Greffes et Dons d`Organes - Collège Saint

advertisement
Greffes et Dons d'Organes
Extrait du Collège Saint-Michel —
http://www.stmichel-plouzane.fr/spip.php?article446
Greffes et Dons d'Organes
- Archives - 2010-2011 - SVT - 3ème D -
Date de mise en ligne : jeudi 9 juin 2011
Collège Saint-Michel —
Copyright © Collège Saint-Michel —
Page 1/7
Greffes et Dons d'Organes
Introduction
Le sujet que nous avons choisi est le don et la greffe d'organe. C'est un sujet qui reste encore très difficile à aborder
dans la vie de tous les jours. Les opinions sont partagées.
Dans cet article, le don d'organes (les difficultés, qui peut donner, comment ça se passe à l'étranger...) ensuite les
donneurs (donneur vivant ou mort) et enfin la greffe d'organes (les différentes greffes, les contraintes...) seront
abordés.
I - Dons d'Organes
En France
Qui peut donner ?
Tout le monde peut faire un don d'organes ou de tissus. Pour les mineurs, une autorisation parentale est
nécessaire. Les femmes sont plus nombreuses que les hommes à faire un don ( 61% contre 39%)
Quand peut-on effectuer un don ?
Après la mort : on peut effectuer un don après une mort encéphalique ou un arrêt cardiaque. La mort encéphalique
est définie comme l'état de cessation complète et définitive de l'activité cérébrale, alors que la circulation sanguine
persiste. Si la position du défunt n'est pas connu, se sont aux familles de donner leur accords ou au contraire
refuser.
En vie : Pour le rein, on peut également effectuer un don de son vivant mais seulement à un malade de son cercle
familial de plus il faut que le donneur et le receveur soient compatibles.
Quels organes peut-on donner ?
On peut donner un rein, le foie, le coeur, les poumons, le pancréas ainsi que le don de moelle osseuse. Le don du
rein est très fréquent, il permet d'éviter au receveur la dialyse, de plus les taux de réussites sont très élevés. La
dialyse est un processus artificiel permettant de filtrer le sang.
Condition du don d'organe
•
•
•
•
le « consentement présumé »:chacun d'entre nous est considéré comme un donneur potentiel à moins de s'y
être opposé de son vivant.
a gratuité : selon la bioéthique, le don d'organes est gratuit
l'anonymat : selon la loi bioéthique ( 6 aout 2004, loi 2004-800), le don d'organes est anonyme
la mort encéphalique ou l'arrêt cardiaque : absence de fonctionnement cérébral
Copyright © Collège Saint-Michel —
Page 2/7
Greffes et Dons d'Organes
Les difficultés
Le don est difficile car la question est peu abordé en famille et la position du défunt n'est pas connue donc dans ces
cas là, se sont aux familles de donner leur accords ou au contraire de refuser. Plusieurs donneurs font face à des
douleurs post-opératoires, certains donnent lieu à des complications. Dans de nombreux cas la coelioscopie permet
d'éviter les douleurs post-opératoires.
A l'étranger
Il faut être inscrits au Registre de la Population ou au Registre des Étrangers depuis 6 mois pour être donneur
d'organe à l'étranger.
En Suisse, le don se fait uniquement avec consentement et lorsque le défunt possède la carte de donneur d'organes.
A cause de la pénurie d'organe, il y a de plus ne plus de trafic d'organes en Europe à but lucratif.
Dans tous les pays Européens, le don d'organes est gratuit et anonyme.
Après avoir parler du don d'organe, parlons maintenant des donneurs.
Être Donneur
Le donneur vivant
Donner un organe de son vivant représente un moyen supplémentaire de développer le don. Le don vivant concerne
surtout les reins car il est possible de vivre avec un seul rein. 9,7% des prélèvement des reins sont fait sur une
personne vivante.
Il est également possible de se faire prélever une partie du foie ou encore du poumon, mais cela nécessite une
opération plus complexe. Il faut avoir atteint la majorité pour être donneur.
Toute personne se faisant greffer doit recevoir un organe d'une personne proche d'elle. Cette proximité est imposé
par la loi. Le donneur doit avoir un des lien suivants avec le receveur : père, mère, conjoint, frère, soeur, fils, fille,
grands-parents, oncle, tante, cousin(e) germain(e) ou encore conjoint du père ou de la mère. Une preuve de la vie
commune d'au moins 2 ans entre les deux personnes peut-être demander. Le donneur et le receveur doivent être le
plus compatible possible (groupe sanguin, donnée physique et morphologique,..)
Les greffes de donneur vivant concernant le rein présente un risque extrêmement faible pour le donneur. Alors que
les avantages pour le receveur sont nombreux : une greffe d'un donneur vivant fonctionnent en général beaucoup
mieux qu'une greffe à partir de donneur décédé.
Le Donneur décédé
Être donneur d'organes
Copyright © Collège Saint-Michel —
Page 3/7
Greffes et Dons d'Organes
La personne doit parler de son choix à ses proches, comme ça, le jour du décès ils pourront témoigner de sa
décision auprès des médecins. On peut donner ses organes après une mort encéphalique (arrêt cérébrale) ou l'arrêt
cardiaque.
Il est possible de prendre une carte de donneur, cependant elle ne vaut en aucun cas l'avis de l'entourage.
Si l'on ne veut pas donner tous les organes, il suffit de le signaler aux proches et le jour du décès ils le diront aux
médecins.
Si l'on est malade, le prélèvement est quand même possible, même si l'on suit un traitement lourd. Ce sont les
médecins qui jugent au cas par cas le prélèvement de chaque organe, en fonction de l'état de l'organe et des
dossiers médicaux des malades en attente de greffes.
Les organes que l'on peut donner sont le coeur, les poumons, les reins, le foie, le pancréas, les intestins, une partie
de la moelle osseuse ou encore les yeux.
Si l'on est mineur, légalement la décision revient aux parents. Mais l'on discute avec eux et qu'ils sont convaincus du
choix, ils doivent respecter la volonté.
Ne pas vouloir donner ses organes
Comme pour les donneurs, il faut parler de sa décision à ses proches. Si l'on ne veut pas donner des organes, il est
donc conseillé que de s'inscrire sur le registre national des refus. Il présente une trace légale de l'opposition aux
dons d'organes. On peut s'y inscrire à partir de 13 ans. Ce n'est pas obligatoire mais cela renforce d'avantage la
position vis à vis du don d'organes.
Après avoir parlé du don d'organe et de ses donneurs, passons maintenant à la greffe d'organe, la seconde étape.
La greffe d'organe
La greffe est le remplacement, par une opération chirurgicale, d'un élément du corps qui ne fonctionnent plus par un
élément du corps qui fonctionnent correctement. Cette technique est envisagée lorsque plus aucun traitement ne
marche.
Aujourd'hui on peut greffer des organes (foie, coeur, poumons, bloc coeur/poumons, pancréas, rein et intestin) et des
tissus (cornée, peau, os, valves cardiaques et vaisseaux)
Dialyse ou transplantation
Certaines personnes dont les reins ne fonctionnent plus et qu'aucune personne dans leur famille ne veut (ou ne
peut) leur donner un rein, doivent aller faire des dialyse à l'hôpital. La dialyse remplace les principales fonctions du
rein, ce qui permet de maintenir le patient en vie en attendant une greffe. La dialyse ne fonctionne que pour le rein.
La transplantation rénale est le meilleur traitement car elle augmente l'espérance de vie.
Copyright © Collège Saint-Michel —
Page 4/7
Greffes et Dons d'Organes
Quelques exemples de greffes d'organes
Le coeur
Le nombre de greffes cardiaques ne cessent d'augmenter depuis 1998. Grâce aux progrès de la médecine, la greffe
cardiaque est considérée comme l'intervention de la dernière chance. Beaucoup de patients ont pu survivre grâce à
la transplantation cardiaque mais d'autres sont morts à force d'attendre le coeur dont il avait besoin.
Le foie
La transplantation hépatique est une technique efficace et bien maîtrisée. Le nombre de transplantation hépatique ne
cessent d'augmenter depuis 1998. Une nouvelle technique appelé bipartition du greffon consiste à partager le foie du
donneur Le foie du donneur est capable de régénérer en quelques semaines ce qui permet de partager le foie
prélevé en deux parties pour le greffer à deux patients. Elle doit souvent être envisagée en cas d'urgence.
Quelques exemples de greffes de tissus
Greffes de visage
La première greffe du visage a été faite en France le 5 novembre 2005. Cette greffe concernait le nez, les lèvres et le
menton. Cette greffe a rencontré de nombreux problèmes, notamment à cause du rejet mais les progrès rapides des
traitements immunosuppresseurs ont permis de réaliser des greffes longtemps inaccessibles, et la vascularisation du
greffon car l'ensemble du visage est irrigué par peu d'artères.
Greffes de main
La greffe d'une ou deux mains met en jeu plusieurs tissus : os, moelle, peau, nerfs, tendons, muscles. La
transplantation des mains est au contraire des autres greffes, une greffe multi-tissulaire. Mais cette greffe oblige le
malade à prendre des médicaments anti-rejets à très haute dose ce qui multiplie les effets secondaires (risque de
cancer de la peau ...). Du coup certains spécialistes pensent que cette technique devrait être réservée aux
amputations bilatérales, même une fois maitrisée.
Les greffes du larynx et d'une partie de la tranchée, les greffes cérébrales et les greffes de la langue sont également
en phase d'expérimentation.
Greffes de la moelle osseuse
Les médecins indiquent des greffes de moelles osseuses sur des patients ayant des traitements de certains cancers
et maladies hématologiques. Pour pouvoir faire le prélèvement il faut une compatibilité tissulaire très étroite avec le
receveur. Pour faciliter l'accès à ces greffes, une banque de moelle existe au niveau national et européen mais la
situation des personnes en attente reste critique. Plus de 2000 malades ont besoin d'une greffe de moelle en France
pour vaincre la maladie. Mais la compatibilité entre le receveur et le donneur et très rare à trouver. Le receveur a une
chance sur un million d'être compatible avec un donneur.
Les contraintes
Copyright © Collège Saint-Michel —
Page 5/7
Greffes et Dons d'Organes
vivre avec une greffe
Les personnes ayant été greffés doivent suivre un traitement anti-rejet à vie. Lorsqu'elles ont de la fièvre ou des
douleurs, elles doivent immédiatement le signaler au médecin car cela peut être le signe d'une mauvaise réaction au
traitement. Le HLA ( human lecocyte antigen) est un système biologique qui reconnaît « ce qui est de soi » et « ce
qui n'est pas de soi ». L'introduction d'un organe qui n'a pas le même système HLA dans l'organisme déclenche une
réaction immunitaire, comme s'il s'agissait d'un virus ennemi. Ce phénomène est appelé rejet. Les molécules du
système HLA sont des antigènes, diverses protéines ( protéines de choc thermique ...), des cytokines ...
Le rejet est un phénomène naturel car l'organisme cherche à éliminer le corps étranger. Il a constitué un frein dans
l'essor de la greffes d'organes jusqu'à la fin des années cinquante. Le rejet doit être contré par des médicaments
durant toute la vie d'une personne greffé car il représente un risque permanent. Il existe deux types de rejet :
•
•
le rejet aigu qui est la réponse immunitaire de l'organisme
le rejet chronique, aussi appelé maladie chronique du greffon, apparaît plusieurs années après la greffe. Il
combine des réponses immunitaires avec d'autres causes d'altérations du greffons.
Pour combattre le rejet, en bloquant le fonctionnement du système immunitaire, on utilise des médicaments appelés
« immunosuppresseurs ». Chaque patient greffé se voit administrer qui conditionne sa survie et sa qualité de vie. Les
traitement immunosuppresseurs ont des effets indésirables, ils rendent l'organisme plus vulnérable aux maladies
infectieuses et aux tumeurs cancéreuses.
Les problèmes rencontrés
La pénurie d'organes est de plus en plus importantes au fil du temps. Le besoin de greffons ne cessent d'augmenter
et le niveau de l'activité ne suffit plus. En 2009, 250 personnes sont décédées à force d'attendre un greffon.
L'augmentation des besoins d'une greffe est une des causes de la pénurie. En effet, cette technique médicale étant
de mieux en mieux maitrisé, les situations dans lesquelles la greffe est recommandée sont de plus en plus
nombreuses car cette technique médicale donne des résultats en termes de durée et de qualité de vie en
progression.
De plus, le vieillissement de la population favorise les problèmes de santé qui aboutissent sur une greffe. La liste des
personnes attendant une greffe ne cessent de progresser chaque année. L'attente d'une greffe peut durer des mois
voire des années.
Cette pénurie est également due aux refus des familles des patients en mort état de mort encéphalique. Le
prélèvement d'organes peut être refusé par le patient mais également par la famille ; aujourd'hui, un prélèvement sur
trois est refusé. Ou alors, les organes ne peuvent pas êtres prélever pour des raisons médicales ou logistiques.
Dialyse ou transplantation :
Lorsque les reins ne fonctionnent plus, on peut faire des dialyse. La dialyse remplace les principaux fonctions du
rein, ce qui permet de maintenir le patient en vie en attendant une greffe. La dialyse ne fonctionne que pour le rein.
La transplantation rénale est le meilleur traitement car elle augmente l'espérance de vie. La dialyse à l'hôpital.
Copyright © Collège Saint-Michel —
Page 6/7
Greffes et Dons d'Organes
Conclusion
Le don et la greffe d'organe semble avoir plusieurs points positifs et permet de sauver des milliers de vies dans le
monde. De plus, il y a très peu d'inconvénients. Cependant,cela reste un sujet très tabou, et peu abordé en famille,
ce qui semble absurde vu l'importance de la cause.
Références
Assemblé parlementaire-Trafic d'organes en Europe rapport-Publié le Juin 2003-Consulté le 23/05/11. http://assembly.coe.int/Documents/W...
Parlement européen -Dons d'organes : briser les frontières pour sauver plus de vies. -Publié le 22 mars
2010-Consulté le 23/05/11. - http://www.europarl.europa.eu/sides...
Fondation greffe de vie- Le don d'organe : une question de vie-Publié le 26/03/07-Consulté le 12/05/11 et le
26/05/11- http://www.greffedevie.fr/
Agence de la biomédecine- Qui peut donner- Modifié le30/05/2011- Consulté le 09/05/11
http://www.dondorganes.fr/
France ADOT -Le don d'organes - Fédération d'Association pour le Dons d'Organes et de Tissus Humains
http://www.france-adot.org/don-orga... - Consulté le 12/05/2011
Fondation greffe de vie - La greffe, qu'est-ce-que c'est ? - Fondation greffe de vie http://www.greffedevie.fr/Greffe_Qu...
doctissimo - http://www.doctissimo.fr/
ouest-transplant- Le rejet de greffe - ouest-transplant - http://www.ouest-transplant.org/rej...
renaloo- la dialyse - 2009 - renaloo - http://www.renaloo.com/
Anna, Clara et Marjolaine, 3eD, 2010-2011
Copyright © Collège Saint-Michel —
Page 7/7
Téléchargement