Cahier numéro 3 - CSSS du Lac-des-Deux

publicité
CM
u
d
s
e
g
lti visa
u
m
s
e
L
M
C
u
d
s
ge
a
s
i
v
i
t
l
Le s m u
DANS CE CAHIER...
Les archivistes médicales
Le biochimiste clinique
Les cytotechnologistes
L’ingénieur biomédical
La kinésiologue
Les techniciens en génie biomédical
Les techniciens en hygiène du travail
Les technologistes médicales
Les technologues
en électrophysiologie médicale
CAHIER
NUMÉRO
Octobre 2012
C’est avec grand plaisir que le conseil
multidisciplinaire du CSSS du Lac-des-DeuxMontagnes vous présente son troisième cahier
d’une série de trois qui mettent en valeur le travail
des professionnels œuvrant dans notre CSSS.
Une façon d’en apprendre plus sur vos collègues
et de découvrir les multiples visages des gens qui
travaillent avec vous, près de vous… et le rôle de
chacun, en centre d’hébergement, en centre de
jour, en clinique externe, en CLSC et en milieu
hospitalier.
Bonne lecture!
Le comité exécutif du conseil multidisciplinaire
Les technologues
en imagerie médicale
3
Cahier du conseil multidisciplinaire
du CSSS du Lac-des-Deux-Montagnes
Les multi visages du conseil multidisciplinaire...
Mot de la présidente
Bonjour!
En tant que présidente du conseil
multidisciplinaire, il me fait plaisir de vous
présenter aujourd’hui le troisième et
dernier cahier des professionnels qui
composent le conseil multidisciplinaire du
CSSS du Lac-des-Deux-Montagnes.
Ce projet qui, à la base, s’annonçait plutôt
simple, aura quand même exigé un travail
de longue haleine et la collaboration de
multiples personnes. Que ce soit pour le
développement d’un concept pour cette
série de cahiers, la rédaction des textes,
Le conseil multi en développement
Depuis que nous avons amorcé la
préparation du premier cahier de cette
série, de nouveaux professionnels ont
grossi les rangs du conseil multi.
Parmi ceux-ci, nous avons eu le plaisir
d’accueillir une kinésiologue, un
biochimiste clinique et un ingénieur
biomédical qui font l’objet d’une
présentation dans ce troisième cahier.
De plus, certains titres d’emploi ont été
modifiés depuis, ce qui signifie que la
liste des appellations dont nous avions
prévu la publication a été révisée pour
tenir compte de ces changements!
CAHIER NUMÉRO 3, octobre 2012
la prise de photos, la mise en page, la
relecture et la correction des textes, ces
cahiers sont le résultat d’un vaste travail
d’équipe et j’aimerais profiter de
l’occasion pour remercier toutes les
personnes qui y ont participé.
Ce faisant, elles ont contribué à mieux
faire connaître les multiples visages du
conseil multidisciplinaire à leurs collègues
ainsi qu’aux gestionnaires du CSSS, mais
elles auront également semé pour l’avenir
en faisant découvrir leur belle profession
à des jeunes encore sur les bancs
d’école!
La promotion des professions est l’un des
objectifs principaux visés par le conseil
multidisciplinaire. C’est pourquoi nous
avons mis en œuvre des actions qui
permettent de faire connaître à la fois les
spécificités et la complémentarité entre
les professions de la santé qui composent
le conseil.
En effet, nous avons la conviction que la
clé du succès au sein du système de
santé réside dans l’interdisciplinarité qui
doit d’abord passer par une bonne
connaissance des rôles de chacun.
Ainsi, nous vous encourageons à
consulter attentivement ces cahiers et à
les garder à portée de main.
Si vous désirez en obtenir des copies,
nous vous invitons à communiquer avec
nous en nous laissant un message sur
notre boîte vocale ou en vous adressant
au Service des communications du
CSSS. Vous trouverez les coordonnées
pour nous joindre à la dernière page du
cahier.
Au plaisir!
Mélissa Payer
Présidente du comité exécutif
du conseil multidisciplinaire
PAGE 3
Les multi visages du conseil multidisciplinaire...
Les archivistes médicales
La profession d’archiviste médicale a
beaucoup évolué au cours de la dernière
décennie, en raison de l’avancement
technologique, mais aussi de l’élargissement du champ d’activité qui s’étend
maintenant au-delà du rôle traditionnel en
centre hospitalier.
PROFESSION ARCHIVISTE MÉDICALE
L’archiviste
médicale
est
une
professionnelle de la santé qui est au
cœur du traitement de l’information
médicale de l’usager. En tant que
gestionnaire de l’information de la santé,
elle collecte, analyse et codifie les
données de santé en fonction des
différentes nomenclatures comme CIM-10,
ICLSC,
SICHELD.
Les
rapports
statistiques qu’elle produit et interprète
sont indispensables à la gouvernance du
système de santé au Québec. Par ses
compétences et sa formation continue,
elle assure adéquatement le traitement
des informations de santé, de même que
les modalités en ce qui a trait à leur
divulgation et à leur protection, conformément aux politiques, lois et règlements
en vigueur.
De plus, elle assume une responsabilité
très importante dans l’exploitation et la
validation des données. Elle est donc en
mesure de collaborer à de nombreux
projets de recherche, d’élaborer, de
produire et de commenter différents
rapports statistiques et de voir à
l’utilisation optimale des tableaux de bord
de gestion.
Selon les fonctions occupées par
l’archiviste médicale, les responsabilités
inhérentes à son titre d’emploi peuvent
être reliées aux ressources matérielles,
humaines et financières de son
organisation ou encore à des paliers de
supervision, de coordination et de
communication.
En plus des centres hospitaliers, on
retrouve aussi l’archiviste médicale en
De gauche à droite : debout, Mélissa Bélisle, Isabelle Pesant, Julie Brière, Brigitte Martel,
Annick Nantais, Chantal Martel; assises, Manon Chouinard, chef du Service des archives
médicales et de la centrale de rendez-vous, et Louise Tétrault, assistante-chef du service.
Étaient absents : Paul Benoit, Karin Blundell, Sylvie Duchemin et Chantal Lambert.
L’équipe des archivistes médicales de l’Hôpital de Saint-Eustache
hébergement, en centre jeunesse et en
CLSC, mais l’évolution de la profession a
fait en sorte qu’elle travaille de plus en
plus dans des secteurs connexes aux
établissements de santé : ministère de la
Santé et des Services sociaux (MSSS),
Régie de l’assurance maladie du Québec
(RAMQ), agences régionales, Société de
l’assurance automobile du Québec
(SAAQ), Commission de la santé et de la
sécurité du travail (CSST), compagnies
d’assurances, fournisseurs informatiques,
laboratoires pharmaceutiques, instituts de
recherche et collèges d’enseignement.
FORMATION REQUISE
Un diplôme d’études collégiales (DEC) en
archives médicales est nécessaire pour
être reconnue comme archiviste médicale
par l’AGISQ1. La formation, d’une durée
de trois ans, regroupe deux volets : des
cours théoriques et des stages en milieu
de travail.
L’archiviste médicale peut aussi approfondir sa formation pour devenir registraire
en oncologie. Pour ce faire, elle devra
1. AGISQ : Association des gestionnaires de l'information de la santé du Québec
(anciennement AQAM : Association québécoise des archivistes médicales)
PAGE 4
suivre un programme spécifique au niveau
collégial, soit une attestation d’études
collégiales (AEC) en registre des tumeurs.
Une fois diplômée, l’archiviste médicale
doit maintenir à jour ses compétences par
le biais de sessions de formation continue
disponibles au travail ou offertes par son
association, l’AGISQ. De plus, elle doit
s’assurer d’être continuellement à jour sur
le plan légal en ce qui concerne le droit
des usagers en matière d’accès et de
protection des renseignements de santé.
SPÉCIFICITÉ DE LA PROFESSION
Le déploiement des technologies de
l’information permettant une meilleure
exploitation des données de santé,
l’archiviste médicale joue maintenant un
rôle prépondérant dans la gestion et le
traitement de l’information.
La profession regroupe des archivistes
médicales spécialisées dans des secteurs
comme la recherche, le registre des
tumeurs ou la gestion de ressources
informationnelles.
Suite en page 5...
CAHIER NUMÉRO 3, octobre 2012
... au CSSS du Lac
Lac--des
des--Deux
Deux--Montagnes
Les archivistes médicales...
RÔLE ET RESPONSABILITÉS
DES ARCHIVISTES MÉDICALES
AU CSSS DU LAC-DES-DEUX-MONTAGNES
Au CSSS du Lac-des-Deux-Montagnes,
on retrouve les archivistes médicales
principalement à l’Hôpital et au CLSC.
Peu importe la mission où l’archiviste
évolue, elle est responsable de :
• Protéger la confidentialité des renseignements;
• Assurer la protection du public en
limitant l’accessibilité du dossier aux
personnes autorisées selon les
politiques, lois et règlements en vigueur;
• Représenter l’établissement en cour;
• Produire, valider et assurer la correction
des statistiques médico-administratives;
• Participer à divers comités et recherches
médicales;
• Gérer les systèmes d’information et les
bases de données cliniques du CSSS
en collaborant à l’implantation des
programmes, à leur mise à jour et en
donnant la formation et le soutien
appropriés aux intervenants et
médecins;
• S’impliquer au sein du projet Index
patients organisationnel (IPO);
• Soutenir et assister le personnel des
archives;
• Superviser les stagiaires en archives
médicales.
AUTRES RESPONSABILITÉS
DES ARCHIVISTES MÉDICALES
À L’HÔPITAL DE SAINT-EUSTACHE
• Jouer un rôle de formation et
de soutien auprès des
intervenants (médecins, infirmières, etc.) pour la tenue du
dossier ainsi que l’utilisation et
la consultation du Dossier
patient électronique
(Chartmaxx);
• Compiler les données des
registres spécialisés (tumeurs,
traumatismes);
• Produire des avis aux
médecins pour les dossiers
incomplets.
AUTRES RESPONSABILITÉS
DES ARCHIVISTES MÉDICALES AU
CLSC, INCLUANT LES CENTRES
Lina Lombardi et Cindy Chaperon, archivistes médicales
D’HÉBERGEMENT
responsables des archives au CLSC Jean-OlivierET LE CENTRE DE JOUR
Chénier et au CLSC Mirabel, aux centres d’hébergement
de Saint-Benoît et de Saint-Eustache, incluant
En CLSC et en hébergement,
l’archiviste joue un rôle de le Centre de jour, et auprès de l’équipe Santé au travail.
soutien, de conseil et de
formatrice, indispensable
au bon CLIENTÈLE DESSERVIE
fonctionnement des services en CLSC et 1. L’usager
2. Les professionnels de la santé
en hébergement.
(médecins, intervenants sociaux,
Elle a comme tâche de :
infirmières, etc.)
• Gérer le dossier usager-résident, le
dossier groupe et le dossier 3. Les gestionnaires
•
• Analyser, codifier et répertorier les
éléments du dossier à des fins de
statistiques et de recherche et participer
à l’évaluation de l’acte médical et
clinique ainsi qu’au contrôle de la qualité
des soins en complétant, par exemple,
•
le Registre québécois du cancer ou les
informations pour le Programme québécois de dépistage du cancer du sein
•
ou encore en collaborant à des
programmes de recherche comme •
QUARISMA, en partenariat avec le CHU
Sainte-Justine;
CAHIER NUMÉRO 3, octobre 2012
communautaire (mise à jour de la
politique en lien avec cet aspect,
formation des intervenants, épuration,
application et mise à jour du calendrier
de
conservation,
gestion
des
formulaires, etc.);
Appliquer le Cadre normatif I-CLSC et le
Cadre normatif SICHELD (mise à jour,
table des archivistes médicales,
formation des intervenants, production
de rapports statistiques divers,
traitement et suivi des données RAMQ,
etc.);
Participer à différents comités et projets
(Index patients organisationnel, normalisation des formulaires, etc.);
Gérer les tableaux de bord et Gestred;
Soutenir les professionnels et gérer le
dossier SST (santé et sécurité au
travail).
CONCLUSION
En somme, le développement en plein
essor des technologies de l’information a
entraîné une révision du titre d’emploi ainsi
qu’une extension du rôle des archivistes
médicales.
Dans leur pratique et avec leurs acquis,
elles se présentent donc comme des
personnes-ressources importantes ayant
un rôle de coordination dans le contrôle de
la qualité des données ainsi qu’un rôle de
soutien à la décision.
Manon Chouinard
Chef du Service des archives
Lina Lombardi
Archiviste médicale pour les CLSC, les
centres d’hébergement et l’équipe Santé
au travail
PAGE 5
Les multi visages du conseil multidisciplinaire...
Le biochimiste clinique
des méthodes auprès des technologistes du contrôle de la qualité afin que les
médicaux et des médecins.
technologistes médicaux du service
puissent réaliser les analyses et effectuer
FORMATION REQUISE
la validation technique des résultats. Il doit
Après un baccalauréat et une maîtrise en
aussi identifier les problématiques
biochimie ou l’équivalent, le biochimiste
techniques qui surviennent afin de
clinique doit détenir un doctorat de
déterminer si le problème est de nature
troisième cycle (Ph. D. qui signifie
chimique (réactifs utilisés) ou de nature
philosophiae doctor) en biochimie ainsi
technique (appareils). Il joue également un
qu’un diplôme d’études postdoctorales
rôle de soutien auprès des médecins dans
PROFESSION BIOCHIMISTE CLINIQUE
(DÉPD) en biochimie clinique. Le DÉPD
le choix des analyses ou pour leur
Le biochimiste clinique est un spécialiste est d’une durée de deux ans et est présenter les limites ou contraintes de
de ces analyses biochimiques effectuées constitué de cours et de stages dans certaines analyses. Il est responsable de
sur plusieurs types de liquides biologiques différents laboratoires et auprès de la validation biologique de certaines
(sang total, plasma, sérum, urine, liquide médecins et de biochimistes cliniques du analyses plus complexes ou qui
céphalo-rachidien, etc.). Il est responsable réseau universitaire et hospitalier. À la nécessitent une interprétation des
de l’assurance qualité de l’ensemble des suite de ses études postdoctorales, le résultats. Le rôle le plus crucial du
analyses du Service de biochimie ainsi biochimiste clinique doit passer deux biochimiste clinique est de s’assurer que le
que de la mise en place du système examens afin d’obtenir son certificat de Service de biochimie puisse compléter
qualité
qui
implique,
notamment, spécialiste de la province de Québec rapidement les analyses urgentes (i. e.
l’établissement des intervalles acceptables (CSPQ) auprès de l’Ordre des chimistes troponine, électrolytes, gaz sanguins),
pour la sortie des résultats d’analyse. Il du Québec. Un long parcours, puisque la sans interruption de ce service, et ceci
établit également les valeurs de référence durée des études universitaires des 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. La
des analyses qui permettront d’interpréter biochimistes cliniques varie de 11 à nature urgente des analyses effectuées en
les résultats. Par ailleurs, il est 15 ans.
biochimie et leur volume nécessitent une
responsable du choix des méthodes SPÉCIFICITÉ DE LA FORMATION
implication rapide du professionnel en
d’analyse, des appareils et de leur Le biochimiste clinique est donc un place. Les échantillons analysés au
validation. Il est également la personne- spécialiste de la biochimie clinique de laboratoire proviennent des patients
ressource pour l’interprétation des limites l’Ordre des chimistes du Québec. De plus, hospitalisés ainsi que de l’externe (Centre
plusieurs biochimistes cliniques de prélèvements et Clinique externe).
détiennent des études post- Le biochimiste clinique est aussi
doctorales en recherche. Le responsable des analyses hors laboratoire
biochimiste clinique peut porter le (analyses de biologie délocalisées) qui
titre de Dr devant son nom, sont effectuées dans tout le CSSS par les
puisque ses études doctorales l’ont infirmières, les infirmières auxiliaires, les
amené à un certificat de inhalothérapeutes et les autres professpécialiste. Sa formation est donc sionnels de la santé autorisés. Par
autant du côté fondamental que du exemple, les mesures par glucomètre, la
côté clinique, ce qui est mesure des protéines urinaires et les gaz
absolument nécessaire pour gérer sanguins aux soins à domicile sont des
l’ensemble des aspects scienti- analyses de biologie délocalisées dont le
fiques et cliniques du Service de biochimiste doit assurer le système
biochimie.
qualité. Par surcroît, il est souvent le seul
chimiste de son établissement, ce qui en
RÔLES
Le biochimiste clinique doit mettre fait une personne-ressource pour plusieurs
en place les procédures afin secteurs de son hôpital.
d’effectuer les analyses dans les
Dr Philippe Desmeules, Ph. D., DÉPD, CSPQ
règles de l’art et définir les normes
Suite en page 9...
Biochimiste clinique
Rares sont ceux et celles qui n’ont jamais
eu de prises de sang ou de prélèvements
afin que leur médecin obtienne les
résultats d’analyses nécessaires à
l’évaluation et au diagnostic de leur état de
santé. Ces prélèvements sont souvent
dirigés vers le service de biochimie de
l’Hôpital qui effectue plus d’un million
d’analyses par année.
PAGE 6
CAHIER NUMÉRO 3, octobre 2012
... au CSSS du Lac
Lac--des
des--Deux
Deux--Montagnes
Les cytotechnologistes
PROFESSION CYTOTECHNOLOGISTE
Le cytotechnologiste est un professionnel
qui effectue le dépistage du cancer du col
de l’utérus auprès de la clientèle féminine,
ainsi que le diagnostic des néoplasies
pour les autres types de cancer.
FORMATION REQUISE
Pour pratiquer en cytotechnologie, on doit
obligatoirement détenir un diplôme
d’études collégiales (DEC) en techniques
d’analyses biomédicales et obtenir une
spécialisation en cytotechnologie. Ce
programme est sanctionné par une
attestation d’études collégiales (AEC).
Une autre partie du travail des
cytotechnologistes est axée davantage sur
le diagnostic. On étudie les cellules
prélevées sur un patient porteur de
symptômes. Les différents systèmes
examinés sont le système respiratoire,
digestif, urinaire, mammaire, la thyroïde,
etc.
Les tests Pap négatifs sont validés par les
cytotechnologistes, tandis que ceux qui
présentent des atypies sont validés par le
cytopathologiste. Ce dernier valide
également tous les cas de nongynécologie.
nous recevons des prélèvements. Nous
effectuons un contrôle de la qualité très
sévère, surtout pour l’identification des
spécimens, puisque les résultats obtenus
pourraient porter préjudice à certains
patients.
CONCLUSION
La profession de cytotechnologiste
s’inscrit dans la séquence d’interventions
professionnelles d’une équipe multidisciplinaire de services et de soins de santé.
Le
cytotechnologiste
travaille
en
collaboration tantôt avec les médecins,
APTITUDES
La cytologie est la partie de la biologie qui
étudie la structure et les fonctions de la
cellule. L’outil de travail utilisé pour le
cytodiagnostic est le microscope.
Le travail de cytotechnologiste demande
certaines aptitudes, telles que la minutie
lors du travail technique, la patience et
une observation minutieuse lors de la
lecture des lames au microscope.
LA CYTOTECHNOLOGIE AU CSSS
DU LAC-DES-DEUX-MONTAGNES
Présentement, à l’Hôpital de SaintEustache, il y a trois cytotechnologistes à
temps plein pour le dépistage et le
diagnostic de néoplasies gynécologiques
ou autres. Environ 25 000 cas sont
analysés annuellement.
Une grande partie du travail en cytologie
est axée sur le dépistage des cancers
gynécologiques.
Les cytotechnologistes étudient les
cellules prélevées sur une personne
asymptomatique qui pourrait tout de
même développer un cancer ou une autre
maladie.
En gynécologie, le test Pap est le
dépistage du cancer du col de l’utérus
(virus du papillome humain ou VPH). Ce
test médical est le seul qui permet la
détection de cellules anormales, précancéreuses ou cancéreuses au niveau du
col de l’utérus.
CAHIER NUMÉRO 3, octobre 2012
De gauche à droite : Annie Savard, Jacynthe Boudreau et Nathalie Gagnon
Cytotechnologistes à l’Hôpital
Au département de cytologie, nous
recevons des spécimens en provenance
des cliniques médicales, des unités de
soins de l’hôpital ainsi que des différentes
cliniques externes.
Ces analyses sont prescrites par les
médecins généralistes, les urologues, les
pneumologues, les gynécologues, etc.
Dans le Département de cytologie, comme
dans toute autre section du laboratoire,
nous devons être très exigeants quand
spécialistes ou cliniciens, et les
infirmières, tantôt avec les pathologistes,
les technologistes médicaux et les
secrétaires. Il se retrouve au cœur de la
détection du cancer par son activité
assidue de dépistage microscopique, ses
qualités professionnelles et sa formation
scientifique.
Les cytotechnologistes du CSSS
PAGE 7
Les multi visages du conseil multidisciplinaire...
L’ingénieur biomédical
PROFESSION INGÉNIEUR BIOMÉDICAL
Ce qui distingue l’ingénieur biomédical
d’un ingénieur de formation classique,
c’est qu’il est capable d’analyser un
problème à la fois du point de vue de
l’ingénieur et de celui du médecin.
L’ingénieur biomédical possède de solides
compétences scientifiques et techniques
qu’il sait appliquer au domaine du vivant. Il
est particulièrement sensible aux
problématiques en jeu dans le domaine
médical et a le souci du bien-être des
patients. Ses aptitudes à la communication
sont une qualité primordiale. Il se doit
également d’être très attentif au respect
des normes et des contraintes réglementaires.
FORMATION REQUISE
Afin d’être ingénieur biomédical en milieu
clinique (aussi appelé ingénieur clinique), il
faut détenir un diplôme universitaire de
deuxième cycle en génie biomédical.
LE RÔLE DE L’INGÉNIEUR BIOMÉDICAL
AU CSSS DU LAC-DES-DEUX-MONTAGNES
L’ingénieur biomédical du CSSS du Lacdes-Deux-Montagnes est le principal
coordonnateur des liens entre la
technologie médicale et les besoins du
personnel médical et clinique.
Il assure avec ses collègues gestionnaires
du CSSS le plus haut niveau de contrôle
de qualité des appareils pour la sécurité
des patients.
L’ingénieur biomédical du CSSS accomplit
les tâches suivantes :
• Planifier, organiser, diriger et contrôler
les activités et opérations administratives, professionnelles et techniques
du service, notamment les activités de
génie-conseil, les activités d’entretien
des équipements médicaux ainsi que les
activités d’évaluation des technologies
médicales;
• Agir à titre d’expert-conseil en matière
de technologie médicale et assumer tout
mandat ad hoc qui lui est confié;
• Revoir l’offre de service et le
PAGE 8
fonctionnement du service de génie
biomédical afin d’optimiser la gestion
des entretiens préventifs et correctifs
des équipements médicaux;
• Élaborer, implanter et maintenir le
programme d’entretien et de contrôle
de qualité des équipements;
• Soutenir les services dans les projets
de construction impliquant l’achat
d’équipements médicaux spécialisés;
• Émettre des recommandations pour
l’achat de nouveaux appareils
médicaux;
• Établir, en collaboration avec les
responsables cliniques et médicaux,
les priorités quant aux besoins en
matière de renouvellement et d’acquisition d’équipements médicaux;
• Implanter un processus d’acquisition,
de concert avec le service des
approvisionnements, afin d’actualiser le
plan triennal d’immobilisations;
• Gérer les contrats d’entretien des
équipements médicaux avec les
compagnies;
• Élaborer et implanter des systèmes
d’investigation des incidents et accidents;
• Gérer les alertes médicales.
Il est intéressant de mentionner qu’en
octobre 2012, notre CSSS était le premier
CSSS non universitaire à faire partie
officiellement du programme de formation
des étudiants à la maîtrise en génie
clinique de l’Institut de génie biomédical de
l’École Polytechnique de l’Université de
Montréal.
(photo fournie par l’intervenant)
Gnahoua Zoabli, ing., M. Ing., Ph. D.
Ingénieur biomédical
• Importance de bien intégrer les
différents systèmes entre eux dont,
entre autres, les systèmes cliniques
avec les équipements médicaux afin
d’enrichir le dossier du patient ainsi
qu’avec les systèmes administratifs pour
soutenir pleinement la gestion de la
performance.
CONCLUSION
La mission première de l’ingénieur
biomédical et celle de toute l’équipe du
génie biomédical se résume à veiller à la
gestion ainsi qu’à l’utilisation des
technologies biomédicales de façon
optimale.
Il est donc à votre service pour que la
technologie
biomédicale
contribue
significativement à l’amélioration des soins
de santé dans toutes les installations du
CSSS du Lac-des-Deux-Montagnes.
ENJEUX DU SERVICE DU GÉNIE BIOMÉDICAL
• Optimisation des technologies actuelles; Gnahoua Zoabli, ing., M. Ing., Ph. D.
• Atteinte de ressources suffisantes en Ingénieur biomédical
fonction de la valeur de remplacement Chef du Service du génie biomédical
des équipements médicaux (ressources
humaines, budget d’opération et outils
de calibration);
• Planification triennale du financement
afin d’assurer minimalement la pérennité
des équipements en place;
CAHIER NUMÉRO 3, octobre 2012
... au CSSS du Lac
Lac--des
des--Deux
Deux--Montagnes
La kinésiologue
Le mot kinésiologie vient des mots kinési
qui veut dire mouvement et de logie,
science. La kinésiologie est donc la
science du mouvement. La kinésiologue
est ainsi la professionnelle de la santé,
spécialiste de l’activité physique, qui utilise
le mouvement à des fins de prévention, de
traitement et de performance.
base régulière. Elle contribue ainsi à réduire les facteurs de risque reliés au mode
de vie sédentaire. Les principales tâches
de la kinésiologue sont :
• L’évaluation de la condition physique,
l’analyse et l’interprétation des résultats;
• L’élaboration de programmes d'activités
physiques favorisant le maintien et
l'amélioration de la santé ;
• L’animation de programmes d'activités
physiques auprès de différentes clientèles;
• Le counseling en matière d'activité physique;
• La promotion de la pratique
de l'activité physique;
• La gestion de programmes
d'activité physique;
• La recherche dans le domaine de l'activité physique
et de la santé;
• L’entraînement sportif.
ce jour, les kinésiologues ne possèdent
pas d’ordre professionnel, mais ils se battent fermement depuis plusieurs années
pour l’obtenir auprès du gouvernement.
LA KINÉSIOLOGIE AU CSSS
DU LAC-DES-DEUX-MONTAGNES
Les kinésiologues sont de plus en plus
présents dans le domaine médical. Ici, au
CSSS du Lac-des-Deux-Montagnes, on
PROFESSION KINÉSIOLOGUE
utilise la kinésiologie à des fins de prévenLa mission de la kinésiologue est d’optition des maladies chroniques et de promomiser la performance motrice et les détertion de la santé.
minants de la condition physique de la
population par le biais de l’activité physiLe programme SMASH, qui signifie Servique, en visant un mode de vie actif sur une
ces de motivation à l’adoption de saines
habitudes de vie, consiste en des rencontres individuelles avec des personnes
qui présentent certains facteurs de risque
de maladies chroniques et qui désirent
modifier leur mode de vie afin d’être plus
actives.
Le programme 0.5.30 vise des changements d’environnement afin de rendre les
milieux de travail favorables à l’adoption de
FORMATION REQUISE
saines habitudes de vie. La kinésiologue
La kinésiologue est une profes- agit comme experte-conseil pour différensionnelle de la santé de forma- tes entreprises du territoire du CSSS.
tion universitaire, titulaire d’un
Stéphanie Martin, B. Sc. (kinésiologie)
baccalauréat en kinésiologie.
Kinésiologue
La maîtrise et le doctorat sont
(photo fournie par l’intervenante)
également possibles dans ce
Stéphanie Martin
domaine, mais non exigés. À
Kinésiologue
Le biochimiste clinique...
COLLABORATEURS
Le biochimiste clinique a comme
collaborateurs de tous les jours les
technologistes médicaux, notamment
l’assistante-chef technologiste du service.
De plus, il collabore étroitement avec les
médecins de son département (i.e. les
autres chefs de service ainsi que le
médecin chef du département) et, de façon
quotidienne, avec le coordonnateur
administratif des laboratoires. Il répond
également aux questions et demandes qui
proviennent des unités de soins de la part
CAHIER NUMÉRO 3, octobre 2012
des infirmières et des médecins et
conseille la direction sur les orientations
technologiques et scientifiques.
APTITUDES REQUISES
L’intérêt pour aborder et régler des
problématiques est essentiel. La recherche
de solutions doit être un plaisir pour ce
genre de travail. L’intérêt pour la
vulgarisation est également important,
puisque le biochimiste clinique doit
souvent expliquer des notions fondamentales et les présenter de façons
diverses aux multiples interlocuteurs qu’il
peut côtoyer au cours d’une semaine de
travail. La gestion du changement doit être
une de ses préoccupations, car c’est un
domaine en évolution rapide et constante.
Évidemment, la recherche de la qualité est
essentielle dans ce domaine, ce qui fait
que les perfectionnistes sont les bienvenus
dans ce type de travail!
Dr Philippe Desmeules
Ph.D., DÉPD., CSPQ
Biochimiste clinique
Chef du Service de biochimie
PAGE 9
Les multi visages du conseil multidisciplinaire...
Les techniciens en génie biomédical
PROFESSION TECHNICIEN
EN GÉNIE BIOMÉDICAL
Le technicien en génie biomédical est un
professionnel dont les responsabilités
visent à maintenir, à l’intérieur de normes
et de hauts standards de qualité, les
caractéristiques techniques des équipements médicaux spécialisés (EMS),
en vue d’en assurer un fonctionnement
fiable et sécuritaire pour les usagers et
les utilisateurs. Ces activités s’exercent
dans différents secteurs, qu’ils soient
cliniques,
diagnostiques
ou
de
recherche.
Les techniciens exercent leur profession
en étroite collaboration avec d’autres
professionnels de la santé. Ils sont les
premiers à intervenir sur les
équipements
médicaux
spécialisés,
notamment lors de problèmes rencontrés.
Ils sont également impliqués dans
l’évaluation, le choix et l’installation des
équipements de même que dans la
formation du personnel devant utiliser ces
équipements.
FORMATION REQUISE
À la base, le technicien en génie
biomédical détient un diplôme d’études
collégiales (DEC) en technologie de
l’électronique.
Un certificat en technologies biomédicales
- instrumentation électronique est aussi
offert, mais il est facultatif. Ce programme
permet d’acquérir certaines connaissances de base dans le domaine
biomédical.
Lors de l’acquisition d’équipements, une
formation spécialisée est, s’il y a lieu,
assurée par le fournisseur ou le fabricant.
LE ROLE DU TECHNICIEN
EN GÉNIE BIOMÉDICAL AU CSSS
Le technicien biomédical est la personne
disponible en tout temps afin de réparer et
d’entretenir les appareils biomédicaux
dans les différents départements et
services du CSSS. Ainsi, il s’assure du
bon fonctionnement des appareils et de la
sécurité des patients.
PAGE 10
Stéphane Leblanc, Pierre Cadieux et Philippe Thibodeau
Techniciens en génie biomédical
Les tâches accomplies par les techniciens
du service sont les suivantes :
• Réparer les équipements médicaux;
• Faire la première ligne de la réparation
en cas de bris d’un appareil sous
contrat;
• Faire l’entretien préventif des équipements médicaux;
• Participer aux rencontres de présentation concernant l’achat des
nouveaux appareils médicaux;
• Émettre des recommandations au chef
du Service du génie biomédical en
fonction des réalités vécues sur les
départements concernés pour ajuster
l’achat des nouveaux appareils
médicaux;
• Conseiller les usagers sur l’utilisation
des appareils médicaux;
• Installer ou coordonner l’installation des
nouveaux appareils avec les compagnies et les services bénéficiaires;
• Assurer la mise en conformité des
appareils médicaux qui font l’objet
d’une alerte médicale émise par Santé
Canada ou le fabricant.
CONCLUSION
La mission de toute l’équipe du génie
biomédical se résume à veiller à la gestion
ainsi qu’à l’utilisation des technologies
biomédicales de façon optimale.
Nous sommes donc à votre service pour
que la technologie biomédicale contribue
significativement à l’amélioration des soins
de santé dans toutes les installations du
CSSS du Lac-des-Deux-Montagnes.
Les techniciens en génie
biomédical du CSSS
CAHIER NUMÉRO 3, octobre 2012
... au CSSS du Lac
Lac--des
des--Deux
Deux--Montagnes
Les techniciens en hygiène du travail
PROFESSION TECHNICIEN
EN HYGIÈNE DU TRAVAIL
Au CSSS du Lac-des-Deux-Montagnes, on
retrouve cinq techniciens et une
technicienne en hygiène du travail. Ceux-ci
font partie d’une équipe multidisciplinaire
qui dessert les travailleurs et les
employeurs des entreprises des MRC de
Deux-Montagnes, d’Argenteuil et de
Thérèse-De Blainville, de même que celles
de la partie sud de la MRC de Mirabel.
En vertu de la Loi sur la santé et la
sécurité du travail, cette équipe a d’abord
pour mandat de :
• Élaborer et mettre en application des
programmes de santé au travail dans les
entreprises industrielles et manufacturières;
• Réaliser les études de poste demandées
par les médecins traitants dans le cadre
du programme Pour une maternité sans
danger.
De plus, en vertu des ententes de gestion
conclues avec la CSST et la Direction de
santé publique, l’équipe doit aussi :
• Participer à la mise en œuvre de
projets provinciaux ou régionaux
s’adressant à certains secteurs
d’activité économique spécifiques ou à
certains groupes de travailleurs
exposés à un contaminant (exemple :
les ateliers de carrosseries où les
travailleurs pouvant être exposés aux
isocyanates sont à risque de
développer de l’asthme professionnel);
• Répondre à des demandes ponctuelles
d’information ou d’expertise formulées
par la CSST ou les milieux de travail,
de même que par la Direction de santé
publique, lorsqu’il y a un ou plusieurs
cas de maladie à déclaration
obligatoire (MADO) d’origine professionnelle dans un milieu de travail.
LA RECONNAISSANCE DES RISQUES
L’hygiène du travail est une discipline peu
connue du grand public. C’est à la fois un
art et une science voués à
la reconnaissance, à
l’évaluation et à la maîtrise
des facteurs de risque pour
la santé en milieu de
travail.
Au sein de l’équipe de
santé au travail, l’expertise
des techniciens en hygiène
du travail est d’abord mise
à contribution lors de
l’identification des facteurs
de risque susceptibles
De gauche à droite : Sylvain Poirier, André Brault,
d’être à l’origine d’effets
André-Mathieu Côté, Marc Doré et Richard Miron,
indésirables sur la santé ou
techniciens en hygiène du travail.
sur l’issue de la grossesse.
Était absente : Christine Dufour.
Dans le jargon de l’hygiène
du travail, ces facteurs de risque peuvent L’ÉVALUATION
être qualifiés de :
Les techniciens sont responsables de
• Chimiques : Lorsqu’il y a utilisation de réaliser les évaluations environnementales
divers produits (colles, laques, peintures, qui permettent de mieux connaître
gaz) et de certains procédés (soudage, l’exposition des travailleurs et de
combustion) ou production de pous- recommander des mesures préventives :
sières (bois, silice, farine…);
mesure de bruit, évaluation de la
• Physiques : Lorsque certains phéno- concentration de gaz, vapeur ou
mènes physiques, tels le bruit élevé ou poussières dans l’environnement de
la chaleur intense, peuvent représenter travail. Pour ce faire, ils utilisent divers
un risque pour la santé;
dispositifs de prélèvement et appareils de
• Biologiques : Lorsqu’il y a présence mesure qui, pour la plupart, permettent de
d’organismes vivants potentiellement mesurer l’exposition individuelle de chaque
pathogènes dans l’environnement de travailleur. Dans les locaux de l’équipe
travail, tels les moisissures ou certains situés au 1, place de la Gare, les
techniciens disposent d’un mini-laboratoire
micro-organismes infectieux;
• Ergonomiques : Lorsque d’autres ca- dans lequel ils entreposent et calibrent les
ractéristiques du milieu de travail sont équipements utilisés.
susceptibles d’altérer la santé des
travailleurs. Parmi les multiples facteurs
de risque de ce type, l’équipe de santé
au travail s’intéresse plus particulièrement à certaines caractéristiques
(posture, cadence, aménagement...)
susceptibles de contribuer à l’apparition
et au développement de troubles
musculosquelettiques (TMS), telles la
lombalgie ou les maladies en « ite ».
LA PRÉVENTION
Lorsque le technicien en hygiène du
travail :
• Réussit à convaincre un employeur
d’accorder de l’importance à la
prévention;
• Recommande diverses techniques pour
éliminer ou réduire à la source les
risques;
Suite en page 13...
CAHIER NUMÉRO 3, octobre 2012
PAGE 11
Les multi visages du conseil multidisciplinaire...
Les technologistes médicales
PROFESSION TECHNOLOGISTE MÉDICALE
Dans le domaine hospitalier, la
technologiste médicale effectue, à partir
d’échantillons biologiques (sang, urine,
selles, expectoration, liquide articulaire,
tissus humains, etc.), des analyses et des
examens qui contribueront à l’élaboration
du diagnostic clinique, au traitement et au
suivi thérapeutique.
Pour ce faire, la technologiste médicale
accomplit une variété de tâches et de
fonctions : elle utilise des instruments et
appareils sophistiqués, applique différentes techniques de préparation, de
traitement et de coloration des spécimens,
procède à l’examen d’échantillons au
microscope et effectue des prélèvements
sanguins, pour n’en nommer que
quelques-unes.
Elle s’assure également de la validité des
résultats d’analyses à chaque étape de
son travail : elle applique une bonne
procédure de prélèvement et d’identification du spécimen, apprécie la qualité
de celui-ci et son traitement adéquat; elle
supervise le fonctionnement optimal des
appareils utilisés, incluant le contrôle de
qualité et la maintenance; elle évalue
finalement les résultats obtenus en
concordance avec des résultats antérieurs
ou le contexte clinique. Elle est à l’affût de
tout résultat douteux qui pourrait signifier
qu’un problème est survenu en cours
d’analyse et prend les mesures de
correction appropriées.
ORDRE PROFESSIONNEL
La technologiste médicale doit être
membre de l’OPTMQ, l’Ordre professionnel des technologistes médicaux du
Québec, pour exercer son emploi au sein
de l’établissement.
SPÉCIFICITÉS DE LA PROFESSION
Différents domaines de spécialité du
laboratoire médical existent, comportant
des centaines de tests. Ainsi, selon le
secteur d’activité, la technologiste
médicale effectue les tâches suivantes :
Au centre de prélèvements : Elle
FORMATION REQUISE
effectue des prélèvements sanguins ou
Technologiste médicale : Elle détient un capillaires ainsi que des phlébotomies
diplôme d’études collégiales (DEC) en sous ordonnance. Elle procède également
technologie d’analyses biomédicales.
au recueil de spécimens à l’aide
Cytotechnologiste : En plus de la d’écouvillons sur des sites tels que le nez,
formation précédente, elle possède une la gorge ou l’anus.
attestation d’études collégiales (AEC) en En hématologie : Elle effectue la
cytotechnologie.
numération des cellules sanguines et
procède
à
diverses
analyses,
principalement microscopiques, du
sang et de la moelle osseuse, pour
déceler des maladies et des anomalies
du sang (anémies, leucémies et toute
autre hémopathie).
En hémostase : Elle analyse les
facteurs plasmatiques responsables de
la coagulation pour connaître la cause
d’une hémorragie ou d’une thrombose
et assurer le suivi thérapeutique aux
anticoagulants.
En banque de sang (science
transfusionnelle) : Elle effectue la
détermination des groupes sanguins et
des tests prétransfusionnels pour
s’assurer de la compatibilité entre le
don de sang et le receveur de celui-ci
lors d’hémorragie, d’anémie ou de
chirurgie. La technologiste médicale
contribue également à la prévention de
la maladie hémolytique du nouveau-né
par l’analyse du sang des femmes
De gauche à droite : derrière, Mélissa McBrearty, Nathalie Archambault, Sylvie Godin,
Josée Grenier, Stéphanie Demers, Isabelle DelVecchio, Véronique Blanchet, Manon Chouinard et enceintes.
Chantal Audet; devant, Gabriel Beaudry, Karine Filiatrault, Sophie Légaré et Yvette Lescarbeau,
technologiste médical et technologistes médicales à l’Hôpital de Saint-Eustache.
PAGE 12
Suite en page 13...
CAHIER NUMÉRO 3, octobre 2012
... au CSSS du Lac
Lac--des
des--Deux
Deux--Montagnes
Les techniciens en hygiène du travail...
• Vérifie la mise en œuvre des mesures
préventives;
• Propose des équipements de protection
individuelle ou collective appropriés;
• Participe à la formation des travailleurs
et de leur employeur sur les méthodes
de travail;
• Agit conjointement avec la CSST pour
s’assurer que l’entreprise se conforme
aux lois et règlements visant à réduire
l’exposition;
• Fournit au médecin de la Direction de
santé publique l’information qui lui
permet de formuler une recommandation
fiable au médecin d’une travailleuse
enceinte…
… Il contribue de façon significative à la
prévention des accidents, des maladies
professionnelles et des issues défavorables de la grossesse;
… Il contribue aussi à une meilleure
connaissance des milieux de travail
permettant ainsi d’établir des priorités
d’intervention tant au niveau local, régional
que provincial.
FORMATION REQUISE
Le technicien en hygiène du travail détient
un diplôme d’études collégiales (DEC) en
techniques d’assainissement et de sécurité
industriels ou en technique de prévention.
LE TECHNICIEN EN HYGIÈNE DU TRAVAIL
AU QUOTIDIEN
Le travail du technicien en hygiène du
travail s’effectue principalement dans les
installations des entreprises qu’il dessert.
Au quotidien, un des principaux défis qu’il
doit
relever
est
de
s’adapter
continuellement à des milieux de travail
extrêmement différents, allant d’un atelier
d’artisan à une multinationale du transport,
en passant par une usine de rabotage ou
un fabricant de pizzas congelées! Dans ce
contexte, des qualités tels la curiosité, la
vivacité d’esprit, la rigueur, l’esprit
d’équipe, l’initiative, la souplesse et des
aptitudes en communication sont des plus
importantes. Le technicien doit également
posséder des habiletés et faire preuve de
débrouillardise au niveau technique et
informatique, en plus d’avoir une solide
formation de base dans son domaine. Il
doit être prêt à compléter ses
connaissances par des activités de
formation continue ou des études
universitaires en santé et sécurité au
travail ou dans une discipline connexe
comme la toxicologie, l’ergonomie ou les
relations industrielles.
Marie-Claude Duval
Chef de l’administration du programme
Santé au travail
Marc Doré
Technicien en hygiène du travail
Les technologistes médicales...
En biochimie : La technologiste médicale
effectue,
sur
différents
liquides
biologiques, le dosage des substances
qu’on y retrouve : hormones, médicaments, enzymes, protéines, lipides,
glucides et autres composés chimiques
tels le fer, le potassium, etc. L’évaluation
ainsi obtenue permet de révéler une lésion
organique (ex. : infarctus), une atteinte
métabolique ou virale (ex. : hépatite,
pancréatite), un dérèglement fonctionnel
ou hormonal (ex. : diabète, hyperthyroïdie),
ou de dépister certains cancers
(ex. : prostate, colon). Ce n’est qu’un
mince aperçu des renseignements que la
biochimie peut fournir.
En microbiologie : Elle traite différents
spécimens cliniques afin d’y déceler la
présence de bactéries pathogènes et de
déterminer leur sensibilité aux antibiotiques. Elle procède également à la
recherche et à l’identification de parasites,
de champignons et de virus dans divers
CAHIER NUMÉRO 3, octobre 2012
échantillons biologiques. Elle effectue des
analyses
sanguines
de
détection
d’antigènes et d’anticorps démontrant
l’exposition à un organisme pathogène ou
sa présence (ex. : hépatite, VIH) ou encore
servant à vérifier l’efficacité d’un vaccin
administré.
En pathologie : Elle manipule, examine et
procède à la préparation des tissus
humains prélevés par biopsie ou chirurgie
afin d’obtenir des échantillons qui seront
colorés selon diverses techniques, puis
examinés au microscope par le
pathologiste qui émettra un diagnostic
(appendicite, cirrhose, cancer, etc.).
En cytologie : Elle identifie et classifie les
composantes cellulaires afin d’évaluer les
manifestations cellulaires de maladies et
de cancers par son observation
d’échantillons à l’aide d’un microscope.
de façon étroite et indispensable aux soins
de santé de la population.
LA TECHNOLOGISTE MÉDICALE AU CSSS
DU LAC-DES-DEUX-MONTAGNES
Au CSSS du Lac-des-Deux-Montagnes,
les technologistes médicales et les
cytotechnologistes travaillent dans les
laboratoires situés à l’Hôpital de SaintEustache. Les services y sont accessibles
24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pour la
clientèle hospitalisée et celle de l’Urgence.
Les services pour la clientèle externe sont
offerts de jour, en semaine, et le centre de
prélèvements, situé à l’Hôpital, offre sur
place les services de prélèvements pour
les analyses demandées par les médecins
pour les patients vus à leurs bureaux.
Actuellement, plus d’une soixantaine de
technologistes et de cytotechnologistes
sont à l’emploi du CSSS.
Bref, les technologistes médicales font Sylvie Godin
partie intégrante de l’équipe médicale en
Technologiste médicale
offrant une gamme de services contribuant
PAGE 13
Les multi visages du conseil multidisciplinaire...
Les technologues en électrophysiologie médicale
PROFESSION TECHNOLOGUE EN
ÉLECTROPHYSIOLOGIE MÉDICALE
Les technologues en électrophysiologie
médicale effectuent des examens
médicaux à l’aide d’appareils électroniques
servant à capter et à enregistrer l’activité
cérébrale, cardiaque, musculaire ou autre,
en vue de permettre aux médecins de
diagnostiquer certaines maladies, lésions
ou anomalies.
Voici certains examens qui peuvent être
effectués par une technologue en
électrophysiologie médicale :
• Électroencéphalogramme (EEG)
• Électrocardiogramme (ECG)
• Épreuve d’effort sous-maximale (EESM)
• Électromyogramme (EMG)
De gauche à droite : Evelyne Pruneau, Francine Lalande, Brigitte Dubreuil
• Potentiel évoqué visuel (PEV) et auditif
et Violetta Workert, technologues en électrophysiologie médicale.
(PEA)
• Potentiel évoqué somesthésique (PES)
• Polysomnographie
Saviez-vous
que
notre
service minutes. La durée de l’examen varie selon
d’électrophysiologie est un précurseur la capacité et les symptômes de l’usager.
• Électronystagmographie (ENG)
dans la mise sur pied d’un programme Cet examen permet d’évaluer la capacité
FORMATION REQUISE
La technologue en électrophysiologie interdisciplinaire d’insuffisance cardiaque physique, de reproduire et de documenter
médicale doit détenir un diplôme d’études (PIIC)? Nous sommes également électrocardiographiquement les anomalies.
collégiales (DEC). Seuls le Collège impliqués dans le développement des Le holter
Ahuntsic et le Collège Ellis de Trois- services ambulatoires tels que l’accueil Cet appareil enregistre l’activité cardiaque
clinique et la clinique de préadmission dont durant 24 heures. Il est utile pour détecter
Rivières dispensent le programme.
le rôle est de préparer la clientèle pour une les troubles d’arythmie.
L’ÉLECTROPHYSIOLOGIE MÉDICALE AU CSSS
chirurgie.
Le King of Hearts (Cardiomémo)
DU LAC-DES-DEUX-MONTAGNES
Au Service d’électrophysiologie, le mot Finalement, une clinique pour la clientèle Le King of Hearts est un appareil qui
équipe prend tout son sens. Les médecins « post-infarctus » est aussi en fonction afin enregistre l’activité cardiaque lorsque
ressent
des
symptômes
omnipraticiens et les cardiologues d’offrir un suivi étroit et rassurant aux l’usager
d’arythmie. La durée du prêt de l’appareil
travaillent de concert avec l’équipe des patients pendant leur rétablissement.
est de deux semaines.
technologues en électrophysiologie médi- UN MOT SUR LES EXAMENS EFFECTUÉS PAR
LES TECHNOLOGUES EN ÉLECTROPHYSIOLOGIE
cale dans le domaine de la cardiologie.
Le moniteur ambulatoire de pression
MÉDICALE AU CSSS
Les technologues participent étroitement
artérielle (MAPA)
au diagnostic des troubles cardiaques en L’électrocardiogramme (ECG)
Cet appareil enregistre la pression
procédant à la préparation des examens Cet examen permet de visualiser et artérielle sur une période de 24 heures. Le
prescrits, à l’enregistrement de l’activité d’enregistrer l’activité cardiaque sur une MAPA permet d’évaluer la variation de la
cardiaque et à la préparation des comptes courte période afin d’éliminer ou d’affirmer pression artérielle durant les activités
rendus préliminaires des examens et des des troubles de la conduction, d’angine, quotidiennes de l’usager ou d’évaluer si le
rapports qui seront interprétés par les d’infarctus ou d’arythmie.
traitement pharmaceutique est efficace.
L’épreuve d’effort sous-maximale (EESM)
cardiologues.
Pour les services ultraspécialisés, le CSSS Pour cet examen, l’usager doit marcher sur Brigitte Dubreuil
est associé à l’Hôpital du Sacré-Cœur de un tapis roulant sous la supervision d’un Pour l’équipe des technologues
Montréal, un centre hospitalier universitaire médecin. La pente et la vitesse du tapis en électrophysiologie médicale
roulant augmentent à toutes les trois
affilié à l’Université de Montréal.
PAGE 14
CAHIER NUMÉRO 3, octobre 2012
... au CSSS du Lac
Lac--des
des--Deux
Deux--Montagnes
Les technologues en imagerie médicale
PROFESSION TECHNOLOGUE EN IMAGERIE
MÉDICALE
Le technologue en imagerie médicale
est un intervenant de première ligne qui
a comme rôle d’effectuer des clichés
radiologiques permettant d’établir ou de
préciser un diagnostic. De la réalisation
de clichés radiologiques aux examens
spécialisés, son expertise à produire
des images de qualité permet de guider
rapidement l’équipe médicale quant aux
soins à donner aux patients.
FORMATION REQUISE
Une formation de niveau collégial est
nécessaire pour pratiquer cette
profession, incluant deux années de
(photo fournie par l’équipe)
formation théorique et une année de
De gauche à droite : au premier plan, Anne Huet, Denise Demontigny, Lucie Grenier, Karine Lussier,
formation pratique en milieu de stage. Si
Amélie Guérin, Kim Reid Larocque et Fanny Radermaker; en arrière-plan, Céline Chartrand,
le technologue souhaite se spécialiser, il
Sylvie Paillé, Karine Simard, Anne-Marie Langlois, Marie-Pier Guérard, Frédéric Lemay,
a la possibilité de le faire en suivant
Daphnée Dufour et Massimo Barsetti, technologues en imagerie médicale.
davantage de cours et en complétant
des stages dans l’une ou l’autre des
volante de cardiologues en échographie Le rôle du technologue en imagerie
disciplines suivantes : mammographie,
ainsi qu’un physiatre dans la réalisation de médicale est essentiel dans le suivi des
échographie,
tomodensitométrie
ou
certaines techniques de soins.
patients nécessitant des contrôles
résonnance magnétique. Son ordre
radiologiques en orthopédie, en urologie,
professionnel, l’Ordre des technologues en D’autre part, le technologue en imagerie
en clinique de suivi du sein, en clinique de
imagerie médicale et en radio-oncologie médicale peut se déplacer avec un
pneumo et en préopératoire. Bref, ses
du Québec, exige de ses membres qu’ils appareil mobile pour effectuer des
journées
sont bien remplies et le travail ne
participent activement à une formation rayons X sur les étages quand le patient
manque
pas!
continue afin de maintenir leurs ne peut être déplacé. Dans son service, il
à
l’aide
d’appareillages CONCLUSION
compétences à jour en suivant l’équivalent effectue
sophistiqués
des
rayons
X,
mais il offre Le mot d’ordre de cette profession : la
d’une dizaine d’heures de formation
aussi
un
service
d’imagerie
digestive
qui polyvalence et l’imagination. En effet, le
annuellement. La technologie en imagerie
permet
de
réaliser
différents
examens
tels
médicale évolue si rapidement que les
métier de technologue est très varié et
occasions de se renouveler pour être à la que lavement baryté, repas baryté, grêle, stimulant puisque les technologies sont en
fine pointe de la technologie et des pyélographie, cystographie, installation de constante évolution.
Picc-line et infiltrations de toutes sortes. Il
nouvelles tendances ne manquent pas.
Toute l’équipe se fera un plaisir de
doit s’adapter aux conditions variées des
LE TECHONOLOGUE EN IMAGERIE MÉDICALE patients et réussir à remplir son mandat répondre à vos questions si vous
souhaitez en connaître davantage sur
AU CSSS DU LAC-DES-DEUX-MONTAGNES
malgré ces contraintes.
cette profession ou sur les différents
Au CSSS du Lac-des-Deux-Montagnes, le
Votre patient nécessite un scan, une équipements que les technologues
technologue travaille principalement en
échographie ou une IRM? Vous devrez utilisent.
étroite collaboration avec le radiologiste. Il
alors faire affaire avec un technologue
est aussi sollicité par le Service du bloc
spécialisé qui pratique généralement à Denise Demontigny
opératoire afin d’assister l’équipe lors de
temps plein sa spécialité. Par contre, il et Cynthia Filion
certaines chirurgies orthopédiques et
n’est pas rare qu’il soit déplacé en
Pour l’équipe des technologues
urologiques. De plus, il assiste une équipe
imagerie générale au besoin.
en imagerie médicale
CAHIER NUMÉRO 3, octobre 2012
PAGE 15
Les multi visages du conseil multidisciplinaire
Un mot sur le conseil multidisciplinaire
LE CONSEIL MULTIDISCIPLINAIRE DU CSSS
Le conseil multidisciplinaire est le regroupement de l’ensemble des professionnels de la santé et
des services sociaux titulaires d’un diplôme de niveau collégial ou universitaire, à l’exception
des infirmiers, infirmières, dentistes, pharmaciens et médecins.
Le conseil multidisciplinaire du CSSS du Lac-des-Deux-Montagnes compte un peu plus de
400 membres appartenant à une trentaine de titres d’emploi.
LE MANDAT DU CONSEIL MULTIDISCIPLINAIRE
Le conseil multidisciplinaire a un pouvoir d’influence auprès de la Direction générale et du
conseil d’administration. Il leur formule donc des avis et des recommandations sur l’appréciation
et l’amélioration de la qualité de la pratique professionnelle; la distribution appropriée des soins
et des services à la clientèle; l’organisation scientifique et technique (ex. : avis sur un protocole
clinique) et le maintien et l’amélioration de la compétence de ses membres.
LE COMITÉ EXÉCUTIF DU CONSEIL MULTIDISCIPLINAIRE ET SON FONCTIONNEMENT
Le comité exécutif du conseil multidisciplinaire est formé :
• du directeur général;
• du directeur des services diagnostiques et multidisciplinaires;
• de neuf professionnels issus d’au moins trois professions différentes
et représentant les trois missions du CSSS (centre d’hébergement, CLSC, hôpital).
Le comité exécutif du conseil multidisciplinaire étudie toutes les questions provenant des
membres ainsi que les mandats acheminés par le conseil d’administration ou le directeur
général. Il consulte ses membres, crée des comités de pairs ou de travail pour y répondre.
Le comité exécutif remet annuellement un bilan de ses activités avec les objectifs visés au
conseil d’administration ainsi qu’à ses membres lors d’une assemblée générale annuelle.
CAHIER NUMÉRO 3, octobre 2012
PAGE 17
Les multi visages du conseil multidisciplinaire
Contenu des cahiers du conseil multidisciplinaire
CAHIER NUMÉRO 1
L’audiologiste
Les ergothérapeutes
Les hygiénistes dentaires
Les inhalothérapeutes
Les nutritionnistes-diététistes
Les orthophonistes
Les physiothérapeutes
Les techniciennes en diététique
Les thérapeutes en réadaptation physique
CAHIER NUMÉRO 2
Les agents de relations humaines
Les animateurs de pastorale
Les éducateurs spécialisés
Les organisatrices communautaires
et la travailleuse communautaire
Les psychoéducateurs
Les psychologues
Les techniciennes en travail social
Les travailleurs sociaux
CAHIER NUMÉRO 3
PAGE 18
Les archivistes médicales
Le biochimiste clinique
Les cytotechnologistes
L’ingénieur biomédical
La kinésiologue
Les techniciens en génie biomédical
Les techniciens en hygiène du travail
Les technologistes médicales
Les technologues en électrophysiologie médicale
Les technologues en imagerie médicale
CAHIER NUMÉRO 3, octobre 2012
Les multi visages du CM au CSSS du Lac
Lac--des
des--Deux
Deux--Montagnes
POUR NOUS JOINDRE
Boîte vocale : 450 473-6811, poste 4015
Courriel : [email protected]
Courrier interne : a/s Secrétariat de la Direction des services
diagnostiques et multidisciplinaires, Hôpital
Production
Conseil multidisciplinaire du CSSS du Lac
Lac--des
des--Deux
Deux--Montagnes
Conception graphique et photos
Jacqueline Le Poidevin, Service des communications
Mise en page
Carine Charbonneau, Service des communications
Jacqueline Le Poidevin, Service des communications
Révision et correction des textes
Carine Charbonneau, Service des communications
Jacqueline Le Poidevin, Service des communications
David Mayer, audiologiste
Jade Pauzé, Service des communications
Nous tenons à remercier les intervenants du conseil multidisciplinaire du CSSS
qui ont accepté d’être photographiés pour illustrer ce cahier.
Ces photos constituent un échantillonnage qui ne représente pas nécessairement l’ensemble des professionnels du CSSS.
Afin d’alléger le texte, nous avons choisi d’utiliser tantôt le féminin, tantôt le masculin,
pour désigner autant les hommes que les femmes.
Téléchargement