Vaucluse_68 - Philippe Caubère

publicité
s-”
VAUCLUSE MATIN
le 25 septembre 2001
Caubère : quand le théâtre
se moque du théâtre
Deuxième partie de son autobiographie théâtrale, “68 selon Ferdinand” est une
satire violente contre le théâtre des années 70 mais aussi une occasion pour
l’acteur-metteur en scène de régler ses comptes avec le théâtre d’aujourd’hui. A
savourer au théâtre du Chêne Noir à Avignon
L
e spectateur est tout de suite averti : c’est un
spectacle "intellectuel" qui s’adresse aux
intellectuels. Pourtant si le public doit être
averti, c’est surtout du fait qu’il rentre dans
un univers particulier, celui de Philippe
Caubère.
Univers dans lequel le théâtre côtoie
l’histoire et l’autobiographie pour deux
heures de pure méchanceté. La cible favorite
de l’acteur est le théâtre soixantehuitard
avec tout ce qu’il porte comme fausses
inovations.
Celui qui est en première ligne pour cet
assassinat public est le prof de théâtre qui
inaugure le rôle du metteur en scène
sclérosant. Ferdinand, inscrit à un cours de
théâtre, fait tour à tour l’expérience de deux
méthodes opposées (mais pas tant que ça).
La première met l’accent sur "l’expression
Page 1 sur 2 - Philippe Caubère 68 selon Ferdinand – Pièce -
s-”
corporelle" dans un déchaînement et un oubli
de toutes les inhibitions. Le spectateur est
entrainé dans un maelström de dérision où le
corps est mis à mal. Vient ensuite la méthode
"classique", aussi déjantée que la première,
car le professeur se transforme en un metteur
en scène qui étouffe le comédien en
représentation par des indications aussi
farfelues les unes que les autres.
Mais que veut donc Caubère ? D’où lui vient
cette rage? Il veut faire table rase du passé,
dénoncer le théâtre qui s’est enlisé et n’a pas
dépassé Mnouchkine et Savary. Il n’hésite
pas à dénigrer Mnouchkine avec un rictus
d’heureuse cruauté tout en rappelant "ce que
je lui dois". La satire dénonce le peu de
confiance dont bénéficie l’acteur pris,
comme ici, dans des rivalités intestines
entre professeurs. Mais c’est aussi une
manière de rappeler que l’acteur est porteur
de qualités qui peuvent se passer de la mise
en scène et oublier les gros décors. La force
de Caubère consiste surtout en une
incroyable capacité à faire rire. De tout,
même du pire. Il nous rappelle aussi avec
violence que l’acteur est avant tout un corps
qui se livre. Majestueux.
Florentina GHERMAN
Page 2 sur 2 - Philippe Caubère 68 selon Ferdinand – Pièce -
Téléchargement
Random flashcards
Commune de paris

0 Cartes Edune

Le lapin

5 Cartes Christine Tourangeau

Anatomie membre inf

0 Cartes Axelle Bailleau

Fonction exponentielle.

3 Cartes axlb48

relation publique

2 Cartes djouad hanane

Créer des cartes mémoire