport et rétro‐
information
 Etape 5 : Evaluation des mesures prises
Définir les cas
 Buts
 identifier le maximum de cas (Sensibilité)
 ne pas inclure ceux qui ne sont pas des cas (Spécificité)
 Différents niveaux de certitude
 cas certains, probables, possibles
2
Définir un taux d’attaque
 Compter les cas (n° d’identification) : 
numérateur
 Collecter dans le même temps:
 Informations démographiques
 Information sur la maladie elle‐même: s.cliniques, date de début, durée, sévérité, traitement reçu…
 Déterminer la taille de la population dénominateur
Taux d’attaque
Etape essentielle Description de l’épidémie
T : temps (chronologie  courbe épidémique)
L : lieu (espace): distribution géographique des li (
) di ib i é
hi
d cas; zones à risque et leurs caractéristiques
P : personne: caractéristiques individuelles, détermination d’éventuels sous‐groupes à risque
T :Temps, courbe épidémique
 Distribution des cas selon la date (heure, semaine, …) de début des symptômes
Nombre de cas
Source commune
ponctuelle
t ll
Nombre de cas
Temps
Source commune
persistante
Temps
3
Tableau synoptique des cas
Vue d’ensemble des événements survenus pendant la période épidémique
Hypothèse d’une transmission croisée si chevauchement des périodes
d’hospitalisation des cas
10
Description temporo‐spatiale de l’épidémie: L
 Répartition spatiale des cas dans le service ou dans l’établissement
 Repérer un groupement des cas qui orienterait la R é d i i
i l localisation de la source de l’épidémie (facteur commun de lieu)
Répartition spatiale des cas
12
4
Recueil des caractéristiques cliniques des cas: P
 Recherche des facteurs de risque classiques de l’infection en cause
 Questionnaire standardisé
Q
i
i d di é
 Caractéristiques générales (1)
 Numéro d’identification, âge, sexe
 Date d’admission, date de l’infection (durée d’exposition)
 Evolution, date de décès si nécessaire
 Provenance d’un autre hôpital ou service
 Motif principal d’hospitalisation
 Procédures diagnostiques invasives récentes (endoscopie, cathétérisme, biopsie,…)
Fin de l'étape 1 :description de l'épidémie
 Décrire en détails les cas
 Identifier les facteurs d’exposition communs
 Obtenir les dénominateurs
Obt i l dé
i t
 calculer des taux d’attaque (TA)
 comparer ces taux par groupes
 Identifier des facteurs démographiques, spécifiques
Etape 1 : 24 à 48 heures (nombre de cas limité)
Etape 2 : Formulation des hypothèses et premières mesures de prévention
 Premières hypothèses sur la source et le mode de transmission
 Allure de la courbe épidémique
All d l b é idé i
 Facteurs identifiés : lieux, les procédures
 Données de la littérature sur l’infection en cause
 Adaptation des premières mesures de prévention
5
Mesures de prévention orientées en fonction des hypothèses (1)
 Dans tous les cas : respect des précautions standard (hygiène des mains+++)
 Transmission croisée
 Mesures d’isolement adaptées en fonction du site infecté et du mode de contamination 
Isolement « air », « gouttelettes » et/ou « contact »
 Notion de « cohorting »
 Personnel dédié, sectorisation temporaire
 Fermeture de lits, d’unités ? Transfert de patients?
Etape 3 : Vérification des hypothèses et mesures de prévention plus spécifiques
 Nécessite l’intervention de personnels ayant reçu une formation appropriée
 Epidémiologistes  Hygiénistes
 Microbiologistes
 Recherche des cas additionnels
 Enquête épidémiologique analytique
 Enquête de pratiques
 Enquête microbiologique
Procédure de rappel patients
 Parfois nécessaire notamment en cas d’exposition à un risque de transmission virale (VIH, hépatites) ou de certains pathogènes (BK), à un risque environnemental (légionelle) à une exposition sérielle
(légionelle), à une exposition sérielle
 Exemple: hémodialyse, anesthésie, endoscopie
 Procédure complexe sur le plan technique et organisationnel
 Coût/bénéfice ?
 Guide « rappel patient » SFHH 2006
Revue Hygiènes XIV n°1 mars 2006
6
Mesures préventives plus spécifiques
 A définir au terme de l’investigation
 Eradication de la source
 Modification des procédures à risque
 Immunisation des patients et/ou du personnel
 Adaptation des équipements et des locaux
 Organisation du travail, fermeture temporaire ou définitive d’un service ou d’une unité de soins  Sensibilisation du personnel
 Organisation de la gestion du risque au niveau de l’établissement
Problème du dépistage
 Le dépistage des porteurs et la décolonisation des porteurs dans un contexte épidémique doivent être réalisés dans un cadre strictement défini par le CLIN.
 Dépistage des patients (information du patient)
 Dépistage du personnel ( concertation médecine du travail – CLIN – accord de la Direction de l’établissement‐ information du personnel)
Etape 4 : Rédaction d’un rapport et rétro‐information
 Rapport écrit détaillé de l’ensemble de l’investigation  Importance des notes d’étapes
 Objectifs  Référence
 Document médico‐légal
 Document pédagogique
 Publication scientifique
7
Rétro‐information
 Objectif : faire bénéficier la communauté hospitalière de son expérience
 Qu’est‐il arrivé ?
 Comment l’événement est‐il survenu ?
C
l’é é
il  Quelles étaient les causes ?
 Quelles actions ont été proposées ?
 Comment l’information a été partagée ?
 Principaux résultats et enseignements auprès des personnes concernées
Etape 5 :
Evaluation des mesures prises
 Nécessite de maintenir la surveillance des IN sur le lieu de survenue de l’épidémie durant quelques semaines ou quelques mois
 Vérifier l’arrêt de l’épidémie
p
 Détecter précocement une récidive
 Evaluation des procédures mise en œuvre
 Audit(s)
Complexicité de la gestion d’ une épidémie
 Dans chaque ets : existence d’un plan de gestion des épidémies (2011)
 Constitution d’une cellule de crise
 Coordonne les différentes étapes, met en place rapidement les d
l d ff
l
d
l
mesures nécessaires
 Composée de: un animateur (praticien hygiéniste…) , un décideur, un chef de service ou clinicien du service concerné, des experts (microbiologiste, infectiologue, ingénieur, si besoin intervenant extérieur: ARLIN, ARS, CIRE…), un responsable de la communication, le medecin du travail…
8
Information capitale
 Du patient,
 Des personnels
 Des instances extérieures : en premier lieu ARS, D i t
té i
i li ARS  Des organisations aidantes : ARLIN‐CCLIN
 Des médias : parfois utile d’anticiper…
Signalement externe
 dématérialisé
en 2011, e -sin
 CCLIN- ARLIN
et ARS-InVS
avis du praticien hygiéniste
 IN à caractère « rare » ou « particulier » par rapport
aux données épidémiologiques locales, régionales ou
interrégionales, dont les épidémies
 Après
loi n°98-535 du 01/07/1998 relative au renforcement de la veille sanitaire
décret n°2001-671 du 26/07/2001 et circulaire n°21 du 22/01/2004
Instruction n° DGS/RI3/DGOS/PF2 n° 2011/186 du 18 mai 2011 relative au
déploiement de l'outil de télé-signalement des infections nosocomiales dénomé
"e-SIN"
9
10
FIN DE L’EPIDEMIE !
11
Téléchargement
Explore flashcards