Guide pratique du transfuseur

publicité
Unité de Sécurité Transfusionnelle et d'Hémovigilance
“Je transfuse
en toute sécurité”
Guide pratique du transfuseur
Juin 2013
1
« La sécurité à toutes les étapes … »
La transfusion est indispensable pour compenser les déficits de composants sanguins
et les pertes hémorragiques.
La prescription doit apprécier les répercussions de la spoliation sanguine chez les
patients et adapter l’apport quantitatif au besoin strict des malades afin de corriger les
signes d’intolérance.
Le choix des qualifications et des transformations de produits sanguins a pour but
d’améliorer leur tolérance et de prévenir la survenue de complications immunologiques,
infectieuses et de surcharge.
Les patients doivent être informés des avantages et risques de l’acte transfusionnel.
La transfusion nécessite une pratique professionnelle rigoureuse et réfléchie ainsi
qu’une solide organisation.
Les contrôles proposés pour chaque étape constituent des verrous de sécurité.
Ce guide pratique se veut avant tout un document simple.
Il regroupe l’ensemble des procédures transfusionnelles.
Son but est de sécuriser étape par étape l’acte transfusionnel.
Unité de Sécurité Transfusionnelle et d’Hémovigilance
CHU de Bordeaux
2
DISPOSER DES EXAMENS PRÉTRANSFUSIONNELS
Les examens immuno-hématologiques ...................................................................... 4
Les prélèvements sanguins, règles de sécurité ................................................... 8
Une demande d’examen conforme ............................................................................ 9
PRESCRIRE LES PRODUITS SANGUINS LABILES (PSL)
Les Produits Sanguins Labiles ................................................................................. 10
Les qualifications et transformations ........................................................................ 11
Les indications de la transfusion ............................................................................... 13
Une ordonnance conforme ....................................................................................... 14
L’information du patient ................................................................................ 15
RÉCEPTIONNER ET CONSERVER LES PRODUITS
DANS L’UNITÉ DE SOINS
Les contrôles à la réception des produits ................................................................. 16
Les Produits Sanguins Labiles
en attente de transfusion .......................................................................................... 17
PRÉPARER, POSER ET SURVEILLER LA TRANSFUSION
Le contrôle ultime prétransfusionnel ........................................................................ 18
La pose de la transfusion ......................................................................................... 24
La surveillance du patient transfusé ........................................................................ 26
Les accidents transfusionnels ................................................................................... 27
Le traitement des accidents transfusionnels ............................................................. 30
ASSURER LA TRAÇABILITÉ
ET L’INFORMATION DU PATIENT
Les outils de la traçabilité et de l’information ......................................................... 31
LES NUMÉROS UTILES ............................................................................ 34
3
Disposer des examens pré transfusionnels
Les examens immuno-hématologiques
« Pourquoi prescrire les examens immuno-hématologiques ? »
1. Pour éviter les accidents d’incompatibilité
Le Groupe ABO Rhésus
Détermination des antigènes érythrocytaires ABO et de l'antigène RH1=D du système
Rhésus.
2 déterminations doivent être prélevées avant toute transfusion, même urgente.
4
La Recherche d'Agglutinines Irrégulières (RAI)
Mise en évidence dans le sérum du patient, d’anticorps irréguliers dirigés contre des
antigènes érythrocytaires différents de ceux du système ABO.
La durée règlementaire de validité de la RAI est de 72 heures.
La présence d'anticorps irréguliers (RAI positive) impose la transfusion de Concentrés
de Globules Rouges (CGR) phénotypés compatibilisés, même en cas de négativation
ultérieure de la RAI.
Un anticorps un jour = Un anticorps toujours.
L’Epreuve Directe de Compatibilité (EDC) au laboratoire de l’EFS
Mise en contact du sérum du patient avec les globules rouges des unités à transfuser.
Cette épreuve permet de vérifier l'absence de réaction entre les anticorps du receveur
et les antigènes portés par les globules rouges des poches à transfuser.
Durée de validité : 72 heures (comme la RAI).
OBLIGATOIRE pour les patients ayant une RAI positive, ou ayant un antécédent de
RAI positive
5
2. Pour prévenir l’allo-immunisation
Le phénotype Rhésus Kell
Détermination des 4 autres antigènes du système Rhésus :
C = RH 2, E = RH 3, c = RH 4, e = RH 5 et de l'antigène K = KEL1 du système Kell.
2 déterminations sont obligatoires avant toute transfusion de CGR (réalisées en même
temps que la détermination ABO).
Le phénotype est dit étendu lorsqu’on complète cette détermination par au moins un
antigène érythrocytaire supplémentaire (par exemple Duffy…).
« Quels sont les examens réglementairement obligatoires pour transfuser ? »
un document de groupe sanguin comportant deux déterminations du groupe
ABO/RH1(D) et deux déterminations du phénotype Rhésus/Kell.
un résultat valide (moins de 72 h) de Recherche d’Agglutinines Irrégulières (RAI).
Compte tenu du faible risque de contamination transfusionnelle par les virus de
l’hépatite C et du VIH, il n’est plus recommandé d’effectuer en pré et post
transfusionnel le dépistage sérologique de ces affections ainsi que le dosage des
transaminases (circulaire n° DGS/DHOS/SD3/2006/11 d u 11 janvier 2006).
6
« Je n'ai pas ces résultats : je dois effectuer les prélèvements sanguins. Sur quels
tubes ? »
2 tubes EDTA
2 tubes EDTA
2 tubes EDTA
7
Les prélèvements sanguins, règles de sécurité
« Pour prélever en toute sécurité … les bons réflexes ! »
1. Je prélève les examens au moment de la prescription et je les transmets
immédiatement à l'Établissement Français du Sang (EFS).
2. J’étiquette les tubes au chevet du patient en vérifiant la bonne identification.
8
Une demande d’examen conforme
J'établis la demande d’examen qui accompagne les tubes étiquetés.
Pour cela je complète le cadre «demande d'analyses» de l’ordonnance médicale
destinée à l’EFS.
« Comment récupérer les résultats des examens immuno-hématologiques ? »
Impression des résultats à partir de DxCare
Résultats « papier » édités et signés par l’EFS (« documents jaunes »)
Pas de transmission orale ou téléphonée ni de recopiage
9
Prescrire les Produits Sanguins Labiles (PSL)
Les Produits Sanguins Labiles
Les Concentrés de Globules Rouges (CGR)
Sont obtenus à partir d’une unité de sang total, et soustraction de la
majorité du plasma et des leucocytes.
Les Concentrés de Plaquettes
Mélange de Concentrés Plaquettaires (MCP) :
Provient du mélange de 4 à 8 concentrés plaquettaires standards
issus pour chacun d’un don de sang total.
Concentrés Plaquettaires d’Aphérèse (CPA) : issus par
extraction sélective des plaquettes d’un seul donneur (aphérèse).
Le Plasma Frais Congelé (PFC)
PFC Viro-Atténué (PVA) : obtenu après «poolage» de 100 dons.
Bénéficie d’une viro-atténuation par une méthode chimique
efficace sur les virus à enveloppe lipidique (VIH, VHC, VHB).
PFC sécurisé (PFC-Se) : issu d’un seul donneur.
Conservé 60 jours en quarantaine, libéré après un nouveau contrôle
virologique négatif du donneur.
Ne pas tenir compte de la compatibilité Rhésus.
10
Les qualifications et transformations
CGR phénotypés
Phénotype Rhésus Kell compatible ou
identique à celui du receveur.
OBLIGATOIRE pour les femmes de la
naissance à la ménopause, les patients
avec une RAI positive ou des
antécédents de RAI positive.
Souhaitable pour les polytransfusés,
enfants et sujets jeunes et pour tout
patient ayant une espérance de vie
raisonnable.
CGR compatibilisés
Vérification au laboratoire de la compatibilité entre le CGR et le receveur (Épreuve
Directe de Compatibilité).
OBLIGATOIRE pour les patients avec une RAI positive (récente ou ancienne) et
nouveau-né avec un test direct de Coombs positif ou dont la mère est RAI positive.
CGR préparation pédiatrique
Fractionnement d’un CGR en plusieurs unités pédiatriques.
Réservé à un seul enfant (limite le nombre de donneurs).
Réduction de volume
Soustraction d’une partie du plasma.
Prévient la surcharge volémique chez les nouveau-nés soumis à une restriction du volume
des apports.
CGR et CPA déplasmatisés
Elimination du plasma résiduel.
RECOMMANDES en cas de réaction allergique sévère ou récidivante malgré une
prémédication adaptée.
CGR et CPA irradiés
Blocage de la multiplication des cellules immunocompétentes du PSL.
Prévient la réaction du greffon contre l’hôte (greffes de moelle, onco-hématologie pédiatrique,
nouveau-nés prématurés, maladie de Hodgkin, déficit immunitaire cellulaire …).
CGR et CPA-CMV négatif
Prévient des infections à cytomégalovirus chez certains immunodéprimés (nouveau-né
prématuré, allogreffes de moelle osseuse CMV nég, femmes enceintes, greffés
pulmonaires).
11
« Quelles qualifications et/ou transformations pour quels patients ? »
Nouveau-né jusqu'à 3 mois
CGR phénotypés RH/Kell, compatibles dans le système ABO avec le sang de la MERE ET
DE L'ENFANT.
Si enfant avec Coombs positif ou RAI+ ou mère immunisée (RAI+) : CGR phénotypés et
compatibilisés.
Préparation pédiatrique si transfusions multiples dans un délai court (per et postopératoire).
Enfant
CGR phénotypé RH/Kell.
En cas d'immunosuppression, les produits doivent être irradiés et CMV négatif.
Femmes de la naissance à la ménopause
CGR phénotypés RH/Kell.
Femme enceinte
CGR phénotypés RH/Kell.
CMV négatif si sérologie négative ou inconnue.
Patients immunisés (RAI positive ou antécédent de RAI positive)
CGR phénotypés et compatibilisés.
Patients polytransfusés itératifs (anémie réfractaire, thalassémie, drépanocytaire …)
CGR phénotypés, voire en phénotype étendu.
12
Les indications de la transfusion
Les Concentrés de Globules Rouges (CGR)
La transfusion d’un CGR chez l’adulte ou de 4 ml/kg chez l’enfant
entraîne un gain de 1 g/dl d’Hb.
Seuils transfusionnels :
- En dehors d’un facteur de mauvaise tolérance, maintenir le taux d'Hb audessus de 8 g/dl.
- Capacités d'adaptation à l'hypoxémie réduites (insuffisant cardiaque,
coronarien ou respiratoire) : taux d'Hb à maintenir aux alentours de 10 g/dl
Chirurgie :
8g/dl en période pré et post-opératoire
7g/dl en per-opératoire
Hémorragie aigüe : prescription adaptée aux signes de mauvaise tolérance
(tachycardie, dyspnée, hypotension), sans attendre les résultats du taux d'Hb.
Anémie carencielle corrigée par un traitement médical, pas de traitement
sauf mauvaise tolérance quel que soit le taux d’Hb.
Myélodysplasies : le seuil transfusionnel recommandé est de 10 g/dl.
Les plaquettes (MCP ou CPA)
- Prévention et traitement des accidents hémorragiques chez les patients
porteurs d'une thrombopathie congénitale ou d’une thrombopénie centrale
(onco-hématologie, chimiothérapie).
Seuil transfusionnel entre 10 et 20 G/l. selon les facteurs de risque
hémorragique
- Prévention du risque hémorragique pour un geste invasif, en cas de
coagulation intra vasculaire disséminée, les plaquettes doivent être
maintenues à 50 G/l.
Le plasma
En dehors du choc hémorragique et des situations à risque d’hémorragie
massive, la transfusion de PFC n’est recommandée qu’en cas d’association
d’une hémorragie, ou d’un geste à risque hémorragique et d’une anomalie
profonde de l’hémostase :
- Fibrinogène < 1 g/l (d’autant que la numération plaquettaire est < 50 G/l),
- TP < 40 % environ,
- TCA > 1,5 - 1,8 fois la valeur contrôle.
Quantité à transfuser : 10 à 20 ml/kg
13
Une ordonnance conforme
« Je m'assure que l'ordonnance est complète »
Je vérifie :
Je prescris le débit ou la durée prévue pour la transfusion en fonction de l’état clinique du patient.
14
« Je transmets obligatoirement une copie des résultats d’examens
avec la prescription de PSL. »
Deux déterminations de groupe et de phénotype
Une demande de RAI pour les transfusions de CGR
« Si je n’ai pas ces examens, j’associe la demande et les tubes à l’ordonnance. »
« Attention aux erreurs d'identification ou aux usurpations d'identité ! »
Pour les patients possédant une carte de groupe complète, mais dont on ne peut vérifier
l’identité ou pour laquelle on a un doute, prélever systématiquement une détermination de
groupe associée à la demande de PSL, et à la photocopie de la carte de groupe.
L’information du patient
Le médecin :
informe le patient du choix thérapeutique,
remet le document d'information pré transfusionnelle,
prescrit la réalisation d’une RAI post-transfusionnelle (suivi).
15
Réceptionner et conserver les produits dans l'unité de
soins
Les contrôles à la réception des produits
« Le bon produit, pour le bon malade ! »
BORDEREAU DE
DELIVRANCE
16
« Dès réception, vérifier systématiquement »
Les Produits Sanguins Labiles en attente de transfusion
Les poches sont laissées à température ambiante, leur conservation dans un
réfrigérateur est interdite.
N'oubliez pas :
La transfusion des CGR et des plaquettes doit débuter au plus tard dans les 6 heures qui
suivent l’heure de réception dans le service de soins, dans les limites de leur péremption.
Les plasmas doivent être transfusés dans les 6 heures qui suivent la décongélation
(cf. date et heure de péremption sur l’étiquette du produit).
Passé ce délai, il faudra les détruire.
Laissez en réserve à l'Etablissement Français du Sang les unités que vous ne pouvez
transfuser dans les 6 heures !
Attention : les concentrés de plaquettes et le plasma sont plus fragiles..
Il est donc préférable de les transfuser dès réception.
17
Préparer, poser et surveiller la transfusion
Le contrôle ultime prétransfusionnel au lit du malade
1ère étape
Je vérifie pour tout type de PSL (CGR, CPA, PFC, …) la concordance entre :
L’identité du receveur et celle mentionnée sur : la prescription médicale, le document
de groupe sanguin et le bordereau de délivrance,
Le numéro de don noté sur la poche et sur le bordereau de délivrance,
Le groupe ABO et phénotype Rhésus Kell de la poche et celui du patient.
2e étape
« Pour les CGR, je complète par la réalisation du Contrôle Ultime de compatibilité.
Ce contrôle est le dernier verrou de sécurité. »
Prévient la survenue d’un accident par incompatibilité ABO.
Obligatoire avant toute transfusion de CGR homologues ou autologues.
Systématique y compris en situation d’urgence :
Pour chaque unité de CGR à transfuser,
Même en cas de sang compatibilisé au laboratoire.
18
« Je garantis la sécurité de ce test si je respecte ces 3 conditions de réalisation. »
« Quel est son principe ? »
Mettre en contact le sang du patient et de la poche avec les anticorps (anti A et anti
B) fixés sur le carton-test.
Des hématies porteuses d’un antigène A ou B agglutinent en présence de l’anticorps
correspondant anti-A ou anti-B.
19
« Pour une bonne lecture, une bonne technique ! »
Matériel
Une carte de contrôle prétransfusionnel non périmée
4 agitateurs mélangeurs
Un dispositif pour recueillir le sang de la poche à partir d’un segment de tubulure
solidaire
Un flacon de sérum physiologique
Un pique-doigt
Un conteneur à aiguilles
Des gants non stériles à usage unique
1. Identifier le carton
Noter l’identité du patient. Apposer dans l’emplacement adéquat l’étiquette numéro de don
de la poche.
2. Recueillir le sang du receveur
Par ponction du doigt, de l’oreille ou du talon chez le bébé avec le pique-doigt ou au niveau
du dispositif veineux lors de la pose de la perfusion. Déposer la goutte de sang sur
l’emplacement «patient» de la carte.
3. Recueillir le sang de la poche
Percer le segment de tubulure du CGR avec le dispositif spécifique ou recueillir la première
goutte de sang qui s’écoule du transfuseur.
Déposer une petite goutte de sang sur l’emplacement «culot» de la carte.
20
4. Réhydrater les réactifs
Déposer une goutte de Na CL 0,9 % sur chacune des quatre cupules rondes en prenant
soin de ne pas toucher les réactifs avec l’extrémité du flacon.
5. Transporter le sang du receveur
Mélanger sur toute la surface de la cupule contenant le réactif anti-A en
évitant toute contamination grâce à la partie plate du premier agitateur
mélangeur.
Jeter l’agitateur.
Procéder de la même façon à l’aide du deuxième agitateur pour la cupule de
réaction anti-B.
6. Transporter le sang du donneur
Mélanger sur toute la surface de la cupule contenant de l‘anti-A en évitant
toute contamination grâce à la partie plate du troisième agitateur mélangeur.
Jeter l’agitateur.
Procéder de la même façon à l’aide du quatrième agitateur pour la cupule anti-B.
7. Chalouper
Remuer par inclinaisons douces 30 secondes la carte afin de favoriser
l’apparition des agglutinats et faciliter la lecture du test. Celle-ci est optimale
dans les 3 mn.
8. Observer les réactions et noter les conclusions
Indiquer le nom de l’opérateur, dater et signer.
Coller le film protecteur sur les réactifs secs.
21
« Je compare les réactions donneur/receveur horizontalement »
22
Les réactions ne sont pas identiques.
Attention, un avis médical peut être requis en cas de doute.
Règle de compatibilité à retenir
En cas de problème de lecture, ne pas jeter la poche, recommencer le test, contacter le
médecin responsable de la transfusion, puis, si nécessaire, celui de l’EFS ou le référent en
Hémovigilance. Conserver aussi le ou les cartons tests.
En cas d’effet indésirable transfusionnel, ne pas jeter le carton test, le conserver
jusqu’au passage du médecin Hémovigilant.
23
La poche
La pose de la transfusion
Le cathéter doit être d’un calibre suffisant pour assurer un bon débit :
- Pour les adultes 18 à 14 G
- Pour les enfants 23 à 24 G
La tubulure de transfusion est munie d’un filtre à mailles de 175 à
200 microns. Elle convient à l’administration de tous les PSL.
Elle est changée entre chaque poche de sang.
ATTENTION au risque de perforation de la poche lors de l’introduction du
transfuseur.
Deux précautions permettent d’éviter ce risque :
- Maintenir la poche à plat afin qu’elle ne présente pas de plicature à l’extrémité du raccord
de sortie.
- Ne pas insérer le perforateur dans sa totalité, s’arrêter à mi longueur.
« Est-il nécessaire de réchauffer les CGR ? »
Seulement dans certains cas :
lors de transfusions massives,
en cas de maladie des agglutinines froides,
lors de transfusions chez le nouveau-né.
Cette opération s’effectue grâce à un appareil spécifique.
Pour tous les autres cas, maintenir les CGR à température ambiante jusqu’au branchement
de la poche en respectant les délais de conservation.
24
« Et je n'oublie pas … »
Il ne faut jamais rien ajouter dans la poche de sang.
En cas de débit trop lent il est possible de perfuser en dérivation du sérum Na Cl isotonique
(0,9%).
Réserver si possible une voie veineuse à la transfusion, sinon ne pas perfuser de
médicaments ou d’alimentation parentérale en dérivation.
« Quelle est la vitesse d’administration des Produits Sanguins Labiles ? »
Le débit de la transfusion doit être prescrit par le médecin en fonction de l’état
cardiovasculaire du patient, de son âge, de ses antécédents transfusionnels et du degré
d’urgence.
Chez les patients à risque de décompensation cardiorespiratoire, l’espacement de
l’administration des produits est conseillé : transfusion espacée de 3 h ou fractionnée si
possible sur plusieurs jours.
La vitesse de transfusion recommandée est de 2 à 4 ml/kg/h pouvant être réduite
à 1 ml/kg/h pour les patients à haut risque.
« Un patient fébrile peut-il être transfusé ? »
Une fièvre avant transfusion n’est pas une contre-indication à la transfusion. Le médecin
doit être informé.
On considère qu’il y a une hyperthermie post transfusionnelle si on note une température > 38° C
avec une augmentation > 1° C de la valeur pré transfusionnelle.
Produit
Débit moyen
Délai maxi /unité
CGR
Adulte : 200ml/h
Enfant : 2 à 8 ml/kg/h
3 heures
Plasma
Adulte : débit libre (10ml/mn environ)
Enfant : débit libre
1 heure
Concentrés plaquettaires
Adulte : débit libre (10ml/mn environ)
Enfant : débit libre
2 heures
25
La surveillance du patient transfusé
« J'adapte la surveillance à l’état clinique du patient »
Chez le patient cardiaque, âgé ou porteur d’une anémie chronique importante :
une surveillance accrue de la fréquence cardiaque et de la tension artérielle est
indispensable,
la position assise est conseillée,
le débit doit être très lent (cf. prescription médicale p. 25)
« Quels sont les éléments de la surveillance ? »
AVANT LA TRANSFUSION
J'informe le patient du déroulement de la transfusion et l’incite à signaler toute sensation
anormale.
Je contrôle :
l'abord veineux,
la fréquence cardiaque,
la tension artérielle,
la fréquence respiratoire,
la température.
PENDANT LA TRANSFUSION
JE RESTE LES 15 PREMIÈRES MINUTES AUPRÈS DU PATIENT, PUIS JE CONTRÔLE
RÉGULIÈREMENT L'ÉVOLUTION DES PARAMÈTRES CLINIQUES DE FAÇON
ADAPTÉE À L'ÉTAT DU MALADE.
APRÈS LA TRANSFUSION
Je poursuis la surveillance des paramètres cliniques, des urines (quantité et couleur).
ETRE ATTENTIF À LA SURVENUE DE TOUT SIGNE
D'INTOLÉRANCE MÊME MINEUR.
26
Les accidents transfusionnels
Les Effets Indésirables Receveurs transfusionnels nécessitent une prise en charge rapide.
« Connaître les signes les plus fréquents pour être capable de les dépister »
27
« Que faire devant un effet indésirable transfusionnel ? »
ARRÊTER la transfusion,
MAINTENIR une voie veineuse,
SURVEILLER le pouls, la tension artérielle, la diurèse, la température, la fréquence
respiratoire,
PRÉVENIR le médecin prescripteur ou de garde,
VÉRIFIER la compatibilité ABO entre le donneur et le receveur.
PRÉLEVER à l’exception des manifestations allergiques cutanées isolées, en fonction de
l’évaluation clinique, les explorations complémentaires nécessaires :
un bilan immuno-hématologique (RAI, TDC, recherche d’anticorps anti-HLA, groupage) à
adresser à l'EFS,
un bilan bactériologique en fonction de la clinique Prélever deux hémocultures à une
heure d'intervalle, analyse bactériologique des poches (une poche par pochette d’examen,
tubulure clampée, extrémité protégée) à adresser au laboratoire de bactériologie.
PRÉLEVER dans les 12 à 36 heures après l’incident transfusionnel :
Bilirubine, haptoglobine et contrôle de la numération sanguine, troponine (si œdème
pulmonaire) histamine et tryptase si accident allergique grave
CONSERVER les cartons tests jusqu’au passage du Référent Hémovigilance
SIGNALER l'Effet Indésirable Receveur transfusionnel à l’Établissement Français du Sang
et au service d’Hémovigilance (informatique Kaliweb ou papier)
Comment signaler ?
Par Kaliweb : accès par le Portail, sur la barre d’applications cliquer sur l’icône
Kaliweb
Attention !
S’il s’agit
d’un effet indésirable post-transfusionnel,
choisir « Transfusion »
d’un
dysfonctionnement
du
processus
transfusionnel, choisir « Dysfonctionnement »
Important : En cas d’effet indésirable posttransfusionnel
Imprimer la fiche de signalement AVANT
VALIDATION
28
La faxer au Service de Délivrance de l’EFS sans délai (pour bloquer d’éventuels
produits associés au même don)
FAX 05 56 90 83 61 pour Pellegrin et St André
FAX 56041 pour Haut-Lévêque et Xavier Arnozan
Conserver l’imprimé dans le dossier transfusionnel du patient
L’USTH (Hémovigilance CHU) est automatiquement avertie par le biais de Kaliweb.
En cas d’indisponibilité du logiciel Kaliweb :
Remplir la fiche de signalement EN HEV 32 :
Fiche disponible sur le portail : onglet Qualité/Risques puis
sélectionner la ligne : « Comment signaler un évènement
indésirable ?» puis « fiche de signalement papier »
Faxer la fiche :
- à l'Unité de Sécurité Transfusionnelle et d'Hémovigilance :
Fax : 96 123
Tél : 96 161 [email protected]
- S’il s’agit d’un effet indésirable post-transfusionnel, faxer la fiche SANS DELAI
à l’EFS (Service de Délivrance)
Fax : 05 56 90 83 61 pour Pellegrin et St André
Fax : 56041 pour Haut-Lévêque et Xavier Arnozan
Conserver un exemplaire de la fiche dans le dossier transfusionnel du
patient.
29
Le traitement des accidents transfusionnels
Sur prescription médicale, en fonction de la situation clinique
Polaramine® (IV) : 1 amp. (1 ml) = 5 mg
Indication
Réaction peu sévère (frissons, prurit, urticaire) ou en prémédication avant transfusion
Posologie :
Adulte : 1 amp.
Enfant de plus de 30 mois : 1/4 à 1 amp selon l'âge.
Paracétamol (IVL)
Indication
Réactions fébriles
Posologie :
Adulte : 1 à 2 g
Enfant : 30 à 50 mg/kg/j de paracétamol
Corticoïdes
Hydrocortisone inj. : 100 et 500 mg
Solumédrol® inj. : 20, 40, 120 et 500 mg
Indication
Réaction allergique, de type frissons, prurit, urticaire ou en prémédication avant transfusion
Posologie : 1 à 2 mg/kg à renouveler en fonction de la sévérité de la réaction.
Lasilix® (IVL) : 1 amp.(2 ml) = 20 mg
Indication
Traitement de la surcharge volémique.
Posologie :
Adulte : 20 à 60 mg en fonction de la sévérité
Enfant : 0,5 à 1 mg/kg/j
Adrénaline® (IV)
1 amp. (1 ml) = 0,25, 0,5 et 1 mg (250, 500 et 1000 µg)
Indication
Collapsus, choc anaphylactique (Associer un remplissage avec des macromolécules)
Posologie :
Adulte : 0,5 à 1 mg à renouveler jusqu'à restauration d'une hémodynamique correcte.
Enfant : 15 µg/kg (à diluer dans 10 ml de sérum physiologique tel que 1 ml = 100 µg)
Prendre avis auprès d'un réanimateur pour la poursuite du remplissage et relais éventuel
par de l'adrénaline en perfusion continue.
30
Assurer la traçabilité et l’information du patient
Les outils de la traçabilité et de l'information
LA TRAÇABILITÉ permet d'établir un lien unique et anonyme entre un donneur et un
receveur.
« Pour simplifier la traçabilité des PSL … les bons réflexes ! »
Je complète les documents de traçabilité immédiatement après avoir posé la transfusion,
au chevet du patient.
« Comment ? »
Je renseigne la fiche transfusionnelle qui est conservée dans le dossier médical du
patient.
Je consigne la notion d'information pré et post
transfusionnelle quand celles-ci ont été remises.
Je trace la réalisation des Contrôles Ultimes de
concordance et de compatibilité.
31
Je complète le bordereau de délivrance.
L’original est à retourner à l’Unité d’Hémovigilance à la pharmacie.
Je conserve le double dans le dossier transfusionnel du patient.
Ne rien coller et ne rien écrire sur les codes-barres.
Que faire des PSL non transfusés?
Il faut les détruire.
Eliminer la poche dans le circuit des DASRI (Déchets d’Actes de Soins à Risque
Infectieux), sans la vider auparavant.
Penser à tracer cette destruction dans la partie traçabilité du Bordereau de Délivrance en
indiquant le motif de la destruction.
Quels documents dois-je remettre au patient ?
- la note d'information post-transfusionnelle,
- l'ordonnance de suivi post-transfusionnel (RAI),
32
« Le bon document au bon moment en un clin d'œil »
Ordonnance médicale
À transmettre à l’EFS
(2 volet à conserver dans le dossier
transfusionnel.)
e
Information pré transfusionnelle
A remettre au patient avant la
transfusion.
Fiche de traçabilité des produits sanguins
labiles et des médicaments dérivés du sang
Fiche transfusionnelle
À conserver dans le dossier
transfusionnel
33
Bordereau de Délivrance
A retourner compléter à l’Unité d’Hémovigilance, à
la pharmacie de l’établissement
Conserver un exemplaire dans le dossier.
Résultat d’Immuno Hématologie
Fiche de signalement d’incidents
ou d’Effets Indésirables
Transfusionnels
Ordonnance de suivi post-transfusionnel
Note d’information post transfusionnelle
À remettre au patient à sa sortie
(conserver le double dans le dossier transfusionnel)
À remettre au patient à sa sortie
(conserver le double dans le dossier transfusionnel)
34
« Pour plus d'informations quelques numéros utiles »
Unité de Sécurité Transfusionnelle et d'Hémovigilance
Pharmacie de l’Hôpital Pellegrin
Place Amélie Raba Léon
33076 Bordeaux Cedex
Tél. 05 56 79 61 61 - Fax 05 56 79 61 23
Répondeur 24h/24 pour la déclaration des Effets Indésirables Transfusionnels
Docteur Pierre Fialon
Correspondant d’Hémovigilance du C.H.U. de Bordeaux
[email protected]
Virginie Moisset
Cadre de Santé
[email protected]
Dominique Ballion
Assistante médico-administrative
[email protected]
Traçabilité des PSL
Victoria Astrie
Adjoint administratif
[email protected]
Marine Mage
Adjoint administratif
[email protected]
Hôpital Pellegrin
Docteur Isabelle Roger
Praticien Hospitalier Hémobiologiste
[email protected]
Docteur Sophie Pujol
Praticien Hospitalier Biologiste
[email protected]
Infirmières de la Coordination des Vigilances Sanitaires :
Chantal Fratti
[email protected]
Poste 72050
Evelyne Signac
[email protected]
Poste 72006
35
Hôpital Haut-Lévêque
Docteur Maryse Puntous
Praticien Hospitalier Hémobiologiste
[email protected]
Tél. 05 57 65 68 93 - Fax 05 57 65 68 92
Infirmières de la Coordination des Vigilances Sanitaires :
Mariel Dubois Poste 75220
[email protected]
Anne Sauvage (pôle HGEN) Poste 72459
[email protected]
Hôpital Saint-André
Docteur Pierre Fialon
Praticien Hospitalier Hémobiologiste
[email protected]
Poste 20602
Infirmière de la Coordination des Vigilances Sanitaires :
Anne Sauvage Poste 72459
[email protected]
Etablissement Français du Sang Aquitaine – Limousin (EFS-AQLI)
Site de Bordeaux
Délivrance - Conseil transfusionnel
Tél : 15095 - Fax : 05 56 90 83 61
Laboratoire d’Immuno-hématologie
Tél : 15096 - Fax : 05 56 90 83 66
Site de Haut-Lévèque
Tél : 56 582 - Fax : 56 041
Site EFS Hôpital Saint-André
Tél : 43390 ou 43391
« Je transfuse en toute sécurité »
Mise à jour septembre 2014
Maquette + illustration : © www.aggelos.fr
36
Téléchargement