Physiopathologie de l`anxiété

advertisement
Physiopathologie de l’anxiété :
Introduction :
Les troubles anxieux touchent jusqu’à 25% de la population – 16% des maladies psychiatriques.
Manifestations pathologiques liée à la persistance d’un état d’excitation neurologique ne
correspondant pas à un besoin réel.
Absence de soin  Chronicité, incurabilité.
Apparition sans raison identifiée ou suite à des maladies, des toxicomanies ou de mauvaise
hygiène de vie.
Les différentes anxiétés :
Le syndrome (ou stress) post traumatique : SPT
Le trouble panique : TP
Le trouble obsessionnel compulsif : TOC
Les phobies
L’anxiété généralisée : AG
 Ces 5 troubles peuvent avoir des S communs, ce qui rend leurs diagnostiques délicats.
Les troubles anxieux sont aussi abordés en psychopathologie analytique.
Syndrome post-traumatique : Névrose de guerre
Trouble panique : Etat d’angoisse
Le trouble obsessionnel compulsif : Névrose obsessionnelle
Les phobies : Phobies hystériques ou hystéries d’angoisse
L’anxiété généralisée : Névrose d’angoisse ou angoisse d’attente.
Structures cérébrales impliquées :
Cortex, système limbique, formation réticulée, locus coeruléus, raphé, hypothalamus.
On trouve dans ces structures des neurotransmetteurs qui favoriseront les troubles anxieux ou qui
auront un effet apaisant. Ces NT impliquées dans processus anxiogènes (5HT, NA, CCK, CRH) ou
anxiolytique (GABA, Neuropeptide Y)
L’angoisse est régulée au niveau de l’amygdale par le neuropeptide Y et le CRH.
Syndrome post-traumatique :
Cause : Un stress extrême
Apparition : Après une période de latence. L’exposition à un stress peut enclencher SPT après
longue période.
Symptômes : Reviviscence du drame : Souvenirs récurrents, cauchemars répétitifs, hallucinations
sensorielles, décharges émotives, insomnie, céphalées, sudation, asthénie, tremblements.
Hyper-vigilance permanente : Sursauts, tbl de la concentration et de la mémoire, hypersensiblité
(Bruit), irritabilité.
Comportement d’évitement des situations associées au trauma : Introversion, baisse activité socioprofessionnelles, paranoïa, régression de la personnalité (Infantilisation, crainte environnement,
dépendance et recherche de protection…)
Aspects neurologiques : Hyperactivité noradrénergique impliquant le locus coeruléus, le SL et
cortex sensoriel
Désensibilisation des autorécepteurs α2 des neurones du locus coeruléus. Schéma 26.
Aug° neurotransmission 5HT, Baisse neurotransmission morphines endogènes (Enképhaline,
endorphine, dynorphine), aug° activité OS (médullosurrénales)  Libération de A et NA sur les
organes.
Schéma 27.
Le trouble panique :
Symptômes : Crises anxieuses soudaines et violentes imprévisibles sans déclencheur identifié.
Crises associées à des manifestations somatiques : Palpitations, bouffée de chaleur, douleurs dans
poitrine, dyspnée ou hyperventilation, sudation, tremblements, vertiges, nausées, hypertonie
musculaire.
Mauvaise interprétation des signes somatiques : Mort imminente, folie… On associe dérèglement
organique à mort.
Neurobiologie : Origine cérébrale et non périphérique malgré les manifestations somatiques
(Agents panicogènes induisent des crises sans troubles somatiques)
Hyperactivité noradrénergique par désensibilisation des autorécepteurs α2 liée à une stimulation
anormale du LC par la cholescystokinine (CKK).
Activations anormales du SL, cortex, hypothalamus et dans noyaux du TC : Noyau du tractus
solitaire.
Activation anormale  Anxiété  Activation orthosympathique  Troubles somatiques.
Schéma 28. Majorité de la NA fourni au SNC par le locus coeruléus mais noyau caudé du striatum y
participe aussi.
Au niveau cellulaire : CKK  Récepteurs métabotropiques CCK-B
Schéma 29-30
 Baisse perméabilité chlore des récepteurs ionotropiques GABA-A  Blocage de l’inhibition
Gabaergique
Trouble obsessionnel compulsif :
Symptômes : Manif° comportementales et cognitives : Idées fixes obsédantes ressenties insensées
et inopportunes.
Compulsion : Comportements répétitifs traduisant les obsessions ou la lutte du sujet contre ses
obsessions.
Souffrance : Compréhension que le comportement et les pensées sont irrationnels, sans pouvoir
les empêcher.
Le malade cache sa maladie le plus possible, ne consulte que lorsque la manies et rituels sont
invalidants.
Maladie chronique, récurrente (50% de rechute malgré un arsenal thérapeutique terrible)
Symptômes fréquents du TOC :
Obsessions :
Doutes excessif à propos de la réalisation d’1 tâche
Peur de la contamination ou de la saleté
Compulsions :
Vérification
Lavage et nettoyage
Besoin de symétrie ou exactitude
rangement
Peur de causer du mal à autrui
Préoccupation excessive du bien et mal
Pensées sexuelles intrusives et inappropriées
Comptage, ordonnancement et
Répétition
Accumulation
Prier
Interprétation cognitivistes : Dysfonctionnements comportementaux liés à la baisse de l’inhibition
de comportements ancestraux, normalement inhibés par les perceptions sensoriels.
Saleté  Comportement ancestral : Se laver  Message sensoriel : Mains propres  Inhibition
comportementale
Le malade se lave de manière répétitive tout en ayant conscience d’être propre et de la folie de
son comportement.
Mains propres  Lavage  Mains propres  Lavage …
Anomalies des mécanismes régulateurs de la motricité.
Neurobiologie du TOC : Hyperactivité sérotoninergique, dérèglement du contrôle central de la
motricité.
Phobie :
Symptômes : Anxiétés liées à une situation ou à la vue d’objets  Très mal à l’aise, aug° rythme
cardiaque, aug° vigilance, crise de panique possible. Comportement d’évitement : Patient fuit les
situations craintes  Aug° anxiété car évitement est anxiogène. Dépendance vis-à-vis de
l’entourage (protection, séparation objet phobique)
Avec le temps, évitement et dépendance s’aggravent.
Phobies + évitement + dépendance  Très mauvais qualité de vie + souffrance.
3 types de phobies :
Phobie simple : Animaux, vue du sang, dentiste, étrangers
Phobie sociale : Interactions avec autrui, caractérisée par des palpitations, tremblement de la voix,
rougeur, pensée Agoraphobie : Peur de site où il semble difficile au patient d’obtenir de l’aide ou de fuir
manifestations somatiques : Céphalées, nausées, vomissement, perte de contrôle de la vessie et
des intestins.
Neurobiologie : Dysfonctionnement DA et 5HT ? Structures cérébrales ?
Téléchargement