Avenir – At Home 18-24 le tremplin des jeunes sans-abris

publicité
"@ Home 18-24", le tremplin des jeunes
sans-abris



Source: lavenir
Cé. R.
Mise à jour : lundi 21 janvier 2013 15h18
Le jeune homme, inscrit en première baccalauréat en publicité, cherche un travail pour s'en
sortir seul.
Cé. R.
FOREST - La maison d’accueil « @home 18-24 », petite sœur de l’asbl des Petits Riens,
abrite depuis peu des jeunes sans-abris entre 18 et 24 ans. La structure unique, subsidiée par la
Cocof et aussi stricte qu’originale dans son concept : pas question de végéter, il va falloir
s’activer. Rencontre avec le premier locataire.
Il est enthousiaste et parle enfin d’avenir. Au chaud, « at home », dans une chambre qui est
enfin la sienne, Michael conjugue au passé ses années de galère. Il a 22 ans, mais court les
rues depuis qu’il en a 14. Son homosexualité incomprise, il a quitté la maison familiale, erré,
gratté de la guitare pour manger, émigré dans un monastère en Thaïlande, séjourné à la
maison d’accueil des Petits Riens avant d’atterrir ici, Avenue du Roi à Forest, dans une
maison qui n’accueille que des jeunes désincérés mais castés (voir encadré). Le jeune homme
parle de « chance », « tout est mieux ici » ; il détaille :


« Ca nous pousse vers le haut », commence Michael. A leur entrée dans la maison,
les jeunes s’engagent dans un projet individuel qui les contraint à la reprise des études
ou à la recherche d’un emploi. C’est ainsi que le jeune homme fouille le site d’Actiris
pour trouver un boulot en plus de la formation en publicité qu’il suit en cours du soir.
Un blocus était raisonnablement difficile à assurer dans l’ancienne maison d’accueil :
« il n’y avait pas un soir sans bagarre, sans police, sans musique à fond ou sans un
ivrogne pour vous ennuyer », se souvient Michael. « Je devenais dingue, je pleurais
rien qu’à entendre la sirène de l’ambulance ».
L’ambiance… Du coup, elle est meilleure ! Les locataires ont le même âge, les
mêmes soucis et les mêmes objectifs. « @ Home » est un cocon familial qui porte bien

son nom, volontairement concentré autour de 15 jeunes maximum pour préserver le
bien être du groupe.
L’hygiène. Un coup d’œil dans la maison, entretenue quotidiennement par les jeunes,
suffit à s’en convaincre : ça brille de partout. « C’est un véritable luxe », sourit
Michael. « Dans l’ancienne maison, les douches étaient si sales que j’y chopais des
infections ». Autre grosse différence, la structure bannit la cigarette, « alors que c’était
bleu en permanence de l’autre côté ».
Deux bémols tout de même selon le jeune homme : le cadre horaire, d’abord, qui « laisse peu
de liberté » (les portes ferment à 22 heures en semaine, minuit le week-end) ; l’encadrement
budgétaire ensuite ; « c’est horrible, je dois compter mes dépenses au centime près et je suis
très limité dans mon argent de poche », râle Michael.
Mais l’inconvénient est justement le point fort de la nouvelle structure. La guidance
budgétaire aide les jeunes à conscientiser la notion d’argent, leur apprend à gérer un budget et
les contraints à l’épargne. Elle leur apprend comment quitter la maison…
La guerre à la « farniente » : « certains ne savaient pas peler une patate »
« @ Home 18-24 » a la particularité d’accueillir des jeunes, oubliés des autres maisons qui ne
s’intègrent qu’à 20 ans. Elle répond ainsi à la problématique croissante de la pauvreté de ce
public fragile. Mais sa principale originalité réside surement dans son projet pédagogique. «
Dans les autres infrastructures, les sans-abris peuvent se complaire dans un état végétatif »,
regrette Maïté Stiévenart. « Ici, c’est impossible. Les jeunes signent un contrat qui les oblige à
« activer » leur vie professionnelle. En attendant de trouver un boulot ou de poursuivre leurs
études, ils doivent faire du bénévolat à l’usine de tri des vêtements des Petits Riens. Et
quoiqu’il en soit, ils sont quotidiennement réveillés à 7h00 maximum », explique la directrice.
« Nos jeunes doivent aussi participer à l’ensemble des tâches ménagères : cuisine, vaisselle,
ménage. Ce n’est pas rien… Certains ne savaient pas peler une patate en arrivant ! Quand ils
partiront d’ici, ils partiront pour de bon, sans plus de raison d’être sans-abris ».
http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20130121_022
Téléchargement
Random flashcards
Commune de paris

0 Cartes Edune

Le lapin

5 Cartes Christine Tourangeau

Fonction exponentielle.

3 Cartes axlb48

TEST

2 Cartes Enrico Valle

relation publique

2 Cartes djouad hanane

Créer des cartes mémoire