corrige bac blanc 2014

advertisement
Corrigé épreuve composée
Partie 1
Certaines institutions protègent les droits de propriété (à définir) qui garantissent
l’exécution des contrats et donc la mise en place de marché, d’échanges ou
d’innovations favorables à la croissance économique.
D’autres institutions peuvent assurer la stabilisation des marchés (banque
centrale, règles budgétaires…) et ainsi éviter l’instabilité macroéconomique ou
financière.
Enfin, d’autres institutions peuvent réglementer ou corriger certains effets du
marché (prise en compte des effets externes…) et assurer une certaine
redistribution favorable à la croissance (protection sociale).
Différence de définition :
Mobilité : circulation des individus ou des groupes sociaux entre les positions de la
1 point
1 point
1 point
1 point
hiérarchie sociale
fluidité : mesure donc la force du lien entre origine et position estimation de
l’égalité des chances.
1 point
Différence de calculs :
Mobilité : mesurer à partir de tables de mobilité
Fluidité : méthode du rapport de chances relatives, qui est indépendant de la taille 1 point pour
des groupes
bien distinguer
et non
juxtaposer
deux
définitions
Partie 2
Présentation du document : nature (table de mobilité), source, unité (%)
1 point
Lecture correcte des données
Repérage de la mobilité par opposition à la diagonale
Repérage de la mobilité de proximité
1 point
1 point
1 point
Eléments de corrigé – Sujet de dissertation (DM)
Le sujet correspond à l’indication complémentaire du programme de la partie 1.2 «On présentera
les idées directrices des principaux schémas explicatifs des fluctuations (chocs d'offre et de
demande, cycle du crédit), en insistant notamment sur les liens avec la demande globale.
« dans quelle mesure » : cette expression introduit un « sujet débat » qui doit recevoir une réponse
nuancée du type oui / mais ou non / mais
Compréhension du
sujet et
problématique
3 points
Il s’agit donc de s’interroger sur les origines des fluctuations économiques en examinant et en
relativisant le rôle de la demande.
Demande : somme des emplois possibles de la production, quantité de biens et de services que les
agents économiques souhaitent se procurer  débouchés de la production. Au niveau
macroéconomique la demande correspond à la somme de la consommation, de l’investissement,
des exportations, de certaines dépenses publiques et des variations de stocks.
Fluctuations économiques : ensemble des mouvements de baisse et de hausse de l’activité
économique, c’est-à- dire des variations du taux de croissance économique.
Plusieurs problématiques et plan sont possibles :
I)
II)
Proposition de plan
4 points
Document 1
Document 2
La demande est un déterminant essentiel des fluctuations économiques…
Mais les conditions de la production (offre) ne peuvent pas être négligées.
Autres plans possibles :
I)
Les fluctuations économiques actuelles s’expliquent essentiellement par les conditions de
la production (l’offre)…
II)
… même si la demande peut avoir un effet sur les fluctuations économiques.
Toute autre proposition cohérente répondant au sujet est acceptée.
En revanche, les plans qui correspondraient à un sujet analyse et donc ne relativiseraient pas
l’influence de la demande ne pourront pas bénéficier de la totalité des points.
Ce document met en avant les composantes de la demande et leur impact sur la croissance
économique.
Si en début de période, c’est surtout la demande intérieure et plus particulièrement la consommation
qui parait stimuler la croissance actuellement c’est davantage la demande extérieure (les exportations)
qui tire la croissance.
 Attention à la lecture en point de croissance du PIB (contribution : voir *)
Ce document souligne l’ampleur des fluctuations économiques pour l’ensemble des pays étudiés.
C’est spécialement vrai pour l’Allemagne. Or ce pays a un rôle de premier plan au niveau des
exportations mondiales, ce qui pourrait montrer le rôle de la demande dans les fluctuations
économiques.
Document 3
Document 4
La FBCF, l’investissement a une double dimension.
D’une part, il est un des composants de la demande.
D’autre part, les évolutions de l’investissement reflètent les conditions de l’offre (la situation des
entreprises) : coûts de production, profits, bénéfices…
Or, ce document met en avant les très fortes fluctuations de l’investissement qui peuvent
correspondre à des évolutions des conditions de la production.
Ce document met en avant les fortes variations du prix de baril de pétrole qui impactent les coûts de
production et donc l’offre. Corrélation entre la hausse du prix du pétrole et les périodes de récession.
-
Mécanismes de choc d’offre et de demande
Choc de demande
Variation d’une des composantes de la demande
globale adressée aux producteurs.
variations des conditions de la production
(productivité, prix des facteurs, augmentations de
salaires supérieures aux gains de productivité ou
alourdissement de la fiscalité sur les entreprises.
phase d’expansion : lorsque la hausse de la
demande s’accélère, les entreprises produiront
d’autant plus qu’elles devront reconstituer leurs
stocks ; la baisse du chômage et la hausse du
nombre d’heures travaillées peuvent alors
contribuer à entretenir l’augmentation de la
demande, de même que les investissements
réalisés par les entreprises pour étendre leurs
capacités de production.
la situation des producteurs s’améliore par la
diminution de leurs coûts de production ; ils
peuvent dès lors éventuellement produire
davantage et tirer la croissance.
phase de récession : si les entreprises décident de
réduire leurs stocks afin d’anticiper une baisse plus
marquée de la demande ; la hausse du chômage, la
baisse du nombre d’heures travaillées en général
risquent alors de contribuer à accentuer ce
ralentissement.
l’activité économique devient plus coûteuse et les
entreprises les moins productives et compétitives
risquent d’être acculées à la faillite.
Mécanismes et
notions á mobiliser
(5 points)
-
Forme
(4 points)
Choc d’offre
Le cycle du crédit renvoie au comportement des banques en matière d’octroi de crédit : en période
d’expansion, elles accordent plus facilement des crédits aux ménages et aux entreprises, car les taux
d’intérêt augmentent (la demande d’emprunt est élevée); au contraire, en période de
ralentissement d’activité, elles sont plus sélectives et prennent moins de risques, du fait des
possibilités d’insolvabilité accrues.
Introduction
- Accroche du lecteur
- Présentation de la problématique
- Annonce du plan
Développement équilibré
- Transition
Conclusion
- Bilan
Téléchargement