Maladie de Parkinson à début tardif

publicité
Maladie de Parkinson à début
tardif : particularités
Pr Marc Verny
Centre de Gériatrie, pav. M. Bottard
Hôpital de la Salpêtrière
Age-specific incidence rates of idiopathic Parkinson's disease, by 5-year age
interval, per 100, 000 person-years of pre-illness follow-up in an all-male
cohort, Honolulu Heart Study, O'ahu, Hawai'i, 1965-1994
Age group
N umber
of cases
Personyears
Incidence
rate per
100,000
person-years
Standard
error
45 to 49
0
2,783.8
<0.0
0.0
50 to 54
1
16,4,33.7
6.1
6.1
55 to 59
9
26,655.1
33.8
11.3
60 to 64
9
32,660.0
27.6
9.2
65 to 69
16
35,213.4
45.4
11,4
70 to 74
21
31,343.2
67.0
14-,6
75 to 79
25
17,975.3
139.1
27.8
80 to 84
9
7 ,701.8
116.9
38.9
85 to 94
2
2,374.1
84,2
59.5
90 to 94
0
197.2
0.0
0.0
92
173 337.6
Total
---
Prévalence chez le sujet âgé
1.8 % chez les plus de 65 ans
Augmentation croissante avec l’âge :
2.4 % de 65 à 69 ans
2.6 % de 85 à 89 ans
De Rijk. Méta-analyse. Neurology, 2000
Problématique particulière chez le
patient âgé?
La démarche diagnostique est-elle différente ?
Le diagnostic de MDPI est-il plus difficile ?
Les diagnostics différentiels sont-ils différents ?
Quelles règles d’utilisation des traitements ?
La démarche diagnostique estelle différente ?
Le syndrome parkinsonien
Tremblement
de repos
Rigidité
Akinésie
Bradykinésie
Défaut
d'initiation
Hypokinésie
Troubles posturaux
La démarche diagnostique est-elle
différente ? Non !
1) Amélioration franche sous L-dopa (> 30%)
2) Début asymétrique
3) Tremblement de repos
4) Akinésie
5) Rigidité
Diagnostic probable : 1 et 2 + (3 ou 4 ou 5)
Diagnostic possible: 2 + (3 ou 4 ou 5)
La démarche diagnostique
Critères d'exclusion:
1) ophtalmoplégie
2) instabilité posturale sévère précoce
3) syndrome cérébelleux
4) syndrome pyramidal
5) incontinence précoce
6) apraxie
7) Atcd neurolept (- 6 mois), AVC, encéphalite,
intoxication (CO, Mn).
Diag. de MDPI plus difficile ?
MDP débutant vers 70 ans
assez souvent bilatérale d'emblée
altération de la marche fréquemment
inaugurale
tremblement de repos parfois très tardif,
restant léger
déséquilibre à la marche : rétropulsion
Diag. de MDPI plus difficile ?
Profil encore modifié après 80 ans ?
Large prédominance de l'akinésie
Réduction de l'activité attribuée à une
dépression ou au vieillissement !??
Troubles de la marche, instabilité posturale et
rétropulsion +++
Troubles cognitifs et hallucinations
Parkinson disease with old-age onset:
a comparative study
Diederich NJ et al. Arch Neurol 2003
Pour une même durée d’évolution, début
tardif = troubles moteurs plus importants.
Différence due à maladie plus rapidement
progressive, traitement moins agressif ou
efficace, rôle des comorbidités ?
Rôle du vieillissement ?
Difficulté : établir le
diagnostic positif
Chercher des éléments caractéristiques de la
maladie de Parkinson
Diagnostic de certitude : clinicopathologique
Dopa-sensibilité : bonne indicateur ; établir
formellement amélioration sous L Dopa
Pour objectiver cela et suivre l'évolutivité :
score moteur (sous score de l’UPDRS)
Echelle UPDRS (Fahn et Elton, 1987)
NOM :
Date :
Dernière prise de traitement et doses
III) examen moteur
parole
expression faciale
se lever d’une chaise
posture
stabilité posturale
démarche
bradykinésie
01234
01234
01234
01234
01234
01234
01234
Echelle UPDRS (Fahn et Elton, 1987)
D = droit ; G = gauche
tremblement de repos
01234
tremblement d’action
01234
rigidité
01234
tapotement des doigts
01234
mouvements des mains 0 1 2 3 4
« marionnettes »
01234
agilité du pied
01234
Diagnostic neuropathologique
Corps de Lewy :
Première description, 1912 : F.H. Lewy dans
des noyaux (S Inom., NBM...) de patients
atteints d’une maladie de Parkinson
Inclusion intraneuronale éosinophile
considérée longtemps pathognomonique de
la MDPI (localisation préférentielle aux
noyaux pigmentés du TC)
Historique : Corps de Lewy
1919 Tretiakoff : dénomination des CL et
importance des lésions de la SN
1960 : CL constitués de protéines
1988 : CL fortement Ubiquitine +
1997 cas familiaux de MDP : mutation de
l ’alpha synucléine
Alpha synucléine: composant principal CL
Alpha synucléine
- Alpha synucléine = NACP, synelfin,
phosphoneuroprotein…
- Synthèse cytoplasmique et transport dans les
terminaisons axonales présynaptiques, destruction
par le système du protéasome
- Anticorps anti-ubiquitine et anti-synucléine :
marqueurs très sensibles des lésions de type
Lewy
- Mise en évidence des Lewy neurites (cf DCL)
Maladie de Parkinson
Sites lésionnels :
noyaux pigmentés du TC (SN, LC…)
NBM : très cholinergiq.; hallucinations ?
Amygdale : nb neurites et CL; rôle ?
CA2 : nb neurites (cf DCL)
cortex : lésions constantes ? Rôle ?
Photos Duyckaerts et Verny; Labo Escourolle Neuropath Salpêtrière
Photos Duyckaerts et Verny; Labo Escourolle Neuropath Salpêtrière
Éviter les pièges
Installation très insidieuse des troubles
Fatalisme déplacé:
« Que voulez vous, à son âge!… »
Baisse de l'activité ou du « tonus » : normal ?
Asthénie physique et tristesse rapportées à une
dépression
Éviter les pièges
Ne pas confondre tremblement d’attitude
essentiel et tremblement de repos :
dans le maintien des attitudes ou dans le
mouvement, l’écriture…
touchant aussi le menton et la voix
50% d’ATCD familiaux
souvent de début précoce
Tremblement essentiel ou Parkinson ?
Me PEL., 75 ans
„
Tremblement postural depuis 8 ans mais :
‹ Bras
gauche >> bras droit
‹ Associé
à un tremblement de repos
‹ Discrète
akinésie et rigidité du bras gauche
‹ Améliorée
par levodopa
Tremblement essentiel ou Parkinson
?
Me PEL., 75 ans
Pas de perte dopaminergique
=> Diagnostic de TE
Les diagnostics différentiels
sont-ils différents ? Non
Étiqueter étiologiquement le syndrome
parkinsonien
Aucun examen complémentaire ne permet
d’affirmer le diagnostic de MDPI
2 axes différentiel principaux;
syndromes parkinsoniens iatrogènes
autres maladies neurodégénératives (20%)
Autres diagnostics différentiels
Scanner cérébral important chez le SA
Hématome sous-dural surtout bilatéral
Hydrocéphalie à pression normale
Etat multi-lacunaires ???
Nécrose bipallidale (intoxication au CO et
anoxies cérébrales)
Sd parkinsonien iatrogène
Bilatéral et symétrique d'emblée et affecte
plus sévèrement la marche
Preuve = régression
Délai de 1 à 2 mois en général jusqu’à 6 mois
Traitements : neuroleptiques y compris
Primpéran et Noctran
Mais aussi : inhibiteurs calciques (Sibelium)
Plus rarement : Sureptil ou Tildiem
Syndrome post-neuroleptiques ?
Mr NOI… 68 ans
„ Souffre de psychose, diagnostiquée à l’âge de 26
ans, traitée par neuroleptiques
„ Se plaint d’une lenteur généralisée, et des difficultés
avec le MS droit depuis 3 ans
„ Haloperidol remplacé par olanzapine, sans
amélioration
„ Akinésie et rigidité symétrique des 4 membres à
l’examen
‹ Pas
de trouble de déglutition, pas de chutes, pas de
« freezing », pas de trouble sphinctérien
Syndrome post-neuroleptiques ?
„
Examen clinique
‹ Marche
à petits pas
‹ Diminution du ballant des 2 bras à la marche
‹ Faciès figé
‹ Akinésie et hypertonie des 4 membres, symétrique, avec
roue dentée
‹ Réflexe cutané plantaire en flexion
‹ Pas de syndrome cérébelleux, pas de signes oculomoteurs
„
Tests neuropsychologiques
‹ Efficience
globale diminuée (Mattis)
‹ Trouble mémoire résultant d’un trouble attentionnel
‹ Syndrome dysexécutif avec inertie comportementale
Syndrome post-neuroleptiques ?
„
IRM
‹ Normale
„
Conclusion du staff après hospitalisation
‹ Pas
de tremblement, syndrome extrapyramidal
très symétrique
‹ Suggère un syndrome parkinsonien induit par les
neuroleptiques
„
Mais…
Syndrome post-neuroleptiques ?
perte dopaminergique sévère bilatérale, en faveur d’un syndrome
parkinsonien dégénératif
Autres maladies neurodégénératives
Suspecter sur la constation d’un syndrome
parkinsonien :
symétrique à prédominance axial
non dopa réactif
avec troubles cognitifs précoces
Associé à des signes neuro faisant discuter :
PSP : chutes, tbles oculomot., dysarthrie
AMS : dysautonomie, sd pyram, sd cérébell
DCL : sd démentiel avec halluc précoces…
Chez le SA : une maladie
dopaminergique « plus »
Dégénérescence progressive nigrostriatale :
traduction clinique = efficacité dopaminergique
Début SA : lésions non dopaminergiques précoces
voire présentes d’emblée (noyaux sous-corticaux
cholinergiq, noradrénergiq, sérotoninergiq ; cortex)
Hétérogénéité lésions non dopaminergiq = variété
clinique et différentes réponses thérapeutiques
Réponse dopaminergique svt partielle
Moindre fréq. complications
motrices par Ttt dopaminergique
Caractère moins « pur » dopaminergiques +/d’autres facteurs liés au vieillissement cérébral
et systémique pourraient expliquer ?
Formes évoluées de maladie ou formes à début
tardif : fluctuations d’efficacité thérapeutique
peu marquées et dyskinésies inexistantes ou
peu sévères
Kumar et al Mov Disord 2005
Grandas et al. J Neurol 1999
Tolérance moindre périphériq et
psychiq. Ttt dopaminergique
Altération métabolisme médicaments :
baisse élimination rénale
augmentation perméabilité BHE…
Actions sur R. aminergiques périphériq :
développement EI digestifs, et vasculaires =
hypotension surtout orthostatique (chutes?)
Mauvaise tolérance psychique : hallucinations
et psychoses ; tbles de vigilance surtout si
lésions cortex
Rascol et al NEJM 2003
Règles thérapeutiques
Savoir déterminer quand le traitement devient
nécessaire
Préférer la dopathérapie seule
Jamais d’anticholinergique a priori
Utilisation des agonistes en fonction du profil
du patient
Utilisation L-DOPA
L-DOPA : outil diagnostique
Posologie progressive, sans hésiter à atteindre
des doses conséquentes (1g/j) à administrer de
façon prolongée (au moins 3 mois)
Chez certains patients, aucune réponse claire :
à l’arrêt de la L-DOPA apparaît a posteriori
bénéfice
Prise en charge EI périphériq du Ttt
dopaminergique
Nausées voire vomissements : dompéridone
hTAO : ajuster éventuel traitement anti-HTA
et de rechercher autres traitements à effet
hypotenseur (psychotropes en particulier).
Sinon, dompéridone et port de bas de
contention; voire Fluoro cortisone ou Gutron
Prise en charge EI psychiq du Ttt
dopaminergique
Hallucinations peu sévères (rareté, critique relative par le patient,
abs conséq comportementales) : respectées ? pas augmentation
Ttt dopaminergiq et évaluer fonctions cog.
Hallucinations +++, psychose ou synd. confusionnel =
prise en charge hiérarchisée codifiée (Wolters et al Curr
Opin Neurol 2001)
1) recherche pb médical systémique (infection,
urgence chirurgicale, déshydratation…)
2) modification thérapeutique récente Ttt antipark ou psychotropes ? Retour Ttt antérieur
Prise en charge EI psychiq du Ttt
dopaminergique
Si insuff. Ttt antipark progressivement allégé :
suppression d’anticholinergiques, de sélégiline ou
d’agonistes dopaminergiques voire réduction LDOPA.
Soit disparition complications psychiques sans
aggravation motrice
Soit majoration invalidante des troubles moteurs :
si détérioration cog. : IAchE (parfois reprise
L-DOPA possible)
sinon faibles doses de clozapine (12,5 à 50 mg)
Fluctuations d’effets et dyskinésies
Akinésie nuit ou matin : formes LP L-DOPA au
coucher (100 à 200 mg) +/- dispersible la nuit
ou le matin
Fluctuations diurnes : fractionnement du
traitement, formes à libération contrôlée,
inhibiteur d’enzymes de dégradation L-DOPA
(COMT, IMAO-B), introduction d’un agoniste
dopaminergique?
Pompe à apomorphine sous cut ou L-DOPA
duodénale ??
Troubles axiaux
Dysarthrie : traitement dopaminergiq faible effet
Troubles de déglutition : idem; injection souscutanée d’apomorphine 1/2 h avant le repas ?
Troubles de la marche : variés (difficultés à
l’initiation du pas, freezing, festination) de pathogénie
complexes (certains améliorés par Ttt dopaminergique,
d’autres incomplètement ou pas du tout) ; chez SA,
multiplicité d’autres facteurs potentiels (altération
visuelle, tbles sensitifs proprioceptifs, dysfonction souscortico-frontal dégénératif ou vasculaire, troubles
orthopédiques, etc.).
Prise en charge
Au delà des médicaments :
Importance de la rééducation :
kinésithérapie et orthophonie
Traiter efficacement la dépression (IRS)
Attention aux pathologies intercurrentes
Évaluation cognitive +++ et Ttt IAchE
Conclusions
Difficultés de savoir ce qui est du
au simple vieillissement (peu de choses !)
aux comorbidités (modifications de
l’expression de la MDPI)
aux autres maladies neurodégénératives
Construction du traitement au cours de la maladie
Prise en charge globale et pragmatisme !
Surveiller cognition +++
Téléchargement
Random flashcards
Commune de paris

0 Cartes Edune

aaaaaaaaaaaaaaaa

4 Cartes Beniani Ilyes

découpe grammaticale

0 Cartes Beniani Ilyes

Anatomie membre inf

0 Cartes Axelle Bailleau

Fonction exponentielle.

3 Cartes axlb48

Créer des cartes mémoire