La crise : une tragédie économique et sociale - MmePAEZ

publicité
Partie E – La crise économique (partie 1)
Vous devez couvrir l’information qui suit, et
-faire une partie sur le premier ministre Richard Bedford
Bennett (Commission Canadienne du Blé, crise
économique…)
-faire une partie sur le Krach de 1929
Partie E – La crise économique (partie 1)
La crise : une tragédie économique et sociale
Dépression économique
Une crise est caractérisée par une période particulièrement longue et sévère de réduction de la
production et de l'activité économique

Des conséquences importantes de cette détérioration sont un fort taux de chômage, une
moindre exploitation des ressources et de nombreuses faillites.
L'agriculture et les matières premières procuraient à la population des Prairies un niveau de vie élevé.
Cependant, la région connaissait des difficultés et des défis.




Les fermiers avaient peu de contrôle sur le climat ou sur la volatilité des marchés étrangers.
La population faible des Prairies avait peu de représentation et de pouvoir à Ottawa.
La population et l'économie des Prairies étaient caractérisées par des cycles d'expansion et de
ralentissement sur lesquels les habitants n'avaient pas de contrôle.
Ces cycles agissaient comme des éléments déstabilisants.
Dans une large mesure, les Prairies jugeaient le gouvernement national et les autres régions du pays à
la lumière du critère suivant : est-ce que les mesures et les politiques mises de l'avant servaient ou
desservaient l'agriculture dans les Prairies?

La réceptivité des gouvernements aux conséquences des cycles d'expansion et de
ralentissement faisait partie de ce critère.
Le 29 octobre 1929, la Bourse de New-York s'effondrait. En quelques jours, des milliers de personnes
perdaient leurs économies et se retrouvaient dans la misère.
Les exportations du Canada n'ont pas tardé à ralentir à mesure que les nations, y compris les États-Unis,
principal client et investisseur, s'efforçaient de protéger leur marché intérieur et leurs emplois en
freinant les importations.


La décroissance du commerce international a provoqué l'effondrement de l'économie
canadienne.
À cette époque, le commerce et les investissements étrangers comptaient pour un tiers du
revenu national.
Baisse moyenne des revenus 1928-1933
1928-1929, $ par personne 1933, $ par personne
Baisse en pourcentage
Saskatchewan
478
135
72
Alberta
548
212
61
Manitoba
466
240
49
Colombie-Britannique
594
314
47
Île-du-Prince-Édouard
278
154
45
Ontario
549
310
44
Québec
391
220
44
Nouveau-Brunswick
292
180
39
Nouvelle-Écosse
322
207
36
Canada
471
247
48
Le gouvernement canadien a réagi à la crise en continuant de mener des politiques économiques
orthodoxes, particulièrement dans le secteur de la politique commerciale.


La recette du premier ministre Bennett pour relancer l'économie comportait deux volets :
rouvrir les marchés internationaux aux produits canadiens et équilibrer le budget.
Il n'a pas réussi à mettre sur pied un nouveau régime de commerce impérial préférentiel durant
la Conférence impériale de Londres de 1930.
La crise a eu des effets catastrophiques dans les Prairies, dont l'économie était tributaire de la
production et de l'exportation de céréales, dont le blé.

Les cultivateurs de blé voyaient l'abondance des années 1920 s'effriter à mesure que
s'éternisait la crise.




L'énorme récolte de blé de 1928 avait créé un surplus important entraînant une déflation des
prix mondiaux.
Près de deux cents millions de boisseaux de blé canadien sont restés sans preneur.
Le déclin en volume et en valeur des exportations de blé a été accompagné d'une grande
sécheresse couvrant le sud de la Saskatchewan et de l'Alberta et de trombes de poussière.
Des milliers de fermiers ont été acculés à la faillite et près de 350 000 habitants de l'Ouest ont
quitté la région.
Téléchargement
Explore flashcards