St Jean de Perse :

publicité
St John Perse :
Eloges
Biographie :
1887 : Pointe à Pitre (Guadeloupe), de son vrai Alexis St Leger Leger (avec ou sans accents,
on peut trouver les deux).
St Leger : petite terre appartenant à ses parents (vrai nom : St Leger les feuilles) depuis
deux siècles. Il est le seul garçon d’une famille de cinq enfants.
Son enfance s’est faite avec l’étude de la botanique, de l’astronomie, de l’équitation, et surtout
de la navigation et aussi les matières naturelles.
Un tremblement de terre a causé beaucoup de problèmes économiques.
A cause de ce dernier, en 1999, ils ont du partir pour la France, à Pau. Il va faire de très
brillantes études. Il est excellent en composition française, en thèse latine, grecque…Il a eu
son bac et a simplifié son nom : St Leger.
Il s’associe avec un autre poète Francis Jammes.
1904 : Il débute des études de droit. Et commence sa poésie avec Images à Cruosé publié en
1909 dans la Nouvelle Revue Française (édition reprise par Gallimard) qui va publier
beaucoup de romanciers et de poètes.
Il travaille sur Pindare et il rencontre en 1905 Paul Claudel (grand auteur de théâtre même s’il
est injouable) qui a une sœur célèbre Camille. Paul Claudel a été diplomate.
1907 : mort de son père qui l’oblige à stopper ses études.
1911 : reprise de ses études. Publie Eloges à la NRF (nouvelle revue française) avec André
Gide. Se rend à Paris pour choisir une carrière et embrasse la carrière de diplomate. Fréquente
le milieu littéraire (Apollinaire, Valéry, A. Breton, Proust…)
1914 : reçu au concours des affaires étrangères
1916 : reste 5 ans en chine pour mission.
1921 : rentre en France
1924 : Publie Anabase, qui a été écrit en Asie.
1925-1932 : taches politiques dans le cabinet d’Aristide Briant.
1933 : ambassadeur des affaires étrangères et s’oppose à la politique d’Hitler
1939 : WW2 s’exile aux USA, déchu de son poste. Soutien De Gaulle et son action. Très
admiré aux USA pour son œuvre. Se remet à écrire. Exil, puis Neige et Poème à l’étrangère.
1946 : vent
Libération : retrouve ses droits civiques mais reste aux USA, où il a eu son statut de résident
permanent. Grand voyageur, surtout en Amérique.
1947 : Amères
1957 : reviens en France, mais se partage avec les USA
1958 : se marie avec une américaine
1960 : prix Nobel de littérature. Chroniques.
1962 : oiseau
1969 : chanter et par celle qui fût là
1971 : chant pour un équinoxe
1975 : meurt
Son nom :
→Alexis st – léger léger, repris de sa famille paternelle
→Alexis léger : nom de diplomate, à partir de 1926
→Saint John Perse : nom de poète.
Il dit que son nom lui est venu spontanément, pour ses consonances. Choix personnel.
Choix du pseudo : tourne le dos à une partie de son existence, à un paradis perdu. Il axe sa
poésie sur autre chose que sa vie, refut d’une dimension d’une dimension autobio de la poésie.
Pourquoi « Saint » : dimension sacrée, mystique. Quête du mystère, de la beauté. Rituel,
cérémonie religieuse.
« Au commencement était le verbe » le verbe désigne la parole. Le langage a un pouvoir.
« John » : influence des USA avec rupture avec « saint » et « perse ». façon de célébrer son
adoption par les USA.
« Perse » → ref au poète Latin « Perse ». Très savant, obscur.
→ ref à l’orient, la perse. Orient fascinant, barbare.
→ Couleur bleue perse. Athéna, la déesse aux yeux perts.
→ tissu peint et imprimé.
L’œuvre poétique :
Œuvre courte. Poésie de la concentration. Se rapproche de Baudelaire ou de Mallarmé.
1ers poèmes sous le titre d’éloges sont consacrés à l’enfance heureuse, au paradis perdu de la
Guadeloupe. Nostalgie d’un état de bonheur. Enfant en communion avec le monde
(hommes_créatures_plantes) : pour fêter une enfance. Poésie de la célébration. Ressusciter par
le langage, grâce à l’éloge, le paradis perdu, ou originel. Embellissement, hyperboles,
célébration du corps, de la sensualité, voir érotisme. Tout est beauté, rareté, singularité. Rôle
majeur dans la célébration du corps.
Ne choisit par le vers, mais les versets.
Inspiration épique avec le choix de figures mythiques (Crusoé, Ulysse, Xénophon…). On
retrouve le goût de l’amplification, de la récitation, augure de l’épopée. Figure dominante : le
poète de l’antiquité. Conteur, poète et prophète.
Pluie, Neige et Vent →inspiration d’ordre cosmique, avec réflexion sur la place de l’homme
dans l’univers dans des phénomènes qui ne durent pas (pluie, neige et vent).
Particularité de sa poésie : les choix poétiques (termes techniques).
Le choix du verset : type de mettre qu’on voit dans la bible. Vers long qui peut occuper un
paragraphe ou une strophe. Il l’utilise soit de manière dissymétrique (verset d’un mot, d’une
phrase, d’une proposition), soit de manière symétrique.
Le choix du vocabulaire : précis, techniques, zoologie, cynégétiques (art de savoir diriger un
meurtre), géologie, botanique. Mots étrangers. Il les associe à des termes vagues comme des
épithètes (verts, vastes…). Goût de la catégorie, comme les 4 éléments. Paysages privilégiés.
Cirques montagneux avec leur degré, des cités en ruines, désert d’Asie et d’Amérique.
Gigantesques cités en ruines qui surplombent la mer.
Pittoresque (Pictore→peintre) : qui mérite d’être peint. Aime ces paysages, mais ne s’attache
pas recréer une période précise. Passe d’un continent à l’autre. Essaie de réunir la passé et le
présent, le temps et l’espace, l’étrange et l’universel. Conquête technique du monde. Il dit
détester les livres. Jeu de structures formelles. Construit selon des procédés homophoniques.
Métagrammes (fait de passer d’un moment à un autre en changeant une consonne).
Polysémie, étymologie, allitération, …
Un seul verset modulé sur certaines consonnes. Organisation complexe. Phrase qui prend
appui sur des récurrences. Répétition qui joue un rôle important. Jeu de refrain. Phrase qui
évoque un mouvement de flux et de reflux qui évoque la mer, donne au poème un mouvement
harmonieux et difficile à cerner.
Rôle de la poésie : il célèbre le monde mais surtout la poésie elle-même, sa capacité à faire
naitre l’émotion. Incantation. Poème lui-même est un monde et inversement : le monde luimême est un livre. Couches de la Terre → pages à tourner.
Composé des éléments qui se mêlent entre eux → texture du texte. Entrelacs. Le texte réuni
des éléments disparates. Inventaires du monde, en même temps qu’un travail de linguiste, qui
élabore sa propre langue.
Sa structure :
Il commence par écrits sur la porte, un court poème. C’est l’entrée. Suivi de 9 poèmes
d’Images à Crusoé. Titres courts, qui rappellent Robinson Crusoé assez explicitement.
Suivent 6 poèmes de pour fêter une enfance. Dépourvus de titre, ici, ce sont juste les 1ers
mots. Ce sont les titres de l’éditeur. Les titres sont des chiffres romains.
Impression majeure : on a un seul grand poème. Lien entre les poèmes. Point de suspension.
Composition circulaire. Clôture. Paradis de l’enfance clos, définitivement fermé.
Eloges, composée de 18 poèmes. Ils sont distincts les uns des autres. Plus difficile que pour
fêter une enfance. L’éloge est une tradition littéraire depuis l’antiquité. Mode des titres
rhétoriques à ses œuvres (Giraudoux : provincial, impromptu de paris. Gide : l’école des
femmes).
Eloge : célébration, morceau d’apparat.
Eloge paradoxale : éloge de la guerre, du réveil matin, du marteau piqueur… donne un ton
laudatif au texte.
Registre de la louange. Superlatif. Hyperbole. Une phrase résume sa conception de la poésie :
« je parle dans l’estime » je parle d’un sujet qui est digne de mon attention et de mon estime.
Téléchargement
Explore flashcards