Stop à l`holocauste prostatique

publicité
« Stop à l’holocauste
prostatique »
D’après B. Tombal,
21 mars 2009 à l’UOAD
« Bien que 20 à 40 % des
hommes de plus de 50 ans
présentent des foyers
microscopiques de cancer de la
prostate, la grande majorité ne
mourra pas de cette maladie »
 « Un cancer de la prostate n’est
jamais une urgence »
 30% des cancers sont indolents

Suggestions:
1.
2.
3.
4.
Informer tous les hommes à partir de 50 ans,
du risque de cancer prostatique.
Évaluation individuelle du risque ( PSA à 40
ans si frère, père, oncle paternel atteint < 0,6 = OK)
Expliquer le pour et le contre de la
réalisation du PSA: la mise en évidence de
cellules cancéreuses ≠ synonyme de
traitement immédiat
Remettre décision dans les mains du patient
Que dire (3 minutes)




4
Le cancer de la prostate est un cancer très
fréquent, qui peut parfois être dévastateur et
mortel.
Le cancer de la prostate peut être diagnostiqué
avant qu’il ne provoque des symptômes. Seuls,
les cancers diagnostiqués précocement sont
guérissables.
Les tests de dépistage existent, mais ils ne sont
pas parfaits.
En particulier, ils peuvent conduire à la détection
de cancers prostatiques qui ne menaceront pas
la santé de l’homme et qui ne nécessiteront pas
de traitement
PSA à 50 ans




< 1= ne pas répéter le test avant 5 ans
>1 et< 2,5: répéter dans 1 an (max. 1x/an)
> 2,5: avis urologue avec écho (sus-pubien ou
endo-rectal  taille de la prostate 
PSA/taille donne la densité prostatique (plus
important que volume ou PSA seuls)
PSA < 1,5 si 55 ans ] = OK
< 2 si 60 ans
]
Urologue


Si TR devient anormal
Si PSA augmente de + de 0,35/an
PSA libre peu utile
Après TR et vélo: attendre 4 jours ] avant de doser
Après relation sexuelle: 48 H
]
PSA
Téléchargement
Explore flashcards