les courants pedagogiques

publicité
La pédagogie de projet
1 - Courants de pensée psychopédagogiques
1 – 1 Le béhaviorisme :
Fondée par John Broadus Watson (1) aux Etats -Unis en 1913, il faut écarter tout recours explicatif à la vie
intérieure, à la conscience, aux prédispositions, pour étudier scientifiquement le comportement des organismes
vivants et leurs relations avec l’environnement. - « Tout comportement est le résultat d’un apprentissage »
Le behaviorisme n’étudie que ce qui est observable mais élimine de son champ d’investigation tout ce qui
appartient à la pensée et aux émotions
La pédagogie est centrée sur le comportement, issue des découvertes d’Ivan Pavlov en 1902 sur le
conditionnement, fondée sur la métaphore du "remplissage" d’un récipient vierge que serait l’apprenant.
Skinner (2), psychologue du courant behavioriste, développe l’enseignement programmée, dans lequel
l’enseignant doit avoir prévu les réactions de l’apprenant pour procéder à un renforcement négatif ou positif.
S’intéresse à l’étude des comportements observables et mesurables, considère l’apprentissage comme une
modification durable du comportement résultant d’un entraînement particulier et considère l’esprit comme une
« boîte noire ». Centré sur la progression pédagogique
-
Conditionnement classique – Pavlov, Watson – (Stimulus-Réponse)
Conditionnement opérant - Skinner - (Renforçateurs positifs ou négatifs- pédagogie de la réussite).
Principe :
Apprentissage par imitation et/ou association.
o Situation d’enseignement/apprentissage (Stimulus externe)  comportement observable (Réponse
interne) + le renforcement positif.
o
Exposer les apprenants à des degrés de complexité croissants, en préconisant un cheminement systématique et
obligatoire du simple vers le complexe.
1 – 2 Le cognitivisme :
Il a fait son apparition dans les années 1950 par
Muller et Bruner (3) en opposition au
béhaviorisme , a pour objet l’étude du
fonctionnement de l’activité intellectuelle,
L’apprentissage ne peut être limité au
conditionnement déjà enregistré, mais à l’inverse il
est envisagé comme nécessitant un traitement
complexe de l’information reçue par l’apprenant processus mentaux à l’origine de la gestion de la
construction des connaissances (analyse,
représentations, raisonnement, validation, etc.) –
Centré sur les activités liées à la motivation, la
création, la perception, la mémorisation et la
résolution de problèmes
Orientée vers une analyse des processus de traitement
de l’information en vue d’une compréhension et
d’une reproduction : «L’esprit est une machine à
traiter de l’information»
Institut de formation et l’enseignement professionnels - Sétif
Elaborer par M.A.keskes
1
-
Assimile l’esprit humain à un système de traitement de l’information.
L’appropriation graduelle et effective de stratégies mentales (stratégies cognitives et
métacognitives) jugées nécessaires à une démarche structurée d’apprentissage.
Principes :
o l’apprentissage est un processus actif et constructif.
o L’apprentissage est l’établissement de liens entre les nouvelles informations et les connaissances
antérieures.
o L’apprentissage requiert l’organisation constante des connaissances.
o L’apprentissage suppose la mobilisation des stratégies cognitives et métacognitives ainsi que les savoirs
disciplinaires.
1 – 3 Le constructivisme :
Psychologie de Piaget (4), fondé sur la maturation biologique et la construction progressive de l’individu par
l’expérience , induit une pédagogie basée sur l’interaction entre l’apprenant et son environnement , versus la
transmission d’un savoir pré-construit d’un professeur à un apprenant.
La connaissance est liée à l’expérience directe de l’individu, elle trouve son origine dans l’activité qui le conduit
d’un état de déséquilibre à une nouvelle situation.
- Déséquilibre faible  A l’intégration du nouveau schème à la structure existante (Assimilation).
Une incorporation des informations de l’environnement au sein de la structure cognitive.
- Déséquilibre plus important  A la réorganisation de la structure cognitive (Accommodation).
Modification de la structure cognitive afin d’y incorporer les nouveaux éléments de l’expérience.
Principe :
La condition du développement cognitif de l’individu, c’est donc le conflit. (Par essai-erreur, le tâtonnement
expérimental, la manipulation, l’échange.) - conflit cognitif –
1 – 4 Le socio-constructivisme :
Fondé par L.S Vygotsky (5), met en évidence l’importance des interactions sociales dans le développement de
l’individu, L’apprentissage est avant tout un acte social, les interactions sociales, le contexte culturel de
l’interaction sont indissociables de l’apprentissage. (C’est l’apprentissage médiatisé et interactif qui favorise
l’acquisition des connaissances et de la culture.), conflits socio-cognitifs.
Principes :
Ce n’est plus tellement le contenu disciplinaire qui est déterminant pour les apprentissages, mais bien les
situations dans lesquelles l’apprenant peut l’utiliser comme “ connaissance viable ”.
- Les connaissances sont construites (et non transmises) ;
- Elles sont temporairement viables (et non définies une fois pour toutes) ;
- Elles nécessitent une pratique réflexive (et non admises comme telles sans être remises en cause) ;
- Elles sont situées dans des contextes et des situations pertinents par rapport aux pratiques sociales établies
(et non décontextualisées).
La dimension socio précise des conditions de construction et de validation des connaissances :
Institut de formation et l’enseignement professionnels - Sétif
Elaborer par M.A.keskes
2
o Un savoir qui ne quitte pas la sphère de l’établissement devient rapidement obsolète.
o Réduire l’importance des compétences cognitives et disciplinaires et accorder la place nécessaire aux
autres aspects du traitement compétent d’une situation conceptualisée.
o les compétences ne peuvent être construites qu’en situation.
o Elles sont « source » (Construction de connaissances).
o Elles sont « critère » (viabilités des connaissances).
socioconstructiviste
Constructiviste
Cognitiviste
Béhavioriste
Enseigner c’est…
Organiser des situations
d’apprentissage propices au
dialogue en vue de
provoquer et de résoudre
des conflits socio-cognitifs.
Offrir des situations
obstacles qui permettent
l’élaboration de
représentations adéquates
du monde.
Co-construire ses
connaissances en
confrontant ses
représentations à celles
d’autrui.
Construire et organiser
ses connaissances par son
action propre.
Apprentissage par
projets, discussions, ,
Apprentissage par
problèmes ouverts, étude
de cas.
Présenter l’information de
façon structurée,
hiérarchique, déductive.
Stimuler, créer et
renforcer des
comportements
observables appropriés.
Apprendre c’est…
Traiter et emmagasiner de
nouvelles informations de
façon organisée.
Associer, par
conditionnement, une
récompense à une réponse
spécifique.
Méthodes pédagogiques appropriées
travaux.
Exposé magistral,
résolution de problèmes
fermés.
Enseignement
programmé.
Programme
d’autoformation assistée
par ordinateur.
Bibliographie
(1)
(2)
(3)
(4)
(5)
J. Watson. Psychology as the behaviorist views it. 1913.
B. Skinner. Pour une science du comportement : Le behaviorsime. 1979.
J. Bruner. The process of education 1960.
J. Piaget. La psychologie de l’intelligence. 1967.
L.S. Vygotsky. Mind in society : the development of higher psychological processes. Cambridge, 1978.
Institut de formation et l’enseignement professionnels - Sétif
Elaborer par M.A.keskes
3
Téléchargement
Random flashcards
amour

4 Cartes mariam kasouh

Commune de paris

0 Cartes Edune

Ce que beaucoup devaient savoir

0 Cartes Jule EDOH

découpe grammaticale

0 Cartes Beniani Ilyes

Créer des cartes mémoire