Duplications digestives chez l`enfant

publicité
‫«‬
‫سبحاَك ال عهى نُا إال يا‬
‫عهًتُا إَك أَت انعهٍى انحكٍى‬
‫‪‬‬
‫سىرة البقرة‪ :‬اآليت‪13 :‬‬
‫اللهم إوا وسألك علما وافعا و قلبا خاشعا وشفاء‬
‫مه كل داء و سقم‬
UNIVERSITE MOHAMMED V- SOUISSI
FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE - RABAT
DOYENS HONORAIRES :
1962 – 1969
: Docteur Abdelmalek FARAJ
1969 – 1974
: Professeur Abdellatif BERBICH
1974 – 1981
: Professeur Bachir LAZRAK
1981 – 1989
: Professeur Taieb CHKILI
1989 – 1997
: Professeur Mohamed Tahar ALAOUI
1997 – 2003
: Professeur Abdelmajid BELMAHI
ADMINISTRATION :
Doyen :
Professeur Najia HAJJAJ
Vice Doyen chargé des Affaires Académiques et Estudiantines
Professeur Mohammed JIDDANE
Vice Doyen chargé de la Recherche et de la Coopération
Professeur Ali BEN OMAR
Vice Doyen chargé des Affaires Spécifiques à la Pharmacie
Professeur Yahia CHERRAH
Secrétaire Général :
Monsieur El Hassan AHELLAT
PROFESSEURS :
Décembre 1967
1. Pr. TOUNSI Abdelkader
Pathologie Chirurgicale
Février, Septembre, Décembre 1973
2. Pr. ARCHANE My Idriss*
3. Pr. BENOMAR Mohammed
4. Pr. CHAOUI Abdellatif
5. Pr. CHKILI Taieb
Pathologie Médicale
Cardiologie
Gynécologie Obstétrique
Neuropsychiatrie
Janvier et Décembre 1976
6. Pr. HASSAR Mohamed
Pharmacologie Clinique
Février 1977
7. Pr. AGOUMI Abdelaziz
8. Pr. BENKIRANE ép. AGOUMI Najia
9. Pr. EL BIED ép. IMANI Farida
Parasitologie
Hématologie
Radiologie
Février Mars et Novembre 1978
10. Pr. ARHARBI Mohamed
11. Pr. SLAOUI Abdelmalek
Cardiologie
Anesthésie Réanimation
Mars 1979
12. Pr. LAMDOUAR ép. BOUAZZAOUI Naima
Pédiatrie
Mars, Avril et Septembre 1980
13. Pr. EL KHAMLICHI Abdeslam
14. Pr. MESBAHI Redouane
Neurochirurgie
Cardiologie
Mai et Octobre 1981
15. Pr. BENOMAR Said*
16. Pr. BOUZOUBAA Abdelmajid
17. Pr. EL MANOUAR Mohamed
18. Pr. HAMMANI Ahmed*
19. Pr. MAAZOUZI Ahmed Wajih
20. Pr. SBIHI Ahmed
21. Pr. TAOBANE Hamid*
Anatomie Pathologique
Cardiologie
Traumatologie-Orthopédie
Cardiologie
Chirurgie Cardio-Vasculaire
Anesthésie Réanimation
Chirurgie Thoracique
Mai et Novembre 1982
22. Pr. ABROUQ Ali*
23. Pr. BENOMAR M’hammed
24. Pr. BENSOUDA Mohamed
25. Pr. BENOSMAN Abdellatif
26. Pr. CHBICHEB Abdelkrim
27. Pr. JIDAL Bouchaib*
28. Pr. LAHBABI ép. AMRANI Naïma
Oto-Rhino-Laryngologie
Chirurgie-Cardio-Vasculaire
Anatomie
Chirurgie Thoracique
Biophysique
Chirurgie Maxillo-faciale
Physiologie
Novembre 1983
29. Pr. ALAOUI TAHIRI Kébir*
30. Pr. BALAFREJ Amina
31. Pr. BELLAKHDAR Fouad
32. Pr. HAJJAJ ép. HASSOUNI Najia
33. Pr. SRAIRI Jamal-Eddine
Pneumo-phtisiologie
Pédiatrie
Neurochirurgie
Rhumatologie
Cardiologie
Décembre 1984
34. Pr. BOUCETTA Mohamed*
35. Pr. EL OUEDDARI Brahim El Khalil
36. Pr. MAAOUNI Abdelaziz
37. Pr. MAAZOUZI Ahmed Wajdi
38. Pr. NAJI M’Barek *
39. Pr. SETTAF Abdellatif
Neurochirurgie
Radiothérapie
Médecine Interne
Anesthésie -Réanimation
Immuno-Hématologie
Chirurgie
Novembre et Décembre 1985
40. Pr. BENJELLOUN Halima
41. Pr. BENSAID Younes
42. Pr. EL ALAOUI Faris Moulay El Mostafa
43. Pr. IHRAI Hssain *
44. Pr. IRAQI Ghali
45. Pr. KZADRI Mohamed
Cardiologie
Pathologie Chirurgicale
Neurologie
Stomatologie et Chirurgie Maxillo-Faciale
Pneumo-phtisiologie
Oto-Rhino-laryngologie
Janvier, Février et Décembre 1987
46. Pr. AJANA Ali
47. Pr. AMMAR Fanid
48. Pr. CHAHED OUAZZANI ép.TAOBANE Houria
49. Pr. EL FASSY FIHRI Mohamed Taoufiq
50. Pr. EL HAITEM Naïma
51. Pr. EL MANSOURI Abdellah*
52. Pr. EL YAACOUBI Moradh
53. Pr. ESSAID EL FEYDI Abdellah
54. Pr. LACHKAR Hassan
Radiologie
Pathologie Chirurgicale
Gastro-Entérologie
Pneumo-phtisiologie
Cardiologie
Chimie-Toxicologie Expertise
Traumatologie Orthopédie
Gastro-Entérologie
Médecine Interne
55. Pr. OHAYON Victor*
56. Pr. YAHYAOUI Mohamed
Médecine Interne
Neurologie
Décembre 1988
57. Pr. BENHMAMOUCH Mohamed Najib
58. Pr. DAFIRI Rachida
59. Pr. FAIK Mohamed
60. Pr. FIKRI BEN BRAHIM Noureddine
61. Pr. HERMAS Mohamed
62. Pr. TOULOUNE Farida*
Chirurgie Pédiatrique
Radiologie
Urologie
Médecine Préventive, Santé Publique et Hygiène
Traumatologie Orthopédie
Médecine Interne
Décembre 1989 Janvier et Novembre 1990
63. Pr. ABIR ép. KHALIL Saadia
64. Pr. ACHOUR Ahmed*
65. Pr. ADNAOUI Mohamed
66. Pr. AOUNI Mohamed
67. Pr. AZENDOUR BENACEUR*
68. Pr. BENAMEUR Mohamed*
69. Pr. BOUKILI MAKHOUKHI Abdelali
70. Pr. CHAD Bouziane
71. Pr. CHKOFF Rachid
72. Pr. FARCHADO Fouzia ép.BENABDELLAH
73. Pr. HACHIM Mohammed*
74. Pr. HACHIMI Mohamed
75. Pr. KHARBACH Aîcha
76. Pr. MANSOURI Fatima
77. Pr. OUAZZANI Taïbi Mohamed Réda
78. Pr. SEDRATI Omar*
79. Pr. TAZI Saoud Anas
80. Pr. TERHZAZ Abdellah*
Cardiologie
Chirurgicale
Médecine Interne
Médecine Interne
Oto-Rhino-Laryngologie
Radiologie
Cardiologie
Pathologie Chirurgicale
Pathologie Chirurgicale
Pédiatrique
Médecine-Interne
Urologie
Gynécologie -Obstétrique
Anatomie-Pathologique
Neurologie
Dermatologie
Anesthésie Réanimation
Ophtalmologie
Février Avril Juillet et Décembre 1991
81. Pr. AL HAMANY Zaîtounia
82. Pr. ATMANI Mohamed*
83. Pr. AZZOUZI Abderrahim
84. Pr. BAYAHIA ép. HASSAM Rabéa
85. Pr. BELKOUCHI Abdelkader
86. Pr. BENABDELLAH Chahrazad
87. Pr. BENCHEKROUN BELABBES Abdelatif
88. Pr. BENSOUDA Yahia
89. Pr. BERRAHO Amina
90. Pr. BEZZAD Rachid
91. Pr. CHABRAOUI Layachi
92. Pr. CHANA El Houssaine*
93. Pr. CHERRAH Yahia
94. Pr. CHOKAIRI Omar
95. Pr. FAJRI Ahmed*
96. Pr. JANATI Idrissi Mohamed*
97. Pr. KHATTAB Mohamed
98. Pr. NEJMI Maati
99. Pr. OUAALINE Mohammed*
Anatomie-Pathologique
Anesthésie Réanimation
Anesthésie Réanimation
Néphrologie
Chirurgie Générale
Hématologie
Chirurgie Générale
Pharmacie galénique
Ophtalmologie
Gynécologie Obstétrique
Biochimie et Chimie
Ophtalmologie
Pharmacologie
Histologie Embryologie
Psychiatrie
Chirurgie Générale
Pédiatrie
Anesthésie-Réanimation
Médecine Préventive, Santé Publique et Hygiène
100. Pr. SOULAYMANI ép.BENCHEIKH Rachida
101. Pr. TAOUFIK Jamal
Pharmacologie
Chimie thérapeutique
Décembre 1992
102. Pr. AHALLAT Mohamed
103. Pr. BENOUDA Amina
104. Pr. BENSOUDA Adil
105. Pr. BOUJIDA Mohamed Najib
106. Pr. CHAHED OUAZZANI Laaziza
107. Pr. CHAKIR Noureddine
108. Pr. CHRAIBI Chafiq
109. Pr. DAOUDI Rajae
110. Pr. DEHAYNI Mohamed*
111. Pr. EL HADDOURY Mohamed
112. Pr. EL OUAHABI Abdessamad
113. Pr. FELLAT Rokaya
114. Pr. GHAFIR Driss*
115. Pr. JIDDANE Mohamed
116. Pr. OUAZZANI TAIBI Med Charaf Eddine
117. Pr. TAGHY Ahmed
118. Pr. ZOUHDI Mimoun
Chirurgie Générale
Microbiologie
Anesthésie Réanimation
Radiologie
Gastro-Entérologie
Radiologie
Gynécologie Obstetrique
Ophtalmologie
Gynécologie Obstétrique
Anesthésie Réanimation
Neurochirurgie
Cardiologie
Médecine Interne
Anatomie
Gynécologie Obstétrique
Chirurgie Générale
Microbiologie
Mars 1994
119. Pr. AGNAOU Lahcen
120. Pr. AL BAROUDI Saad
121. Pr. ARJI Moha*
122. Pr. BENCHERIFA Fatiha
123. Pr. BENJAAFAR Noureddine
124. Pr. BENJELLOUN Samir
125. Pr. BENRAIS Nozha
126. Pr. BOUNASSE Mohammed*
127. Pr. CAOUI Malika
128. Pr. CHRAIBI Abdelmjid
129. Pr. EL AMRANI ép. AHALLAT Sabah
130. Pr. EL AOUAD Rajae
131. Pr. EL BARDOUNI Ahmed
132. Pr. EL HASSANI My Rachid
133. Pr. EL IDRISSI LAMGHARI Abdennaceur
134. Pr. EL KIRAT Abdelmajid*
135. Pr. ERROUGANI Abdelkader
136. Pr. ESSAKALI Malika
137. Pr. ETTAYEBI Fouad
138. Pr. HADRI Larbi*
139. Pr. HDA Ali*
140. Pr. HASSAM Badredine
141. Pr. IFRINE Lahssan
142. Pr. JELTHI Ahmed
143. Pr. MAHFOUD Mustapha
144. Pr. MOUDENE Ahmed*
145. Pr. MOSSEDDAQ Rachid*
146. Pr. OULBACHA Said
147. Pr. RHRAB Brahim
Ophtalmologie
Chirurgie Générale
Anesthésie Réanimation
Ophtalmologie
Radiothérapie
Chirurgie Générale
Biophysique
Pédiatrie
Biophysique
Endocrinologie et Maladies Métabolique
Gynécologie Obstétrique
Immunologie
Traumato Orthopédie
Radiologie
Médecine Interne
Chirurgie Cardio- Vasculaire
Chirurgie Générale
Immunologie
Chirurgie Pédiatrique
Médecine Interne
Médecine Interne
Dermatologie
Chirurgie Générale
Anatomie Pathologique
Traumatologie Orthopédie
Traumatologie Orthopédie
Neurologie
Chirurgie Générale
Gynécologie Obstétrique
148. Pr. SENOUCI ép. BELKHADIR Karima
149. Pr. SLAOUI Anas
Dermatologie
Chirurgie Cardio-vasculaire
Mars 1994
150. Pr. ABBAR Mohamed*
151. Pr. ABDELHAK M’barek
152. Pr. BELAIDI Halima
153. Pr. BARHMI Rida Slimane
154. Pr. BENTAHILA Abdelali
155. Pr. BENYAHIA Mohammed Ali
156. Pr. BERRADA Mohamed Saleh
157. Pr. CHAMI Ilham
158. Pr. CHERKAOUI Lalla Ouafae
159. Pr. EL ABBADI Najia
160. Pr. HANINE Ahmed*
161. Pr. JALIL Abdelouahed
162. Pr. LAKHDAR Amina
163. Pr. MOUANE Nezha
Urologie
Chirurgie - Pédiatrique
Neurologie
Gynécologie Obstétrique
Pédiatrie
Gynécologie -Obstétrique
Traumatologie -Orthopédie
Radiologie
Ophtalmologie
Neurochirurgie
Radiologie
Chirurgie Générale
Gynécologie Obstétrique
Pédiatrie
Mars 1995
164. Pr. ABOUQUAL Redouane
165. Pr. AMRAOUI Mohamed
166. Pr. BAIDADA Abdelaziz
167. Pr. BARGACH Samir
168. Pr. BELLAHNECH Zakaria
169. Pr. BEDDOUCHE Amoqrane*
170. Pr. BENAZZOUZ Mustapha
171. Pr. CHAARI Jilali*
172. Pr. DIMOU M'barek*
173. Pr. DRISSI KAMILI Mohammed Nordine*
174. Pr. EL MESNAOUI Abbes
175. Pr. ESSAKALI HOUSSYNI Leila
176. Pr. FERHATI Driss
177. Pr. HASSOUNI Fadil
178. Pr. HDA Abdelhamid*
179. Pr. IBEN ATTYA ANDALOUSSI Ahmed
180. Pr. IBRAHIMY Wafaa
182. Pr. BENOMAR ALI
183. Pr. BOUGTAB Abdesslam
184. Pr. ER RIHANI Hassan
185. Pr. EZZAITOUNI Fatima
186. Pr. KABBAJ Najat
187. Pr. LAZRAK Khalid (M)
188. Pr. OUTIFA Mohamed*
Réanimation Médicale
Chirurgie Générale
Gynécologie Obstétrique
Gynécologie Obstétrique
Urologie
Urologie
Gastro-Entérologie
Médecine Interne
Anesthésie Réanimation
Anesthésie Réanimation
Chirurgie Générale
Oto-Rhino-Laryngologie
Gynécologie Obstétrique
Médecine Préventive, Santé Publique et Hygiène
Cardiologie
Urologie
Ophtalmologie
Neurologie
Chirurgie Générale
Oncologie Médicale
Néphrologie
Radiologie
Traumatologie Orthopédie
Gynécologie Obstétrique
Décembre 1996
189. Pr. AMIL Touriya*
190. Pr. BELKACEM Rachid
191. Pr. BELMAHI Amin
192. Pr. BOULANOUAR Abdelkrim
193. Pr. EL ALAMI EL FARICHA EL Hassan
194. Pr. EL MELLOUKI Ouafae*
195. Pr. GAMRA Lamiae
Radiologie
Chirurgie Pédiatrie
Chirurgie réparatrice et plastique
Ophtalmologie
Chirurgie Générale
Parasitologie
Anatomie Pathologique
196. Pr. GAOUZI Ahmed
197. Pr. MAHFOUDI M’barek*
198. Pr. MOHAMMADINE EL Hamid
199. Pr. MOHAMMADI Mohamed
200. Pr. MOULINE Soumaya
201. Pr. OUADGHIRI Mohamed
202. Pr. OUZEDDOUN Naima
203. Pr. ZBIR EL Mehdi*
Pédiatrie
Radiologie
Chirurgie Générale
Médecine Interne
Pneumo-phtisiologie
Traumatologie – Orthopédie
Néphrologie
Cardiologie
Novembre 1997
204. Pr. ALAMI Mohamed Hassan
205. Pr. BEN AMAR Abdesselem
206. Pr. BEN SLIMANE Lounis
207. Pr. BIROUK Nazha
208. Pr. BOULAICH Mohamed
209. Pr. CHAOUIR Souad*
210. Pr. DERRAZ Said
211. Pr. ERREIMI Naima
212. Pr. FELLAT Nadia
213. Pr. GUEDDARI Fatima Zohra
214. Pr. HAIMEUR Charki*
215. Pr. KADDOURI Noureddine
216. Pr. KANOUNI NAWAL
217. Pr. KOUTANI Abdellatif
218. Pr. LAHLOU Mohamed Khalid
219. Pr. MAHRAOUI CHAFIQ
220. Pr. NAZZI M’barek*
221. Pr. OUAHABI Hamid*
222. Pr. SAFI Lahcen*
223. Pr. TAOUFIQ Jallal
224. Pr. YOUSFI MALKI Mounia
Gynécologie – Obstétrique
Chirurgie Générale
Urologie
Neurologie
O.RL.
Radiologie
Neurochirurgie
Pédiatrie
Cardiologie
Radiologie
Anesthésie Réanimation
Chirurgie – Pédiatrique
Physiologie
Urologie
Chirurgie Générale
Pédiatrie
Cardiologie
Neurologie
Anesthésie Réanimation
Psychiatrie
Gynécologie Obstétrique
Novembre 1998
225. Pr. BENKIRANE Majid*
226. Pr. KHATOURI Ali*
227. Pr. LABRAIMI Ahmed*
Hématologie
Cardiologie
Anatomie Pathologique
Novembre 1998
228. Pr. AFIFI RAJAA
229. Pr. AIT BENASSER MOULAY Ali*
230. Pr. ALOUANE Mohammed*
231. Pr. LACHKAR Azouz
232. Pr. LAHLOU Abdou
233. Pr. MAFTAH Mohamed*
234. Pr. MAHASSINI Najat
235. Pr. MDAGHRI ALAOUI Asmae
236. Pr. MANSOURI Abdelaziz*
237. Pr. NASSIH Mohamed*
238. Pr. RIMANI Mouna
239. Pr. ROUIMI Abdelhadi
Gastro - Entérologie
Pneumo-phtisiologie
Oto- Rhino- Laryngologie
Urologie
Traumatologie Orthopédie
Neurochirurgie
Anatomie Pathologique
Pédiatrie
Neurochirurgie
Stomatologie Et Chirurgie Maxillo Faciale
Anatomie Pathologique
Neurologie
Janvier 2000
240. Pr. ABID Ahmed*
Pneumo-phtisiologie
241. Pr. AIT OUMAR Hassan
242. Pr. BENCHERIF My Zahid
243. Pr. BENJELLOUN DAKHAMA Badr.Sououd
244. Pr. BOURKADI Jamal-Eddine
245. Pr. CHAOUI Zineb
246. Pr. CHARIF CHEFCHAOUNI Al Montacer
247. Pr. ECHARRAB El Mahjoub
248. Pr. EL FTOUH Mustapha
249. Pr. EL MOSTARCHID Brahim*
250. Pr. EL OTMANYAzzedine
251. Pr. GHANNAM Rachid
252. Pr. HAMMANI Lahcen
253. Pr. ISMAILI Mohamed Hatim
254. Pr. ISMAILI Hassane*
255. Pr. KRAMI Hayat Ennoufouss
256. Pr. MAHMOUDI Abdelkrim*
257. Pr. TACHINANTE Rajae
258. Pr. TAZI MEZALEK Zoubida
Pédiatrie
Ophtalmologie
Pédiatrie
Pneumo-phtisiologie
Ophtalmologie
Chirurgie Générale
Chirurgie Générale
Pneumo-phtisiologie
Neurochirurgie
Chirurgie Générale
Cardiologie
Radiologie
Anesthésie-Réanimation
Traumatologie Orthopédie
Gastro-Entérologie
Anesthésie-Réanimation
Anesthésie-Réanimation
Médecine Interne
Novembre 2000
259. Pr. AIDI Saadia
260. Pr. AIT OURHROUIL Mohamed
261. Pr. AJANA Fatima Zohra
262. Pr. BENAMR Said
263. Pr. BENCHEKROUN Nabiha
264. Pr. BOUSSELMANE Nabile*
265. Pr. BOUTALEB Najib*
266. Pr. CHERTI Mohammed
267. Pr. ECH-CHERIF EL KETTANI Selma
268. Pr. EL HASSANI Amine
269. Pr. EL IDGHIRI Hassan
270. Pr. EL KHADER Khalid
271. Pr. EL MAGHRAOUI Abdellah*
272. Pr. GHARBI Mohamed El Hassan
273. Pr. HSSAIDA Rachid*
274. Pr. MANSOURI Aziz
275. Pr. OUZZANI CHAHDI Bahia
276. Pr. RZIN Abdelkader*
277. Pr. SEFIANI Abdelaziz
278. Pr. ZEGGWAGH Amine Ali
Neurologie
Dermatologie
Gastro-Entérologie
Chirurgie Générale
Ophtalmologie
Traumatologie Orthopédie
Neurologie
Cardiologie
Anesthésie-Réanimation
Pédiatrie
Oto-Rhino-Laryngologie
Urologie
Rhumatologie
Endocrinologie et Maladies Métaboliques
Anesthésie-Réanimation
Radiothérapie
Ophtalmologie
Stomatologie et Chirurgie Maxillo-faciale
Génétique
Réanimation Médicale
PROFESSEURS AGREGES :
Décembre 2001
279. Pr. ABABOU Adil
280. Pr. AOUAD Aicha
281. Pr. BALKHI Hicham*
282. Pr. BELMEKKI Mohammed
283. Pr. BENABDELJLIL Maria
284. Pr. BENAMAR Loubna
285. Pr. BENAMOR Jouda
286. Pr. BENELBARHDADI Imane
287. Pr. BENNANI Rajae
288. Pr. BENOUACHANE Thami
289. Pr. BENYOUSSEF Khalil
Anesthésie-Réanimation
Cardiologie
Anesthésie-Réanimation
Ophtalmologie
Neurologie
Néphrologie
Pneumo-phtisiologie
Gastro-Entérologie
Cardiologie
Pédiatrie
Dermatologie
290. Pr. BERRADA Rachid
291. Pr. BEZZA Ahmed*
292. Pr. BOUCHIKHI IDRISSI Med Larbi
293. Pr. BOUHOUCH Rachida
294. Pr. BOUMDIN El Hassane*
295. Pr. CHAT Latifa
296. Pr. CHELLAOUI Mounia
297. Pr. DAALI Mustapha*
298. Pr. DRISSI Sidi Mourad*
299. Pr. EL HAJOUI Ghziel Samira
300. Pr. EL HIJRI Ahmed
301. Pr. EL MAAQILI Moulay Rachid
302. Pr. EL MADHI Tarik
303. Pr. EL MOUSSAIF Hamid
304. Pr. EL OUNANI Mohamed
305. Pr. EL QUESSAR Abdeljlil
306. Pr. ETTAIR Said
307. Pr. GAZZAZ Miloudi*
308. Pr. GOURINDA Hassan
309. Pr. HRORA Abdelmalek
310. Pr. KABBAJ Saad
311. Pr. KABIRI EL Hassane*
312. Pr. LAMRANI Moulay Omar
313. Pr. LEKEHAL Brahim
314. Pr. MAHASSIN Fattouma*
315. Pr. MEDARHRI Jalil
316. Pr. MIKDAME Mohammed*
317. Pr. MOHSINE Raouf
318. Pr. NABIL Samira
319. Pr. NOUINI Yassine
320. Pr. OUALIM Zouhir*
321. Pr. SABBAH Farid
322. Pr. SEFIANI Yasser
323. Pr. TAOUFIQ BENCHEKROUN Soumia
324. Pr. TAZI MOUKHA Karim
Gynécologie Obstétrique
Rhumatologie
Anatomie
Cardiologie
Radiologie
Radiologie
Radiologie
Chirurgie Générale
Radiologie
Gynécologie Obstétrique
Anesthésie-Réanimation
Neuro-Chirurgie
Chirurgie-Pédiatrique
Ophtalmologie
Chirurgie Générale
Radiologie
Pédiatrie
Neuro-Chirurgie
Chirurgie-Pédiatnique
Chirurgie Générale
Anesthésie-Réanimation
Chirurgie Thoracique
Traumatologie Orthopédie
Chirurgie Vasculaire Périphérique
Médecine Interne
Chirurgie Générale
Hématologie Clinique
Chirurgie Générale
Gynécologie Obstétrique
Urologie
Néphrologie
Chirurgie Générale
Chirurgie Vasculaire Périphérique
Pédiatrie
Urologie
Décembre 2002
325. Pr. AL BOUZIDI Abderrahmane*
326. Pr. AMEUR Ahmed*
327. Pr. AMRI Rachida
328. Pr. AOURARH Aziz*
329. Pr. BAMOU Youssef *
330. Pr. BELGHITI Laila
331. Pr. BELMEJDOUB Ghizlene*
332. Pr. BENBOUAZZA Karima
333. Pr. BENZEKRI Laila
334. Pr. BENZZOUBEIR Nadia*
335. Pr. BERADY Samy*
336. Pr. BERNOUSSI Zakiya
337. Pr. BICHRA Mohamed Zakarya
338. Pr. CHOHO Abdelkrim *
339. Pr. CHKIRATE Bouchra
340. Pr. EL ALAMI EL FELLOUS Sidi Zouhair
341. Pr. EL ALJ Haj Ahmcd
Anatomie Pathologique
Urologie
Cardiologie
Gastro-Entérologie
Biochimie-Chimie
Gynécologie Obstétrique
Endocrinologie et Maladies Métaboliques
Rhumatologie
Dermatologie
Gastro – Enterologie
Médecine Interne
Anatomie Pathologique
Psychiatrie
Chirurgie Générale
Pédiatrie
Chirurgie Pédiatrique
Urologie
342. Pr. EL BARNOUSSI Leila
343. Pr. EL HAOURI Mohamed *
344. Pr. EL MANSARI Omar*
345. Pr. ES-SADEL Abdelhamid
346. Pr. FILALI ADIB Abdelhai
347. Pr. HADDOUR Leila
348. Pr. HAJJI Zakia
349. Pr. IKEN Ali
350. Pr. ISMAEL Farid
351. Pr. JAAFAR Abdeloihab*
352. Pr. KRIOULE Yamina
353. Pr. LAGHMARI Mina
354. Pr. MABROUK Hfid*
355. Pr. MOUSSAOUI RAHALI Driss*
356. Pr. MOUSTAGHFIR Abdelhamid*
357. Pr. MOUSTAINE My Rachid
358. Pr. NAITLHO Abdelhamid*
359. Pr. OUJILAL Abdelilah
360. Pr. RACHID Khalid *
361. Pr. RAISS Mohamed
362. Pr. RGUIBI IDRISSI Sidi Mustapha*
363. Pr. RHOU Hakima
364. Pr. RKIOUAK Fouad*
365. Pr. SIAH Samir *
366. Pr. THIMOU Amal
367. Pr. ZENTAR Aziz*
368. Pr. ZRARA Ibtisam*
Gynécologie Obstétrique
Dermatologie
Chirurgie Générale
Chirurgie Générale
Gynécologie Obstétrique
Cardiologie
Ophtalmologie
Urologie
Traumatologie Orthopédie
Traumatologie Orthopédie
Pédiatrie
Ophtalmologie
Traumatologie Orthopédie
Gynécologie Obstétrique
Cardiologie
Traumatologie Orthopédie
Médecine Interne
Oto-Rhino-Laryngologie
Traumatologie Orthopédie
Chirurgie Générale
Pneumo-phtisiologie
Néphrologie
Endocrinologie et Maladies Métaboliques
Anesthésie Réanimation
Pédiatrie
Chirurgie Générale
Anatomie Pathologique
Janvier 2004
369. Pr. ABDELLAH El Hassan
370. Pr. AMRANI Mariam
371. Pr. BENBOUZID Mohammed Anas
372. Pr. BENKIRANE Ahmed*
373. Pr. BENRAMDANE Larbi*
374. Pr. BOUGHALEM Mohamed*
375. Pr. BOULAADAS Malik
376. Pr. BOURAZZA Ahmed*
377. Pr. CHERRADI Nadia
378. Pr. EL FENNI Jamal*
379. Pr. EL HANCHI Zaki
380. Pr. EL KHORASSANI Mohamed
381. Pr. EL YOUNASSI Badreddine*
382. Pr. HACHI Hafid
383. Pr. JABOUIRIK Fatima
384. Pr. KARMANE Abdelouahed
385. Pr. KHABOUZE Samira
386. Pr. KHARMAZ Mohamed
387. Pr. LEZREK Mohammed*
388. Pr. MOUGHIL Said
389. Pr. NAOUMI Asmae*
390. Pr. SAADI Nozha
391. Pr. SASSENOU Ismail*
392. Pr. TARIB Abdelilah*
Ophtalmologie
Anatomie Pathologique
Oto-Rhino-Laryngologie
Gastro-Entérologie
Chimie Analytique
Anesthésie Réanimation
Stomatologie et Chirurgie Maxillo-faciale
Neurologie
Anatomie Pathologique
Radiologie
Gynécologie Obstétrique
Pédiatrie
Cardiologie
Chirurgie Générale
Pédiatrie
Ophtalmologie
Gynécologie Obstétrique
Traumatologie Orthopédie
Urologie
Chirurgie Cardio-Vasculaire
Ophtalmologie
Gynécologie Obstétrique
Gastro-Entérologie
Pharmacie Clinique
393. Pr. TIJAMI Fouad
394. Pr. ZARZUR Jamila
Chirurgie Générale
Cardiologie
Janvier 2005
395. Pr. ABBASSI Abdelah
396. Pr. AL KANDRY Sif Eddine*
397. Pr. ALAOUI Ahmed Essaid
398. Pr. ALLALI fadoua
399. Pr. AMAR Yamama
400. Pr. AMAZOUZI Abdellah
401. Pr. AZIZ Noureddine*
402. Pr. BAHIRI Rachid
403. Pr. BARAKAT Amina
404. Pr. BENHALIMA Hanane
405. Pr. BENHARBIT Mohamed
406. Pr. BENYASS Aatif
407. Pr. BERNOUSSI Abdelghani
408. Pr. BOUKALATA Salwa
409. Pr. CHARIF CHEFCHAOUNI Mohamed
410. Pr. DOUDOUH Abderrahim*
411. Pr. EL HAMZAOUI Sakina
412. Pr. HAJJI Leila
413. Pr. HESSISSEN Leila
414. Pr. JIDAL Mohamed*
415. Pr. KARIM Abdelouahed
416. Pr. KENDOUSSI Mohamed*
417. Pr. LAAROUSSI Mohamed
418. Pr. LYACOUBI Mohammed
419. Pr. NIAMANE Radouane*
420. Pr. RAGALA Abdelhak
421. Pr. REGRAGUI Asmaa
422. Pr. SBIHI Souad
423. Pr. TNACHERI OUAZZANI Btissam
424. Pr. ZERAIDI Najia
Chirurgie Réparatrice et Plastique
Chirurgie Générale
Microbiologie
Rhumatologie
Néphrologie
Ophtalmologie
Radiologie
Rhumatologie
Pédiatrie
Stomatologie et Chirurgie Maxillo Faciale
Ophtalmologie
Cardiologie
Ophtalmologie
Radiologie
Ophtalmologie
Biophysique
Microbiologie
Cardiologie
Pédiatrie
Radiologie
Ophtalmologie
Cardiologie
Chirurgie Cardio Vasculaire
Parasitologie
Rgumatologie
Gynécologie Obstétrique
Anatomie Pathologique
Histo Embryologie Cytogénétique
Ophtalmologie
Gynécologie Obstétrique
Avril 2006
425. Pr. ACHEMLAL Lahsen*
426. Pr. AFIFI Yasser
427. Pr. AKJOUJ Said*
428. Pr. BELGNAOUI Fatima Zahra
429. Pr. BELMEKKI Abdelkader*
430. Pr. BENCHEIKH Razika
431. Pr. BIYI Abdelhamid*
432. Pr. BOUHAFS Mohamed El Amine
433. Pr. BOULAHYA Abdellatif*
434. Pr. CHEIKHAOUI Younes
435. Pr. CHENGUETI ANSARI Anas
436. Pr. DOGHMI Nawal
437. Pr. ESSAMRI Wafaa
438. Pr. FELLAT Ibtissam
439. Pr. FAROUDY Mamoun
440. Pr. GHADOUANE Mohammed*
441. Pr. HARMOUCHE Hicham
Rhumatologie
Dermatologie
Radiologie
Dermatologie
Hematologie
O.R.L
Biophysique
Chirurgie – Pédiatrique
Chirurgie Cardio-Vasculaire
Chirurgie Cardio-Vasculaire
Gynécologie Obstétrique
Cardiologie
Gastro-Entérologie
Cardiologie
Anesthésie Réanimation
Urologie
Médecine Interne
442. Pr. HNAFI Sidi Mohamed*
443. Pr. IDRISS LAHLOU Amine
444. Pr. JROUNDI Laila
445. Pr. KARMOUNI Tariq
446. Pr. KILI Amina
447. Pr. KISRA Hassan
448. Pr. KISRA Mounir
449. Pr. KHARCHAFI Aziz*
450. Pr. LMIMOUNI Badreddine*
451. Pr. MANSOURI Hamid*
452. Pr. NAZIH Naoual
453. Pr; OUANASS Abderrazzak
454. Pr. SAFI Soumaya*
455. Pr. SEKKAT Fatima Zahra
456. Pr. SEFIANI Sana
457. Pr. SOUALHI Mouna
458. Pr. ZAHRAOUI Rachida
Anesthésie Réanimation
Microbiologie
Radiologie
Urologie
Pédiatrie
Psychiatrie
Chirurgie – Pédiatrique
Médecine Interne
Parasitologie
Radiothérapie
O.R.L
Psychiatrie
Endocrinologie
Psychiatrie
Anatomie Pathologique
Pneumo-Phtisiologie
Pneumo-Phtisiologie
ENSEIGNANTS SCIENTIFIQUES
PROFESSEURS
1. Pr. ALAMI OUHABI Naima
2. Pr. ALAOUI KATIM
3. Pr. ALAOUI SLIMANI Lalla Naïma
4. Pr. ANSAR M'hammed
5. Pr. BOUKLOUZE Abdelaziz
6. Pr. BOURJOUANE Mohamed
7. Pr. DRAOUI Mustapha
8. Pr. EL GUESSABI Lahcen
9. Pr. ETTAIB Abdelkader
10. Pr. FAOUZI Moulay El Abbes
11. Pr. HMAMOUCHI Mohamed
12. Pr. REDHA Ahlam
13. Pr. TELLAL Saida*
14. Pr. TOUATI Driss
15. Pr. ZELLOU Amina
* Enseignants Militaires
Biochimie
Pharmacologie
Histologie – Embryologie
Chimie Organique et Pharmacie Chimique
Applications Pharmaceutiques
Microbiologie
Chimie Analytique
Pharmacognosie
Zootechnie
Pharmacologie
Chimie Organique
Biochimie
Biochimie
Pharmacognosie
Chimie Organique
Dédicaces
A
FEU SA MAJESTE LE ROI
HASSAN II
Que Dieu ait son âme dans son Saint Paradis
A
SA MAJESTE LE ROI
MOHAMED VI
Chef suprême et chef d’état major général des forces armées royales.
Que dieu le glorifie et préserve son royaume.
A
SON ALTESSE ROYALE LE PRINCE HERITIER
MOULAY EL HASSAN
Que dieu le garde.
A TOUTE LA FAMILLE ROYALE
A Monsieur le Médecin Général de Brigade
ALI ABROUQ :
Professeur d’oto-rhino-laryngologie.
Inspecteur du Service de Santé des Forces Armées Royales.
En témoignage de notre grand respect
et notre profonde considération.
A Monsieur le Médecin Colonel Major
MOHAMED HACHIM :
Professeur de médecine interne.
Directeur de l’HMIMV –Rabat.
En témoignage de notre grand respect
et notre profonde considération
A Monsieur le Médecin Colonel Major
KHALID LAZRAK :
Professeur de Traumatologie Orthopédie.
Directeur de L’Hôpital Militaire de Meknès.
En témoignage de notre grand respect
et notre profonde considération.
A Monsieur le Médecin Colonel Major
MOHAMED EL JANATI :
Professeur de Chirurgie viscérale.
Directeur de L’Hôpital Militaire de Marrakech.
En témoignage de notre grand respect
et notre profonde considération.
A Monsieur le Médecin Colonel Major
MOHAMED ATMANI :
Professeur de réanimation-anesthésie.
Directeur de l’E.R.S.S.M et de L’E.R.M.I.M.
En témoignage de notre grand respect
et notre profonde considération.
A Monsieur le Médecin Lt Colonel
AZIZ EL MAHDAOUI :
Chef de groupement formation et instruction à l’ERSSM.
En témoignage de notre grand respect
et notre profonde considération.
A Ma très chère Mère,
C’est pour moi un jour d’une grande importance, car je sais que tu es à
la fois fière et heureuse de voir le fruit de ton éducation et de tes efforts
inlassables se concrétiser.
Aucun mot, aussi expressif qu’il soit, ne saurait remercier à sa justice
valeur, l’être qui a consacré sa vie à parfaire mon éducation avec un
dévouement inégal.
C’est grâce à ALLAH puis à toi que je suis devenue ce que je suis
aujourd’hui.
Accepte ce travail comme le témoignage de ma reconnaissance, ma
gratitude et mon profond amour.
Puisse ALLAH m’aider pour rendre un peu soit-il de ce que tu m’as
donné.
Puisse ALLAH t’accorder santé, bonheur et longue vie.
A mon très cher père
Aucun mot ne saurait exprimer la profonde gratitude et l’immense
amour que j’ai pour toi.
Ton soutien, ta prière ont été pour moi un stimulant tout au long de
mes études.
J’espère, cher père, que j’ai gagné ta confiance, ta satisfaction et ta
fierté.
Que ALLAH te protège et t’accorde santé, longue vie et bonheur.
A ma très chère grand-mère
maternelle Amina
Nulle dédicace ne saurait exprimer mon l’amour, l’estime et l’affection
que j’ai pour toi.
Tu m’as comblé d’amour et d’affection.
Tes prières et tes encouragements tout au long de mes études ont été
pour moi d’un grand soutien.
Que Dieu te garde pour moi et te protège.
A mon frère riyad
à mes sœurs nihad jalila
et à mes cousines nada salma wafae
A travers ce travail je vous exprime tout mon amour et mon affection.
Sans vous ma vie n’aurait pas eu le même goût.
Je vous remercie pour tout ce que vous êtes, et je vous souhaite à tous
beaucoup de réussite dans vos études mais aussi dans tout le reste.
A mon cher oncle Driss et sa femme Halima
A mes tantes NAIMA et HIKMAT
Les mots ne sauraient exprimer l’entendu de l’affection que j’ai pour
vous et ma gratitude.
Je vous dédie ce travail avec tous mes vœux de bonheur, de santé et de
réussite.
Je vous souhaite une vie pleine de bonheur, de santé et de prospérité.
Que ALLAH vous bénisse et vous protège.
A Ma soeur narjis, son Mari Driss
Et leurs enfants anas et malak
Les mots ne sauraient exprimer l’entendu de l’affection que j’ai pour
vous et ma gratitude.
Je vous dédie ce travail avec tous mes vœux de bonheur, de santé et de
réussite.
Je vous souhaite une vie pleine de bonheur, de santé et de prospérité.
Que ALLAH vous bénisse et vous protège.
A tous mes amis les EOM de l’ERSSM promotion 2003.
A tous ceux qui m'ont aidé dans la réalisation de ce travail.
A tous les membres de ma grande famille.
A tous mes amis et camarades de promotion
Ilias Tahiri, Youness Mokhchani, Ahmed Alahmed, Zakaria Haffate
Fahd Bennani Smires
Elfahim Faycal ,Haitam Ajeram,Grohs Mohamed Achraf...
A tous ceux que j'ai omis d'écrire leurs noms.
Que notre amitié demeure pour toujours
Remerciements
A notre Maître et Président de thèse
Monsieur le Professeur M.N.Benhmamouch
Professeur Agrégé de Chirurgie pédiatrique
Vous nous faites un grand honneur en acceptant de juger notre thèse.
Votre compétence, votre rigueur et vos qualités humaines ont suscité
en nous une grande admiration.
Veuillez accepter Maîtresse, l’assurance de mon estime et de mon
profond respect.
A notre Maitre et Rapporteur de thèse
Monsieur le Professeur M.Kisra
Professeur Agrégé de Chirurgie pédiatrique
Vous nous avez accordé un grand honneur en acceptant de diriger ce
travail.
Nous avons trouvé auprès de vous le conseiller et le guide qui nous a
reçu en toute circonstance.
Vos qualités humaines et professionnelles nous inspirent une grande
admiration et un profond respect.
Nous voudrions être dignes de la confiance que vous nous avez
accordée et nous vous prions, cher Maitre, de trouver ici le témoignage de
notre sincère reconnaissance et profonde gratitude.
A notre Maître et Juge de thèse
Monsieur le Professeur M.El Absi
Professeur Agrégé de Chirurgie Générale
Vous avez accepté avec grande amabilité de juger ce travail.
Cet honneur nous touche infiniment et nous tenons à vous exprimer.
Cher Maître, nos sincères remerciements et notre profonde
reconnaissance.
A notre Maître et Juge de thèse Monsieur
Professeur A.MBAREK
Nous vous remercions vivement de l’honneur que vous nous faites en
siégeant dans ce jury.
Veuillez croire, cher Maître, à l’assurance de notre respect et de notre
grande reconnaissance.
A notre Maître et Juge de thèse
Monsieur le Professeur R.GANA
Professeur de neurochirurgie
Nous vous remercions pour votre estimable participation dans
l’élaboration de ce travail.
Permettez nous de vous exprimer notre admiration pour vos qualités
humaines et professionnelles.
Veuillez trouvez ici l’expression de notre grand respect et nos vifs
remerciements.
A tout le personnel médical et paramédical de
l’H.M.I.M.V de RABAT
A tout ceux qui ont contribué de près
ou de loin à la réalisation de ce travail.
Sommaire
INTRODUCTION ................................................................................................. 1
DEFINITIONS....................................................................................................... 3
RAPPELS ............................................................................................................... 6
A. Rappel anatomique ........................................................................................ 7
B. Rappel anatomohistologique ......................................................................... 21
C. Rappel embryologique................................................................................... 25
D. Rappel embryopathologique : pathogénie des duplications gastrique. ........ 30
E. Rappel anatomo pathologique ....................................................................... 34
MATERIEL ET METHODES............................................................................. 40
RESULTAS ............................................................................................................ 47
DISCUSSION......................................................................................................... 54
I .Epidémiologie ................................................................................................ 55
A.fréquence globale ......................................................................................... 55
B.fréquence absolue de l’affection .................................................................. 55
C.Fréquence en fonction du sexe..................................................................... 56
D.Fréquence en fonction de l’âge.................................................................... 56
E. Fréquence en fonction du siège ................................................................... 56
II . Etude clinique ............................................................................................. 57
A .Circonstances de découverte ...................................................................... 57
B. Type de description : Duplication gastrique .............................................. 58
III. Etude paraclinique .................................................................................... 61
A. Radiologie ................................................................................................... 61
1.Radiographie thoracique de face ............................................................. 61
2. Abdomen sans préparation ..................................................................... 62
3. Echographie ............................................................................................ 62
4. Tomodensitométrie ................................................................................. 64
5. Les opacifications digestives .................................................................. 65
B. Endoscopie .................................................................................................. 65
C. Scintigraphie ............................................................................................... 66
D. Biologie....................................................................................................... 67
IV Diagnostic anténatal ................................................................................... 69
V Diagnostic différentiel .................................................................................. 72
VI Traitement ................................................................................................... 73
A .But ............................................................................................................... 73
B. Moyens chirurgicaux .................................................................................. 73
1- Chirurgie à ciel ouvert............................................................................ 73
2- Coeliochirurgie....................................................................................... 74
2.1- Instrumentation............................................................................ 75
2.2- Principe ........................................................................................ 77
2.3- Apport de la coeliochirurgie........................................................ 79
C. Les différentes techniques opératoires ....................................................... 81
D. Les indications ............................................................................................ 82
VII Evolution-complications ........................................................................... 83
CONCLUSION ...................................................................................................... 84
RESUMES .............................................................................................................. 86
BIBLIOGRAPHIE ................................................................................................ 90
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
Introduction
1
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
Les duplications gastriques ne représentent que 3.8% de l’ensemble des
duplications digestives [1].
Cette malformation se rencontre essentiellement chez l’enfant où elle a fait
l’objet de nombreux symposiums [1] . et publications.
En effet, il est rare que cette affection se révèle au-delà de la 12ème année.
Dans notre étude, nous avons dénombré 3cas de duplications gastriques
vraies colligées au service de chirurgie A de l’hôpital d’enfants de Rabat sur une
durée de 9 ans (2000-2009).
La rareté de cette malformation chez l’adulte, Le polymorphisme clinique,
la difficulté diagnostique et les nombreuses théories embryologiques ont motivé
notre intérêt pour l’étude de cette lésion.
2
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
Définitions
3
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
Définition donnée par LADO et GROSS [ 2 ]
Les duplications gastriques sont des formations creuses, sphériques ou
allongées qui possèdent une couche muqueuse de type digestif , une musculaire
lisse et sont rattachées en un point quelconque du tube digestif .Toute formation
possédant ces critères est une Duplication et s’oppose aux formations formations
diverticulaires. Chaque duplication porte le même nom que le segment digestif
auquel elle est rattachée.
Plus tard, ROWLING a repris cette définition et y a précisé des
critères anatomiques [ 3 ]:
1- La paroi de la duplication est en continuité étroite avec celle de
l’estomac ( les formes thoraciques pures sont éliminées).
2 - Une couche musculaire lisse est toujours présente, reliée à celle de
l’estomac.
3 - Le revêtement endoluminal est fait d’un épithélium de type digestif ,
soit typique, soit altéré.
Ainsi, un kyste tapissé d’un épithélium gastrique ,mais sans attaches à
l’estomac, ne doit pas être considéré comme Duplication gastrique.
Mais certains auteurs reprochent à cette Définition de ROWLING de
regrouper sous une méme appelation des formes macroscopiques très
différentes.
Aussi , nous avons retenu la Définition de BAUMEL [4] publiée à propos
d’une observation personnelle qui est la suivante :
4
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
(Les duplications gastriques sont des malformations tubulaires ou
kystiques,plus ou moins largement rattachées à l’estomac et dont la paroi
comporte une musculaire lisse et une muqueuse digestive).
5
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
Rappels
6
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
A RAPPEL ANATOMIQUE DE L’ESTOMAC
1 . L’anatomie de l’estomac : [5.6.7.8]
L’estomac est un organe dilatable, sa forme est variable en fonction de :
L’âge, du sexe, de l’état de réplétion et de la position.
Classiquement l’estomac sur le sujet debout a la forme d’un J majuscule.
L’estomac présente à décrire :
- 2 Portions :
Portion supérieure : vertical, la plus grande, (2/3) comportant en haut le
fundus et en bas le Corps
Portion inférieure : pylorique, horizontal, plus petite, (1/3) se rétrécissant
pour se Continuer par le pylore.
- 2 Faces :
Antérieure et postérieure plus ou moins convexes selon la réplétion.
- 2 Courbures :
Petite courbure : divisée en deux segments verticale corporal et horizontale
antro-pylorique.
Grande courbure : divisée en trois segments, supérieur le fundus, formant
un angle aigu avec le bord gauche de l’œsophage (Angle de His), moyen le
corps et inférieur l’antre.
7
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
- 2 Orifices :
Supérieur ou cardia Faisant communiquer l’œsophage abdominal et
l’estomac. Inférieur ou pylore qui est un sphincter faisant communiquer
l’estomac et le duodénum.
8
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
Fig1 image montrant les différentes portions de l’estomac
9
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
Fig2 image montrant les différentes portions de l’estomac
10
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
2. Moyens de fixité :
Moyen principal :
Le ligament gastro-phrénique : accolement péritonéal du fundus au
diaphragme.[8]
Moyens secondaires :
- la jonction avec l’oesophage et le duodénum
- les épiploons :
Gastro-splénique
Gastro-colique
Gastro-hépatique
Ce qui fait que l’estomac est amarré au diaphragme tout en étant
mobilisable dans l’étage sus-Mésocolique.
3.Rapports [5.6.7.8-9]
Rapports péritonéaux
Le péritoine viscéral recouvre les 2 faces de l’estomac sauf la partie
supérieure de la face postérieure où est individualisé le ligament gastrophrénique.
- Ligament gastro-phrénique :
Formé par réflexion des feuillets du péritoine gastrique sur le péritoine
diaphragmatique et fixe la grosse tubérosité au diaphragme
11
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
- Petit épiploon :
Formé par le prolongement des deux feuillets du péritoine gastrique, il relie
la petite courbure et la face postérieure de la partie supérieure du duodénum au
hile du foie. On le subdivise en deux ligaments : hépato-duodénal et hépatogastrique.
- Faux des vaisseaux :
Ce sont des replis péritonéaux déterminés par le passage des artères issues
du tronc cœliaque et destinés au foie et au tube digestif. Ce sont la faux de
l’artère coronaire stomachique et la faux de l’artère hépatique.
- Arrière cavité des épiploons :
C’est une cavité virtuelle située directement en arrière de l’estomac limitée
par :
- En avant : péritoine viscéral tapissant la face postérieure de l’estomac.
- En arrière : péritoine pariétal postérieur.
- A gauche : épiploon gastro- splénique
- A droite : Faux de l’artère coronaire stomachique.
- En haut : ligament gastro-phrénique.
- En bas : Le mésocolon transverse.
Elle possède un accès naturel à droite sous le petit épiploon par le hiatus de
Winslow. C’est une véritable bourse articulaire de l’estomac permettant ses
mouvements.
12
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
iii
fig3, image montrant les rapports péritonéaux de l’estomac
1. Foie
3. Rate
5 . petit épiploon
2. Estomac
4. Colon transverse
6. épiploon gastrosplénique
7. grand épiploon
13
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
Rapports avec les organes et la paroi
- Face antérieure :
- Etage supérieur sous thoracique le plus étendu, les rapports pariétaux se
font par l’intermédiaire du diaphragme avec :
Entre diaphragme et paroi : le sinus pleural costo-diaphragmatique, base du
poumon gauche et le cœur par le biais du péricarde.
Entre l’estomac et diaphragme : l’extrémité gauche du lobe gauche du foie
- Etage inférieur : abdominal moins étendu, en rapport en haut et à
droite avec le lobe gauche du foie, en bas et à gauche avec la paroi
abdominale antérieure.[8]’
- Face postérieure :
Au niveau du Segment supérieur la face postérieure du fundus est
directement accolée au diaphragme par le ligament gastro-phrénique.
Au niveau du segment inférieur subdivisé en deux étages,
- Etage supérieur :
Sus mésocolique répond en haut et à gauche à la rate, à droite à la partie
supérieure du rein gauche et surrénale gauche, en bas au pancréas.
- Etage inférieur :
Sous mésocolique répond au mésocolon transverse, plus à gauche au colon
transverse lui-même et plus au dessous : l’angle duodéno-jéjunal, et aux
premières anses du grêle.
14
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
Ainsi peut-on réaliser chirurgicalement une anastomose gastro-jejunale
transmésocolique.
La grande courbure :
Répond de haut en bas au diaphragme par le ligament gastro- phrénique, à
la rate par l’épiploon gastro- splénique et au colon transverse : par l’épiploon
gastro-colique.
La petite courbure :
Réunie au foie par le petit épiploon.
Entre les 2 feuillets de l’épiploon chemine :
- L’artère coronaire stomachique : branche du tronc coeliaque
- Les fibres du X.
Le cardia :
Fait suite à l’oesophage abdominal dont il partage les rapports, il n’est
péritonisé qu’en avant et répond en avant au lobe gauche du foie, au nerf vague
gauche et aux vaisseaux cardio-tubérositaires antérieurs.
- En arrière il répond au pilier gauche du diaphragme, l’aorte abdominale et
au nerf vague droit.
- A gauche il répond au fundus ménageant l’angle de His
Le pylore :
Situé à peu près sur la ligne médiane un peu au dessus de l’ombilic, il
répond en arrière à L1.
- En avant : Le foie , vésicule et colon transvers.
15
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
- En arrière : La tête du pancréas , le tronc de la veine porte et le
prolongement de l’arrière cavité des épiploons.
4. Vaisseaux et nerfs
1. Artères :
Proviennent des 3 branches de division du tron coeliaque
L’artère coronaire stomachique :
 Seule qui est destinée entièrement à l’estomac.
 Donne 2 branches terminales qui descendent le long de la petite
courbure et s’anastomosent avec les rameaux de l’artère pylorique,
branche de l’artère hépatique commune, formant ainsi le cercle
artériel de la petite courbure.
L’artère hépatique commune :

Donne l’artère gastro-épiploique droite ,branche de l’artère gastroduodénale, qui s’anastomose le long de la grande courbure avec
l’artère gastro-épiploique gauche,branche de l’artère splénique,formant
le cercle artériel de la grande courbure.
L’artère splénique : Donne
 L’artère gastro-épiploique gauche.
 Les vaisseaux courts destinés à la grande courbure de l’estomac.
 Les artères oeso-cardio-tuberositaire postérieures
16
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
Fig 4, image montrant la vascularisation artérielle de l’estomac
1. Les veines :
 Le retour veineux se fait par des veines +/- satellite des artères.
 Les veines décrivent , elles aussi ,des arcs veineux le long des courbures
et se rendent à la veine porte sauf de la région oeso-cardio-tubérositaire où
existe la zone d’anastomose porto-cave, ce qui explique des varices
oesophagiennes responsables d’hémorragie digestive en cas d’hypertension
portale.
17
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
Fig 5, image montrant la vascularisation veineuse de l’estomac
1. Les lymphatiques :
Le drainage lymphatique se fait selon 3 territoires principaux :
 Territoire de l’artère coronaire stomachique : Comprend 2/3
médiaux de la portion verticale de l’estomac et un segment de la
portion horizontale.
18
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
 Territoire de l’artère splénique : Du tiers latéral de la portion
verticale de l’estomac, depuis le sommet de la grosse tubérosité
jusqu’à la partie moyenne de la grande courbure.
 Territoire de l’artère hépatique : constitué par le reste de l’estomac.
1. Les nerfs :
 Proviennent des nerfs vagues et du sympathique ou plexus solaire.
 Constituent 3 pédicules :
Le pédicule de la petite courbure : Formé par des rameaux gastriques
des
nerfs vagues.
- Les rameaux du nerf vague gauche : Pour la face antérieure de l’estomac.
- Les rameaux du nerf vague droit : Pour la face postérieure de l’estomac.
Le pédicule duodéno-pylorique : Formé de quelques filets récurrents du
plexus hépatique.
Le pédicule sous-pylorique ou gastro-épiploique droit :Provient du plexus
hépatique et accompagne l’artère gastro-épiploique.
19
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
Fig6,image montrant l’innervation de l éestomac
20
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
B .RAPPEL ANATOMO-HISTOLOGIQUE :
L’estomac :
a.
Anatomie :
C’est une glande digestive qui a la forme d’une poche dilatée ressemblant à
une cornemuse, l’estomac occupe la loge sous phrénique et présente 4 parties :
la grosse tubérosité,la petite tubérosité, le corps et l’antre ainsi que 2orifices
l’un supérieur, le cardia, et l’ autre inférieur, le pylore. Il présente également
deux faces une antéropostérieure et une postéro inférieure.
b. Histologie :
 La muqueuse :
Faite de gros plis longitudinaux convergeant vers la région pylorique avec
des petites dépressions de l’épithélium de surface : les cryptes. Les coupes
histologiques montrent plusieurs zones de la muqueuse :
- Zone superficielle : revêtue par un épithélium simple uni stratifié dont
la structure est la même quelque soit la zone de l’estomac.
- Zone sous- jacente : couche glandulaire dont l’aspect varie avec la
zone considérée.
- Zone profonde : couche lymphoïde de la muqueuse gastrique.
 La musculaire muqueuse :
Faite de deux couches : circulaire interne et longitudinale externe.
21
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
 La sous muqueuse :
Elle est formée d’un tissu conjonctif lâche contenant des fibres élastiques et
des adipocytes, elle renferme des plexus artériels et veineux, des vaisseaux
lymphatiques ainsi que les plexus de meissner.
 La musculeuse :
Elle ne prend son aspect de deux couches qu’au niveau du sphincter
pylorique. Ailleurs, elle se fait de trois couches difficiles à distinguer : une
interne oblique, une moyenne circulaire et une externe longitudinale.
 La séreuse :
Se continue au niveau de la petite courbure avec l’épiploon gastrohépatique, et au niveau de la grande courbure avec le grand épiploon.
22
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
Fig7 imagemontrantl’histologiedelamuqueusegastrique
23
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
Fig8 L’histologie de la muqueuse gastrique
24
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
C.RAPPEL EMBRYOLOGIQUE :
A : organogenèse de l’estomac
L’organogénèse de l’estomac a été bien étudiée par le Pr.GODLEWSKI
[10] , [11] et exposée dans la thèse de BELAICHE [11] en 1979 ,portant sur
155 cas de Duplications gastriques.
Son étude a porté sur une série de 20 embryons dont les stades vont de 9 à
22 mn (20 à 54 j) , 9 spécimens provenaient de sa collection et 11 de la carneigie
Institution of washington.9 embryons ont été débités en coupes transversales et 1
en coupe frontale.
L’intestin antérieur apparaît au stade 9 de la période embryonnaire comme
une expansion de la cavité vitelline. Deux phénomènes d’enroulement
interviennent dans sa formation : l’un cranio-caudal , dans un sens horaire (vu
d’en haut) si bien que la petite courbure se porte à droite et la grande courbure à
gauche : l’autre transversal autour d’un axe antéro-postérieur, entrainant la
région pylorique vers le haut et à droite et la région cardiale en bas et à gauche.
Cet ensemble de mouvement entraine le duodénum vers la droite qui prend
alors la forme d’un U à concavité gauche : c’est l’anse duodénale.
A la 4ème semaine : Le segment du tube digestif qui deviendra l’estomac
commence à se dilater et prend un aspect fusiforme.[12]
A la 5ème semaine : la partie dorsale commence à prendre de l’expansion
mais de façon plus rapide que la partie ventrale. Cette croissance différentielle
donne naissance à la petite et à la grande courbure ainsi qu’au fundus et à
l’incisure cardiaque.
25
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
Fig9 schématisation des étapes embryologiques de l’estomac
26
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
Lors des 7ème et 8ème semaines : L’estomac subit des rotations qui
l’amènent dans sa position finale. L’estomac commence par subir une rotation
de 90° dans le sens horaire selon un axe Cranio -caudal, ceci a pour
conséquences :
- La grande courbure qui était initialement postérieure, devient à gauche
- La petite courbure qui était initialement antérieure est maintenant à
droite.
- Le nerf Vague gauche se positionne antérieurement.
- Le nerf Vague droit postérieurement
L’estomac tourne aussi dans le sens horaire (vue de face) selon un axe
ventro-dorsal, mais à un degré moindre. Ceci a pour résultat que la petite
courbure regarde vers la tête et que la grande courbure tourne le dos aux pieds.
27
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
Fig10 ; representation schématique de la rotation de l’estomac
Autour de son axe longitudinal
28
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
Fig11. rotation de l’estomac autour de son axe longitudianl
Fig12.rotation de l’estomac autour de son axe antéro-postérieur
29
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
D. EMBRYOLOGIE PATHOLOGIQUE : PATHOGENIE DES
DUPLICATIONS GASTRIQUES :
Les différentes théories embryologiques
1. La Théorie " Diverticulaire " (LEWIS et THIMG)
En 1908, LEWIS et THIMG [13] ont observé chez des embryons de porc
âgés de 2 mois, la présence de petits diverticules au niveau de muqueuse
intestinale progressant en direction de la séreuse.
Au cours du développement, ces diverticules disparaissent normalement ;
mais certains évoluent, pouvant entraîner certaines couches de la musculeuse,
puis de séreuse. Les diverticules ainsi formés peuvent s’isoler complètement du
tube digestif ou y rester attachés par un pédicule plus ou moins important.
Cette théorie peut expliquer la formation de Duplications sphériques se
localisant en regard du bord anti-mésentérique du tube digestif.
2 . La Théorie « vacuolaire » (BREMER)
Appelée également " Erreur de reperméabilisation " ou encore
[ 1ère
Hypothèse de BREMER ] , elle fut invoquée par GR0SS [14], puis soutenue par
BREMER [15], [1] en 1944, d'après les constatations de TANDLER et
JOHNSON [1].
Cette théorie est basée sur un trouble de la vacuolisation de L’estomac .
En effet, chez l’embryon de 6 semaines, la lumière du tube digestif peut
complètement s'oblitérer par la prolifération de cellules épithéliales.
Secondairement, ces cellules forment une sécrétion qui se collecte en
vacuoles disséquant ainsi la masse épithéliale. Normalement, ces vacuoles se
30
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
rejoignent pour former la nouvelle lumière intestinale, mais certaine d’entre
elles peuvent rester enchâssées dans l’épaisseur de la paroi et se développer
parallèlement à la lumière centrale, communicant ou non avec celle-ci.
Cette théorie selon BREMER [15] expliquerait la naissance de duplications
tubulaires situées sur le bord mésentérique du tractus digestif ainsi que les
localisations intra-murales.
Mais le processus de comblement - recanalisation du tub digestif n’a été
confirmé qu'au niveau du duodénum où précisément les Duplications sont rares.
De plus, les études récentes sur le développement complet de l’estomac [10],
[16] ne montrent à aucun moment ni processus d'épithélisation ou de
vacuolisation de la lumière gastrique.
Aussi, pour expliquer les Duplications gastriques, BREMER [15] a émis
une 2ème hypothèse celle de la "Coalescence médiane " »
3 . La Théorie de la « COALESCENCE MEDIANE » :
Au cours du 2éme ou 3éme mois de la vie Intra-utérine, l’axe mésentérique
subit une rotation déclenchant une compression de l’estomac dans le sens dorsoventral. Les parois de l’estomac se creusent normalement de nombreux sillons,
mais deux de ces sillons longitudinaux, l’un dorsal et l’autre ventral peuvent
fusionner et isoler une cavité évoluant pour son propre compte, une couche
musculaire glisserait par la suite entre les deux formations aboutissant ainsi à
une Duplication gastrique.
Mais cette théorie, comme les précédentes, ne résoud pas le problème de
l’existence de malformations associées, surtout les malformations vertébrale.
31
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
4 . La Théorie de la « NEURENTENIC BAND » et apparentées :
Selon Mc. LETCHE, PURVES et SAUNDERS [17], l’entoderme et
l’ectoderme se trouvent reliés par une lame neurentérique qui passe par le
noyau des futures vertèbres.
Progressivement, l’entoderme se sépare de l’ectoderme, mais une
adhérence primitive entre l’ectoblaste et l’entoblaste pourrait persister; celle-ci
avec l’allongement caudal de l’embryon, entraînerait la formation d’un
diverticule de traction qui se trouverait à l’origine d’une Duplication.
Cette théorie essaye de résoudre, par un même mécanisme, l’origine des
Duplications gastriques et celles des malformations vertébrales associées, mais
celles-ci sont rares et même absentes des observations adultes que nous avons
recueillies.
Les conceptions de VEENEKLAAS [18] sont proches des précédentes ; en
effet, si la séparation de la chorde dorsale et de l’entoblaste n'est pas complète,
un diverticule entoblastique peut se dégager à partir du tube digestif primitif et
former un kyste; la fixation de ce kyste à la chorde dorsale peut empêcher la
fusion des corps vertébraux et entraîner des anomalies vertébrales.
Avant de conclure, nous pouvons citer " la Théorie de la gémellité
embryonnaire " de RAWITCH et EDWARD [19] qui évoque un dédoublement
de la ligne embryonnaire à sa partie moyenne, on peut voir sa confirmation dans
le dédouble ment des organes de voisinage : Rate accessoire ou hétérotopies
pancréatiques.
En conclusion, il convient d'insister sur la totalité des formes
macroscopiques qui pourraient correspondre à un trouble plus ou moins tardif de
32
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
l’embryogenèse. Les formes tubulaires pourraient correspondre à un trouble
précoce : aux alentours du 20ème jour de la vie intra-utérine (Stade 9), ceci au
moment de la fermeture latérale du disque embryonnaire. En effet, la présence
d'un pli longitudinal latéral et sa coalescence vers l’autre versant entodermique
entraînerait la formation d'un tube. Les formes kystiques correspondraient à un
trouble plus tardif : la constatation d'une image diverticulaire sur 2 embryons au
stade 15 dans l'étude de G0DLEWSK1 [10] est en faveur de l’hypothèse de
LEWIS et THING [13] La présence d'une malformation vertébrale associée à
l'une ou l'autre forme pourrait être une simple coïncidence entraînée par des
troubles LOCAUX d'induction.
33
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
E.ANATOMIE PATHOLOGIQUE :
1. La forme :
La morphologie externe de la lésion permet de distinguer les formes
kystiques et tubulaires.
a.
Formes kystiques :
Elles sont les plus fréquentes et représentent 94% [20] des duplications
dans la littérature. Cette prévalence a été à l’origine de la multitude
terminologique déjà utilisée : kystes intestinaux congénitaux, kystes entéroides,
diverticules géants…De forme sphérique en général, leur siège de prédilection
est thoracique et duodénal.
Fig. 13 : Duplication kystique
34
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
b. Formes tubulaires :
Elles sont plus rares et ne représentent que 6% de l’ensemble des
duplications, souvent allongées.
2. Le nombre :
Les duplications sont le plus souvent uniques. Toutefois, la découverte
d’une duplication en un point quelconque du tube digestif doit faire rechercher
l’existence d’une autre localisation. Les duplications multiples sont rares,
plusieurs cas ont été rapportés dans la littérature : duplication triple [21],
duplication double [22.23.24].
Elles s’intègrent souvent dans un contexte malformatif et sont fréquentes
en tératologie.
3. La dimension :
Leur taille est variable de la petite formation intra-murale jusqu’à une
masse volumineuse plus ou moins polylobée. Elle varie également en fonction
du type morphologique :

Les kystes peuvent être minuscules, intra-pariétaux, comme ils
peuvent atteindre des volumes considérables provoquant alors des
troubles fonctionnels graves.

Les formes tubulaires peuvent être très courtes mais parfois elles
peuvent atteindre jusqu'à 60 cm de longueur. Elles peuvent former un
véritable dédoublement d’un segment du tube digestif réalisant
l’aspect « en canon de fusil », ou parfois doubler toute la longueur de
l’intestin grêle [25.26.1.27].
35
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
4. La communication avec le tube digestif :
Sa fréquence est estimée selon les auteurs à 20% [ 1. 28].
Exceptionnelles dans les formes kystiques, elles se voient surtout dans les
formes tubulaires (Fig. 14).
Les dimensions de l’orifice de communication peuvent varier d’un simple
pertuis à un calibre parfois supérieur à celui de la lumière intestinale suivant
l’implantation.
Fig. 14 : Différents types de duplications tubulaires communiquant avec l’intestin. Le
pertuis est le plus souvent distal sur la duplication (15)
36
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
5. Localisation et Situation par rapport à l’appareil digestif :
Les duplications digestives intéressent la totalité du tube digestif et peuvent
prendre naissance de la bouche à l’anus, cependant, la localisation gastrique
représente 3.8% de l’ensemble des duplications digestives(figure 22)
6. La vascularisation :
La vascularisation des duplications digestives est 9 fois sur 10 commune
avec l’intestin normal [29], les vaisseaux croisant de part et d’autre la
duplication développée au sein du mésentère avant de se rendre à l’intestin. Cela
explique le risque de nécrose ischémique intestinale secondaire à la compression
vasculaire, par la croissance d’une duplication, en particulier kystique. Plus
rarement (10%), la duplication possède une vascularisation propre [30].
7. Le contenu des duplications :
Sa nature dépend du type de la muqueuse tapissant la cavité de la
duplication. Il est généralement séro-muqueux et son pH est alcalin en raison de
la présence fréquente de muqueuse intestinale. Quant il s’agit d’une muqueuse
hétérotopique de type pylorique, pancréatique ou gastrique, le liquide est
agressif et d’aspect noirâtre. Il peut être franchement sanglant et la paroi siège
de multiples ulcérations.
Sa quantité est fonction de l’existence ou non d’une communication avec la
lumière digestive :
 Dans les formes comportant un orifice de communication, le liquide est
éliminé au fur et à mesure de sa sécrétion entraînant ainsi une diminution de sa
quantité.
37
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
 Par contre, dans les duplications non communicantes, l’accumulation du
liquide provoquera une augmentation du volume du kyste, cette dernière sera
responsable de phénomènes compressifs sur les vaisseaux et les organes de
voisinage, ainsi que des phénomènes inflammatoires entraînant des adhérences
locorégionales,
par
ailleurs
l’hyperpression
intrakystique
entraîne
un
amincissement de la paroi pouvant aboutir à une perforation intra-digestive ou
en péritoine libre ou encore rupture avec complications sceptiques.
8. Etude histologique des duplications :
Elle est capitale et permet même la définition de la duplication digestive.
L’examen microscopique met en évidence :
 Soit une muqueuse avec un épithélium orthotopique de type digestif.
 Soit une muqueuse avec un épithélium hétérotopique qui peut être soit
de type pancréatique, soit cilié de type respiratoire, ou digestif habituellement de
type gastrique expliquant certaines hémorragies intra-kystiques ou perforations.
(Fig. 15 et 16).
Dans quelques cas, cette couche muqueuse peut être atrophiée en
particulier dans les kystes sous tension. Il a été rapporté des cas de
dégénérescence carcinoïde [31.23.33.34].
La couche musculeuse est constituée de deux couches d’orientation
différente reposant sur une sous-muqueuse.
38
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
Fig. 15 : Vue macroscopique d’une section longitudinale de duplication iléale, siège
d’une hétérotopie de muqueuse gastrique (flèche incurvée) avec ulcère marginal
adjacent (flèche droite) (149).
Fig. 16 : vue microscopique d’une duplication rectale, siège d’une
hétérotopie de muqueuse gastrique (flèches) (157).
39
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
Matériels et méthodes
40
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
MATERIELS ET METHODES DE L’ETUDE
Nous avons pu recueillir dans le service de chirurgie A de l’hôpital
d’enfants de rabat trois cas de duplications gastrique colligées dans une période
s’étendant sur neuf ans, de 1998 à 2008 pour en faire une étude rétrospective.
Pour faciliter la lecture et la présentation, nous avons regroupé les données
essentielles de ces observations dans les tableaux suivants classées selon les
paramètres suivants :
 Nom et prénom
 Age
 Sexe
 Antécédents
 Examens complémentaires
 Etude anatomopathologique
 Evolution
41
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
Observation n°1
Nom et prénom
N.J
Age
2 ans
Sexe
Fille
Motif d’hospitalisation
Douleurs abdominales diffuses
Antécédents
Négatifs
Signes fonctionnels
Douleurs du flanc gauche
+
vomissements sans trombes de transit ni fièvre ni
altération de l’état général
Signes physiques
Examen générale : normale
abdominale : pas d’anomalies
Biologie
Négatif
Radiographie thoracique de Normale
face
Echographie
(figue17)
abdominale Deux formations évoquant des duplicités
digestives la plus grande au niveau du flan gauche
Tomodensitométrie
abdominale
Non fait
Acte chirurgical
A l’exploration : présence de deux masses, la plus
petite intra épiploique et une plus grande en juxta
colique gauche qui ont été réséquées
Anatomie pathologique
Duplicité
digestive
non
communicante,
comportant une muqueuse de type gastrique
comportant des foyers d’hytrértopie pancréatique
Evolution
Sans particularité
42
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
Observation n°2
Nom et prénom
N.B
Age
Sexe
Motif d’hospitalisation
12 ans
Fille
Douleurs abdominales
+
Vomissements
+
diarrhées
Antécédents
Négatifs
Signes fonctionnels
Douleurs abdominales diffuses, paroxystiques
+
vomissements post prandiaux alimentaires et des
épisodes diarrhéiques
Signes physiques
Masse épigastrique mobile par rapport au plan
superficiel et profond de consistance ferme
légèrement douloureuse à la palpation
Biologie
Normale
Radiographie thoracique de face
Normale
Echographie abdominale figue
Formation d’aspect kystique, épigastrique prenant
contact avec le foie et l’estomac d’aspect cloisonné en
faveur d’une duplicité digestive
TDM figure (18)
formation d’aspect kystique, épigastrique, prenant
contact avec le foie et l’estomac, d’aspect cloisonné
en faveur d’une duplicité digestive
Transit
oesogastroduodénal Présence d’un reflux gastro oesophagien important
figure (19)
avec cardia en place et une image d’empreinte sur la
partie distale de l’antre gastrique
Acte chirurgical
A l’exploration: masse antropylorique adhérente à la
vésicule biliaire et d’une manière très intime au
pancréas et à la région antrale de l’estomac.
Résection en bloc de la masse emportant 3 à 4cm de
la région antrale, et 2cm de la région pylorique avec
rétablissement de la continuité digestive.
Anatomie pathologique
Duplicité digestive non communicante, comportant
une muqueuse de type gastrique avec foyers
d’hytérotopie pancréatique
Evolution
Sans particularité
43
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
Observation n°3
Nom et prénom
S.H
Age
6 ans
Sexe
Motif d’hospitalisation
Fille
Coliques abdominales diffuses
Antécédents
Signes fonctionnels
Négatifs
Signes physiques
Douleurs abdominales diffuses sans troubles de
transit ni vomissements
-Examen générale : conjonctive légèrement
décoloré.
-Examen abdominale : légère sensibilité de
l’hypochondre gauche
Biologie
+Anémie hypochrome microcytaire
+Amylasémie, amylasurie, lipasémie=normales
Radiographie thoracique de Normale
face
Echographie abdominale
Processus lésionnel de la queue du pancréas, bien
limité kystique avec un bourgeon sur
l’échographie
Tomodensitométrie
abdominale figure (20)
Masse kystique de l’hypochondre gauche siégeant
devant le pancréas évoquant plus une duplication
digestive ou un kyste de mésentère
Acte chirurgical
A l’exploration : présence d’une masse de l’arrière
cavité des épiploons faisant corps avec l’estomac et
adhérente à la rate et à la queue du pancréas, le
clivage de cette masse avec la rate a été facile et vu
son caractère très adhérent à la queue du
pancréas, une collerette de la masse a été laissée en
place
Anatomie pathologique
Duplicité
digestive
non
communicante,
comportant une muqueuse de type gastrique avec
foyers d’hytérotopie pancréatique
Est favorable
Evolution
44
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
Figure 17: image échographique évoquant des duplicités digestives
la plus grande au niveau du flanc gauche
Figure 18 : formation d’aspect kystique, épigastrique, prenant contact avec le foie
et l’estomac, d’aspect cloisonné en faveur d’une duplicité digestive
45
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
Figure 19: image de TOGD évoquant la présence d’un reflux gastro oesophagien important
avec cardia en place et une image d’empreinte sur la partie distale de l’antre gastrique
Figure 20: image scannographique évoquant une masse kystique de l’hypochondre gauche
siégeant devant le pancréas évoquant plus une duplication digestive ou un kyste du mésentère
46
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
Résultats
47
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
I. EPIDEMIOLOGIE
Dans le service de chirurgie A, à l’hôpital d’enfants de Rabat, on a pu
recueillir, entre 1998 et 2008, trois cas de duplication gastrique.
A. Fréquence selon l’âge:
Dans notre étude : L’âge variait entre 2 ans et 12 ans, l’age moyen était
6ans 6 mois
B. Fréquence selon le sexe :
Dans cette étude, le sexe ratio est de 100% des filles
graphique n°1
0%
feminin
masculin
100%
Graphiquen1 montrant la fréquence en fonction du sexe dans notre série
48
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
C. Fréquence selon la localisation :
Dans notre série, toutes les localisations étaieent gastriques avec des foyers
surtout pancréatiques . (2 cas).
La majorité des duplications étaient kystiques (2cas), non communicantes
et siégeant au niveau de la région antrale et au niveau de la queue du pancréas
(2 cas)
La duplication a intéressé l’estomac au contact du foie (vésicule biliaire:
(2cas), du colon gauche et de l’épiploon pour (1cas) , la rate (3 cas). pancréas
pour tous les cas.
Donc la localisation essentielle était l’estomac ayant contact avec :
 Pancréas
 Foie (vésicule biliaire)
 Rate
 L’épiploon
 Colon gauche
49
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
Tableau 1 : siège des duplications
3ème cas
2ème cas
1 èr cas
Siège
Pourcentage
 Epiplon
16.6%
 Colon gauche
16.6%
 Foie (vésicule biliaire)
16.6%
 L’estomac
33.3%
 pancréas
33.3%
 l’estomac
33.3%
 pancréas
33.3%
 la rate
16.6%
II. LA CLINIQUE
Le tableau clinique était polymorphe mais restait dominé par les signes
digestifs.
Ainsi, les trois patientes ont eu des douleurs abdominales (100%).une seule
patiente a eu autre que les douleurs abdominales: des vomissements. et une seule
patiente a eu en plus des douleurs abdominales et des vomissements: des
épisodes diarrhéiques.
L’examen physique a trouvé :
 une masse abdominale chez la 2ème patiente
50
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
 sensibilité abdominale chez la 3ème patiente
 est sans particularité chez la 1ère patiente.
graphique n°2: Represente les signes cliniques observés chez nos malades
100,0
66,7
Pourcentage
33,3
vo
m
is s
do
em
ul
eu
en
rs
ts
ab
do
m
m
as
in
se
ale
s
s
ab
do
m
ina
dy
le
sp
s
né
e
d'e
di
ffo
ar
rts
rh
ée
liq
uid
ie
nn
e
0,0
Signes cliniques
III. LES EXAMENS PARACLINIQUES
Les explorations para cliniques ont été demandées afin de poser le
diagnostic d’une duplication digestive.
A. Radiologie :
La radiologie thoracique de face faite chez toutes les patientes était sans
particularités.
L’échographie a été d’une grande utilité, en montrant dans trois cas, des
masses liquidiennes ou kystique, avec des dimensions variables fortement
évocatrices du diagnostic.
La tomodensitométrie a été demandée chez deux patientes (66%) pour
confirmer les données échographiques.
51
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
B. Opacifications digestives :
Le transit oesogastroduodénal qui a été réalisé chez une seule patiente
(2ème cas) a objectivé la présence d’image d’empreinte sur la partie distale de
l’antre gastrique.
Le lavement baryté et le transit du grêle n’ont pas été demandés.
C. Biologie :
La numération formule sanguine a révélé une Anémie hypochrome
microcytaire dans un seul cas.
IV. TRAITEMENT :
Nos patients ont bénéficié d’une cure chirurgicale menée par laparotomie
médiane, toutes les duplications étaient kystiques.
Les duplications gastriques ont bénéficié pour:
 1er cas : la résection de deux masses: l’intraépiploique et la juxtacolique.
 2ème cas : Résection en bloc de la masse emportant la région antrale,
et la région pylorique avec rétablissement de la continuité digestive.
 3ème cas, à l’exploration: présence d’une masse de l’arrière cavité des
épiploons faisant corps avec l’estomac et adhérente à la rate et à la
queue du pancréas, le clivage de cette masse avec la rate a été facile et
vu son caractère très adhérent à la queue du pancréas, une collerette de
la masse a été laissée en place
52
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
Les malformations associées n’ont pas été enregistrées chez nos malades
lors de l’exploration chirurgicale.
V. ETUDE ANATOMO-PATHOLOGIQUE:
L’étude anatomopathologique a été réalisée chez trois malades (100%).nos
observations répondent en effet aux critères histologiques requis pour porter le
diagnostic des duplications digestives. la muqueuse est de type digestif chez les
trois patientes (100%).
L’étude
microscopique
a
révélé
une:
Duplicité
digestive
non
communicante, comportant une muqueuse de type gastrique avec foyers
d’hytérotopie pancréatique.
VI. L’EVOLUTION-PRONOSTIC
Les suites opératoires immédiates étaient simples et sans complications. la
durée d’hospitalisation ne dépassait pas une semaine.
Nos malades ont été revus à distance de l’intervention dans des délais de
quatre mois à un an, il n’y a pas eu de cas de récidive.
53
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
Discussion
54
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
I. ETUDE EPIDEMIOLOGIQUE
A. Fréquence globale
Les duplications gastriques représentent 4 pour cent de l’ensemble des
duplications digestives. [35] Ce sont des malformations congénitales
relativement rares [36].
Il est difficile d’apprécier leur fréquence chez l’enfant, car certaines formes
sont asymptomatiques ou ne s’expriment qu’à l’âge adulte [37,38,39]
Leur taux global varie de 0.1 à 0.3 % de toutes les malformations du tube
digestif [27].
Dans le service de chirurgie A, à l’hôpital d’enfants de Rabat. on a recueilli
dans une période de 9ans 3 cas de duplications gastriques.
B. Fréquence absolue de l’affection :
Les duplications observées dans la littérature intéressent surtout la partie
basse du tractus digestif.
Une étude faite par DAUDET [1] en 1967 sur 764 cas recueillis dans la
littérature mondiale montre que, les duplications gastriques ne représentent que
3,8% de l'ensemble des duplications digestives.
Localisation
Bucco pharyngées et
nombre de cas
5 et 151
pourcentage
21.1/100
Thoraciques
Abdominothoraciques
19
2.5/100
Gastriques
29
3.8/100
55
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
Duodénales
54
7.1/100
Grêle
436
57.7/100
Colon et rectum
37 et 38
9.9/10
C. Fréquence en fonction du sexe
Les deux sexes sont touchés dans les mêmes proportions [40,41,42].
Toutefois les duplications gastriques et recto-coliques sont plus fréquemment
retrouvées
chez
la
fille
alors
que
les
formes
intestinale,
abdominothoracique,orale et oesophagienne sont plus fréquentes chez le garçon
[40]. dans notre série le sexe féminin était touché à 100% (trois filles) .
D. Fréquence en fonction de l’âge
Il s’agit d’une affection à révélation précoce puisque le diagnostic est fait
avant l’âge d’un an dans la majorité des séries [40,41], notamment dans les
séries comprenant des formes sus diaphragmatiques à révélation plus précoce
[41], ce qui n’est pas le cas de notre série où les âges respectifs étaient de 2, 12
et 6 ans, et qu’il n’y avait pas de formes sus diaphragmatique.
E. Fréquence en fonction du siège :
D’après les différents auteurs revus dans la littérature,les duplications
gastriques se situent .en très grande majorité .le long de la grande courbure.
En effet, l’étude faite par GODLEWSKI [10],exposée dans la thèse de
BLAICHE[11] retrouve :
- la grande courbure : 74%
- la face postérieure : 13.8%
56
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
- la petite courbure : 9.6%
- la face antérieure : 2.7%
Il est aussi intéressant de rappeler, comme l’a constaté GODLEWSKI
[10] : ‘’ que les tubes répondent toujours à une courbure, alors que les sphères
sont indifféremment réparties ‘’
II. ETUDE CLINIQUE:
Le polymorphisme de la symptomatologie des duplications gastriques’
explique aisément par la variété de siège, de taille, le caractère communicant ou
non de la duplication, l’existence éventuelle d’hétérotopie muqueuse gastrique.
A. Circonstances de découverte: la duplication peut être révélée:
Fortuitement lors :
 d’un examen clinique systématique trouvant une masse abdominale.
 D’un bilan d’une malformation associée.
 D’un examen radiologique notamment l’échographie anténatal.
D’une intervention chirurgicale pour une autre affection.
Par une symptomatologie :
 digestive: le plus souvent douleurs abdominales, vomissements,
troubles de transit, distension abdominale…
 Amaigrissement : 29/100 des cas, signe indirect souvent témoin d’un
état anorexique.
57
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
Par une complication :
 Anémie : 10% des cas, souvent présente cliniquement, parfois associée
à une hémorragie digestive extériorisée sous forme de mélaena ou
hématémèse.
 Hémorragie digestive : Hématémèse ou mélaena retrouvés dans 10%
du cas.
 L’hyperthermie : Elle est rencontrée dans 0,6% du cas, elle témoigne
de L’existence de phénomènes inflammatoires intra-kystiques ou d'une
perforation.
B. Type de description : la duplication gastrique.
1. Les signes d’appel :
La découverte de la duplication, peut être symptomatique, il s’agit alors
d’une symptomatologie aigue ou chronique, des signes mineurs (vomissements,
difficultés du transit, douleurs ou distension abdominale . sont le plus souvent
révélateurs et feront rechercher le signe essentiel : une masse abdominale de
taille variable, arrondie, régulière, rénitente et mobile. Parfois, la malformation
n’est découverte que lors de complication inaugurale, ou le plus souvent
surajoutée à un tableau clinique évoluant sur un mode chronique, il pourrait
alors s’agir de volvulus,d’invagination intestinale aigue prenant la duplication
pour point de départ, d’une hémorragie digestive révélant le plus souvent les
formes tubulaires communicantes avec hétérotopie gastrique, complication
d’autant plus à craindre que la duplication est distale sur le grêle, péritonite par
perforation ou altération vasculaire progressive, secondaire à l’augmentation de
volume d’une duplication kystique , entraînant une ischémie intestinale.
58
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
2. Les signes physiques :
2.1 Examen abdominal :
a. l’inspection :
recherche une masse abdominale, une circulation veineuse collatérale, un
dépolissement de l’ombilic, un ballonnement abdominal en cas de syndrome
subocclusif.
b. palpation :
Peut être normale ou retrouver une masse abdominale [41,43,42], La notion
de masse abdominale a été rapportée dans toutes les séries [41,44 , 45], elle était
de 54 % pour Cooper et al [43]. Dans notre série, l’examen a objectivé une
masse chez une seule patiente soit 33,33%.
c. percussion :
Révèle une matité localisée en cas de collection kystique liquidienne non
communicante ou diffuse en cas de péritonite généralisée.
d. auscultation :
Met en évidence un silence abdominal en cas d’occlusion intestinale.
e. examen général :
Généralement normal avec apyrexie et état hémodynamique stable.
Il
s’altère en cas de complications et d’association avec une duplication
de localisation différente.
59
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
3. Les complications révélatrices :
Syndrome occlusif : 2 cas dans la littérature
Accès de pancréatite aigue: 2 cas publiés, tous les deux associaient une
duplication gastrique avec une ectopie de tissu pancréatique.
 TRAVERSO [46]
 HUGUIER [47]
Rupture post-traumatique :1 cas publié par COPPOLA [48].
Dégénérescence maligne : nous avons trouvé un cas de carcinome publié
par MOYA [49] en 1955.Un autre cas a été publié par CAZAGOU[50],il d écrit
Une association d’une duplication kystique et d’un adénocarcinome
gastrique à distance de la duplication
Torsion : Certaines duplications peuvent être pédiculées et révélées par
une torsion
Le cas de SHEPPARD [51] ou le kyste était tordu 5 fois sur lui- même.
60
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
III. ETUDE PARACLINIQUE :

Le diagnostic des duplications gastriques a bénéficié des moyens
modernes d’investigation
 Les explorations complémentaires dépendent de l’urgence du tableau
clinique et de la topographie.
A. Radiologie
1. Radiographie thoracique standard :
La radiographie thoracique de face et de profil permet de mettre en
évidence une opacité ronde. de tonalité hydrique. médiastinale moyenne ou
postérieure [52]. Il faut rechercher des signes de compression directe sur la
trachée ( fig n 21) ou sur une bronche souche. Il peut également exister des
signes indirects de la compression (emphysème obstructif, atéléctasie) ou un
niveau hydroaérique mobile avec le changement de position si la duplication est
communicante [53,52].
Fig. n 21 : Radiographie thoracique de face montrant une déviation de la trachée
61
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
La radiologie thoracique de face faite chez tous les patients était sans
particularités
2. Abdomen sans préparation :
Il peut mettre en évidence une masse de densité hydrique homogène, avec
refoulement des structures digestives adjacentes ( fig n 22)ou parfois des signes
d’occlusion [54] .parfois des signes de calcification pariétale.
Fig. n 22 : radiographie de l’abdomen sans préparation de face :masse
de tonalité Hydrique non calcifiée du flanc droit refoulantt les structures
digestives vers le bas et la gauche.
3. Echographie abdominale (fig n 23)
Elle montre une formation kystique anéchogène, avec renforcement
postérieur en cas de contenu liquidien, ou une masse échogène avec
renforcement postérieur en cas de contenu mucoide ou d’hémorragie. Un liseré
interne échogène (muqueux) séparé d’une limite externe hyperéchogène par un
62
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
autre liseré hypoéchogène (couche musculaire) serait un aspect très évocateur du
diagnostic de duplication kystique « muscular rim sign » [55.56].
L’examen échographique doit être complété par une étude systématique de
l’appareil urogénital. à la recherche d’une malformation congénitale associée.
habituellement fréquente dans les formes kystiques [55].
Dans notre étude. L’échographie a montré dans deux cas des images de
masse kystique digestive bien limité.
Fig 23 image échographique évoquant des duplicités digestives
la plus grande au niveau du flanc gauche
63
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
4. Tomodensitométrie : (fig n 24)
Elle montre une formation kystique de taille variable, avec rehaussement de
la paroi après injection intraveineuse de produit de contraste, contiguë à un
ségment d’intestin normal [55].
La présence d’hémorragie intra kystique peut réaliser l’aspect d’une masse
tissulaire ou d’une tumeur nécrosée [57].
La localisation de la duplication par rapport au tube digestif et l’absence de
contact avec les organes abdominaux sont des éléments importants du diagnostic
différentiel avec les autres formations kystiques. La tomodensitométrie permet
également une meilleure étude des anomalies vertébrales associées.
Fig24: formation d’aspect kystique, épigastrique, prenant contact avec le foie et
l’estomac, d’aspect cloisonné en faveur d’une duplicité digestive
64
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
Dans tous les cas de notre série la tomodensitométrie a fait évoquer le
diagnostic en précisant la nature et la topographie de la duplication digestive.
5. Les opacifications digestives :
5.1 transit œsogastroduodénal (TOGD) :
- Dans les formes non communicantes : on observe des images
d'amputation, situées le plus souvent au niveau de la grande courbure avec un
respect des plis muqueux plus en faveur d'une tumeur bénigne ou d'une
compression extrinsèque.
- Dans les formes communicantes : le produit de contraste opacifie la
duplication donnant une image d'addition prise le plus souvent pour un
diverticule, vu la rareté des Duplications gastriques [58], [59], [60]
Parfois les premiers clichés de T.O.G.D sont d'interprétation difficile. C’est
le cas de OWEN [61] ou la première image fut interprétée comme fistule d'un
ulcère perforé.
B. L’endoscopie-l’echoendoscopie :
L’endoscopie a été rarement utilisée pour confirmer le diagnostic.
1. La fibroscopie :
 Constitue pour certains auteurs un complément obligatoire de
l’opacification radiologique qui découvre ou précise une image anormale [62].
 Dans les duplications gastriques communicantes,l’endoscopie peut faire
le diagnostic :c’est le cas de YVERGNAUX [63] ,il s’agissait d’une duplication
tubulaire communicante avec l’estomac.Un cas de duplication pylorique chez un
adulte a été diagnostiqué par fibroscopie en 1984 en U.R.S.S[64]
65
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
2. La gastroscopie :
 Réalisée en cas de duplication gastrique.
 Peu contributive, elle montre une compression de l’estomac d’origine
extrinsèque [65]: La muqueuse gastrique est soufflée par un processus tumoral
arrondi.
 Parfois on peut rencontrer une ulcération hémorragique.
 Rarement, la fibroscopie peut identifier un canal secondaire témoin de
communication entre l’estomac et la duplication [66]
3. Echo-endoscopie:
Aujourd’hui un examen performant. Elle permet à elle seule de poser le
diagnostic avec une grande précision.
Elle a un double avantage :Celui de rattacher la lésion à la paroi du tube
digestif, dont elle fait partie intégrante et celui d’étudier avec précision son
contenu et son aspect architectural [66].
L’echoendospie n’a été indiquée chez aucun de nos patients.
C. Scintigraphie :
Actuellement d’usage courant, la scintigraphie peut apporter des éléments
intéressants au diagnostic de duplication surtout dans les formes hémorragiques
[67.68.69].
La scintigraphie au pertechnetate de tec99 permet le repérage de la
muqueuse hétérotopique gastrique au sein de la duplication en montrant des
zones d’hyperfixation [55.56.70]. Mais, il faut prendre des clichés de profil pour
66
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
éviter la superposition de l’activité vésicale car le tec 99 se fixe électivement sur
la muqueuse gastrique et urothéliale [69].
- Autre
®Imagerie par résonance magnétique: est actuellement plus performante
pour dépister la communication avec les espaces sous arachnoïdiennes. Grâce
aux coupes sagittales ; elle permet d’objectiver la méningocèle antérieure et le
prolongement intra canalaire du kyste neuro-entérique à travers le défect
vertébral [71].
®Angiographie: a été proposée par certains auteurs pour éliminer une
malformation vasculaire et révéler toute présence de vaisseaux aberrants.
D. Biologie :
Bien que non spécifique, elle peut éliminer un diagnostic différentiel en cas
de doute diagnostique,tel le taux des métabolites urinaires des catécholamines
qui est augmenté en cas de tumeur neurologique, comme pour le cas du
neuroblastome et normal en cas de duplication gastrique associée à une
malformation vertébrale.
De même, la NFS permet de montrer un syndrome anémique en cas
d’hémorragie.
La numération formule sanguine a révélé une anémie hypochrome
microcytaire dans deux cas.
 Conclusion :
La clinique seule ne suffit en aucun cas pour le diagnostic de duplication,
par contre elle oriente toujours vers une localisation précise du tube digestif.
67
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
Elle permet donc de conduire le bilan avec le minimum d’examens
complémentaires nécessaires au diagnostic (figure 25).
Cependant, le diagnostic de duplication peut actuellement être évoqué
durant la période anténatale grâce à l’échographie, et affirmé le plus souvent en
pré-opératoire
Devant une duplication digestive non compliquée
Duplication gastro- intestinale
Duplication oesophagienne
Rx thoracique
ASP
Opacification oesophagienne
Echographie
Fibroscopie
Opacification : -TOGD
- Transit du grêle
- Lavement baryté
+/- Uroscanner ou IRM
+/- TDM ou IRM
Figure 25 : Arbre décisionnel des explorations paracliniques à demander en cas de
duplications digestives non compliquées.
68
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
IV. DIAGNOSTIC ANTENATAL :
Les duplications gastriques sont évoquées devant une formation kystique
juxta gastrique à l’échographie anténatale.
Fig. 26 : Echographie anténatale réalisée à 31 semaines d’aménorrhée, montrant La
duplication gastrique comme un kyste abdominal (C) attaché à l’estomac (S). [72]
- a : vue sagittale.
- b : vue transversale
69
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
Fig27.duplication gastrique de découverte anténatale.Coupe en imagerie par Résonance
magnétique IRMparasagitale en séquence TRU-FISP.Masse Kystique à paroi épaisse en
arrière de la grosse tubérosité gastrique(flèche)
Grâce au diagnostic anténatal des duplications digestives, ces
malformations deviennent de moins en moins une surprise néonatale.
L’aspect échographique de l’intestin a été étudié par Nyberg et coll [73]
Le premier cas de diagnostic prénatal rapporté dans la littérature concernait
une duplication de 30 cm de l’iléon terminal en 1984 [74]. Le diagnostic avait
été évoqué dès 20 SA. D’autres cas de diagnostic prénatal on été rapportés
depuis et concernaient aussi bien l’antre gastrique, le pylore ou le duodénum.
70
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
L’aspect le plus fréquent est celui d’un kyste sphérique dont la taille peut
aller de 1 à 10cm. Son siège se situe toujours sur le bord mésentérique de
l’intestin. Dans 1/3 des cas, il existe des malformations associées : vertébrale,
pulmonaire. La possibilité d’aberration chromosomique impose la réalisation
d’un caryotype.
Quand le doute s’installe entre une duplication digestive de petite taille
avec d’autres diagnostics différentiels, une surveillance échographique répétée
durant la grossesse peut apporter plus d’informations et aide au diagnostic.
Comment penser à une duplication digestive ? Et quelle implication
thérapeutique peut être évoquée ?
Pour que la structure kystique retrouvée corresponds aux critères d’une
duplication digestive, il faut qu’elle ait une tunique externe constituée de muscle
lisse, qu’elle soit rattachée à un segment du tube digestif, et que son revêtement
endocavitaire soit situé au moins en partie de muqueuse digestive
nécessairement identique à celle du segment digestif porteur [75].
Certaines duplications peuvent se compliquer dans la période périnatale. Le
diagnostic anténatal de duplication digestive justifie pleinement un transfert in
utero et une prise en charge rapide dès la naissance.
71
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
V. DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL :
La diversité de la symptomatologie clinique des duplications gastriques fait
de leur diagnostic différentiel la plupart des affections abdominales.
Le diagnostic différentiel radiologique est plus restreint, néanmoins il reste
assez vaste.
 Les duplications non communicantes :
Elles peuvent réaliser des images de compression ;dont le caractère
intrinsèque ou extrinsèque peut être aisément précisé grâce au scanner.
- Les tumeurs intrinsèques : malignes ou bénignes tels que les myomes,
schwannomes , lipomes et lymphomes.
-
Les tumeurs extrinsèques : Elles comportent toutes les formation
tumorales pouvant refouler l’estomac, les tumeurs malignes ou bénignes
(kystes,pseudo-kystes pancréatiques…)
 Les duplications communicantes :
Elles peuvent être confondues avec :
- Une niche ulcéreuses , mais cette image se différencie d’une duplication
par sa fixité, son volume constant et l’absence de péristaltisme.
- Une tumeur bénigne ou maligne ulcérée.
- Un diverticule gastrique : diagnostic difficile méme en pré-opératoire,
C’est souvent l’examen histologique de la pièce opératoire qui affirme le
diagnostic de duplication gastrique vraie.
72
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
VI. TRAITEMENT :
Le traitement ne peut être que chirurgical. Il s’agit de lésions bénignes
mais, susceptible de se compliquer.
Le traitement dépend de la topographie. De la taille et de l’aspect
anatomique de la duplication, du mode d’insertion de la duplication et la
survenue d’éventuelles complications. Selon la littérature, il va de la ponction
percutanée à l’exérèse complète.
Le traitement peut être conduit de manière radicale dans l’immense
majorité des cas, mais seule l’exploration préopératoire permet de dicter la
conduite.
A. But du traitement :
Le traitement des duplications gastriques est chirurgical, il consiste en une
exérèse qui doit être aussi complète que possible, afin de faire régresser les
signes cliniques et d’éviter la survenue de complications.
Les patients de notre série n’échappent pas à la règle et sont tous opérés.
B. Moyens chirurgicaux :
1. Chirurgie à ciel ouvert : chirurgie conventionnelle
Les différentes voies d’abord chirurgicales les plus utilisées pour accéder à
la lésion sont représentées par :
- Les incisions de l’abdomen pour les duplications de siège abdominal.
Elles regroupent :
 Les coeliotomies verticales médianes : sus ombilicale, sous ombilicale,
à cheval sur l’ombilic.
73
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.

Les coeliotomies transversales sus ombilicale, sous ombilicale.

Les laparotomies obliques sus ombilicales, sous ombilicale.
Fig 28 Résection laparoscopique d’une duplication gastrique
de la face postérieure du fundus :
- Gastrotomie antérieure en regard de la masse.
- Éversion et pédiculisation de la duplication.
- Résection par application de pince « endo GIA 30 »
2. La coeliochirurgie :
La chirurgie mini-invasive a connu un essor rapide en chirurgie adulte
depuis les années 1970 tant au niveau des indications, que de la technique et de
la diminution des contre indications.
C’est tout naturellement que parallèlement, la coelioscopie s’est
développée chez les enfants, d’abord les plus âgés pour être ensuite proposée
dans toutes les tranches d’âge, y compris le nouveau-né. Les indications ont
74
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
d’abord été le diagnostic .notamment dans les douleurs abdominales puis dans
les gestes thérapeutiques, gagnant peu à peu tous les domaines de la chirurgie
digestive et enfin, plus récemment, elles sont utilisées en urologie. Cet essor a
été grandement favorisé par la miniaturisation de l’instrumentation.
2.1 Instrumentation
Toute coelioscopie doit être faite en milieu chirurgical. C’est une chirurgie
à part entière. faite sous anesthésie générale et exigeant un matériel spécifique.
MATERIEL DE BASE
Insufflateur de CO2 :
C’est le dioxyde de carbone (CO2) qui est le gaz utilisé. Les insufflateurs
actuels sont électroniques et sont capables de monitorer
la pression
intraabdominale en adaptant le débit en fonction de cette pression dont le
maximum autorisé est de 15 mmhg [76].
Chaîne vidéo : Fig 29
La vidéo permet en coeliochirurgie, non seulement de rendre l’intervention
accessible à tous mais aussi d’améliorer la vision opératoire [76].
« La chaîne vidéo » est constituée de la source .du câble optique, de
l’endoscope,de la caméra et des moniteurs. L’homogénéité de cette chaîne est le
facteur important de la qualité finale.
75
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
Fig. n 29 : Système de vision endoscopique
Système de lavage aspiration :
Le lavage-aspiration est un temps essentiel en coelioscopie opératoire. Un
système de qualité est donc indispensable.
Fig. n 30 : Trocarts utilisés en coelioscopie
76
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
Les trocarts permettent le passage des instruments à travers la paroi. Leur
point est soit conique, soit pyramidale. La taille des trocarts est conditionnée par
le diamètre des instruments utilisés.
2.2 Principe
Le principe de la coelioscopie repose sur l’introduction d’instruments
opératoires en intra- ou rétro péritonéal, permettant l’intervention chirurgicale
sous contrôle d’une optique reliée à une caméra et à un ou plusieurs écrans de
télévision.
La coelioscopie nécessite la création d’un espace de travail, grâce à
l’insufflation de dioxyde de carbone dans ces espaces. Le dioxyde de carbone a
l’avantage de ne pas entraîner de distension digestive pouvant limiter le geste
chirurgical, et de permettre l’utilisation de coagulation électrique.
Le premier trocart est inséré dans la cavité abdominale sous contrôle de la
vue (open coelioscopie) (fign31), apres incision des différents plans jusqu’au
péritoine.
77
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
Fign31 : open coelioscopie sur la ligne médiane.
Cette technique, très largement recommandée chez l’enfant. permet
d’éviter une plaie viscérale et surtout vasculaire.
Après vérification de la bonne position du trocart, le pneumopéritoine est
progressivement insufflé. La pression d’insufflation, contrôlée en permanence
au cours de l’intervention varie en fonction de l’âge et du poids de patients (56mm de mercure chez le petit et 12 mmHg chez l’enfant plus âgé). Puis, sous
contrôle vidéo, les deux, trois quatre trocarts opérateurs sont installés, en
fonction du geste à réaliser (principe de triangulation des trocarts dont le
sommet du triangle est centré sur l’organe à explorer).
L’hémostase en coelioscopie est également assurée par l’utilisation de
crochet coagulateur monopolaire,
pince bipolaire ou bistouri ultracision
(utilisant des ultrasons).
78
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
2.3Apport de la coeliochirurgie :
La laparoscopie dont les indications sont de plus en plus nombreuses en
chirurgie pédiatrique trouve ici tout son intérêt. Elle permet de préciser les
caractères et la topographie de la lésion et d’assurer une exérèse complète en
toute sécurité [66.77.78].
La résection d’une duplication digestive non communicante kystique peut
facilement être réalisée par coelioscopie. En cas de duplication digestive
communicante (notamment dans les formes iléocæcales), la cure chirurgicale
nécessite une résection digestive, qui reste une technique d’exception en
pratique coelioscopique courante. En revanche, tout le temps de dissection et de
décollement des fascias peut être réalisé sous laparoscopie et seule la résection
anastomose sera réalisée grâce à une courte laparotomie [78.79.80].
a. Avantage de la coelioscopie [81] :
L’avantage indiscutable de l’abord coelioscopique est sa moindre
agressivité pariétale. Il devrait se traduire à moyen terme par une quasi
disparition des éventrations postopératoires et, lorsque celles-ci surviennent par
une réparation plus facile du fait de leur plus petite taille.
Le deuxième avantage de la coelioscopie .connu depuis longtemps, est la
quasi disparition des adhérences en dehors des zones de dissection chirurgicale.
Le troisième avantage est la vision macroscopique que donne la caméra et
la possibilité de magnifier les images, donnant ainsi une plus grande précison à
la dissection.
Le quatrième avantage est la possibilité de travailler sur une zone
considérée par les chirurgiens comme profonde, en mettant littéralement la tête
79
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
dans le malade. Et sans avoir à écarter ou tirer sur les tissus ou les organes de
voisinage.
La principale conséquence concerne les plaies de rate qui ont quasiment
disparu et, paradoxalement la moindre gène qu’entraîne l’obésité,
Comparativement à la laparotomie, même s’il est souvent nécessaire
d’ajouter un trocart pour récliner la masse épiploique ou réséquer le lipome du
cardia.
Enfin, cinquième avantage est la moindre consommation de morphinique et
le retour plus précoce des opérés une autonomie normale
b. Contre-indications [81] :
Au fil de l’expérience acquise en coelioscopie, le nombre de contreindications formelles à la coelioscopie a diminué.
* Les contre-indications formelles sont :
 Hypertension intracrânienne,
 Instabilité hémodynamique (par exemple, en cas de traumatismes
abdominaux graves), qui risque d’être aggravée par le pneumopéritoine,
 Certaines cardiopathies (shunt droite -gauche) ou hypertension artérielle
pulmonaire.
 Troubles graves de l’hémostase, quand on considère que la chirurgie
risque d’être hémorragique,
 Insuffisance respiratoire grave.
80
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
* Les contre-indications relatives sont :
A discuter en fonction du geste à réaliser, de l’expérience de l’équipe (tant
anesthésique que chirurgicale) et des bénéfices attendus grâce à la coelioscopie :
 Antécédent de laparotomie, du fait du risque d’adhérences pouvant
nécessiter une viscérolyse. Cependant, l’importance et la difficulté à
libérer ces brides sont souvent imprévisibles ;
 L’âge n’est pas une contre-indication puisque les possibilités de
cœlioscopie chez le nouveau-né ont été rapportées dans plusieurs
indications.
c. mortalité morbidité :
Au début de l’utilisation de la coelioscopie, certaines complications
spécifiques ont été décrites .Il s’agissait principalement de plaie vasculaire
(aorte, vaisseaux iliaques) ou digestive lors de l’introduction à l’aveugle des
trocarts. Ces complications ne devraient plus exister depuis l’utilisation
de
technique d’open coelioscopie pour l’introduction de premier trocart, sous
contrôle de la vue. D’autres complications ont été rapportées à l’utilisation
spécifique des instruments de coelioscopie : brûlure digestive par crochet
coagulateur, plaie de la voie biliaire par la mise en place d’un clip trop long.
C . Les différentes techniques opératoires :
* Techniques conservatrices :
 la dérivation externe ou marsuplisation :
Elle consiste à laisser en place la malformation et la drainer vers la peau ;
cette technique est abondonnée en raison des risques de fistulisation :
81
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
 La dérivation interne :
Gastrogastrostomie ou marsupialisation à l’estomac,elle consiste en la
résection du septum séparant la duplication de l’estomac :
Mais cette technique ne donne pas toujours des résultats satisfaisants
 Résection partielle de la duplication :
* Techniques non conservatrices
 L’exérèse limitée :
C'est l’intervention de choix quand elle est possible. En effet, la
vascularisation commune à celle de l’estomac, l’absence de plan de clivage,
rendent souvent difficile l’exérèse limitée.
 Exérèse associée à une résection gastrique :
Il s’agit le plus souvent de gastrectomie partielle avec un rétablissement de
la continuité Pean ou Finisterer.
Rarement une gastrectomie totale plus ou moins élargie
Exceptionnellement la résection est associée à une pancréatectomie:
D. Les indications :
Schématiquement on peut opposer 2 cas :
. Soit la duplication est de petite taille : exérèse Limitée si possible, quand
celle-ci n’entraine pas de dévascularisation de la paroi gastrique principale.
. Soit la duplication est de grosse taille : pouvant entrainer des problèmes
vasculaires au niveau de l’estomac. L’exérèse de la duplication associée à une
résection gastrique est préférable.
82
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
VII. EVOLUTION -COMPLICATION :
L’évolution est généralement bonne après un traitement chirurgical radical
bien conduit.
La mortalité est, en constante régression, est actuellement inférieure à 5
pour cent, elle s’observe dans les formes avec malformations sévères et lors du
retard diagnostique.
Les duplications gastriques exposent à des complications telles:
Phénomènes compressifs, infectieux ou hémorragiques et aussi le risque de
dégénérescence de la duplication.
83
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
Conclusion
84
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
Les duplications gastriques sont des malformations rares qui présentent un
grand polymorphisme anatomo-clinique .
L’association à d’autres malformations a été diversement appréciée dans la
littérature.les malformations vertébrales ont été les plus fréquemment
rapportées.
Les examens complémentaires permettent seulement d’évoquer le
diagnostic devant des signes souvent peu spécifiques, le diagnostic n’est posé
que lors de l’intervention chirurgicale et après un examen anatomopathologique.
Actuellement les progrès de l’échographie anténatal permettant de plus en
plus de découvrir des duplications gastriques. laissant espérer une meilleure
prise en charge chirurgicale de ces patients et une information adaptée des
parents.
La prise en charge des duplications gastriques est le plus souvent
chirurgicale. Le souci de supprimer définitivement les symptomes et le risque de
cancérisation plaide en faveur de la résection complète. chaque fois qu’elle est à
faible risque et entraine peu de séquelles fonctionnelles.
Les progrès réalisés en coeliochirurgie chez l’enfant ont permis une
évolution importante dans la prise en charge diagnostique et thérapeutique des
duplications digestives. Les principaux bénéfices sont le moindre traumatisme
pariétal ; tant en termes de cicatrices qu’en termes de douleurs postopératoires et
la diminution d’adhérences postopératoires.
En dehors des formes compliquées ou étendues, le pronostic de ces
affections reste excellent, lorsqu’elles sont prises en charge à temps.
85
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
Résumés
86
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
RESUME
Thèse : Duplications gastriques chez l’enfant.
Mots clés : Duplication-gastrique-Enfant.
Auteurs : Rida BERRAIDA
Les duplications gastriques sont une entité rare par rapport aux duplications de
tout le tractus digestif.
Il s’agit d’une étude rétrospective de trois observations d’enfants présentant une
duplication gastrique, colligée au service de chirurgie A de l’hôpital d’enfants de
Rabat sur une durée de 10 ans (1998-2008).
L’âge moyen : 6 ans - 6 mois, le sexe ratio était de 3 filles.
Dans cette série, toutes les localisations étaient gastriques, le tableau clinique
restait dominé par des signes digestifs l’examen physique a trouvé une masse chez un
cas de nos malades.
Les explorations paracliniques ont été demandées pour confirmer le diagnostic
d’une duplication gastrique, l’échographie a montré dans deux cas des images
kystiques fortement évocatrices du diagnostic la tomodensitométrie a confirmé les
données échographiques. Les opacifications digestives ont montré des images
d’empreinte sur la partie distale de l’autre gastrique.
Nos patients ont bénéficié d’une cure chirurgicale menée par laparotomie
médiane. Toutes les duplications gastriques étaient kystiques.
Le traitement chirurgical a consisté en une résection totale de la masse.
Les malformations associées n’ont pas été enregistrées.
L’étude anatomo-pathologique a révélé une hétérotopie pancréatique dans tous
les cas.
Les suites opératoires étaient sans particularités.
87
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
SUMMARY
Thesis : gastric duplication in children.
Keywords: Duplication-gastric-Child.
Author: Rida BERRAIDA
Gastric duplications are a rare entity in relation to duplication of the entire
digestive tract.
This is a retrospective study of three cases of children with gastric duplication,
collated for surgery A Children's Hospital of flap over a period of 10 years (19982008).
The mean age of 6 years - 6 months, the sex ratio was 3 girls.
In this series, all locations were stomach, the clinical signs remained dominated
by digestive physical examination found a mass in a case of our patients.
Paraclinical explorations were asked to confirm the diagnosis of gastric
duplication, ultrasound showed two cases of cystic images strongly suggest the
diagnosis of CT has confirmed the U.S. findings. The digestive opacification showed
images of the fingerprint on the other distal stomach.
Our patients underwent surgical treatment conducted by midline laparotomy. All
duplications were cystic stomach.
Surgical treatment consisted of total resection of the mass.
The associated malformations were not recorded.
The pathological study revealed a heterotopic pancreas in all cases.
The postoperative course was unremarkable.
88
‫‪Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.‬‬
‫ملخص‬
‫الـــرسـالة‪ :‬ازدواجـية المـعدة لـدى األطـــفال‪.‬‬
‫الكممات األساسية‪ :‬االزدواج ‪ -‬المـعدة ‪ -‬الطــفل‪.‬‬
‫من طرف‪ :‬رضا برايدة‬
‫االزدواجية في المعدة ىي كـيان نادر بالنسبة إلى االزدواجـية في الجـياز اليـضمي بأكمـمو‪.‬‬
‫ىـذه د ارسـة بأثـر رجـعي من ثـالث حاالت لألطفال الذيـن يـعانون من االزدواجـية في المـعدة‪،‬ثم‬
‫تجميعيا في مصمحة ا لجراحة ا بمستشفى األطـفال عـمى مـدى ‪ 01‬اعوام (‪.)8111-0991‬‬
‫مـتوسط العـمر ‪ 6‬سـنوات ‪ 6 -‬أشـير ‪ ،‬وكانت نسـبة الفـتيات الجـنس ‪.3‬‬
‫في ىـذه الدراسة ‪ ،‬جميع المـواقع كانت عمى مستوى المـعدة ‪ ،‬واالعراض السريرية تمثمت بمعانات‬
‫في الجـياز اليضـمي‪.‬اماالفحص السريري اظير كتـمة فـي حـالة من مرضـانا‪.‬‬
‫وطمـبت االستكشافات السريرية لتأكـيد التشـخيص من االزدواجية فـي المـعدة ‪ ،‬وأظـيرت الموجـات‬
‫فـوق الصوتـية في حـالتين وجود اكياس مؤكدتا لممعطيات‪ .‬واكدت االشعة المقطعية معطيات الموجـات‬
‫فـوق الصوتـية ‪.‬وأظـيرت الصـور عتامـة فـي الجـياز اليضمي لمبصـمة عـمى بطـنو البعيدة األخـرى‪.‬‬
‫وخضـع المرضـى لدينا العـالج الج ارحـي الـذي ثم عمى‬
‫االزدواجية في المـعدة كيسـية‪.‬‬
‫خـط الوسـط‪ .‬وكـانت جميـع حاالت‬
‫يتمثل العـالج الج ارحـي في االستئصـال الكمـي لمكتـمة‪.‬‬
‫لـم تسـجل تشـوىـات مرتبـطة بـيا‪.‬‬
‫وكشـفت الـدراسة المـرضية والبنكرياس منتبذ فـي جمـيع الحـاالت‪.‬‬
‫وكانت المتابعة بعـد العمـمية بدون إشكال ‪.‬‬
‫‪89‬‬
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
Bibliographie
90
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
[1]
DAUDET(M),CHAPUIS(J.P),DAUDET (N)Symposium consacré
aux duplications digestives.
-Ann.dechir.Inf.1967.8(1):5-80
[2]
BRAVBEER (J.W).Solitary -simple cyst of the stomach.
Proc. Roy. Soc. Med, 1961 ; 54 , (2) : 158
[3]
RAVITCH (H.M) ; EDWARD.Duplication of de the alimentary canal.
- Pediatric . Surg . ,1962 ; 2 : 692
[4]
BAUMEL(H),GODLEWSKI(G),PIGNODEL(C).
- Les duplications gastriques.
J. Chir. (Paris), 1980 ; 117, (11) : 629-633
[5]
M. Thieriet
Anatomie et histologie de l’estomac.
[6]
[6] A. Leguerrier
Anatomie topographique de l’estomac.
Atlas d’anatomie 2° édition.
Anatomie de l’estomac.
Nouveaux dossiers d’anatomie PCEM Heure de France.
91
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
[7]
C. Monod ; B. Duhamel
Anatomie de l’estomac.
Schémas d’anatomie n° 7 abdomen vigot
[8]
S. Frank ; H. Netter
Anatomie topographique de l’estomac.
Atlas d’anatomie 2° édition.
[9]
H. Rouvière
L’estomac
11° édition Masson et Cie. 1974
[10] GODLEWSKJ (G), B0SSY (J), BAUMEL (H).
-Aspects anatomiques et embryologique des duplications gastriques.
- Bull. Assoc. Anat .,1980 ; 64 : 229-242
[11] BELAICHE (ML).Contribution
à
l'étude
des duplications gastriques et leur,
embryogénèse, à propos d'une observation.
- Thèse Médecine Montpollier , 1979 ; 377.
[12] R. Marchand
Embryologie de l’estomac.
Embryologie du système digestif p 55-56 2000.
92
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
[13] LEWIS (P.L), SAGE (M.R), PATERSOM (N.S)
HAM1LT0M
(D.W)
- Duptication of the stomach.
- Arch.of surg.,1961 ,82 :634-640.
[14] GROSS (R.E), HOLCOMB (G.W), FARBER (S)
.- Duplication of the alimentary tract.
- Pediatrics,1952 ;9 :449
[15] BREMER (J.L).Diverticula and duplication of the intestinal tract.
- ARCH.Patch.,1944;38:132-140
[16] SHEPPARD (M.D), GILMOUR (J.R).Touion of a penduculated gastric cyst.
- Armand Colin Ed.,Paris 1977.
[17] MAC CUTCHEN (G.T).
Reduptication of the stomach.
-Ann.Surg.1949;129,6:826-831.
[18] TRAVERSO[L.W),DAMUS(P.S), L0MGMIRE (W.P).
- Pancreatitis of unusal origin.
- Surg. Gynecol.Obstet., 1975 ,141 ,(3) ; 383-386.
93
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
[19] RAVITCH (H.M).-EDWARD.Duplication of the alimentary canal.
- Pediatric.Surg.,1962;2:692
[20] SCHEYE T., VANNEUVILLE G., DECHELOTTE P., QUEROY
MALMENAIDE C., AUFAUVRE B.
Les duplications du tube digestif chez l’enfant à propos de 12
observations.
Ann Chir 1995 ; 49 (1): 47-55.
[21] SHERMAN NJ., MORROW D., ASCH M.
Duplication of the Alimentary tract.
J Pediatric Surg 1978 ; 13 : 187-188.
[22] BURAS RR., GUEZETTA PC., MAJID M.
Multiple Duplications of small intestine.
J Pediatr Surg 1986; 21 : 957-959.
[23] OLSEN L., ANNEREN G., HENZE A., LUNDKVIST K.,
LONNERHOLM T.
Multiple
intestinal
duplications
in
Myelameningocela and Hydrocephalus.
Eur. J. Pediatr. Surg 1992 ; 2 : 45-48.
94
a
child
with
thoracic
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
[24] MARION J., JEUNE M., LABRE F., DAUDET M.
Un cas de dédoublement intestinal diagnostiqué avant l’intervention.
Pédiatrie 1961, XVI ; 2 : 186-193.
[25] NORRIS RW., BRERETON RJ., WRIGHT VM., CUDMORE
RE.
A new surgical Approach to duplications of intestine
J. Pediatric Surg 1986; 21: 167-70.
[26] RAVITCH M. WELCH KJ., BENSON CD., ABEERDEN E.,
RAMDOLPH GJ.
Duplications of the alimentary canal.
Eds.
Pediatric
Surgery.
Chicago:
year
Book
medical
Publishers,1979,2nd ed.
[27] SAPIN E., HELARDOT P., BIENAYME J.N., BERGY F.
Duplications of the bowel.
Pediatrics 1990: pp .65-88.
[28] NOURI A., BELGHITHI M., MEKKI M., BEN ATTIA M.,
SAYED S., HouissaT.
Les duplications digestives chez l’enfant. A propos de 24 cas.
Revue Maghrébine de Pédiatrie, Janvier-Février 1993 ; 3 (1) : 17-21.
95
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
[29] GDANIETZK., WIT J., HELLER K et AL.
Complete duplication of the small intestine in childhood Kinder.
Chir 1983; 38: 414-6 (In J Pediatr Surg 1984 ; 19 : 185-8).
[30] DAUDET M., CHAPPUIS JP., DAUDET N.
Symposium Consacré aux duplications intestinales (1965).
Ann chir Infant 1967 ; 8 : 5-17 et 57-67.
[31] LARIZADEH R., POWELL DEB.
Neoplasic change in a duplicated colon.
Br J Surg 1965; 52 : 666-8
[32] HEIBERG ML., MARSHAL KG., HIMAL HS.
Carcinoid arising in a duplicated colon.
Br Surg 1973 ; 60 : 981-2
[33] ORR MM., EDWARDS AJ.
Neoplasic change in duplication of the alimentary tract
Br J Surg 1975; 62 : 269.
[34] DEFTERCOS S., SOULTANIDIS H., LINAS CH., TSALKIDIS
A., GOULIANTZI E., MANAVIS J.
Duodenal duplication .Is ultrasound Appearence enough to confirm the
diagnosis ?
Romanian Journal of Gastro-enterology December 2004; 13 (4): 345347.
96
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
[35] BOURDELAT D., GUIBERT F., JOAN., BABUT JM.
Les duplications de l’oesophage. A propos de deux observations.
Ann. Chir 1983 ; 37 : 681-683.
[36] KIM YS, PARK CK, CHOI YW.
Esophageal
tubular duplication
complicated
with
intraluminal
hematoma: a case report.J Korean Med Sci 2000;15;463-6
[37] M. FERNET, D.
Goldlust. Une rare observation de duplication gastrique chez l'adulte.
Ann. Radiol, 1987,30,295-298.
[38] M. GUIVARCH.
Duplications duodénales de l'adulte. A propos d'une observation.
Revuede la littérature. Chirurgie, 1985, 11,782-79
[39] M.SOARES-OLIVEIRA, M. CASTAFION, JL. CARVALHO,
JM. RIBO ,P.BELLO,J.ESTEVAO-COSTA,L. P. BELLO, J.
ESTEVAO-COSTA, L.
Morales," Duplicaciones intestinales. Analisis de 18 casosen
Anales de Pediattra en 2002 Vol. 56, N°: 05
[40] Scheye T, Vanneuville G, Dechelotte P, Aufauvre B.
Les duplications du tube digestif chez l’enfant. Àpropos de 12
observations. Ann Chir 1995;49:47–55.
97
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
[41] Nouri A, Belghith M, Mekki M, Ben Attia M, Houissa T.
Les duplications digestives chez l’enfant. A propos de 24 cas. Rev
Maghréb Pédiatr 1993;3:17–21.
[42] Cooper S, Abrams RS, Carbaugh RA.
Pyloric duplications, review and case study.
Am Surg. 1995;61:1092–4.
[43] KAABAR N., JELLASSI A., EL CHADHI A., WATTAR M.
Aspects cliniques et thérapeutiques des duplications digestives.
A propos de 10 cas.
[44] Valayer J.
Malformations congénitales du duodénum et de l’intestin.
Pédiatrie. Encycl Méd Chir, ,4–017–B–10. Paris: Elsevier; 1999. p. 20.
[45] Karnak I, Ocal T, Senocak ME, Tanyel FC, Buyukpamukcu N.
Alimentary tract duplications in children: report of 26 years’
experience.
Turk J Pediatr 2000;42:118–25.
[46] VEENEKLAAS (G.M.H).Amer. J.Dis.Child., 1 952 ; 83 : 500
98
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
[47] HUGUÎER (M) ,LUBÛISJSK1 (J).
-duplication gastrique communiquant avec les canaux pancréatiques.
-Arch.Fr.des Mal.de l’App. Dig.,1975 ;64 :153-157
[48] [COPPOLA (V), R0SSI (R), COPPOLA (M).Rottura post traumatica di duplicazione gastirca communicante.
Radiol. Med. (Torino), 1986; 72 : 589-592.
[49] MAYO(H.W),MACKEE(E.E),ANDERSON
(R.M).-Carcinomamanifestations of duplication of the stomach.
- Pédiatrics,1961,141 :550
[50] CAZAGOU(J.F),TRA(B),GILLOT(G).Les duplications gastriques.
-J. chir.(Paris), 1985; 122, (8-9) : 463-466.
[51] SHEPPARD(M.D),GLIMOUR(J.R).Torsion of a penduculated gastric cyst.
-Brittish Med.J,1945;1:874.
[52] A. HAMDI, A. NOURI, H. SAAD, R. GATGOURI, K. ZOUARI,
M.
Tabka. A propos d'un cas de duplication oesophagienne de révélation
néonatale. Ann Pediatr (Paris), 1991.38.no5.358-357.
99
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
[53] GUARISE A, FACCIOLI N, FERRARI M, ET AL.
Duodenal duplication cyst causing severe pancreatitis: imaging
findings and pathological.
[54] ZAANOUNIK, LEYMARIE JP, GRELLET J.
Duplication colique découverte chez l'adulte. J Radiol 1993 ; 74 : 1719
[55] diard f., chtail jf., moinard m.
Duplications digestives. Bordeaux : Université Bordeaux 2,1990 :135-
[56] BARR LL,SWISCHUK LE , HAYDEN K.
Museular rim sign jin enteric duplication cysts. Scientific Exibits
Pediatics, RSNA 74th. Scientific Assembly and Annual Meeting-1988.
Radiology 1988 ; 169-463.
[57] BUCHET,CATALAN Y,RICHARD P,THORNER M.
Malformations intestinales.Encycl Med Chir (Elsevier,Paris).
Radiodiagnostic VI.33-015-A-301989:15.
[58] BERITELLI (F)
- Annali di Radiologia Diagnostica, 1968,41,(2) : 85-100.
[59] K ILIDIJAN (A) ,SUTTON (P.D).Duptication of the stomach and not notation of the gut.
- Brit .J. of Surg.,1967 ;54 :731-735
100
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
[60] MOHR (E).Un cas de duplication gastrique..
-Ac ta G.E. B e l g i c a, 1965 ; 28 : 703-713.
[61] OWREM (H.W),HOLMAM (C.B),PRJESTLY
(J.T).-Duplication
of the stomach.
Proc.Mayo.Clin,1954;29:228-233.
[62] P.MANGIN,F,DAP,A, VIDREQUIN,P BOISSEL,J GROSIDIER.
Duplication
oesophagienne.Kyste
entérogénique
de
l’œsophage.Intéret du scanner.Med Chir Dig,1986,15,341-342
[63] YVERGNEAUX.2 cas de duplication gastrique.
-J.Belge de Radiologie,1977 ;60,(4) :361-364
[64] IUSHK1N (A.V), DUBITSKAIA (Ï.G), BELONZHKO (N.F).Duptication of the pylorus diagnosed by fiber optic endoscopy.
-Klin Khin,1984;11:65
[65] M. GUIVARCH.
Duplications duodénales de l'adulte. A propos d'une observation.
Revue de la littérature. Chirurgie, 1985, 11,782-790
101
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
[66] M.KOHENN ,Y.X.TSHIMPI,N.KAOUKA.
Les duplications gastriques à propos d’un cas révélé par une
hémorragie digestive.J.Chir.(Paris),1995,132,n’4.p :178-182
[67] VAAGE,KNUTRUD O.CONGENITAL
Duplication of alimentary tract with special regard to their
embryognesis.
Progr.Pediatr.Surg.1974,7:103-122.
[68] T.MULTIPLE
Intestinal duplications in a child with thoracic myelomeningocele and
hydrocephalus.Eur J Pediatric Surg,1992,2:45-48
[69] SCHWARZ ENBERG SJ,WHITINGTON PF:
Rectal gastric mucosa heterotopias as a cause of hematochezia in an
infant.Dig Dis Sci 28:470-472,1983.
[70] SHIMIZU T., MIZOBUCHI M ., YAMASHIRO Y ., YABUTA K.,
FUKUNAGA K. ET AL.
Case Of the month.Colonic duplication.Eur J Pediatr 1995;154:863864.
[71] EL PIAGE WHITTE JA.EDWARDS OP.:
Neuroenteric cust,surgey and diagnostic imaging.J Pediatric surg
1991,26:108-110.
102
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
[72] CORREIA PINTO J., TAVARES ML., MONTEIRO J., MOURA
N., GUIMARAES H., COSTA ESTEVAO.
Prenatal diagnosis of enteric duplications-short communication
Prenat Diag 2000; 20: 163-167.
[73] DA NYBERG, LA MACK, RM PATEN, DR CYR.
Fetal bowel: normal sonographic findingd. J Ultasond Med 1987; 6: 3
-6.
[74] VAN
DAM
L.J,
DE
GROOT
CJ,HAZEBROEK
FWJ.WLADIMIROFF
JW.Intra-uterine demonstration of bowel duplication by ultrasound.Eur
J Obstet Gynecol Reprod Biol 1984;18:229-32
[75] DS RICHARDS.MR LANGHAM.
CD Anderson.The prenatal sonographic appearance of enteric
duplication cysts.
Ultrasound Obstet Gynecol 1996,7:17-20
[76] P MOURRET, B.DELAITRE.
Anal Canal Duplication in Infants.J Pediatr Surg 2003 38 : 758-762.
[77] KH.LEE, CK,Y.EUNG,YH.TAM,WT.NG,KF.YIP.
Laparoscopy for definitive diagnosis and treatment of gastrointestinal
bleeding of obscure origin in children.J Pediatr Surg,2000,35:12911293
103
Place de l’oxygénothérapie hyperbare dans le traitement des surdités brusques.
[78] C.GORSLER,MD AND F.SCHIER.
Laparoscopic removal of solitary duodenal duplication cyst with 2 mm
instruments in an 8-year-old girl.Pediatrie endosurgery and innovable
techniques,2001;vol S,n01:33-36.
[79] J.SCHLEEF,J.SCHALAMON.
The role of laparoscopy in the diagnosis and treatment of intestinal
duplication in childhood.Surg Endosc,2000,14,865-866
[80] AC.WATIS.F.D. MUNRO.
Thoracoscopie excision of an intramural esophageal duplication cyst:a
case report.Pediatric endo surgery and innovative technique.vol
7,n01;2003:57.
[81] MA.BRUHAT,C.CHARPON,G.MAGE,Y.POULY ET COLI.
Bénéfices
et
risques
de
.Gynecol.Obstet.1993,88,2 : 84-88
104
la
coeliochirurgie.Rev.Fr
Serment
d'Hippocrate
Au moment d'être admis à devenir membre de la profession médicale, je
m'engage solennellement à consacrer ma vie au service de l'humanité.

Je traiterai mes maîtres avec le respect et la reconnaissance qui leur
sont dus.

Je pratiquerai ma profession avec conscience et dignité. La santé de
mes malades sera mon premier but.

Je ne trahirai pas les secrets qui me seront confiés.

Je maintiendrai par tous les moyens en mon pouvoir l'honneur et les
nobles traditions de la profession médicale.

Les médecins seront mes frères.

Aucune considération de religion, de nationalité, de race, aucune
considération politique et sociale ne s'interposera entre mon devoir et
mon patient.

Je maintiendrai le respect de la vie humaine dés la conception.

Même sous la menace, je n'userai pas de mes connaissances médicales
d'une façon contraire aux lois de l'humanité.

Je m'y engage librement et sur mon honneur.
‫قسى أبقراط‬
‫بسم هللا الرحمان الرحيم‬
‫أقسم باهلل العظيم‬
‫فً ْذِ انهحظت انتً ٌتى فٍٓا قبٕنً عضٕا فً انًُٓت انطبٍت أتعٓذ عالٍَت‪:‬‬
‫‪ ‬بأٌ أكرس حٍاتً نخذيت اإلَساٍَت‪.‬‬
‫‪ٔ ‬أٌ أحترو أساتذتً ٔأعترف نٓى بانجًٍم انذي ٌستحقَّٕ‪.‬‬
‫‪ٔ ‬أٌ أيااا س يُٓتااً باإا يااٍ ضااًٍري ٔشاارفً جاااعال صااحت يرٌضااً ْااذفً‬
‫األٔل‪.‬‬
‫‪ٔ ‬أٌ ال أفشً األسرا انًعٕٓدة إنً‪.‬‬
‫‪ٔ ‬أٌ أحافظ بكم يا نذي يٍ ٔسائم عهى انشرف ٔانتقانٍذ انُبٍهت نًُٓت انطب‪.‬‬
‫‪ٔ ‬أٌ أعتبر سائر األطباء إخٕة نً‪.‬‬
‫‪ٔ ‬أٌ أقاإو باإاجبً َحاإ يرضاااي بااذٌٔ أي اعتبااا دٌُااً أٔ ٔطُااً أٔ عرقااً أٔ‬
‫سٍاسً أٔ اجتًاعً‪.‬‬
‫‪ٔ ‬أٌ أحافظ بكم حزو عهى احتراو انحٍاة اإلَساٍَت يُذ َشأتٓا‪.‬‬
‫‪ٔ ‬أٌ ال أسااتعًم يعهٕياااتً انطبٍاات بطرٌا ٌضاار بحقاإ اإلَساااٌ يًٓااا القٍاات يااٍ‬
‫تٓذٌذ‪.‬‬
‫‪ ‬بكم ْذا أتعٓذ عٍ كايم اختٍا ٔيقسًا بشرفً‪.‬‬
‫وهللا على ما أقىل شهيد‪.‬‬
Téléchargement
Explore flashcards