syndrome d`apnee du sommeil

publicité
Pneumologie 2014
Dr G. DARNEAU
SYNDROME D’APNEES DU SOMMEIL : SAS
Pathologie fréquente (5% de la population adulte) qui concerne essentiellement les hommes , les
ronfleurs et les gros poids, (mais pas toujours).
Définition :
Survenue au cours du sommeil d’obstruction complète ou partielle des voies aériennes supérieures,
responsable d’apnée ou d’hypopnée.
Une apnée se définit comme un arrêt complet du flux aérien durant au moins 10 secondes. Il peut
être d’origine centrale (absence de commande respiratoire) ou obstructive (obstruction des voies
aériennes et persistance d’efforts ventilatoires).
L’hypopnée se définit comme un ralentissement du flux aérien sans critère strict, mais d’une durée
minimale de 10 secondes.
On définit un IAH (index d’apnées horaire) qui est le nombre d’apnées et d’hypopnées par heure chez
un patient.
Physiopathologie :
SAS obstructif :
- réduction du calibre des voies aériennes supérieures liée au morphotype (sujet bréviligne),
- infiltration graisseuse de la paroi pharyngo laryngée postérieure (surcharge pondérale),
- basculement de la base de langue en arrière,
- hypotonie des muscles dilatateurs des voies aériennes supérieures, plus marquée chez les sujets
en surcharge pondérale, majorée par des facteurs exogènes comme l’alcool et la prise d’hypnotique
(Benzodiazépine).
SAS central :
- absence ou ralentissement de commande centrale ( médicaments, alcool, maladies neurologiques,
hypothyroïdie, surcharge pondérale…).
SAS pathologie médicale : Pourquoi ?
Les apnées surviennent en début de sommeil profond et elles empêchent ou limitent ces phases de
sommeil profond et retentissent sur la qualité de vie physique, psychique avec une tendance à
l’hypersomnolence.
Les apnées induisent une hypoxémie d’où un risque de fatigabilité cardiaque (HTA, troubles du
rythme cardiaque, majoration de signes d’ischémie…), vasculaire cérébral (AIT)
SAS quand y penser ? :
Contexte : homme, surcharge pondérale, ronchopathie et/ou 1 symptôme évocateur
Signes nocturnes :
Ronflements, pauses respiratoires constatées par le conjoint
Eveils en sursaut avec sensation d’étouffement ,sueurs nocturnes
Mauvaise qualité de sommeil ,
Mictions nocturnes, énurésie
Signes diurnes :
Céphalées matinales,
Difficultés au démarrage matinal,
Hypersomnolence notamment post prandiale, en phase d’inactivité, de couduite ….
Syndrome dépressif, baisse de la libido
Difficultés de concentration, troubles de la mémoire
HTA, troubles rythme cardiaque, ischémie…
Accident vasculaire…
Dans certaines pathologies maintenant bien identifiées
Pneumologie 2014
Dr G. DARNEAU
- BPCO : augmentation de la fréquence des apnées obstructives ; BPCO + SAOS = overlap
syndrome
- Obésité : augmentation de la fréquence des apnées obstructives et centrales et syndrome
d’hypoventilation alvéolaire = sydrome obésité hypoventilation
- Cardiopathie ishémique sévère : respiration périodique de Cheyne Stokes
SAS comment le prouver ?
Poly (somno) graphie respiratoire
- Flux nasal et buccal par capteur
- SaO2 et fréquence cardiaque par oxymétrie
- Mouvements respiratoires thoraciques et abdominaux par sangles
- EEG, EOG, EMG
SAS qui traiter ?
Patient symptomatique, demandeur et coopérant.
Patient à risque cardiaque, respiratoire ou vasculaire
Index apnée + hypopnées horaire supérieur à 30
SAS comment traiter : 90% SAS obstructif
Règles hygiéno diététiques valables pour tous :
- réduction de la surcharge pondérale,
- élimination de l’alcool et des hypnotiques
SAS obstructif : maintien de l’ouverture des voies aériennes PPC
Ventilation nasale à pression positive PPC (positive pression continous)
Orthèse endo buccale d’avancée mandibulaire,
Traitements chirurgicaux : A éviter
- uvulo palato pharyngoplastie
- pharyngotomie - laser.
SAS central : aide ventilatoire inspiratoire en plus
VNI type BiPAP : PPC + aide inspiratoire
SAS particuliers :
Overlap syndrome : VNI type BiPAP
Syndrome obésité hypoventilation : volume cible
RP Cheyne Stokes : mode auto asservie
Téléchargement
Explore flashcards