Marchés Immobilier Initiatives Institut Montaigne Billet des

publicité
Marchés
Immobilier
Initiatives
Institut Montaigne
Billet des gérants
Opportunités
Un autre Reg’Art L’Objet du mois
Économie circulaire : réconcilier croissance et environnement
Les bénéfices attendus d’une transition vers l’économie circulaire
-
-
-
Dans son nouveau rapport, l’Institut Montaigne invite à changer de
paradigme : passer d’une économie linéaire à une économie
circulaire. Les engagements de réduction de gaz à effet de serre pris
lors de la COP21 - il nous faudra réduire de 40 à 70% les émissions
de gaz à effet de serre d’ici 2050 - appellent à relever un défi aussi
complexe qu’ambitieux : proposer un nouveau modèle de croissance compatible avec les équilibres naturels de notre environnement, le développement économique et la responsabilisation des
citoyens et consommateurs.
« Lutter contre le changement climatique n’est plus un pari sur l’avenir,
mais bien une urgente nécessité. Or, si nous voulons également préserver la création de richesses sur le long terme, nous devons repenser nos
modèles économiques pour les rendre à la fois pérennes et compatibles
avec la préservation de notre environnement. C’est une formidable
opportunité pour accélérer la transition vers une économie circulaire »,
déclarent d’une voix commune Jean-Louis Chaussade, Directeur Général
de Suez et Jean-Dominique Senard, Président de Michelin, tous deux
présidents du groupe de travail de l’Institut Montaigne.
À l’échelle globale, l’économie circulaire permet de déconnecter la
croissance économique de la consommation de matières premières
et de ressources énergétiques afin de préserver l’environnement ;
À l’échelle d’un territoire ou d’un pays, elle offre la possibilité de
lutter contre les risques d’épuisement des ressources naturelles et
de gestion des diverses externalités (déchets, pollution…), d’éviter
la délocalisation de certaines productions et donc de constituer de
nouveaux bassins d’emplois et d’améliorer la balance commerciale ;
À l’échelle des acteurs économiques, elle présente de nombreux
intérêts, pour les entreprises comme pour les consommateurs :
• pour les entreprises, elle sécurise l’accès aux ressources et
protège contre la volatilité des prix des matières premières tout
en créant de nouvelles opportunités d’affaires ;
• pour le consommateur, le développement de l’économie circulaire
se veut source de valeur supplémentaire, soit parce qu’il lui offre
un bien identique à un coût inférieur, soit parce qu’il lui permet de
disposer de fonctionnalités supérieures. Ainsi, en achetant des
appareils électroménagers éco conçus, le consommateur accepte
certes de le payer plus cher, mais il obtient en contrepartie la
garantie de pouvoir le (faire) réparer sur une période plus longue,
et donc d’en prolonger l’usage, et donc de repousser le remplacement par un bien neuf. Sur la période complète d’usage, il est
donc gagnant.
8 propositions pour passer d’un modèle linéaire à un modèle
circulaire.
Au cours du XXe siècle, le prix des principales ressources naturelles a
été quasiment divisé par deux en monnaie constante, alors que la
population mondiale a quadruplé et que la production économique
mondiale a été multipliée par 20, provoquant une hausse de la
demande de l’ordre de 600% à 2 000% selon les ressources. Pourtant,
la transition vers une économie plus circulaire continue de prendre la
forme d’initiatives individuelles et éparses. Il s’agit en effet d’adopter
une approche globale afin de faire évoluer les comportements tant des
producteurs que des consommateurs, et d’éviter les effets pervers
auxquels conduirait une optimisation à un unique maillon de la chaîne.
Qu’est-ce que l’économie circulaire ?
La transition vers une économie circulaire concerne « l’ensemble des
transformations qui permettent de poursuivre la création de valeur pour
les différents acteurs économiques (dont les consommateurs finaux),
en préservant le capital naturel et en utilisant de moins en moins des
ressources existant en quantité limitée ». C’est la définition retenue
pour ce travail.
Cette transition appelle le passage d’un modèle de société linéaire,
fondé sur la logique « extraire, produire, consommer, jeter », à un
modèle circulaire qui repose sur l’innovation et la collaboration de tous
les acteurs économiques et au sein duquel les déchets et les rejets
deviennent des ressources.
Proposition 1 : promouvoir l’économie circulaire au niveau international comme levier permettant de répondre aux enjeux environnementaux mondiaux.
Proposition 2 : mesurer la transition circulaire de manière harmonisée
au niveau européen et fixer des objectifs à moyen terme.
Proposition 3 : adapter le cadre réglementaire pour favoriser la transition vers l’économie circulaire.
Proposition 4 : donner un prix aux externalités négatives pour faire de
l’économie circulaire un terrain de jeu équitable.
Retrouvez toutes nos autres propositions et leur mode d’emploi
pour réussir cette transition. Télécharger ici le rapport
1
Gestion Privée d’AXA France – Novembre 2016
Téléchargement
Explore flashcards