Fé minin, masculin

publicité
Fé minin, masculin
Procréation sans sexualité : Procréation Médicalement Assistée (PMA)
1. Les causes d’infertilité.
Chez un couple normalement fertile, la probabilité d’obtenir une grossesse est de 25%. Un couple est dit infertile s’il n’y a pas eu
de grossesse après 2 ans de relations sexuelles sans contraception. On ne parle de stérilité que lorsqu’il y a incapacité totale de
procréer naturellement. Les causes d’infertilité sont diverses et touchent aussi bien l’homme que la femme.
Chez l’Homme
Chez la Femme
Stérilités hormonales :
dysfonctionnement de l’axe
hypothalamo-hypophysaire ou des
glandes sexuelles
-
Stérilités mécaniques
-
Autres
-
Troubles de l’ovulation.
Insuffisance lutéale : le corps
jaune ne produit pas assez de
progestérone. L’utérus n’est
pas prêt pour l’implantation de
l’embryon.
Obstruction des trompes.
-
Azoospermie : absence de
spermatozoïdes.
Oligospermie : spermatozoïdes
en nombre insuffisant dans le
sperme.
-
Obstruction des canaux
déférents.
Défaut de la mécanique
éjaculatoire.
Endométriose : présence de
Défaut dans la maturation des
cellules de la muqueuse utérine
spermatozoïdes.
dans les trompes.
Défaut de mobilité des
Absence ou infection de la
spermatozoïdes
glaire cervicale.
Réaction immunitaire contre les
spermatozoïdes.
2. Les techniques d’aide à la procréation.
L’insémination artificielle, avec sperme du conjoint ou d’un donneur : le sperme est déposé dans la cavité utérine.
L’insémination artificielle avec sperme d’un donneur est pratiquée en cas de stérilité masculine ou de risque génétique grave.
La fécondation in vitro et transfert d’embryon (FIVETE) : les gamètes sont recueillis et mis en contact dans un tube à
essai. Lorsque la fécondation a eu lieu, l’embryon est réimplanté dans l’utérus. Cette technique s’applique en particulier en cas
d’obstruction des trompes.
L’injection intracytoplasmique de spermatide (ICSI) : les gamètes sont recueillis. Le gamète mâle même immature
(spermatide) est injecté directement dans l’ovule. Ensuite l’embryon est réimplanté dans l’utérus.
Un seul gamète mâle suffit. Cette technique s’applique donc par exemple lorsque les spermatozoïdes ne sont pas
produits normalement ou lorsqu’ils présentent des anomalies ne leur permettant pas de féconder.
La connaissance des hormones impliquées dans les cycles sexuels féminins permet de les utiliser dans
des protocoles de stimulation des ovaires préalables à ces techniques, afin d’obtenir des ovocytes.
Féminin, masculin
Stimulation hormonale
de la maturation
folliculaire
Prélèvements
d'ovocytes sous
échographie
Fécondation in-vitro
Culture des embryons
Fivete et ICSI
Recueil des
spermatozoïdes
Transfert
d'embryons
Spermati
de
Fé minin, masculin
Bilan : Connaissance des hormones, contraception et PMA
« La connaissance de plus en plus précise des hormones naturelles contrôlant les fonctions de reproduction humaine a permis progressivement la
mise au point de molécules de synthèse qui permettent une maîtrise de la procréation de plus en plus adaptée, avec de moins en moins d'effets
secondaires. Ces molécules de synthèse sont utilisées dans : - la contraception régulière (« la pilule ») ; - la contraception d'urgence ; - l'IVG
médicamenteuse. Elles sont également utilisées dans les techniques de procréation médicalement assistée (PMA) qui permettent ou facilitent la
fécondation et/ou la gestation dans les cas de stérilité ou d'infertilité »
Action de l’hormone « naturelle »
Œstrogènes et progestérone (hormones
ovariennes) exercent un rétrocontrôle négatif
sur l’hypophyse
Les hormones ovariennes contrôlent le cycle
utérin :
Les œstrogènes
Stimulent la prolifération de
l’endomètre
Provoquent la sécrétion d’une glaire
cervicale perméable
La progestérone :
Stimule la phase sécrétoire de
l’endomètre utérin (pour l’accueil de
l’embryon)
Provoque la sécrétion d’une glaire
cervicale visqueuse
La FSH stimule la croissance des follicules
ovariens
Le pic de LH déclenche l’ovulation
Utilisation d’une hormone de synthèse
Maîtrise de la procréation
Procréation Médicalement Assistée
Contraception hormonale : la prise
d’hormones ovariennes de synthèse inhibe
l’hypophyse et donc bloque la stimulation des
ovaires
-
-
Contraception hormonale (dont
micropilule qui ne contient que des
progestatifs) : la glaire cervicale
reste épaisse
IVG médicamenteuse : le RU486
bloque les récepteurs de la
progestérone, qui ne peut plus agir
(effet antiprogestatif). L’endomètre
n’est plus stimulé pour l’accueil de
l’embryon.
Prise de progestérone de synthèse pour
stimuler l’endomètre utérin et ainsi favoriser la
nidation de l’embryon
Injections quotidiennes de gonadotrophines
(LH et FSH) pour stimuler la croissance des
follicules dans les ovaires avant une IA ou une
FIV
Injection de hCG, hormone proche de la LH,
pour induire l’ovulation, lors d’une IA ou d’une
FIV
Téléchargement
Explore flashcards