denutrition, maigreur

publicité
DENUTRITION, MAIGREUR
DENUTRITION PROTEIQUE
Conséquence immédiate d’une insuffisance nutritionnelle, qui
va altérer les défenses anti-infectieuses et inhiber le processus
de cicatrisation.
Sa fréquence augmente du fait du nombre croissant de sujets
âgés, de sujets atteints du SIDA, et d’actes de chirurgie lourde
et de transplantation.
a) Etiologie
Par carence d’apport :
Dans l’anorexie mentale.
Peut être également secondaire à :
- Une cause locale (problème de mastication,
trouble de la déglutition, sténose oesophagienne)
- Une lésion à distance entraînant nausée et
vomissement (insuffisance rénale, lésions hépatobiliaires)
- Une lésion neurologique (sclérose en plaque,
tumeur)
- Une maladie catabolisante (hyperthyroïdie,
cancers)
Par carence d’absorption :
- Secondaire à des atteintes du tube digestif
- Malabsorptions digestives (oesophagite avec
sténose, pancréatite, cirrhose, Crohn…)
- Suite chirurgicales (séquelles de gastrectomie,
by-pass)
1
Carence par fuite :
- Diarrhées chroniques avec souvent trouble de
l’absorption
- Brûlures
b) Appréciation clinique et biologique
Clinique :
Amaigrissement récent de plus de 10% du poids antérieur
Anorexie
A l’enquête alimentaire, on retrouve une réduction des apports
caloriques totaux, en acides gras essentiels, en vitamines et
sels minéraux
Mesures des plis cutanés pour estimer l’état des stocks de
masse grasse (le tricipital est le plus utilisé)
Mesure des circonférences musculaires notamment au niveau
du bras.
En cas de gravité, on retrouve des oedèmes des membres
inférieurs, puis des supérieurs, puis de la face
Biologie :
NFS : anémie parfois
Ionogramme : hyponatrémie
Hypoprotéinémie
Bilan azoté par calcul des entrées et des sorties
c) Traitement
Essentiellement diététique :
Progressif, régulier, adapté à chaque malade, en évitant les
complications (diarrhée, vomissement, pneumopathie
d’inhalation).
2
Alimentation parentérale quand voie orale pas utilisable
(vomissement, refus de s’alimenter)
Alimentation entérale d’emblée ou en relais de la parentérale,
par sonde naso-gastrique en discontinu ou en continu.
MAIGREURS PATHOLOGIQUES
(SECONDAIRES)
= maigreur asthénique, caractérisée par un amaigrissement du
à des troubles métaboliques ou digestifs, endocriniens, des
facteurs psychogènes ou iatrogènes.
Le plus souvent associée à une dénutrition protéique, témoigne
presque toujours d’une maladie sévère.
a) Etiologie
Facteurs métaboliques et digestifs
Hypercatabolisme dû à une maladie cachectisante, cancer,
infection sévère
Malabsorption digestive souvent aggravée par une anorexie
Pancréatite, Crohn, obstruction biliaire
Parasitose
Facteurs endocriniens
Diabète de type I non traité ou mal équilibré
Hyperthyroïdie
Insuffisance surrénale
Facteurs psychogènes
La diminution de la masse adipeuse s’accompagne
généralement d’une dénutrition protéique au cours de
l’anorexie
3
Facteurs iatrogènes
Traitements intempestifs de l’obésité peuvent entraîner une
amaigrissement pathologique secondaire à :
- Des régimes mal équilibrés,
- La prise de médicaments (anorexigènes,
amphétamines, hormones thyroïdiennes,
diurétiques)
- Des interventions chirurgicales (résections,
by-pass) entraînant un amaigrissement par
malabsorption
b) Forme habituelle
L’amaigrissement qui est une perte de masse grasse
s’accompagne rapidement d’une dénutrition protéique.
Il se manifeste par :
- Une maigreur généralisée
- Une asthénie durable et sévère du fait de la
fonte de la masse musculaire
- Une anorexie globale
4
Téléchargement
Explore flashcards