BERNADET DEFINITION TAUX OPTIMAL

publicité
DEFINITION DU TAUX OPTIMAL D’INCORPORATION DE TOURTEAU DE COLZA DANS LA
RATION ALIMENTAIRE DES CANARDS MULARDS MALES EN PHASE DE DEMARRAGE
Bernadet Marie-Dominique 1, Ducamp Céline 2, Guy G. 1, Lessire M. 3
1
INRA, UEPFG 0089, Artiguères, 40280 Benquet, France
2
Palmipôle, 40280 Benquet, France
3
Unité de Recherches Avicoles UR83, INRA Tours, 37380 Nouzilly, France
Résumé
Cette étude s’inscrit dans un programme de recherche destiné à définir le maximum d’incorporation de tourteau
de colza dans les rations destinées au canard mulard mâle. L’objectif de ce premier essai est de définir le taux
optimal d’incorporation de tourteau de colza « 00 » durant la phase de démarrage (de 0 à 28 jours) sans altérer
les performances zootechniques d’élevage et de gavage. Quatre traitements ont été mis en place pendant la
période de démarrage: T1 (0 % de tourteau de colza), T2 (7 %), T3 (14 %) et T4 (21 %) ; un aliment commun
sans colza est distribué ensuite. Différentes mesures ont été réalisées telles que le suivi de la croissance, la
consommation, les performances de gavage, l’analyse de la composition des carcasses, le poids des glandes
thyroïdiennes. Un apport de tourteau de colza de 14 et 21% pénalise la croissance des canetons mesurée à 2 et 4
semaines. Ce retard est perceptible jusqu’à l’âge de 6 semaines mais s’estompe par la suite. Par ailleurs,
l’augmentation du poids de la glande thyroïdienne et la diminution de l’emplumement montrent qu’un apport de
tourteau de colza supérieur à 7 % durant la période de démarrage semble pénalisant. L’effet du tourteau de colza
distribué durant la phase de démarrage apparait faible sur les performances zootechniques mesurées à 12
semaines d’âge et n’a pas eu de répercussion sur les performances de gavage.
Introduction
Le gouvernement Français s’est fixé l’objectif
d’incorporer 5,75 % de biocarburants (éthanol et
diester) dans les carburants d’origine fossile dès
2008 et 7 % en 2010. Dans ces conditions des
quantités importantes de coproduits vont voir le
jour en particulier des tourteaux de colza qui seront
disponibles pour l’alimentation animale.
Le tourteau de colza présente des qualités
nutritionnelles intéressantes pour l’alimentation des
animaux de rente. Il est moins riche en protéines
que le tourteau de soja (33,7 vs 45,3%) mais son
profil en acides aminés est mieux équilibré
(Sauvant et al, 2002), enfin il est particulièrement
riche en phosphore et bien pourvu en calcium, par
contre sa valeur énergétique est limitée par une
teneur élevée en cellulose. Enfin il renferme des
facteurs antinutritionnels tels que les glucosinolates
qui peuvent limiter son incorporation. Ces derniers
confèrent au tourteau un goût amer pouvant
diminuer l’appétence. De plus, ils provoquent une
hypertrophie de la glande thyroïdienne et par
conséquent, ils sont responsables d’un retard de
croissance (Shadidi, 1997 , Valbiom, fiche colza
07, 2006). Aujourd’hui l’utilisation de tourteau de
colza dans l’alimentation des canards gras reste très
limitée. Pourtant, donner une plus large place à
cette matière première dans la ration alimentaire des
palmipèdes à foie gras, réduirait la dépendance de
la filière vis à vis du tourteau de soja et pourrait
présenter un intérêt économique non négligeable.
Ce premier essai a pour objectif de définir le taux
optimal de tourteau de colza à faible teneur en
glucosinolates « tourteau de colza 00 » durant la
phase de démarrages (de 0 à 28 jours) des canards
mulards mâles sans altérer les performances
zootechniques d’élevage et de gavage.
Matériel et méthodes
672 canetons mulards mâles de type génétique
CF80 x M14 ont été identifiés et répartis au sein de
16 loges à raison de 42 canetons par loge. Durant la
phase de démarrage (de 1 à 28 jours), 2 régimes
alimentaires expérimentaux, de teneurs différentes
en tourteau de colza (0 et 21 %) ont été formulés et
présentaient des caractéristiques similaires en
termes d’énergie, de teneur en protéines et en acides
aminés. Ces deux aliments ont ensuite été mélangés
pour obtenir deux taux intermédiaires de tourteau
de colza : 7 et 14%. Chaque aliment a ensuite été
granulé. Les compositions et caractéristiques des
aliments sont présentées dans les tableaux 1 et 2.
Durant la phase de démarrage, chaque aliment a été
distribué ad libitum. A l’issue de cette période,
l’ensemble des animaux a reçu un même aliment
commercial standard (15,5% de MAT et 2850
Kcal/Kg EM) mais dépourvu de tourteau de colza.
Cet aliment a été distribué ad libitum jusqu’à l’âge
de 6 semaines puis un rationnement quantitatif a été
pratiqué à raison de 260g par canard de 7 à 10
semaines d’âge puis 230g à 11 semaines d’âge. La
Composition des aliments expérimentaux
Les résultats analytiques sont présentés au tableau 2
et sont conformes aux prévisions tant au niveau des
teneurs en protéines, acides aminés et énergie
métabolisable
Le tourteau de colza utilisé dans les aliments
expérimentaux contenait 88,90 % de matière sèche,
15,10 % de cellulose et 3,21% d’huile. La teneur en
glucosinolates, déterminée par le CETIOM selon la
norme NF ISO 10633-1, était relativement faible
puisqu’elle atteignait 8,40 µmoles/g de MS.
obtenues avec le régime 4 riche en tourteau de colza
(1586g). Le régime 3 apparait intermédiaire
(1621g).
Les résultats obtenus par dissection anatomique
réalisée à l’âge de 28 jours d’âge montrent que la
teneur en tourteau de colza des aliments n’a pas
affecté les poids du filet sans peau, de la cuisse avec
peau et du gras abdominal (Tableau 4). Toutefois,
les canards ayant reçu les régimes alimentaires
riches en tourteau de colza (14 et 21 %) présentent
des poids de cuisse légèrement plus faibles que les
autres animaux. A l’inverse, ils présentent un
engraissement abdominal un peu plus important.
Ces résultats mettent donc en évidence qu’un taux
de tourteau de colza supérieur à 14 % pénalise la
croissance des canetons de 0 à 28 jours d’âge.
A l’âge de six semaines, les canards ayant reçu les
régimes 1 et 2 sont encore plus lourds que leurs
congénères. Les canards alimentés avec un aliment
titrant 14 % et 21% restent pénalisés respectivement
d’environ 50 g et 150g.
A huit semaines d’âge, l’effet du régime alimentaire
reçu en phase de démarrage semble s’atténuer, car
seuls les canards du lot 21% restent plus légers.
A l’âge de 10 semaines, les animaux ayant reçu
l’aliment renfermant 14% de colza en démarrage
ont récupéré leur retard de croissance et dépassent
le poids des animaux témoins. Enfin, à l’âge de 12
semaines, on ne relève plus de différence statistique
entre les régimes sur les paramètres : poids des
canards et composition corporelle (Tableaux 3 et 4).
Les résultats concernant la consommation d’aliment
et l’indice de consommation ne permettent pas de
mettre en évidence un effet négatif du taux de
tourteau de colza, les performances ne montrant pas
d’effet dose - réponse. Ceci peut s’expliquer d’une
part par le fait que les canards ont subi un
rationnement quantitatif à partir de l’âge de 6
semaines et d’autre part par le faible nombre de
répétition par modalité (n=4).
Enfin l’état d’emplumement, mesuré à 8 semaines
d’âge, est altéré par l’ingestion de colza, les notes
respectives s’élevant à 2,88 et 2,91 pour les
traitements 1 et 2 contre 2,74 et 2,65 pour les
traitements 3 et 4.
Performances zootechniques
A deux semaines d’âge, les animaux ayant reçu le
régime 1, dépourvu de tourteau de colza, ont un
poids moyen très significativement supérieur à ceux
ayant reçu le régime 4 renfermant 21% de colza
(573g vs 539g) (Tableau 3). Les canards alimentés
avec les régimes 2 (7 %) et 3 (14 %) présentent un
poids moyen intermédiaire avec respectivement
553g et 560g. Les résultats mettent en évidence une
faible relation linéaire entre le poids à 2 semaines et
le taux d’incorporation de tourteau de colza (R² =
0,016). A 28 jours d’âge, les performances
pondérales obtenues avec les régimes 1 (1647g) et 2
(1639g) sont significativement supérieures à celles
Effet sur la glande thyroïdienne
Les hormones thyroïdiennes interviennent sur de
nombreuses fonctions métaboliques et agissent
notamment sur la croissance, l’emplumement, le
métabolisme lipidique et la reproduction
(Sturkie,1997).
A l’âge de 4 semaines, le poids de la glande
thyroïdienne prélevée sur 20 canetons représentatifs
de chaque lot varie de 54 mg à 83 mg (Tableau 4).
Il est augmenté par le colza mais ne semble pas
varier selon le niveau d’incorporation de celui-ci
dans l’aliment. A l’âge de 12 semaines, le poids de
la thyroïde est supérieur et oscille entre 0,158 g et
0,184 g. Il est indépendant du traitement
ration alimentaire a été progressivement augmentée
pour atteindre 350g la veille de la mise en gavage.
A l’âge de 12 semaines, les canards ont été placés
en cages de gavage collectives et ont suivi un
gavage hydraulique de 25 repas. Un mélange de
maïs entier (42 %) et de maïs broyé (58 %) leur a
été dispensé.
Durant l’élevage et au terme du gavage, les
performances zootechniques ont été mesurées sur
l’ensemble des animaux : pesées individuelles à 2,
4, 6, 8, 10, 12 et 14 semaines, mesures de la
consommation,
performances
de
gavage.
L’emplumement a été noté à l’âge de 8 semaines
(note de 1 à 3 ; 3 correspondant à un plumage bien
développé).
La composition corporelle et l’état d’engraissement
(poids des filets (peau vs muscle), des cuisses avec
peau et du gras abdominal) ont été déterminés par
dissection anatomique à 4 et 12 semaines d’âge puis
en fin de gavage sur 20 canards par régime
représentatifs du lot (même moyenne et écart-type).
La glande thyroïdienne gauche a également été
prélevée et pesée afin de mesurer un impact
éventuel des glucosinolates du tourteau de colza.
Les analyses statistiques ont été réalisées à l’aide du
logiciel Statview. Les données mesurées ont fait
l’objet d’une analyse de variance. Lorsque les effets
des facteurs étaient significatifs, les comparaisons
de moyennes ont été réalisées au moyen du test de
PLSD de Fisher. Les données non paramétriques
ont été analysées à l’aide du test de Kruskal-Wallis.
Résultats et discussion
alimentaire reçu en démarrage, même si les poids
des thyroïdes sont légèrement supérieurs pour les
lots 2, 3 et 4.
Performances de gavage
Le poids de foie ainsi que la composition corporelle
ne présentent pas de différence significative quel
que soit le traitement alimentaire en démarrage
(Tableau 5). Les différents niveaux d’apports de
tourteau de colza durant les quatre premières
semaines d’âge n’a donc pas de retombées sur les
performances de gavage.
TABLEAU 3: Performances de croissance et état d’emplumement en fonction du traitement alimentaire.
Probabilité
R 1 (0%)
R 2 (7%)
R 3 (14%)
R4 (21%)
Poids vif (g)
2 semaines
573 ± 90 b
553 ± 95 ab
560 ± 93 ab
539 ± 94 a
***
4 semaines
1647 ± 154 b
1639 ± 186 b
1621± 191 ab 1586 ± 197 a
**
6 semaines
2956 ± 234 b
2956 ± 284 b
2903 ± 306 ab 2859 ± 315 a
***
8 semaines
3615 ± 293 ab 3656 ± 355 ab 3673 ± 376 b
3565 ± 392 a
**
10 semaines (g)
4001 ± 330 a
4037± 424 ab 4118 ± 451 b
3983 ± 466 a
**
12 semaines (g)
4193 ± 398
4245 ± 449
4260 ± 448
4230 ± 505
ns
Consommation individuelle (Kg) et indice de consommation
Conso de 0 à 4 sem
2.92
2.93
2.91
2.89
Conso de 4 à 12 sem
15.24
14.96
14.71
14.73
IC à 4 semaines
1.86
1.88
1.87
1.88
IC de 4 à 12 semaines
6.36
5.85
5.69
5.81
Etat d’emplumement à 8 semaines
Note d’emplumement (/3)
2.88
2.91
2.74
2.65
*
Mortalité (%)
De 0 à 4 semaines
0.6
0.6
0
0
De 4-12 semaines
1.2
2.4
2.9
2.9
*, **, *** : Effet significatif respectivement à P<0,05, <0,01, <0,001 ; ns : effet non significatif ; a, b, c : sur une même ligne,
les moyennes affectées d’au moins une lettre en commun ne diffèrent pas significativement (p<0,05)
TABLEAU 4 : Composition corporelle à 4 et 12 semaines d’âge en fonction du traitement alimentaire.
Probabilité
R 1 (0%)
R 2(7%)
R 3 (14%)
R4 (21%)
Dissection à 4 semaines
Poids de la thyroïde (mg)
54 ± 14 a
77 ± 19 b
88 ± 40 b
83 ± 22 b
***
Poids du filet sans peau (g)
17.62 ± 2.83
17.76 ± 4.32
17.32 ± 3.82
16.24 ± 4.07
ns
Poids de la cuisse (g)
139.3± 11.55
139.5 ± 16.73 135.9 ± 13.75 135.9 ± 15.17
ns
Poids du gras abdominal (g)
13.30 ± 3.99
13.17 ± 4.28
15.04 ± 5.31
14.39 ± 4.29
ns
Dissection à 12 semaines
Poids carcasses (g)
3661 ± 363
3662 ± 300
3712 ± 318
3687 ± 300
ns
Poids de la thyroïde (mg)
158 ± 37
166 ± 33
184 ± 46
181 ± 41
ns
Poids de la peau du filet (g)
77.7 ± 13.1
72.6 ± 11.3
75.6 ± 13.3
76.3 ± 14.5
ns
Poids du muscle du filet (g)
287 ± 27.2
290 ± 23.4
295 ± 34.0
284 ± 22.9
ns
Poids de la cuisse (g)
347 ± 39.6
342 ± 35.6
344 ± 34.4
343 ± 33.1
ns
Poids du gras abdominal (g)
53.5 ± 19.6
41.0 ± 15.1
52.5 ± 20.3
48.0 ± 17.1
ns
*, **, *** : Effet significatif respectivement à P<0,05, <0,01, <0,001 ; ns : effet non significatif ; a, b, c : sur une même ligne,
les moyennes affectées d’au moins une lettre en commun ne diffèrent pas significativement (p<0,05)
Conclusion
Un apport croissant de tourteau de colza supérieur à
14% en période de démarrage pénalise la croissance
des canetons mesurée à 2 et 4 semaines. Ce retard
est perceptible jusqu’à l’âge de 6 semaines mais
s’estompe par la suite, l’ensemble des canards prêtà-gaver, âgés de 12 semaines présentant un poids
moyen de 4200 g. La consommation et la
valorisation alimentaire de l’aliment ne permettent
pas de mettre en évidence un effet négatif du
tourteau de colza en fin d’élevage. Toutefois,
l’augmentation du poids de la glande thyroïdienne
et la diminution de l’emplumement montrent qu’un
apport de tourteau de colza de 14 et 21% durant la
période de démarrage semble pénalisant. L’effet des
taux élevés de tourteau de colza distribué durant la
phase de démarrage (de 0 à 4 semaines) sur les
performances zootechniques en fin d’élevage
apparait donc faible et peut s’expliquer par le fait
que les canards ont reçu durant la phase de
croissance et de finition (de 5 à 12 semaines) un
aliment dépourvu de tourteau de colza et ont donc
pu récupérer leur retard.
Il apparait ainsi nécessaire de poursuivre
l’expérimentation en testant l’effet de différents
apports de tourteau de colza durant la phase de
croissance et de finition sur les performances
zootechniques d’élevage et de gavage afin de
définir le taux d’incorporation le moins pénalisant
sur l’ensemble de la période d’élevage.
TABLEAU 5 : Composition corporelle (en g) en fin de gavage en fonction du traitement
Probabilité
R 1 (0%)
R 2 (7%)
R 3 (14%)
R4 (21%)
Poids vif
6544 ± 420
6580 ± 414
6568 ± 331
6590 ± 333
ns
Poids carcasses ressuées
5529 ± 365
5562 ± 363
5543 ± 394
5565 ± 278
ns
Poids de la peau du magret
145.1 ± 16.7
158.6 ± 20.2
145.7 ± 16.2
152.9 ± 18.4
ns
Poids du muscle du magret
304.9 ± 34.6
299.2 ± 18.3
304.0 ± 26.9
305.0 ± 29.3
ns
Poids de la cuisse
398.2 ± 32.0
405.9 ± 29.6
399.0 ± 35.2
402.2 ± 30.4
ns
Poids du gras abdominal
193.2 ± 24.1
187.0 ± 37.0
186.3 ± 29.9
198.3 ± 25.6
ns
Poids de foie
600.1 ± 100
599.2 ± 99
597.6 ± 102
603.7 ± 92
ns
*, **, *** : effet significatif du régime alimentaire respectivement à P<0,05, <0,01, <0,001. ns : effet non significatif
TABLEAU 1 : Composition des 4 régimes alimentaires expérimentaux (en % sur sec).
Matières premières (en %)
Régime 1
Régime 2
Régime 3
Régime 4
(0 %)
(7 %)
(14 %)
(21 %)
Maïs
35.56
37.20
38.84
40.50
Blé
32.20
26.46
20.73
15.00
Ttx de Soja
22.59
18.01
13.44
8.87
Ttx de Colza
0.00
7.00
14.00
21.00
Gluten Maïs
1.89
1.83
1.78
1.72
Huile Colza
1.50
2.67
3.83
5.00
Pois
3.00
3.72
4.44
5.16
Carbonate de calcium
1.27
1.18
1.09
1.00
P Bicalcique
1.10
1.07
1.05
1.02
Méthionine
0.134
0.099
0.065
0.03
Thréonine
0.046
0.031
0.015
0
Tryptophane
0.006
0.004
0.002
0
Sel+premix
0.8
0.8
0.8
0.8
TABLEAU 2 : Résultats analytiques des aliments R1 et R4.
Paramètres (en %)
Aliment R1
Aliment R4
Matière sèche
90.57
90.41
Protéines
18.56
19.06
EM (Kcal/Kg)
2770
2795
Lysine
0.87
0.87
Thréonine
0.71
0.72
Méthionine + Cystine
0.68
0.69
Tryptophane
0.240
0.231
Références bibliographiques
Albar J., Chuavel J., Granier R., 2001, Jour. Rech.
Porc., 33, 197-203.
Directives européennes : 1998/70/CE, 2003/30/CE
et 2003/96/CE.
Etienne M., Dourmad, J.Y., Evrard J., 1993, Jour.
Rech. Porc., 193-202.
Opalka M., Tywonczuk J., Koziorowski M., Dusza
L, 2003, Animal Sc., 131-139.
Skiba F., Castaing J., Evrard J., Melcion J.P.,
Hazouard I., Gatel F., 1999, Jour Rech. Porc, 215221.
Sauvant D., Perez J.M. Tran G., 2004, 301p. INRA
Ed.
Tadelle D., Alemu Y., Moges H.M., Fasil K., 2003,
Livestock Research for Rural development.
Sturkie P.D., 1997, Avian Physiology, 516P.
Valbiom, version du 13 janv. 2006, Fiche colza 07.
Vilarino M., 2006, [email protected] n°11, 2p.
Téléchargement
Explore flashcards