D

publicité
261133F/n°2
20/04/04
D
O
17:15
S
Page 15
S
I
E
R
T
H
É
M
A
T
I
Q
U
E
Traitement hormonal substitutif (THS) après cancer
du sein : un état des lieux à l'aube du XXIe siècle
● Anne Lesur
S’
il est clair que les estrogènes sont capables,
expérimentalement, d’induire des cancers de
l’endomètre, il n’en va pas de même avec les
cancers du sein : en effet, on attend toujours l’augmentation
d’incidence du cancer du sein qu’auraient dû présenter les
femmes américaines traitées par Equigyne® seul et ayant développé des cancers de l’endomètre de façon endémique.
Cependant, depuis des décennies, le dogme des estrogènes
interdits dans les suites du cancer du sein persiste, particulièrement vivace dans l’esprit de certains cancérologues, aux prises
quotidiennement avec des cancers du sein soignés avec succès
par des armes antihormonales créant une déplétion optimisée
des estrogènes. La définition épidémiologique des femmes à
risque de cancer du sein, englobant les nullipares, les femmes
avec antécédents familiaux de cancer du sein ou ayant présenté
des lésions précancéreuses, celles présentant une ménopause
tardive, voire celles sous traitement hormonal substitutif au
long cours, peut faire planer un malaise sur tous les prescripteurs potentiels.
Paradoxal
Or il existe un paradoxe important : le cancer réagit aux antiestrogènes comme aux estrogènes à forte dose, et ce de façon
comparable. Y a-t-il un mécanisme d’action similaire entre le
tamoxifène “clomid like” et les estrogènes aux doses supraphysiologiques ? Par ailleurs, certains cancers sans atteinte
ganglionnaire, ne relevant pas d’un traitement adjuvant, avec
des récepteurs hormonaux positifs, resteront sous l’influence
d’estrogènes sécrétés par l’ovaire jusqu’à l’heure d’une ménopause parfois tardive, sans effet délétère évident.
Vous avez dit “ménopausée”...
Le statut hormonal “ménopausée” ou “non ménopausée” en
vertu duquel les choix thérapeutiques s’orientent, de simple
qu’il était, devient complexe à définir. Comment qualifier une
femme sous traitement hormonal substitutif depuis sa ménopause,
n’ayant jamais eu d’arrêt des règles ni d’absence d’imprégnation
hormonale : “ménopausée” ou “non ménopausée” ? Une femme
en aménorrhée après la chimiothérapie voyant ses cycles
reprendre devra-t-elle subir une castration radiothérapique, des
injections d’analogues pour poursuivre l’ovariopause ou, au
contraire, pourra-t-elle rester réglée, souvent irrégulièrement ?
Certains ajouteront même des progestatifs, voire, pour d’autres,
La Lettre du Sénologue - n° 2 - octobre 1998
du tamoxifène. Enfin, que faire après deux ou trois ans d’analogues à valeur d’ovariopause, à titre d’hormonothérapie privative
dans le cadre du traitement du cancer du sein de certaines
femmes jeunes ? La réponse nous parviendra d’ici quelques
mois, avec les résultats d’un certain nombre d’essais thérapeutiques. Cependant, les méta-analyses sur la castration ont
démontré son efficacité, mais il n’y a pas de laboratoire pour
vendre la castration radiothérapique ou chirurgicale ni en faire la
promotion. Peut-être les résultats des essais avec les analogues
de la LH-RH inverseront-ils la tendance...
THS après cancer du sein...
Il n’est pas utile de rappeler ici les arguments classiques de la
grossesse survenant après cancer du sein (encore qu’il soit
contestable de résumer les phénomènes hormonaux et immunologiques de la grossesse à la simple inflation des estrogènes), ou ceux des études d’observation de patientes sous
traitement hormonal substitutif après cancer du sein, dont certains voudraient évoquer un pronostic peut-être meilleur dans
le groupe traité par les estrogènes. Même si les méthodologies
sont critiquables, même si les reculs sont insuffisants, en raison de l’évolutivité extraordinairement longue des cancers du
sein, personne ne fait état, dans la littérature, d’une évolution
suffisamment péjorative pour être signalée chez ces femmes
extrêmement surveillées. Il faut tout de même reconnaître que
les femmes mises sous THS après un cancer du sein traité ont
en général un pronostic favorable et que le nombre d’événements attendus en termes de cancérologie est faible, d’où
l’importance d’un recul très long.
Généralisation du traitement de la ménopause ?
Les traitements hormonaux ont le vent en poupe et deviennent
la “pilule anti-âge” de la femme ; cependant, 16 % seulement
de la population ménopausée française y a recours. Les
femmes françaises vieillissent pour l’instant mieux que les
hommes, plus longtemps, et le plus souvent avec une excellente
autonomie. Il est admis à présent que seule la durée en décennies de ce traitement hormonal est garante d’un effet favorable, à terme, sur la mortalité cardiovasculaire et la morbidité
ostéoporotique. Or, faut-il le rappeler, beaucoup de femmes
n’ont pas de troubles de la ménopause, n’ont pas de pathologie
cardiovasculaire et n’ont jamais présenté de fracture. Elles ne
décrivent aucune doléance, même à travers les questionnaires,
très en vogue, de qualité de vie.
15
261133F/n°2
20/04/04
D
O
17:15
S
Page 16
S
I
E
R
T
De même, beaucoup de femmes traitées pour cancer du sein
n’ont pas de demande expresse et leur qualité de vie, à travers ces
mêmes questionnaires, se révèle satisfaisante. Il est souvent fait
état de doléances différentes exprimées par la patiente en fonction de l’interlocuteur, gynécologue ou cancérologue. Lorsque le
cancérologue est également le gynécologue, les doléances sont
probablement recueillies de façon plus exhaustive, mais elles restent éminemment variables d’une femme à une autre. Or, actuellement, la majorité des femmes traitées ont peur des hormones,
surtout quand elles ont été traitées il y a dix ans par ovariolyse et
estiment, peut-être à juste titre, qu’elles doivent à ce traitement
d’être là aujourd’hui pour en parler. Certes, il existe une différence
entre une femme en cours de traitement et une femme à distance
de sa maladie initiale. Cependant, qui peut raisonnablement dire
à une patiente atteinte de cancer du sein qu’elle est définitivement guérie, et après quel délai peut-on espérer n’avoir ni récidive ni évolution ? Ne dit-on pas que les patientes atteintes
d’un cancer du sein ont un risque controlatéral majoré ? N’a-ton pas démontré que l’adjonction d’anti-estrogènes, même tardivement, améliorait la survie du groupe traité ?
La question vaut-elle alors d’être posée ? Pendant longtemps,
les cancérologues ont répondu par la négative, considérant
qu’il n’était pas dans leurs attributions de s’intéresser à des
prescriptions non cancérologiques. Dans le cadre de la prise en
compte de la qualité de vie, de l’évolution des idées et du
nombre croissant de petits cancers de bon pronostic chez des
femmes jeunes ayant souvent reçu des chimiothérapies induisant des aménorrhées, la question a fait son chemin, et nombre
de médecins se disent séduits par l’idée d’une réintroduction
hormonale prudente et mesurée.
La femme de demain...
Les idées ont déjà évolué, et le profil hormonal et psychologique des femmes arrivant à la cinquantaine s’est modifié : la
majorité des femmes de 40 ans ont pris la pilule pendant 15 à
20 ans et sont décidées à prendre un THS pendant la même
durée. Au sein d’une population de même âge, dont le taux de
traitement atteindra peut-être 30 à 40 %, les femmes privées de
THS en ressentiront plus vivement l’interdiction. La proportion de femmes mises en aménorrhée à la suite de traitements
augmente, on l’a vu. Beaucoup de femmes verront survenir
leur cancer alors qu’elles sont sous THS, et si, à l’heure actuelle,
la plupart d’entre elles ne sont pas loin de penser que leur
maladie est due “aux hormones” (probablement parce qu’un
certain nombre de médecins le pensent, même à voix basse), il
est possible que, l’évolution se faisant, la peur des hormones
s’atténue. Il n’en reste pas moins vrai que toute femme chez
qui la prescription d’estrogènes a donné lieu à des mastodynies
ou à des modifications sensibles des seins ressent une certaine
réticence, même si mastodynie n’a jamais été synonyme de
cancer.
Propositions...
Alors, que faire ? Personne n’accepte l’idée de faire fi de la
contre-indication légale et de déverser la “potion magique”
sans retenue. Tous aimeraient une méthodologie rigoureuse et,
16
H
É
M
A
T
I
Q
U
E
depuis des années, tous les articles, toutes les conférences sur
ce sujet se concluent par la nécessité d’un essai randomisé.
Des essais randomisés avec des bras proposant autre chose
qu’un placebo sont en cours d’élaboration, qui pourraient être
THS contre tamoxifène ou THS + tamoxifène contre tamoxifène
seul (ECOG). Ces essais, pour compliquée que soit la juxtaposition de deux molécules telles que le tamoxifène et le THS,
auraient le grand mérite de fournir enfin une réponse à la question. L’étude cas-témoins et le relevé des cas sont des attitudes
qui ont le mérite de faire un enregistrement méticuleux des
patientes, de les suivre, mais qui sont sans valeur aux yeux des
statisticiens, ce d’autant que les femmes “demandeuses” sont
différentes des autres, ce qui induit un biais préjudiciable. Certains répondent ponctuellement à la demande après cinq ans
d’observation pour des problèmes médicaux, comme les problèmes rhumatologiques ; d’autres accèdent à la demande des
patientes dans un délai de deux à trois ans, sans restriction particulière ; enfin, certains voudraient ne proposer le traitement
qu’après sept ans, dans le cadre d’un protocole fédératif.
Les partisans du tamoxifène ou du raloxifène évoquent la possibilité d’utiliser ces molécules dans cette indication. Certes,
ces molécules ne résolvent pas les troubles climatériques, et
peuvent induire, comme on l’a vu dans l’étude du NCI, des
troubles secondaires à type de pathologies endométriales ou
thromboemboliques (précédemment développées par B. Cutuli),
mais elles agissent sur la survie globale (ce qui est un élément
majeur, eu égard à la population considérée) ainsi que sur les
pathologies cardiovasculaires et osseuses.
Cent ans après la première castration par Beatson, et à l’aube
du XXIe siècle, ce grand débat sur les estrogènes n’a rien perdu
de son actualité. L’avenir saura-t-il nous offrir la molécule
idéale traitant la ménopause et protégeant du cancer du sein ? ■
P
O U R
E N
S A V O I R
P L U S
. . .
1. Bluming A.Z., Waisman G.M., Dosik G.A., Olsen G.A., McAndrew P., Decker
R.W., Rosenbloom B.E., Terpenning M., Klein J.H., Van Scoy Mosher M., Green
L.M., Greene G.E., Wile A.G., Schain W. Hormone replacement therapy in
women with previously treated primary breast cancer. Update IV. Proc ASCO
1998 ; 17 : 130a.
2. Campagnoli C., Biglia N., Lesca L., Sandri A., Peris C., Altare F. Risque de
cancer du sein : diverses formes d’hormonothérapie substitutive induisant des
effets différents sur d’éventuels paramètres biologiques importants. Reprod
Hum Horm 1994 ; 7 (4) : 157-63.
3. Carpenter J.S., Andrykowski M.A., Cordova M., Cunningham L., Studts J.,
McGrath P., Kenady D., Sloan D., Munn R. Hot flashes in postmenopausal
women treated for breast carcinoma. Prevalence, severity, correlates,
management and relation to quality of life. Cancer 1998 ; 82 (9) : 1682-91.
4. Cobleigh M.A., Berris R.F., Bush T., Davidson E., Robert N.J., Sparano J.A.,
Tormey D.C., Wood W.C. L’estrogénothérapie substitutive après un cancer du
sein. L’heure du changement a sonné. JAMA 1994 ; 57 (6) : 33-44.
5. Collaborative Group on Hormonal Factors in Breast Cancer. Breast cancer
and hormone replacement therapy : collaborative reanalysis of data from
51 epidemiological studies of 52 705 women with breast cancer and
108 411 women without breast cancer. Lancet 1997 ; 350 : 1047-59.
6. Couzi R.J., Helzlsouer K.J., Fetting J.H. Prevalence of menopausal
symptoms among women with a history of breast cancer and attitudes toward
estrogen replacement therapy. J Clin Oncol 1995 ; 13 : 2737-44.
7. Dargent D. Les antécédents de cancer du sein invasif. Compte rendu des
XVes Journées Nationales de la Société Française de Sénologie et de Pathologie
Mammaire 1993 ; 283-8.
La Lettre du Sénologue - n° 2 - octobre 1998
261133F/n°2
20/04/04
17:15
Page 17
8.
Delmas P.D., Bjarnason N.H., Mitlak B.H. et coll. Effects of raloxifene on
bone mineral density, serum cholesterol concentrations and uterine
endometrium in postmenopausal women. N Engl J Med 1997 ; 337 : 1641-7.
9. Delozier T., Switsers O., Génot J.Y., Olivier J.M. Tamoxifène adjuvant
retardé dans le cancer du sein curable. Résultat d’un essai coopératif
randomisé. Bull Cancer 1997 ; 84 (1) : 25-30.
10. Disaia P.J. Estrogen replacement therapy for the breast cancer survivor : a
reappraisal. J Surg Oncol 1997 ; 64 : 175-80.
11. Dhodapkar M.V., Ingle J.N., Ahmann D.L. Estrogen replacement therapy
withdrawal and regression of metastatic breast cancer. Cancer 1995 ; 75 : 43-6.
12. Early Breast Cancer Trialists’ Collaborative Group. Ovarian ablation in early
breast cancer : overview of the randomised trials. Lancet 1996 ; 348 : 1189-95.
13. Early Breast Cancer Trialists’ Collaborative Group. Tamoxifen for early
breast cancer. An overview of the randomised trials. Lancet 1998 ; 351 : 1451-67.
14. Eden J.A., Bush T., Nand S., Wren B.G. A case-control study of combined
continuous estrogen-progestin replacement therapy among women with a
personal history of breast cancer. Menopause 1995 ; 2 : 67-72.
15. Espié M. Traitement hormonal substitutif de la ménopause après cancer du
sein. Où en est-on ? La Lettre du Cancérologue 1997 ; VI (5) : 202-4.
16. Grodstein F., Meir Sc D., Qtampfer J., Colditz G.A., Wilett W.C., Manson
J.E., Joffe M., Rosner B., Fuschs C., Hankinson S.E., Hunter D.J., Hennekens
C.H., Speizer F.E. Postmenopausal hormone therapy and mortality. N Engl J
Med 1997 ; 336 : 1769-77.
17. Holmberg L. Hormonal replacement therapy for women with a personal
history of breast cancer ? Ann Oncol 1996 ; 7 : 655-6.
18. Lê M.G. Traitement hormonal substitutif de la ménopause et risque de
cancer du sein. J Gynecol Obstet Biol 1996 ; 25 : 684-7.
19. Le Floch J.P., Colau J.C., Zartarian M., Gelas B. Rédaction d’un
questionnaire d’évaluation de la qualité de vie en ménopause. Contracept Fertil
Sex 1996 ; 24 : 238-45.
20. Lesur A., Marchal C., Luporsi E., Verhaeghe J.L. Résultats des essais
historiques de castration. Étude des méta-analyses. Compte rendu des XVes
Journées Nationales de la Société Française de Sénologie et de Pathologie
Mammaire 1997 ; 595-613.
La Lettre du Sénologue - n° 2 - octobre 1998
21.
Love R.R. Hormone treatment in women with excellent prognosis breast
cancer. Oncol 1990 ; 4 : 59-60.
22. Piana L., Bonnier P., Audrin O. Traitement hormonal substitutif après
cancer in situ du sein ? XVes Journées Nationales de la Société Française de
Sénologie et de Pathologie mammaire 1993 ; 275-82.
23. Pons J.Y. Vraies et fausses contre-indications mammaires au traitement
hormonal substitutif de la ménopause. Sénologie hormonale, Zeneca Pharma
Oncologie 1998 ; 81-5.
24. Powles T.S., Hickish H.T., Casey S., O’Brien M. Hormone replacement
therapy after breast cancer. Lancet 1993 ; 342 : 60-1.
25. Pritchard K.I., Sawka C.A. Menopausal estrogen replacement therapy in
women with breast cancer. Cancer 1995 ; 75 (1) : 1–3.
26. Ragaz J., Goldman A. Survival impact of adjuvant tamoxifen on competing
causes of mortality in breast cancer survivors, with analysis of mortality from
contralateral breast cancer, cardiovascular events, endometrial cancer, and
thromboembolic episodes. J Clin Oncol 1998 ; 16 (6) : 2018-24.
27. Rochefort H. Régulations hormonales des cancers du sein des lignées
cellulaires aux malades. Presse Med 1994 ; 23 (26) : 1211-5.
28. Roy J.A., Sawka C.A., Pritchard K.I. Hormone replacement therapy in
women with breast cancer : do the risks outweigh the benefits ? J Clin Oncol
1996 ; 14 (3) : 997-1006.
29. Sands R., Boshoff C., Jones A., Studd J. Current opinion : hormone
replacement therapy after a diagnosis of breast cancer. Menopause. The
Journal of the North American Menopause Society 1995 ; 2 (2) : 73-80.
30. This P. Traitement hormonal substitutif de la ménopause chez une femme
antérieurement traitée pour un cancer du sein. Presse Med 1996 ; 25 : 141-4.
31. Vassilopoulou-Sellin R., Lein M.J. Estrogen replacement therapy after
treatment for localized breast carcinoma : patient responses and opinions.
Cancer 1996 ; 78 : 1043-8.
32. Vassilopoulou-Sellin R., Thériault R.L., Klein M.J. Estrogen replacement
therapy in women with a prior diagnosis and treatment for breast cancer.
Gynecol Oncol 1997 ; 65 : 89-95.
17
Téléchargement
Explore flashcards