Telechargé par pierrealberthayen

LE DÉSIR DE LA LIBERTÉ - H. W. L. POONJA (PAPAJI)

publicité
LE DÉSIR DE LA LIBERTÉ
H. W. L. POONJA (PAPAJI)
(Entretiens extraits de ‘’The Truth is’’)
Le radeau qui traverse l’océan du samsara
Est la décision ferme d’être libre.
Ce désir intense est absolument nécessaire.
L’intensité de ce désir est lui-même le
Sadguru
Et la douleur du cœur est le Soi qui appelle.
Désirez toujours le Soi,
Parce que vous obtiendrez toujours ce que
vous désirez le plus.
Le désir brûlant de Liberté suffit,
Il est le résultat de bénédictions.
Le désir de moksha est moksha,
Parce que maintenant votre relation est
avec la Liberté.
Distinguez le ‘’je’’ de la Liberté,
Découvrez à quel point il se distancie de la
Liberté.
Quand il n’y a plus d’endroits où aller,
Il n’y a plus de ‘’je’’ pour s’y rendre, plus de touriste.
Alors, ayez une foi solide comme un roc dans cette Liberté,
Pour que l’eau et les bourrasques de la pensée et du doute
Ne l’ébranlent pas.
Si le désir de Liberté est constant,
Toutes les habitudes et toutes les distractions du mental tomberont.
Ne pensez qu’à la Liberté et vous devenez la Liberté,
Parce que vous êtes ce que vous pensez.
De manière aussi lancinante que la douleur d’une rage de dent,
Pensez toujours au Soi.
Le désir de la Liberté est la marée haute
Qui démolit les châteaux de sable du doute
Et sans ce désir, l’homme est un animal sans queue.
ॐ
Questionneur : J’ai un désir tellement brûlant de me libérer de tout cela...
Papaji : C’est suffisant d’avoir un désir brûlant de Liberté,
Car il consumera l’univers entier,
Y compris vous, votre mental, votre ego et votre corps.
Qu’il brûle et tout ce qui reste,
Rejetez-le dans le feu.
Tout ce qui entre dans le feu se transformera en feu. Même la pensée de Liberté
entrera dans ce feu, sera consumée et deviendra Cela. C’est tellement simple, mais il y
en a tellement peu qui brûlent d’être libres. La plupart veulent les objets des sens et
donc investissent (dans) l’univers suivant leur propre volonté.
Que votre volonté se consume dans ce feu,
De sorte qu’elle ne vous emmène nulle part ailleurs.
Que votre moi se consume dans ce feu
De l’Eternité, de l’Amour et de la Paix.
Ne redoutez pas ce feu, car c’est l’Amour Lui-même.
Ce désir de Liberté est le feu de l’Amour !
La majorité redoute ce feu. Très peu de personnes ont (dé)montré cet amour de la
Liberté et ceux qui se consument dans ce feu vivent toujours. Bouddha l’a fait, il y a
2600 ans. Cette pensée de Liberté lui est venue, alors qu’il se trouvait dans un jardin
d’agrément que son père avait arrangé, entouré de belles jeunes filles.
Son horoscope avait montré qu’il serait le roi des ascètes et donc, son père le gardait
prisonnier des plaisirs du monde. Toutefois, ce feu de l’Amour flambait en lui et c’est
pourquoi il est toujours vivant. Nous ne nous souvenons pas de nos aïeux, mais ce
Prince de la Paix est toujours bien vivant dans les cœurs du monde entier.
Comme lui, vous devez y parvenir. C’était lui aussi un être humain ! Ainsi, si lui l’a fait,
nous pouvons sûrement le faire aussi. Tout le monde peut devenir un Bouddha.
L’unique chose requise est le feu de la Liberté et reconnaître que vous êtes la
Tranquillité, que vous êtes aussi Illuminé.
Je désire me plonger profondément dans cet océan de tranquillité et boire son eau.
Laissez-moi me fondre avec vous dans l’Amour. Je me tiens au bord.
2
Très peu de personnes se tiennent au bord et contemplent cette eau éternelle avec
leur ego réduit en cendres par le feu de l’Amour. Vous avez laissé derrière vous des
millions de personnes. A présent, il est bon que vous sautiez vous-même, mais vous
avez peur des profondeurs. Je me tiens derrière vous et j’observe le jeu entre cette
peur de sauter et ce désir de sauter. Puisque le tremplin est étroit, vous ne pouvez
pas le quitter, puisque je bloque le chemin. Ainsi, si vous ne voulez pas sauter, je vous
pousserai ! (Gloussements) Mais il est préférable que vous sautiez, car je ne vous
permettrai pas de retourner. Vous verrez que vous êtes l’Océan éternel et vous vous
perdrez dans cet Océan, comme un iceberg se perd en tombant à l’eau.
Voici comment le dit le Bengali, Ramakrishna Paramahamsa, qui vécut au bord de
l’océan et sur les rives du Gange :
‘’Pour gagner la Liberté et sonder ses profondeurs,
Soyez une poupée de sel et plongez dans le Gange.
Vous oublierez que vous étiez une poupée
Et vous deviendrez le Gange.’’
C’est l’unité absolue des eaux éternelles.
Vous ne pourrez jamais retourner sur ses rives,
Puisqu’il n’y en a aucune !
Je veux me dissoudre dans ma vraie nature et ne jamais retourner.
Vous avez pris une très bonne décision et vous espérez quelque chose de grandiose.
Essayez de rester ici quelques jours de plus. Restez ici et cela ne prendra plus
tellement de temps. Cette décision est particulièrement forte, c’est pourquoi vous
obtiendrez des résultats immédiats. Ne perdez pas courage.
Jadis, il y avait un homme qui s’appelait Matwalla. Il s’assit sous un arbre et il dit : ‘’A
moins que je ne trouve l’Illumination, je ne me lèverai plus !’’ Et donc, il restait
toujours assis à méditer, sans même se lever pour manger. Alors, quelqu’un
s’approcha de lui et lui demanda ce qu’il faisait.
‘’Je médite’’, dit Matwalla.
‘’Pour quoi faire ?’’, demanda l’étranger.
‘’Simplement pour être heureux’’, répondit-il.
‘’Je vais te dire’’, dit l’étranger. ‘’Tu vois le nombre de feuilles de ce banian ? Eh bien, il
te faudra autant d’incarnations avant d’être libre !’’
3
‘’Aucun problème’’, répondit le méditant confiant. ‘’Il peut bien y avoir des milliers de
feuilles sur ce banian, je méditerai.’’ Et donc, cette décision prise, il poursuivit sa
méditation. ‘’Je me fiche bien de ces incarnations, je continuerai à méditer !’’
Au bout d’un moment, un autre saint s’approcha et lui demanda : ‘’Que fais-tu ?’’
Et à nouveau, Matwalla répondit : ‘’Je médite.’’
‘’Pourquoi ?’’, demanda le saint.
‘’Tout le monde souffre et donc, pour me débarrasser de la souffrance, mon Maître
m’a dit de méditer’’, répondit-il.
Le saint lui dit alors : ‘’Je vais te dire. Tu dois rester ici et méditer jusqu’à ce qu’une
feuille tombe de ce banian et quand une feuille tombera, tu seras illuminé !’’
A ce moment-là, Matwalla s’écria vivement : ‘’Je ne peux plus attendre qu’une feuille
tombe ! Qu’est-ce que la chute d’une feuille à bien à voir avec ma lumière et ma
sagesse ? Et il se leva et se mit à danser, car il était illuminé.
Ainsi, le sens de cette histoire est que vous ne devez pas attendre un an. Ce n’est pas
une question de mois. Vous avez déjà vécu durant des millions d’années et cet Arbre
est toujours là et il développe toujours plus de feuilles ! Si une feuille tombe, une
autre poussera et alors, pendant combien de temps attendrez-vous encore ?1
Pourquoi ne vous levez-vous pas simplement et ne criez-vous pas que vous êtes
libre ? Après tout, si vous êtes libre, vous profiterez de votre vie. Pourquoi ne pas en
profiter maintenant ? Beaucoup de personnes ont peur et peuvent crier qu’elles (se)
meurent, mais je n’ai jamais vu quelqu’un faire des bonds sur la route en criant ‘’Je
suis libre !’’ Alors, si vous êtes vraiment un Matwalla, sortez sur la route et criez que
vous êtes libre !
ॐ
Mon ego est très fort. Pouvez-vous m’aider à le détruire ? Je veux expérimenter la
Liberté et je suis sans colère et sans peur.
1
C’est juste une question de compréhension, il faut un déclic. La Conscience absolue – ce que vous êtes – est
en dehors du temps. Elle englobe l’ego illusoire, le mental, l’univers ou l’Arbre de vie, l’évolution, l’espace, le
temps et la causalité. Le mental est le temps psychologique et il reporte toujours les résultats espérés dans un
futur imaginaire. Si vous sortez du mental et de son univers, de la mentalisation perpétuelle dans laquelle vous
êtes plongé, vous êtes libre, immédiatement (en tant que Conscience absolue, non duelle). Le tout est de ne
pas y retomber, ce qui est le cas, une fois que la compréhension est parfaite, c’est-à-dire pratiquement, quand
le discernement et le détachement portent leur fruit, pour ainsi dire, NDT.
4
Pouvez-vous me montrer votre ego pour que je puisse comparer ma force avec la
force de votre ego ? L’avez-vous déjà vu ?
Je l’ai juste senti.
Avez-vous déjà vu cette petite amie ? C’est une bonne amie. Laissez-la tester sa force
sur vous. Alors, vous prendrez la poudre d’escampette, parce qu’elle est aussi forte
qu’une éléphante ! Vous devez donc l’apprivoiser avec amour. Si vous l’apprivoisez
avec amour, elle ne vous causera pas de problème.
Si vous voulez quelque chose que vous n’obtenez pas, l’ego vous enquiquinera. Vous
devez avoir un ego dans la mesure où ‘’je veux être libre !’’ Que cet ego fleurisse.
C’est aussi l’ego qui veut cela. Désirez la Liberté, non pas demain, mais aujourd’hui,
non pas seulement aujourd’hui, mais maintenant même ! Alors, vous me montrerez
l’ego. S’il est fort, voici un désir puissant qu’il peut avoir : ‘’Je veux être libre !’’ Alors,
cette force vous aidera. C’est également l’ego. Vouloir quelque chose, c’est l’ego.
Alors, utilisez la force de votre ego pour désirer la Liberté. Aucun autre désir ne
devrait vous toucher, simultanément. Utilisez la force de l’ego en désirant la Liberté.
Dites-le, maintenant.
Je veux être libre.
Comme ceci, jour et nuit, répétez-vous que vous obtiendrez cette Liberté. Bouddha
l’a bien obtenue et donc, vous pouvez aussi l’obtenir. Répétez-vous ceci : ‘’C’était un
homme et je suis aussi un homme. S’il a pu l’obtenir, alors pourquoi pas moi ?’’
Asseyez-vous sous un arbre et ne vous levez pas avant d’être libre. C’est la décision
qu’il a prise.
L’indécision ne fonctionnera pas, alors, vous devez vous décider. Vous avez eu de
nombreuses vies et êtes passé par beaucoup d’espèces. Maintenant est le meilleur
moment. Votre décision est bonne. Vous êtes venu au satsang et il y a place pour
s’asseoir et être libre sans pratique, ni effort. Restez simplement tranquille, sans
aucune pensée. On ne donne ici aucune formation que vous devez suivre. Restez
simplement tranquille. Ne remuez pas la moindre pensée dans votre esprit.
Simplissime ! Vous êtes jeune, vous pouvez y arriver !2
Partout dans le monde,
Ceux qui désirent la Liberté sont rares,
Et ceux qui se consument pour la Liberté sont encore plus rares,
Et ceux qui se focalisent uniquement là-dessus sont encore plus rares,
2
En fait, c’est le Silence intérieur du Maître qui enseigne, en quelque sorte. C’est l’enseignement le plus pur et
le plus puissant, mais seuls les aspirants qui sont prêts sont en mesure d’y être réceptifs. Pour les autres, il faut
passer par les mots qui ne sont jamais la Vérité absolue, NDT.
5
Et ceux qui ne retournent pas aux plaisirs des sens sont encore plus rares,
Et ceux qui avancent sur le fil du rasoir sont encore plus rares3,
Et ceux qui ne chutent pas sont encore plus rares,
Et ceux qui réalisent le Soi sont particulièrement rares !
Focalisez-vous uniquement là-dessus, il est si précieux d’être ici !
Il vous a fallu une montagne de mérites pour vous conduire ici.
Ne les gaspillez pas. Evertuez-vous à réussir !
Quand ce désir d’unité est extrêmement fort, que ressentez-vous ? Si vous sautez
dans la rivière profonde en ne sachant pas nager, alors que se passe-t-il ?
Je vais me noyer !
Oui, quelques bulles apparaîtront à la surface, et puis elles éclateront. Ainsi, ceci se
produira, un jour ou l’autre, quand vous serez follement amoureux de votre Soi. Alors,
quand les bulles apparaîtront, est-ce que vous m’écrirez une lettre ? Vous ne
prendrez pas la plume ni le papier, parce qu’ils sont inutiles, quand vous sautez dans
le Soi Lui-même. Vous n’avez besoin de rien d’autre. Vous n’avez pas besoin de
communiquer quoi que ce soit à ceux qui sont encore sur la rive et qui n’ont pas
encore sauté.
Lorsque vous sautez, seule l’eau existe. Il n’y a pas d’air dans les profondeurs,
autrement l’ego pourrait encore vivre là, mais c’est très profond et là n’existe que
Cela, que le Soi, que l’Amour.
Ici, vous ne devez rien acquérir, mais vous devez tout donner à Celui que vous aimez !
Alors, tout disparaîtra. Si vous avez l’expérience réelle, rien ne vous troublera plus
jamais. Mais si quelque chose vous trouble dans votre esprit, alors vous ne pouvez
pas voir la Lumière. Ce trouble sera l’attachement à quelque chose que vous ne
pouvez pas oublier.
J’en ai assez de tous ces attachements et je voudrais me donner à l’Amour. Mon unique
désir est la Libération, maintenant. Maintenant, je veux obtenir Jivanmukti.
Ce désir est le moyen par lequel vous avez obtenu l’expérience que vous vivez
actuellement. Jivanmukti, la Libération durant cette vie, est tout ce que vous voulez.
Mukti, Moksha ou la Libération est de deux ordres. L’une a lieu lorsque vous êtes en
vie, Jivanmukti, et l’autre a lieu après la mort, Videhamukti. Celle-ci survient, si
quelqu’un n’y parvient pas de son vivant, elle se produit à sa mort. Mais ici, ce que
nous accomplissons, ce n’est ni Videhamukti, ni Jivanmukti. Ici, nous ne parlons que
3
A ce propos, le lecteur ou la lectrice pourra aussi se référer à l’excellent petit livret de Gangaji – une ancienne
disciple de Papaji – intitulé, ‘’La résolution de la Liberté’’, que vous pouvez consulter ou télécharger sur ce site,
NDT.
6
du présent, que d’une Libération instantanée, comme un café instantané ! Le Maître
vous offrira l’Illumination, comme un Nescafé !4
C’est le moment où vous devez être fort5 et près du Maître de sorte que, si un
problème se pose, vous pouvez lui demander conseil. Finissez-en ici, maintenant,
avant de partir.
ॐ
Je veux partager un poème soufi de Rumi :
‘’Viens, viens, qui que tu sois.
Vagabond, adorateur ou amoureux de la connaissance,
Cela n’a pas la moindre importance.
La nôtre n’est point la caravane de la désespérance.
Même si mille fois, tu as brisé ton vœu,
Viens, viens et rejoins-nous !’’
Papaji, sont-ce l’Amour et la Grâce qui immobilisent l’esprit sans aucun effort ? Dois-je
convertir toute ma volonté en aspiration ?
Vous devez tout convertir en aspiration.
Votre aspiration doit être tellement forte
Que vous en oubliiez qui aspire et ce à quoi il aspire.
Ceci doit être l’aspiration de celui qui recherche la Vérité.
Il doit oublier tout le reste.
C’est assez et cela n’arrive qu’en satsang.6
Donc, encore une fois, soyez fort.
Alors, vous saurez que ce à quoi vous aspiriez n’était que Vous (le Soi)
Et cette aspiration s’évanouira,
Lorsque vous embrasserez votre propre Soi.
Il me semble que si j’avais réellement le véritable désir d’être libre, je le serais.
4
En réalité, le Maître ne vous offre rien du tout, parce qu’il s’agit de l’état naturel de chacun. Le Maître
‘’favorise’’ ou ‘’précipite’’ seulement la Conscience de cet état naturel qui a toujours été là depuis toujours et
qui était seulement occulté par l’identification au corps et au mental. Mais comme Papaji le dit, pour que cette
Libération instantanée se produise, il ne peut plus rester aucun attachement intérieur, NDT.
5
De café, bien sûr !, NDT.
6
Personnellement, je trouve que les satsangs virtuels, filmés ou livresques sont aussi puissants et chacun
pourra trouver son compte dans ce qu’il préfère ou conformément aux opportunités dont il bénéficie. Il est vrai
que la rencontre avec un Maître, en chair et en os, est inoubliable et inestimable, mais l’aspirant n’est pas
nécessairement prêt pour que la Libération instantanée se produise alors, malgré toute sa bonne volonté, NDT.
7
Vous avez besoin du désir 100 % authentique d’être libre aujourd’hui, maintenant, et
sans autre désir ! N’ayez que le désir d’être libre et plus aucun autre désir mondain
ou matériel. Alors, ce désir sera immédiatement comblé.
Comment puis-je avoir ce véritable désir, maintenant ?
Maintenant est le moyen. Ayez maintenant ce désir authentique et dites-moi ce qui
arrive. Asseyez-vous pendant un moment avec l’esprit absolument vide. Alors, cet
esprit sera immédiatement illuminé. Ne pensez juste à rien à l’instant et vous verrez
que vous êtes libre. Après le satsang, asseyez-vous une seconde sans laisser votre
esprit aller quelque part et si tel était le cas, alors observez-le simplement comme un
témoin. Observez ses va-et-vient, comme vous observez votre inspiration et votre
expiration. Ne vous arrêtez pas. Continuez à observer régulièrement et quand il n’y a
plus de pensées, vous êtes libre.
ॐ
Je suis venu vous trouver pour mettre un terme à ma lutte pour être libre, parce que je
ne peux pas y arriver seul. La grandeur de votre Présence m’a déjà tellement aidé.
Vous êtes venu ici avec le puissant désir d’obtenir quelque chose que vous ne
pouviez pas obtenir seul. Permettez-moi de vous dire que vous ne pouvez qu’y arriver
seul et sans l’aide de qui que ce soit, car deux personnes ne peuvent pas avancer de
front sur le fil d’une lame de rasoir. C’est impossible.
Quand vous avancez sur la lame, vous devez être seul ―
tout seul. Vous ne pouvez pas regarder à gauche ou à
droite ou en arrière, car le fil de la lame est si acéré que
vous serez coupé en deux, si vous regardez ailleurs. Se
diriger vers la Liberté, ce n’est pas moins qu’avancer sur
le fil du rasoir : Vous ne pouvez pas emmener vos amis,
ni vos proches, ni ceux qui vous sont chers, vous devez
avancer seul, sans regarder nulle part. Si vous regardez,
vous vacillerez et vous n’arriverez jamais à destination.
Cela signifie que vous ne pouvez garder aucune pensée
dans votre esprit, puisque si c’est le cas, vous serez dans
le passé. Ne pensez à rien et ne faites rien. Gardez juste
la Liberté à l’esprit et rien d’autre. Alors, un seul aperçu
du Bien-Aimé effacera de votre esprit les ténèbres qui s’y
sont installées depuis des lustres. Soyez tellement
tranquille que vous oubliiez même le désir qui vous a
conduit ici pour obtenir la Liberté. Soyez tellement
8
tranquille, de sorte qu’il n’y ait plus aucun attachement – pas même à la quiétude.
Il n’y a pas d’attachement dans la Présence,
Parce qu’il n’y a pas de mental.
Le mental, c’est le passé, et il n’y a pas de passé dans la Présence. Le mental ne vous
conduira qu’au cimetière et donc, il n’y a que des morts qui vivent dans le mental.
Tout ce à quoi vous pensez est mort, alors ne touchez plus du tout au mental, si vous
voulez être libre. Ne permettez plus à ce vieil ami d’entrer et de venir vous troubler.
Restez simplement tranquille, ne faites aucun effort. Vous devriez vous en tenir
fermement à l’intériorisation et alors, vous ne verrez plus aucune autre attraction.
Ceci requiert tout votre sérieux. Si vous voulez rester là où vous ne serez pas troublé
par le monde extérieur, demeurez là où la paix est accessible. A l’extérieur, il n’y a
aucune paix.
Pourquoi y a-t-il tant de personnes qui viennent ici, qui restent ici et qui vous aiment,
mais qui n’obtiennent pas l’Illumination, alors que vous dites qu’il ne faut qu’une
seconde pour être libre ?
La réalisation du Soi ne prend qu’une seconde, mais cette seconde requiert un grand
effort pour écarter toutes les autres pensées de votre esprit. Vous devez tout
soustraire de cette seconde7 et ne permettre qu’à cette seconde de rester avec vous.
Durant cette seconde, tenez-vous sur la pointe des pieds et les poings serrés, criez :
‘’Je veux être libre à la seconde même !’’ Il est extrêmement rare d’avoir un désir de
Liberté aussi intense que même les dieux viendront vous saluer et vous ne pouvez
pas réussir avec un corps faible. Il faut un corps, un esprit et une intention très forts.8
7
Par rapport à cette objection, voici ce que déclarait Sathya Sai Baba : ’’Vous êtes venus, la plupart, pour
obtenir de moi, du clinquant et de la camelote, des petites guérisons et des promotions, des joies et du confort.
Très peu d’entre vous désirent obtenir de moi la chose que je suis venu donner, à savoir la LIBÉRATION ellemême ; et même parmi ces quelques rares personnes, celles qui adhèrent à la voie de la sadhana et qui
réussissent sont une poignée.’’ (Sathya Sai Speaks, Vol. II)
8
A cet égard, Ma Ananda Moyi disait dans ses enseignements : ‘’La vision de dieux ou de déesses apparaît
conformément aux dispositions que l’on a héritées (samskaras)’’ et ‘’Avoir la vision de quelqu’un ou l’entendre
s’adresser à vous peut très bien devenir une source d’autosatisfaction ou de plaisir égoïste. Il n’est pas
souhaitable de perdre le contrôle de soi-même. Celui qui cherche la Vérité ne doit pas se laisser dominer par
quoi que ce soit ; il doit surveiller attentivement tout phénomène qui peut se produire, rester pleinement
conscient, toujours en éveil, en fait rester totalement maître de soi. Une perte de conscience ou de maîtrise de
soi n’est jamais une bonne chose.’’ Et dans ‘’Le chant du Silence’’ de Chandra Swami, on peut lire : ‘’ Il eut des
visions du Christ, du Seigneur Rama pendant son exil en forêt, de Swami Ram Teerth, de Swami Vivekananda, de
Mère Durga chevauchant le lion, et du Seigneur Shiva. Il eut également la vision d’Hermès Trismégiste d’Egypte
(dont Swamiji put décrire l’étonnante coiffe, alors qu’il n’avait jamais vu de pharaon égyptien). Il eut des visions
de quelques êtres réalisés qui lui étaient totalement inconnus. Ces visions se produisaient spontanément, et
Swamiji ne médita jamais sur l’un ou l’autre de ces saints ou dieux pendant sa pratique. La nuit, il lui arrivait
souvent d’avoir la vision d’une lumière radieuse qui resplendissait dans sa chambre d’un éclat d’or. Cette vision
ne durait que quelques secondes. Plus tard, il dépassa tous ces plans, et les visions s’arrêtèrent. Elles furent
remplacées par une joie profonde qui ne fit qu’augmenter avec le temps. Sa conscience s’éleva vers des niveaux
9
Alors, cette seconde marchera. Vous devez y parvenir. Ne vous contentez pas de lire
le menu, mangez ! Triomphez du mental stupide ! Ce n’est pas le mental qui prend la
décision d’être libre. Lorsque vous réussissez, il n’y a plus de mental. Contrôlez l’esprit
et utilisez-le comme un serviteur, mais ici, vous n’avez pas besoin du mental pour
être libre.
Partage-pdf.webnode.fr
de plus en plus élevés. Il avait enfin réalisé l’Atman éternel et immuable comme étant sa nature essentielle et
son Etre véritable.’’
Voilà une bonne indication par rapport au degré de détermination, de discernement et de détachement qu’il
faut avoir à l’égard de tous les phénomènes, NDT.
10
Téléchargement
Explore flashcards