Télécharger le dossier de presse

publicité
DOSSIER DE PRESSE - 27 MAI 2015
LE PROJET DE RECHERCHE MEDICALE
LA POLYARTHRITE DE L’ENFANT ET DU JEUNE ADULTE
INTRODUCTION
02
L’inflammation aiguë est la première
défense de l’organisme lors d’infections
ou de blessures et représente une étape
cruciale dans la réponse immunitaire
et la cicatrisation. Plus de 80 maladies
humaines sont dues à une réponse
inappropriée du système immunitaire qui
occasionne une inflammation chronique
et des dégâts dans différents organes.
On les appelle maladies auto-immunes
ou auto-inflammatoires. Les polyarthrites
chroniques ou rhumatismes inflammatoires
représentent la majorité de ces maladies
et sont une cause majeure d’handicap
progressif en Belgique. Ces affections
sont classées en polyarthrite chronique
juvénile, polyarthrite rhumatoïde, arthrite
psoriasique, spondylarthrite, lupus,
sclérodermie ou autres et concernent près
de 200.000 patients dans notre pays.
Près de 20% des patients souffrant de
polyarthrite développent leur maladie avant
l’âge de 40 ans.
maladies : composantes hormonales,
génétiques, facteurs d’environnementvirus, bactéries, rayons solaires, mode de
vie (alimentation, tabac..) - ou des facteurs
psychosociaux (stress). Ces maladies ne
sont pas héréditaires mais surviennent
sur un terrain génétique favorisant en
présence de facteurs déclenchant encore
mal identifiés.
A ce jour la cause de ces affections reste
inconnue. Plusieurs facteurs participent
au déclenchement et à l’entretien de ces
La reconnaissance de ces maladies
complexes est un important problème de
santé publique.
CAP48 I DOSSIER DE PRESSE I 27 MAI 2015
Sur le plan clinique, les patients souffrent
de douleurs quotidiennes diminuant leur
qualité de vie et développent, suite à
l’inflammation chronique des articulations,
des déformations irréversibles. L’atteinte
inflammatoire ne se limite pas toujours
à l’articulation car dans certaines formes
de polyarthrite, dans le lupus et la
sclérodermie, des atteintes systémiques
sévères peuvent se manifester et toucher
le rein, le poumon, le cœur et le système
nerveux, pouvant mettre en jeu le pronostic
vital.
PROMOTEURS
Cette étude est proposée par les services de Rhumatologie et de Pédiatrie des 3 universités
francophones. Elle sera coordonnée par le Pr. Alice Ferster (ULB), le Pr. Michel Malaise
(ULG), le Pr. Frédéric Houssiau (UCL) et le Pr. Patrick Durez qui a eu l’initiative du projet.
Dans le cadre de cette action, les
trois Universités ont signé une
convention de partenariat avec
CAP48 et la RTBF pour une durée
de 5 ans.
27 MAI 2015 I DOSSIER DE PRESSE I CAP48 03
RAPPEL DU PROJET
04
Les patients enfants ou jeunes adultes
(moins de 50 ans) présentant une
polyarthrite débutante sont évalués au
cours de cette recherche. Ils bénéficient
d’un bilan clinique, biologique et
radiologique afin de définir au mieux les
critères de classification du diagnostic. Pour
le suivi prospectif, 4 cohortes de patients
sont dans un premier temps sélectionnées,
les patients avec une arthrite juvénile (AJ),
avec une polyarthrite rhumatoïde (PR), avec
un lupus érythémateux disséminé (LED) ou
avec une sclérodermie (SCL).
Le premier objectif est d’inclure un nombre
Selon les études épidémiologiques en
Europe, on peut calculer une estimation
annuelle de 600 cas incidents par an (300
PR, 160 LED, 160 AJ et 40 nouveaux cas de
SCL) en Communauté française.
marqueurs pronostiques. Ces analyses
CAP48 I DOSSIER DE PRESSE I 27 MAI 2015
progressif de ces nouveaux jeunes
malades afin d’optimaliser la qualité du
suivi et de standardiser les objectifs de
réponse clinique (DAS, HAQ, CHAQ, BILAG,
DSS…). Le chiffre de 25% des nouveaux
cas incidents est recherché avec une
augmentation de 20% chaque année lors
des 5 à 10 ans de ce projet.
Avant l’initiation d’un traitement, des
prélèvements sanguins et tissulaires sont
réalisés afin de servir à l’identification de
permettent également de réaliser des
corrélations de réponse ou non réponse
selon les paramètres reconnus d’évolution
clinique.
Deux projets annexes
concernant la qualité
de vie des patients
sont étudiés. Le
premier s’intéresse
aux aspects et risques
de la grossesse
principalement chez
les patientes LED. Le
deuxième propose un
suivi psychologique
à certains enfants ou
adolescents afin de
les aider à mieux gérer
leur maladie.
Les médecins et les
centres participants
bénéficient d’un label
CAP48 indiquant
au grand public leur
participation au projet.
Le projet sera
analysé et évalué
annuellement par une
équipe de médecins
indépendants
membre du CRI (Club
des Rhumatismes
Inflammatoires) et
de la SFR (Société
française de
Rhumatologie).
PARTENAIRES PRIVÉS :
Trois entreprises sont actuellement
associées à la mise en œuvre de ce
projet de recherche, et contribuent
ainsi au financement de l’action en
complément aux dons apportés par
le grand public.
27 MAI 2015 I DOSSIER DE PRESSE I CAP48 05
LA RECHERCHE
Depuis le démarrage du projet le 2 mai 2013,
les démarches concrètes ont été entreprises
afin de garantir l’ampleur et l’efficacité de
l’action, ainsi que sa validité scientifique.
La convention de recherche
interuniversitaire qui détermine des
compétences médicales et administratives
a été établie.
Le comité d’éthique central des Cliniques
universitaires Saint-Luc a approuvé le
projet médical et la participation des
différents centres hospitaliers. Tous les
comités d’éthiques de centres hospitaliers
locaux ont validés les divers protocoles
de recherche et les documents destinés
aux patients afin de garantir le respect des
patients et de l’approche scientifique.
Actuellement, 53 médecins : rhumatologues,
internistes et pédiatres des 22 centres
hospitaliers à travers la Belgique ont
exprimé leur accord de contribuer à ce
projet :
St-Luc
Erasme
HUDERF
Ste Anne / St-Rémi
Brugmann
St-Pierre
St-Pierre, Ottignies
CHU Liège
CHC Liège
CHR de la Citadelle
CHBAH-Site Seraing
CHWAPI Tournai
EpiCura Ath
EpiCura Hornu
CHR Mons
CHU Ambroise Paré
CHU Tivoli
Louvière
CH Dinant
CIND de GrâceGosselies
GHDC
Cl. Ste-Elisabeth
CHR namur
06
CAP48 I DOSSIER DE PRESSE I 27 MAI 2015
Vivalia St Joseph
CHU Mont-Godinne
Grâce à cela, plus de 200 jeunes
patients atteints de polyarthrite, de
l’arthrite juvénile, mais aussi du lupus et
de la sclérodermie, inclus dans l’étude
bénéficient déjà d’un suivi systématique
et régulier. Plus de 70 d’entre eux sont
déjà suivi depuis plus d’un an. Chaque
patient souhaitant participer à cette
étude bénéficiera d’un suivi régulier par
le médecin-spécialiste pendant 5 ans.
Les bilans clinique et biologique établis
à intervalles réguliers permettront de
collecter les données afin de mieux
connaître l’évolution de la maladie et
d’optimiser la réponse clinique.
Cette approche rigoureuse et
individualisée permet le meilleur
contrôle de la maladie avec la possibilité
de réagir rapidement en cas de rechute,
en adaptant au mieux les traitements.
Il est en effet essentiel de contrôler
précocement l’affection afin de
combattre plus efficacement les
symptômes de la maladie et de stopper
sa progression et ainsi d’éviter le
handicap progressif.
Les prélèvements sanguins et
articulaires serviront à identifier
des marqueurs pronostiques de
l’évolution de la maladie et à réaliser
des corrélations de réponse ou nonréponse aux traitements afin de pouvoir
proposer dans le futur un traitement
efficace individualisé pour chaque
patient.
Grâce aux premiers prélèvements
synoviaux déjà collectés, les projets
de recherche médicale ont déjà pu
identifier certains marqueurs de
réponses thérapeutiques.
27 MAI 2015 I DOSSIER DE PRESSE I CAP48 07
Objectifs de la
recherche médicale
sévère, et nécessitent plusieurs essais
thérapeutiques et ajustements de
traitements, avant de pouvoir obtenir un
contrôle satisfaisant de leur maladie.
La polyarthrite rhumatoïde (PR) est une
maladie fréquente, caractérisée par
A l’heure actuelle, cependant, les
une atteinte inflammatoire chronique
guidelines thérapeutiques en vigueur ne
des articulations qui, lorsqu’elle est
tiennent pas compte de ces différences
insuffisamment traitée, induit des
inter-individuelles, faute de pouvoir les
déformations articulaires sévères et un
baser sur des marqueurs objectifs.
handicap.
Le but de cette recherche est de
08
Il existe une importante hétérogénéité
répondre à ce besoin de développement
dans la présentation clinique de
d’une médecine individualisée, en
la maladie, dans la mesure où des
identifiant des marqueurs spécifiques
patients peuvent souffrir d’atteintes
permettant de prédire pour chaque
inflammatoires modérées, répondant
personne souffrant de la polyarthrite
facilement aux traitements standard
débutante le risque de progression de
de première ligne, alors que d’autres
la maladie, et l’efficacité du traitement
ont une maladie particulièrement
proposé.
CAP48 I DOSSIER DE PRESSE I 27 MAI 2015
Projet de recherche
médicale en
collaboration avec
l’UCL
Les manifestations
inflammatoires de la PR
se situent aux niveaux
des articulations et plus
précisément dans la
synoviale. C’est la raison pour
laquelle nous baserons nos
expériences sur l’exploitation
de biopsies synoviales
obtenues chez des patients
atteints de maladie débutante
afin d’identifier les marqueurs
(molécules spécifiques) dans
les liquides synoviaux.
Dans un deuxième temps,
nous évaluerons la possibilité
que ces marqueurs identifiés
dans le tissu synovial soient
sécrétés dans le sérum
des malades et y soient
toujours porteurs d’une
information pronostique et/
ou thérapeutique.
Les informations
moléculaires obtenues
sévérité de la maladie mais aussi la réponse au traitement de
seront corrélées avec les
première ligne.
informations cliniques
nécessaires à l’évaluation de
Les analyses génétiques et moléculaires se font chez des
la sévérité de la maladie et la
patients bien identifiés et suivis de manière rigoureuse et
réponse au traitement.
spécifique sur le plan clinique. Ce suivi à long terme permettra
de définir des corrélations entre les différentes symptômes
L’analyse préliminaire des
cliniques et les facteurs pronostiques, afin d’individualiser les
prélèvements sanguins
décisions thérapeutiques.
et tissulaires a permis de
confirmer la présence chez
Les marqueurs spécifiques ont été identifiés à partir des
les patients atteints de
prélèvements synoviaux des nouveaux patients atteints de
polyarthrite des marqueurs
la polyarthrite rhumatoïde (cohorte CAP48) et résistants aux
biologiques capables non
traitements de première ligne, comme le méthotrexate ; les
seulement de prédire la
résultats seront diffusés lors du prochain Congrès EULAR 2015.
27 MAI 2015 I DOSSIER DE PRESSE I CAP48 09
Nouveau projet ULC
« Marqueurs échographiques
(scores) de sévérité et de
réponse au traitement chez
les patients souffrant de PR
débutante »
Projet de recherche médicale en
collaboration avec l’ULB
La Polyarthrite Rhumatoïde (PR) est la maladie
rhumatismale la plus fréquente de l’adulte jeune,
caractérisée par une inflammation chronique des
articulations qui non traitée peut être responsable
L’échographie articulaire est couramment
de destruction articulaire irréversible et d’un
utilisée dans de nombreux centres
handicap fonctionnel. Il est établi actuellement
rhumatologiques européens. A la différence
que le traitement correct doit débuter le plus
des radiographies, elles n’utilisent pas les
tôt possible, dès que le diagnostic est posé. De
rayons X, mais des ondes ultrasonores
nouveaux critères de classification d’arthrite
évitant ainsi le risque dû à l’exposition aux
débutante ont été proposés depuis 2010 en vue
rayonnements. Très récemment, un nouvel
d’identifier les patients suspects de maladie
score échographique global d’activité
persistante et/ou érosive et nécessitants un
de la maladie - GLOSS - combinant les
traitement de fond. Parmi ces critères, on retrouve
informations échographiques a été proposé.
des paramètres d’autoimmunité comme la
présence du Facteur Rhumatoïde (FR) et des
Dans le cadre du «standard of care», un
anticorps anti-protéines citrullinées (ACPA).
traitement inducteur de rémission, en
Cependant selon les études, 20-40% des PR sont
l’occurrence le méthotrexate, est proposé
dites « séronégatives », où la présence de ces
aux patients diagnostiqués souffrant
marqueurs n’est pas détectée au début ou au
d’une PR. Néanmoins, il existe une
décours de la maladie.
importante hétérogénéité dans la réponse
au méthotrexate, dans la mesure où
Le but de ce projet est d’évaluer la pertinence
des patients peuvent souffrir d’atteintes
des nouveaux critères de classification dans le
inflammatoires modérées, alors que d’autres
dépistage des « arthrites séronégatives », de
ont une maladie particulièrement sévère.
rechercher chez ces patients dits séronégatifs
la présence d’anticorps nouveaux non
Le but de ce projet est d’identifier des
encore identifiés, d’étudier les mécanismes
marqueurs échographiques (scores)
physiopathologiques impliqués chez ce sous-
permettant de prédire sur base individuelle
groupe de patient et de rechercher des marqueurs
la réponse au traitement.
de diagnostic, de pronostic et de réponse au
traitement.
Dans un premier temps : obtention de
données d’échographies articulaires chez
La cohorte CAP48 nous apportera l’information
des patients atteints de PR débutantes non
pertinente provenant de tout nouveau patient
traitées et après traitement, ceci de manière
souffrant d’arthrite débutante que l’on pourra
longitudinale.
comparer à des cohortes de patients « PRséropositifs », ou à des patients souffrant d’arthrite
10
Dans un deuxième temps : évaluation de la
débutante non liée à la PR (lupus, sclérodermie,
possibilité que des scores échographiques
arthrites juvéniles). Elle nous servira également
qui mesurent l’inflammation ou
de voie pour approcher la compréhension
l’épaississement du tissu synovial
des mécanismes impliqués dans l’AJ dont la
prédisent le pronostic et la réponse au
spécificité de la présence des autoanticorps reste
traitement.
incertaine dans l’apparition des arthrites.
CAP48 I DOSSIER DE PRESSE I 27 MAI 2015
Projet de recherche médicale
en collaboration avec l’ULg
Les anticorps sont les effecteurs de notre
système immunitaires qui nous aident
à nous protéger contre les infections en
déclenchant le processus d’inflammation.
Il y a plus de 20 ans, il a été montré que la
glycosylation des anticorps (l’addition de
glucides sur un élément protéique) peut
subir des modifications physiologiques
Projet « Aide aux patients »
Il existe également un projet qui vise à fournir
de l’aide au patient, aux parents et à l’entourage
grâce à la collaboration étroite avec l’association
CLAIR (Confédération pour la Lutte contre les
Affections Inflammatoires Rhumatismales).
Il vise à la création d’un réseau de patientsrelais qui aura comme objectif de sensibiliser
les patients et les familles à l’importance du
diagnostic précoce, d’un suivi régulier et d’une
bonne compliance aux traitements.
et qu’elle est incomplète chez les patients
souffrant de polyarthrite rhumatoïde.
Il fut ensuite montré que cette anomalie
était acquise et réversible lors de la
De plus, le projet « Arthrite juvénile à l’école »
sera axé sur l’éducation et la sensibilisation du
corps enseignant et des élèves aux problèmes
des jeunes patients.
rémission de la maladie et lors de la
grossesse (qui induit une rémission
provisoire).
La présence ou l’absence de cette anomalie
sera recherchée dans le sang des patients
grâce à l’utilisation des techniques
de pointe et pourrait donc servir de
biomarqueur spécifique afin de refléter
l’activité de la maladie dans la PR précoce et
son évolution en fonction du traitement.
Des présentations générales destinées aux
enfants, aux parents et au corps enseignant
expliquant la maladie et ses implications dans la
vie de tous les jours seront proposées en milieux
scolaires accueillants les enfants malades. Un
questionnaire destiné à sonder les besoins réels
des enfants atteints d’AJ et de leurs parents par
rapport à l’école sera distribué et permettra de
mieux cerner les demandes afin de proposer les
solutions les plus adaptées.
27 MAI 2015 I DOSSIER DE PRESSE I CAP48 11
Le projet de recherche médicale
www.cap48.be
Contacts presse :
Bénédicte Duval
Responsable Communication CAP48
02 / 737 29 16 - [email protected]
Cap 48 - RTBF
@Cap_48
Prof Patrick Durez
Chef de Clinique
Service de Rhumatologie (RUMA 5390)
Cliniques Universitaires Saint-Luc
Avenue Hippocrate 10 - B-1200 Bruxelles
Téléchargement
Explore flashcards