Les enjeux de la nouvelle gouvernance économique

advertisement
Chapitre 3 : La gouvernance économique mondiale
Le monde est détruit en 1945. L’économie mondiale est à reconstruire. Le monde est traumatisé par 6 années
de guerre et la mort de 60 millions personnes. Face à ce sombre bilan, l’après Seconde Guerre mondiale
marque une étape importante dans la prise de conscience de la nécessité d’une échelle mondiale de
gouvernement.
Problématique : comment la gestion de l’économie mondiale a-t-elle évolué depuis la fin de la 2e GM ?
Quelles sont les progrès et les limites de la gouvernance économique mondiale depuis 1944 ?
I)
Reconstruire l’économie mondiale (1944-1975)
Problématique : qui sont les acteurs de la nouvelle gouvernance mondiale qui se met en place après 1945 ?
Comment essayent-ils de rebâtir l’économie mondiale ?
1) Un nouvel ordre économique mondial (activité p. 374 et 375)
a) Doc. 1, 2 et 4 : Quels sont les objectifs et les acteurs de la conférence ?
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
b) Doc. 5 : en quoi consiste le système mis en place ?
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
1
2) Les premières institutions de régulation économique et financière
c) Doc. 5 et carte repère p. 374-375 : quelles institutions sont créées pour encadrer cette reconstruction
de l’économie mondiale ? Explique leur mission.
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
d) Doc. 2 et 3 p. 380 : Comment est financé le FMI ? Qui domine le FMI ?
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
e) Doc. 2 et 5 p. 375 : dans quelle mesure la conférence de Bretton Woods consacre-t-elle l’hégémonie
américaine ?
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
2
3) Succès et limites du système Bretton Woods
a) Extension du libre-échange
Le système Bretton Woods permet une stabilité monétaire et la reconstruction économique après la
guerre. Le libre-échange se développe à la faveur des cycles de négociation du GATT à partir de 1948. 66 pays,
représentant 80% du commerce mondial, participent au Kennedy Round de 1964 à 1967. Ce libéralisme
économique est néanmoins tempéré par l’intervention des États dans l’économie pour soutenir la croissance
des « Trente Glorieuses ».
b) L’affaiblissement de la parité-or dollar
Face au redressement économique européen et japonais, les EU sont confrontées à une plus forte
concurrence internationale qui conduit à un déficit de leur balance des paiements. Les EU sont confrontés en
outre à une explosion de leurs dépenses militaires en raison de la course aux armements livrée contre l’URSS
et de leur enlisement dans le conflit vietnamien. L’émission accrue de dollar finit par affaiblir la parité or-dollar
qui est finalement supprimé en 1971. En 1976, les accords de Kingston mettent fin à la parité fixe des
monnaies.
Signe de la mise en place d’un nouvel SMI basé sur un plus grand multilatéralisme, les principales
puissances économiques forment le G6 en 1975 pour mieux coordonner leurs politiques économiques et
commerciales.
II)
La libéralisation des marchés
Problématique : comment se réorganise l’économie mondiale après 1971 ?
1) La croissance des échanges mondiaux
Le libre-échange se développe beaucoup malgré la crise économique des années 1970 et 1980. Les
pays industrialisés et en développement ne cèdent pas à la tentation du protectionnisme, mais décident au
contraire de baisser les tarifs douaniers dans l’espoir de dynamiser les échanges et de relancer l’économie. Le
GATT s’élargit ainsi beaucoup pour rassembler près de 130 pays en 1990. La fin de l’URSS et l’ouverture
économique de la Chine favorisent l’essor des échanges et la naissance d’une aspiration à une nouvelle
gouvernance économique mondiale.
2) De nouveaux acteurs économiques et financiers
a) L’OMC
En 1995, le GATT se transforme en véritable organisation internationale, l’OMC, censée favoriser un
développement plus équitable des échanges commerciaux à l’échelle mondiale. Elle doit aussi servir d’arbitre
pour résoudre les désaccords commerciaux et sanctionne le non-respect du traité de libre-échange.
b) Le rôle des États
3
Les États entendent désormais jouer un rôle de plus en plus actif pour lutter contre les différentes
crises économiques et financières qui se succèdent à partir de 1971. Pour coordonner leurs efforts, les chefs
d’États des plus grandes puissances économiques se réunissent régulièrement chaque année depuis 1975.
Le cercle de ces grandes puissances s’est progressivement élargi pour rendre compte de l’évolution d’une
économie mondiale qui devient de plus en plus multipolaire avec l’émergence de nouveaux poids lourds
économiques, les BRICS. Le G6 s’est ainsi transformé en G7 en 1976 (+ …………………..), puis G8 (+ ……………….)
en 1996 et finalement G20 depuis 1999. Si le G20 n’a pas de statut d’institution internationale, il démontre la
volonté des États d’assumer une véritable gouvernance mondiale. Ces États se regroupent aussi au sein
d’organisations économiques régionales pour développer leurs échanges économiques au sein de zones de
libre-échange : ALENA, ASEAN, MERCOSUR… (voir carte p. 372).
c) La déréglementation des marchés financiers
Dow Jones = ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
À partir de 1980, sous l’effet des théories néo-libérales, les gouvernements multiplient les
privatisations et libéralisent les capitaux qui sont de moins en moins contrôlés. La dérèglementation financière
permet une augmentation exponentielle des flux de capitaux et des investissements directs à l’étranger (IDE).
Elle permet l’émergence de nouveaux acteurs non-étatiques (ANE) qui se multiplient :
4
Identifie dans les documents ci-dessus les nouveaux acteurs qui apparaissent dans la gouvernance
économique mondiale :
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
5
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
En l’espace de 50 ans, on est donc passé d’un encadrement strict de la finance (Bretton Woods, 1944)
à une dérèglementation presque totale qui permet l’apparition d’une finance fantôme. Le pouvoir de contrôle
des États s’érode au profit de nouveaux acteurs financiers. Plus nombreux, souvent sans réelle légitimité
politique, ces acteurs sont critiqués et ont parfois du mal à s’entendre. Le terme de mondialisation se
généralise à la fin des années 1980 pour désigner l’explosion des flux de toute sorte à l’échelle de la planète
ainsi que l’interdépendance croissante des économies qui vont finir par être secouées par une série de krach
boursier à partir de 1987.
3) Les crises financières : l’exemple de la crise immobilière américaine de 2008
Subprime : ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
Doc. 1 p. 384 : à l’aide du texte, fais un schéma expliquant les étapes de la crise.
6
Après des années de spéculation et l’accumulation par les banques de prêts hypothécaires très risqués
(subprimes), le marché immobilier américain s’effondre en 2007. Les ménages américains sont incapables de
rembourser leurs prêts, provoquant un effondrement des prix de l’immobilier et la faillite de banques comme
Lehman Brothers. La crise contamine rapidement le reste de la planète car les banques américaines ont
revendu une partie de leurs créances « pourries », masquées sous la forme de montages financiers complexes,
à d’autres banques qui font à leur tour faillite en Islande, France, Espagne… Les pays s’endettent pour essayer
de sauver les banques et éviter une crise économique généralisée. À cause de déficits publics déjà très élevés,
certains pays vont leur note dégradée par des agences de notations. Incapables d’emprunter, des pays comme
la Grèce dépendent de l’aide financière du FMI ou de l’UE qui exigent en retour une rigueur budgétaire qui ne
fait qu’accroître la crise sociale dans les pays en question.
III) Les enjeux de la nouvelle gouvernance économique mondiale
1) La fragilisation des États
L’économie des pays développés est très fragilisée par la crise financière de 2008. La crise financière de
2008 non seulement fragilise beaucoup l’économie des pays développés (EU, UE), mais inquiète aussi les pays
émergents comme la Chine qui a justement beaucoup racheté les dettes de ces pays (notamment les bons du
Trésor américain, 1er créancier). De
plus, la Chine voit ses excédents
commerciaux chuter en raison de la
baisse de la consommation des pays
développés. En révélant les limites des
systèmes financiers mondiaux, la crise
aboutit à la prise de conscience de la
nécessité d’une refonte de la
gouvernance économique mondiale.
2) Une refonte nécessaire de la
gouvernance mondiale
a) Une meilleure intégration des
économies émergentes
La crise de 2008 a modifié la
hiérarchie économique mondiale. La
Chine est devenue un interlocuteur
incontournable qui pousse à un
meilleur contrôle des déficits publics et
à une relance du commerce
internationale. À l’exemple de la Chine,
les principales puissances économiques
se sont tout d’abord mobilisées au sein
du G20 qui s’est imposé comme
l’instrument le plus efficace de la
7
gouvernance économique mondiale en associant davantage les puissances émergentes à la prise de décision
au niveau de l’économie mondiale. Ces pays du G20 ont aussi essayé de relancer les négociations au sein de
l’OMC pour promouvoir la libéralisation des échanges et une meilleure coopération commerciale au niveau
mondial.
b) Les limites du FMI et de l’OMC
Doc. 5 p. 383 : Quelles sont les raisons du blocage des négociations au sein de l’OMC depuis 2008 ?
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
Doc. 4 et 5 p. 381 : Quelles sont les critiques adressées au FMI ?
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
Après des années de libéralisation, la crise financière de 2008 a conduit à une refonte de la gouvernance
mondiale dans le sens d’une plus grande régulation. Mais « pour que la gouvernance marche, elle doit
combiner leadership, cohérence et légitimité » (Pascal Lamy, secrétaire général de l’OMC). Or si le G20 exerce
un fort leadership, il manque de légitimité et d’efficacité. A l’inverse, « les Nations-Unies sont légitimes, mais
elles n’ont pas beaucoup d’efficacité ou de leadership ». Enfin, les institutions internationales spécialisées,
comme le FMI et l’OMC, sont efficaces et compétentes, mais sont critiquées régulièrement pour leur légitimité
ou leur leadership. De nombreux débats entourent ainsi aujourd’hui la question des formes que doit prendre
la nouvelle gouvernance mondiales…
8
3) Des critiques de plus en plus fortes
L’action du FMI, de l’OMC, des banques centrales et de manière plus générale du monde de la finance
internationale (Wall Street) est contestée par une partie de la population qui remet en cause leur efficacité.
Les populations des pays les plus gravement touchés par la crise (Portugal, mouvement des « indignés » en
Espagne, Grèce) dénoncent les plans d’austérité qui leur sont imposés dans un contexte de grave crise sociale.
Le mouvement « Occupy Wall Street » dénonce le manque de contrôle des grandes banques qui sont ensuite
sauvées grâce à l’argent des contribuables. Les altermondialistes proposent une mondialisation plus solidaire,
maîtrisée, démocratique et respectueuse de l’environnement. Depuis le Forum social de Porto-Alegre de 2002,
ONG, syndicats et associations organisent un contre-sommet altermondialiste pour dénoncer le forum
économique de Davos et réclamer « une mondialisation à visage humain ».
Conclusion :
La gouvernance mondiale a beaucoup changé depuis la mise en place en 1944-1945 par les États-Unis
d’une série d’institutions pour promouvoir la paix (ONU), la stabilité économique (FMI) et le progrès social
(Banque mondiale, institutions spécialisées de l’ONU). Sous l’influence des théories néo-libérales, le contrôle
des États s’est progressivement relâché au profit d’une dérèglementation notamment financière. Le pouvoir
des États s’est ainsi érodé en faveur de nouveaux acteurs (agence de notation, FTN, groupes d’intérêt, grandes
banques…). Mais les déséquilibres économiques et financiers révélés par les crises financières comme celle de
2008, les menaces sur l’environnement, l’augmentation des inégalités sociales ont amené à une prise de
conscience de la nécessité d’une plus grande régulation de la mondialisation et d’une réforme de la
gouvernance mondiale. Celle-ci, à mi-chemin entre un gouvernement mondial irréalisable et une simple
coopération entre nations, va devoir mieux refléter la nouvelle hiérarchie économique mondiale, répondre au
désir des pays du Sud d’une réforme des institutions internationales ainsi qu’aux aspirations de populations
qui réclament de plus en plus une « mondialisation à visage humain ».
Sujet de composition possible :
- « La gouvernance économique mondiale depuis 1944 »
9
Téléchargement