Aliments riches en protéines et faibles en gras

publicité
Aliments
Quantité
Teneur en gras
Bœuf haché mi-maigre, bien cuit
90 g (3 oz)
14 g
Côtes levées de porc grillées
90 g (3 oz)
27 g
Côtelette d’agneau grillée
90 g (3 oz)
27 g
Demi-poitrine de poulet grillé avec peau
90 g (3 oz)
9g
Fromage Cheddar
30 g (1 oz)
10 g
250 ml (1 tasse)
9g
Beurre, huiles de toutes sortes, margarine
15 ml (1 cuillère à soupe)
15 g
Vinaigrette
15 ml (1 cuillère à soupe)
7g
Un demi
15 g
30 ml (2 cuillères à soupe)
10 g
Lait et yogourt entier (3,25 %)
Avocat
Crème 35 %
Olives noires
10
7g
3 tranches
9g
Mayonnaise
15 ml (1 cuillère à soupe)
10 g
Beurre d’arachide naturel
15 ml (1 cuillère à soupe)
8g
Pâté de foie
30 ml (2 cuillères à soupe)
10 g
Graines et noix
30 ml (2 cuillères à soupe)
10 g
1 moyen
12 g
1 moyenne
20 g
Bacon croustillant
Croissant au beurre
Frites
Chocolat noir (70 % cacao)
Chocolat au lait
Œufs
Salami
Pizza garnie
– poulet et dinde sans la peau
– poisson
– fruits de mer
– lait, yogourt 1 % et écrémé
– boisson de soya
– fromage maigre (moins de 8 % matière grasse)
– légumineuses
– tofu
– petit-lait (se vend généralement sous forme de poudre)
– chevreuil
– autruche
– sanglier
– dindon
– cheval
– veau (côtelette, rôti d’épaule, bifteck de palette, escalope)
– bœuf (noix de ronde, bifteck d’intérieur, extérieur de ronde,
longe, contre-filet, haut et pointe de surlonge, rôti de côtes
croisées, bœuf à ragoût)
– agneau (jarret maigre, rognons)
– porc (intérieur de ronde, longe, filet)
Commission Nutrition
Teneur en gras
de plusieurs aliments usuels
Aliments riches en protéines
et faibles en gras
Fiche de
recommandations
alimentaires
Octobre 2009
Le reflux
gastroœsophagien
30 g
12 g
50 g (1 barre)
9g
2
10 g
ISBN : 978-2-35833-023-7
EAN : 9782358330237
45 g (1,5 oz)
9g
Editée avec le soutien de
1 pointe
10 g
Réf. : 8138 - 10/09 Bialec - Nancy
– riz, petites pâtes, semoules, pommes de terre en quantité
raisonnable ;
– toutes les viandes, volailles, poissons (sauf poissons gras)
sont autorisés sans trop d’épices ;
– crustacés, fruits de mer ;
– fromages à pâte cuite, Gruyère, Cantal, Emmental, Babybel, … ;
– yaourts ;
– thé ou café léger ;
– poires, pommes, pêches, bananes fraîches en dehors des
repas ou en compotes à la fin des repas ;
– eaux plates ;
– vin rouge.
Jean-Christophe Létard, Jean Marc Canard,
Stanislas Bruley des Varannes, Vianna Costil,
Jean-Michel Rouillon, Philippe Houcke,
Jean Lapuelle et Guillaume Bonnaud, Christian Boustière,
Denis Constantini, Pierre Coulom, Franck Devulder,
Thierry Helbert, Patrick Lévy, Arsène Papazian,
Marie-Pierre Pingannaud, Bruno Richard-Molard,
Anne-Laure Tarrerias
Habituellement, les aliments passent par la bouche, l’œsophage puis l’estomac pour être évacués dans l’intestin. Lors
du reflux gastro-œsophagien (RGO), le contenu de l’estomac constitué d’aliments et d’acide chlorhydrique (ou sels
biliaires) remonte vers l’œsophage et provoque des symptômes (douleurs, remontées acides ou amères, douleurs
pharyngées ou rétrosternales, toux inexpliquées ou régurgitations alimentaires).
Le pyrosis est le symptôme caractéristique et spécifique du RGO.
C’est une brûlure qui part du creux épigastrique, remonte plus
ou moins haut dans la poitrine. Les régurgitations (ou remontées
d’aliments mastiqués) reflètent plutôt un reflux important, et
constituent un symptôme spécifique.
Les causes du RGO sont multiples et associent des composantes d’ordres : anatomiques (hernie hiatale ou béance de la
jonction œsogastrique), alimentaires (repas copieux ou gras),
comportementaux (alcool, tabac, médicaments, postures).
Le RGO a une histoire naturelle qui évolue le plus souvent
favorablement mais contribue à une fréquente altération de la
qualité de vie avec des conséquences sur la qualité du sommeil,
de l’alimentation et des loisirs.
– La nuit, la position allongée favorise le RGO, et des remontées
d’origine gastrique peuvent refluer dans les cavités nasales ou
les bronches.
– Les loisirs peuvent être perturbés ; le RGO est favorisé par
la position penchée en avant ou, parfois, certaines activités
sportives.
– Les repas induisent fréquemment des brûlures rétrosternales ;
une alimentation grasse, le tabac et l’alcool facilitent la survenue
de ces symptômes.
assise et détendue, en mastiquant bien. En cas de RGO
nocturne, il est conseillé de manger léger le soir, et d’éviter les
boissons abondantes avant le coucher. D’une manière générale,
il convient d’avoir des cuissons légères (pochées, rôties, grillées,
en papillote, bouillie), les aliments gras doivent être diminués
car ils ralentissent la vidange gastrique et augmentent l’intensité
des symptômes (fritures, plats en sauce, viandes grasses,
charcuteries, fromages gras, pâtisseries à la crème, …).
Les boissons doivent être diminuées en quantité, et certaines
évitées comme le café, l’alcool, les jus d’orange ou de tomate,
le vinaigre, le citron car ils irritent la muqueuse œsophagienne
et peuvent favoriser le RGO. Les aliments à gros volume (soupe)
sont aussi à diminuer en dessous de 400 cc.
Les crudités en excès aggravent parfois le RGO, et il existe des
susceptibilités individuelles à certains aliments.
Rééquilibrer son poids
L’excès de poids est très souvent associé au RGO car il induit
une augmentation de la pression abdominale favorisant les reflux.
Les aliments gras réduisent la pression du sphincter œsophagien
inférieur. De plus, ils ralentissent la vidange gastrique. Il convient
de réduire leur consommation à un maximum de 45 g par jour.
Il est nécessaire de :
– structurer et répartir les repas pour éviter les fringales ;
– éviter les sucres et le gras ;
– distinguer les aliments de haute densité nutritionnelle ;
– privilégier les protéines.
Les risques du RGO sont :
L’activité physique permet d’entretenir la masse musculaire
et de lutter contre la sédentarité et ses conséquences (obésité,
diabète, maladies cardiovasculaires) ; le sport en dehors de la
période juste après les repas est recommandé ou, en fonction
du statut physique, une équivalence de 30 min de marche rapide
par jour.
– l’œsophagite : il s’agit d’érosions ou d’ulcérations pouvant aller
jusqu’à l’ulcère ;
– la sténose (ou rétrécissement) est due à une cicatrisation
rétractile des lésions inflammatoires ou ulcéreuses ;
– l’endobrachyœsophage (ou muqueuse de Barrett) correspond
à une colonisation de l’œsophage par des cellules glandulaires
(métaplasie intestinale), et expose au risque de dégénérescence
maligne.
Des recommandations concernant la prise en charge de ces
risques sont codifiées par la Société Française d’Endoscopie
Digestive (SFED.org).
Éviter la constipation car les efforts de poussées répétés
pour aller à la selle, en cas de constipation, provoquent une
augmentation de la pression abdominale qui favorise le RGO.
Au quotidien : bien s’hydrater, consommer des fibres cuites,
pratiquer une activité physique et/ou faire de la relaxation sont
des moyens pour lutter contre la constipation.
En cas de colopathie fonctionnelle, un excès de gaz entraîne des
ballonnements douloureux, les symptômes associés au RGO
sont souvent amplifiés (Fiches recommandations alimentaires
dans l’espace patient CREGG.org).
Les grands principes alimentaires reposent sur une bonne
prise en charge de la constipation, une adaptation de
l’alimentation, une régulation du poids, et une attention particulière pour certaines postures.
Pour mieux s’alimenter et avoir une hygiène de vie quotidienne,
il faut prendre le temps de manger (20 à 30 min) en position
Éviter les postures à risque
Certaines postures, comme la position allongée ou penchée
en avant, favorisent la remontée du liquide acide de l’estomac
le long de l’œsophage. Le jardinage, le sport ou les siestes
immédiatement après les repas sont à éviter en cas de RGO
sévère mais une marche après les repas peut favoriser la
digestion.
Le respect d’un délai de 3 h avant le coucher est préconisable et,
en cas de RGO nocturne, il est utile de surélever les pieds de la
tête du lit.
Des vêtements trop serrés peuvent favoriser le RGO.
Phytothérapie spécifique
– en cas de RGO : argile blanche, ispaghul ;
– en cas de douleurs gastriques associées : absinthe, coriandre,
sauge, réglisse, lithotame.
Conseils généraux
– Mastiquer suffisamment et manger lentement ;
– Se reposer en position demi-assise après le repas ;
– Fractionner les prises dans la journée ;
– Les volumes doivent être faibles pour éviter les régurgitations
(400 cc aux deux principaux repas) ;
– Les cuissons doivent être légères : pochées, rôties, grillées,
en papillote, bouillies ;
– Diminuer la consommation d’alcool et arrêter le tabac ;
– Manger peu avant le coucher ;
– En cas d’excès pondéral, perdre du poids.
Sont déconseillés :
– les aliments riches en matières grasses ;
– le pain frais et surtout la mie de pain fraîche, très riche en
levain ;
– la pâtisserie, les gâteaux, les biscuits, trop riches en farine ;
– les céréales complètes (pain de son, pâte complète, riz
complet) ;
– la charcuterie (le jambon cuit est autorisé) ;
– les plats en sauce, les fritures ;
– les viandes faisandées ;
– les poissons gras (harengs, sardines, maquereaux, saumon,
thon, anguilles, …) ;
– les légumes secs (haricots blancs, pois cassés, lentilles) ;
– les légumes frais suivants : chou, choucroute, petits pois,
salsifis, navets, oignons, concombre, chou-fleur, poireaux,
artichauts, radis, poivrons, cresson, oseille, pommes de terre en
purée ;
– les fromages à moisissures qui fermentent : camembert,
munster, bleu, chèvre, roquefort, livarot, brie ;
– les fruits oléagineux (cacahuètes, noix, amandes, etc.) ;
– les agrumes, jus d’agrumes (orange, citron, pamplemousse),
tomate et jus de tomate ;
– les eaux gazeuses sucrées ;
– les épices (piments, moutarde forte, poivre…).
Il faut limiter les graisses et le chocolat.
Sont autorisés :
– pain bien cuit ou grillé ;
– carottes, endives, courgettes, haricots verts, aubergines,
champignons, épinards, laitue, brocolis, fenouil ;
Téléchargement
Explore flashcards