Bilan cours – Nourrir l`humanité.

publicité
Bilan cours – Nourrir l’humanité.
Objectifs de cette partie du programme :
-
(TD n°11) comprendre la différence entre écosystème naturel et agrosystème et entrevoir les conséquences
directes du fonctionnement d’un agrosystème ;
(TD n°12) mettre en évidence l’impact d’une culture intensive sur le milieu et découvrir des techniques
agricoles qui respectent davantage l’environnement ;
(TD n°13) découvrir la biologie des microorganismes afin de comprendre le mode d’action des techniques
de conservation des aliments ;
(TD n°14) prendre connaissance des conséquences de la conservation des aliments sur la santé.
I) L’agrosystème, un écosystème particulier.
- Un agrosystème est un écosystème aménagé et géré par
l’Homme. La biodiversité y est faible, une espèce domine. Le but
de l’Homme est de produire un maximum de matière végétale ou
animale à des fins alimentaires.
- L’exportation de biomasse de l’agrosystème entraine un
appauvrissement des terrains en éléments minéraux essentiels pour
le développement des cultures. L’agrosystème doit donc être géré
par l’Homme qui rapporte sans cesse des éléments sous forme
d’engrais pour palier le déficit engendré et ainsi continuer à
produire.
TD11
Mots clés :
agrosystème, écosystème,
productivité, productivité
primaire, engrais
Devoir maison : la consommation de viande ou de produit végétal n’a pas le même impact écologique.
La consommation de viande entraine davantage de perte et donc de consommation d’énergie. Ceci est à
prendre en compte dans le cadre d’une perspective de développement durable.
Schéma comparant les principales caractéristiques d’un écosystème naturel et d’un agrosystème.
d’après Banque de schémas SVT Dijon
1
1ère ES-L - Cours bilan n°3
II) Production agricole et respect de l’environnement.
TD12
L’Homme, pour toujours améliorer les rendements agricoles, a
recours à des techniques qui posent des problèmes
Mots clés :
environnementaux. L’exportation de biomasse, la nécessité de
pesticide, transgenèse,
la fertilité des sols, la recherche de rendement et
sélection génétique,
l’amélioration qualitative des productions engendrent des
hybride, produits
apports dans les cultures d’engrais et de produits
phytosanitaires,
phytosanitaires qui ont un impact néfaste sur la biodiversité,
agriculture durable
l’environnement et la santé. L’arrosage intensif des cultures
épuise les ressources en eau.
Par ailleurs, l’amélioration des races animales et végétales par la sélection génétique ou les
manipulations génétiques entrainent une altération ou une modification du patrimoine génétique
des espèces.
Le choix des techniques culturales doit concilier la production, la gestion durable de
l’environnement et la santé. L’utilisation de certaines techniques culturales rend ceci possible.
L’agriculture intégrée utilise moins de produits phytosanitaires et d’engrais. L’agriculture
biologique fait appel à la rotation des cultures, au désherbage mécanique, au choix des espèces
cultivées les moins vulnérables et à l’utilisation d’engrais vert seulement (issu de végétaux
morts).
Schéma comparatif de l’utilisation des agrosystèmes intensifs et de techniques agricoles plus respectueuses de l’environnement.
(Belin page 69)
2
1ère ES-L - Cours bilan n°3
III) Biologie des microorganismes et méthodes de conservation des aliments. TD13
Les microorganismes sont des êtres vivants de taille
microscopique. Ce peut être des bactéries, des champignons,
des vers microscopiques… Ces microorganismes se
développent selon certaines conditions : il faut que le milieu
soit riche en matière organique ou nutritive (sucres,
protéines…), les conditions physico-chimiques du milieu sont
importantes, pH, température, disponibilité en eau, présence
ou non de dioxygène… À chaque microorganisme correspond
des paramètres optimaux de croissance.
Les techniques de conservations des aliments se fondent sur la
connaissance de la biologie des microorganismes, pathogènes ou
non, et visent à empêcher ou limiter leur développement en
agissant sur les conditions du milieu.
Mots clés :
microorganisme,
molécule organique,
bactérie, champignon
Comparaison des conditions de cultures de deux bactéries.
d’après Belin page 93
IV) Conservation et qualité des aliments.
TD14
Les techniques de conservation des aliments permettent de
reculer leur date de péremption, mais elles doivent aussi
Mots clés :
préserver la comestibilité et les qualités nutritives et gustatives
additif alimentaire,
des aliments. Ainsi de trop fortes températures, si elles
nutriment, vitamine
éliminent les microorganismes, peuvent aussi détruire certaines
substances nutritives comme les vitamines qui sont des
molécules fragiles.
Des composés utilisés pour certaines techniques de conservation des aliments peuvent
provoquer des troubles physiologiques chez les consommateurs.
Fin bilan cours
-Nourrir l’humanité-
3
1ère ES-L - Cours bilan n°3
Téléchargement
Explore flashcards