Fiche de synthèse - Plate-forme de formation de la SSPF

publicité
La méthadone : bien prescrire, bien délivrer
Le chlorhydrate de méthadone est, avec la buprénorphine, la molécule utilisée dans le
traitement de substitution aux opiacés.
L’Arrêté Royal du 19 mars 2004, modifié par l’Arrêté Royal du 6 octobre 2006, reprend la
réglementation en matière de traitement de substitution.
Qui peut prescrire ?
Tout médecin généraliste peut instaurer un traitement de substitution à la méthadone. Cependant,
si plus de 2 patients sont traités simultanément, il doit rencontrer certaines exigences :
1. obligation d’avoir suivi une formation spécifique ou de disposer d’expertise en la matière
(et pouvoir en fournir la preuve) ;
2. enregistrement auprès d’un centre spécialisé agréé, d’un réseau de prise en charge pour
usagers de drogues agréé ou d’un centre d’accueil agréé.
3. ne pas prescrire à plus de 120 patients simultanément (sauf si ce médecin prescrit dans un
centre d’accueil ou un centre spécialisé).
Les données issues des pharmacies sont envoyées vers les offices de tarification agréés. Elles y
sont codées et transmises à l’IPhEB (Institut de PharmacoEpidémiologie Belge) dont un des rôles
est d’éviter les doubles prescriptions. Dans ce cas, il transmet les données et les coordonnées du
pharmacien aux médecins concernés, ainsi qu’à la Commission Médicale Provinciale compétente.
Les données codées sont également utilisées à des fins d’analyses épidémiologiques, pour la
promotion et la protection de la santé publique.
Une convention tripartite est établie entre le patient, le médecin et le pharmacien. Elle
n’est pas obligatoire, mais a une utilité pratique : elle reprend les modalités
d’administration, les coordonnées des 3 personnes, l’attitude en cas d’absence ou de
congé d’un des prestataires,…
Comment prescrire ? Comment délivrer ?
La méthadone est administrée par voie orale, sous forme de sirop ou de gélules, le
plus souvent en préparation magistrale, une fois par jour.
Sirop :
L’excipient utilisé est le sirop simple conservé, ou le sirop de sorbitol 70% pour les diabétiques ou
pour éviter l’effet de constipation de la méthadone. Sa viscosité empêche l’administration de la
dose quotidienne par injection. O peut remplacer le sirop simple par du sirop de framboise (le
sirop d’écorce d’orange amère n’est plus remboursé par l’INAMI).
Sur l’ordonnance, le nom et le prénom du patient (en toutes lettres),les doses de méthadone
doivent aussi être écrite en toutes lettres, manuellement. Il faut également inscrire la fréquence
d’administration et le mode de délivrance (dose quotidienne à boire à l’officine, délivrance pour 7
jours,…).
Pour le remboursement de l’INAMI, un maximum de 300ml peut être prescrit par ordonnance.
Lors de la délivrance, le pharmacien doit conditionner le sirop en doses journalières avec un
bouchon de sécurité.
Exemple :
Rp Méthadone deux cent dix mg
Sirop de sucre conservé (ou sirop de sorbitol 70% ou sirop de framboise)
ad cent quarante ml
Sp/ délivrance quotidienne
Vingt ml par jour à boire à l’officine
Remarque : afin d’harmoniser les différentes pratiques dans les prisons, une formule unique est
prescrite en solution aqueuse avec une concentration de méthadone de 1mg / 1ml, chaque fois
e-news médecin-pharmacien
janvier 2009
pour une semaine maximum (Circulaire du Service Public Fédéral Justice, Service des Soins de
Santé Prisons) :
Rp Méthadone 100 mg
Chlorophylle 0,02 g
Essence de menthe poivrée 0,2 g
Polysorbate 20 1,1 g
Eau ad 100 ml
Gélule :
Un excipient viscosifiant est ajouté dans les gélules pour empêcher la solubilisation et ainsi éviter
l’emploi par injection. A cet effet, de la carboxyméthylcellulose est utilisée à raison de 100 mg par
gélule.
Sur l’ordonnance, le nom et le prénom du patient doivent s’y trouver en toutes lettres. Les doses
de méthadone et le nombre de gélules doivent aussi être écrite en toutes lettres, manuellement. Il
faut également y inscrire la fréquence d’administration et le mode de délivrance (dose quotidienne
à prendre à l’officine, délivrance pour 7 jours,…).
Pour le remboursement de l’INAMI, un maximum de 60 gélules peut être prescrite par ordonnance.
Lors de la délivrance, le pharmacien doit conditionner les gélules dans un flacon muni d’un bouchon
de sécurité.
Exemple :
Rp Méthadone trente mg
Carboxyméthylcellulose 100mg
Pf une gélule dt sept gélules
Sp/ une gélule par jour, à consommer à l’officine
Eléments de pharmacologie à prendre en compte
La méthadone est métabolisée par le CYP3A4, elle est donc sensible aux inhibiteurs et aux
inducteurs de cette isoenzyme. Elle peut provoquer un allongement de l’intervalle QT et peut
ainsi augmenter le risque de torsades de pointe. Les facteurs de risques d’un allongement de
l’intervalle QT sont : une posologie élevée (souvent > à 200 mg/j), la prise concomitante
d’inhibiteur du CYP3A4 (ex : les macrolides sauf la spiramycine, les dérivés azolés, les inhibiteurs
de la protéase virale, le jus de pamplemousse) et bien sûr, les autres facteurs de risques de
torsades de pointe : autres médicaments qui allongent l’intervalle QT, les médicaments
bradycardisants, les médicaments hypokaliémiants et les situations à risques : hypokaliémie,
hypomagnésiémie, bradycardie et certaines affections cardiaques.
Les effets indésirables sont : constipation, nausées, impuissance, et plus rarement bouffées de
chaleur, prurit, dépression respiratoire.
La posologie doit être réduite en cas d’insuffisance rénale (l’excrétion rénale est de 40 % lors
d'une administration chronique) ou hépatique.
Elle passe dans le lait maternel et traverse la barrière placentaire. Elle est parfois prescrite en
cours de grossesse car elle n’est pas tératogène. De plus, le maintien de la future mère en
traitement à la méthadone semble avoir un effet positif sur la morbi-mortalité de la mère et de
l’enfant, mais nécessite une prise en charge globale. On maintiendra le dosage précédent en début
de grossesse. Si la mère exprime le désir de profiter de sa grossesse pour diminuer les doses, ceci
peut se faire de manière progressive (5 mg toutes les une à deux semaines).
Les nouveaux-nés exposés avant leur naissance peuvent présenter un état de manque néonatal
dans les 48 à 72h, il devra, s’il s’aggrave, être pris en charge par de faibles doses d’un opiacé (ex :
morphine). L’allaitement au sein peut prévenir les symptômes de sevrage néonatal.
Sources
- Moniteur Belge, AR 19 mars 2004 réglementant le traitement de substitution
- Moniteur Belge, AR 6 octobre modifiant l’AR du 19 mars 2004 réglementant le traitement de substitution
- Délivrer la méthadone : enjeux et perspectives, Y.Ledoux – Pharmacien JP. Brohée, formation SSPF 2007
- DOCUFAQ, Traitements de substitution à base de méthadone dans les prisons, CDSP – APB 2007
- Suivi des patients en traitement de substitution et délivrance de méthadone : le point sur les nouvelles règles
du jeu, Annales Pharmaceutiques janvier 2007
- Assuétudes et pharmacie, JP Brohée, séminaire 05/2002
- www.alto.ssmg.be
- Guide des interactions médicamenteuses-Prescrire-2009
- Méthadone et allongement de l’intervalle QT. Folia Pharmaceutica- Septembre 2004
e-news médecin-pharmacien
janvier 2009
Téléchargement
Explore flashcards