EVANGELISER POUR GAGNER v3c

publicité
EVANGELISER POUR GAGNER
Message donné par Nicolas Rinderknecht le 29 Juin 2014
Nous sommes à la veille de la semaine d’évangélisation. C’est pour très bientôt. Dimanche
prochain, c’est parti ! Les différentes personnes d’Opération Mobilisation seront là, la
formation commencera dimanche après-midi. Ce matin, j’aimerais vous encourager en lisant
un texte qui nous parle d’évangélisation : 1 Corinthiens 9.
Ma prière est simple. Puisque notre Seigneur Jésus-Christ est avec nous, et qu’il est
victorieux, ma prière est que nous gagnions ! Que nous gagnions des âmes à Christ, que nous
soyons victorieux pour Lui. Mais comment gagner ?
« Vous savez sûrement que les coureurs dans le stade courent tous, mais qu'un seul remporte
le prix. Courez donc de manière à remporter le prix. Tous les athlètes à l'entraînement
s'imposent une discipline sévère. Ils le font pour gagner une couronne qui se fane vite; mais
nous, nous le faisons pour gagner une couronne qui ne se fanera jamais. C'est pourquoi je
cours les yeux fixés sur le but ; c'est pourquoi je suis semblable au boxeur qui ne frappe pas
au hasard. Je traite durement mon corps et je le maîtrise sévèrement, afin de ne pas être moimême disqualifié après avoir prêché aux autres. » 1 Corinthiens 9: 24-27, BFC
Paul fait ici allusion aux jeux de Corinthe. Ces jeux étaient réputés. Ils étaient les
deuxièmes en importance après les Jeux Olympiques. Ils avaient lieu tous les trois ans. On y
pratiquait la course à pied, le saut, le lancer de javelot, la boxe, la lutte et les courses de chars.
Si vous gagniez, votre nom et le nom de votre ville étaient proclamés sans cesse pendant
qu’on vous remettait votre couronne ! On faisait spécialement pour vous un défilé triomphal,
on vous portait en triomphe. On vous donnait 500 drachmes, ce qui fait environ cinq cents
journées salaire (Evalué au Smic, cela fait environ 32000€) Vous aviez ensuite à vie un siège
d’honneur aux jeux. Vos enfants pouvaient aller gratuitement à toutes les écoles et à toutes les
facultés. Vous étiez exempté de service militaire et plus intéressant encore, vous ne payiez
plus de taxe pour le reste de vos jours !
Du coup tout le monde voulait jouer et gagner .Mais pour jouer, il fallait faire un vœu. Il
fallait promettre de n’utiliser aucun truc ou astuce douteux ou malhonnête. Et il fallait
promettre de s’entraîner sérieusement pendant dix mois
Pourquoi Paul utilise-t-il cette image? Il l’utilise parce que ces jeux étaient une chose
connue des Corinthiens et il veut leur faire comprendre à quel point l’évangélisation est
importante et à quel point le but est de gagner. C’est sûr qu’on n’évangélise pas pour perdre
ou même si c’est Dieu qui amène une âme à croire en Lui, on n’évangélise pas pour ne pas
avoir de résultat.
Jésus-Christ nous a laissé l’ordre d’évangéliser le monde pour que nous gagnions. Et son désir
est que nous gagnions, que nous gagnions des âmes à Christ, que nous gagnions du terrain,
que nous gagnions des cœurs et que nous gagnions.
Mais pour gagner, quatre choses sont nécessaires. Pour gagner, il faut
1. UN DESIR : Je dois vouloir gagner.
« Vous savez sûrement que les coureurs dans le stade courent tous, mais qu'un seul remporte
le prix. Courez donc de manière à remporter le prix. » 1 Corinthiens 9 :24. Ne courez pas
pour perdre. Ne courez pas pour être le dernier, ni pour la médaille de bronze. Faites en
sorte que votre entraînement ne soit pas en vain, que vos efforts comptent vraiment, désirez le
meilleur, vivez pour Jésus, faites de toutes les nations des disciples et gagnez !
Lorsqu’on écoute des athlètes à la télé, on se rend compte qu’ils ont tous en commun un
désir, le désir de gagner. Ils vivent avec ce désir, ils s’entraînent avec ce désir. Ils dorment
avec ce désir. Ils parlent de ce désir. Ils mangent avec ce désir. Ils respirent ce désir.
Qu’en est-il de nos vies ? Avons-nous le désir de gagner ? Nous avons le désir de gagner des
choses à nous, ou de gagner des choses pour nous. Mais nous ne vivons que trop peu avec un
désir brulant de gagner les gens à Christ ! Nous nous contentons souvent d’une vie qui n’est
pas la vie abondante, une vie quelque peu au rabais.
Une des raisons qui fait que nous ne voulons pas gagner, c’est que nous ne croyons pas que
la réussite soit normale pour un chrétien. Je ne parle pas de réussite selon le monde, mais de la
réussite selon Dieu. Mais même là, nous pensons que si une personne désire le succès, c’est
égoïste, c’est prétentieux, c’est tout sauf normal ! Tout sauf spirituel ! Ce qui est spirituel- diton - c’est de laisser Dieu agir. Pourtant Dieu nous dit dans ce texte que nous devrions vivre
l’évangélisation avec brio. Et on peut avoir du succès : « « Que ce livre de la loi ne s’éloigne
pas de ta bouche, médite le jour et nuit, pour agir fidèlement selon tout ce qui y est écrit. Car
c’est alors que tu auras du succès dans tes entreprises, c’est alors que tu réussiras ! » Josué
1 :8. On peut réussir, si on médite sa parole, si on agit en conséquence.
Une autre raison qui fait que nous n’avons pas le désir de gagner, c’est que nous ne nous
croyons pas capables. On nous l’a dit tellement souvent, on a fini par le croire, pour finalement
le vivre ! Mais (Dieu) a le pouvoir de faire infiniment plus que tout ce que nous demandons ou
même imaginons, par la puissance qui agit en nous !” Ephésiens 3:20, BFC.
Une dernière raison peut être notre théologie fautive. Nous croyons au fatalisme. Ce qui
doit arriver arrivera. Dieu est souverain. Dieu dirige toute chose. Je n’ai pas besoin de
vouloir ! Mais…ne pas exercer ma volonté, c’est ne pas utiliser le libre arbitre que Dieu
m’a donné lors de la création. Dieu me donnerait-il une chose dont je n’ai pas besoin ? Le
Bouddhisme affirme que l’on trouve le bonheur en éliminant tout désir et toute volonté.
Mais Dieu dit l’inverse : on trouve le bonheur lorsqu’on désire sa volonté et on le désire.
« Fais de l’Eternel tes délices et il te donnera ce que ton cœur désire. » Psaume 37.4, NEG.
Une des leçons simples que l’on retire d’1 Corinthiens 9, c’est que l’évangélisation apporte
tellement de satisfaction à Paul qu’il fait « Tout pour la cause de l’Evangile pour avoir part
avec eux, aux bénédictions qu’apporte la Bonne Nouvelle. » (1 Co 9 :23). Alors, qu’en est-il
de nous ? Avons-nous un désir, le désir de gagner pour Dieu ? Quel est mon désir ? Est-ce que
je désire ce que Dieu désire pour moi ?
Le désir est le point de départ. Mais ce n’est pas suffisant. Pour gagner, il faut de
2. LA DISCIPLINE : Je dois avoir la volonté de cultiver de bonnes habitudes.
« Tous les athlètes à l'entraînement s'imposent une discipline sévère. Ils le font pour gagner
une couronne qui se fane vite ; mais nous, nous le faisons pour gagner une couronne qui ne
se fanera jamais. » 1 Corinthiens 9 :25, BFC. La Parole De Vie (PDV) dit : « Tous les sportifs
s’entraînent en se privant de beaucoup de choses. » 1 Corinthiens 9 :25, PDV
Il y a deux notions qui ressortent ici : la discipline et les privations. Deux notions que nous
n’aimons pas du tout ! Combien d’entre nous aujourd’hui, alors que nous retournerons à la
maison dirons : « Hum, j’aime vraiment ce qu’a dit notre pasteur : qu’il faut se-priver-debeaucoup-de-choses. Ma vie sera meilleure avec cela. J’aime tellement ça ! » Combien
d’entre nous aimons être discipliné ? Honnêtement nous n’aimons pas ; cela veut dire se
prendre en main, faire des efforts, avoir des contraintes, développer de la régularité ! C’est
tellement impopulaire qu’on préfère payer pour que quelqu’un nous l’inculque : on paye des
coaches, des clubs de gym, un téléphone qui nous rappelle ce qu’on doit faire.
Mais pourtant étymologiquement, discipline et disciple vont de pair. Et puis, il nous faut
garder en tête que dans le sport, quelqu’un qui ne s’entraîne pas, ne joue même pas ! La
première question est de savoir si nous voulons gagner. Mais la deuxième question est de
savoir si nous voulons nous entraîner, si nous voulons développer ces habitudes spirituelles ou
non et si nous sommes prêts à abandonner des choses.
Inspirons-nous de la différence entre les gagnants et les perdants : les gagnants n’ont
que le meilleur en tête, qu’ils cherchent à atteindre. Ils ne voient même pas les choses à
perdre comme une perte, mais comme une chose nécessaire à faire pour avoir leur victoire.
Les gagnants sont également prêts à faire des choses en plus. Ils savent qu’il faut
s’entraîner. « Tous les athlètes à l’entraînement s’imposent une discipline. » Le mot pour
athlète ici vient du verbe travailler. C’est le verbe qui a servi de racine à agoniser. Il parle
particulièrement d’efforts. Ce qui veut dire que pour gagner, il faut faire des efforts,
travailler, s’entraîner, être discipliné.
Aujourd’hui, le monde nous dit constamment le contraire. On peut devenir quelqu’un sans
étudier. On peut avoir un corps de rêve tout en mangeant n’importe quoi. On peut vivre sans
travailler. Avoir son Bac par chance. On peut avoir du succès sans sacrifice. On peut devenir
mature sans vie de prière, sans lecture de la parole de Dieu, sans cultiver notre relation avec
Dieu, sans fréquenter les frères et sœurs, sans aller au culte ni au groupe de maison. Mais
toutes ces choses sont des mythes, des mensonges. Ces choses ne sont tout simplement par
possibles. Pour gagner, il faut s’entraîner, être discipliné, même si cela passe par des
privations.
D’où cette troisième question : suis-je prêt à cultiver la discipline nécessaire et à renoncer à ce
qu’il faut pour vivre ce que Dieu a prévu pour moi ?
Beaucoup de personnes ont un désir. Peu sont prêtes à en payer le prix. Où en êtes-vous ? Si
nous voulons vivre selon la volonté de Dieu, nous devons cultiver ces habitudes.
Pour gagner, je dois avoir un désir, je dois avoir de la discipline, je dois avoir
3. UNE DIRECTION : Je dois me concentrer sur mon objectif.
« 26 C'est pourquoi je cours les yeux fixés sur le but ; c'est pourquoi je suis semblable au
boxeur qui ne frappe pas au hasard. »
Paul avait compris quel était le but de vie. Paul avançait dans la direction que Dieu lui
avait donnée : Paul restait concentré. Il n’avait pas deux buts mais un.
Cela a commencé par une étrange rencontre. Alors qu’il persécutait les chrétiens, le Christ
l’arrêta net sur le chemin de Damas ! Paul a blasphémé, Paul a jeté en prison et tué des
chrétiens qui n’avaient que pour seul crime de croire la vérité sur Jésus. Mais ce Jésus qu’il a
persécuté en persécutant l’église, lui laisse la vie et lui pardonne. Paul devient aveugle, il
passe plusieurs jours à réfléchir. Dieu assemble les pièces du puzzle dans sa tête. Il lui
pardonne ses péchés. Il lui confie une mission : aller annoncer le pardon et la grâce de Dieu
au monde entier. Ce même pardon qu’il a expérimenté, cette même grâce, il est chargé d’aller
la répandre. Son message inclut son histoire. Cela lui va comme un gant. C’est pour cela qu’il
dit : « Malheur à moi si je n’annonce pas la Bonne Nouvelle. » 1 Corinthiens 9 :16. « Je fais
tout à cause de l’évangile afin d’y avoir part. » 1 Corinthiens 9 :23 NEG.
La plupart des gens ne savent ni où ils vont, ni comment ils y vont. Ils sont prêt à courir
mais ils ne savent pas où. C’est ironique ! Si on leur demande « Où allez-vous ? ». Ils
répondent : « Je vais manger ». Ils ont en tête que des réponses à court terme. Mais ils n’ont
pas trouvé la direction de leur vie. Sans direction, ils ressemblent hélas à des brebis errantes.
Ils ont besoin d’un berger, ils ont besoin d’une direction. La bonne nouvelle, c’est que ce
berger existe, il est venu montrer la direction, la bonne direction pour qu’aucun de nous ne
soit ni perdu, ni errant. Il est le chemin, il nous amène au Père. Nous avons été créés par Dieu,
pour Dieu, pour vivre pour Lui. Il nous fait avancer avec Lui dans la vie. Mais pour cela nous
devons connaître sa volonté.
Paul le dit : « J’oublie la route qui est derrière moi, je suis tendu en avant, et je fais la seule
chose importante : courir vers le but pour gagner le prix. » Philippiens 3 :13-14, PDV
Il n’y a pas deux choses importantes pour Paul. La connaissance du Christ, l’approfondir et la
répandre. Il ne se laisse pas distraire ! Comment fait-il ? Il oublie le passé. Pourquoi ?
Parce que quand on pense au passé, notre passé ou ce que les autres nous ont fait dans le
passé, nous sommes en train de vivre dans le passé, nous laissons notre passé déterminer notre
présent et nous ne vivons pas la volonté de Dieu dans le présent.
Et c’est la même chose avec le futur ! Il peut aussi nous distraire d’avance, parce que nous le
laissons nous distraire par nos inquiétudes. Cela aussi nous empêche de vivre notre futur.
D’où cette troisième question à se poser : Quelle direction Dieu veut-il que j’aie dans ma
vie ? Et comment rester concentrer ? …pour gagner il faut un désir, de la discipline, une
direction. Mais il me faut aussi de
4. LA DETERMINATION : Je dois ne jamais abandonner.
« Je traite durement mon corps et je le maîtrise sévèrement, afin de ne pas être moi-même
disqualifié après avoir prêché aux autres. » V27
Paul est en train de dire qu’il faut tout faire pour continuer. Quel qu’en soit le prix ! Il ne
va pas s’arrêter au milieu de la course. Il évite la disqualification. Son but est d’achever sa
course, d’aller jusqu’au bout. Et pour cela, il faut de l’endurance, de la persévérance, et de la
détermination.
Les gens qui réussissent, contrairement à ce qui est cru, sont souvent des gens ordinaires et
simples. Mais ils croient dans le Dieu extraordinaire de la Bible et ils ont de la détermination.
Ils n’ont pas forcément beaucoup de moyens, mais ils ont Dieu. Ils développent de bonnes
habitudes. Ils évitent les mauvaises. Et ils s’accrochent à Dieu.
Le problème avec nous, c’est que nous imaginons trop facilement abandonner la partie, et
nous abandonnons ! Mais Dieu veut que nous courions jusqu’au bout :
“Rejetons donc, nous aussi, tout ce qui nous empêche d'avancer, rejetons le péché qui nous
enveloppe si facilement ! Courons jusqu'au bout la course qu'on nous propose. Regardons
toujours Jésus. C'est lui qui fait naître la foi et qui la rend parfaite. Il a accepté de mourir sur
une croix sans avoir honte. En effet, il voyait d'avance la joie qu'il allait recevoir, et
maintenant, il est assis à la droite de Dieu. Oui, pensez à Jésus. Les pécheurs étaient contre
lui, mais il a tout supporté. Alors ne vous laissez pas vaincre par le découragement ! »
Hébreux 12:1-3 PDV.
Notez que pour gagner et courir jusqu’au bout, encore une fois, il y a des choses à laisser
et d’autres auxquelles nous devons nous accrocher : nous devons faire les deux. Et cela doit
être clair dans notre tête.
Nous devons abandonner tout ce qui nous retient de progresser spirituellement ! Il n’y a pas
de réponses toutes faites. Pour chacun c’est quelque chose de différent. Le péché nous
empêche tous d’avancer pour Dieu. Mais il y a peut-être aussi d’autres choses : qu’est-ce qui
m’empêche de devenir ce que Dieu veut que je sois ? Qu’est-ce qui entrave le chemin de mon
progrès spirituel ? Une mémoire ? Une blessure ? Une mauvaise compagnie ? Une
mauvaise habitude ? Le matérialisme ? Débarrassons-nous-en ! Cela nous permettra de
courir léger et de gagner.
Ensuite, il y a des choses auxquelles nous devons nous accrocher. Hébreux 12 nous en
parle. Lorsque nous sommes découragés, nous devrions nous accrocher à Christ. Nous
devrions ne pas le quitter de notre regard. Dans le film Chariot de feu, Abraham, courait. Il
était loin devant, en train de gagner, mais il n’a pas pu résister à l’envie de regarder si Lidl son
ami, était à côté de lui. Et Lidl le dépassa ! Son coach essaye de lui faire comprendre pourquoi
il avait perdu. Son problème c’était qu’il ne regardait plus son but. Il ne regardait plus la
raison de sa course. « N’ôte jamais tes yeux de ton objectif ». Quand on le fait, on perd la
motivation et la force ! Je crois que c’est ce qui nous arrive à nous les chrétiens. En ne
regardant plus à Jésus, on oublie pour qui on court, on oublie la raison de notre course.
Jésus est aussi passé par la course de la foi. Il a aussi connu le découragement. Il avait aussi
un objectif. Mais désireux de remporter la victoire, il voyait ce qu’il aurait après la course :
beaucoup de joie et il n’a pas regardé la croix comme une honte, il ne voyait pas ce qu’il
perdait, mais ce qu’il gagnerait. De plus, il est la source de notre foi, il la suscite, il la
maintient, il la fait vivre et la développe. Donc regardons à Lui, posons nos yeux sur Lui.
Certains aujourd’hui sont tentés d’abandonner la partie : qu’il s’agisse de leur mariage,
de leur travail ou peut-être du Seigneur ! Ce que Dieu veut, c’est que nous abandonnions
plutôt ce qui nous empêche d’avancer dans notre vie, mais pas que nous abandonnions la
course de la foi.
Certains autres ont un rêve que Dieu a placé dans leur cœur : Dieu qui crée le faire dans
nos vies, le créé en créant le vouloir. Et il le créé en créant une aspiration, un rêve. Mais voilà
une question clé : ce rêve est-il pour Dieu ? Ou pour nous ? Si c’est pour Dieu, l’avez-vous
partagé avec un ami, votre groupe de maison, un responsable dans l’église ? Qu’est-ce qui
vous empêche d’aller de l’avant ? Avez-vous abandonné ce que vous devriez abandonner ?
Un jour, chacun de nous se tiendra devant Dieu. Serons-nous capable de dire : « Seigneur,
j’ai fini la course que tu désirais que j’achève. Je n’ai pas regardé à côté, j’ai fait de ma vie
exactement ce que tu souhaitais que j’en fasse, Tu m’as façonné, tu m’as donné des dons,
talents et passions, tu m’as révélé ta volonté, j’ai terminé ma course grâce à toi ! »
Avez-vous une relation personnelle avec Dieu ? Si vous n’en n’avez pas, vous n’avez pas la
bonne direction pour votre vie. Vous n’allez pas au bon endroit. Vous êtes sans doute une
brebis perdue et errante. Et vous ne gagnerez pas. Mais, vous pouvez être certain d’aller au
ciel et d’avoir la bonne direction. Vous pouvez connaître le pardon de vos péchés, vous
pouvez être réconcilié avec Dieu comme Paul. Vous pouvez connaître le Christ et le faire
connaître, vous pouvez vivre pour Celui qui a payé votre péché à la croix pour que vous alliez
au ciel. C’est une vraie raison de vivre. Il veut être votre berger. Acceptez-le comme Berger.
Il est mort pour vos péchés pour que vous viviez pour lui ! Cherchez à découvrir sa direction
pour votre vie, avancez avec lui et vous serez gagnant.
Aucun de nous ne peut savoir ce qui se passera demain. Aucun de nous ne sait combien sa vie
va durer. Ce que Dieu vous dit de faire aujourd’hui avec votre vie, faites-le maintenant !
Désirez-le, suivez sa direction, soyez discipliné, ayez de la détermination. Vous serez gagnant !
Prions.
« Seigneur, merci de que tu as un plan et un projet pour ma vie. C’est mon désir d’être ce que
tu veux que je sois. Aujourd’hui je te demande ta direction. Je ne comprends pas tout mais j’ai
besoin de toi. Sois mon berger. Donne-moi par ton esprit d’être discipliné. Donne-moi de
renoncer à ce que je dois renoncer. Donne-moi Seigneur de persévérer et de regarder à Toi.
Amen ! »
Documents connexes
Téléchargement
Explore flashcards