Telechargé par dounia_1991

Rein

publicité
Dr. BENNANI Dounia

PLAN:
Introduction
 Métabolisme
 Pathologie
 Exploration biologique
 Interprétation
 Recommandations
 Conseil biologique
 Conclusion

I- INTRODUCTION
 Le
rein :
 Système épurateur
 Contrôle des électrolytes sanguins, de la
tension artérielle et de l’équilibre acidobasique
 Pathologies
rénales : nombreuses et peuvent
engendrer le pronostic fonctionnel et vital
 Bilan biologique rénal : diagnostic, suivi de
l’évolution et du traitement
II- METABOLISME
 Rappel:
 Urée:






Molécule très hydrosoluble
Synthèse hépatique
Forme principale d’élimination des déchets
azotés du métabolisme protéique
L’urémie : un équilibre entre la production,
le volume de diffusion et l’excrétion
urinaire de l’urée
Utilisée pour évaluer la fonction rénale
Uréogenèse :
 Elimination


•
rénale :
Filtration complète par le glomérule
Réabsorption partielle au niveau du tubule
Plusieurs facteurs peuvent influencer
l’urémie  dosage de la créatinine sanguine
et urinaire pour mieux évaluer la fonction
rénale
 Créatinine:
 Substance
azotée non protéique, déchet
métabolique
 Synthétisée à partir de la créatine.
 Clairance de la créatinine : signification
séméiologique fondamentale lors de l'étude
d'une insuffisance rénale.
 Elimination
rénale
 Filtration glomérulaire sans réabsorption ni
excrétion tubulaire
 Clairance de créatinine : volume de la
filtration glomérulaire formée par seconde
 Clairance
= 2 ml/seconde pour 1,73 m2
de surface
III- PATHOLOGIE
- Un bilan rénal peut être indiqué dans
différentes situations pathologiques :
 Insuffisance rénale aigue ou chronique
 Lithiase rénale
 Uropathies
 Infections urinaires récidivantes
 Syndrome néphrotique
 Hypertension artérielle ou diabète
IV- EXPLORATION BIOLOGIQUE
1- Urée
o Etape préanalytique
 L’urée sanguine
- L’urée est très diffusible : même concentration dans le plasma et les
globules rouges.
- Le prélèvement est de préférence effectué à jeun, sur tube sec ou
anticoagulants.
- Le fluorure de sodium : à éviter car il inhibe l’uréase.
- Conservation du sérum ou plasma décanthé 1j à T° ambiante, 7j à
+4°C et 6mois à -20°C.
 L’urée urinaire
- Dosage sur des urines de 24H ou sur une miction, récupérées sur
antiseptique, conservées au frais.
- Vu que l’urée peut être consommée par d’éventuels germes à uréase,
la conservation des urines se fait à +4°C pendant 7jours et à -20°C
pendant 1mois.
o Techniques de dosage
 L’urée sanguine
- Principalement par des méthodes qui se basent sur l'action
préliminaire de l'uréase suivie de réactions auxiliaires différentes.
Techniques enzymatiques à l’uréase:
Uréase/glutamate déshydrogénase, mesure à 340 nm
Effectuée en cinétique ou en point final.
Urée + 2 H2O
2 NH4+ + CO3uréase

NH4++2-oxoglutarate+NADH;H+
NAD++Glutamate+H2O
glutamate déshydrogénase
 La diminution de l'absorbance est mesurée à 340 nm
 Réaction de Berthelot
 NH4+ produits par l'action de l'uréase + le salicylate et l'hypochlorite (milieu alcalin)
+ nitroprussiate  un indophénol de couleur verte.
 Techniques électrochimiques
 Mesure de la modification du pH du milieu réactionnel sous l'action de l'uréase.
 Techniques utilisant la réflectométrie
Le sérum est mis en contact avec l'uréase, et l’ammoniac produit diffuse à travers
une membrane semi-perméable dans la couche chromogène où elle réagit pour
former un complexe coloré dont l'intensité est mesurée par réflectométrie.
Techniques chimiques:
 La plus connue est celle qui utilise la diacétylmonoxime (DAM).
 L'urée réagit à chaud avec la DAM, en présence d'ions ferriques, pour former une
coloration rose qui peut être sensibilisée et stabilisée par des adjuvants tels que le
thiosemicarbazide.

Technique abandonnée

L’urée urinaire
Dosage par voie enzymatique
- Ammoniurie élevée : résultat pouvant être érroné
2- Créatinine
o
Etape préanalytique
 Sanguine
 Tube sec ou hépariné
 Eviter l’hémolyse
 Jeun doit être modéré
 Conservation : 7j à +4°C et plusieurs mois à -20°C
 Urinaire
 Urines de 24h, parfois sur urines de 3h
 Stabilité: 2 à 3 j à T° ambiante ou au moins 5 j à +4°C.
-

Clairance de la créatinine:
Noter poids et taille du patient.
Prélever le sang le matin à jeun.
Urines de 24 h ou sur 4 h.
Patient bien hydraté
Eviter thé, café et tout TTT le jour de l’épreuve
o
Techniques de dosage





I/ CREATININEMIE
A/ TECHNIQUES COLORIMETRIQUES: ++++
Réaction de Jaffé+++:
On opère directement pour les urines, et après défécation à l’acide
trichloracétique pour le plasma et le sérum.
Créatinine + Ac Picrique
complexe orangé
en milieu alcalin
Le chromogène de jaffé est photométrable à 510 nm.
Inconvénients:
-Sensibilité à la T°
-Non spécifique car nombreuses
interférences: corps cétoniques, glucose,
protéines, bilirubine, acide ascorbique,
céphalosporines…qu’il faut éliminer.
Modalités d’application de la réaction de
Jaffé:
-Mesure en point final avec ou sans
déproteinisation
-mesure de la cinétique de la réaction+++
A.1/ Techniques utilisant la réaction de Jaffé en point final:
 Technique en point final après déprotéinisation:
Ac trichloroacétique
Protéines
sériques
+
ou
Ac tungstique
Surnageant
Lecture au
spectro à 510nm
+ Ac picrique
ETAPE DE DEFECATION
REACTION DE JAFFE
Le manque de spécificité persiste malgré la déprotéinisation.
Technique avec acidification :
- pH alcalin : Réaction de Jaffé : DO  Créatinine et
interférents R1
- pH acide : Réaction de Jaffé : DO uniquement les
interférents R2
- Créatinine = R1-R2 : la différence de l’absorbance aux 2 pH est
proportionnelle à la créatinine

A.2/ La réaction de Jaffé en méthode
cinétique+++
 Rapide, automatisable, 2 mesures
(échantillon + picrate)
 1ère mesure à 20s DO1
 2ème mesure à 80s  DO2
 La différence de DO est proportionnelle à
la créatinine
 La créatinine réagit rapidement alors que
les interférents réagissent lentement
B/ Techniques enzymatiques:
-Technique utilisant une créatininase
-Technique utilisant une créatine désaminase
B.1/ Technique utilisant une créatininase
 Technique par transformation en créatine phosphate:
créatine kinase
Créatinine
Créatine
créatininase
ATP
Créatine-P + PEP
ADP
Phosphoenolpyruvate + ADP
Pyruvate + ATP
Pyruvate kinase
NADH,H+
LDH
NAD+
Lactate
La cinétique de disparition du NADH à 340 nm est proportionnelle à la quantité de
créatinine initiale présente
Inconvénient :
Manque de sensibilité dans la zone des valeurs physiologiques.
Technique
enzymatique par transformation en sarcosine:+++
Oxydase
Créatinine
Sarcosine + H2O2
Créatininase
H2O2 + Chromogène incolore
H2O+ Chromogène rouge
Utilisée en chimie sèche (plaques « vitras » de dosage
enzymatique de la créatinine).
la vitesse de coloration est mesurée en cinétique par réflectométrie.
La vitesse de réaction est proportionnelle à la [créatinine] présente dans le sérum.
Avantages:
-Lecture dans le visible
-Plus grande sensibilité
Inconvénients:
Interférence de substances réductrices (ac. Ascorbique, bilirubine…) : traiter le
sérum préalablement par l’ascorbate oxydase et la bilirubine oxydase.
B.2/Technique utilisant la créatinine
désaminase:
Créatinine
NH4+ +1 méthylhydantoine
Créatinine désaminase
- L’ion ammonium est dosé par technique
enzymatique.
-Inconvénients:
* Il faut doser préalablement le NH4+
endogène.
* Manque de reproductibilité qui limite l’usage
de cette technique en pratique
C/ Techniques chromatographiques:
-La créatinine est séparée par HPLC après
déprotéinisation.
-Son temps de rétention dépend du pH, de la force
ionique et du débit du tampon.
-La détection la plus répandue est une mesure de la DO
dans l’UV entre 200 et 260 nm.
-La surface du pic d’absorption est comparée à celle
d’une gamme aqueuse d’étalons de créatinine.
-Les résultats obtenus par HPLC sont de 15 à 30 %
inférieurs par rapport à ceux obtenus par réaction de
jaffé.
Avantage:
Technique très sensible
Inconvénients:
Technique coûteuse
Problème de standardisation
II/CLAIRANCE DE LA CREATININE
- Suppose la détermination de :

La créatinémie

La créatine urinaire

Diurèse de 24 h
Créatininurie
Clairance créatinine (ml/min)=
x Diurèse
Créatininémie
Chez le sujet normal = 120 +/- 20 ml/min
- Causes d’erreurs :

Recueil incomplet d’urines

Vessie non complètement vidée
La
formule la plus utilisée et la mieux validée est la
et Gault:
formule de Cockroft
140 – Age (années)
Clairance créatinine (ml/min)=
x Poids(kg) x F
Créatininémie (µmol/l)
F= 1,25 Chez l’homme et 1,08 chez la femme
3- ACIDE URIQUE
- Catabolite final des bases puriques chez l’homme
- Filtré au niveau glomérulaire
- Totalement réabsorbé au niveau tubulaire
- Sécrétion au niveau du TCD
-  de la concentration sérique dans l’IR
a- Etape pré analytique
•
Acide urique sanguin:
-
Tube hépariné ou tube sec
-
A jeun
-
Conservation de l’échantillon 24h à T° ambiante
•
Urinaire:
-
Recueil des urines sur 24h
- Neutralisation avec solution d’hydroxyde de K+
c- technique de dosage
-
Colorimétrique enzymatique : uricase
Ac urique + O2 + 2 H2O
allantoïne + CO2 + H2O2
uricase
- Réflectométrie : 670 nm
Téléchargement
Random flashcards
amour

4 Cartes mariam kasouh

Commune de paris

0 Cartes Edune

Ce que beaucoup devaient savoir

0 Cartes Jule EDOH

Le lapin

5 Cartes Christine Tourangeau

Créer des cartes mémoire