contexte et objecifs de l`etude

publicité
CHAPITRE 1 : CONTEXTE ET OBJECTIFS DE L’ETUDE
INTRODUCTION
Le Niger a élaboré un document de stratégie de réduction de la pauvreté en 2002. Il ressort
des études sectorielles sur la population que ce document, qui a déjà connu un début
d’exécution au cours des années antérieures, comporte des insuffisances liées à la non prise en
compte des variables démographiques dans la réalisation des programmes sectoriels de
réduction de la pauvreté alors même que la croissance démographique rapide constitue l’un
des défis majeurs du développement économique et social du pays.
L’exécution efficace de la stratégie de réduction de la pauvreté au Niger nécessite donc la
mise à jour des informations statistiques et démographiques sur les interrelations population et
développement. Une exploitation approfondie des principaux résultats issus des sources des
données actuellement disponibles permet de faire le point des indicateurs statistiques,
socioéconomiques et démographiques qui contribuent au suivi et à l’évaluation des
programmes sectoriels de développement économique et social.
Le présent chapitre illustre la nécessité de prendre en compte les indicateurs de natalité et
de fécondité dans l’élaboration, l’exécution, le suivi et l’évaluation des politiques et
programmes sectoriels de développement. A cet effet, nous rappelons d’abord le contexte
physique, politique, administratif, économique et démographique du Niger avant d’aborder la
justification de l’étude de la natalité et de la fécondité.
1.1 : P RESENTATION DU NIGER
La présentation du Niger porte sur la situation géo-climatique, l’organisation
administrative et politique, la situation économique et sociale et enfin sur la dynamique
démographique.
1
1.1.1 : Situation géo-climatique
Ancienne colonie française ayant acquis son indépendance le 3 août 1960, le Niger est
limité au Nord par l’Algérie et la Libye, au sud par le Nigeria et le Bénin, à l’Ouest par le
Burkina Faso et le Mali, et à l’Est par la République du Tchad. Cette situation géographique
lui confère des aspects physiques et climatiques peu propices à l’agriculture et à l’élevage qui
constituent, pourtant, les deux principales mamelles de l’économie nationale.
1.1.1.1
: Aspects physiques
Deux bassins sédimentaires et trois régions de socle caractérisent le relief au Nige r. Le
bassin Oullimenden, avec une structure monoclinale orientée vers le Sud-ouest, s’étend de
l’Aïr au Nord au plateau du Liptako à l’Ouest. Ce bassin sédimentaire présente en son sein
certaines artères du réseau hydrographique actuel. Il y a également le bassin sédimentaire du
Tchad dont le Niger ne possède que sa partie nord occidentale. A ces deux grands bassins, il
faut ajouter ceux du Tamesna, du Djado, de Termit et de Bilma.
Les régions de socle sont constituées de l’Aïr, des hauts plateaux du Nord-Est et des
basses terres du Sahara. Elles se caractérisent par une série de massifs montagneux et de
dunes de sable qui entourent quelques pénéplaines entaillées par un réseau hydrographique
hiérarchisé qui facilite le développement de vies humaines par endroit, notamment sur les
oasis. La majeure partie du pays, soit les deux tiers du territoire national, est ainsi composée
de massifs et de déserts peu habitables. Les résultats définitifs du troisième recensement
général de la population et de l’habitat réalisé en mai-juin 2001 révèlent une densité moyenne
de moins d’un habitant au Km² dans cette région du pays.
La partie restante, essentiellement composée des plateaux du Sud, est une bande de
terre de 1.300 km de long et 200 km de large. Elle comprend la vallée du fleuve Niger à
l’Ouest, l’Ader, les Goulbi, le Tégama et le Tadress au centre et enfin le Damagaram, le
Mounio, le Damergou, le Koutous et le pays Manga à l’Est. Cette zone, caractérisée par un
ensablement progressif, laisse apparaître quelques collines granitiques et des buttes témoins.
C’est principalement dans cette zone tampon entre le Sahara et la région soudanienne du
continent africain que se développent, dans des conditions climatiques très aléatoires,
2
l’agriculture et l’élevage qui cons tituent les principales ressourcent du Niger. Il ressort de la
description du relief que sur une superficie de 1.267.000 km2 moins de 500.000 km2 sont
habitables. En 2001, la densité moyenne de cette région du pays varie entre 15 et 120
habitants au Km² selon le département de résidence (Niger, 2005a). C’est donc sur le tiers de
l’étendue du pays que se concentre le peuplement humain.
Il en est de même du réseau hydrographique et des conditions climatiques propices à
l’agriculture et à l’élevage. Trois saisons rythment la vie des populations. Il s’agit de la saison
sèche et froide (novembre à février), de la saison sèche et chaude (mars à juin) et enfin de la
saison des pluies qui s’étalent de juillet à octobre avec des précipitations très variables. La
saison sèche et froide se caractérise par une basse hygrométrie, des journées courtes et une
atmosphère sèche. La température moyenne à midi est de 30°c à l’ombre alors que
l’amplitude diurne varie de 15 à 18°c. Les matinées sont ressenties comme très fraîches à
cause de l’Harmattan qui draine dans son sillage des vents en provenance du Nord-est
responsables des basses températures du moment.
L’Harmattan continue à souffler d’avril à mai avec des vents de brume sèche
atteignant six à dix mètres par seconde. Au cours de cette saison sèche et chaude, la
température moyenne journalière tourne autours de 42-43°c avec une amplitude diurne
moyenne de pas moins de 30°c. Le paroxysme est atteint en mai avec des températures de
46°c pendant plusieurs semaines. Les mo is de juin et d’octobre qui encadrent la saison des
pluies sont aussi difficiles à supporter à cause de l’hygrométrie élevée et des nuits moites dues
à l’incapacité de la mousson à provoquer l’orage. Au cours des mois de juillet, août et
septembre la mousson s’installe et occasionne des pluies régulières. Les températures sont
douces et la végétation régénère sur toute la bande sahélo-soudaniènne du pays.
3
3°
0
8°
5
15
ÑÑÑ
Ñ
ÑÑ ÑÑÑÑÑÑ ÑÑÑÑÑ
ÑÑÑ
ÑÑÑÑ
Ñ
ÑÑÑ
ÑÑÑÑÑÑÑ
ÑÑ
ÑÑ ÑÑÑ
ÑÑ
ÑÑÑ
ÑÑÑÑÑ
ÑÑÑ
ÑÑ
Ñ
Ñ
ÑÑ
ÑÑÑ
ÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑ
ÑÑ
ÑÑ
Ñ
ÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑ
ÑÑÑ
Ñ
ÑÑÑÑ
ÑÑ
Ñ
ÑÑ Ñ
ÑÑ
ÑÑ
ÑÑ
ÑÑ
ÑÑ
Ñ
Ñ
ÑÑ
ÑÑ ÑÑ
ÑÑ
ÑÑ
ÑÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑ
ÑÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ Ñ ÑÑ Ñ
ÑÑÑÑÑ
Ñ
ÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑ
Ñ
Ñ ÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑ
Ñ
Ñ
ÑÑ
Ñ
ÑÑ
Ñ
Ñ
ÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑ
Ñ
ÑÑÑ
ÑÑ
Ñ
ÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑ
ÑÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑÑ
ÑÑ
ÑÑ
Ñ
Ñ
ÑÑ
ÑÑ
ÑÑ
Ñ
Ñ
ÑÑ
ÑÑÑ
ÑÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑ
ÑÑÑÑ
Ñ
ÑÑ
Ñ
Ñ
ÑÑ
ÑÑ
ÑÑ
Ñ
Ñ
ÑÑ
ÑÑÑ
ÑÑ
ÑÑÑÑ
Ñ
ÑÑÑ
ÑÑ
ÑÑÑ
ÑÑ
ÑÑÑ
ÑÑ
Ñ
Ñ
ÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑ
ÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑÑ
Ñ
ÑÑ
Ñ
Ñ
ÑÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑÑ
Ñ
ÑÑ
Ñ
Ñ
ÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑ
ÑÑ
Ñ
ÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑ
ÑÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑ
ÑÑÑ
Ñ
Ñ
ÑÑ
ÑÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑÑÑÑ
ÑÑ
ÑÑÑ Ñ
Ñ
ÑÑ
Ñ
ÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑ
Ñ
ÑÑ
ÑÑÑÑÑ
Ñ
Ñ
ÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑ
Ñ
Ñ
ÑÑ
ÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑ
Ñ
Ñ
ÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑ ÑÑÑÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑ
Ñ
ÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑ
Ñ
ÑÑ
Ñ
Ñ
ÑÑ
Ñ
ÑÑ
Ñ
Ñ
ÑÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑ
ÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑ
ÑÑ
Ñ
Ñ
ÑÑ
Ñ
ÑÑ
ÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑÑ
ÑÑ
Ñ
Ñ
ÑÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑ
Ñ
ÑÑ
Ñ
ÑÑÑÑÑÑ
ÑÑ
Ñ
Ñ
ÑÑ
ÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑ
Ñ
ÑÑ
ÑÑ
Ñ ÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑ Ñ
Ñ
ÑÑÑÑÑÑÑÑÑ ÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑ
Ñ ÑÑ
Ñ ÑÑÑÑÑ
ÑÑÑÑ
Ñ
Ñ
ÑÑ
ÑÑ Ñ
Ñ
ÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑ
Ñ
ÑÑÑÑ
ÑÑ
ÑÑ
Ñ
ÑÑÑ
Ñ
ÑÑ ÑÑÑÑÑÑÑÑÑ ÑÑ
ÑÑ
Ñ Ñ
ÑÑ Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑ
Ñ
Ñ
ÑÑ
ÑÑ
Ñ
ÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑÑ
ÑÑÑÑÑÑÑ
ÑÑ
Ñ
ÑÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑ
Ñ
Ñ
ÑÑ
Ñ
Ñ
ÑÑ
ÑÑ
Ñ
Ñ
ÑÑ
Ñ
Ñ
ÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑ ÑÑÑÑ
ÑÑÑÑÑÑÑÑ
Ñ
Ñ
ÑÑÑÑÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑÑÑ
ÑÑÑÑÑ ÑÑ ÑÑÑÑÑÑÑÑ
ÑÑÑÑÑÑ
Ñ
ÑÑ
ÑÑ
Ñ
ÑÑÑÑ Ñ
ÑÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑÑÑÑÑ
ÑÑ
Ñ
Ñ
ÑÑ
ÑÑÑ
ÑÑÑ
ÑÑÑ
Ñ
Ñ
ÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑÑ
ÑÑÑÑÑ
ÑÑÑÑ
Ñ
ÑÑÑ
ÑÑ
Ñ
ÑÑÑ Ñ Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑÑÑÑ ÑÑÑÑ
ÑÑ
Ñ
Ñ
ÑÑÑÑ
ÑÑ
ÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ Ñ
ÑÑ
ÑÑ
ÑÑ
ÑÑÑÑ
ÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑÑÑ
ÑÑÑÑÑ
ÑÑÑÑ
Ñ
Ñ
ÑÑ
ÑÑÑÑÑÑ
Ñ
Ñ
ÑÑÑ
ÑÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑÑ
ÑÑÑÑÑÑÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑÑÑÑ
Ñ
ÑÑ
ÑÑ
ÑÑ
ÑÑÑ ÑÑ
ÑÑ
ÑÑÑÑ
ÑÑ
ÑÑ
ÑÑ
ÑÑ
Ñ
Ñ
ÑÑ
ÑÑÑ
ÑÑÑ
ÑÑ
ÑÑ ÑÑÑÑÑ Ñ
Ñ
ÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑ
ÑÑÑÑÑ
ÑÑ
ÑÑÑÑ
ÑÑ
Ñ
ÑÑÑ ÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑ
ÑÑÑ Ñ
ÑÑ
ÑÑ
Ñ
Ñ
ÑÑ
ÑÑ
Ñ
ÑÑÑ
Ñ
Ñ
ÑÑ
ÑÑÑÑ
ÑÑ
ÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑ
Ñ
Ñ
ÑÑÑÑÑÑÑ
ÑÑÑÑÑÑÑÑÑ
ÑÑÑÑ
ÑÑÑ
Ñ
ÑÑÑÑÑÑÑÑ
ÑÑÑ
ÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑÑ
Ñ
Ñ
ÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑÑÑ
Ñ
ÑÑÑÑ
ÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑ Ñ
Ñ
ÑÑ
Ñ
ÑÑ Ñ
ÑÑ
Ñ
ÑÑ
ÑÑÑÑÑÑÑ
ÑÑ
ÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑ Ñ
ÑÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ ÑÑ
ÑÑ
ÑÑ ÑÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑ
ÑÑ
Ñ
Ñ
ÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑ ÑÑ Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑÑ ÑÑÑ
Ñ
Ñ
Ñ Ñ
Ñ
Ñ
Ñ
ÑÑÑÑ
Ñ
Ñ
Limites Administratives
Réseau Hygraphique
Mare permanente
Terrain inondable
Cours d'eau permanent
LYBIE
Localites
Limite Internationale
% Capitale d'Etat
Limite de Région
#
Chef lieu Département
Limite de Département
#
Chef lieu de Région
Réseau routier principal
Latérite
Fleuve Niger
Route revêtue
Zones climatiques
20
20
13°
10
ALGERIE
Ensablement important,vif
Ensablement moyen
# ARLIT
#
BILMA
Terrain rocheux
Zone sahélienne
Zone soudanaise
TIROZERINE
#
Limite de réserve/faune
#
MALI
AGADEZ
TINTABARADENE
TCHAD
#
ABALAK
TAHOUA
# TANOUT
#
TILLABERY
# TERA
#
# OUALLAM #
BIRNI KONNI
NIAMEY
BURKINA
FASO
# KEITA DAKORO
# BOUZA#
FILINGUE
%
LOGA
#
#
DOUTCHI
#
#
G.ROUMDJI
KOLLO # BIRNI GAOURE
#
SAY#
# DOSSO
NGUIGMI
#
MAYAHI
MADAOUA
#
#
#
ZINDER
#
TESSAOUA # MIRRIAH
#
AGUIE
# MATAMAYE
MADAROUNFA
# MAGARIA
#
15
15
#
MARADI
#
#
GOURE
MAINES.
#
DIFFA
Lac Tchad
#
NIGERIA
BENIN
0
3°
# GAYA
200
0
200
400 Kilometers
Publié par l'Institut Géographique Nat ional du Niger
5
8°
10
13°
15
4
1.1.1.2
: Aspects climatiques
Dans l’extrême Nord du pays, caractérisé par les déserts du Ténéré et du Talak, les
massifs montagneux de l’Aïr et les hauts plateaux ; il règne un climat désertique avec lequel
aucune pluviométrie annuelle n’est assurée. Dans la zone nord sahélienne par contre, on
n’enregistre que quelques précipitations annuelles ne dépassant guère 350 mm et n’autorisant
pas par conséquent la culture sous pluie. Ces précipitations autorisent par contre la
reconstitution des stocks fourragers. Cette région constitue la zone pastorale du pays. Plus au
sud de cette région, on rencontre un climat sahélien et un climat nord soudanien. Le climat
sahélien se caractérise par des précipitations de 350 à 750mm de pluie par an permettant la
culture sous pluies pendant les mois de juillet, août et septembre. Il concerne la majeure partie
de la bande sud du pays et englobe la Communauté Urbaine de Niamey, capitale du pays. Le
climat nord soudanien prévaut dans l’extrême sud du pays (le Dendi, c’est-à-dire la frontière
avec le Bénin) avec une pluviométrie relativement abondante.
L’observation météorologique nationale mise en place depuis 1921 montre une
succession de périodes de sécheresse et d’années ‘normales’ en matière de production
agricole. Aux périodes de sécheresse des années 1921-1946, 1968-1974, 1982-1987 et 19961997 se sont succédées celles des années humides caractérisées par des tranches d’eau
annuelles plus abondantes et des jours de précipitations plus nombreux. Il s’agit de 19471967, 1975-1981, 1988-1995 et 1998-1999. En réalité, les variations saisonnières de la
pluviométrie ont toujours existé d’une année à l’autre, d’une région à l’autre et pendant une
même saison de pluie. La pluie qui a permis les semailles peut n’être suivie d’aucune autre
précipitation pendant plusieurs semaines occasionnant ainsi la perte des semis déjà effectués.
La pluie peut aussi faire défaut pendant l’épiaison. Les sécheresses de 1930, 1973, 1984 et
1997 ont ainsi concerné plusieurs milliers de nigériens n’ayant aucune autre ressource que
l’agriculture et l’élevage (Alpha G.B., 1994).
1.1.2 : Organisation politique et administrative
L’histoire politico-adminstrative du Niger est jalonnée de régimes tirant leur légitimité
soit du peuple, soit de l’action des forces armes nationales. De 1960 à 2005, le Niger a connu
cinq républiques et trois coup d’Etat militaires. La première république, au cours de laquelle
5
un régime monopartisan a fini par s’imposer entre 1960 et 1974 a cédé sous la pression
conjuguée de la contestation sociale et l’action des forces armées nationales le 15 avril 1974.
Le régime militaire, dirigé par le Conseil Militaire Suprême (CMS), qui en est issu gouverna
le pays jusqu’en 1989. Les élections générales de 1989 ont permis la naissance de la seconde
république qui a aussi cédé sous la pression de la grogne sociale ayant abouti à l’organisation
de la Conférence Nationale Souveraine de juillet à octobre 1991. Cette conférence a permis la
mise en place des organes transitoires ayant occasionné l’organisation des élections générales
de 1993 dont est issue la troisième république renversée elle aussi en janvier 1996 par coup
d’état militaire. La naissance de la quatrième république au cours de la même année n’a pas
mis fin à l’instabilité politique ; car elle a été à son tour renversée en avril 1999.La cinquième
république actuellement en vigueur a vu le jour en juillet 1999. Cette cinquième république,
dont la seconde mandature est en cours, a permis de parachever la mise en place des
institutions démocratiques et de relancer le processus de décentralisation administrative dont
la finalité est d’assurer la gouvernance locale par les populations elles mêmes.
Sur le plan administratif, le Niger est actuellement divisé en sept grandes régions plus la
Communauté urbaine de Niamey (la capitale du pays). Ces régions sont subdivisées en
départements (il en existe 36 au total) qui sont à leur tour divisés en postes administratifs,
en communes rurales et en communes urbaines. Le processus de décentralisation
administrative est en pleine phase d’application. En mars 2005, le pays compte 28 postes
administratifs et 265 communes. A la tête de chaque entité administrative est placé un
responsable. Les gouverneurs sont nommés à la tête des régions et les chefs de postes
administratifs à la tête des postes administratifs. Il en est de même des Préfets qui
administrent les départements. Depuis juillet 2004, les conseillers municipaux, élus au
suffrage universel, élisent les maires qui administrent les communes rurales et urbaines.
Chaque responsable est chargé de promouvoir les actions de développement dans son
entité administrative. Il a pour tache de mener les activités programmées en collaboration
avec les cadres techniques et les associations professionnelles.
1.1.3 : Situation économique
La situation économique du Niger est fortement marquée par une évolution en dents de
scie. Trois étapes charnières ont caractérisé son évolution. La première période allant de
1960 à 1975 a été marquée par une économie à composantes dominantes rurales. Il s’agit
6
de l’agriculture de subsistance et de l’élevage extensif. Le secteur rural occupait plus de
80% de la population active et contribuait à hauteur de 60% à la formation du produit
intérieur brut (PIB). C’était une économie fortement tributaire des aléas climatiques
comme en témoignent les années de sécheresse de 1969 à 1973 qui ont occasionné la
famine et décimé le cheptel.
L’exploitation des ressources minières et la succession des périodes de pluviométrie
abondante au cours de la seconde moitié de la décennie 1970 a permis de modifier
sensiblement la structure de l’économie nationale. Le secteur agricole ne représente plus
que 40% environ du PIB alors que le secteur marchand moderne intervenait pour 20% et
l’administration pour 8%. L’économie est monétarisée avec une masse monétaire de 12,5%
du PIB. Les récoltes céréalières sont diversifiées grâce aux investissements importants
injectés dans le secteur primaire avec la manne financière provenant de l’exploitation de
l’uranium et de l’endettement extérieur.
Cette période de croissance et de prospérité n’a malheureusement pas duré assez
longtemp s. Le début des années 1980 a été marqué par l’effondrement du marché de
l’uranium et le rétrécissement de la capacité d’endettement du pays. Le taux d’accroissement
économique est passé en termes réels de 4,6% en 1973 à 2,3% en 1983. Cette récession
économique s’est accompagnée d’un déficit budgétaire d’environ 10% du PIB et d’un déficit
de la balance de paiement estimé à 22% du PIB. Elle a occasionné, de la part des pouvoirs
publics, la mise en œuvre de plusieurs mesures d’austérité dont l’ajustement structurel appuyé
par les institutions financières internationales (Banque Mondiale et le Fonds Monétaire
International particulièrement). Ces mesures, s’appuyant sur une limitation des charges et une
mobilisation accrues des ressources internes et externes, étaient destinées à contenir les
déséquilibres économiques. Elles n’ont cependant pas permis au Niger de retrouver le chemin
de la croissance économique au cours des années 1990. Les principales raisons avancées pour
expliquer cet échec résident dans l’instabilité des institutions politiques au cours des
décennies 1980 et 1990, les multiples remous sociaux et les faibles performances de
l’économie nationale.
La stabilité sociale et politique retrouvée après l’organisation des élections générales de
1999 a redonné un nouveau souffle à l’économie nigérienne. Le deuxième rapport de mise en
7
œuvre de la stratégie de réduction de la pauvreté publié en 2004 relève une performance
globalement satisfaisante en ce qui concerne la mise en oeuvre du programme économique et
financier, des résultats encourageants dans l’accès aux services sociaux de base (santé,
éducation, emplois, etc.), un accroissement des infrastructures hydro-agricoles, des
infrastructures d’hydraulique urbaine, villageoise et pastorale et une augmentation des
activités génératrices de revenu dans le cadre du renforcement de la sécurité alimentaire.
Cependant, malgré les progrès accomplis, plusieurs contraintes limitent les actions
entreprises. « Ces contraintes tiennent en un ensemble de facteurs qui freinent, d’une part la
croissance des revenus et d’autre part, altèrent la qualité de vie et de nutrition des
populations les plus vulnérables. […] Ces facteurs sont liés aux ressources limitées, aux
conditions climatiques, au faible développement des activités génératrices de revenu en
milieu rural, à une forte croissance démographique, à la faible disponibilité des terres
cultivables et à la dégradation de l’environnement, ainsi qu’à l’insuffisance des
infrastructures de base » (Niger, 2004a : 6).
Au niveau macro-économique, la Stratégie de Réduction de la Pauvreté a prévu
d’accélérer la croissance et de maintenir la stabilité économique. Si les programmes
économiques antérieurs ont souffert d’instabilité sociale et politique défavorable, le présent
bénéficie du maximum de sérénité pour sa mise en oeuvre. La crédibilité retrouvée vis-à-vis
de l’extérieur est aussi un grand atout dont l’interaction avec la stabilité sociale peut être une
base pour assurer une croissance continue et une économie stable. Au niveau des ménages et
des individus, les objectifs de réduction de la pauvreté, d’amélioration du niveau d’éducation,
de santé et d’accès à l’eau potable ont toujours été cités comme prioritaires. Cependant, la
lutte contre la pauvreté risque d’être confrontée à la croissance rapide de la population
nigérienne au cours des prochaines décennies.
1.1.4
: Situation démographique
Au 1er juin 2001, selon les résultats définitifs du troisième recensement général de la
population et de l’habitat, le Niger comptait 11.060.291 habitants. Entre le recensement de
1988 et celui de 2001, la population nigérienne a augmenté en moyenne de 3,3% par an. Un
regard sur les sources de données statistiques disponibles montre qu’au cours du vingtième
siècle, le temps de doublement de la population nigérienne s’est considérablement raccourci.
8
En effet, selon plusieurs estimations basées sur les recensements administratifs et les archives
coloniales, l’effectif de la population nigérienne qui était d’environ un million en 1905 est
passé à un peu plus de trois millions à la fin des années cinquante (Alpha G.B., 1994).
Tableau 1 : Evolution de l’effectif de la population au cours du XXème siècle
Période
Nombre
d’habitants
1905
Recensement
administratif
1960
Estimation (enquête par
sondages)
1977
RGPH
1977
1988
RGPH
1988
2001
RGPH
2001
1.075.000
2.876.000
5.102.980
7.251.626
11.060.291
Source : Adapté de May J.et al., 2004 :19
Le second doublement de la population nigérienne a pris moins de trente ans car il serait
intervenu vers le début des années 1980. Au recensement général de la population et de
l’habitat de 1988, le Niger comptait plus de sept millions d’habitants contre onze millions en
2001. En fait, au cours du siècle dernier, l’effectif de la population nigérienne a été multiplié
par onze.
Cette croissance rapide de l’effectif de la population nigérienne s’explique par les
niveaux élevés de fécondité, la baisse progressive des niveaux de la mortalité et certainement
aussi par l’amélioration de la qualité de la collecte des données ces dernières années. En effet,
toutes les sources de données statistiques disponibles concordent pour montrer une
augmentation des niveaux de fécondité entre 1960 et 1998 alors que les niveaux de mortalité
dans l’enfance ont considérablement baissé au cours de la même période ; ce qui engendre un
fort taux d’accroissement naturel de la population. Au même moment, les données sur les
migrations indiquent un solde migratoire international proches de zéro. Ces différents
éléments concourent pour expliquer les niveaux élevés des taux d’accroissement
intercensitaire de 3,4% et 3,3% trouvés respectivement entre 1977-1988 d’une part et entre
1988-2001 d’autre part.
9
1.2 : CONTEXTE ET JUSTIFICATION DE L’ ETUDE
1.2.1 : Contexte politique, économique et socioculturel de la fécondité
Les niveaux de la natalité et de la fécondité dépendent en grande partie des normes
sociales sur la taille de la famille, des motivations en matière de nombre d’enfants désirés et
des perceptions, de l’acception, de la disponibilité et du coût de la contraception moderne par
les populations concernées. L’arbitrage en matière de fécondité se décide donc en fonction de
ces différents facteurs au niveau des instances politiques, des communautés, des couples et
des acteurs individuels.
1.2.1.1
: Politiques et programmes en matière de fécondité
Au cours des deux premières décennies d’indépendance du pays, il n’existait pas de
politique démographique nationale clairement définie. L’essentiel des actions politiques
étaient orientées par les programmes triennaux et quinquennaux de développement
économique et social. Ces programmes mettaient l’accent sur le développement des secteurs
productifs (agriculture, élevage, mines, etc.) et la satisfaction des besoins sociaux de base tels
que la santé, l’éducation, l’emploi, etc. Les quelques actions a but démographique observées
au cours de cette période concernaient la politique migratoire consistant d’une part à maîtriser
l’immigration internationale afin de favoriser l’accès des jeunes nigériens instruits aux
emplois modernes de l’Etat et à lutter contre l’émigration des jeunes ruraux vers l’étranger
afin de préserver le pays des départs massif des bras valides vers les pays côtiers.
Les interrelations entre l’accroissement démographique et la croissance économique n’ont
été admises qu’à partir de la deuxième Conférence Internationale sur la Population et le
Développement (CIPD) tenue en 1984. L’une des principales conclusions de cette conférence
porte sur les interrelations entre la forte fécondité et les risques de santé pour la mère et
l’enfant. Une fécondité précoce, rapprochée et nombreuse entraîne des risques de morbidité et
de mortalité pour la mère et l’enfant, surtout dans les pays en développement où le système de
santé était encore embryonnaire. Cependant, l’argument santé de la planification familiale
reposant sur l’élévation de l’âge au premier mariage et à la première maternité, sur
10
l’espacement et la limitation des naissances n’a pas totalement convaincu compte tenu des
résistances culturelles propres aux pays en développement.
L’idée fortement partagée a été de faciliter l’accès aux soins de santé pour réduire la
morbidité et la mortalité maternelle et infantile. C’est ainsi que le Niger a souscrit à la
Déclaration de Lusaka relative au Scénario du développement sanitaire en trois phases en
1985. Pour être efficace, le système sanitaire doit être développé au niveau périphérique, au
niveau intermédiaire, et au niveau central. Cette déclaration de Lusaka a été complétée par
l’Initiative de Bamako sur l’accès aux soins de santé primaire qui consacre un volet important
de ses stratégies à la santé de la reproduction.
En 1988, la promulgation de l’ordonnance N°88/019 et son décret d’application
N°88/129, instaurant la pratique de la contraception, fondent les bases juridiques de la
politique de planification familiale au Niger. Ce cadre juridique de la planification familiale a
été renforcé à travers l’adoption du programme d’action de N’Djaména concernant la
population et le développement au Sahel le 17 janvier 1989. L’application du programme
d’action de N’Djaména a amené le Niger à élaborer et adopter la politique nationale de
population en 1992.
A travers l’adoption de la politique nationale de population, le Niger a clairement affirmé
son intention de desserrer les contraintes démographiques auxquelles le pays était confronté.
L’exécution de cette politique nationale de population devait permettre de maîtriser la
croissance démographique, d’assurer une adéquation entre l’accroissement démographique et
la croissance économique et d’accroître les possibilités d’accès à l’éducation, aux soins de
santé et aux ressources nécessaires au mieux être des populations. Elle devait surtout
permettre, à terme, de faire baisser les niveaux de natalité, de fécondité et de mortalité.
Ces choix en matière de procréation devaient s’exécuter dans le cadre de la mise en œuvre
d’un programme global de santé de la reproduction. C’est dans cette optique qu’à été tenu le
symposium de Kollo en octobre 1995 en vue d’élaborer le cadre institutionnel et de définir les
groupes cibles et les différentes composantes de la santé de la reproduction au Niger. Les
conclusions de ce symposium ont permis :
-
la création du Centre National de Santé de la Reproduction,
11
-
la définition des groupes cibles (hommes, femmes, jeunes, adolescents, enfants de 0 à
5 ans),
-
et la détermination des différentes composantes de la santé de la reproduction
(maîtrise de la fécondité, maternité sans risque, planification familiale, etc.).
Le financement du programme de santé de la reproduction devait être assuré par l’Etat, les
collectivités territoriales, les populations bénéficiaires (à travers le système de recouvrement
des coûts), les particuliers et les partenaires au développement.
Sur proposition du gouvernement nigérien, plusieurs partenaires au développement ont
appuyé l’élaboration et la mise en œuvre des programmes de santé de la reproduction dont
l’une des composantes essentielles demeure la planification familiale au Niger. C’est dans
cette optique que le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), par exemple, a
développé quatre programmes d’assistance au Niger au cours des années 1990. La
composante Santé de la Reproduction de ces programmes d’assistance constitue l’essentiel
des interventions du Fonds au Niger. Le quatrième programme exécuté au cours de la période
1999-2000 comprend cinq projets intervenant dans le domaine de la santé de la reproduction :
-
Santé de la reproduction et planification fa miliale (exécuté par le Ministère de la santé
publique),
-
Santé de la reproduction et promotion de la femme en Islam (exécuté par la société
civile, ONG GAIPF),
-
Promotion du bien-être familiale et communautaire dans les coopératives (exécuté par
le Ministère du développement rural),
-
Education en matière de population et à la vie familiale à l’école (exécuté par le
Ministère de l’éducation nationale),
-
et enfin le projet Jeunes, sport et santé de la reproduction (exécuté par le Ministère de
la jeunesse, des sports et de la culture).
L’ensemble de ces projets avait pour objectif de permettre aux femmes, aux hommes et
aux jeunes d’avoir accès à des services de meilleure qualité dans le domaine de la santé de la
reproduction. Ils devaient couvrir 50% des centres de santé intégrés des régions de Maradi,
Tillabery, Dosso et la communauté urbaine de Niamey qui totalisaient environ 59% de la
population du pays. Certaines activités telles que la fourniture des méthodes modernes de
contraception s’étalaient sur l’ensemble du pays. Dans les régions non couvertes par le Fonds
12
des Nations Unies pour la population, d’autres partenaires au développement fournissent les
mêmes types de services de santé de la reproduction et de planification familiale.
Cependant, une mission d’évaluation du sous programme Santé de la reproduction du
quatrième programme d’assistance du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA)
au Niger, conduite par Dr. Boubacar Diallo (Equipe d’appui technique d’Addis Abéba)
concluait, en novembre 2000, que des « progrès louables ont été accomplis mais que la
situation n’avait pas été améliorée de façon sensible ». Plus de deux tiers des activités prévues
ont été réalisées mais l’accès des populations aux services demeurent handicapé par les
longues distances à parcourir pour accéder aux centres de santé, le manque de moyen et le
coût élevé de transport, le caractère peu attrayant et la faible qualité des services offerts.
L’insuffisance des campagnes d’IEC explique aussi la persistance des attitudes et
comportements non favorables à l’utilisation des services de santé de la reproduction et de
planification familiale (seulement cinq clientes par mois pour certaines formations sanitaires).
La mission a aussi relevé des insuffisances importantes dans l’élaboration et la mise en
œuvre de la sous composante santé de la reproduction de ce quatrième programme
d’assistance au Niger. Ces insuffisances concernent l’absence de stratégie, de recherche et
d’intensification des actions d’IEC et de sensibilisation des acteurs, l’absence d’harmonie
dans les interventions, la duplication des activités (IEC, formations des prestataires de
services, sensibilisation des leaders communautaires) dans les zones d’intervention,
l’inadéquation de certains cadres institutionne ls d’exécution des projets, et enfin l’absence de
maîtrise du processus de programmation et de gestion des projets selon les normes et les
procédures du Fonds des Nations Unies pour la Population par les cadres nationaux. Ces
différents paramètres explique nt les faibles performances des interventions en matière de
santé de la reproduction, notamment le bas niveau d’utilisation des méthodes modernes de
contraception et la persistance des attitudes et des comportements pronatalistes de la majeure
partie des populations nigériennes.
A ces insuffisances constatées dans le cadre des interventions des partenaires au
développement, il faut aussi ajouter le faible niveau d’engagement de l’Etat nigérien dans
l’exécution des politiques publiques en matière de fécondité. En effet, durant la première
décennie de mise en œuvre de la politique nationale de population (1992-2002), la part du
13
budget national consacrée à toutes les activités du Ministère en charge de coordonner les
activités en matière de population n’a guère dépassée 0,02% du budget national.
1.2.1.2
: Contexte économique de la fécondité
La persistance des comportements pro natalistes de la majeure partie de la population
nigérienne s’explique non seulement par les insuffisances constatées dans la conception et la
mise en œuvre des programmes de population au cours des années 1990 mais aussi par le
contexte économique de la production des biens de subsistance. Avec une population rurale
d’environ 84%, la production des biens de subsistance se déroule essentiellement à travers les
secteurs agricole et pastoral caractérisés par une forte demande de main d’œuvre. Or, il est
reconnu que l’exercice d’une profession pastorale ou agricole non mécanisée est favorable à
la prévalence d’une forte fécondité tandis que les activités professionnelles de type moderne,
ne nécessitant pas une forte demande de main d’œuvre, suscitent plutôt un contrôle des
naissances et donc l’utilisation de moyens de contraception pour éviter les grossesses non
désirées (Maga, 1995).
1.2.1.3
: Activité économique de l’époux et fécondité des femmes
Les résultats de la première enquête démographique et de santé montrent que l’indice
synthétique de fécondité des femmes en union varie de 7,6 à 8,1 enfants par femme selon que
le mari travaille dans le secteur moderne ou dans l’agriculture. Il en est de même de la parité
moyenne qui augmente d’à peu près 0,8 point selon le type d’activité de l’époux.
Dans les milieux ruraux où vivent principalement les agriculteurs et les éleveurs, le
régime de reproduction humaine obéit généralement à la règle de l’offre et de la demande de
main-d’œuvre. L’enfant sert de moyen de production des biens de subsistance et de garantie
de meilleur condition de vie pendant la vieillesse. A ce titre, les mécanismes de reproduction
humaine mise en œuvre reposent sur le mariage précoce, la multiplication du nombre
d’épouses par homme marié et la quasi-absence de contrôle de la fécondité. La fonction
primordiale des femmes demeure la procréation.
14
L’influence du régime de nuptialité sur la fécondité dans les milieux ruraux s’explique
surtout à travers l’âge au premier mariage et l’absence de contrôle de la procréation.
L’exploitation des résultats de l’EDSN-1992 indique que l’âge médian au premier mariage
des femmes dont les maris travaillent dans l’agriculture est de 14,8 ans contre 17,4 ans pour
celles dont les maris travaillent dans les secteurs modernes. Il en est de même pour le taux
d’utilisation des méthodes modernes de contraception qui passe de 1,4% pour les femmes
mariées à des agriculteurs à 23,9% chez celles dont les maris exercent une activité de type
moderne. Le désir de limiter le nombre d’enfants nés vivants est très faible chez les hommes
mariés. Seulement 8% des hommes mariés ayant déjà plus de six enfants nés vivants
souhaitent arrêter de procréer. Ils ne représentent qu’un homme marié sur vingt en milieu
rural contre un sur cinq en milieu urbain ayant déjà plus de six enfants nés vivants.
Les résultats de l’enquête démographique et de santé réalisée en 1998 montrent qu’à
l’échelle nationale presque neuf femmes sur dix, âgées de plus de 15 ans, étaient en union. A
l’âge de 15-19 ans déjà, deux femmes sur trois sont mariées. La fréquence de la polygynie est
élevée en milieu rural. Presque deux femmes mariées sur cinq vivent dans un régime
polygamique dont la résultante consiste à favoriser un nombre moyen d’enfants par homme
marié encore plus important. En 1998, un homme marié sur cinq (21,6%) a plus de dix enfants
nés vivants. Selon les résultats de cette enquête démographique et de santé, ce régime de
nuptialité a surtout court dans les régions de Maradi, Zinder, Diffa, Dosso, Tahoua et Agadez.
Il est moins développé dans la Communauté urbaine de Niamey et dans la région de Tillabery.
1.2.1.4
: Influence de l’activité économique des femmes sur leur
fécondité
L’exploitation des résultats de la deuxième enquête démographique et de santé montre
que les femmes ne partagent pas totalement la préoccupation d’une forte fécondité des
hommes. Quelques soient le type d’activité qu’elles exercent en milieu rural comme en milieu
urbain, elles désirent, dans une proportion plus importante que celle des hommes, limiter leur
descendance finale. Une femme sur trois ayant déjà donné naissance à plus de six enfants
vivants souhaite arrêter de procréer contre un homme sur treize dans les mêmes conditions.
Elles sont plus importantes en milieu urbain (46,9%) qu’en milieu rural (28,4%). La plus
faible proportion de femmes souhaitant arrêter de procréer après le sixième accouchement
15
s’enregistre à Tillabery (22,1%) tandis que celle des hommes ayant déjà plus de six enfants
nés vivants est enregistrée à Maradi (2,8%).
On constate qu’au vu de ces résultats, si les femmes avaient la maîtrise de leur
fécondité, la descendance finale des couples serait réduite. Ce constat semble avoir concouru
aux efforts d’intégration de la femme dans l’activité économique moderne au cours des
années 1990. L’intégration de la femme dans l’activité économique moderne vise
essentiellement a améliorer son statut économique et social au sein du foyer conjugal en vue
de réduire sa dépendance à l’égard de l’homme. Diverses activités ont été mises en œuvre
pour améliorer le statut économique des femmes dans le cadre de l’exécution du projet
population, financé par la Banque mondiale de 1992 à 1996, et du programme d’actions et
d’investissements prioritaires en matière de population (PAIP) de 1996 à 2000. D’autres
partenaires au développement, dont l’UNFPA, ont aussi exécuté des activités importantes
dans ce domaine au cour de la période 1992-2000.
Cependant, ces activités n’ont pas permis d’atteindre totalement les objectifs
escomptés. Le code de la famille, qui prévoit des dispositions importantes en matière de statut
juridique et économique de la femme n’a pas été adopté. La conve ntion pour l’élimination de
toutes formes de discriminations à l’égard des femmes (CEDEF), adoptée par le
gouvernement nigérien en 1999, a été complètement vidée de sa substance compte tenu des
réserves émises par les associations religieuses. Très peu de femmes nigériennes décident à ce
jour du nombre total d’enfants qu’elles souhaitent mettre au monde. La décision de la
descendance finale en matière de fécondité appartient le plus souvent aux maris. Les résultats
de la deuxième enquête démographique et de santé montrent que sept femmes sur dix n’ont
jamais discuté avec leurs maris du nombre d’enfants désirés et surtout pas de la planification
familiale.
1.2.1.5
: Signification sociale de la fécondité
L’emprise des hommes sur la fécondité des femmes trouve aussi sa justification dans
le contexte social global. En effet, l’évolution des comportements et attitudes traditionnelles
en matière de fécondité n’est perceptible que dans les milieux sociaux où les niveaux
d’urbanisation, d’instruction et d’accès aux messages de diffusion des avantages de la
16
planification familiale pour le couple, la mère et l’enfant sont développés ; ce qui est rarement
le cas au Niger. La population urbaine ne représente que 16% de la population totale, encore
que certaines villes nigériennes portent les stigmates des milieux ruraux. Certains chefs lieux
de département, considérés comme des milieux urbains, parviennent difficilement à se
connecter aux émissions de la télévision et de la radiodiffusion nationales. D’autres part, les
pourcentages des adultes instruits sont extrêmement faibles, et ne se limitent le plus souvent
qu’aux cadres et agents de l’administration exerçant dans ces localités. La majeur partie de la
population de ces villes secondaires est analphabète et travaille dans les domaines à forte
demande de main d’œuvre (agriculture, pastoralisme, artisanat, petits métiers).
Des facteurs sociaux multiples, conjuguée à l’insuffisance de la disponibilité des
services de santé dans ces localités, favorise l’atteinte des niveaux élevés de fécondité. Les
résultats des enquêtes démographiques et de santé de 1992 et 1998 montrent que les villes
secondaires nigériennes enregistrent les niveaux d’indice synthétique de fécondité les plus
élevés. Maga (1995) a montré que l’indice synthétique de fécondité des femmes vivant dans
les villes moyennes nigériennes était de 7,44 enfants contre 7,04 dans les petites villes et 5,83
à Niamey en 1992.
En milieu rural comme en milieu semi- urbain, la décision de procréer ne dépend pas
seulement du coup le mais de l’institution familiale dans son ensemble. Le mariage a pour
finalité d’agrandir la famille de l’époux. Tout contrôle de la fécondité par le couple avant la
naissance du premier enfant apparaît comme un signe de stérilité ou une volonté de la fe mme
de refuser de donner une descendance au mari. Les résultats des enquêtes démographiques et
de santé montrent d’ailleurs un intervalle très réduit entre l’âge au premier mariage des
femmes et la survenue de la première grossesse. La naissance du premier enfant survient le
plus souvent au cours des deux premières années de vie conjugale. Lorsque cela n’est pas le
cas, les pressions familiales sur l’époux peuvent conduire au divorce ou à la pratique de la
polygynie.
L’urbanisation, l’instruction des fe mmes et l’accès aux messages de sensibilisation sur
la planification familiale ont plutôt des incidences positives sur les couples. En effet,
l’urbanisation et l’instruction des femmes facilitent leur accès aux messages de sensibilisation
sur la planification familiale. Elles retardent également l’âge au premier mariage et favorisent
l’accès des femmes à des emplois de type moderne ; ce qui influence leur propre choix en
17
matière de fécondité, les amène à discuter avec leur mari de la descendance finale à atteindre
et contribue à minimiser le poids des autres membres de la famille de leur époux. Les résultats
de l’enquête démographique et de santé réalisée en 1998 montrent que l’âge médian des
femmes âgées de 25-49 ans, ayant atteint le niveau secondaire et plus, à la naissance de leur
premier enfant est de 21,4 ans contre 17,6 ans pour celle qui n’ont jamais été à l’école. Cet
âge médian à la naissance du premier enfant varie de 19,2 ans à Niamey à 17,6 en milieu
rural. Il en est de même de l’indice synthétiq ue de fécondité qui varie de 7,8 enfants par
femme non instruite à 4,6 pour celles qui ont atteint au moins le niveau secondaire et plus.
1.2.2 : Justification de l’étude de la natalité et de la fécondité
L’étude de la natalité et de la fécondité revêt une importance capitale pour l’appréciation
des performances des politiques et programmes développés dans le pays au cours de la
période intercensitaire 1988-2001. En tant qu’éléments importants d’appréciation de la
dynamique démographique, l’intensité et la structure de la fécondité permettent de se
renseigner sur les défis majeurs auxquels l’Etat doit s’attendre en matière de scolarisation,
d’accès aux soins de santé, de la demande d’emploi, de sécurité alimentaire, etc. au cours des
années à venir.
Les sources de données actuellement disponibles (Enquêtes démographiques par
sondage de 1959/1960, RGPH-1988, EDS-1992, EDS-1998, MICS-2000) montrent qu’au
Niger, la fécondité est très précoce, trop élevée et trop tardive. Une proportion importante des
filles commence à donner naissance à l’âge de 12 ans et la plupart des femmes ne termine leur
vie féconde qu’à l’âge de la ménopause (45-50 ans). Les résultats de l’enquête
démographique et de santé, réalisée en 1998, montrent que l’âge moyen au premier mariage
des filles était de 15,1 ans alors que l’exposition au risque de grossesse est quasi permanente
du fait de l’intensité du mariage trop élevée et de la fréquence des remariages des femmes. Le
niveau d’utilisation des méthodes de contrôle des naissances est encore très faible ; moins
d’une femme sur treize utilisait une méthode moderne de contraception en 1998. Le niveau de
prévalence de la pratique d’avortement demeure encore inconnu à l’échelle nationale même si
des cas non négligeables s’observent notamment en milieu urbain. La loi interdit, de toute
façon, la pratique de l’avortement. La durée moyenne de l’insusceptibilité post-partum tourne
autour de 16 mois à l’échelle nationale ; cependant, cette moyenne cache des disparités selon
le milieu et la région de résidence. Elle tend à se rétrécir surtout en milieu urbain. Il en est de
18
même pour l’allaitement maternel, universellement pratiqué en milieu rural mais de plus en
plus abandonné par les femmes urbaines.
Vue sous l’angle des théories de la transition démographique, la fécondité des femmes
nigériennes s’apparente à une fécondité naturelle. La précocité du mariage, la fréquence des
remariages, la baisse sensible de la durée de l’allaitement maternel, le raccourcissement de la
durée de l’abstinence post-partum rendent l’exposition au risque de procréer quasipermanente alors que les moyens de contrôle de la fécondité sont rarement utilisés. Les
niveaux et les variations de la fécondité résultent ainsi des comportements reproducteurs qui
puisent l’essentiel de leur explication dans les besoins d’agrandissement des familles
illustrés par le désir des couples d’avoir un nombre élevé d’enfants à la fin de la vie
génésique.
L’étude de la natalité et de la fécondité à partir des résultats définitifs du troisième
recensement général de la population et de l’habitat réalisé en 2001 permet non seulement
d’actualiser les connaissances sur la dynamique récente de la population nigérienne mais
contribue également à l’appréciation des niveaux et des tendances d’évolution des indicateurs
de natalité et de fécondité. Dans cette optique, il est possible de faire l’état des lieux des
principaux indicateurs de natalité et de fécondité sur l’ensemble du pays, par milieu de
résidence, par région et par département de résidence. Ces niveaux de détails ne peuvent être
obtenus qu’à travers l’exploitation des résultats du recensement car les enquêtes par sondage
ne couvrent que quelques parties du territoire national. L’effectif de personnes interrogées ne
peut permettre une exploitation statistique trop détaillée au niveau des entités administratives
décentralisées alors même que les besoins de suivi et d’évaluation des programmes sectoriels
de développement se font sentir jusqu’au niveau des communes.
CONCLUSION
Les informations disponibles sur la fécondité au Niger indiquent une évolution très
lente au cours des décennies précédentes. Pendant, la période inter censitaire, l’indice
synthétique de fécondité est demeuré quasiment constant selon toutes les sources de données
disponibles et oscille au tour de 7,5 enfants par femme. Les facteurs explicatifs de ces niveaux
de fécondité résultent de la précocité et de l’universalité des mariages, de l’exposition quasi
permanente des femmes à la procréation et enfin de l’absence de contrôle de la fécondité.
19
La structure de l’économie nationale, basée sur l’agriculture et l’élevage non encore
mécanisés, suscite une forte demande de main-d’œuvre ; ce qui expliquerait de fait le désir
élevé d’enfants par les hommes et les femmes en âge de procréer. En moyenne, les femmes
désirent avoir une douzaine d’enfants à la fin de leur vie génésique tandis que les hommes
expriment un besoin d’enfants encore plus élevé. Les femmes sans instructions, celles qui
travaillent dans le domaine agricole et pastoral, vivant majoritairement en milieu rural
présentent les niveaux de fécondité les plus élevés.
Cette tendance est demeurée constante au cours des années antérieures. Les politiques
publiques mises en œuvre n’ont pas permis d’influencer la fécondité de ces catégories
majoritaires de la population nigérienne. Le faible impact de ces politiques publiques,
particulièrement celui de la politique nationale de population, s’explique aussi par l’absence
d’objectif clair de réduction des niveaux de fécondité, l’insuffisance des ressources mobilisées
et l’instabilité politique qui a caractérisé le pays au cours de la période de mise en œuvre des
programmes de maîtrise de la croissance démographique.
Les sources de données examinées dans ce chapitre proviennent essentiellement des
enquêtes par échantillonnage. Ces enquêtes présentent des limites liées à l’exhaustivité des
données en terme de couverture géographique du territoire nationale. L’analyse des résultats
du recensement permet de combler cette lacune. La démarche méthodologique suivie dans
cette étude de la natalité et de la fécondité consiste à décrire les niveaux et les tendances du
phénomène au niveau des départements et des arrondissements à partir des données du 3ème
RGPH-2001 et des autres sources existantes.
20
Téléchargement