Points à explorer

publicité
Conception et Evaluation d'IHM
L'enseignement de conception et d'évaluation d'IHM s'appuie sur un mini projet dans lequel les
concepts vus en cours doivent être mis en pratique
De nombreuses séances encadrées sont au programme du module
2 enseignants: un informaticien (pinna@polytech.unice.fr) et un ergonome (giboin@sophia.inria.fr)
sont là pour guider le travail tout au long du module
Mini Projets
Chaque groupe doit
à partir de l'expression de besoins utilisateurs (récoltés via des interviews, questionnaires..)
identifier le voire les points nécessitant un approfondissement
établir un modèle d taches de l'application à fournir,
mettre en œuvre une maquette,
la faire évaluer et
renouveler au moins une fois le cycle si nécessaire
Modalités
Constituer des groupes de 3 ou 6 étudiants les groupes doivent être mixte 1 formation Socio Ergo et
2 formations EPU/Master ou mixte 2 formation Socio Ergo et 4 formations EPU/Master
Dans chaque groupe tous les étudiants ont le même rôle : un rôle d'ergonome plus qu'un rôle
d'informaticien
L'évaluation sera en deux temps : une évaluation du travail du groupe et une évaluation individuelle
des acquis de chaque étudiant dans le module au travers de son investissement et apport dans le
travail commun
Attention à identifier des taches précises et à bien se répartir le travail
1ere étape : construire son étude à partir des contextes applicatifs proposés , faire valider son
groupe et son sujet. Pour chaque sujet préciser les utilisateurs visés.
Cadre applicatif
Les cadres applicatifs proposés sont issus de problématiques posées aux équipes de recherche
auxquelles vos enseignants appartiennent : RAINBOW et WIMICS et correspondent à des
sollicitations de professionnels autour d'applications à mettre en place dans un futur proche
1. Les maisons de santé (AM Dery)
Le concept de PSP (“Pôles Santé de Proximité” ou, dit simplement, “Maison/Pôle de Santé”) a été
introduit suite à la loi HPST du 21 juillet 2009, relative à la réforme du système de santé publique,
permettant aux professions de santé du secteur ambulatoire de se regrouper dans les SISA (Société
Interprofessionnelle des Soins Ambulatoires) qui ont pour objectif de renforcer le suivi de la santé et
les soins des personnes dans leur vie quotidienne, par des actions interprofessionnelles
coordonnées.
Cette réforme vise à une évolution du système de santé publique vers une nouvelle répartition et
coordination des soins entre secteurs hospitalier et ambulatoire permettant une meilleure maîtrise
de la dépense publique tout en renforçant la qualité des soins. En particulier, les maisons et les pôles
de santé ont été pressentis comme des « structures et lieux de référence de l’ETP [Education
thérapeutique du patient] en ambulatoire »1. Avec l’ETP, « ce sont des professionnels de la santé qui
vont transmettre une partie de leurs savoirs et de leur savoir-faire au patient »2.
2. Les personnes dépendantes au domicile (A. Giboin)
La population vieillissante pose le problème de l'accès aux structures d'accueil : maisons de retraite
médicalisées ou non, services de gérontologie... Les aides de l'état se font de plus en plus
nombreuses pour que les personnes dépendantes âgées ou en situation de handicap puissent rester
au domicile. Le problème est vaste comment permettre à ses personnes de vivre le plus aisément
possible leur quotidien et d'avoir une qualité de suivi et de soins nécessaires.
3. Le suivi de patient équipé de capteurs médicaux (AM Dery)
Suivre le fonctionnement d'un implant (cochléaires/cardiaque) du côté patient et du côté des
spécialistes afin de pouvoir intervenir en cas de mauvais fonctionnement
Une personne implantée peut être gênée dans son quotidien, il est important d'identifier si cette
gène est liée à des problèmes de dysfonctionnement de l'implant. Pour cela il est envisagé d'équiper
le patient d'un dispositif de surveillance sur son mobile et d'avoir également u dispositif de
surveillance avec activation d'alertes en cas de dysfonctionnement pour les spécialistes. Etude l'aide
des spécialistes des IHM de surveillance du des spécialistes de la santé en prenant en compte les
besoins et les spécificité des dispositifs choisis.
PROJET DE RECHERCHE STM3
4. Les systèmes de recommandation (A. Giboin)
Les systèmes de recommandation d’articles de mode, de séjours touristiques, de restaurants... sont
des sujets de préoccupations pour les entreprises qui offrent des services sur le web sur mobile ou
sur fixe. Les questions que se posent les fournisseurs de tels ervices sont : comment amorcer le
système, comment introduire une part d'inattendu... . Par « amorcer » on entend fournir au système
des informations sur l’utilisateur permettant une meilleure adaptation des recommandations. La
question qui se pose est quels sont les réels besoins des utilisateurs finaux pour ce type
d'applications
1
Cf. http://education-sante-patient.etud.univmontp1.fr/files/2010/07/Rapport_Education_therapeutique_du_patient1.pdf
2
Cf. http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89ducation_th%C3%A9rapeutique_du_patient
5. L es applications de continuité de services (AM Dery)
Les applications de continuité des services multi support en mobilité font partie des applications que
nous rencontrerons le plus souvent dans l'avenir. Inspirez vous des applications du module d
développement des années passées pour proposer un sujet. Tous les cadres applicatifs précédents
peuvent être sources d'applications de continuité de services
Parcours IHM 2012-2013 – Module
CEIHM : Exemple de Sujets de miniprojets
GPSP : Groupe « Pôle Santé Proximité »
Contact : Anne-Marie Dery, Alain Giboin
Contenu
Sujet : Système de veille avec capteurs pour seniors ............................................................................. 4
Sujet : Système de délégation de tâches de soins (médecine participative ou médecine 2.0) .............. 6
Sujet : Visualisation d’ECG adaptées au contexte d’usage ..................................................................... 7
Sujet : Système de diffusion de l’information dans un pôle santé : maison médicale ........................... 8
Sujet : Zone de captures d’informations médicales : maison médicale .................................................. 9
Sujet : Système de veille avec capteurs pour seniors
Sujet :
Etude d’un système permettant de collecter les informations médicales de personnes âgées à
destination des proches ou des professionnels de la santé.
Cadre 1 : Permettre aux proches d’une personne âgée de veiller sur elle (prévention) ; permettre à la
personne âgée d’être rassurée. Permettre au voisin d’une personne âgée d’alerter un proche de
cette personne.
Cadre 2 : Permettre aux membres du réseau autour de la personne âgée de savoir qui doit/peut
prendre en charge la situation et qui l’a prise en charge, bref d’avoir une meilleure visibilité des
actions des membres du réseau de surveillance de la personne âgée
Cadre 3 : Suivi de posologie à distance. Par exemple, éviter/prévenir les effets secondaires dus à la
prise d’AVK (Anti-Vitamine K)
Utilisateurs : Personne âgée, famille, voisins, professionnels de la santé
Commanditaire : à déterminer.
Permettre le maintien des personnes âgées à domicile est un enjeu prioritaire pour le bien-être de
ces personnes. Cependant, il est nécessaire de fournir de l’aide, parfois à distance, pour limiter les
effets de l’isolement. Tenir informée la famille, permettre aux voisins de donner l’alerte, permettre
un suivi journalier à distance et sans contrainte, fournir les informations aux personnels de santé
visitant les personnes âgées ou pour les interventions d’urgence, etc.
Premier exemple : les accidents domestiques. Dans une année, le nombre de personnes âgées ayant
fait une chute dépasse les 3 millions. Pour prévenir ces chutes ou donner l’alerte en cas de chute,
plusieurs solutions ont été proposées. L’une de ces solutions, qui existe sur le marché, consiste à
doter de différents capteurs l’appartement de la personne âgée vivant seule et d’envoyer les
informations issues de ces capteurs aux proches de la personne âgée, lesquels avisent des actions à
entreprendre. C’est le cas, par exemple, de l’application Senioralerte
(http://www.senioralerte.com/teleassistance-active/demonstration.php), qui inclut des capteurs de
mouvement, un capteur de température ainsi que des détecteurs d’ouverture sur la porte d’entrée,
la porte du réfrigérateur et la boîte à médicament.
Autre exemple, le système d’alerte pour personnes âgées Famillassist (http://www.famill-assist.fr/)
consiste en un transmetteur permettant « en un simple geste de répondre aux appels téléphoniques,
et de joindre ses proches en cas de besoin ou d'urgence (chute, malaise...) ». Famillassist permet
donc d’envoyer des appels et de répondre à des appels. Côté envoi d’appels par la personne âgée,
Famillassist propose ce que l’on pourrait appeler une « chaîne d’appels » : des numéros préenregistrés sont appelés successivement par le transmetteur : ces appels alertent des personnes de
l’entourage de la personne âgée. La première personne disponible répond à l’appel de la personne
âgée. Si une personne se trouve dans l’appartement de la personne âgée, il peut se substituer à cette
dernière et utiliser Famillassist.
Dernier cas d’utilisation : le suivi de posologie à distance. Certains médicaments sont
particulièrement complexes à prescrire, les médecins devant maximiser les effets positifs en
minimisant les effets indésirables. Par exemple, les AVK sont des anti-vitamines efficaces dans le
traitement des maladies thrombo-emboliques. Leur effet dans l’organisme étant imprévisible, on ne
peut pas prescrire de dose formelle d’AVK : il faut adapter cette dose à chaque individu. Le dosage
d’AVK est une tâche à la fois complexe et critique. Une dose inappropriée peut causer une
hémorragie ; en outre, plus la personne est âgée, plus les risques de « morbi-mortalité » (c’est-à-dire
de survenue d’un décès, d’une complication ou d’un événement pouvant causer un dommage au
patient) sont importants.
Points à explorer :



Compromis entre l’acceptabilité des capteurs par la personne âgée et les informations que
son entourage a besoin d’avoir pour juger de la gravité de la situation
Le problème avec les capteurs, c’est qu’ils ne sont pas forcément acceptés par les personnes
âgées, ou qu’ils ne fournissent pas les informations nécessaires à l’entourage pour juger de la
gravité de la situation. L’objectif sera dans un premier temps d’évaluer l’adéquation des
capteurs proposés par Senioralerte et, dans un deuxième temps, de proposer une solution
mieux adaptée.
Définir le « réseau de surveillance » de la personne âgée, les rôles des membres de ce
réseau. Identifier le réseau des personnes à contacter ; déterminer qui contacter en premier,
en second, etc., quand ;
Supports à privilégier : Capteurs, dispositifs mobiles, supports fixes à la maison
Sujet : Système de délégation de tâches de soins (médecine
participative ou médecine 2.0)
Objectifs : Permettre aux médecins, personnel médical, de déléguer certaines tâches de soins aux
proches de la personne âgée, en accord avec ces derniers ; permettre aux proches d’être conseillés
dans ces tâches.
Utilisateurs : Médecins, personnel médical, famille, voisins
Commanditaire : à déterminer.
Sujet :
Les professionnels de la santé l’affirment : dans les années qui viennent, on va manquer de métiers
de santé. Pour pallier ce manque, ces professionnels proposent de faire participer davantage les
« non-professionnels de la santé » (famille, aidants occasionnels…) aux tâches de soin : ils envisagent
de leur déléguer certaines de ces tâches.
L’objectif est de concevoir un système de médecine participative (ou médecine Web 2.0) dédié à la
délégation de tâches.
Ce système pourra être basé sur un système de gestion des relations sociales. Ce système pourrait
permettre de créer des « communautés » dynamiquement (les professionnels « intervenant » au
près d’une personne), de faire circuler l’information utile entre ces professionnels, d’incorporer la
famille si nécessaire, etc.
Un exemple d’un tel système est la plate-forme ISICIL, conçue dans le cadre du projet ANR ISICIL.
Points à explorer :




Déterminer les tâches de santé pouvant être déléguées
Identifier les non-professionnels de la santé à qui ces tâches peuvent être déléguées
Préciser les moments où les professionnels de la santé peuvent être sollicités pour aider les
non-professionnels
Déterminer les fonctionnalités du système de gestion des relations sociales pouvant servir à
la délégation des tâches de soin
Supports à privilégier : supports mobiles (téléphone Androïd), PC
Sujet : Visualisation d’ECG adaptées au contexte d’usage
Objectifs : Faciliter le suivi et le diagnostic de maladies cardiaques nécessitant la pose de pacemakers
Utilisateurs : Médecins, patient, famille
Commanditaire : SORIN et contrat STM3
Les outils d’aide au diagnostic de maladies cardiaques sont actuellement proposés sur du matériel
informatique traditionnel. La question se pose de migrer vers des tablettes ou d’autres surfaces
tactiles pour faciliter l’usage pour les praticiens et vers les téléphones portables pour les malades
implantés.
Points à explorer :


Analyse des besoins et propositions de visualisations adaptées selon l’utilisateur et le
dispositif
Le projet STM3 propose déjà des solutions via un site web qu’il s’agit de confronter aux
usages et d’adapter aux plates-formes visées
Supports à privilégier : dispositifs mobiles et tactiles
Sujet : Système de diffusion de l’information dans un pôle santé :
maison médicale
Objectifs : Repenser le concept de salle d’attente dans un cabinet médical en profitant pour diffuser
des informations utiles et pertinentes dans différents lieux
Utilisateurs : Personnels de santé, patient, famille
Commanditaire : Mireille Blay-Fornarino, à confirmer (ou Philippe Renevier-Gonin)
Contexte : Le concept de PSP (“Pôles Santé de Proximité” ou, dit simplement, “Maison/Pôle de
Santé”) a été introduit suite à la loi HPST du 21 juillet 2009, relative à la réforme du système de santé
publique, permettant aux professions de santé du secteur ambulatoire de se regrouper dans les SISA
(Société Interprofessionnelle des Soins Ambulatoires) qui ont pour objectif de renforcer le suivi de la
santé et les soins des personnes dans leur vie quotidienne, par des actions interprofessionnelles
coordonnées.
Cette réforme vise à une évolution du système de santé publique vers une nouvelle répartition et
coordination des soins entre secteurs hospitalier et ambulatoire permettant une meilleure maîtrise
de la dépense publique tout en renforçant la qualité des soins. En particulier, les maisons et les pôles
de santé ont été pressentis comme des « structures et lieux de référence de l’ETP [Education
thérapeutique du patient] en ambulatoire »3. Avec l’ETP, « ce sont des professionnels de la santé qui
vont transmettre une partie de leurs savoirs et de leur savoir-faire au patient »4.
Sujet :
Dans un cabinet classique de médecine, la zone où les patients attendent se résume généralement à
une « salle d’attente » avec des magazines, des jeux pour les enfants, des télévisions dans certains
cas. Dans une maison ou un pôle santé, on voudrait repenser cette zone en imaginant des lieux de
vie dans lesquels seraient diffusées des informations utiles et pertinentes pour les patients. Plus
précisément, l’objectif est d’imaginer un aménagement des lieux d’attente d’une maison ou d’un
pôle de santé permettant d’utiliser le temps d’attente du patient pour l’« éduquer
thérapeutiquement ».
Points à explorer :



Analyser les attentes et besoins des patients et de leur famille en éducation thérapeutique
(qu’aimeraient-ils qu’on leur apprenne ?).
Analyser les objectifs d’ETP des professionnels de la santé (médecins, infirmières…) ;
identifier les informations à transmettre.
Proposer des lieux et des supports de visualisation adaptés ainsi que des sources
d’informations pertinentes
Supports à privilégier : dispositifs mobiles, tables et murs tactiles
3
Cf. http://education-sante-patient.etud.univmontp1.fr/files/2010/07/Rapport_Education_therapeutique_du_patient1.pdf
4
Cf. http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89ducation_th%C3%A9rapeutique_du_patient
Sujet : Zone de captures d’informations médicales : maison médicale
Objectifs : Repenser le principe de visite médicale en proposant des zones (lieux adaptés) qui
permettent de faire les mesures nécessaires au diagnostic et de les transmettre au médecin pour la
visite en privilégiant l’usage de capteurs.
Utilisateurs : Personnels de santé, patient, famille
Commanditaire : à déterminer.
Contexte : Le concept de PSP (“Pôles Santé de Proximité” ou, dit simplement, “Maison/Pôle de
Santé”) a été introduit suite à la loi HPST du 21 juillet 2009, relative à la réforme du système de santé
publique, permettant aux professions de santé du secteur ambulatoire de se regrouper dans les SISA
(Société Interprofessionnelle des Soins Ambulatoires) qui ont pour objectif de renforcer le suivi de la
santé et les soins des personnes dans leur vie quotidienne, par des actions interprofessionnelles
coordonnées.
Cette réforme vise à une évolution du système de santé publique vers une nouvelle répartition et
coordination des soins entre secteurs hospitalier et ambulatoire permettant une meilleure maîtrise
de la dépense publique tout en renforçant la qualité des soins.
Sujet :
Selon les spécificités médicales et celles du patient, les mesures effectuées en consultation peuvent
être le poids, la taille, la tension, le rythme cardiaque, le vue…
La proposition serait d’imaginer un parcours adapté à chaque patient en fonction des raisons de sa
consultation et des besoins du praticien rencontré ; tout au long de son parcours, le patient pourrait
– à l’aide de capteurs mis à disposition – récupérer les mesures utiles et les transmettre aux
praticiens concernés.
Points à explorer :


Identifier les types de capteurs et leur disposition
Proposer es visualisations adaptées des données capturées selon l’utilisateur
Supports à privilégier : dispositifs mobiles, tactiles et PC
Téléchargement
Random flashcards
Commune de paris

0 Cartes Edune

aaaaaaaaaaaaaaaa

4 Cartes Beniani Ilyes

Chapitre 1

11 Cartes Sandra Nasralla

Créer des cartes mémoire