1 L`adaptation de l`organisme à l`effort physique - BP APT SXM 15-16

publicité
Chapitre 1 : L’adaptation de l’organisme à l’effort physique
Tout mouvement, du clignement de l’œil à la course de marathon dépend du bon fonctionnement des muscles. Les
cellules musculaires, comme la plupart des cellules, ont besoin de dioxygène et de nutriments (glucose) pour
produire l’énergie nécessaire à leur activité.
Comment évoluent ces besoins lors d’un effort? Comment l’organisme entier permet-il ces modifications ?
I)
Evolution des besoins des cellules musculaires pendant l’effort physique
A) Evolution des besoins en dioxygène des cellules musculaires :
Pendant un effort physique, la consommation par les cellules musculaires en O2 augmente.
Les cellules musculaires sont approvisionnées en permanence en O2 par le sang, il n’existe pas ou quasiment pas
de réserve d’O2 dans le muscle.
B) Evolution des besoins en glucose des cellules musculaires :
La consommation de glucose augmente pendant l’effort et plus l’effort physique pratiqué est intense plus la
consommation par les muscles de glucose augmente.
Les cellules musculaires sont approvisionnées en permanence en glucose par le sang. Elles peuvent stocker du
glucose sous forme de glycogène. Elles disposent ainsi en permanence de réserves de nutriments.
II)
Variations des paramètres physiologiques pendant l’effort physique
A) Effort physique et fonctionnement du système cardiaque:
Lors d’un effort physique :
- La fréquence cardiaque (FC), nombre de battements du cœur par minute, augmente. Toutefois, il
existe une fréquence cardiaque maximale (FCmax) qu’on ne peut pas dépasser et qui dépend de l’age
(FCmax = 220 – âge).
- Le volume d’éjection systolique (VES) augmente également : c’est le volume (en litre) de sang
éjecté du cœur à chaque battement.
B) Effort physique et fonctionnement du système respiratoire :
Lors d’un effort physique :
- La fréquence respiratoire (FR), nombre de mouvements respiratoires (inspiration + expiration) par
minute, augmente.
- Le volume courant (VC) augmente également : c’est le volume (en litre) d’air renouvelé dans les
poumons à chaque cycle respiratoire.
- Le débit ventilatoire augmente donc également comme il est égal à la fréquence respiratoire x
volume courant.
Conclusion :
Lors d’un effort physique, les modifications rapides de l’activité des systèmes cardiaques et respiratoires sont des
adaptations qui permettent à l’organisme de prélever d’avantage de dioxygène dans l’environnement et de satisfaire
les besoins accrus en énergie des muscles en activité.
Téléchargement
Random flashcards
Anatomie membre inf

0 Cartes Axelle Bailleau

Fonction exponentielle.

3 Cartes axlb48

relation publique

2 Cartes djouad hanane

Chapitre 1

11 Cartes Sandra Nasralla

groupes caractéristiques

7 Cartes marionjoseph

Créer des cartes mémoire