Evaluations CE1 mai 2010

publicité
Retour sur les évaluations
CE1 de mai 2011
Alain Riess
CPC Strasbourg 2
Animation du 7 décembre 2011
Un document de référence
http://www.circ-ien-strasbourg2.ac-strasbourg.fr/
Avec la souris
LECTURE
Déchiffrer des mots
Déchiffrer des mots
• Problème de segmentation des mots
• Le mot n’est pas contextualisé et peut ne pas
être connu (lexique courant)
• Certaines syllabes peuvent être décodées de
deux manières (ex ecs ou egs)
• Certaines syllabes sont complexes. (ponc ble char)
• Certaines graphies sont particulières. (tion ouill)
Déchiffrer des mots
• Aide à la segmentation :
• à l’aide d’un cache qui dévoile
progressivement les syllabes
• en favorisant les analogies avec des mots
connus (mots clés de référence)
Char
ge
ment
Déchiffrer des mots
plaisanterie
• En agissant sur le mot pour mieux le
segmenter : encadrer des syllabes,
rechercher des syllabes connues.
• En faisant chercher des syllabes manquantes
ou pirates.
• En faisant reconstituer le mot découpé en
syllabes
Déchiffrer des mots inconnus
• Ne pas avoir un déchiffrage linéaire :
apprendre à reconnaître (entourer) des
syllabes connues pour aider à segmenter :
• tion dans ponctuation
• te puis rie dans plaisanterie
• gé et tion dans exagération
Déchiffrer des mots inconnus
Donner l’occasion de déchiffrer des séries de
mots ayant des syllabes identiques :
Récréation
portion
Argumentation
Addition
augmentation
Travailler quotidiennement le déchiffrage
de 4 ou 5 mots difficiles du texte de lecture
• Mots tirés du texte de lecture.
• Partager les procédures employées :
reconnaissances de syllabes, segmentation.
• Une fois le mot déchiffré, le relire d’une trait
plusieurs fois, le retrouver dans le texte de
lecture.
• Garder des affichages (éventuellement
individuellement) pour les phonèmes les plus
complexes et les moins fréquents ( même au
CE2) et s’y référer lors de cet exercice de
décodage.
Lecture compréhension
Connaître l’origine des difficultés
La lecture des mots.
• La compréhension des mots (lexique)
• La compréhension de la phrase.
• La compréhension des liens entre deux phrases.
• Faire des liens entre les informations.
• Faire le lien avec des connaissances culturelles.
•
Connaître l’origine des difficultés
Des procédures de décodage insuffisamment
automatisées.
Travailler la reconnaissance orthographique des mots
Les mots qui sont les plus souvent lus sont les mots qui passent rapidement au
niveau de la reconnaissance orthographique du mot :
Prévoir à petite dose (Jeu de mise en forme par exemple) des séances avec
des mots courants avec retours fréquents.
Ce sont des jeux destinés à la fois à travailler la rapidité et la fluence
Le lexique
• un abri, un saule, genévrier, baies,
chêne, gland,…
se faire une image mentale des
choses désignées, les catégoriser.
Le lexique :
L’homme qui rarait des arbres :
Jean Giono
• C’était un beau jour de juin avec grand bruc,
mais, sur ces terres sans abri et hautes dans le
ciel, le maule borrait avec une brutalité
insupportable. Ses pardements dans les
carcasses des druiles étaient ceux d’un fauve
dérangé dans son partemal. Il me fallut lever le
camp. A cinq heures de grouche, je n’avais
toujours pas trouvé d’hun et rien ne pouvait me
donner l’espoir d’en trouver
9 mots de vocabulaire sur 78 mots
Le lexique :
L’homme qui plantait des arbres :
Jean Giono
• C’était un beau jour de juin avec grand soleil,
mais, sur ces terres sans abri et hautes dans le
ciel, le vent soufflait avec une brutalité
insupportable. Ses grondements dans les
carcasses des maisons étaient ceux d’un fauve
dérangé dans son repas. Il me fallut lever le
camp. A cinq heures de marche de là, je n’avais
toujours pas trouvé d’eau et rien ne pouvait me
donner l’espoir d’en trouver
La syntaxe
Mais il restait un petit oiseau qui avait une aile cassée et ne pouvait plus voler.
J’ai bien assez de mes branches à surveiller.
Tu pourras choisir la branche qui te plaira le plus.
Mais le sapin, le pin et le genévrier, qui avaient été bons pour le petit oiseau ,
avaient gardé leurs feuilles.
Pour comprendre, il faut d’abord identifier les
personnages d’un récit
• Repérer phrase par phrase les personnages et
leur ordre d’arrivée.
• Numéroter les lignes pour pouvoir faire un
retour au texte.
• Reprendre le texte par paragraphe en faisant
apparaître (s’ils arrivent) ou disparaissent (s’ils
partent) les figurines représentant les
personnages représentés par des figurines.
• Repérer toutes les indications de lieux. Y
placer les personnages au fur et à mesure que
le texte est lu.
Comprendre, c’est faire des liens
Relier des informations les unes aux
autres, en déduire d’autres.
Les oiseaux sont partis dans les pays chauds.
Le petit oiseau a une aile cassée
Il ne peut pas voler
Il a froid
Il cherche un abri.
Comprendre, c’est se faire un film de l’histoire
Des aides pour repérer les événements
et leur chronologie.
• Cette histoire est composée de différents
épisodes (des rencontres avec des arbres).
• Présenter des images séquentielles et
repérer les séquences dans le texte.
• Reconstituer l’ordre chronologique.
• Faire jouer l’histoire (dialogues).
VOCABULAIRE
Regrouper les mots par famille
Regrouper les mots par famille
• Qu’est-ce qu’une famille de mots?
• Comment l’introduire au CE1
• Comment la définir?
La famille du mot rouge
• Rouge
coquelicot
• Rougeole
sang
rougeâtre
Chaperon Rouge
tomate
rougir
feu
Notion de famille de mots et notion de champ
sémantique
Pourquoi structurer le vocabulaire?
Champs sémantiques
Familles de mots
Synonymes et antonymes
Sens propre et sens figuré (cycle 3)
Trouver le sens d’après le contexte
Champ thématique
Orthographe
Orthographier les mots d’usage
courant
• Le seul critère retenu est la fréquence (liste
publiée sur EDUSCOL)
• Une liste rassemblant près de 1500 mots, les
plus fréquents de la langue française, a été
constituée par le lexicologue Étienne Brunet.
Elle rend compte de la langue que lisent les
élèves francophones. Ces mots, extraits de
textes littéraires ou non, ont été ramenés à
leur base lexicale.
Chez (120ème)
pas (25ème)
comme
très
alors (91ème)
Evaluations
•
•
•
•
CE1
Combien 606ème mot
Toujours 103ème mot
Longtemps 335ème mot
Pourquoi 311ème mot
2010
• La mémorisation est aidée par un
rattachement à une série analogique ou par
un rattachement à une famille de mots.
Exemples
• Ceux qui se terminent par s (série
analogiques) :
• Dans pas plus mais sans sous alors
toujours puis toujours jamais très
Exemple
• Ceux pour qui ont peut donner des moyens
mnémotechniques :
• Toujours
tous les jours
• Longtemps
un long
temps
•
•
longue longueur
Grammaire
Reconnaître le verbe de la phrase
• Le gâteau était fameux
• Comment définir le verbe (ne pas utiliser
qu’un seul moyen de reconnaissance)
• Distinguer selon leur nature : les verbes, les
noms, les articles, les pronoms.
La nature d’un mot
• La nature d’un mot nécessite un travail vers
l’abstraction, c’est-à-dire faire des catégories
de mots ayant des propriétés communes (aller
vers un définition)
Un nom est un mot qui désigne une
personne, un animal, une chose.
Reconnaître le verbe de la phrase
• Le caramel bouillant colle à la langue
• Difficulté : bouillant / colle
• Jouer sur les changements de temps et les
substitutions dans la phrase (on substitue par
un mot de même nature)
• Il y a plusieurs manières complémentaires
pour reconnaître un verbe.
MATHEMATIQUES
Numération
Nommer les nombres
Problème des irrégularités en Français :
•Onze - douze - treize -quatorze-quinze
•soixante et onze : 6011
•Quatre-vingts : 420 ou 40
Observer les régularités
de la droite numérique
Une dénomination à l’oral ,irrégulière , et une écriture
régulière.
La numération chiffrée en base dix
est rythmée par les centaines et les
dizaines
Manipuler pour comprendre la
numération de position
• maths-cubes pour les groupements
•boîtes à œufs (par dizaine)
•des dominos
•des boîtes pic billes
•des bandes dizaines et unités
•Des abaques
Nommer les nombres
• Exemple :
69
1
Il y aura un échange : 10u
1d
6 dizaines jusqu’à soixante-neuf
J ’entends 60
7 dizaines à partir de soixante-dix
Nommer les nombres (2)
• Quatre mille trois cent quarante-sept
• Commençons donc par lire par la fin !
47
300
u de m C
4
d
3
mille
cent
u
4
7
Décomposer des nombres
• Le matériel Montessori
Un rituel : le nombre du jour
•
•
•
•
•
L’écrire avec des lettres
Le représenter avec du matériel divers.
Le décomposer (de plusieurs façons)
Trouver le prédécesseur et le successeur
Lui ajouter et retrancher 10 puis 100
Ecrire ou dire des suites de nombres
Hypothèses sur les erreurs
commises
• Pour la première suite (compter de 10 en 10), la
règle additive est relativement simple à trouver :
il faut augmenter le chiffre des dizaines de 1.
• La principale difficulté réside alors dans le
passage de la centaine.
Hypothèses sur les erreurs
commises
• Pour la dernière suite, il y a deux actions à
réaliser :
• Comprendre la suite logique.
• Continuer la suite.
• Difficulté supplémentaire: la compléter vers la
gauche (on recule.)
Remédiations possibles
•Apprendre à compter et décompter avec une frise
numérique (jeu d ’anticipation/ vérification; jeu des
coups frappés)
•Se référer souvent à une file numérique affichée en
classe ou individuelle (sous-mains par exemple)
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
Remédiations possibles
• Essayer de voir si les erreurs sont dues à des
problèmes de surcomptage et utiliser un
curseur avec la file numérique visible pour y
remédier.
18
21
20
22
21
22
23
23
24
24
25
25
26
27
Remédiations possibles
• Proposer des suites de nombres et faire
trouver la règle de fonctionnement de la suite
sous forme de situation problème : ne pas en
rester aux suites additives et soustractives.
Connaître les doubles et les
moitiés des nombres courants
Remédiations possibles
• Manipuler pour mémoriser des stratégies
permettant de trouver la moitié ou le double
d ’un nombre
Remédiations possibles
Utiliser des bandelettes de papier quadrillé pour
construire des bandelettes doubles ou moitiés
Remédiations possibles
•Inventer des jeux pour utiliser et mémoriser les doubles et les moitiés.
Exemples :
• Jeu des mariages : associer un nombre et sa moitié.
• Jeu de dominos :
23
50
100
40
La multiplication
6+6
9+5
9+8
7+4
7X2
6X4
3x5
9X4
Construction des tables de
multiplication
Avant toute tentative de mémorisation, il faut
construire les tables en manipulant.
Construire une image mentale
immédiatement visualisable
Construction des tables de
multiplication
Multiplié par ou fois ?
• Attention quand on introduit le sens de la
multiplication et quand on construit les tables :
• 3 multiplié par 4 c’est 3+3+3+3
• 3 fois 4 c’est 4+4+4
La mémorisation des tables
• S’appuyer sur des éléments faciles à
mémoriser : les carrés / le milieu de la table
(5 fois …) / la fin de la table (10 fois)
• Faire remarquer que si on sait 5 fois 3, il est
facile de trouver 6 fois 3, 7 fois 3.
• Travailler la systématisation sous diverses
formes, dont la forme ludique (loto, mémory,
jeu de mariages,…)
La technique opératoire de la
multiplication
• Une propriété importante à travailler
Pour faire
5 2
x
3
Je fais :
+ 50
x 3
+
2
x3
La distributivité
60 x 3
5x3
60 x 3
5x3
6
3
60
5
180
15
5
3
x
1
1 8
5
0
1
5
9
3 x5
3 x 60
Une autre manière très liée au sens
de la multiplication
1
2
X
5
3
7
5
Quelques réflexions sur la soustraction
Une opération à sens multiple
7 3 4
–6 2 8
Le sens “ enlever ”.
Ce sens est rapidement compris des
élèves, et permet d’introduire
facilement de signe -.
Le sens “ enlever ”.
• Du point de vue du calcul, ce sens est
particulièrement adapté lorsqu’on enlève
peu (par exemple 28 – 3) .
Le sens “ enlever ”.
• En effet, pour obtenir le résultat, l’élève
peut dessiner des images et en barrer 3
ou bien, s’il effectue un réel calcul,
décompter ou reculer (27, 26, 25).
• Mais il faut avoir conscience qu’il ne recouvre
pas toutes les situations soustractives et c’est
ce que les élèves ont du mal à admettre.
• C’est cette polysémie qui pose problème
2ème sens
• Pour résoudre le problème suivant :
Stéphanie avait 42 images. Sa maman lui
donne des images. Stéphanie a maintenant 60
images. Combien d’images lui a donné sa
maman ?
Sens « aller à »
• La perception de l’élève est
manifestement de compléter 42 pour
obtenir 60, c’est-à-dire d’aller de 42 à 60
Il en résulte la possibilité de réaliser des
calculs en faisant des « bonds » sur la
droite numérique :
de 12 à 20 :
8
de 20 à 25
5
de 12 à 25
13
?
TOUT
Partie 1
Une manière de traduire le complément est
« l’addition à trou ».
L’utilisation d’une telle écriture est délicate
pour certains enfants, dans la mesure où
elle rompt avec la représentation
traditionnelle d’une opération : on opère
sur le premier nombre.
Du point de vue du calcul, ce sens facilite
la recherche du résultat d’une
soustraction dans le cas où on enlève
beaucoup (2 termes proches)
Par exemple, pour calculer 41 – 38, il
est plus simple de procéder par
surcomptage que de décompter:
39, 40, 41 ; 41 – 38 = 3)
La représentation de la droite numérique
est une visualisation intéressante de ce
sens :
25 – 12
3ème sens
Antoine a 13 images et Lucas a 28 images. Qui
a le plus d’images ? Combien en a- t-il en plus ?
Le résultat se trouve à droite (pour l’opération
en ligne) ou en dessous (pour l’opération
posée)
45+ ….. = 53
45
+
53
Le sens « écart ».
Ce sens est présent dans les problèmes
de comparaison :
Antoine a 13 images et Lucas a 28 images. Qui
a le plus d’images ? Combien en a- t-il en plus ?
Le sens « écart » a certaines
caractéristiques
Il est commutatif :
l’écart entre A et B est aussi l’écart entre
B et A.
• Il faut d’abord
transformer le
problème en une
situation d’égalisation :
combien faut-il donner
d’images à Antoine
pour qu’il en ait autant
que Lucas ?
Matthieu
Lucas
Il faut bien prendre conscience que rien, dans cet
énoncé n’invite à la soustraction 28 – 13 et que
fournir une telle écriture manifeste déjà une réelle
expertise.
Cependant, le déplacement sur la droite
numérique dans le sens « négatif » (de B vers
A) est envisageable.
0
13
28
Ce qui conduit à un glissement vers le
sens « pour aller à ».
Du point de vue du calcul, on observe que
les deux sens « pour aller à » et « écart »
sont assez proches
Des conséquences pédagogiques
• Faire des tris de problèmes soustractifs en les
associant à une représentation.
• Utiliser la droite numérique avec des curseurs
(trombones) et autoriser cet usage lors de la
résolution de problème.
• Distinguer sens de l’opération et technique de
calcul pour la soustraction
Techniques opératoires de la
soustraction
-
7
2
5
1
9
8
Les deux sens de la division
•
40 : 5
Division- partage : les 24 élèves doivent se
partager en deux groupes égaux
Je coupe 24 en deux parties
La division au CE1
Division partage
• Partager en deux parties égales
• Partager en cinq parties égales.
Un matériel très intéressant pour
la division et la multiplication : un
quadrillage et des jetons
Dans ce cas de figure, le symbole diviser ( : )
peut être introduit après plusieurs
manipulations.
A droite du symbole : on a le nombre qui
indique en combien de parties le nombre a
été divisé.
100: 5
(On partage en 5 parties)
Division-quotition : les 24 élèves se mettent par
groupes de 2
Très liée à la multiplication
Remédiations et aides possibles
• Manipuler souvent pour partager en deux.
• Apprendre à situer un nombre sur la file
numérique graduée de 5 en 5 et apprendre à
chercher systématiquement le multiple de 5
immédiatement inférieur au nombre donné.
0
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
35
36
37
38
39
40
41
42
43
44
45
46
47
48
49
50
51
52
53
54
55
56
57
58
59
60
61
62
63
64
65
66
67
68
69
70
71
72
73
74
75
76
77
78
79
80
81
82
83
84
85
86
87
88
89
90
91
92
93
94
95
96
97
98
99
Téléchargement
Random flashcards
Ce que beaucoup devaient savoir

0 Cartes Jule EDOH

TEST

2 Cartes Enrico Valle

relation publique

2 Cartes djouad hanane

Algorithme

3 Cartes trockeur29

Créer des cartes mémoire