Le voyage de la Pinta, ou l `histoire de la syphilis

publicité
Le voyage de la Pinta,
ou l ’histoire de la syphilis
Laurent Mereghetti
Département de Microbiologie – Faculté de Médecine de Tours
Service de Bactériologie-Virologie – CHRU de Tours
La maladie au cours des temps
Remèdes, traitements et charlatans
La syphilis aujourd’hui
Tréponèmes and co.
N’est pas syphilis tréponème qui veut
Columbus or not Columbus ?
La maladie au cours des temps
Les débuts de la syphilis
1492 : Charles VIII fait valoir ses droits sur la couronne
de Naples
13 février 1493 : départ d’Amboise
Armée de 30.000 hommes : mercenaires +++
Siège de Naples : difficile
- prostituées/femmes contagieuses expulsées
- pape Alexandre VI s’oppose à Charles VIII
Charles remonte vers le Nord
Novembre 1495 : démobilisation
=> retour des mercenaires dans toute l’Europe
- mal français
=>
Napolitains
- mal de Naples
=>
Français
- malo de Frantzos
=>
Allemands
- french pox
=>
Anglais
- spanise Pocken
=>
Flamands
- mal espagnol
=>
Maures
- mal castillan
=>
Portugais
- mal portugais
=>
Indes
- mal des Allemands
=>
Polonais
(grosse) vérole, morbo gallico, gorre…
Régions au Nord de l’Europe plus épargnées :
Finlande, Laponie, Islande
Diffusion : Afrique, Proche-Orient, Asie
Japon : milieu du XVIème siècle
Europe : stabilisation de la maladie fin du XVIème siècle
Progressivement : tableau clinique moins sévère
Nouvelle vague au cours du XVIIème siècle
• Au début de l’épidémie : mauvaise réputation
rois et empereurs, hommes d’église…
contamination par l’air, l’eau bénite, le souffle…
maladie « galante » (règne Louis XIV)
Cicatrices
Cicatrices ::
-- port
port de
de la
la perruque
perruque
-- jabot
jabot de
de dentelle
dentelle
-- gants
gants
-- fard
fard
-- poudre
poudre
-- mouche
…
mouche
…
• Peur resurgit au XVIIIème siècle
séquelles
1
mort précoce
Développement d’une théorie de transmissibilité héréditaire
= hérédosyphilis … début XXème siècle
3
N’est plus une maladie à déclaration obligatoire depuis 2000
Bilan prénuptial : dépistage de la syphilis n’est plus obligatoire
2
- pape Alexandre VI, cardinal Borgia,
plusieurs évêques célèbres…
- Charles VIII, Henri II de France, Napoléon Ier…
- Henri VIII d’Angleterre, Edouard VI d’Angleterre…
- Baudelaire, Maupassant, Rimbaud, Wilde, Flaubert…
- Mozart, Beethoven, Paganini, Schubert, Schumann…
- Manet, Gauguin, van Gogh, Toulouse Lautrec…
- Lénine, Mussolini, Staline, Churchill…
- Al Capone, Howard Hughes…
Les hommes qui ont « fait » la syphilis
• Fernando de Oviedo (1526) :
théorie américaine de la syphilis
• Girolamo Fracastor (1530)
Syphilis sive morbus gallicus
Poème racontant en latin l’histoire du berger Syphilis qui, pour avoir
outragé Apollon, est frappé par les puissances divines d’un mal
douloureux et hideux
Père de l’épidémiologie
Seminaria contagiosis
- contagion inter-humaine directe (gale, lèpre)
- contagion indirecte par agents vecteurs (air, animaux)
- contagion à distance (peste, variole) => susceptibilité hôte
• Fernel (1548) : médecin Diane de Poitiers et Henri II
«Le principe venimeux siège dans l’humeur qui
lui sert de substratum et de véhicule.
Par conséquent le mal vénérien est une maladie
qui se contracte… par le contact… »
• Balfour (1767) :
- distingue la vérole de la gonorrhée
- création d’un hôpital pour vénériens en 1785 à Paris…
… qui sera ouvert en 1792 !
• Ricord (1830) : inoculation à partir des plaques muqueuses
affirme la spécificité de la syphilis
• Fournier (fin XIXème siècle) :
- description précise de la maladie
- tabès, démence, paralysie : origine syphilitique
- 1901 : Société française de prophylaxie sanitaire et morale
• Roux/Metchnikoff (1903-05) : syphilis expérimentale chez les singes
• Schaudinn (1905) : découverte du tréponème pâle
=> Spirochaeta pallidum
• Wassermann/Neisser/Brück (1906) : sérologie
4
Remèdes, traitements et charlatans
La prévention
• 1497 : s’abstenir de relation sexuelle avec une femme infectée
ou avec une femme saine qui a cohabité avec un
homme récemment infecté
• 1532 : laver les organes génitaux avec de l’eau chaude
ou du vin blanc avant et après l’acte
Les traitements « non spécifiques »
- diète
- purge
- saignée
- ventouses
- prière
- astrologie ...
Les traitements « spécifiques »
• Bois de gaïac
SAINT BOIS DES AMANTS
Plante tropicale (Antilles, Amérique centrale)
- infusion/décoction préparée avec poudre
- à boire le matin
- diète + purgatifs
- sudation en chambre chauffée (2 à 3 heures)
Cures de 30 à 40 jours
5
• Mercure
- frictions, onctions, emplâtres
EI : salivation, tremblements, paralysie, chute de dents…. mort
- pilules (Matthiole, 1535)
- sudation en chambre chauffée
- hypodermique, intramusculaire, intraveineuse
• Iodure de potassium
- dilué en eau de boisson
- associé au mercure (phase tertiaire)
• Arsenic (atoxyl = sel sodique d’arsenic)
- Salvarsan (606ème préparation)
développé par Ehrlich en 1910
- Néosalvarsan (914ème préparation)
- préparation et utilisation plus faciles
- moins toxique… mais moins efficace
• Bismuth (1921)
La pénicilline
- contamination accidentelle de culture de staphylocoques (Fleming, 1928)
- extraction et purification de la pénicilline
(Florey et Chain, 1941)
- production à large échelle et utilisation (1944)
- Prix Nobel de Médecine (Fleming, Florey et Chain, 1945)
La syphilis aujourd’hui
Physiopathologie
inoculum
dissémination voie
hématogène
microlésion
peau/muqueuse
cellules
phagocytaires
multiplication
tissus
voie lymphatique
colonisation
ganglionnaire
Clinique
• incubation silencieuse : 21 jours
• phase primaire :
- durée : 4 à 6 semaines
- chancre (indolore) + adénopathie
- disparition spontanée
• phase secondaire :
- 2 mois après la contamination
- durée : 1 à 2 ans
- roséole, lésions cutanées,
lésions muqueuses
- disparition spontanée
syphilides palmaires
alopecie
syphilides
plantaires
lésions muqueuses
syphilis latente :
- durée : 2 à 30 ans
- absence de symptomatologie clinique
phase tertiaire :
- concerne 30% patients
- atteintes cutanées (gommes)
- atteintes cardio-vasculaires (anévrisme, aortite)
- atteintes neurologiques (paralysie générale, tabès)
Diagnostic
Mise en évidence directe du tréponème
• prélèvement :
- sur lésions primaires ou secondaires
- après nettoyage à l'eau stérile
- à l'aide d'un vaccinostyle
• examen direct :
- au microscope à fond noir : tréponèmes mobiles,
à spires régulières et réfringentes
- par immunofluorescence
sensibilité et spécificité : faibles
Techniques sérologiques
• réactions à antigènes non tréponémiques
= VDRL (veneral disease research laboratory)
• réactions à antigènes tréponémiques
- réaction d'hémagglutination
= TPHA (Treponema pallidum hemagglutination assay)
- réaction immunoenzymatique
= ELISA (enzyme linked immunosorbent assay)
- réaction d'immunofluorescence indirecte
= FTA-abs (fluorescent treponemal antibody absorbed)
Principe de l’immunofluorescence indirecte (IFI)
ANTIGENE
Fixation de l’antigène bactérien
Ajout du sérum du patient.
Si le sérum contient les
anticorps anti-tréponème, ils se
fixeront sur l’antigène
Les anticorps anti-tréponème
du patient seront mis en évidence
par un anticorps anti-anticorps
marqué à la fluorescéine
+ sérum
ANTICORPS
* ANTICORPS
marqué
NOMENCLATURE
2 réactions obligatoires
- groupe 1 : VDRL (latex, coloré, charbon)
- groupe 2 : TPHA, ELISA, FTA-abs
Si réaction positive ou dissociée, titrage
Réactions de confirmation
- test d'immobilisation des tréponèmes (TIP)
= test de Nelson et Mayer
- test d'immuno-empreinte (Western blot)
Cinétique des anticorps en cas de syphilis non traitée
Titre des
anticorps
TPHA
TPI
VDRL
0
15
incub
30
chancre
60
90
phase primaire
FTA
Temps (jours)
Epidémiologie
- recrudescence depuis 2000
- Europe (France), Etats-Unis, Australie
- hommes jeunes, homo- ou bisexuels, co-infectés par VIH
- en Europe de l’Est : prostitution…
Risque de contamination vénérienne (rapport non protégé) : 60 %
Tréponèmes and co.
Les « copieurs »
- très rares en Europe
- régions tropicales et subtropicales
• lymphogranulomatose vénérienne (maladie de Nicolas-Favre) :
Chlamydia trachomatis (serovars L1, L2 et L3)
• chancre mou : Haemophilus ducreyi
• donovanose : Klebsiella granulomatis
(anciennement Calymmatobacterium granulomatis)
Herpes génital ++++++
incubation
ulcération
adénopathie
Syphilis
3 sem
unique, circulaire, indolore,
dure, propre, b. réguliers
1 ou +
LGMV
1-3 sem
multiple, indolore
lymphadénite => fistulisation
Ch. mou
1 sem
multiple, douloureuse, molle,
sale, inflammatoire
ADP douloureuse
Donov.
4-8 sem
papule/nodule, indolore,
bourgeonnante, b. surélevés
diffusion sous-cutanée
LGV
donovanose
chancre mou
Les « co-locataires »
- Chlamydia trachomatis (serovars D à K)
- gonocoque (Neisseria gonorrhoeae)
urétrite
cervicite
salpingite
Evolution des infection à gonocoque en France (1986-2005)
QuickTime™ et un
décompresseur TIFF (non compressé)
sont requis pour visionner cette image.
… et les virus : SIDA, hépatites…
N’est pas syphilis
tréponème qui veut
Classification
REGNE
EMBRANCHEMENT
CLASSE
ORDRE
Spirochaetales
FAMILLE
Spirochaetaceae
GENRE
Treponema
ESPECE
Tréponèmes à transmission vénérienne
- Treponema pallidum subspecies pallidum
= agent de la syphilis
Tréponèmes à transmission non vénérienne
- Treponema pallidum subspecies pertenue
= agent du pian (yaws)
- Treponema pallidum subspecies endemicum
= agent du béjel (« syphilis endémique »)
- Treponema carateum
= agent de la pinta (ou carate)
Tréponématoses non syphilitiques
maladie
espèce
géographie
Régions forestières
chaudes et humides
(Afrique, Caraïbes, Indonésie)
Pian
Tp pertenue
Bejel
Tp endemicum Régions semi-désertiques
chaudes et sèches
(Sahel, désert arabique)
Pinta
T carateum
Régions forestières
chaudes et humides
(Amérique centrale et du Sud)
phase récente
phase tardive
Chancre («maman pian»)
Pianomes et pianides
Pian crabe
Périostite
Périostite engainante
Gommes
Pas de chancre
Plaques muqueuses
Périostite engainante
Gommes
Chancre
Lésions cutanées
inflammatoires
Lésions dyschromiques
chancre
« Mama pian »
pianome
gomme
(gangosa)
Pian
goundou
polydactylie
Collections: Pr. Pierre Aubry et I.M.T.S.S.A. Le Pharo (Marseille)
ostéite
bejel
pinta
ou
carate
Distribution géographique des tréponématoses endémiques en 1950, et 20 ans plus tard
http://www.asnom.org/
Columbus or not Columbus ?
3 août 1492 : 3 caravelles avec 120 hommes quittent Palos
28 septembre 1492 : Cuba
5 décembre 1492 : Hispaniola
16 janvier 1493 : 2 caravelles repartent pour l’Espagne
31 mars 1493 : arrivée à Séville
7 mai 1493 : Christophe Colomb à Barcelone
Alonzo Pinzon : premier malade reconnu
meurt peu après arrivée en Europe le corps recouvert de bubons
La théorie « colombienne »
- Symptomatologie cutanée chez les habitants d’Amérique
- Maladie inconnue en Europe
- Troupes Charles VIII : mercenaires espagnols
- « Explosion » maladie après le retour du Nouveau Monde
- Epidémie pan-européenne
retour 1er voyage : mars 1493
retour 2nd voyage : 1496
voyages intermédiaires : 1494 et 1495
• Oviedo : surintendant des mines (1513-1523)
- maladie connue aux Indes
- peu dangereuse chez les autochtones
• Diaz de Isla : médecin
• Las Casas : prêtre (à partir 1498)
- bubas connus chez Indiens
- Espagnols non vertueux atteints par la maladie
Théorie établie début XVIème siècle
La théorie « pré-colombienne »
Syphilis déjà présente en Europe
Unicité des maladies vénériennes (blénorragie, chancre mou et syphilis)
Confondue avec d’autres maladies (lèpre)
• Sicile : colonie grecque de Metaponte
squelettes de 219 adultes et 53 enfants (580-250 av JC)
47 squelettes : lésions attribuables à tréponématose
• Angleterre et Irlande
sites archéologiques avec squelettes d’époque médiévale
• France (Lisieux et Costebelle)
tombes romaines
Hackett (1963)
ancêtre simien ?
mutation
mutation
T. carateum
«« adaptation
adaptation »»
«« adaptation
adaptation »»
«« adaptation
adaptation »»
T. pallidum
pertenue
T. pallidum
sp endemicum
T. pallidum
sp pallidum
pian
bejel
syphilis
zones humides
Afrique
zones arides
Afrique
ubiquiste
Hudson (1958)
tréponème ?
pian
Afrique
équatoriale
Formes cliniques évolutives
Afrique du Nord
béjel
Arabie
Facteurs environnementaux
et socio-culturels
caraté
Nouveau monde
Urbanisation = cause de la syphilis vénérienne
Un autre agent ?
Agent immuno-suppresseur à incubation courte
ramené du nouveau monde par Christophe Colomb ???...
« La vérole est comme les Beaux-Arts,
on ignore quel en a été l’inventeur »
Voltaire
Tuskegee syphilis experiment - USA (1932-1972)
Téléchargement
Explore flashcards