Dysthyroidies - Direction des laboratoires

publicité
LES DYSTHYROIDIES :
DIAGNOSTIC AU LABORATOIRE
Dr Bécaye FALL
Biologiste
Hôpital Principal de Dakar
RESAOLAB 2010
1- INTRODUCTION
• Thyroïde (du grec « thyreoeides » = « en forme de
bouclier ») partie avant cou.
• Elle secrète H. thyroïdiennes implication dans la plupart
des métabolismes.
• Perturbations = dysthyroidies importance +++ du fait
symptômes graves qui peuvent en découler.
2- LA THYROIDE : RAPPEL PHYSIOLOGIQUE
• Thyroïde = forme papillon (mince corps central + 2 ailes latérales ou
lobes) normalement 4 cm x 3 cm et pas ou peu palpable.
• Elle produit 20% T3 (ou triiodothyronine) et 80% T4 (ou
tetraiodothyronine) à partir iode alimentaire.
• T3 provient essentiellement d’une monodésiodation de la T4.
• Sécrétion régulée par TSH (ou thyréostimuline) antéhypophyse.
• TSH
stimulée / TRH (Thyrotropin releasing
hormone) hypothalamus.
• T3 & T4 rétrocontrôle négatif sur secrétions de TSH et TRH
2- LA THYROIDE : RAPPEL PHYSIOLOGIQUE
Neurotransmetteurs…
Hypothalamus
TRH
+
Hypophyse
TSH
antérieure
+
Glande
thyroïde
T4
T3
Cellules cibles
-
3- LES VARIATIONS PHYSIOLOGIQUES
• Valeurs normales sont caractéristiques d’un recrutement
donné (patients hospitalisés ou ambulatoires).
• Interprétation fonction des variations physiologiques :
- Nouveau né pic de TSH puis normalisation à J3.
Rythme circadien plus tard.
- Enfant T3 > adulte.
- Sujet âgé diminution progressive T3
- Femme enceinte faible action thyréotrope HCG (sous
unité commune avec TSH) => diminution TSH +++ lors pic
d’HCG du premier trimestre de grossesse (2 à 3% cas).
4- PRINCIPALES DYSTHYROIDIES :
4-1- Hyperthyroïdie :
Hyperthyroïdie = sécrétion d'une trop grande quantité d'hormones
thyroïdiennes dans l’organisme => hyperfonctionnement de tous les
métabolismes
=>
Symptômes multiples :
- nerveux +++ (sujets plus jeunes)
- cardiaque +++ (sujets plus âgés)
- Perte de poids, fatigue musculaire, sueurs, diarrhées sont
fréquents.
déclenchement glmt / stress important (ou / Basedow)
Symptômes surajoutés si Basedow : yeux exorbités + goitre
4- PRINCIPALES DYSTHYROIDIES :
4-2- Hypothyroïdie :
Moins fréquente diminution fonctionnement glande.
Age > 50 ans +++. Diagnostic difficile & installation lente.
Symptômes à l'inverse précédents (ralentissement
cardiaque, frilosité, raidissement muscles, amaigrissement,
apathie…)
Simulent parfois sénilité voire dépression.
Faire dosage hormonal au moindre doute.
5- LES HORMONES ET LEUR DOSAGE :
Utilisation Ac monoclonaux & amélioration techniques =>
sensibilités et spécificités +++
Dosages compétitifs radioactifs de plus en plus abandonnées
Actuellement méthodes immunométriques automatisées avec
traceurs enzymatiques ou luminescents
5- LES HORMONES ET LEUR DOSAGE :
5-1- TSH ou THYROTROPINE :
Elle stimule étapes hormonogenèse thyroïdienne.
Sa sécrétion dépend du rétrocontrôle fin / hormones
thyroïdiennes.
Disponibilité methodes ultrasensibles => interet dosage +++
Prélèvement :
5 ml sang (tube sec ou sur héparine).
Valeurs usuelles :
Elles varient selon technique utilisée.
En moyenne de 0,3 à 4 mU/l
5- LES HORMONES ET LEUR DOSAGE :
5-1- TSH ou THYROTROPINE :
Intérêt du dosage :
- Dans hypothyroïdie :
Elévation TSH signe le plus sensible & suffit pour diagnostic.
Dosage T4 inutile ici
Normalisation TSH circulante = témoin succès traitement substitutif
- Dans l’hyperthyroïdie :
Ici TSH en diminution constante
Signe suffisant pour diagnostic
Abaissement parallèle avec élévation T4 (reflet degré hyperthyroïdie)
Ici aussi normalisation TSH = critère de guérison après traitement.
5- LES HORMONES ET LEUR DOSAGE :
5-2- T4 libre (Thyroxine libre) :
FT4 en faible quantité (0,05% de la T4) mais seule active.
C’est elle qui est mesurée pour évaluation fonction thyroïdienne.
Prélèvement :
5 ml de sang (tube sec, hépariné ou même EDTA)
Valeurs usuelles :
Elles varient selon techniques utilisées. A définir par le labo
En moyenne: 8 - 28 ng/l.
5- LES HORMONES ET LEUR DOSAGE :
5-2- T4 libre (Thyroxine libre) :
Intérêt du dosage :
- Dans l’hyperthyroïdie :
Ici FT4 presque toujours augmentée et TSH toujours diminuée.
Normalisation = critère guérison.
Rare élévation simultanée FT4 et TSH => suspicion adénome hypophysaire,
SRHT ou présence Ig interférant avec dosage.
- Dans l’hypothyroïdie :
Ici FT4 diminuée.
Parfois isolément, laissant FT3 normale.
TSH élevée si hypoth primaire et normale avec réponse insuffisante à la TRH
en cas insuffisance hypophysaire
Ttt substitutif => Normalisation ou légère élévation T4
5- LES HORMONES ET LEUR DOSAGE :
5-3- La T3 (Triiodothyronine) :
80% T3 provient de la monodésiodation T4 par tissus périphériques
20% sécrétée directement / thyroïde.
Seule forme libre dosée.
Prélèvement :
5 ml sang (tube sec, héparine ou même EDTA)
Valeurs usuelles :
Elles varient selon techniques utilisées. A définir par le laboratoire
En moyenne : 2 à 5,6 ng/l.
Intérêt du dosage :
Dosage T3 rarement indiqué.
Sauf si suspicion hyperthyroidie à T3 (rare). Ici T4 libre normale et TSH
abaissée
6- AUTRES DOSAGES :
But étiologique et/ou pronostique laboratoires spécialisés +++
Voyons les plus fréquentes :
- Ac anti-TPO :
- Ac Anti-récepteurs à la TSH :
- Ac Anti-Thyroglobuline :
- Test à laTRH ou à la Thyrolibérine :
7- PRINCIPAUX MARQUEURS UTILES :
1ère intention:
TSH
2ème intention:
T4 libre
Eventuellement et en fonction des situations (3ème intention) :
Ac anti-TPO
T3 libre
Ac anti-récepteurs à TSH
…… Test au TRH
8- DEMARCHE DIAGNOSTIQUE AU LABORATOIRE :
8-1- Stratégie de diagnostic d’une hypothyroïdie :
Clinique - sujets à risque
TSH < 4 mUI/l
STOP !
TSH > 4 mUI/l
Contrôle à 1 mois : TSH + T4 l
TSH > 4 mUI/l + T4 = Hypothyroïdie patente
TSH > 4 mUI/l + T4 l normale
= Hypothyroïdie Fruste
Substitution par LT4
Doser Ac anti-TPO: diagnostic
étiologique
Doser Ac anti-TPO
Si +: substitution par LT4
8- DEMARCHE DIAGNOSTIQUE AU LABORATOIRE :
8-2- Stratégie de diagnostic d’une hyperthyroïdie :
Clinique
1ère intention:
2ème intention:
TSH T4 libre : patente
ou N: fruste
si TSH basse
et T4 libre normale
si T4 libre élevée
et TSH normale ou haute
T3 libre Test à la TRH
< 0,1 mUI/l ou indétectable
9- CONCLUSION :
Exploration dysthyroidies au labo peut mettre en œuvre de
nombreux marqueurs +/- complexes
Coût élevé marqueurs (si disponibles !) par rapport moyens
limités de nos populations => nécessité rationalisation de leur
utilisation / cliniciens.
Le biologiste, mais aussi le technicien (parfois responsable de
laboratoire) doivent y aider surtout par rapport message
suivant :
• La TSH toujours
• La T4 libre ensuite
• Non au package TSH-T4-T3
Téléchargement