L’

publicité
ÉDITORIAL
2011 : vers plus de prévention et de prédiction
Jean-François Morère*
L’
inventaire oncologique de l’année qui vient de s’écouler
MISE AU POINT
est une nouvelle fois particulièrement riche. En effet,
de nombreuses informations ont été présentées ou
publiées concernant différentes thématiques : l’épidémiologie,
le profil biologique, la thérapeutique.
Pour l’épidémiologique, l’Institut national du cancer a pu faire
part de résultats qui intéressent à la fois les thérapeutes mais
aussi les patients. Pour la première fois, en effet, le pronostic
des cancers s’améliore significativement au niveau de notre
pays. Le taux de mortalité a ainsi baissé de 22 % chez l’homme
et de 14 % chez la femme, ce qui justifie la poursuite des
efforts de tous.
Les efforts peuvent également porter sur la prévention. Il
faut souligner l’intéressant papier publié par nos collègues
anglo-saxons. Ils ont en effet publié les résultats d’une
méta-analyse de 8 essais de prévention par de faibles doses
d’aspirine 75 mg/j. Le but initial, il faut bien le dire, était la
prévention des accidents vasculaires. Ils se sont cependant
intéressés aux autres événements qui pouvaient survenir au
cours de ce traitement préventif. La surprise est de taille.
Ces faibles doses d’aspirine données pendant 5 ans, autour
de 50 ans, sont capables de réduire la mortalité d’un certain
nombre de cancers tels que les cancers du côlon, du poumon
et du pancréas, ou les tumeurs cérébrales. De plus, cet
effet se poursuit à long terme puisqu’il existe, sur 20 ans,
* Service d’oncologie médicale, hôpital Avicenne, Bobigny.
une réduction de 10 % de la mortalité à dix ans par cancer
de la prostate, de 30 % pour le cancer du poumon et de 40 %
pour le cancer colorectal. À suivre…
En ce qui concerne la thérapeutique, les avancées se sont
faites en oncologie thoracique avec l’apparition de nouveaux
standards dans le traitement des sujets âgés, mais surtout
dans les pas significatifs qui ont été franchis vers une médecine
personnalisée grâce aux thérapies ciblées. En effet, ces
dernières sont aujourd’hui capables, auprès d’une population
sélectionnée, d’êtreNotre
beaucoupéquipe,
plus efficaces que la chimiothérapie classique. Des nouveaux concepts se confirment :
les traitements guidés sur des facteurs prédictifs démontrés,
­l’impact du traitement de maintenance. Nous devons donc
nous réapproprier de nouveaux arbres de décision pour
améliorer notre pratique quotidienne.
L’année 2010 s’est terminée en beauté pour le profilage biologique avec deux études portant sur l’intérêt de la mise en
évidence de
cellulesDamour-Terrasson
tumorales circulantes dans les cancers
Claudie
du sein. Leur présence en situation adjuvante ou en situation
métastatique représente, en effet, un facteur pronostique
démontré. Ce nouveau facteur pronostique devra sûrement
être intégré, là encore, dans notre décision thérapeutique
bouleversant ainsi nos codes habituels.
toujours
plus près de vous,
vous souhaite une très
belle année 2011
Un nouveau panorama du cancer pour ce début 2011
Toute l’équipe de la rédaction de la Lettre du Cancérologue est
donc extrêmement heureuse de vous proposer une synthèse
documentée de toutes ces avancées, et bien entendu, de vous
présenter ses meilleurs vœux pour l’année 2011.
■
Notre équipe,
toujours plus près de vous,
vous souhaite une très belle année 2011
Claudie Damour-Terrasson
6 | La Lettre du Cancérologue • Vol. XX - n° 1 - janvier 2011
Téléchargement
Explore flashcards