T98-5-2820-2p - Société de Pathologie Exotique

publicité
CLINIQUE
Leishmaniose sporotrichoïde de la verge.
A. Masmoudi (1), S. Boudaya (1), L. Bouzid (2), F. Frigui (1), T. J. Meziou (1), F. Akrout (2), H. Turki
& A. Zahaf (1)
(1) : Service de dermatologie, EPS Hédi Chaker 3029 Sfax, Tunisie.
Tél. : 21674242627 – 21698657120. Fax : 00216 7421674242627. E-mail : [email protected]
(2) : Laboratoire régional d’hygiène EPS Hédi Chaker, Sfax, Tunisie.
Courte note n° 2820. “Clinique”. Reçue le 14 juin 2005. Acceptée le 9 août 2005.
Summary: Penial sporotrichoid cutaneous leishmaniasis.
The localisation of the cutaneous leishmaniasis of L. major at the penis level is rare, we report here
a new observation.
Mr. K.R aged of 41, without known pathological background presented for 20 days a nodular lesion
of the anterior face of the neck, 2 juxtaposed ulcerated nodular lesions of the left wrist. He presented also subcutaneous nodules ranged linearly and extended to the root of the penis. Theses lesions
were covered by an erythematous or ulcerated skin. The smear made from the genital lesions of the
penis confirmed the diagnosis of a cutaneous leishmaniasis. The evolution was favourable after a 21
days treatment by doxycyclin after an interval of one week.
Our observation was specific by the localisation of the cutaneous leishmaniasis and by the clinical
form. This shows that in our region cutaneous leishmaniasis is characterised by different clinical
symptoms.
Introduction
L
a leishmaniose cutanée (LC) zoonotique due à Leishmania major est la forme épidémio-clinique la plus fréquente
dans notre région qui draine le centre et le sud de la Tunisie.
Cette affection est caractérisée par un grand polymorphisme
clinique. La forme sporotrichoïde est rarement rapportée. Le
traitement repose sur les dérivés pentavalents de l’antimoine,
mais d’autres molécules ont été utilisées.
Nous rapportons le cas d’une LC dans sa forme sporotrichoïde
localisée au niveau de la verge et traitée par doxycycline.
Observation
sporotrichoïd leishmaniasis
cycline
Leishmania major
Tunisia
Maghreb
Northern Africa
leishmaniose sporotrichoïde
cycline
Leishmania major
Tunisie
Maghreb
Afrique du Nord
Le diagnostic de la leishmaniose cutanée a été confirmé par le frottis
dermique qui a montré la présence des formes amastigotes des corps
de leishmanies au sein des lésions nodulaires de la verge. La PCR est
positive. La culture par technique isoenzymatique (selon le protocole
de RIOUX et al. (13)) a identifié Leishmania major.
Le patient a reçu deux cures de doxycycline à la dose de 200 mg/j
pendant 21 jours chacune, à 7 jours d’intervalle. L’évolution a été
favorable avec régression des lésions cutanées et sous-cutanées.
Photo 1
Nodules sporotrichoïdes de la verge recouverts par une peau
érythémateuse ulcérée par endroits.
Sporotrichoid nodules of the penis covered by a erythematous ulcerated
skin in several areas.
Monsieur K.R, âgé de 41 ans, sans antécédents pathologiques notables, consulte pour une lésion nodulaire de 1,5 cm de grand axe, au
niveau de la face antérieure du cou, avec deux lésions nodulaires
ulcéro-croûteuses du poignet gauche, respectivement de 3 et 2 cm
et juxtaposées.
Par ailleurs, le patient présente quatre lésions nodulaires de 7 mm
chacune au niveau de la verge, associées à des nodules sous-cutanés
fermes à disposition linéaire, s’étendant jusqu’à la racine de la verge.
Ces nodules sont surmontés par une muqueuse, érythémateuse et
parfois ulcérée (photo 1, 2).
Toutes ces lésions ont évolué depuis une vingtaine de jours. L’anamnèse retrouve la notion d’un voyage au centre du pays (Sidi Bouzid :
région endémique de la LC), il y a un mois, avec la notion de piqûre
d’insecte au niveau de la verge.
Clinique
380
Leishmaniose sporotrichoïde de la verge
Photo 2
Nodules sporotrichoïdes de la verge recouverts par une peau
érythémateuse ou normale.
Sporotrichoid nodules of the penis covered by an erythematous
or normal skin.
pas l’indiquer dans les lésions génitales (4). D’autres alternatives thérapeutiques pourraient être efficaces, telles que la
rifampicine, l’itraconazole (12) et le fluconazole. Ce dernier,
coûteux, ne peut être utilisé, étant donné les incertitudes de
son efficacité (2). Les antiseptiques et les antibiotiques locaux,
y compris les cyclines, n’ont pas été décrits comme efficaces
dans le traitement de la LC (8). L’efficacité des cyclines par
voie orale, particulièrement la doxycycline dans le traitement
de la LC, n’a pas été rapportée. Dans notre cas, l’efficacité
de la doxycycline reste discutable, puisque l’évolution de la
LC est souvent spontanément résolutive dans notre pays.
Des études contrôlées seront nécessaires pour confirmer son
efficacité.
Références bibliographiques
1.
Commentaires
Notre observation présente une double particularité : l’aspect
sporotrichoïde avec une localisation inhabituelle au niveau
de la verge.
On assiste ces dernières années à une recrudescence de la
leishmaniose cutanée en Tunisie. Cependant cette pathologie
reste exclusivement cutanée. La localisation muqueuse est
rare ; les seuls cas rapportés de LC des muqueuses en Tunisie
sont à localisation labiale et endonasale (6). L’atteinte génitale
est exceptionnellement rapportée dans la leishmaniose cutanée
de l’Ancien monde (5).
Si la LC se caractérise par son grand polymorphisme clinique,
la forme sporotrichoïde reste rare. En effet, la LC de l’Ancien
monde est traditionnellement connue pour la fixité de ses
lésions. Cependant plusieurs études ont montré la possibilité de dissémination sous forme de nodules sporotrichoïdes, papules satellites ou indurations sous-cutanée (1, 7, 10).
Cette extension lymphatique est en rapport avec un contact
direct avec le corps de Leishman ou l’antigène leishmanien.
La localisation habituelle est le membre supérieur et inférieur.
L’atteinte génitale n’a pas été rapportée (1).
La LC sporotrichoïde devrait être différentiée des autres
infections parasitaires (sporotrichose) et bactériennes, en
particulier le Mycobacterium marinum (9).
En Tunisie, la majorité des formes cutanées pures guérissent
spontanément (14) en conférant une immunité durable. Un
traitement curatif s’avère parfois indispensable, du fait de
l’augmentation de la fréquence de la LC et du préjudice esthétique inhérent aux séquelles fibreuses parfois invalidantes.
Toutefois, l’interprétation des différents essais publiés doit
tenir compte de l’espèce responsable, de la forme clinique
et de l’évolution rapidement favorable (8). Les dérivés pentavalents de l’antimoine constituent le traitement de choix
de la LC ; cependant ils sont souvent inadéquats (3) et ne
sont pas démunis d’effets indésirables, parfois sévères (11).
La voie intra-lésionnelle est préférable, cependant on ne peut
Bull Soc Pathol Exot, 2005, 98, 5, 380-381
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
AL QUARSHI A, GHANDOUR AM, OSMAN M & AL JUMA M –
Dissemination of cutaneous Leishmaniasis due to Leishmania major in different ethnic groups in Saudi Arabia. Int J
Dermatol, 2000, 39, 832-836.
ALRAJHI AA, IBRAHIM EA, DE VOL EB, KHAIRAT M, FARIS RM
& MAGUIRE JH – Fluconazole for the treatment of cutaneous leishmaniasis caused by Leishmania major. N Engl J Med,
2002, 21, 891-895.
BELAZZOUG S, AMMAR–KHODJA A, BELKAID M & TABET –
DERRAZ O – La leishmaniose cutanée du nord de l’Algérie.
Bull Soc Pathol Exot, 1985, 78, 615-622.
CHAHED MK, BEN SALAH A, LOUZIR H, MARRAKCHI H &
ZAATOUR A – Efficacité du traitement de la leishmaniose
cutanée zoonotique par le glucantime en intra–lésionnel,
dans les conditions des soins de santé de base. Arch Inst
Pasteur Tunis, 1999, 76, 13-18.
IFTIKHAR N, BARI I & EJAZ A – Rare variants of cutaneous
Leishmaniasis: whitlow, paronychia, and sporotrichoid. Int J
Dermatol, 2003, 42, 807-809.
KHARFI M, FAZAA B, CHAKER E & KAMOUN MR – Localisation muqueuse de la leishmaniose en Tunisie : 5 observations. Ann Dermatol Vénéréol, 2003, 130, 27-30.
KIBBI AG, KARAM PG & KURBAN AK – Sporotrichoid leishmaniasis in patients from Saudi Arabia: clinical and histologic features. J Am Acad Dermatol, 1987, 17, 759-764.
KOFF AB & ROSEN T – Treatment of cutaneous leishmaniasis.
J Am Acad Dermatol, 1994, 31, 693-708.
KOSTMAN JR & DINUBILE MJ – Nodular lymphangitis. A distributive but often unrecognized syndrome. Ann Int Med,
1993, 118, 883-888.
KUBBA R, EL-HASSAN AM, AL-GINDAN Y, OMER AH, KUTTY
MK & SAEED MB – Dissemination in cutaneous leishmaniasis.
I. Subcutaneous nodules. Int J Dermatol, 1987, 26, 300-304
MASMOUDI A, MAALEJ N, MSEDDI M, SOUISSI A, TURKI H
et al. – Glucantime® par voie parentérale : bénéfice versus
toxicité. Méd Mal Infect, 2004, 35, 42-45.
MORELLI P, GIANELLI E, CALATTINI S, CORBELLINO M,
ANTINORI S & MERONI L – Itraconazole can be effective in
the treatment of sporotrichoid leishmaniasis. J Travel Med,
2004, 11, 328-330.
RIOUX JA, LANOTTE G, SERRES E, PRATLONG F, BASTIEN P &
PERIERES J – Taxonomy of Leishmania. Use of isoenzymes.
Suggestions for a new classification. Ann Parasitol Hum
Comp, 1990, 65, 111-125.
ZAKRAOUI H, BEN SALAH A, FTAITI A, MARRAKCHI H,
ZAATOUR A et al. – Evolution spontanée des lésions de
leishmaniose cutanée à Leishmania major en Tunisie. Ann
Dermatol Vénéréol. 1995, 122, 405-407.
381
Téléchargement
Explore flashcards