Cancer de prostate : une détection précoce s`impose

publicité
Cancer de prostate : une détection précoce s’impose
Par le Dr Alain Dorra (Panorama du médecin du 29 novembre 2001)
Un dosage du PSA et un TR tous les ans à partir de 50 ans.
A l'occasion du 95e Congrès de l'AFU, qui s'est tenu du 14 au 17 novembre à
Paris, l'Association française d'urologie a recommandé la détection précoce du
cancer de la prostate par un dosage sanguin du PSA (antigène prostatique
spécifique) et un toucher rectal. Ces tests doivent être proposés annuellement
aux hommes ayant au moins 10 ans d'espérance de vie, à partir de 50 ans ou de 45 ans en cas de
facteur de risque familial ou ethnique.
Ces tests peuvent être réalisés tous les deux ans en cas de valeurs basses et stables des PSA
précédents. Le dosage associé de la fraction libre du PSA n'est pas indiqué en routine. En cas
d'infection urinaire, le dosage du PSA doit être réalisé après un délai de deux mois.
Le risque de sur-traitement
Les facteurs de risque sont familiaux lorsqu'il existe un cancer de la prostate diagnostiqué avant 55
ans chez un parent au premier degré ou quel que soit l'âge chez 3 parents de la famille maternelle ou
paternelle. Le risque augmente avec le nombre de sujets atteints. Le risque ethnique concerne la
population noire.
Une information préalable sur les limites des explorations, les bénéfices et risques d'une détection
précoce doit être donnée avant la réalisation des tests. L'Association insiste sur le fait que
l'information à destination des médecins et des patients hommes avant la détection précoce doit
concerner également les limites et les modalités des tests de dépistage. En effet, un toucher rectal et
un taux de PSA peuvent être anormaux en dehors de la présence d'un cancer. Inversement, les
résultats peuvent être normaux malgré la présence d'un cancer débutant. Le diagnostic de certitude
nécessite la réalisation de biopsies de la prostate guidées par échographie.
De plus, le risque de sur-traitement doit être connu. En effet, l'évolution naturelle de la maladie à partir
du stade précoce, jusqu'au stade évolué avec risque de décès, atteint parfois dix ans. Il peut donc
exister un risque de sur-traitement pour des hommes dont l'espérance de vie serait inférieure à cette
durée.
En savoir plus
• Le
cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez l'homme. Plus de 9
000 décès par ce type de cancer sont observés chaque année.
• Environ 1,6 million de nouveaux dosages du PSA ont été effectués en 2000.
• Entre 1999 et 2000, le nombre de dosages du PSA a augmenté de 23%, du fait
d'une évolution de l'information des médecins et des patients.
• L'incidence du cancer de la prostate varie avec l'âge : pour 100 000, 11,6 pour la
tranche 50-54 ans, 54,4 pour la tranche 55-59, 185,5 pour les 60-64 ans, 314,1
pour les 65-69 ans, 726,9 après 70 ans.
Téléchargement
Explore flashcards