Télécharger

publicité
4
Des aliments aux nutriments
PROGRAMMES
PARTIE
Fonctionnement de l’organisme et besoin en énergie
NOTIONS
• Les nutriments utilisés en permanence par les organes proviennent de la digestion des aliments.
• La transformation de la plupart des aliments consommés en nutriments s’effectue dans le tube digestif sous
l’action d’enzymes.
• Ces transformations chimiques complètent l’action
mécanique.
• Les nutriments passent dans le sang au niveau
de l’intestin grêle dont la grande surface richement
vascularisée favorise l’absorption.
OBJECTIFS GÉNÉRAUX DU CHAPITRE
Dans les nouveaux programmes de collège, la digestion
est étudiée en classe de 5e, elle ne l’est plus en classe de
3e comme dans l’ancien programme. Le niveau abordé
en 5e est intermédiaire entre le niveau de 5e et le niveau
de 3e de l’ancien programme.
Les élèves doivent intégrer que lors de la digestion :
- les aliments (qu’ils soient solides ou liquides) sont,
au cours de leur trajet dans le tube digestif, au contact
de sécrétions digestives sécrétées par les glandes
digestives ;
- les sécrétions digestives permettent, à elles seules,
la transformation des aliments ;
- ces transformations se font grâce aux enzymes contenues
dans les sécrétions digestives ;
- ces enzymes permettent une transformation chimique
des aliments ;
- cette transformation chimique est facilitée par l’action
mécanique (les dents dans la cavité buccale) et les
muscles tout au long de la paroi du tube digestif.
Les aliments sont, pour la plupart, transformés en
nutriments qui passent dans le sang au niveau de
l’intestin grêle dont la surface richement vascularisée
favorise l’absorption.
Les élèves doivent aussi comprendre que l’apport des
nutriments à l’organisme se fait sur une longue durée
alors que nous ne mangeons que pendant peu de temps,
chaque jour.
Les aliments non digérés sont transformés en excréments.
OUVERTURE DE CHAPITRE
La photographie d’ouverture du chapitre montre une
famille en train de prendre son petit déjeuner. Des aliments sont mangés : pain, confiture, raisin, jus d’orange,
café, thé ou chocolat… À la fois des aliments liquides
et solides. Les élèves savent que ces aliments vont
subir la digestion. Cela les conduira à s’interroger sur
ce que deviennent ces aliments et à poser le problème
général : « En quoi consiste la digestion ? »
Donne tes idées sur...
Le devenir des aliments
Ce document doit permettre au professeur de recueillir
les idées, les conceptions ou représentations mentales
ou initiales des élèves sur les notions abordées dans
le chapitre.
En effet, dans la partie du programme Fonctionnement de
l’organisme et besoin en énergie, il est rappelé dans le
texte introductif : « Les sujets traités dans cette partie
sont tout particulièrement propices à la prise en compte
de l’évolution des représentations et des conceptions des
élèves. » C’est donc dans cet esprit que sera réalisé le
travail qui suit.
Gestion des élèves
L’enseignant peut faire ce pré-test (qu’il ramasse) à la
fin du cours précédant la séquence sur la digestion pour
répertorier les conceptions des élèves qui peuvent être
16
correctes ou erronées. Il va construire sa séquence en
tenant compte de ces conceptions.
La première question lui permettra d’aborder le trajet
des aliments, la seconde le devenir de ces aliments
dans l’organisme
Exploitation et réponses aux questions
À propos de la première question, les conceptions les
plus fréquentes sont les suivantes :
- pour certains élèves, le trajet des aliments liquides est
différent de celui des aliments solides, il y a un « tuyau »
pour les aliments solides et un « tuyau » pour les aliments liquides, menant directement à la vessie ;
- pour d’autres élèves, le trajet des aliments solides est
le même que celui des aliments liquides.
Ces notions sont normalement des acquis des classes
Les réponses à la seconde question montrent que pour
certains élèves tout ce qui est mangé est rejeté : les
aliments ne font que transiter dans le tube digestif. Ils
subissent juste une transformation mécanique. Ces
élèves n’ont pas la notion de transformation chimique,
ni de milieu intérieur. D’autres élèves envisagent la
transformation des aliments en nutriments et leur
passage dans le sang.
De la confrontation de ces différentes idées d’élèves
peuvent être posés les problèmes suivants :
- Quel type de transformation subissent les
aliments ?
- En quoi consiste la digestion des aliments?
- Que deviennent les aliments transformés ?
Ces différents problèmes pourront être approfondis
par le professeur en étudiant les documents de la page
suivante : Observer et s’interroger
Observer et s’interroger
Différentes façons de se nourrir
Pour un être humain, il existe différentes façons de
se nourrir :
- document 1 : la façon la plus classique, en mangeant
des aliments constitués (acquis de 6e) d’eau, de sels
minéraux et de matières organiques (glucides, lipides,
protides) ;
- document 2 : de façon exceptionnelle, dans le cas de
certaines maladies, par perfusion parentérale, c’està-dire injection continue de substances nutritives dans
le sang. Ce ne sont pas des aliments qui sont mis
dans la perfusion mais des nutriments organiques, de
l’eau et des sels minéraux, ces nutriments servant au
fonctionnement des organes.
Activité 1
La comparaison de ces différentes façons de se nourrir doit amener les élèves à se dire qu’au cours de la
digestion, les aliments consommés lors d’un repas
sont transformés en nutriments et que ces nutriments
doivent se retrouver dans le sang.
Problèmes scientifiques à résoudre
- Que deviennent les aliments dans le tube digestif ?
- Qu’est-ce qui permet la transformation des
aliments ?
- À quoi correspond exactement la digestion ?
- Que deviennent les nutriments ?
Le devenir du contenu d’un repas
Que deviennent les aliments dans le tube digestif ?
OBJECTIFS À ATTEINDRE
Les objectifs principaux de cette activité sont de montrer :
le trajet du contenu d’un repas sachant que les aliments
liquides comme les aliments solides suivent le même trajet :
celui du tube digestif ;
que le contenu d’un repas change d’aspect au cours de
son trajet dans ce tube digestif : les aliments subissent des
transformations et le contenu de l’intestin grêle a toujours
l’aspect d’un liquide ;
que la masse des aliments mangés est très supérieure à
la masse des excréments rejetés indiquant qu’une grande
partie des aliments, après transformation est gardée par
l’organisme.
Du point de vue méthodologique, l’élève doit être capable de
tirer des informations de radiographies et de les relier entre
elles, de tirer des informations de photos et d’un tableau.
Exploitation et réponses aux questions
1. Il s’agit d’extraire des informations de radiographies et de textes des documents 3 et 5 pour montrer le trajet des aliments dans le tube digestif. On
suit, dans le cas de ces documents, le trajet d’un
produit absorbé opaque aux rayons X et non pas le
trajet d’un aliment classique. Le produit opaque a la
particularité d’être complètement rejeté par l’anus.
On peut donc le suivre tout le long du tube digestif
ce qui permet d’en visualiser les différentes parties.
La photo 3a et le texte permettent de voir que la
substance opaque passe de la cavité buccale dans
l’œsophage et la photo 3b permet de constater que la
substance va ensuite dans l’estomac où elle peut rester
jusqu’à 8 heures. La substance opaque se retrouve dans
l’intestin grêle puis dans le gros intestin.
Les différents organes du tube digestif par lesquels
passe le contenu d’un repas sont :
- la bouche et cavité buccale,
17
Extrait du livre du professeur
primaires. Mais étant donné les réponses de certains
élèves, le professeur doit prendre en compte ces erreurs
pour construire son cours
Se pose donc le problème du trajet des aliments. Il sera
résolu dans l’Activité 1.
- l’œsophage,
- l’estomac où il reste de 2 à 8 heures,
- l’intestin grêle (7 à 8 heures)
- le gros intestin (15 heures) où se trouvent en temps
normal des excréments.
2. Les photos 4a, 4b et 6 permettent de suivre le changement d’aspect de frites au cours de leur trajet de la
bouche jusqu’à l’intestin grêle.
Dans l’estomac, les frites se trouvent sous la forme
d’une bouillie assez liquide présentant encore des
morceaux. Le contenu de l’intestin grêle est très liquide
avec des petits fragments solides.
Les frites mangées sont bien solides. Elles ont donc
été transformées au cours de leur trajet de la cavité
buccale jusqu’à l’intestin grêle.
3. Il s’agit d’extraire des informations d’un tableau,
le document 7, pour comparer les « entrées » et les
« sorties » du tube digestif.
On constate que l’on consomme 1 300 g d’aliments
Activité 2
aussi bien liquides que solides (remarque : il n’est pas
évident, pour les élèves, que les liquides soient des
aliments… il faut le leur préciser).
La quantité d’excréments, y compris l’eau, est de 150 g.
Il y a donc 1 150 g d’aliments qui, au cours de 24 heures,
sont restés dans le corps.
4. Les aliments mangés par la bouche passent de la
cavité buccale (où interviennent les dents qui permettent la mastication – rappel des acquis de primaire)
dans l’œsophage puis l’estomac. Ils y restent un temps
long. Au cours de ce trajet, ils sont transformés en
«purée, bouillie » assez molle, liquide. Ils vont ensuite
dans l’intestin grêle où ils sont rendus liquides et dans
lequel, ils restent 7 à 8 heures. Ils vont ensuite dans
le gros intestin (là, il n’y a pas d’informations sur ce
qui s’y passe…). Une grande partie des aliments reste
dans le corps ; le reste est rejeté par l’anus sous forme
d’excréments.
Actions mécaniques et sécrétions digestives
Qu’est-ce qui permet la transformation des aliments ?
OBJECTIFS À ATTEINDRE
L’objectif principal de cette activité est de montrer :
que les aliments sont soumis à l’action de sécrétions
digestives sécrétées par les glandes digestives ;
que ces sécrétions digestives sont déversées en grande
quantité dans le tube digestif, elles contiennent de l’eau et
des enzymes (sauf la bile qui n’en contient pas) ;
que les aliments sont brassés, malaxés, mis en mouvement par les contractions de la paroi musculaire le long
du tube digestif ;
que les sécrétions digestives sont les agents de la digestion. Elles seules, même sans brassage, sont capables de
transformer les aliments.
Du point de vue méthodologique, l’élève doit être capable
de tirer des informations de textes, de schémas. Il doit
pouvoir de comparer des radios et faire l’étude d’un texte
historique.
Exploitation et réponses aux questions
1. Les documents 8 et 9 présentent les conditions
auxquelles sont soumis les aliments au cours de leur
progression dans le tube digestif jusqu’à l’intestin
grêle.
Le schéma du document 8a accompagné du texte du
document 8b montre que tout au long du tube digestif, il y a des glandes digestives qui déversent leur
contenu dans le tube digestif : les glandes salivaires, au
niveau de la cavité buccale ; les glandes gastriques, au
niveau de l’estomac ; le foie, le pancréas et les glandes
18
intestinales, au niveau de l’intestin grêle. Les glandes
salivaires, le foie et le pancréas sont reliés par un canal
au tube digestif et déversent le produit de leur sécrétion
dans ce tube.
Remarque : les élèves pensent souvent que les aliments
passent par les glandes digestives comme le foie et le
pancréas. En coupant un morceau de foie, on peut leur
montrer que ces organes ne peuvent pas être traversés
par les aliments.
Les sécrétions digestives sont abondantes : 7,5 litres par
jour. Elles sont constituées d’une très grande quantité
d’eau et d’une ou plusieurs enzymes, sauf la bile qui
n’en contient pas. On n’étudie pas le rôle de la bile en
classe de 5e. Cependant page 81, on peut en voir un
aspect : « La crise de foie, c’est quoi ? » On ne cherche
pas non plus à connaître le devenir de cette grande
quantité d’eau contenue dans les sécrétions digestives.
Son devenir est évoqué indirectement page 81 dans le
document : « Que se passe-t-il dans le tube digestif
dans le cas d’une diarrhée ? »
Les radiographies du document 9 montrent l’estomac
et ses contractions suggérant le brassage des aliments.
Le professeur aura rappelé dans l’Activité 1, le rôle des
dents qui permettent de fractionner les aliments
Les aliments dans le tube digestif, de la bouche à
l’intestin grêle sont soumis :
- aux sécrétions digestives déversées en grandes quantités ;
- à des actions mécaniques : les dents dans la cavité
buccale qui permettent la mastication des aliments et
les muscles de la paroi du tube digestif qui brassent
les aliments. L’action des muscles est observée ici au
Activité 3
présence de sécrétions digestives. On constate cependant que lorsque le morceau de viande est directement
dans l’estomac, la digestion est plus rapide : elle se
réalise en 2 heures. Le brassage des aliments facilite
donc la digestion.
3. Dans le tube digestif :
- l’action mécanique des dents et des muscles de la
paroi du tube digestif, en fragmentant les aliments,
favorisent la digestion ;
- les sécrétions digestives produites par certaines
glandes digestives situées sur le trajet du tube digestif
permettent la digestion.
La digestion
En quoi consiste la digestion des aliments ?
OBJECTIFS À ATTEINDRE
L’objectif principal de cette activité est de montrer :
que la digestion se traduit par la transformation des
aliments en nutriments ;
que cette transformation se fait sous l’action des enzymes
contenues dans les sécrétions digestives ;
que cette transformation est une transformation chimique, c’est-à-dire qu’elle se traduit par la disparition de la
substance d’origine et l’apparition de nouvelles substances
dans le milieu.
Du point de vue méthodologique, l’élève doit être capable
de tirer des informations de textes, de photos. Il doit être
capable de suivre un protocole pour réaliser une digestion in
vitro, de comparer les résultats d’expérience, de les mettre
en relation avec la différence de condition expérimentale
pour tirer une conclusion.
Commentaire sur l’expérimentation
Pour présenter la transformation des aliments en nutriments dans cette double page, on a choisi de montrer
la transformation de l’amidon en glucose sous l’action
d’une enzyme : la maxilase.
Remarque : la maxilase, comme la mégamylase sont
vendues en pharmacie. Ce sont des médicaments qui
contiennent une alpha-amylase très concentrée. Elles
ont un effet anti-inflammatoire. Pour réaliser l’expérience, il faut utiliser de la maxilase ou de la mégamylase
en comprimés et non en sirop car celui-ci est sucré. Il
faut enlever l’enrobage du cachet en le passant sous
l’eau avant de le broyer dans un mortier. En présence de
maxilase, l’hydrolyse de l’amidon conduit à la formation
de maltose mais aussi de glucose mis en évidence grâce
aux bandelettes-test, achetées en pharmacie sous le
nom de Clinitix.
Les notions d’aliments composés et d’aliments simples
ne sont pas au programme mais il est nécessaire de
partir de ces notions pour que l’élève puisse compren-
dre l’intérêt de faire l’expérimentation sur l’amidon.
L’expérimentation est menée en deux temps :
- 1er temps : constat de la disparition de l’amidon. On
fait le test à l’eau iodée sur les 2 tubes (l’un contenant
de la maxilase, l’autre pas) au début et à la fin de l’expérience. Cette manipulation permet de travailler sur
la notion d’enzyme.
- 2e temps : constat de l’apparition du glucose dans le
tube 2 en présence d’enzyme.
Cette transformation est bien une transformation chimique d’aliments en nutriments
Exploitation et réponses aux questions
1. Les photos et textes du document 11 permettent de
visualiser les grains d’amidon avant la digestion et leur
transformation au cours de la digestion.
Dans de nombreux aliments, l’amidon (document 11a)
est présent sous forme de grains (document 11b). Dans
l’estomac (document 11c) , les grains d’amidon, sont en
quelque sorte « rongés », ils ne sont pas broyés, ils sont
en voie de disparition… Ils disparaissent complètement
dans l’intestin grêle.
L’amidon que l’on mange se présente sous forme de
grains dans les aliments. Dans l’estomac, ces grains
disparaissent en partie. Ils disparaissent complètement
dans l’intestin grêle. Ces observations permettent de
penser que l’amidon est digéré dans le tube digestif.
2. Les informations apportées par le document 12 sont
importantes car elles permettent de comprendre ce que
sont une transformation physique et une transformation
chimique. Elles montrent que la digestion d’un aliment
en nutriments est une transformation chimique : une
substance présente au début d’une expérience disparaît
à la fin de cette expérience. Et parallèlement à cette
disparition, il y a apparition de nouvelles substances
dans le milieu.
Le document 13 permet de montrer qu’au cours de cette
première expérience, dans le tube à essais, l’amidon
19
Extrait du livre du professeur
niveau de l’estomac.
2. Le document 10 permet de faire l’étude d’un texte
historique écrit par William Beaumont. Le document
10a précise le cadre dans lequel s’effectuent les observations et expériences de W. Beaumont : il fait le point
sur ce qui était connu de la digestion et sur les conditions qui ont amené l’auteur à faire ces observations
et expériences.
Le document 10b précise les conditions de l’expérience
ainsi que les résultats obtenus.
Dans le récipient, le morceau de viande est soumis, à
11 h, aux sécrétions gastriques. Dix heures après, à 21
h, la viande s’est liquéfiée, elle a été digérée.
La condition suffisante à la digestion des aliments est la
disparaît sous l’action d’une enzyme.
Le document 14 permet de visualiser que dans la
seconde expérience, il y a apparition de glucose dans
le tube à essais.
Le document 13 permet de constater qu’à la fin de la
1ère expérience :
- dans le tube 1 où il y a absence de maxilase, le
contenu se colore en bleu-noir indiquant la présence
d’amidon.
- dans le tube 2 où il y a présence de maxilase, le
contenu ne se colore plus en bleu-noir, indiquant
l’absence d’amidon.
On peut conclure qu’il y a une disparition de l’amidon
dans le tube 1 en présence de maxilase,
Le document 14 permet de constater qu’à la fin de la
2e expérience :
Activité 4
- dans le tube 1 où il y a absence de maxilase, la bandelette reste rose indiquant l’absence de glucose.
- dans le tube 2 où il y a présence de maxilase, la bandelette-test se colore en violet indiquant la présence
de glucose.
On peut conclure qu’il y a eu apparition de glucose dans
le tube 1 en présence de maxilase.
Sachant qu’une transformation chimique (document 12)
se traduit, par la disparition d’une substance (ici l’amidon
qui est un aliment « simple » que l’on ne trouve pas dans
le sang) et l’apparition d’une nouvelle substance (ici le
glucose qui est un nutriment que l’on trouve dans le
sang), la digestion est une transformation chimique.
3. La digestion est une transformation chimique des
aliments en nutriments sous l’action des enzymes
contenues dans les sécrétions digestives.
L’absorption des nutriments
Que deviennent les nutriments ?
OBJECTIFS À ATTEINDRE
L’objectif principal de cette activité est de montrer :
le lieu de passage des nutriments dans le sang ;
les caractéristiques des structures de la région du tube
digestif où les nutriments passent dans le sang.
Il faudra préciser aux élèves que l’on mange des aliments
pendant peu de temps : le temps des repas, mais que l’on ne
se nourrit réellement tout au long de l’absorption intestinale
qui peut durer plusieurs heures après un repas.
On leur précisera aussi qu’il n’y a pas que le glucose qui
passe dans le sang mais tous les nutriments comme l’eau,
les sels minéraux (qui ne sont pas transformés au cours de
la digestion) et les autres nutriments organiques provenant
de la digestion des protides et lipides.
Il est à noter que l’eau contenue dans les sécrétions digestives (déversée en grande quantité tout au long du tube
digestif : 7,5 litres), l’eau bue et celle contenue dans les
aliments passent dans le sang, comme tous les nutriments,
au niveau de l’intestin grêle.
Le devenir des aliments non digérés en excréments n’est pas
abordé. Il faudra préciser aux élèves que dans les aliments,
il y a, dès le départ, des aliments « simples » qui ne seront
pas digérés et qui se retrouveront dans les excréments.
Exploitation et réponses aux questions
1. Le document 15 permet de constater que les glucides comme l’amidon (sucre lent) et le glucose (sucre
rapide) qui se trouvent dans les aliments consommés
transitent dans l’œsophage et l’estomac. La quantité de
ces glucides est toujours la même dans l’œsophage et
l’estomac. Cette quantité diminue au niveau de l’intestin
grêle pour arriver à une valeur proche de 0 % : les nutriments, comme le glucose, quittent progressivement l’intestin grêle. Durant ce trajet, les sucres lents, comme
l’amidon, se sont transformés en nutriments comme
20
le glucose, sucre rapide et ce glucose a quitté le tube
digestif au niveau de l’intestin grêle.
La photo du document 16 permet de voir que l’intestin
grêle est en relation avec de nombreux vaisseaux sanguins indiquant la circulation du sang à ce niveau.
Le document 17 montre qu’il y a du glucose dans le
sang qui arrive au niveau de l’intestin grêle mais que
la quantité de glucose dans le sang qui quitte l’intestin
grêle est plus importante. Le sang au niveau de l’intestin
grêle s’est chargé en glucose : le glucose qui quitte
l’intestin grêle passe dans le sang.
Document 15 : Les glucides présents dans le tube
digestif quittent ce tube digestif au niveau de l’intestin
grêle.
Document 16 : L’intestin grêle est en relation avec de
nombreux vaisseaux sanguins.
Document 17 : Le sang qui quitte l’intestin grêle contient
plus de glucose que le sang qui arrive à l’intestin
grêle.
Lorsqu’il n’y a plus de glucides dans l’intestin grêle,
c’est que ceux-ci se trouvent dans le sang, sous forme
de glucose.
2. Le document 18 permet de constater que l’intérieur
de l’intestin grêle présente de nombreux replis qui
augmentent la surface de contact avec les liquides dans
lesquels se trouvent les nutriments. Les replis les plus
petits sont des villosités qui augmentent encore cette
surface de contact.
Remarque : quand un aliment se trouve à l’intérieur du
tube digestif, il est encore en communication avec le
milieu extérieur (même si le tube digestif se trouve dans
le corps).
Le document 19 montre que l’intérieur des villosités
présente de nombreux capillaires sanguins. C’est au
niveau de ces capillaires que va se faire le passage des
nutriments dans le sang : les nutriments se retrouvent
dans le milieu intérieur.
Notions essentielles
3. L’absorption intestinale correspond au passage des
nutriments du contenu de l’intestin grêle dans le sang
des capillaires qui se trouvent dans les villosités de la
paroi intestinale. Ce passage est facilité par une grande
surface de contact entre les nutriments et le sang.
Des aliments aux nutriments
Le schéma bilan traduit l’ensemble des notions vues dans
ce chapitre.
Il peut être construit progressivement :
- d’abord, la schématisation avec mots de légende du
tube digestif dans un organisme représenté sous forme
d’un rectangle,
- ensuite, la représentation de l’arrivée dans la qualité
buccale, l’estomac et l’intestin grêle des sécrétions
digestives contenant les enzymes,
- et annotation de la transformation chimique depuis
la bouche jusqu’à l’intestin grêle,
- puis schématisation de l’absorption intestinale avec
passage dans le sang des nutriments,
- et enfin, représentation de l’élimination par l’anus
des parties non digérées des aliments.
Biologiste en herbe
Expérimenter
Observation sur ton animal familier
L’objectif ici est que l’élève puisse manipuler son animal familier ; qu’il remplisse un cahier d’observation
et retrouve le constat fait dans le tableau 7 page 71,
c’est-à-dire que la quantité d’aliments mangés (aussi
bien les aliments solides que les aliments liquides) est
très supérieure à la quantité d’aliments rejetés sous
forme d’excréments.
Se documenter
La crise de foie, c’est quoi ?
Dans le cadre de ces programmes, on ne fait pas l’étude
du rôle du foie et de la bile. Or souvent, les enfants
pensent que les aliments passent par le foie : c’est une
conception erronée courante des élèves de cet âge. Ils
pensent cela notamment à cause de cette expression
« crise de foie ». Ce texte et la recherche proposés
doivent permettre de faire prendre conscience à l’élève
que la crise de foie n’existe pas.
Réponses aux questions
1. Quand la « crise de foie » fait suite à des excès alimentaires, un seul remède existe : mettre l’estomac et
le tube digestif au repos, c’est-à-dire à la diète : pendant 1 à 2 jours : bouillons de légumes, yaourts, fruits
cuits (pommes), légumes (pomme de terre, carottes)
et riz cuits à l’eau, jusqu’à ce que la personne se sente
mieux. Quand la «crise de foie » est une migraine, il
n’y a pas lieu de restreindre l’alimentation, et c’est le
traitement de la migraine proprement dite qu’il faut
entreprendre.
2. La cirrhose du foie qui peut apparaître après une
consommation trop grande d’alcool. L’hépatite qui est
une infection du foie.
Que se passe-t-il dans le tube digestif dans le cas
d’une diarrhée ?
Une autre conception erronée des élèves est que les
aliments liquides ne suivent pas le même trajet que
les aliments solides. Normalement les séquences
construites doivent les amener à penser l’inverse. Dans
le cours, les élèves ont constaté qu’une grande quantité
d’eau sous forme de sécrétions digestives (de l’ordre
de 7,5 litres) était déversée dans le tube digestif en plus
de la boisson absorbée. On doit, à un moment, leur dire
que toute cette eau, qui constitue un nutriment, est
absorbée au niveau de l’intestin grêle. Cette recherche
documentaire doit renforcer cette idée.
Dans le cas de la diarrhée, la particularité est que l’eau
n’est pas réabsorbée au niveau intestinal.
Réponses aux questions
1. Les aliments à éviter sont les aliments riches en
fibres (céréales et pain complet…), les légumineuses
(haricots secs, pois secs, etc.), et les fruits séchés (abricots secs ou dattes). Il faut aussi éviter de consommer
les légumes qui favorisent les gaz intestinaux comme
le chou, le navet, l’oignon et le maïs. Il vaut mieux aussi
réduire sa consommation de gras, et ne pas manger
de fritures.
Les aliments à privilégier sont les soupes au poulet
et aux nouilles, les potages aux carottes (sans lait), la
soupe aux légumes maison et les légumes pelés bouillis.
Pour revenir doucement à une alimentation normale, on
privilégiera pendant quelques jours les féculents comme
le riz blanc, le pain blanc, les pommes de terre et les
pâtes alimentaires faites de farine blanche.
2. Il faut boire beaucoup : huit à dix verres de liquide
par jour (eau, bouillon, tisane, soupe, jus de fruits) afin
de remplacer les pertes dues à la déshydratation. L’eau
demeure la meilleure boisson pour la réhydratation. Les
jus de fruits (notamment le jus d’orange), les sodas et
les boissons énergétiques sont de bons traitements,
mais seulement pour les adultes car, chez les enfants,
ils ont l’effet contraire et peuvent aggraver la diarrhée,
voire provoquer des vomissements. Éviter le lait, les
eaux minérales gazeuses, le thé et le café.
21
Extrait du livre du professeur
La caractéristique essentielle de l’intestin grêle qui
favorise le passage des nutriments dans le sang est
la grande surface de contact entre les liquides qui
contiennent les nutriments et le sang contenu dans les
capillaires sanguins.
Exercices
J’évalue mes connaissances
1 Vrai ou faux ?
a. Vrai
b. Faux. Les aliments passent dans le tube digestif, ils
c.
d.
e.
f.
ne passent pas par les glandes digestives comme
le foie qui est un organe « plein ».
Vrai
Faux. Seuls les aliments qui ne sont pas transformés en nutriments ressortent sous forme d’excréments.
Vrai
Vrai
2 Mettre en relation
a-6, a-8, b-7, c-1, c-4, c-5, c-8, d-2, d-3, e-3, e-8.
J’évalue mes compétences
5 Appareil digestif et digestion
chez le lapin
1.
2.
3.
n°1 : œsophage
n°2 : estomac
n°3 : foie
n°4 : intestin grêle
n°5 : rein
n°6 : gros intestin
n°7 : vessie
n°1 : œsophage
n°2 : estomac
n°4 : intestin grêle
n°6 : gros intestin
n°3 : foie
4.
5.
6.
n°5 : rein
n°7 : vessie
n°2 : estomac
n°4 : intestin grêle
n°4 : intestin
grêle
7. Sachant que les aliments liquides suivent le même
3 Vrai ou faux ?
Le glucose…
a. Vrai
b. Faux. Le glucose est un nutriment : il est le résultat
de la transformation de certains aliments sous l’action des sécrétions digestives, il n’est pas lui-même
transformé.
c. Vrai.
d. Faux. Il passe dans le sang au niveau de l’intestin
grêle.
Une enzyme…
a. Vrai
b. Vrai
c. Faux. Est une molécule qui se trouve dans les
sécrétions digestives.
d. Faux. Permet la transformation chimique des
aliments
8.
6 La digestion du blanc d’œuf
1. La seule différence de condition expérimentale entre
2.
4 Croisons les mots
Horizontalement
a- aliments
b- estomac
c- nutriment
d- digestion
e- enzymes
Verticalement
1- œsophage
2- intestin grêle
3- chimique
4- absorption
trajet que les aliments solides, l’eau bue par le lapin
suivra le trajet suivant :
n°1 : œsophage
n°2 : estomac
n°4 : intestin grêle
L’eau sera absorbée au niveau de l’intestin grêle
comme tous les nutriments. Une petite quantité se
retrouvera dans les excréments et passera par :
n°6 : gros intestin
n°6 : gros intestin
3.
4.
les tubes 1 et 2 est la présence de trypsine dans le
tube 2 et l’absence de trypsine dans le tube 1 (tube
témoin).
Les 2 tubes au début de l’expérience ont le même
aspect. À la fin de l’expérience, le tube 1 a le même
aspect qu’au début, le blanc d’œuf est présent.
Dans le tube 2, le contenu du tube est transparent,
le blanc d’œuf a disparu.
Il y a disparition du blanc d’œuf à la fin de l’expérience : c’est une transformation chimique sous
l’action d’une enzyme : la trypsine. Transformation
chimique comme celle qui se produit pendant la
digestion.
Lors de la transformation chimique dans le cas
de la digestion, il y a aussi apparition de nouvelles
substances. C’est ce qu’il aurait fallu montrer ici.
7 La livraison de nutriments
à l’organisme
1. L’organisme reçoit des nutriments pendant
2.
3.
22
18 heures sur 24 heures. La durée totale des repas
est de 1 heure et 20 minutes. L’élève mange pendant
peu de temps, mais la durée pendant laquelle les
nutriments passe dans le sang est longue.
L’organisme est vraiment à jeun pendant 6 heures :
de 2 h à 7 h et de 11 h à midi.
Le temps consacré au repas est court, mais le temps
pendant lequel l’organisme reçoit des nutriments,
et donc se nourrit, est long.
Téléchargement