UNIVERSITÉ OUVERTE 2013-‐2014 Du neurone au cerveau: Une

publicité
UNIVERSITÉ OUVERTE 2013-­‐2014 Du neurone au cerveau: Une promenade dans la complexité du système nerveux Jean-­‐Pierre Henry Laboratoire [email protected]ère et Systèmes Complexes, Université Paris Diderot hNp://www.msc.univ-­‐paris-­‐diderot.fr/
~henry/ jean-­‐[email protected]­‐paris-­‐diderot.fr Cours 4 Les réseaux de neurones: Comment ils fabriquent des propriétés nouvelles, la mémoire cellulaire Jeudi 28 novembre 2013 Résumé des cours précédents (1) •  Le [email protected] du cerveau implique la [email protected] d’[email protected] entre un grand nombre de cellules (neurones) •  L’[email protected] est d’abord électrique, sous la forme d’une vague de [email protected] circulant depuis l’extrémité [email protected] jusqu’à la terminaison [email protected] (poten)el d’ac)on), à l’intérieur du neurone •  Le passage de l’[email protected] d’une cellule à l’autre est assuré par la libé[email protected] de molécules (neurotransme1eurs), à travers l’espace [email protected] •  La libé[email protected] du neurotransmeNeur (Exocytose) est déclenchée par une [email protected] du Ca2+ dans la terminaison induite par l’arrivée du [email protected] d’[email protected] Résumé des cours précédents (2) •  Le neurotransmeNeur libéré se fixe sur des récepteurs présents sur le neurone cible •  Certains récepteurs sont des canaux que la liaison du neurotransmeNeur ouvre (récepteurs ionotropes) •  CeNe ouverture modifie le [email protected] de repos du neurone, déclenchant un [email protected] d’[email protected] (neurone excitateur) ou verrouillant sa genèse (n. inhibiteur) •  D’autres agissent sur le métabolisme cellulaire (récepteurs métabotropes) par l’intermédiaire de protéines de [email protected] (protéines G) •  Dans ce cas, les effets sont divers: modifi[email protected] de l’[email protected]é de protéines, démarrage du programme géné@que) Comment les neurones travaillent ensemble •  Comment une « mémoire » peut apparaître chez un invertébré •  Et chez nous! •  Le cerveau vu comme un réseau de neurones Comment les neurones travaillent ensemble •  Comment une « mémoire » peut apparaître chez un invertébré •  Et chez nous! •  Le cerveau vu comme un réseau de neurones Comprendre un réseau de neurones •  D’abord définir « une [email protected] » ou « un comportement » •  Définir les neurones impliqués (anatomie) •  Déterminer les signaux portés par ces neurones et comment ils circulent dans le réseau •  Analyser les éléments cellulaires et [email protected] impliqués dans le [email protected] de ces neurones •  Relier ces [email protected] à la [email protected] in vivo •  Est-­‐ce possible? Eric Kandel (Prix Nobel 2000): Les neurones et l’[email protected] chez l’Aplysie •  Kandel, [email protected] psychanalyste, suit le conseil: • “If you want to understand the brain you’re going to have to take a [email protected] approach, one cell at a @me.” •  Il a étudié l’[email protected] chez l’Aplysie, gastéropode marin Son hypothèse de base La « mémoire » est un renforcement de circuits synap)ques au niveau des synapses hNp://www.nobelprize.org/nobel_prizes/
medicine/laureates/2000/kandel-­‐lecture.html A la recherche de la mémoire: une nouvelle théorie de l’esprit, Odile Jacob éditeur Le réflexe de « ré[email protected] des branchies » L’[email protected] •  Quand le siphon est touché, le bord des branchies se déplace •  Si l’expérience est répétée, l’animal s’habitue et la ré[email protected] devient limitée (habitua)on) •  Si on associe avec ce reflexe, un choc fort sur la queue, on récupère un reflexe fort •  Après [email protected] (Sensibilisa)on), l’effet est vu même sans toucher la queue •  C ’est un reflexe [email protected] Le réflexe de « ré[email protected] des branchies » La mémoire •  La réponse observée après un choc se [email protected] pendant une durée d’environ une heure •  Si le [email protected] est répété sous forme de trains de [email protected]@ons électriques, la réponse se [email protected] au delà d’une semaine! Définir les neurones impliqués (1) un système favorable Ganglion abdominal: contrôle du comportement étudié •  Ce travail (de béné[email protected]) a été possible car l’aplysie n’a pas de cerveau et un nombre limité de neurones (20 000) •  Les neurones sont organisés en ganglions •  Ils sont de grande taille et de couleurs variables •  Ils sont [email protected]fiables individuellement Définir les neurones impliqués (2) Repérage du circuit •  A l’aide d’électrodes intracellulaires, le neurone sensoriel (sur le siphon) a été [email protected]fié (neurone à glutamate) •  Puis, le neurone moteur (cholinergique), innervant les branchies •  L’[email protected] du motoneurone contracte les branchies, celle du neurone sensoriel donne un [email protected] d’[email protected] et [email protected] le motoneurone •  Une [email protected]@on répétée donne des trains de [email protected] Déterminer les signaux portés par ces neurones et comment ils circulent dans le réseau (1) •  Le réseau comporte un neurone sensoriel [email protected] (glutamate) le neurone moteur soit directement soit à travers un interneurone •  Le choc passe par un neurone modulateur à sérotonine qui renforce le circuit Déterminer les signaux portés par ces neurones et comment ils circulent dans le réseau (2) •  Le [email protected] d’[email protected] du neurone sensoriel induit sur le neurone moteur une réponse qui diminue avec le temps ([email protected]) •  Un choc sur la queue rétablit une réponse forte •  Correspondance avec la réponse comportementale Analyser les éléments cellulaires et [email protected] impliqués dans le [email protected] de ces neurones •  Kandel va s’efforcer de déchiffrer les effets métabotropes du neurone à sérotonine qui expliquent la [email protected] •  Il va appliquer la sérotonine sur le neurone sensoriel •  Il va injecter du cAMP ou de la kinase (enzyme de [email protected]) dans le neurone sensoriel •  Tous ces traitements « sensibilisent » ce neurone, qui produit des effets plus marqués sur le neurone moteur Résumé des mécanismes de [email protected] à court terme [email protected] à long terme Étude sur des cultures de neurones (1) •  Images d’une culture contenant un neurone sensoriel et un moteur •  À gauche : culture contrôle; à droite, 5 [email protected] de sérotonine, puis [email protected] 24 h •  Encadré: réponse électrique du neurone moteur après [email protected]@on du neurone sensoriel: la [email protected] est là •  Le marquage fluorescent du neurone moteur montre des modifi[email protected] structurales (flèches): développement des synapses (le neurone sensoriel n’est pas marqué) (Bailey et al (1992) Neuron,9, 749) [email protected] à long terme Étude sur des cultures de neurones (2) •  Le renforcement de la synapse implique d’abord un meilleur [email protected]: [email protected] de vésicules •  Dans un second temps, modifi[email protected] structurales: [email protected] de nouvelles synapses •  CeNe dernière étape requiert une synthèse de protéines et l’[email protected]@on de gènes (Bailey et al (2008) Prog Brain Res, 169, 179) La « mémoire » de l’aplysie •  Les travaux de Kandel montrent qu’un comportement impliquant [email protected] et mémoire est déchiffrable en termes de neurones •  L’élément clé est la synapse et l’[email protected] apparaît comme un renforcement d’une synapse •  Ce renforcement est dû à un dialogue entre la synapse et les gènes •  La mémoire à long terme implique une [email protected] dans les gènes •  Ces mécanismes sont-­‐ils généralisables aux vertébrés ? Comment les neurones travaillent ensemble •  Comment une « mémoire » peut apparaître chez un invertébré •  Et chez nous! •  Le cerveau vu comme un réseau de neurones [email protected] générale du cerveau Comment s’y retrouver ? Le cerveau est l’extrémité d’un tube! (1) •  Au cours de la [email protected], le système nerveux apparaît comme un tube dont l’extrémité antérieure va se différencier pour former le cerveau •  À gauche, vue latérale; à droite, vue de dessus •  À ce stade, la [email protected] creuse est bien visible •  Des structures se forment par [email protected] et repliement Le cerveau est l’extrémité d’un tube! (2) •  À un stade ultérieur, on voit apparaître des structures paires (vésicules [email protected], qui vont donner la ré@ne; télencéphale) •  La [email protected] rouge va donner le tronc cérébral et le cervelet •  La [email protected] verte (mésencéphale) le raphé, la substance noire •  Le diencéphale, le thalamus, organe pair •  Le télencéphale, les hémisphères cérébraux, qui vont tout recouvrir Le cerveau est l’extrémité d’un tube! (3) •  À la fin du second trimestre, la forme générale est acquise •  Remarquez la scissure latérale (scissure de Sylvius) et le sillon (sulcus) central qui définiront les aires cérébrales •  En coupe, il ne subsiste de la lumière du tube que les ventricules •  Sur la coupe, le thalamus (diencéphale) est visible •  La couleur plus claire correspond à la « substance blanche » Ré[email protected] du cerveau adulte (1) •  Le cerveau (1,3 à 1,4 kg) montre un grand développement des hémisphères cérébraux) •  Certains détails morphologiques [email protected] permeNent d’[email protected]fier des régions: Scissure de Sylvius, sillon central (scissure de Rolando), sillon pariéto-­‐occipital) Ré[email protected] du cerveau adulte (2) •  On [email protected], en avant, cortex frontal (bleu), limité en arrière, par le sillon central et en dessous, par la scissure de Sylvius •  En arrière du sillon central et au dessus de la scissure, les cortex pariétaux (orange) •  En dessous de la scissure de Sylvius, les cortex temporaux •  Derrière le sillon pariéto-­‐
occipital, le cortex occipital Ré[email protected] du cerveau adulte (3) •  Coupe du cerveau selon le plan B: les structures vues [email protected] aux hémisphères (sauf le thalamus) •  On [email protected] la [email protected]ère grise extérieure et la blanche, interne •  Remarquons l’Hippocampe, [email protected] ventrale du cortex temporal Un autre exemple de « mémoire » la [email protected]@on à Long Terme (LTP) (1) •  L’hippocampe est une structure cérébrale impliquée dans la mémoire •  Dans un test, on met des rats dans une piscine; il y a des ilots où ils ont pied •  Ils apprennent rapidement à trouver ces ilots •  Si l’hippocampe est lésé, ils n’apprennent plus! LTP (2) Les circuits neuronaux de l’hippocampe de rat •  L’[email protected] neuronale est bien définie; la morphologie des neurones permet des repérages •  On effectue des coupes de @ssus qui gardent les neurones [email protected]: les réseaux sont analysés in vitro •  On étudie les synapses entre les neurones pyramidaux de l’aire CA3 et ceux de l’aire CA1 •  Ces synapses sont ionotropes glutamate LTP (3): les circuits neuronaux •  On peut [email protected] le neurone 1 ou le 2 qui tous deux contactent la même cible •  Une [email protected]@on unique produit une dé[email protected] de la cible, [email protected] pour les 2 neurones •  Si on envoie un train de [email protected]@ons (10/s pendant 15s, tétanus) dans un des neurones, la [email protected]@on unique suivante produit un effet plus important (poten)a)on), uniquement dans le neurone qui a été tétanisé (Lomo et Bliss, 1973) LTP (4): Durée de la [email protected]@on •  La durée de l’effet de [email protected]@on après la [email protected]@on tétanique est longue •  Dans le protocole indiquée, elle est supérieure à une heure •  Dans certains cas, elle dépasse une année •  Ce phénomène est la LTP, Poten)a)on à Long Terme •  Il n’est pas spécifique de ceNe paire de neurones; on le trouve dans d’autres structures cérébrales Pourquoi la LTP est-­‐elle un modèle de stockage de l’[email protected] ? (1) •  Si on excite par un [email protected] unique (pas de LTP) et si simultanément, on dépolarise électriquement le neurone cible, on observe une LTP •  On observe un renforcement ([email protected]) si il y a « coïncidence » temporelle entre les deux effets (fenêtre de ≈ 100 ms) •  Ce n’est pas une [email protected] simple car l’effet a une durée longue Le modèle de Hebb (1949) une hypothèse sur la [email protected] [email protected] •  Au cours du développement (cours 1), si des neurones déchargent de manière synchrone sur une même cible, les synapses sont renforcées •  Si les signaux ne tombent pas ensemble, la synapse dégénère •  Ce modèle est très souvent cité pour expliquer le développement mais aussi la mémoire et l’[email protected] Pourquoi la LTP est-­‐elle un modèle de stockage de l’[email protected] ? (2) •  Spécificité: si on [email protected] la synapse du chemin 1, la synapse du chemin 2 n’est pas [email protected]ée •  Le neurone cible enregistre séparément les [email protected] 1 et 2 Pourquoi la LTP est-­‐elle un modèle de stockage de l’[email protected] ? (3) •  Associa)vité: en revanche, si pendant une forte [email protected]@on du chemin 1 (donnant une LTP), le chemin 2 est faiblement [email protected]é, alors les deux synapses montrent une LTP •  Madeleine de Proust Mécanisme moléculaire de la [email protected]@on à Long Terme •  A la base, il y a une différence entre les deux types de récepteurs ionotropes du glutamate •  En présence de glutamate, le type NMDA perméable au Na+ et Ca2+ est bouché par Mg2+; seuls le type AMPA est [email protected] •  Si la terminaison est dépolarisée, les ions Mg2+ sont chassés et le type NMDA devient [email protected] Mécanisme de la LTP: Différence entre les récepteurs au glutamate Preuves expérimentales [email protected] de récepteurs AMPA [email protected] de l’[email protected]é kinase •  En haut: on mesure le courant passant par les récepteurs AMPA après une [email protected]@on fine au niveau des épines [email protected] •  Leur [email protected]é est toujours augmentée 120 min après LTP •  En bas: on mesure l’[email protected]é d’une protéine kinase [email protected]ée par le Ca2+ • La [email protected]@on LTP [email protected] les récepteurs NMDA par lesquels le Ca2+ rentre Modifi[email protected] morphologiques (1) •  À long terme, on observe des modifi[email protected] morphologiques du neurone cible •  Augmenta)on du nombre d’épines dendri)ques sur les dendrites •  La modifi[email protected] est du côté post-­‐[email protected] •  De telles modifi[email protected] nécessitent une synthèse de protéines et donc une ac)va)on de gènes La [email protected]@on à Long Terme augmente le volume des épines [email protected] Les marques sont espacées de 30min; le volume du neurone est rempli de la protéine GFP (Matsuzaki et al (2004) Nature,429, 761) La LTP implique une synthèse protéique •  L’[email protected] de volume de l’épine [email protected] (A,B) est induite par l’[email protected] de glutamate et une [email protected]@on [email protected] •  Elle disparaît si un inhibiteur de la synthèse protéique est ajoutée •  Ce traitement fait aussi diminuer la stabilité de la [email protected]@on mesurée électriquement (Tanaka et al (2008) Science,319, 1683) Modifi[email protected] morphologiques (2) Les seconds messagers Ca2+ et cAMP signalent au noyau la nécessité de démarrer la [email protected] de gènes et la synthèse de protéines Conclusions sur la [email protected]é [email protected] •  Les travaux sur la LTP et l’aplysie ont montré que la synapse est un relai très intéressant pour le stockage de l’[email protected] •  Les mécanismes sont différents pour le court terme, le moyen et le long terme •  Dans ce dernier cas, l’[email protected] est stockée dans l’[email protected] de nouvelles synapses (modèle de Hebb) •  La modifi[email protected] peut commencer du côté pré-­‐
[email protected] (aplysie) ou post-­‐[email protected] (LTP) Comment les neurones travaillent ensemble •  Comment une « mémoire » peut apparaître chez un invertébré •  Et chez nous! •  Le cerveau vu comme un réseau de neurones L’électroencéphalogramme, une approche globale non invasive (1) •  Développé par le psychiatre Hans Berger en 1929 •  Le signaux proviennent des couches superficielles (cortex) L’électroencéphalogramme, une approche globale non invasive (2) •  Les signaux sont faibles (dizaines de µV), bruyants, altérés par les os crâniens •  Ce dernier point [email protected]fie le développement de la Magnétoencéphalographie (MEG), les champs magné@ques n’étant pas perturbés par l’os •  Dans certains états comme le sommeil, des signaux clairs (ondes) sont visibles, impliquant une [email protected] des signaux neuronaux Le cerveau et le sommeil (1) •  Le sommeil est une succession de phases caractérisées physiologiquement •  Le sommeil sans mouvement oculaire (non REM) passe par 4 phases jusqu’au sommeil profond (EEG) •  A la fin d’un cycle, on passe par une phase à mouvements oculaires rapides (REM), voisine de la conscience, mais avec une paralysie musculaire •  Les rêves sont nombreux dans ceNe phase Le cerveau et le sommeil (2) •  Le traitement (Fourier) des signaux permet de [email protected] des régimes différents dans les EEG •  Veille et sommeil REM: [email protected]é β: signaux rapides (15-­‐60 Hz), faible amplitude (30 µV) •  Sommeil: stade 1: ondes θ (4-­‐8Hz, 50-­‐100µV); stade 2: signaux rapides (fuseaux, spindles, 10-­‐12Hz, 50-­‐150µV); stade 3 et 4: ondes δ (0,5-­‐4 Hz, 100-­‐150 µV) •  Comment expliquer ce1e synchronisa)on? L’enregistrement extracellulaire (1) •  Pour mesurer l’[email protected]é électrique de réseaux complexes, in vivo ou sur des tranches, on [email protected] des électrodes extracellulaires, souvent quatre (dessin) mais parfois jusqu’à 100 (nanotechnologies) •  Chaque électrode enregistre des choses différentes •  Deux types de signaux: des pics rapides (rouges) et des « [email protected] » correspondant les uns, à des [email protected] d’[email protected] et les autres, aux ondes de l’EEG (Figure: Karim Benchenane, ESPCI) L’enregistrement extracellulaire (2) •  Les électrodes extracellulaires récupèrent toute l’[email protected]é électrique environnante: plus de 100 neurones dans un rayon de 50 μm •  L’[email protected]é lente est aNribuée à la somme des [email protected] de [email protected] de repos (excitateur ou inhibiteur) •  Électroniquement, on peut isoler les [email protected] rapides ([email protected]) et les ondes lentes (LFP, Local Field [email protected], [email protected] du Champ Local) (Figure: Karim Benchenane, ESPCI) L’enregistrement extracellulaire (3) •  Par les enregistrements extracellulaires, on [email protected] dans différentes aires du cerveau et dans différentes [email protected], toutes sortes de rythmes •  en [email protected], on retrouve les ondes détectées par EEG dans les différents états de veille et de sommeil •  L’EEG est une mesure (dégradée) du [email protected] de Champ Local le plus proche: celui des neurones [email protected] pyramidaux (Figure: Karim Benchenane, ESPCI) [email protected]és coordonnées et sommeil (1) •  Chez le rongeur endormi, avec ceNe technique, on mesure les ondes lentes δ en surface du cortex (trace rouge lente) ou en profondeur (trace noire) •  On détecte aussi les [email protected] d’[email protected] des neurones (bleu, vert jaune et rouge) pendant une phase des ondes (up phase) •  CeNe rythmicité disparaît à l’état de veille (Harris and Thiele (2011) Nature Rev Neurosc, 12, 509) [email protected]és coordonnées et sommeil (2) •  Sur des [email protected] opérés (épilepsie), on enregistre pendant leur sommeil: EEG, EOG, mouvements des yeux; EMG, [email protected]é musculaire; par des électrodes intracraniennes (D), l’EEG profond et des [email protected]és neuronales [email protected] •  (F): rouge et bleu: EEG; MUA: [email protected] unit [email protected]@es; noir: [email protected]és individuelles (Nir et al (2011) Neuron, 70, 153) [email protected]és coordonnées et sommeil (3) •  Enregistrement réel d’un [email protected] en sommeil profond •  Rouge: Scalp EEG; bleu: EEG profond •  Noir: [email protected]é individuelle au niveau d’une électrode •  Les zones grisées marquent les périodes « up », [email protected] •  Certains groupes de neurones (cortex, hippocampe) peuvent se décharger de manière coordonnée •  Remarque: pas de [email protected] sur tout le cortex Signifi[email protected] du sommeil (1) •  Le sommeil profond est indispensable à la santé; il est présent chez les animaux depuis la mouche jusqu’à l’homme •  Pendant le sommeil profond, l’[email protected]é neuronale est diminuée pendant les phases « down » des ondes δ, ce qui peut poser des problèmes de vigilance à de nombreux animaux •  Le dauphin résout ce problème en dormant d’un seul hémisphère à la fois •  Pourquoi dort-­‐on ? Signifi[email protected] du sommeil (2) (Xie et al (octobre 2013) Science,342, 373) •  Selon un travail récent, le sommeil permeNrait le « lavage » des neurone et l’excré@on des sous produits par le liquide céphalo-­‐
rachidien (LCR) •  On injecte dans le LCR de souris des colorants fluorescents •  Vert pendant le sommeil; il pénètre profondément •  On réveille la souris et injecte un marqueur orange: il diffuse très mal •  Dans l’expérience complémentaire, on injecte l’orange pendant la veille, puis on anesthésie la souris et injecte le rouge Conclusions sur le sommeil •  Au cours du sommeil profond, des ondes lentes (0,5-­‐4 Hz) apparaissent dans les aires [email protected] •  L’[email protected]é des neurones pyramidaux du cortex est alors rythmique avec des phases silencieuses •  Le sommeil (et ces rythmes) sont indispensables et correspondent à une période de récupé[email protected] •  Plusieurs hypothèses ont été proposées •  Selon l’une d’elle, les espaces accessibles à un lavage passeraient de 14% (veille) à 22% (sommeil) permeNant l’excré@on de produits de l’[email protected]é neuronale Y a –t-­‐il des rythmes en dehors du sommeil? Les ondes θ dans l’hippocampe •  Chez la souris en phase d’[email protected], des électrodes extracellulaires permeNent de montrer l’existence d’ondes dans l’hippocampe, une structure du cortex temporal •  Le rythme est de 4 à 7 Hz, correspondant aux ondes θ (Figure: Karim Benchenane, ESPCI) « Les cellules de lieu » •  Si on enregistre l’[email protected]é de neurones de l’hippocampe, on constate qu’un neurone ne s’[email protected] que quand la souris est dans une [email protected] donnée •  Chacune des images de droite correspond à un neurone; la couleur correspond aux [email protected] de la souris qui allument ce neurone •  La souris a une carte de son environnement dans son hippocampe: ces neurones sont des cellules de lieu (Figure: Karim Benchenane, ESPCI Les cellules de lieu et ondes θ •  Une cellule de lieu émet des [email protected] d’[email protected] quand la souris est dans un lieu [email protected] •  L’ensemble des cellules de l’hippocampe oscille sur un rythme θ •  les [email protected] d’[email protected] apparaissent-­‐ils à des instants [email protected] du cycle? (Figure: Karim Benchenane, ESPCI) [email protected] entre [email protected] d’[email protected] et cycle un phénomène curieux •  La tache rouge correspond au territoire dans lequel la cellule de lieu étudiée répond •  Le [email protected] d’[email protected] est figuré par le trait [email protected] •  Plus la souris approche du centre de la tache rouge, plus la fréquence des [email protected] d’[email protected] augmente •  On regarde la [email protected] des [email protected] d’[email protected] sur le cycle θ (Figure: Karim Benchenane, ESPCI) [email protected] entre [email protected] d’[email protected] et cycle un phénomène curieux •  On se rapproche du centre: la fréquence augmente •  L’[email protected]é n’est pas dans la même [email protected] sur le cycle: les pics apparaissent plus tôt [email protected] entre [email protected] d’[email protected] et cycle un phénomène curieux •  Le phénomène est régulier: les pics apparaissent de plus en plus tôt [email protected] entre [email protected] d’[email protected] et cycle un phénomène curieux •  On s’éloigne du centre •  La fréquence des pics diminue •  Mais le décalage [email protected] dans le même sens [email protected] entre [email protected] d’[email protected] et cycle un phénomène curieux •  Les neurones de lieu envoient une double [email protected] •  En plus de l’[email protected] de lieu, ils renseignent sur le sens du déplacement par rapport au centre du champ •  CeNe [email protected] est codée dans la fréquence des [email protected] d’[email protected] et dans la « phase » des pics par rapport au rythme Réseau neuronal et code neural •  Le grand nombre de neurones et de leurs contacts rend difficile le passage de l’[email protected] entre une cellule A et une cellule B •  Pour qu’un message arrive à son [email protected], il doit être codé d’une manière compréhensible par ce dernier •  Le codage peut prendre des formes [email protected] de [email protected] temporelle que les chercheurs essayent de décoder: nombre des [email protected], écarts entre eux,.. •  Les rythmes peuvent apporter des éléments de [email protected] des messages Conclusions •  Après avoir cheminé parmi les caracté[email protected] électriques et chimiques des neurones, nous avons exploré comment elles engendraient de nouvelles propriétés quand les neurones s’organisaient en réseaux •  Des phénomènes de renforcement et de mémoire apparaissent quand la synapse [email protected] la biologie cellulaire et son métabolisme •  Sur des réseaux complexes, les propriétés électriques permeNent un raffinement dans les échanges de signaux •  Le sommeil est un exemple frappant de [email protected] des [email protected]és neuronales Cours 5 Comment aborder le [email protected] du cerveau Les organes sensoriels Jeudi 5 décembre 2013 
Téléchargement