TP5 Corrige 2016

advertisement
Economie Politique : TP5 Corrigé
Note : Le coût marginal se caractérise toujours par une forme en U, mais pour simplifier les
comparaisons entre les situations de monopole et de concurrence parfaite, nous ne considérerons que
sa partie croissante dans les exercices suivants.
Exercice 1 : Perturbation d’équilibre en concurrence parfaite
a)
Dessinez à main levée les graphiques en valeurs totale, marginale et moyenne (en veillant à
respecter les points de correspondance cf. Exercice 2.c TP4))
b)
Considérez les chocs suivants:
1) Un accroissement des coûts fixes ;
2) Une diminution du prix de l'heure de travail ;
3) Une augmentation du rendement marginal du travail ;
4) Une augmentation du prix de vente du bien.
(Note : Veillez à bien relire le chapitre correspondant (et en particulier pp. 128-133) ! L’exercice
a déjà été réalisé au cours en valeurs marginale et moyenne. Cette partie DOIT donc être
assimilée)
c)
Pour chacun de ces chocs :
1) Quelle(s) est (sont) la (les) courbe(s) affectée(s) ? Pourquoi ?
2) Dessinez ce choc sur les graphes
3) Localisez l'équilibre de la firme et le profit maximum sur les graphes.
4) Quel est l’impact sur le niveau de production optimal ?
5) Comment le profit (en valeurs totale et moyenne) évolue-t-il ?
6) En considérant une courbe de demande inchangée, quel est l’impact des chocs 1) 2) et 3)
(supposons-les subis par toutes les firmes) sur le marché (lieu de rencontre entre l’offre et
la demande)?
1) Un accroissement des coûts fixes
Courbes affectées :
(1) Pas de modification de Cm et Rm.
(2) La courbe de CT se déplace parallèlement à elle-même vers le haut
puisque CT = CV + CF.
Niveau de production : La quantité qui maximise le profit de la firme
reste la même : Q * = Q ’
Le profit : Il a diminué (distance verticale ente RT et CT) mais il est à son
maximum au même endroit.
Il diminue parce que :
- En valeurs totales, l’écart entre RT et CT’ en q* est plus petit(ligne
verte) que l’écart entre RT et CT (ligne rouge).
- En valeurs marginales et moyennes, le nouveau profit à l’équilibre, le
rectangle (RM-CM’)x q*(vert), est plus petit
que le rectangle (RM-CM)x q* (base identique
mais hauteur différente - rouge).
Sur le marché : L’offre reste la même, car à
court terme, les variations du CF n’ont pas d’impact sur l’offre. (Courbe
d’offre = courbe de Cm dans sa partie croissante !). A une demande
inchangée, cela implique une quantité échangée et un prix identique.
1
2)
Diminution du prix de l’heure de travail
Courbes affectées :
(1) On sait que Cm = PL / RtmL
Si PL diminue, le Cm diminue en toute valeur de Q.
(2) Si PL diminue, la courbe de coût variable CV pivote vers le
bas (le CF reste identique).
La courbe de CT pivote aussi vers le bas et a donc une pente
moins élevée en tout point Q. Idem pour CM.
Niveau de production : Q* augmente. En effet, à l’ancien
équilibre, le nouveau Cm (pente de CT) est trop faible et ne
vaut plus Rm. Il faut donc que Q augmente pour rétablir
l’égalité Rm = Cm (et que la pente de CT = celle de RT).
Le profit : Il augmente car l’écart entre RT et CT (rouge) en q*
est plus petit que l’écart entre RT et CT’ en q’ (vert)
et/ou que le rectangle (RM-CM) x q* (rouge) est plus petit
que le rectangle (RM-CM’) x
q’ (vert).
Sur le marché : L’offre
individuelle (en tout P du
bien) est située plus à droite
(vu que cm diminue). La courbe d’offre s’est déplacée vers la droite.
A une demande inchangée, cela implique une quantité échangée
plus grande et un prix plus faible.
3) Une augmentation du rendement marginal du travail
Courbes affectées :
(1) Cm = PL/ RtmL
Si RtmL augmente, Cm diminue en toute valeur de Q. Ceci
correspond à un saut vers le bas de la courbe de Cm et un saut
vers la droite de la courbe d’offre
(2) Si RtmL augmente, la courbe de coût variable CV pivote vers le
bas (le CF reste identique).
La courbe de CT pivote aussi vers le bas et a donc une pente plus
faible en tout point Q. A l’ancien équilibre, le nouveau Cm (pente
de CT) est trop faible et ne vaut plus Rm.
Niveau de production :
Il faut donc que Q augmente pour rétablir l’égalité Rm = Cm (et
que la pente de RT= la pente de CT)
Le profit : Il augmente car l’écart entre
RT et CT en q* (rouge) est plus petit
que l’écart entre RT et CT’ en q’ (vert)
(et/ou que le rectangle (RM-CM) x q*
(rouge) est plus petit que le rectangle (RM’-CM’)x q’(vert)).
Sur le marché : L’offre individuelle (en tout P du bien) est située plus à
droite (vu que cm diminue). La courbe d’offre s’est déplacée vers la droite.
A une demande inchangée, cela implique une quantité échangée plus grande et un prix plus faible.
2
4) Une augmentation du prix de vente du bien
Courbes affectées :
(1) La Rm = P est située plus haut. On chemine sur la courbe de
Cm (= d’offre) pour trouver le nouvel équilibre à l’endroit où
Rm = Cm.
(2) La courbe de RT pivote vers le haut (à partir de l’origine). A
l’ancien équilibre, la nouvelle Rm (pente de RT) est plus élevée
que le Cm.
Niveau de production : Q augmente pour rétablir l’égalité Rm
= Cm (et que la pente de CT = celle de RT)
Le profit : Il augmente car l’écart entre RT et CT en q* (rouge)
est plus petit que l’écart entre RT’ et CT en q’ (vert) et/ou que
le rectangle (RM-CM) x q* (rouge) est plus petit que le
rectangle (RM’-CM) x q’ (vert).
Exercice 2 : Formulaire monopole
a) Complétez le formulaire page 2 : Cf. Syllabus p.136-138
b) Lors de la séance de TP, soyez capable d’expliquer oralement en quoi la recette marginale
en monopole diffère de celle en concurrence parfaite. Cf. Syllabus p.141-143
Exercice 3 : Le monopole
Le « Tram Experience » est un concept unique à Bruxelles. Il consiste à monter à bord d’un tram
aménagé en restaurant et d’y manger un menu gastronomique élaboré par de grands chefs tout en
circulant au sein de la ville pendant deux heures le soir.
Par son originalité et la qualité des plats servis dans le tram, les organisateurs du « Tram
Expérience » sont les seuls à offrir une telle expérience à leurs clients et détiennent ainsi le
monopole des « repas en tram » à Bruxelles.
Ces organisateurs doivent définir le nombre de services (c’est-à-dire le nombre de plats) qui seront
inclus dans le menu proposé aux clients.
La demande pour des services durant une telle expérience est donnée par l’équation suivante :
Qd= 21- P
Tandis que les coûts pour ces services sont donnés par la fonction de coûts suivante :
Q
CT
0
5
1
10
2
16
3
23
4
31
5
40
6
50
7
61
8
73
9
86
10
102
11
121
12
143
a) Déterminez (1) par un tableau et (2) par un graphique, le nombre de services qui seront
proposés dans un menu, leur prix à l’équilibre ainsi que le profit maximal. Justifiez votre
réponse.
(Note : Veillez à utiliser les deux formules vues pour la recette marginale et à arrondir vos
réponses à la première décimale pour le coût moyen).
3
(1) Tableau
Q
0
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
CT
5
10
16
23
31
40
50
61
73
86
102
121
143
CM
10
8
7.7
7.8
8
8.3
8.7
9.1
9.6
10.2
11
11.9
Cm
-
5
6
7
8
9
10
11
12
13
16
19
22
RT
0
20
38
54
68
80
90
98
104
108
110
110
108
RM =P
Rm (1)
21
20
(+20/+1)*=20
19
(+18/+1)*=18
18
(+24/+1)*=16
17
(+14/+1)*=14
16
(+12/+1)*=12
15
(+10/+1)*=10
14
(+8/+1)*=8
13
(+6/+1)*=6
12
(+4/+1)*=4
11
(+2/+1)*=2
10
(+0/+1)*=0
9
(-2/+1)*=-2
Rm(2)
=21+((-/-)*-)==20+((-1/+1)*0)=20
=19+((-1/+1)*1)=18
=18+((-1/+1)*2)=16
=17+((-1/+1)*3)=14
=16+((-1/+1)*4)=-12
=15+((-1/+1)*5)=10
=14+((-1/+1)*6)=8
=13+((-1/+1)*7)=6
=12+((-1/+1)*8)=4
=11+((-1/+1)*9)=2
=10+((-1/+1)*10)=0
=9+((-1/+1)*11)=-2
Profit
-5
10
22
31
37
40
40
37
31
22
8
-11
-35
L’équilibre du producteur est en Q*= 6 services servis par menu au prix P*=15 € (RM*=P*)
car le profit est maximal (40€) et Rm=Cm(=10).
(2) Graphique
b) Identifiez sur le graphique obtenu en a) l’équilibre de concurrence parfaite. (Nous
considérons que la firme, même seule, se comporte comme en concurrence).
Quelle différence y-a-t-il avec l’équilibre de monopole ?
4
En situation de concurrence parfaite, l’équilibre a lieu là où la demande est égale à l’offre, c’est-àdire sur ce graphique, là où RM (=P ; demande) est égale à la partie croissante du Cm (Offre) : En
Q*conc = entre 8 et 9 services et en P*conc=4€.
A l’équilibre, la quantité de services dans le menu est donc plus faible en monopole et le prix est
plus élevé qu’en concurrence parfaite. (On vend donc moins mais plus cher en monopole).
Exercice 4 : Macroéconomie
Soit une économie nationale où :
C= 4+0.7Y
I= 35
a) Déterminer l’équilibre initial : Où se trouve le PIB d’équilibre (Y) ? Comment cet équilibre est-il
défini : quelle est la condition d’équilibre?
L’équilibre se trouve en E.
Justification :
Il se trouve en E car (si on raisonne à P constant):
-
Si Y< intentions de dépense : Il y a une pression de la dépense, les entreprises vont s’ajuster
et Y va augmenter. En effet, elles vont essayer de satisfaire les intentions de dépense en
puisant dans les stocks à court terme et en augmentant la production à terme (Y augmente).
-
Si Y > intentions de dépense : Il y a une crise de la dépense, les entreprises vont s’ajuster et Y
va diminuer. En effet, elles vont vivre une augmentation non désirée des stocks à court
terme et pour y faire face, baisser la production à terme (Y diminue)
Si Y= intentions de dépense : Y reste à ce niveau : c’est l’équilibre
-
b) Déterminez cet équilibre mathématiquement
L’équilibre a lieu là où le revenu (le PIB noté Y) = les intentions de dépenses.
Dans notre cas, l’équilibre à donc lieu là où Y= C+I, c’est-à-dire :
Y= (4+0.7Y) + 35
0.3Y= 39
Y* = 130
5
c) Si I augmente de 5, quel sera l’impact sur le PIB ? Comment appelle-t-on cet effet ? Pourquoi ?
- L’impact : Y va augmenter davantage que l’investissement.
- Cet effet s’appelle l’effet multiplicateur car le choc sur l’investissement se multiplie pour
affecter plus sensiblement le PIB.
d) A partir d’une démonstration mathématique, trouvez la formule du multiplicateur de
l’investissement.
Raisonnement mathématique :
A l’équilibre, le PIB = les intentions de dépense, c’est-à-dire dans cet exercice :
Y=C+I
Donc
ΔY=ΔC + ΔI
ΔY=pmc*ΔY + ΔI (car ΔC/ΔY= pmc et donc ΔC= pmc* ΔY)
ΔY – pmc*ΔY = ΔI
ΔY * (1 - pmc) = ΔI
ΔY= [1 / (1 – pmc)] * ΔI
ΔY/ ΔI = [1 / (1 – pmc)] = Formule du multiplicateur d’investissement
e) Que vaut le multiplicateur de l’investissement et par conséquent, l’effet multiplicateur ainsi que
le nouveau PIB d’équilibre après ce choc ? (Arrondissez vos réponses à l’unité).
- Le multiplicateur d’investissement vaut donc : ΔY/ ΔI = [1 / (1 – 0.7)] = 3
- Etant donné que ΔI = 5 et que ΔY/ ΔI = 3
ΔY= 3* 5
ΔY= 15
Une augmentation des investissements de 5 fait donc augmenter le PIB de 15=Effet multiplicateur
- Le nouveau PIB à l’équilibre vaut à présent :
Y’= Y*+ ΔY
Y’=130+15
Y’=145
6
Téléchargement