MP filiere G

publicité
Maladie de Parkinson
Filière Gériatrique
Point de vue des neurologues
Pr. S THOBOIS, Dr. J XIE
2013
Qu’est ce que la maladie de Parkinson ?
Maladie neurodégénérative
Dégénérescence des neurones
dopaminergiques: neurotransmetteur
nécessaire à :
bonne réalisation séquentielle des
mouvements
régulation des mouvements automatiques
(mimiques, mouvements, marche,…)
Voie dopaminergique
Statut de la voie dopaminergique
Normal
Actif
Non actif
Striatum
MP
Substantia nigra
Actif
Non actif
Dégénérescence nigrostriatale
Maladie de Parkinson du sujet âgé
Parkinson vieilli
Parkinson de début tardif
Autres syndromes parkinsoniens
Parkinson vieilli
Fluctuations motrices et non motrices,
Dyskinésies sévères, Dysarthrie,
Trouble de la déglutition, Trouble de la
marche et de l’équilibre, Trouble
cognitif, Prise en charge difficile,
Maintien à domicile compromis
Parkinson de début tardif
Apparaissent après 70 ans, Évolution plus
rapide, Sensibilité à la L-Dopa moins
prononcée, Signes axiaux (troubles de la
marche et de la posture, chutes, dysarthrie),
Hypotension orthostatique, Troubles urinaires,
Troubles psychiques et cognitifs, Les
fluctuations de la symptomatologie et les
mouvements involontaires sont plus rares,
Polypathologie
Autres syndromes parkinsoniens
Médicamenteux
Vasculaire
Dégénératif
Médicaments provoquant le syndrome
parkinsonien
Neuroleptiques classiques: Haldol…
Neuroleptiques cachés: Noctran
Antinauséeux: Primperan, Prokinyl
Sédatifs: Mépronizine, Théralène
Antagoniste calcique: Sibélium
Certains IRS: 6% (Séropram)
Épidémiologie
Prévalence :
2 / 1000 dans la population générale
2 % au-delà de 65 ans
150 000 personnes atteintes en France
Début : 55-65 ans en général
Sexe ratio: un peu plus d'hommes que de
femmes
Deuxième cause de handicap moteur chez le
sujet âgé.
Épidémiologie
Prévisions: nombre de sujets atteints x 2 en 2030
Actuellement en France: 150 000
La triade parkinsonienne
Tremblement
de repos
(parfois absent)
Akinésie
Bradykinésie
Rareté du mouvement dû à la perte
des automatismes primaires
Rigidité
(hypertonie)
Complications motrices et non motrices
Seuil des dyskinésies
Seuil des blocages
Prise de
médicament
Prise de médicament
suivante
Fenêtre thérapeutique
Concentration plasmatique en L-Dopa
Courbe de concentration de L-Dopa dans l’organisme
en fonction des prises des médicaments
Heures
Complications motrices et non motrices
Les fluctuations non motrices:
Souvent au cours des périodes off, parfois au cours
des périodes on
Fluctuations dysautonomiques : douleurs et
ballonnement abdominaux, dysphagie, pollakiurie,
hypersialorrhée, accès sudoraux, hyperthermie,
akinésie respiratoire
Fluctuations sensitives : douleurs, paresthésies,
brûlures
Fluctuation psychiques : anxiété, dépression,
attaque de panique, excitation psychique,
euphorie…
Symptômes tardifs
Troubles de la marche et freezing
Instabilité posturale, troubles
posturaux
Chutes ++
Troubles de la parole
Troubles de la déglutition
Peu ou pas dopa-sensibles
Traitement médicamenteux
L-dopa
Modopar®
Sinemet®
Stalévo ®
Agonistes dopaminergiques
Parlodel®; Dopergine®; Célance ®
Requip®; Trivastal®; Sifrol ®; Neupro ®; Apokinon®
IMAO-B
Déprényl®; Otrasel®; Azilect ®
ICOMT
Comtan ®; Tasmar ®
Anticholinergique
Artane®; Parkinane LP®
Mantadix 100 ®
Prise en charge des fluctuations
En cas blocage:
Augmenter la dose unitaire de la dopa
Augmenter les prises de la dopa journalières
Utilisation de la forme dispersible du Modopar
En cas de dyskinésies:
Diminuer la dose unitaire de la dopa
Avis spécialisé
Prises médicamenteuses fréquentes à heures fixes
Respecter les prises à des heures
régulières fixées par le médecin (des
outils: montres à alarmes, pilulier
automatique…).
Possibilité de « dérégler » le syndrome
parkinsonien avec un simple écart de 30
min
En cas d’oubli, pas de doublement de
dose
Prise en charge d’une confusion et des hallucinations
Simplifier les traitements: arrêter les anticholinergiques,
agonistes, ICOMT, IMAO B, Mantadix
Eliminer facteur intercurrent (infection, déshydratation,
changement de traitement récent)
Réduire les doses de la dopa. Ne pas arrêter totalement
la L-dopa afin d’éviter le syndrome aigu de privation
dopaminergique
Avis spécialisé d’un neurologue
Prise en charge des douleurs
Douleur liée aux rhumatismes:
Douleurs articulaire, musculaire ou tendineuse
Décontractants musculaires, anti-inflammatoire
Infiltration locale
Douleur liée à la maladie:
Sensations de brûlure, de picotement,
d’engourdissement et des contractions
musculaires
Traitement dopaminergique
Kinésithérapie
Prise en charge d’une hypotension orthostatique
Fréquente, invalidante, Souvent
responsable de chute, Aggravée par les
traitements
Mesures classiques : bas de contention,
conseils de lever, régime salé, éviter
sucre rapide
Traitement médicamenteux: Avis
médical
Prise en charge des troubles urinaires
Les plus souvent: Mictions impérieuses,
dysurie, peut avoir des complications :
rétention et incontinence urinaire
Mesure: bilan urodynamique; lutter
contre infection urinaire, fécalome;
Hydratation+++; Pas de protections
abusives
Avis médical
Prise en charge des troubles du sommeil
Les causes les plus fréquentes:
Impatience, SJSR → agoniste
Blocages moteurs → L-Dopa
Nycturie, incontinence
Attaque de panique, Hallucinations, Cauchemars
Sommeil fractionné → benzodiazépine
Insomnie d’endormissement → somnifère
Apnées du sommeil → appareillage
Mesures hygiéniques
A faire
Se coucher à heure régulière
Se lever à heure régulière
Dormir dans une chambre
fraîche, sombre, calme
Se relaxer avant l’heure du
coucher
Faire de l’exercice en
journée mais pas trop tard
en soirée
Douche chaude le matin,
fraîche le soir (pour
accompagner l’évolution
physiologique de la
température)
A éviter
Le lever tardif
La sieste prolongée l’aprèsmidi
L’alcool le soir
Un dîner lourd
Le café, le thé, certains
sodas
Aller au lit trop tôt
Regarder la TV au lit
Rester au lit en l’absence de
sommeil
Problèmes nécessitant une hospitalisation
Episode confusionnel ou hallucinations
Chutes répétées ou malaises (HTO)
Fluctuations mal contrôlées: blocages
sévères ou dyskinésies (mouvements
anormaux involontaires) intolérables
(surdosages)
Fécalome
Conclusion
Situation clinique de plus en plus fréquente du
fait du vieillissement de la population
Résultats encore insatisfaisants pour les
troubles de marche et d’équilibre et la
prévention des chutes et de leurs complications
Progrès thérapeutiques pour les troubles
psychiques
Avenir :
Traitements neuroprotecteurs
Thérapie génique
Merci de votre attention!
Téléchargement
Random flashcards
amour

4 Cartes mariam kasouh

Commune de paris

0 Cartes Edune

Ce que beaucoup devaient savoir

0 Cartes Jule EDOH

Le lapin

5 Cartes Christine Tourangeau

Créer des cartes mémoire