Dépistage du cancer de la prostate après 75 ans : on ne s`en

publicité
Dépistage du cancer de la prostate après 75 ans : on ne s’en abstient pas !
Date de création : 21 janvier 2004
Le rapport coût-efficacité du dépistage du cancer de la prostate n’a pas été estimé de manière fiable. Pourtant, le
dosage systématique du PSA après 50 ans est devenu un automatisme partagé à la fois par les patients et les
médecins. S’il peut se défendre dans certains cas chez les hommes encore jeunes, il semble que chez le sujet
âgé (>75 ans), cette attitude soit difficile à justifier et, pourtant, force est de constater qu’elle est largement
répandue dans les pays favorisés, en dépit d’un consensus officiel qui plaide en faveur de l’abstention. C’est ce
que démontre une enquête réalisée aux Etats-Unis dans laquelle ont été inclus 7889 sujets de sexe masculin,
tous âgés d’au moins 75 ans.
Le dosage du PSA est réalisé chez un patient sur trois (32, 5 %, IC 95 %, 28,8 % à 36,1 %), plus souvent que la
détection des saignements digestifs chroniques (22,8 %, IC , 19,6 % à 26, 4 %). Chez la femme âgée, les frottis
cervico-vaginaux systématiques sont effectués également dans un tiers des cas (29,0 %, IC, 26,6 % à 31, 3 %).
Chez neuf hommes sur dix (88,8 %, IC, 82, 3 % à 92, 6 %), le dosage du PSA a été proposé par le médecin et
près de sept fois sur dix (66, 5 %, IC, 59,7 % à 73,3 %), aucune explication n’a été fournie au préalable,
notamment en termes de rapport bénéfice/risque. Sans commentaire.
Dr Philippe Tellier
Lu-Yao G et coll. : “Prostate-specific antigen screening in elderly
Téléchargement
Explore flashcards