Ronéo

publicité
semio urgences n°5
lundi 07 avril 2008 à18h (initialement prévu pour le 02 avril)
professeur:Abderrahmane Bakkouche
roneotypeuse:Nditifei-ndoh Danielle
RECONNAISSANCES CLINIQUES DES
PRINCIPAUX TRAUMATISMES DES MEMBRES ET DU
RACHIS
PLAN DU COURS :
Introduction
Première partie
I)mécanismes des fractures
1)fractures transversales
2)fractures spiroides
3)fractures isolées
4)fracture comminutives
5)fractures à double étage
6)fracture métaphyso-épiphysaires
7)déplacement des fractures
II)quels sont les signes à rechercher aux urgences sur une fracture déplacée de la
jambe.
III)fracture engrenée
IV)lésions nerveuses
V)complications vasculaires
VI)complications précoces d’une fracture
-1)ouverture cutanée
2)embolie graisseuse
Deuxième partie :rachis
I)rappel anatomique
II)traumatisme dorso lombaitre
1)circonstances
2)par quel examen sont ils mis en évidence
3)examen clinique
III)troubles neurologiques
IV)l’examen neuro
V)fractures stables et instables du rachis
VI)imagerie
1)exemples de fractures dorso-lombaires
a-lésions par compressions
b-lésions par distraction postérieure
c-lésions par distraction antérieure
d-lésions par rotation
2)troubles neurologiques
VII)traumatismes du rachis
1-traumatisme du rachis cervical
a-étiologies
b-tableaux cliniques
c) examen clinique neurologique
troisième partie
A)morphologie des os du squelette
B)mécanismedes fractures
C)traits de fractures
D)definitiondes fractures
E)étiologie
F)déplacement
G)cartographie
H)cat
1)interrogatoire
2)examen clinique
3)palpation
4)bilan radio
conclusion
INTRODUCTION :
D’ après le prof le but de ce cours est de nous amener à reconnaitre une fracture en sachant la
decrire , il le repete pdt tout le cours .
Le corps humain est fait d’os du rachis et des membres, le cours porte sur le rachis
et les os longs ce qui est valable pour les os .
Dès l’ arrivèe du patient aux urgences, il faut établir la « carte d’ identité »
de la fracture c’ est à dire :-le côté atteint droit ou gauche
-Le ou les os fracturés
-Le niveau ,la forme du trait et des fragments( il peut y avoir
plusieurs fragments)
-Les déplacements dans les trois plans
-L’ouverture ou non de la peau
-Les lésions de la partie molle(musles, nerfs et vaisseaux) .
PREMIERE PARTIE :
I MECANISMES DES FRACTURES :
Toute fracture a un mécanisme ,il faut absolument le rechercher il y’a en général
les traumatismes directs ou indirects .
Les traumatismes directs donnent des fractures transversales ou
communitives,suivant la force de l’impact donnent aussi des contusions ,des lésions
des parties molles( vaisseaux nerfs musles) .
Les traumatismes indirects sont des traumatismes en général par torsion et qui
donnent une fracture en spiroîde,il n y’a jamais de fracture transversale ;on ne traite
pas une facture transversale comme on traite une fracture spiroide d’où
l’importance de bien décrire le mécanisme .
1)Fractures transversales :
Une fracture transversale doit être décrite dans son déplacement(écrit dans le
dossier médical),son angulation,sa rotation,sa translation,ou son grand déplacement
avec chevauchement des 2 os .
Termes à savoir :déplacement,angulation,rotation,translation et chevauchement .
.
Exemples de fractures transversales :
c’est une fracture par translation .
Deux fractures par chevauchement .
Les fractures transversales ont des sièges qui peuvent être :- diaphysaires
-métaphysaires
-métaphyso-épiphysaires
-épiphysaires
Une fracture métaphysaire basse des 2os de la jambe tres déplacés avec
chevauchement et angulation .(photo ci dessous)
-Les fractures en ailes de papillon sont des fractures transversales avec un fragment
qu’ on appelle en aile de papillon qui est décroché de la bordure antérieure ou
postérieure cela depend du mécanisme de la fracture .
2) fractures spiroides :
C est une fracture dont le mécanisme est une torsion, c’ est un traumatisme indirect
qui donne des fractures avec des spires ;ci dessous des exemples de fractures
spiroides :
en bas c’est une fracture spiroide du fémur avec une longue spire qui descend dans
le creux poplité d’où un risque d’ atteinte du paquet vasculaire .
3)fracture isolée :
C’est une fracture transversale en général par choc direct .une fracture isolée du
tibia ne concerne que le tibia le peroné n’est pas touché, la réduction est difficile à
obtenir à cause du peroné qui est intact et il y’a une tendance à la récidive en
varus,et le déplacement est en général peu important .le terme « isoléé »signifie que
seul le tibia est touché comme quand quelqu’un reçoit une batte de baseball au
niveau du cubitus seul le cubitus se fracture.
4)fractures comminutives :
En généralce sont des fractures par choc direct les lésions cutanées y sont
fréquentes,et souvent il y’a des lésions des parties molles .
A gauche fracas de l’extrémité supérieure du tibia ;une fracture communitive est
une fracture complexe en géneral ouverte .
5)fractures à double étage :
C’est une fracture où il y’a un fragment diaphysaire séparé des 2 autres fragments
supérieurs et inferieurs.
6)fractures métaphyso-épiphysaires :
-fractures communitives métaphyso-épiphysaires : le trait de fracture descend vers
la métaphyse et le siége de ces fractures est important
.
7)le déplacement des fractures :
Le déplacement des fractures peut se faire par translation, chevauchement,par
rotation...
Pour tout traumatisé du membre on demande des radios de face ou de profil des
articulations sus et sous jacentes.
Sur l’image à gauche, on voit le genou de face,et le profil nous permet de voir qu’il
y a eu un probleme de reversion car ici le genou est de face et la cheville de
profil.d’où l’importance de demander une radio de face et de profil.
rotation
II)quels sont les signes à rechercher aux urgences sur une fracture déplacée de
la jambe ?
Il faut :-rechercher les signes de choc c-à-d les pouls ,la tension artérielle,la
lipothymie .
-rechercher aussi les pouls ,la sensibilité distale et la chaleur locale .
Rque : EN TRAUMATOLOGIE , L URGENCE EST VASCULAIRE IL N’Y
A JAMAIS D URGENCE AU NIVEAU DE LA FRACTURE A PART LA
FRACTURE OUVERTE MAIS QU’ ON PEUT TRANSFORMER EN
FRACTURE FERMEE DONC LES POULS ET LA SENSIBILITE DISTALE
SONT A RECHERCHER IMPERATIVEMENT .
-rechercher la motricité des orteils en ayant en arrière pensée le syndrome de
loge de la jambe,c’est un syndrome ischemique que l’on voit en général dans les
fractures par choc direct du muscle en arrière des mollets,les muscles de la jambe
sont des loges inextensibles donc en cas de traumatisme ils se mettent à saigner
comprimant ainsi le paquet vasculo-nerveux, et ceci provoque un syndrome
ischémique aigu c’est unez urgence chirurgicale absolue, il faut demander au
traumatisé du membre s’il bouge son orteil.
-évaluer l’importance du déplacement
-observer l’état de la peau(++++)à la recherche d’ une contusion, d’
ecchymoses ou d’ouverture(en déterminer le type),la description de l’ouverture de
la peau est importante pour la prise en charge thérapeutique ultérieure.
-les signes de choc sont très fréquents :la pâleur,lipothymie, accélération du pouls
et surtout la chute de tension artérielle(pas toujours liée à une hémorragie mais en
rapport avec la douleur qu’il faut calmer).
-certaines fractures fermées sont réputées très choquantes :-par l’hémorragie qui
peut les accompagner comme celles du fémur(qui saigne au moins 1l)
-par le seul déplacement
de la fracture.
-une fracture du fémur avec une cuisse qui présente une angulation ou un important
chevauchement,voit le choc rétroceder dès lorsque le membre est immobilisé en
bonne position et surtout ,avec l’installation d’un systeme de traction longitudinale
qui reduit le déplacement,ou au moins aligne la fracture( une simple traction
manuelle au début).
III)une fracture engrenée :
Qu’est ce qu’une fracture engrenée ?
Quelles sont les conséquences thérapeutiques de cet engrenement,où siègentle plus
souvent ces fractures ?
1)définition :
C’est une fracture avec tassement du spongieux et impaction des fragments.le siège
de l’os spongieux est au niveau épiphysaire donc de siège proximal ou distal.quand
on parle d’engrenement c’est pour désigner des fractures sans déplacement ,elles
sont connnues pour leur stabilité relative.
Le traitement est en général orthopédique c’est à dire immobiliser par plâtre sans
réduction si l’angulation est petite.en effet la réduction du déplacement entraîne
une instabilité si on ajuste un peu trop.
Quelques exemples :fracture de pouteau col(=fracture sus articulaire de l’extrémité
inférieure du radius,fracture definie par POUTEAU COL),fracture du col fémoral
,et du col huméral.
Fracture de pouteau
Col
fracture du col humeral
fracture engrenée
IV)les lésions nerveuses :
-il faut toujours y penser et les dépister immédiatement
-les lésions nerveuses peuvent aussi être dues à un élément compressif
simple,entraînant une paralysie sensitiveet ou motrice sans interruption des fibres
nerveuses(neurapraxie)
-il peut s’agir d’une lésion des fibres(neurotmésis) avec une dégénerscence distale
demandant de nombreuxx mois pour regénerer après une réparation chirurgicale
environ 6 mois.
Les lésions nerveuses doient être recherchées systématiquement et mentionnées
dans le dossier médical car c’est important pour suivre l’évolution du patient, d’où
l’importance de bien examiner le patient initialement.
V)les complications vasculaires :
Il faut toujours y penser et les dépister immédiatement.
-il peut s’agir d’une lésion simple par compression (par un fragment osseux ou par
un hématome, la suppression de la compression est urgente.
-il peut s’agir d’une ischémie aigue avec les extrémités froides et l’abolition des
pouls due à une lésion plus grave :une section artérielle ou dissection intimale qui
doit être prouvée rapidement par une artériographie suivie d’une exploration pour
pouvoir y remédier d’urgence.
-En artériographie,on remarque
La section complète de l’artère.
-une fracture supra condylaire du coude,
L’ artère humèrale est embrochée par la
Spicule du fragment de l’humérus.
VI)complications précoces d’une fracture
-l’ouverture cutanée :dès lors qu’il ya traumatisme avec fracture le premier tissu à
regarder est la peau.
-les lésions vasculaires
-les lésions nerveuses
-l’embolie graisseuse
-l’infection
-l’algodystrophie qui est un syndrome neuro-algodystrophique que l’on voit chez
les patients à profil psychologique particulier, après une immobilisation
prolongée,les signes cutanés de ce syndrome :-peau suintante
-petecchies.
Sur la radio on voit une déminéralisation diffuse de la zone immobilisée longtemps.
1)ouverture cutanée
Elle peut se faire de :-dedans en dehors(l’os vient buter contre la peau et l’ouvre)
-de dehors en dedans(l’objet contendant ouvre la peau vers
l’os)
-3 stades
Les 2 cas sont de gravités différentes,car quand c’est un objet qui ouvre la peau de
dehors en dedans,il « salit » l’os ce qui n’est pas le cas pour l’ ouverture de dedans
en dehors.
-RISQUE SEPTIQUE++++pour cela il faut noter l’heure de la
fracture ,plus il est vu tôt mieux c’est.
2)l’embolie graisseuse :
Quels sont les signes d’une embolie graisseuse ?
Devant quels signes suspectez vous une embolie graisseuse ?
Devant toute fracture après l’accident de la voie publique(AVP),surtout la fracture
du fémur qui est très pourvoyeuse d’embolie graisseuse.(une embolie graisseuse se
définit par le passage de particules graisseuses du canal médullaire dans la
circulation sanguine et qui vont les vaisseaux dans le cerveau par exemple ou
ailleurs.)
Les signes d’embolie graisseuse sont :-collapsus cardio-vasculaire avec des
hypotensions.
-le syndrome de confusion mentale
-pétéchies sur le corps
-signes au fonds d’oeil (demander un fonds
d’oeil si suspicion d’une embolie graisseuse)
DEUXIEME PARTIE :FRACTURES DU RACHIS
Fréquence :64 pr 100.000habitants
Rachis lombaire :46%
Avec troubles neurologiques :7%
Mortalité :4%
I)rappel anatomique :
La colonne vertébrale est faite de 24 vertebres (cervicales,dorsales,lombaire et
sacro-coccygiennes).
La musculature au niveau cervical avec le trapèze et le sterno- cleido - mastoidien
puis les épineuses qui sont importantes pour l’examen clinique.le rachis présente 3
courbures :la lordose cervicale,la cyphose dorsale et la lordose lombaire.ces
courbures sont importantes pour l’ examen du patient, si la lordose lombaire
disparaît ceci traduit qu’il y a un probleme,qu’il y a une fracture qui fait que la
lordose a un peu disparu.
Les vertèbres sont toutes de taille ,de forme différentes .allant des cervicales aux
lombaires .
L’inclinaison des facettes se verticalise des cervicales aux lombaires,et elle donne
une mobilité importante en rotation du rachis cervical.
Vertèbre en coupe transversale : avec son corps vertébral en haut les apophyses
transverses,lesépineuses en bas et les articulaires entre les épineuses et les
transverses.
espace mobile de junghans :c’est l’espace qui fait qu’un traumatisé du rachis est
stable ou pas.le disque ,les cartilages ,les ligaments délimitent un espace mobile
avec au centre les éléments neurologiques.
-localisation des fractures du rachis :
C1-C2 :8%
C3-C7 :13%
D1-D10 :7%
D10-L2 :55%
L3-L5 :17%
Au niveau de la colonne vertébrale il ya les charnières :-cervico-dorsales
-dorso-lombaires
-lombo-sacrées.
Les charnières sont des régions du rachis où il y a le maximum de mobilité, donc
sont très pourvoyeuses de fractures du rachis.
II TRAUMATISMES DORSO-LOMBAIRES
1)circonstances :
Comment met on en évidence les traumatismes dorso-lombaires ?
Chute d’un lieu élevé
AVP
AT(accident du travail)
2)par quel examen sont ils mis en évidence ?
L’interrogatoire du patient est une étape importante de l’examen clinique et il
définit les circonstances du traumatisme.
3)l’examen clinique :
Recherche un point douloureux précis en regard d’une apophyse épineuse ou d’un
ligament inter-épineux .l’examen clinique a une grande valeur diagnostique et
localisatrice avant les radios standards.
On peut noter une angulation postérieure plus ou moins marquée,une cyphose par
tassement vertébral antérieur.
L’angulation postérieure se determine en plaçant une main sous le patient en
palpant le rachis lombaire ,dorsal ,cervical.
Le tassement dorsal augmente la cyphose dorsale alors que le tassement lombaire
diminue la lordose lombaire.d’où l’importance de la palpation de la colonne
vertébrale( épineuse, muscles paravertébraux, recherche de contracture...)
III)troubles neurologiques :
Avec la classification ASIA ,on va examiner
La motricité :au niveau de L2 :flexion de hanche
L3 :extension du genou
L4 :extension de la cheville
L5 :extension des orteils
S1 :flexion plantaire
Ne pas oublier l’examen de la zone ano-périnéale.
Motricité
L2 : flexion de hanche
L3 : extension du genou
L4 : extension de cheville
L5 : extension des orteils
S1 : flexion plantaire
Zone ano-périnéale
Contrôle de la vessie :
-des fibres automatiques contrôlent le détrusor et le sphincter en passant par
S2etS3.
-la repletion vésicale et la miction sont transmises par le cerveau aux centres sacrés.
-si la moelle est sectionnée au dessus de S2, le contrôle volontaire est perdu, mais
la fonction vésicale persiste grâce aux centres sacrés.
IV)l’examen neurologique :
Doit être minutieux et doit rechercher l‘intégrité ds territoires sensitifs .
il doit examiner la motricité :retenir que chaque articulation est contrôlée par des
myotomes.la flexion de la hanche est contrôlée par la racine nerveuse L2-L3
alors que la flexion du genou par L5-S1et l’extension par L3-L4,S1-S2 pour la
flexion du pied,et L4-L5pour l’extension du pied.le patient qui ne fléchit pas le pied
a une atteinte de S1-S2.
Atteinte de la racine L4 :
-abolition du réflexe rotulien :
La douleur commence au niveau de la vertèbre L4 passe les fesses en externe.
La sensibilité :bord interne et rétromalléolaire interne du pied.
Motricité :
la motricité du pied est diminuée.
Atteinte de L5 :
la douleur descend sur la face postéro-externe de la cuisse et va vers le bord externe
du pied et sur la face dorsale du pied.
Motricité :diminution de la flexion du gros orteil,
Abolition du reflexe ischio-jambier en arrière de la cuisse sur la partie inférieure.
Atteinte de S 1 :
Eversion :
Triceps
sensibilité
sensibilité
reflexe achileen aboli
La sensibilité de la face postérieure de la fesse ,bord externe de la cuisse .
Exemple de fracture :luxation de D7-sur D8 avec fracture de l’arc postérieur qui
entraîne une compression médullaire, visible à la myélographie (injection d’un
produit et on visualise le canal médullaire interrompu au niveau de la fracture.)
Décompression postérieure et ostéosynthèse par 2 plaques vissées.
V)fractures stables et instables du rachis :
Le plus souvent les fractures par tassement des corps vertébraux sont stables.
On parle de l’instabilité d’une fracture du rachis en cas de :-rupture des ligaments
postereurs au niveau de l’espace de junghans
-fracture des apophyses
épineuses
-fracture d’une facette
-fracture d’un pédicule
-fracture comminutive
du corps vertébral.
1)la stabilité :
La notion de stabilité repose sur le concept de trépied vertébral.les corps vertébraux
sont empilés les uns sus les autres par l’intermédiaire des disques intervertébraux et
forment une première colonne qui est antérieure.en arrière ,les 2 apophyses
articulaires en rapport avec les 2 apophyses sus et sous jacentes forment les deux
colonnes postérieures.cela est un trépied lui procurant une stabilité complètée par
les ligaments intercorporeaux,inter-épineux,inter-articulaires et intertransversaires.la stabilité est liée à l’intégrité de ce système.
2)l’ instabilité :
L’instabilité d’une fracture depend éssentiellement des lésions postérieures(arc
postérieur et ligament),la rupture des ligaments postérieurs peut rendre une fracture
par tassement instable.
Toute douleur inter-épineuse et ou un élargissement de l’ espace inter-épineux à la
palpation est suspect d’instabilité ,donc l’instabilité existe quand il y a rupture des
ligaments inter-épineux,fracture de l’apophyse épineuse,fracture d’une facette
articulaire ou des ligaments articulaires,fracture d’un pédicule,fracture
comminutive du corps vertébral.
VI)imagerie :
Radios simples de face et de profil pour le rachis cervical ,dorsal et lombaire.
IRM est à demander en cas de discordance radio-clinique :car l’IRM montre des
lésions des parties molles par au scanner qui ne montre que ce qui est osseux.les
lésions des parties molles se traduisent par 1 hématome intra-canalaire ,une
contusion médullaire, une compresssion discale et des lésions discoligamentaires.le myélographe et le scanner ne sont indiqués que si l’IRM est
indisponible.
1Exemple :factures dorso-lombaires
Analyse radiologique
a)lésions par compressions (type A de MAGERL)
Dans ces compressions on a des-lésions antérieures isolées qui donnent des
tassements cunéiformes(A1),séparés en 2 (A2), éclatés(A3).
-ou des lésions associées qui peuvent être une
fracture des lames ,une subluxation des articulaires,et une augmentation de l’écart
inter-pédiculaire.
fracture par tassement.
Le corps vertébral va comprimer la moelle.
lésion antérieure isolée
b)lésions par distraction postérieure (type B de MAGERL)
spondylolisthesis
Purement traumatique.
-lésions ligamentaires (B1) :
Augmentation de l’espace inter-épineux
Subluxation des articulaires
-lésions osseuses(B2) :
# horizontale lames ou isthmes
Augmentation du mur vertébral postérieur
Ce sont des lésions instables et faire attention à la manipulation qui peut faire
passer une lésion non neurologique au départ à une lésion neurologique.
Exemples de luxations où le mécanisme principal a été une distraction
postérieure.
c)lésions par distraction antérieure(type B de Magerl) :
-lésions ligamentaires(B1) :avec baillement discal antérieur et augmentation de
l’écart inter somatique.le ligament antérieur au niveau du corps vertébral est rompu
la lésion se continue au niveau discal et ça déchire.
On peut avoir des lésions associées qui sont des lésions osseuses (B2) ,c’est à dire
soit des lésions du corps ouvert en avant ,soit +/-des translations postérieures.
d) lésions par rotation :(type C de MAGERL)
ces lésions par rotation donnent des décalages des épineuses, des luxations
articulaires unilatérales, des déplacements rotatoires des corps
vertébraux(asymétrie) ces problèmes rotatoires sont surtout vus sur la radio de face.
vrille de la colonne vertébrale rapide non réfléchie après
un accident.
Ces lésions graves sont parfois liées
à un traumatisme violent et complexe où se mèlent des lésions par rotation,
compression et par distraction.
2)troubles neurologiques :
- Sont liés à la compression par déplacement des corps vertébraux vers l’arrière.
-Des éléments compressifs dans le canal médullaire bien mis en évidence par le
scanner et l’IRM :
Fracture comminutive :
Eléments compressifs dans le canal
médullaire
bien mis en évidence par le SCANNER , L’IRM.
VII) traumatismes du rachis :
Le traumatisme du rachis est dominé par : des lésions de la colonne osseuse et des
lésions de la moelle et des racines nerveuses qui apparaissent d’emblée après le
traumatisme soit secondairement après manipulation inopportune soit tardivement
après consolidation des fractures.
Tout traumatisé du rachis doit être manipulé et transporté avec les plus
grandes précautions.
1) traumatisme du rachis cervical :
il faut rechercher les mécanismes :
-en compression
-en flexion, extension , distraction
-en rotation
-ou combinées
a)étiologie :AVP(60%)
sport(plongeon)12%
chute d’un lieu élevé 28%
b) tableaux cliniques :
-douleurs cervicales dont le niveau doit être localisé par la palpation des épineuses
en glissant une main sous le cou pour le rachis cervical maintenu en rectitude
droite.
-torticolis :impotence fonctionnelle,contracture musculaire douloureuse spontanée.
-tout traumatisé crânien avec perte de connaissance est suspect de lésions
cervicales,une doit lui être mis en place.
-un examen neurologique rapide de débrouillage est fait, qui sera approfondi après
les radios standards faits le plus vite possible.
-radio de face et de profil C7-D1 compris +cliché bouche ouverte seront demandés
pour bien visualiser C7-D1(charnière cervico- dorsale),tenir la tête en rectitude et
faire rabaisser les épaules par traction sur les bras par une aide(sinon les épaules se
superposent).
c)l’examen clinique neurologique :
l’examen clinique neurologique du traumatisé du rachis est basé sur la recherche :
-des troubles de la sensibilité
-des troubles de la motricité
-d’anomalies des réflexes tendineux
-de trajet douloureux
Toute atteinte au dessus de C4 provoque des troubles respiratoires(nerf phrénique).
Racine C5 :
Deltoide :élévation de l’épaule en abduction.
Biceps :réflexe biccipital
Sensibilité : bord antéro externe du bras .
Racine C6 :
Motricité du biceps,extenseur du poignet.
Reflexe bicipital.
Sensibilité :bord radial de l’avant bras ,pouce et index.
Racine C7 :
Motricité :triceps,fléchisseur du poignet ,extenseur des doigts.
Reflexe tricipital
Sensibilité du médius
Racine C8 : c’est à dire C7-D1
Motricité :interosseux(donc écartement des doigts)
Flechisseur des doigts
Réflexe :cubito pronateur
Sensibilité :bord cubital,doigts IV etV
Racine D1 :
Motricité :interosseux, flexion des doigts.
Pas de réflexe spécifique
Bord cubital de la partie inférieure du bras.
Tableau récapitulatif :
Troisième partie :
(Je sais , il est trop long ce cours surtout pour une option....)
A)morphologie des os du squelette :
Le squelette est fait d’os plats, courts , longs et du périoste( assez épais et assez
solide chez l’enfant.)qui participe à la vascularisation osseuse.
B)mécanismes des fractures :
-Traumatismes par choc direct
-traumatisme par choc indirect
-traumatisme par fracture de fatigue :que l’on voit chez les militaires après une
marche prolongée ou pendant les soldes.
C)traits de fracture :
-fissures
-fractures en bois vert ou motte de beurre que l’on voit habituellement chez les
enfants
-fractures transversales(généralement par choc direct)
-fractures obliques ou spiroides( par choc indirect)
-fractures comminutives(par choc direct)
-Fractures à double étage
-fractures engrenées
-fractures parcellaires surtout les fractures de la tubérosité antérieure du tibia ou
celles du trochanter.
D)définition des fractures :
-rupture de la continuité d’un os allant de la fissure sans déplacement à la fracture
comminutive à plusieurs fragments.
-une fracture peut être ouverte ou fermée
-une fracture peut être compliquée de lésions nerveuses musculaires ou vasculaires.
E)Etiologie de fractures :-les fractures traumatiques sont les plus fréquentes
-les fractures pathologiques sur os fragile(
ostéoporose),ou sur tumeurs osseuses primitives ou métastatiques.
F)déplacement des fractures :translation,angulation,décalage en rotation ,tous les
déplacements peuvent être combinés.
G) cartographie des fractures :-le côté atteint
-le ou les os fracturés
-le niveau
-la forme du ou des traits et les fragments
intermédiaires .
-le déplacement dans les 3 plans
-l’ouverture ou non de la peau
-lésions des parties molles.
Tout ceci doit être mentionné dans le dossier médical.
H)conduite à tenir devant un traumatisme d’un membre par exemple la cheville aux
urgences.
Interrogatoire
Examen clinique
Palpation
Bilan radio
1)interrogatoire :
Il précise : -les modalités de survenue :AVP,AT, accident de sport
-horaire de survenue(essentiel si fracture ouverte)
-est ce qu’il y a une douleur ? est ce qu’il y a eu un
craquement ?(douleur avec sensation de craquement)
-impotence fonctionnelle totale
-le mécanisme du traumatisme doit être reconstitué par l’interrogatoire
2)examen clinique :
-Recherche des signes de choc ,la pâleur,la lipothymie,accélération du pouls ,chute
de la tension artérielle.
-l’examen local du membre fracturé et un examen général à la recherche d’autres
lésions dans le cadre d’un polytraumatisé.
L’urgence n’est pas traumatologique mais vasculaire au niveau loco régional.
3)palpation :
Permet de -localiser la fracture par la douleur
-rechercher des ecchymoses, un hématome une contusion
-rechercher un déplacement ,une déformation,une angulation, un vis de
rotation.
-l’ouverture cutanée souillée ou pas, sa taille, ses berges.
-rechercher les pouls périphériques,noter la chaleur et la sensibilité des
extrémités,la motricité distale.
4)bilan radio :
Permet -de confirmer le diagnostic de fracture suspecte après l’examen clinique .
-comporte une radio du membre traumatisé avec les articulations sus et sous
jacentes de face et de profil.
CONCLUSION :
Tous les déplacements seront notés et l’on sera à même de choisir le traitement le
plus adéquat après avoir évaluer les caractéristiques de la fracture et les éléments
du pronostic.
Bien sûr que tous ces éléments cliniques sot valables pour tous
traumatismes :l’interrogatoire précis,la douleur exquise.l’oedème,
l’hématome,l’état de la peau,la notion de craquement audible
intérieurement,l’impotence fonctionnelle partielle ou totale.la recherche de troubles
vasculo-nerveux.l’imagerie bien prescrite permettra un diagnostic précis pour une
prise en charge bien orientée.
Traditionnelle dédicace :au fait il n’est pas 3h du mat mais midi et je viens de terminer ce cours
de ...,le prof a insisté sur le fait qu’ on devait savoir décrire une fracture avec les termes
adéquats.sinon je fais une big dédicace à IMAN ET VANI qui m’ont prévenu à temps que le cours
était reporté le lundi soir ,et qui étaient présentes merci les filles je vous adore pas que pour ça
vous êtes adorables,.je fais un coucou aux absentes :NADIA(t’es où ?on te voit plus du tout
mais on ne t’oublie pas),à RITSWANA, au fait la réponse à ta question se trouve à la première
page de ce cours, à CHRISTELLE,à SANDRA (merci pour ta dédicace de l’année dernière)et
mes ex collègues de GALIEN, à ceux qui ont dû découvrir et adorer le professeur MAYLIN avec
moi pendant deux mois quel fou ce mec ;à ANNE-LISE,RACHEL ,YASMINE...et à tous ceux qui
me reconnaîtront .
Téléchargement
Explore flashcards