Jeunes et alcool : Les Scouts prennent position WANTED : endroits

publicité
Les Anciens scouts Baden-Powell de Belgique
Société royale
Juin 2014 - Numéro 6
WANTED : endroits de camps
Jeunes et alcool : Les Scouts prennent position
Trimestriel de l’Association des Anciens scouts Baden-Powell de Belgique
Édito
IVRESSES VÉRITABLES
Nous, les (anciens) scouts, nous sommes experts en ivresse.
de soleil flamboyants ou l’apparition fugitive d’un chevreuil
ou d’un renard ; souvenez-vous du plaisir d’avoir fait une
bonne action, gratuitement.
Souvenez-vous des constellations qu’allumaient dans la nuit
la bûche jetée dans le feu de camp ; souveLe scoutisme nous apprend à tutoyer l’esnez-vous de la main d’un petit louveteau
« Il faut être toujours ivre.
sentiel, à chavirer au parfum de l’amitié,
dans votre grande paluche d’animateur ;
Tout est là :
de l’émerveillement et du service. Il nous
souvenez-vous des bêtises que l’on dit et
c'est l'unique question.
apprend à vivre ivres.
que l’on fait quand on est éclaireur, sur les
Pour ne pas sentir
routes, en patrouille ; souvenez-vous du
Le scoutisme, c’est « l’école de la vie »,
l'horrible fardeau du Temps
drapeau qui gifle l’air en claquant au vent ;
pour reprendre l’expression de BP, de la
qui brise vos épaules
souvenez-vous de votre sentiment d’exisvraie vie, de celle qui est si belle qu’elle
et vous penche vers la terre,
ter et de valoir quelque chose quand votre
n’a besoin ni de flacons pernicieux, ni de
CP un peu impressionnant a adressé un
il faut vous enivrer sans trêve.
poudres néfastes, ni de vapeurs délémot d’encouragement à l’éclaireur débuMais de quoi?
tères pour donner à connaître son éclat.
tant que vous étiez ; souvenez-vous des
De vin, de poésie, ou de vertu, à votre
Le scoutisme offre à chacun les manettes
rayons du soleil perçant la canopée d’un
guise.
de sa vie ; il s’accommode mal de l’abansous-bois de feuillus, dessinant comme
Mais enivrez-vous. »
don du contrôle que l’on a de soi, de la
des traits de pinceau clairs dans l’atmosBaudelaire, Enivrez-vous
perte de sa dignité.
phère ; souvenez-vous de la fierté de
« Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait
retrouver ses parents, le soir, en arborant
l’ivresse », écrivait Musset. Cet homme n’était pas scout,
des genoux noirs de terre ; souvenez-vous des grandioses
définitivement.
manifestations de la nature, que ce soit les averses diluviennes, la brume du petit matin sur la prairie, des couchers
Laurent, président des Alumni
Réunion de passage
L’assemblée générale de notre association a tenu sa réunion
annuelle le 24 mai dernier. On reviendra ultérieurement sur
l’une de ses décisions : la possibilité de payer une fois pour
toutes sa cotisation, à vie. Nous voulons toutefois donner ici
la priorité à des personnes.
Trois administrateurs ont, après de très nombreuses années
de service, mis leur mandat à la disposition de l’association.
Honneur à la dame. Vous ne connaissez pas Denise Termont,
mais tout le monde connaît l’inoxydable Poulain. Il existe deux
bonnes raisons de ne pas communiquer son âge. La première,
c’est que cela n’est pas courtois. La deuxième, c’est que personne ne le croirait, tant l’idée qu’on a de cette génération
s’accommode mal avec l’énergie qu’elle manifeste.
Honneur au monsieur. Joseph Goossens, c’est Castor, avec
« CAS » comme dans « caisse » et « TOR » comme dans
« trésorier ». Polyglotte cultivé, il a tenu les comptes de l’association avec une rigueur de bénédictin sur d’improbables
logiciels aussi anciens que performants. Il est aussi membre
du conseil de l’Ordre scout du mérite.
Honneur au lapin. Il pourrait être notre grand-père à tous,
mais n’est pas pèpère pour un sou. Infatigable serviteur du
scoutisme qu’il est toujours dans son unité, François Lamot
(si si, il s’appelle ainsi, en vrai, Lapin !) est un pilier de l’association des anciens, au point que nous sommes curieux de
voir si elle continuera de tenir sans lui !
Ces trois grands serviteurs de notre association sont remplacés par :
enoît Blanpain (ancien président de la commission fédéB
rale d’animation de 1976 à 1980, puis secrétaire général
de la Conférence Internationale Catholique du Scoutisme,
titulaire du Loup de Bronze) ;
I ngrid Desramault (ancienne animatrice fédérale Pionniers
de 2008 à 2013) ;
ohan Van Hoye (ancien animateur fédéral successivement
J
en charge des Louveteaux, des Baladins, de la formation
des animateurs et des animateurs d’unité de 2008 à 2013).
ORDRE SCOUT
DU MÉRITE
La cérémonie de remise des distinctions de l’Ordre scout du
mérite, promotion Jean Cambier,
a eu lieu le dimanche 30 mars.
L’investissement de nombreux
anciens au profit du scoutisme a
été souligné dans une ambiance
solennelle mais conviviale.
2
Juin 2014
WANTED : endroits de camps
Pour faire face à la fermeture de nombreux endroits de camps et garantir un bon rapport
qualité-prix pour les scouts, les mouvements de jeunesse, dont Les Scouts,
ont créé l’ASBL Atouts Camps. En tant qu’ancien, ton aide peut lui être
précieuse !
L’ASBL Atouts Camps a été créée par les principaux mouvements de jeunesse de la fédération Wallonie-Bruxelles
(Guides Catholiques de Belgique, Scouts et guides pluralistes, etc.) pour améliorer la qualité, la sécurité et l’hygiène des endroits de camps. Atouts Camps veille aussi à
ce que les prix de location restent maîtrisés.
L’association constate beaucoup plus de fermetures d’endroits de camps que d’ouvertures. Ce qui est évidemment
problématique... Selon Nicolas Bodart, coordinateur de
l’ASBL, si rien n’est fait rapidement, il sera très difficile
pour les mouvements de jeunesse de partir au camp dans
les prochaines années ! Sans oublier que la rareté contribue à faire augmenter les prix, ce qui porte préjudice au
fondement même du scoutisme qui se veut ouvert à tous
et pour pas cher. De nouveaux endroits de camps doivent
donc ouvrir.
Atouts Camps met en réseau les animateurs de mouvements
de jeunesse et les propriétaires d’endroits de camp. Elle
peut soutenir les uns et les autres dans leurs démarches et
attribuer le label Endroit de camp. Ce label permet notamment au propriétaire d’obtenir des subsides pour financer
des travaux (jusqu’à 12 500 €). Il peut ainsi diminuer le coût
de location pour les jeunes. :
EN TANT QU’ANCIEN, TU PEUX AIDER
AU REDRESSEMENT DE LA SITUATION
En signalant à Atouts Camps tous les endroits de
camps que tu connaîtrais.
En sollicitant les écoles et les clubs sportifs (buvettes de stades de football par exemple) pour qu’ils
louent leurs locaux durant l’été.
En mettant un de tes biens éventuels à disposition
(ou des biens que tu gèrerais, comme des écoles,
associations, etc.) comme endroit de camp !
Plus d’informations sur www.atoutscamps.be.
Juin 2014 3
Jeunes et alcool : Les Scouts
prennent position
La consommation excessive d’alcool, en
particulier chez les jeunes, est un problème
qui concerne toute la société. Et donc Les
Scouts. La fédération a récemment redéfini
sa position en matière de consommation de
produits psychotropes. Focus sur le travail
effectué et toujours en cours.
Un long processus
« Chez les scouts, ça boit sans arrêt ! »
« Je n’oserais pas y mettre mes enfants. »
« Des jeunes en uniforme ont acheté
plein de bacs de bières au grand
magasin du village… Un scandale ! »
Ces plaintes, parfois justifiées, parfois moins,
les responsables scouts les ont entendues,
et pas qu’un peu. À tel point que durant son
mandat précédent (2010-2013), le staff fédéral
a mis ce point à l’ordre du jour du conseil
fédéral. Les conclusions ont été sans appel :
la fédération des Scouts devait prendre
position sur les produits psychotropes, tant
dans le cadre des activités scoutes que dans
la société en général.
Les jeunes et l’alcool : un fléau sociétal
Force a été de constater que le problème n’est pas propre
aux mouvements de jeunesse. Les jeunes, dans toutes les
couches de la société, sont concernés par le sujet. Que ce
soit lors de soirées étudiantes, de rencontres sportives ou
simplement entre amis, l’alcool, pour n’évoquer que ce
produit psychotrope, est omniprésent.
Un éclairage et un accompagnement
indispensables
Conscient de cela, le conseil fédéral a pris le temps de
se documenter, de lire des études sur le sujet, de se
remémorer le cadre légal, d’interroger des experts…
Les animateurs fédéraux ont donc été éclairés et coachés
par des professionnels en la matière, notamment par le
docteur Raymond Gueibe, alcoologue.
Une position en six points
La position complète des Scouts est téléchargeable
sur alumniscouts.be.
Les Scouts, l’alcool et la société
Les Scouts prennent position pour l’interdiction de la
publicité pour l’alcool et de toute forme de sponsoring par
les alcooliers, et contre la mise sur le marché de produits
ciblant les jeunes.
Extraits de la position des Scouts
sur les produits psychotropes
Concernant les enfants et adolescents
qui nous sont confiés
Dans le cadre éducatif scout, une consommation
responsable et modérée d’alcool par les jeunes peut
avoir lieu.
Dans ce cas :
lle doit avoir lieu dans un cadre défini, idéalement en
e
cogestion par le groupe ;
elle doit avoir lieu dans le respect de la loi belge ;
les parents des jeunes doivent en être informés.
4
Juin 2014
Concernant les adultes dans le
mouvement
Dans les circonstances où ils ont une responsabilité à
exercer vis-à-vis des jeunes, les adultes du mouvement
se doivent d’être en permanence en pleine possession
de leurs moyens. Toutes les études montrent qu’un
des premiers effets d’une consommation, même
légère, est l’altération de la capacité de conscience
de son état. Nous adoptons comme limite, un taux
maximum de 0,5 gramme d’alcool par litre de
sang qui est la norme généralement acceptée
par la communauté scientifique.
Dans les circonstances scoutes où ils n’exercent
pas une responsabilité directe vis-à-vis des
jeunes, les adultes du mouvement se doivent
d’être en capacité de remplir de leur mieux
le rôle qui est le leur (se former en formation,
s’organiser et construire en réunion de staff,
etc.). Dans ce cas, l’organe compétent
définit les modalités de la consommation
éventuelle d’alcool (conseil d’unité, conseil
fédéral, équipe de formateurs).
Quand les scouts vendent de l’alcool…
Consciente que nombre de festivités comprennent un
bar ou une forme de débit de boissons (fêtes d’unité,
etc.), l’alcool ne peut cependant être un but en soi ;
pas de jeux ‘’à boire’’, pas de forfait permettant de
consommer de l’alcool de manière non limitée…
Dans d’autres contextes
Les scouts sont également invités à respecter le cadre
réglementaire, légal et de la culture scoute du pays
dans lequel ils sont en camp ou de la communauté
dans laquelle ils sont accueillis.
Sensibiliser les scouts
et les animateurs
Depuis l’année passée, le conseil fédéral, en
collaboration avec des partenaires associatifs ou
autres, ont créé, publié et diffusé de nombreux
outils :
un kit d'animation pour faire vivre la position
des Scouts sur les produits psychotropes ;
Les scouts se positi
onnent
par rapport aux produ
its
psychotropes
un kit d’animation
pour faire vivre la position
www.lesscouts .be
un questionnaire individuel pour sensibiliser les scouts et
les aider à réfléchir sur la problématique et à prendre euxmêmes position ;
un cahier pour aider les animateurs à
sensibiliser, informer et réagir (particulièrement
pour les adolescents – Éclaireurs et Pionniers) ;
un cahier, à destination des équipes d’unité,
pour intervenir et sanctionner suite à une
consommation problématique d'un adulte du
mouvement.
Tous ces outils sont téléchargeables sur
lesscouts.be > Animer > Alcool.
Une logique de soutien et les sanctions
possibles
Les cadres locaux et fédéraux s’engagent à soutenir
les unités, pour identifier les ressources nécessaires à
ce travail et pour agir de manière pertinente. En cas
de dérapage, ils agiront de manière éducative dans
le respect de tous et en accord avec les parents des
jeunes. Si toutefois un problème persiste et qu’aucune
solution pédagogique ne peut être trouvée, des
mesures disciplinaires peuvent être
envisagées, dans le cadre du
règlement d’ordre intérieur.
Et ce n’est pas fini !
Des projets sont encore en cours… Les Scouts ont
par exemple rejoint la plateforme Jeunes, alcool
et société (lire pages suivantes) et un travail de
sensibilisation a lieu dans divers temps de formation.
Mais ce qui importe, c’est qu’il y ait une dynamique
au quotidien, partagée et diffusée par les différents
acteurs. C’est ainsi que l’on pourra sensibiliser les
jeunes et poursuivre l’objectif du scoutisme : les
rendre plus autonomes et libres, confiants, sociables,
partenaires et solidaires, conscients et critiques,
intérieurs et équilibrés.
Juin 2014 5
« Le scoutisme peut aider les animateurs
à adopter une consommation d’alcool
responsable »
Anne-Sophie Poncelet est chargée de projets au sein de l’ASBL Univers
Santé, avec laquelle Les Scouts ont récemment travaillé pour définir
leur position sur les produits psychotropes (lire en pages précédentes).
Ancienne animatrice, elle décrypte la problématique de l’alcool chez
les jeunes et chez les scouts. Elle revient également sur le travail
entrepris par la fédération.
consommateurs réguliers
d’alcool ! On constate néanmoins une évolution et des
spécificités chez les jeunes.
Anne-Sophie Poncelet
(Univers santé)
Alumni : Psychologue de formation, tu travailles comme
chargée de projets chez Univers Santé. En quoi cela
consiste-t-il ?
Anne-Sophie Poncelet : Univers Santé est une ASBL de
promotion de la santé en milieu étudiant et pour les jeunes
adultes. Situés sur le site universitaire de Louvain-la-Neuve
et de Woluwé, nous travaillons sur la prévention et l’éducation à la santé, en collaboration avec des professionnels
du secteur : enseignants, éducateurs, mouvements de jeunesse, etc.
Je travaille principalement sur les thématiques de l’alcool et
de l’alimentation, mais nous abordons aussi d’autres sujets
comme la vie affective et sexuelle, les assuétudes, l’activité
physique, etc. Tout ce qui touche au bien-être au sens large !
Nos activités se répartissent en trois pôles : l’information et
la documentation, la formation et les actions que nous mettons en place, comme aux 24 h vélo de Louvain-la-Neuve par
exemple (prévention avant l’événement, présence sur place
pour proposer un hébergement à ceux qui ont trop bu, etc.).
Alumni : On entend souvent dire que l’alcool est très pré-
sent chez les scouts. D’après toi, est-ce un phénomène
propre aux mouvements de jeunesse ou aux jeunes de
manière générale ?
Anne-Sophie Poncelet : Il faut d’abord et surtout relativiser
la problématique. L’alcool est présent partout et ne concerne
pas que les jeunes. L’alcoolisme, par exemple, est une maladie propre aux adultes. Il faut en effet plusieurs années avant
qu’elle ne s’installe. Les adultes restent les plus grands
6
Juin 2014
Tout d’abord, une évolution au niveau
des pratiques commerciales : elles sont
plus agressives et plus “pointues”.
De plus, de nouveaux produits axés
“jeunes” comme les alcopops (limonades
alcoolisées), dont le goût sucré masque l’alcool, apparaissent sur le marché. Il y a donc une évolution au niveau de
la publicité et au niveau des produits.
Ensuite, on constate également une féminisation du phénomène, même si les garçons restent les premiers consommateurs et ce, à tout âge.
Enfin, on relève une augmentation des ivresses : boire beaucoup et en un cours laps de temps (‘’binge drinking1’’). Ce
qui est inquiétant dans ce phénomène, c’est que le rapport
au produit change : on boit dans le but d’être ivre. Et ce
phénomène-là est plus présent chez les jeunes que chez les
adultes.
Alumni : Et les scouts ne sont pas en reste…
Anne-Sophie Poncelet : En effet. On retrouve ces évo-
lutions partout chez les jeunes, que ce soit dans le milieu
étudiant, sportif, des mouvements de jeunesse... Je pense
qu’une difficulté supplémentaire pour les animateurs scouts,
c’est qu’ils doivent faire la part des choses entre leurs responsabilités d’animateurs et la relation qu’ils ont entre eux,
en dehors du cadre scout. De plus, l’alcool renvoie autant à
la consommation des scouts qu’à celle des animateurs, ce
qui n’est pas simple à gérer...
Alumni : Les réseaux sociaux, bien connus des jeunes,
participent-ils à ces évolutions ?
Anne-Sophie Poncelet : Oui. Ils peuvent contribuer à une
double valorisation : de l’ivresse, en montrant des photos et
vidéos de jeunes ivres par exemple, et de certains produits
commerciaux par la publicité sur ces réseaux.
Il y a quelques mois, le phénomène de “Neknomination”
a fait beaucoup de bruit. Il s’agissait de se filmer en train
‘’d’affonner’’ de l’alcool, de publier la vidéo sur les réseaux
sociaux et de nominer des personnes pour qu’elles fassent
de même. Ce phénomène, relayé de manière alarmante par
les médias, est déjà passé aux oubliettes… Et puis, heureu-
sement, cela a aussi suscité de belles initiatives. Des jeunes
ont par exemple pris le pli inverse en publiant une vidéo
dans laquelle ils donnaient à manger à un sans-abri et en
nominant des personnes de leur réseau pour faire de même.
Il faut voir le bon côté des choses et croire en l’esprit
critique des jeunes.
« La fédération des Scouts a osé parler de ce
sujet, a mis les cartes sur la table, dans un cadre
participatif. »
Alumni : Justement, développer l’esprit critique des
jeunes est un des objectifs du scoutisme. Penses-tu qu’au
niveau de l’alcool, les scouts ont un rôle à jouer ?
Anne-Sophie Poncelet : Bien sûr. Et ils le font déjà ! Le
scoutisme peut aider les jeunes à développer des compétences pour avoir des consommations responsables. C’est
ce qu’on appelle, en prévention de la santé, des facteurs
protecteurs. Développer son esprit critique, les relations, ne
pas être seul, sont des facteurs protecteurs. Le scoutisme
développe le lien social et l’esprit critique. Mais attention
au revers de la médaille : le lien social peut aussi mener à un
effet de pression et d’entraînement des pairs.
Les jeunes sont confrontés à un double paradoxe : d’une
part, on les incite à limiter leur consommation d’alcool
alors que ce produit est autorisé et même valorisé dans
nos sociétés ; d’autre part, la consommation d’alcool en
dessous de 16 ans est interdite (en dessous de 18 ans
pour les spiritueux) alors que la publicité vise de plus en
plus ce public jeune.
Alumni : Tu as suivi de près le travail mené par la fédération des Scouts sur l’alcool. Quelle en est ton analyse ?
Anne-Sophie Poncelet : Je trouve la démarche super !
La fédération a osé en parler, a mis les cartes sur la table,
dans un cadre participatif. Les actions qui sont menées de
manière participative sont celles qui fonctionnent le mieux.
C’est un gros boulot de ne pas faire la politique de l’autruche
et d’impliquer tous les acteurs. Le travail effectué touche à
la fois à la publicité et à des actions de terrain. C’est très
intelligent et très large. C’est une approche globale.
Alumni : Pour toi, c’est donc une bonne chose que le projet soit mené de manière globale ?
Anne-Sophie Poncelet : Absolument. Il faut souligner l’im-
portance du dialogue, ce que Les Scouts font. Se poser la
question est déjà un grand pas éducatif. Il faut pouvoir combiner les approches, que ce soit au niveau ‘’méta’’, politique,
institutionnel, ou au niveau du local, du terrain.
Alumni : Et maintenant, quelles sont les suites ?
Anne-Sophie Poncelet : Univers Santé a été chargé, en pa-
rallèle de ses missions habituelles, du pilotage d’un groupe
de travail intitulé Jeunes, alcool et société dont font partie une dizaine d’associations, comme Les Scouts. L’un des
objectifs de ce groupe, commandé et subventionné par la
fédération Wallonie-Bruxelles, est d’assurer un rôle de plaidoyer politique, d’apporter des nuances et de la complexité
par rapport à une thématique souvent empreinte de caricatures. Notre mission est donc d’avoir un impact ‘’plus haut’’,
et d’agir ainsi sur les contextes dans lesquels la consommation d’alcool chez les jeunes est présente.
Le parcours scout d'Anne-Sophie
Liège : lutin de 6 à 12 ans, guide de 12 à 18 ans,
À
puis chef lutins pendant deux années, dont une
comme responsable.
Intendances scoutes à Bruxelles.
1
POUR PLUS D’INFORMATIONS
www.univers-sante.be
www.lesscouts.be > Animer > Alcool
Q uelques chiffres pour mieux cerner cette pratique : le binge drinking correspond à
une consommation moyenne de sept verres pour les garçons et six verres pour les filles
en moins de deux heures (source : National Institute on Alcohol Abuse and Alcoholism,
États-Unis).
Juin 2014 7
Utopia :
le nouveau projet des Scouts
Utopia, c’est un projet issu du contrat d’animation fédérale adopté
par les animateurs en 2013. Il interroge les adultes du mouvement
sur leurs attentes par rapport à la fédération.
Les animateurs scouts et les cadres locaux et fédéraux
consacrent un temps considérable à l’animation. Ils ne
comptent pas les heures passées avec les scouts, le staff
ou le staff d’unité à débattre, choisir et décider ensemble.
Sans doute parce qu’ils veulent donner leur avis et
participer à la vie de la section ou de l’unité.
Mais leur avis compte aussi pour la fédération !
Certains rassemblements sont organisés pour qu’ils
puissent s’exprimer (Odyssée, assemblée fédérale Loi et
Promesse, élection du président, etc.). Pourtant, le constat
est que la participation à ces événements est relativement
faible. Pourquoi ? C’est pour répondre à cette question
que le projet Utopia est né.
envoie-nous
14-18 : tes trésors !
Tu possèdes des cartes postales,
photos, anecdotes ou autres souvenirs scouts datant de la Première
guerre mondiale ?
En mai dernier, un questionnaire a été envoyé aux
8 500 animateurs et cadres locaux et fédéraux (dont nous
avions les adresses email) pour recueillir leur avis sur, entre
autres, la participation aux événements organisés par la
fédération.
Parallèlement, un grand jeu interactif a été lancé pour
inciter les unités à répondre au questionnaire.
Retrouve toutes les informations sur
www.lesscouts.be/utopia.
À l’agenda
LES ALUMNI VOUS INVITENT
AU CHÂTEAU DE COURRIÈRE
endez-vous le samedi
R
13 septembre dès 18h30.
Inscriptions : 02.508.12.00
ou [email protected]
Apéro + walking dinner.
Inscriptions avant le lundi
8 septembre.
Toute cette année, la nouvelle rubrique
du Ça se discoute « Pendant ce temps, en
14-18… » s’intéressera au rôle que nos ancêtres scouts ont joué pendant ce conflit. Elle
permettra aux animateurs de s’informer, mais aussi de participer au mieux, s’ils le désirent, à des commémorations
organisées près de chez eux.
Envoie-nous tes trésors à l’adresse [email protected]
lesscouts.be ou par la poste : Les Scouts - rue de
Dublin 21 - 1050 Bruxelles. Nous les numériserons et
te les renverrons dans les meilleurs délais.
Les photos publiées dans
cette revue sont utilisées
à titre informatif pour
illustrer les activités de
notre mouvement. Toute
ressemblance entre les
personnes qui s’y trouvent
et les situations décrites
serait purement fortuite
et involontaire.
Toute personne peut demander l’arrêt de l’utilisation d’une photo la représentant.
Éditeur responsable :
Laurent Deutsch
Rédacteur en chef :
Laurent Deutsch
Conception et réalisation graphique :
PAF !
Alumni est la revue de l’Association des Anciens scouts Baden-Powell de Belgique. Elle
est envoyée tous les trois mois au minimum
à tous les membres de l'association. Elle
permet de les tenir au courant de l’actualité
de l’association, du mouvement mondial et
de la fédération des Scouts.
Alumni
c/o Les Scouts ASBL
Rue Bâtis de Corère 6
5336 Courrière
www.alumniscouts.be
[email protected]
Les Anciens scouts Baden-Powell de Belgique
Société royale
Avec le soutien de :
Téléchargement