Solutions

advertisement
Les théories de l’évolution
Contributions des scientistes
Scientistes
Contribution scientifique à la théorie de l’évolution
Georges Louis Leclerc,
Comte de Buffon
(1707-1788)
- naturaliste français, un des premiers à avoir contesté publiquement que les formes
de vie ne changent pas
- a noté les ressemblances entre les humains et les singes
- il pourrait y avoir un ancêtre commun, ce qui suggère que les espèces changent avec
le temps
Mary Anning
(1799-1847)
- paléontologiste, elle a étudié les fossiles
- découvre le premier plésiosaure, un reptile aquatique
- à cette époque, il était très difficile pour une jeune femme scientiste d’être respectée
dans le milieu de la science dans un domaine d’hommes
Georges Cuvier
(1769-1832)
- naturaliste français
- détermine l’authenticité de la recherche et du travail de Mary Anning
- il était responsable de l’évolution de la sciences de la paléontologie (l’étude de la
vie dans le passé par l’analyse des fossiles dans les strates : couches de roches)
- il a découvert que la Terre a subi des événements naturels destructeurs dans le passé
- ces événements violents (inondations, maladies, sécheresses...) ont exterminé de
nombreuses espèces chaque fois qu’ils se produisaient
- c’est ce qu’on appelle le catastrophisme
- Cuvier explique ainsi la présence des fossiles d’espèces qui n’existent plus
Sir Charles Lyell
(1797-1875)
- ses idées différaient de la théorie de Cuvier et du catastrophisme
- il développe la théorie de l’uniformitarisme
- les processus géologiques d’autrefois se sont produits sur de longues périodes de
temps
- ces changements lents et subtils pouvaient également se produire dans les
populations (Charles Darwin)
Thomas Malthus
(1766-1834)
- le principe de population
- les réserves alimentaires ne peuvent jamais suivre l’accroissement rapide de la
population humaine
- pour maintenir un équilibre dans la nature, une catastrophe survient de temps à autre
pour réduire la population
- ces catastrophes (guerres, famines, épidémies, cataclysmes divers) rétablissent
l’équilibre entre les réserves alimentaires et la population jusqu’à ce que la terre soit à
nouveau surpeuplée
 c’est la base de la théorie de l’évolution de Darwin et Wallace
Jean-Baptiste Lamarck
(1744-1829)
- naturaliste français qui a comparé des espèces d’animaux modernes avec des formes
fossilisées
- la transmission des caractères acquis : les caractères qu’un organisme acquiert
durant sa vie peuvent être transmis à sa descendance
- il a aussi remarqué que les adaptations d’un organisme à son environnement
pouvaient se transmettre à la descendance
Charles Darwin
(1809-1882)
- naturaliste anglais sur le bateau HMS Beagle
- la théorie de l’évolution par la sélection naturelle
- pendant son voyage des différents continents, il observe que la flore et la faune
sont très différents des populations qu’ils avaient étudiées en Angleterre
- il observe les fossiles d’animaux disparus et ils ressemblent beaucoup aux
animaux vivants de nos jours (le glyptodon, un ancien animal ressemble
beaucoup au tatou moderne)
- il observe les pinsons et il remarque qu’ils se ressemblent tous mais qu’il y a des
différences au niveau de leur bec; chaque espèce de pinson s’était adaptée à un
aliment particulier grâce à la forme de son bec
- en Angleterre, il avait déjà étudié les pigeons, les races de chiens et les variétés
de fleurs
- il savait que les caractères étaient transmis des parents à leurs descendants et
qui la reproduction sexuée de nombreuses variations au sein d’une espèce
Alfred Russel Wallace
(1823-1913)
- naturaliste anglais
- est arrivé à la même conclusion que Charles Darwin : Il est le
co-découvreur de la théorie de l'évolution par la sélection naturelle
- il est devenu spiritualiste : il croyait que l’humanité avait un lien particulier
avec Dieu
Stephen Jay Gould
(1941-2002)
- paléontologue américain à l’Université de Harvard
- a travaillé avec Niles Eldridge
- la théorie des équilibres ponctués : les différentes vitesses d’évolution et les
preuves fournies par les fossiles au sujet des périodes de changements
- les transitions évolutives entre les espèces se font brutalement et non
graduellement
- Elle postule que l'évolution comprend de longues périodes d'équilibre, ou
quasi-équilibre, ponctuées de brèves périodes de changements importants
comme la spéciation ou les extinctions
- expérience qui valide la théorie de Gould et Eldridge : 1971 : sur l’île croate Pod
Mrcaru : expérience de lézards
Niles Eldridge
(1943-aujourd’hui)
- paléontologiste américain
- il a travaillé avec Stephen Jay Gould
Téléchargement